Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'terres d arran'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


4 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Orcs & Gobelins - tome 10 - Dunnrak Scenariste de l'album : Jean Luc Istin Dessinateur de l'album : Alex Sierra Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : « C'est en observant la lumière sur les reflets du lac que je l'ai remarqué. C'était là, au fond. Ça me faisait de l'oeil, ça brillait. Mais le trouble de l'eau m'empêchait de voir de quoi il s'agissait précisément. Alors, je me suis laissé aller vers le fond ». Un jour, en pêchant, Dunnrak l'orc récupère au fond du lac un pendentif. Lorsque le nom de son frère se grave sur la pierre, Dunnrak ne s'en préoccupe pas, sauf que son frère meurt dans la journée et aussitôt son nom disparaît. Très vite le phénomène se renouvelle. Dunnrak est-il fou ? Est-ce une pierre de divination ? Et pourquoi personne d'autre que lui ne peut lire les noms inscrits dans la pierre ? Critique : A ce niveau là ce n'est plus un simple clin d'oeil. L'histoire d'un orc qui pêche par hasard une pierre magique qui va lui apporter beaucoup d'ennuis, de malheurs et d'aventures... J'ai failli m'étouffer au début. Et puis force est de reconnaitre que Jean Luc Istin n'est pas le premier venu, et qu'il a su se dégager de son hommage appuyé finalement assez facilement, et ce pour le plus grand plaisir du lecteur. Orcs & Gobelins, comme Nains fait partie des séries des terres d'Arran que j'apprécie plus que la moyenne. Probablement une question de liberté créative laissée à ses auteurs, que les sujets plus sérieux des mages et autres elfes ne leur laissent pas. Evidemment, après tout, si l'on connais fort bien les sociétés imaginaires elfes et les problèmes des mages, qui s'est jamais trop ntéressé aux sociétés naines ou elfes ? Le carcan scénaristique est donc je crois plus léger, et le lecteur s'y prend probablement aussi moins au sérieux. On ne leur demande que rarement de sauver le monde finalement aux Orcs et aux Gobelins non ? On se retrouve donc grâce à Dunnrak avec une aventure de Fantasy savoureuse, dont la construction est très largement inspirée du cinéma ou d'autres livres, et dont le twist final, par ailleurs réussi et bien exécuté, ne brillera pas non plus par son originalité. Côté dessin, si j'ai dit le plus grand bien du dessin du tome 19 de Nains, et bien ce tome 10 d'Orcs et gobelins est encore meilleur je trouve. Chapeau bas à M. Alex Sierra qui nous livre de belles planches avec des personnages bien foutus. Autres infos : Oui je préfère encore les Orcs aux Elfes. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/orcs-et-gobelins-tome-10-dunnrak?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. The_PoP

