Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'thriller financier'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


6 résultats trouvés

  1. Voici le dernier tome de la série Hedge Fund qui clôture les 6 tomes précédents. La fin risque d'ailleurs de vous surprendre, le parti pris étant assumé jusqu'au bout. Cette série a toujours présenté un intérêt du fait des explications données sur l'envers des marchés financiers. Ceci étant ces explications restaient compréhensibles par le profane. Par contre j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec le personnage principal que j'ai toujours trouvé trop impersonnel et froid. Cette fin de série est donc à cette image, un peu trop froide pour moi, mais technique, terriblement réaliste et ancrée dans notre quotidien. Graphiquement, le changement de coloriste en cours d'album ne se ressent pas. Reste que globalement on est sur une BD de thriller financier et que le traitement graphique est propre sans être remarquable, comme le veut le genre finalement.
  2. Titre de l'album : Hedge Fund - Tome 7 - Pour tout l'or du monde Scenariste de l'album : Tristan Roulot et Philippe Sabbah Dessinateur de l'album : Patrick Hénaff Coloriste : MIKL & Denis Béchu Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La mission de Frank Carvale pour la CIA a été un véritable succès : il a porté un rude coup au marché chinois de l'or. Son devoir patriotique accompli, le naturel revient au galop et Frank compte bien tirer les marrons du feu qu'il a lui-même attisé. Mais le trader oublie un petit détail : aussi audacieux qu'il soit, son Hedge Fund ne fait que jouer selon les règles du marché. Alors qu'il a face à lui un État qui n'hésitera pas à les réécrire à son gré. Plus dure risque d'être la chute... Critique : Voici le dernier tome de la série Hedge Fund qui clôture les 6 tomes précédents. La fin risque d'ailleurs de vous surprendre, le parti pris étant assumé jusqu'au bout. Cette série a toujours présenté un intérêt du fait des explications données sur l'envers des marchés financiers. Ceci étant ces explications restaient compréhensibles par le profane. Par contre j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec le personnage principal que j'ai toujours trouvé trop impersonnel et froid. Cette fin de série est donc à cette image, un peu trop froide pour moi, mais technique, terriblement réaliste et ancrée dans notre quotidien. Graphiquement, le changement de coloriste en cours d'album ne se ressent pas. Reste que globalement on est sur une BD de thriller financier et que le traitement graphique est propre sans être remarquable, comme le veut le genre finalement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hedge-fund-tome-7-pour-tout-l-or-du-monde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : I.R.$ tome 22 - La résurrection des condamnés Scenariste de l'album : Desberg Dessinateur de l'album : Vrancken Coloriste : Marquebreucq Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Connaît-on jamais vraiment quelqu'un ? C'est la question à laquelle doit répondre Diane, la femme de Larry B. Max. Son mari est-il le sénateur vertueux et bon père de famille qu'elle a épousé, ou un chevalier blanc ivre de sa mission dont l'intransigeance a poussé son bienfaiteur au suicide ? Larry, lui, enquête sur une autre identité : qui est Jonny, son accusateur de l'ombre ? Et son seul indic vient de mourir en n'ayant que le temps de lui indiquer un hôpital psychiatrique, théâtre idéal pour le dénouement de la plus hitchcockienne de ses aventures. Critique : Les tomes d'IR$ se suivent et finissent malheureusement par se ressembler un peu. Ici les ressorts scénaristiques utilisés tentent une petite originalité bienvenue, mais malheureusement la froideur et le manque total d'empathie que notre justicier implacable et sans faute Max nous fait ressentir ne nous aide guère à nous immerger dans ce récit. Globalement le scénario ne brille pas par des retournements de situation fous et l'on suit comme des spectateurs distants ce drame qui se déroule. L'intensité n'a pas été pour moi au rendez-vous et je n'ai pas eu non plus de machination complexe ou diabolique à me mettre sous la dent. Graphiquement, comme souvent avec M. Vrancken, c'est très propre et soigné, même si parfois le trait accentue peut être l'impression de froideur ou le côté trop lisse des personnages... Ceci dit une fois encore pas grand chose de nouveau. les fan trouveront globalement leur compte avec ce tome 22, pour les autres, peu de chance de changer d'avis maintenant. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-r-d-tome-22-la-resurrection-des-condamnes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Les tomes d'IR$ se suivent et finissent malheureusement par se ressembler un peu. Ici les ressorts scénaristiques utilisés tentent une petite originalité bienvenue, mais malheureusement la froideur et le manque total d'empathie que notre justicier implacable et sans faute Max nous fait ressentir ne nous aide guère à nous immerger dans ce récit. Globalement le scénario ne brille pas par des retournements de situation fous et l'on suit comme des spectateurs distants ce drame qui se déroule. L'intensité n'a pas été pour moi au rendez-vous et je n'ai pas eu non plus de machination complexe ou diabolique à me mettre sous la dent. Graphiquement, comme souvent avec M. Vrancken, c'est très propre et soigné, même si parfois le trait accentue peut être l'impression de froideur ou le côté trop lisse des personnages... Ceci dit une fois encore pas grand chose de nouveau. les fan trouveront globalement leur compte avec ce tome 22, pour les autres, peu de chance de changer d'avis maintenant.
  5. Titre de l'album : I.R.$. - Tome 21 - La chute des anges Scenariste de l'album : Desberg Dessinateur de l'album : Vrancken Editeur de l'album : Le Lombard Note de l'album : 3 Résumé de l'album : Larry a quarante ans et est devenu sénateur. Il mène désormais une vie de famille depuis qu'il a épousé Diane, avec qui il a eu deux enfants. Depuis quelques semaines, il est la cible d'accusations ignobles. On lui reproche d'avoir poussé son prédécesseur au suicide pour prendre sa place. Niera-t-il également l'existence de Lorna et Jetta, deux anciennes maîtresses qui l'accusent d'abus de pouvoir et meurtres sous couvert de ses fonctions à l'IRS ? Les choses vont encore se gâter quand Lorna est assassinée aux pieds de Larry et que l'instant est immortalisé par une jeune photographe. Désormais, quelqu'un fait chanter le sénateur et le pousse à présenter sa démission. Larry doit rapidement trouver son maître-chanteur et impérativement laver son honneur, au risque de tout perdre…. Critique : Nouveau cycle et nouvelles intrigues pour ce tome 21 des avanture de Larry Max. Il a pris un coup de vieux au passage, à la manière d'un Alix Senator. Bon après tout pourquoi pas, l'intérêt de la série IR$ étant plutôt la plongée dans les magouilles financières de notre époque. Sauf que voilà Larry propulsé sur la scène politique. Et évidemment pris dans un complot sous forme d'un retour de bâton virulent par rapport à ses anciennes activités. Si l'idée de repartir sur de nouvelles bases pourra amener un peu de fraicheur à cette série il faut cependant bien dire que je n'ai pas été transcendé par l'histoire racontée par M DESBERG cette fois-ci. C'est peu dire que j'aime habituellement souvent ce scénariste mais là on est vraiment sur tome 1 de transition archi convenu. Et son héros m'inspire toujours aussi peu d'empathie qu'avant. Par ailleurs, j'ai trouvé le traitement graphique une nouvelle fois propre, mais trop lisse, trop beau, et finalement comme le héros, assez impersonnel. Je crains que ce tome 21 ne s'adresse qu'aux fans de la série qui devraient assez facilement y trouver leur compte. En attendant peut être un regain d'intérêt au niveau de l'histoire avec le tome 22 ? Autres infos : Oseille, magouilles, coups bas et politique. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/irs-tome-21-la-chute-des-anges?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nouveau cycle et nouvelles intrigues pour ce tome 21 des avanture de Larry Max. Il a pris un coup de vieux au passage, à la manière d'un Alix Senator. Bon après tout pourquoi pas, l'intérêt de la série IR$ étant plutôt la plongée dans les magouilles financières de notre époque. Sauf que voilà Larry propulsé sur la scène politique. Et évidemment pris dans un complot sous forme d'un retour de bâton virulent par rapport à ses anciennes activités. Si l'idée de repartir sur de nouvelles bases pourra amener un peu de fraicheur à cette série il faut cependant bien dire que je n'ai pas été transcendé par l'histoire racontée par M DESBERG cette fois-ci. C'est peu dire que j'aime habituellement souvent ce scénariste mais là on est vraiment sur tome 1 de transition archi convenu. Et son héros m'inspire toujours aussi peu d'empathie qu'avant. Par ailleurs, j'ai trouvé le traitement graphique une nouvelle fois propre, mais trop lisse, trop beau, et finalement comme le héros, assez impersonnel. Je crains que ce tome 21 ne s'adresse qu'aux fans de la série qui devraient assez facilement y trouver leur compte. En attendant peut être un regain d'intérêt au niveau de l'histoire avec le tome 22 ?
×
×
  • Créer...