    Orcs & Gobelins - tome 10 - Dunnrak

    A ce niveau là ce n'est plus un simple clin d'oeil. L'histoire d'un orc qui pêche par hasard une pierre magique qui va lui apporter beaucoup d'ennuis, de malheurs et d'aventures... J'ai failli m'étouffer au début. Et puis force est de reconnaitre que Jean Luc Istin n'est pas le premier venu, et qu'il a su se dégager de son hommage appuyé finalement assez facilement, et ce pour le plus grand plaisir du lecteur. Orcs & Gobelins, comme Nains fait partie des séries des terres d'Arran que j'apprécie plus que la moyenne. Probablement une question de liberté créative laissée à ses auteurs, que les sujets plus sérieux des mages et autres elfes ne leur laissent pas. Evidemment, après tout, si l'on connais fort bien les sociétés imaginaires elfes et les problèmes des mages, qui s'est jamais trop ntéressé aux sociétés naines ou elfes ? Le carcan scénaristique est donc je crois plus léger, et le lecteur s'y prend probablement aussi moins au sérieux. On ne leur demande que rarement de sauver le monde finalement aux Orcs et aux Gobelins non ? On se retrouve donc grâce à Dunnrak avec une aventure de Fantasy savoureuse, dont la construction est très largement inspirée du cinéma ou d'autres livres, et dont le twist final, par ailleurs réussi et bien exécuté, ne brillera pas non plus par son originalité. Côté dessin, si j'ai dit le plus grand bien du dessin du tome 19 de Nains, et bien ce tome 10 d'Orcs et gobelins est encore meilleur je trouve. Chapeau bas à M. Alex Sierra qui nous livre de belles planches avec des personnages bien foutus.
  3. Et voilà, comme souvent avec Soleil, en parallèle des sorties du tome 28 d'Elfes, et du tome 10 d'Orcs et Gobelins, nous voici avec la fournée 19 de Nains. L'univers des terres d'Arran ne cesse de s'enrichir. Inutile de vous dire que je trouve souvent les tomes de Nains moins ennuyeux ou classiques que les tomes d'Elfes, la faute probablement aux libertés qu'autorisent les différences entre les caractéristiques supposées de ces races. Et ce tome de Nain ne fait pas exception à la règle car si le scénario a une belle odeur de déjà vu avec cette troupe de coquins roublards, malhonnêtes mais sympathiques, façon Han Solo ou Jack Sparrow, l'intrigue est suffisamment bien troussée pour nous divertir, tout en nous livrant quelques belles scènes d'actions et autre morceaux de bravoure réjouissants. On est là loin du sérieux lénifiant qui tient la série Elfes. Ici l'escroquerie est poussée jusqu'au bout, et parfois trop loin quand elle entraine guerres et massacres sans afficher le moindre remord. En terme de morale ces malfaisants là n'auraient rien à envier au triste sire des Indes Fourbes. Mention spéciale à la patte graphique de Jean-Paul Bordier qui assure une très belle partie graphique, dans les codes voulus par la série, mais en y apportant son soucis du détails et des personnages. L'impression de visages parfois trop "lisses" et de décors trop "informatisés" que l'on ressent parfois sur la série n'est ici pas présente. Au final ce tome-ci ne m'a pas semblé à ce jour avoir un rôle majeur dans le déroulement du scénario principal des terres d'Arran, mais il rajoute sans coup férir de nouveaux personnages secondaires réjouissants et riches en caractères à un ensemble qui en manquait parfois. Ce Nains tome 19 se lit comme un bon one shot de BD d'Heroic Fantasy bien fourbe et ne se prenant pas trop au sérieux, de l'Heroic Fourberie finalement.
  4. Titre de l'album : Nains - Tome 19 - Tadgar des errants Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Jean-Paul Bordier Coloriste : Vincent Powell Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le mal n'a qu'à bien se tenir... parce qu'il a trouvé plus malhonnête que lui ! Tadgar le futé, Lygdr la ténébreuse, Damn la séductrice, Wal le fou-furieux et Akab le vieux prêtre défroqué ont un point en commun : aucune loi n'est sacrée à leurs yeux. Seule leur importe la liberté, tant qu'elle est assaisonnée d'un bon paquet de talions. Alors, quand cette équipe de hors-la-loi se fait doubler par un nécromancien et se retrouve avec une armée d'orcs, un mage elfe blanc et une cité-état naine aux trousses, ils décident de faire ce que tout nain sensé ferait à leur place : retrouver le mage noir et lui faire cracher ses dents. Critique : Et voilà, comme souvent avec Soleil, en parallèle des sorties du tome 28 d'Elfes, et du tome 10 d'Orcs et Gobelins, nous voici avec la fournée 19 de Nains. L'univers des terres d'Arran ne cesse de s'enrichir. Inutile de vous dire que je trouve souvent les tomes de Nains moins ennuyeux ou classiques que les tomes d'Elfes, la faute probablement aux libertés qu'autorisent les différences entre les caractéristiques supposées de ces races. Et ce tome de Nain ne fait pas exception à la règle car si le scénario a une belle odeur de déjà vu avec cette troupe de coquins roublards, malhonnêtes mais sympathiques, façon Han Solo ou Jack Sparrow, l'intrigue est suffisamment bien troussée pour nous divertir, tout en nous livrant quelques belles scènes d'actions et autre morceaux de bravoure réjouissants. On est là loin du sérieux lénifiant qui tient la série Elfes. Ici l'escroquerie est poussée jusqu'au bout, et parfois trop loin quand elle entraine guerres et massacres sans afficher le moindre remord. En terme de morale ces malfaisants là n'auraient rien à envier au triste sire des Indes Fourbes. Mention spéciale à la patte graphique de Jean-Paul Bordier qui assure une très belle partie graphique, dans les codes voulus par la série, mais en y apportant son soucis du détails et des personnages. L'impression de visages parfois trop "lisses" et de décors trop "informatisés" que l'on ressent parfois sur la série n'est ici pas présente. Au final ce tome-ci ne m'a pas semblé à ce jour avoir un rôle majeur dans le déroulement du scénario principal des terres d'Arran, mais il rajoute sans coup férir de nouveaux personnages secondaires réjouissants et riches en caractères à un ensemble qui en manquait parfois. Ce Nains tome 19 se lit comme un bon one shot de BD d'Heroic Fantasy bien fourbe et ne se prenant pas trop au sérieux, de l'Heroic Fourberie finalement. Autres infos : Je n'aime définitivement pas les Elfes. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nains-tome-19-tadgar-des-errants?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...