Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Blake et mortimer t27 : Le cri de Moloch


    poseidon2
    • Scenariste: Jean Dufaux Dessinateur: Christian Cailleaux / Étienne Schréder Coloriste: Christian Cailleaux / Étienne Schréder Editeur: Dargaud Note :
      Résumé:

      Dans L'Onde Septimus, la menace d'un engin extraterrestre, baptisé Orpheus, avait été déjouée grâce au sacrifice d'Olrik. Depuis, le " colonel " vit reclus dans un asile psychiatrique. Tandis que Philip Mortimer tente de ramener à la raison son vieil adversaire, en usant de la célèbre formule du sheik Abdel Razek (" Par Horus, demeure ! "), il apprend qu'il existe un autre Orpheus. A bord d'un cargo transformé en laboratoire secret, Mortimer découvre cette l'étrange pilote de cette machine venue d'ailleurs : un alien à forme humaine, sombre et hiératique, auquel les scientifiques ont donné le nom de " Moloch ", la divinité biblique. Mais les réactions de ce Moloch, et les hiéroglyphes qu'il laisse derrière lui comme autant de messages indéchiffrables, font craindre le pire. Cette fois encore, la capitale britannique est en danger. A moins qu'Olrik ne joue de nouveau les héros...Avec L'Onde Septimus 2, Jean Dufaux conjugue science-fiction, aventure et folie en un bel hommage à l'oeuvre de Jacobs, relayé par le trait évocateur et précis du travail à quatre mains de Christian Cailleaux et Etienne Schréder, qui mettent en scène un Londres éternel digne de La Marque Jaune.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Aventure

    Je ne sais trop quoi pensez de ce tome de Blake et Mortimer. Déjà une partie de moi à un réflexe Asterixien qui dit que les Et n'ont pas grand-chose à faire dans Blake et Mortimer. L’autre côté se dit qu'au final ce n'est pas si aberrant que cela au vus des aventures passées de nos deux compères. Sur ce point je vous laisserais juger.

    Surtout que l'histoire est bien ficelée et très "Blake et Mortimer" avec une surdose de British avec la reine elle-même très présente. Les dessins sont magnifiques avec des vues de Londres vraiment superbes.

    Au final ce qui me dérange presque le plus c'est la tournure globale de la série depuis quelques tomes. En effet je ne me souviens que les histoires de Jacobs obligent les lecteurs à avoir une connaissance des albums passées. Je me souviens des albums de Jacobs comme des histoires en  2 ou  3 tomes mais indépendantes les unes des autres. Ce qui faisait leurs charmes. On pouvait lire les 3 formules du professeur Sato sans forcément avoir lu les précédents et sans être vraiment dérangé. La..... Et bien je trouve que ce n'est plus le cas. La volonté de toujours ressortir Olric et le fait de toujours tout ramener à la grande pyramide oblige le lecteur à être au moins au courant de tous les tomes qui traites de ce sujet-là. 

    Certains aimeront surement cette continuité. Moi je trouve que ce n'est pas forcément dans l’esprit et je trouve que forcer Olric à être en permanence le gentil/méchant n'est pas vraiment dans l'esprit.

    Je vous laisse juge et vous encourage à venir nous donner votre point de vue !



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Ca parait pas mal malgré tes réserves.

    Mais je crois que ça ira sur la pile de la honte avec les 3 qui ont précédés (oui, j'ai du mal à lire les B&M)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah moi j'aime beaucoup et celui-ci est prévu en achat 🙂 , comme les autres d'ailleurs , et ce , chaque année 🤨 .Mais bon , je rejoins @poseidon2 , tirer sur la corde ça va bien , surtout avec l'eternel nemesis Olrik ; que j'apprécie ceci dit , mais un vent de changement serait le bienvenu . Les 3 derniers ne m'ont pas convaincus , mais alors pas du tout . J'achète en complément de collection , ce qui devient stupide . Bref , je verrai , mais j'avais bien aimé l'arc sur Septimus , donc  , à voir ....

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 38 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La pierre du chaos t2
      Note :
      J'avais mis en avant, sur le premier tome, que l'on voyait vraiment sur cette série l'apport d'un romancier. Et cela ne change pas sur ce tome  2. Voir même c'est encore plus présent sur ce tome 2. Car dieu que ce tome est dense ! Il se passe encore énormément de chose. De l'invasion, en passant par le rôle de la sorcière, l'arrivée de la femme de l'un des personnages principaux et la montée en puissance de notre appelé aux pouvoirs magiques, il y a tellement de contenu que ce tome ... ressemble quasiment à une mise en bouche pour le livre qui en est tiré.

      C'est le seul défaut de ce tome 2 : il donne envie d'en savoir plus ! On se passionne pour cette guerre et l'évolution de tous nos personnages mais on a l'impression de n'avoir que l'essentiel de l'histoire et que l'on pourrait creuser bien plus les relations entre les personnages ou avoir plus informations sur le déroulée de la guerre.

      Par ce que tour le reste c'est tout bon. On a un super graphisme avec un très gros travail  de Stéphane Créty sur le bestiaire pour nous livrer une qualité globale impressionnante et bien nous faire ressentir le poids de l'histoire. 

      Une vraie bonne histoire d'héroic fantasy qui fera une bonne trilogie à n'en pas douter.... mais pour laquelle on aurait presque aimé 6 tomes.
      • 0 réponse
    • Les déracinés
      Note :
      Les déracinés est une adaptation des trois premiers romans de Catherine Bardon en bande dessinée aux éditions Philéas. Catherine Bardon se charge de cette adaptation pour conserver essentiellement les moments forts et intenses des romans pour tenir dans une bande dessinée d'une centaine de page. L'histoire commence à Vienne durant l'entre-deux guerres avec la montée du parti nazi en Allemagne et leur politique antisémite. On suit la destinée d'Almah et Wilhelm un jeune couple qui va subir les persécutions nazies avant de fuir leur pays dans un voyage interminable jusqu'en République dominicaine. Ce drame est inspiré de faits réels pour retranscrire au plus proche le calvaire du peuple juif à cette époque troublée en Europe. La bande dessinée est divisée en quatre chapitres qui coïncide avec les moments importants de la vie du couple de héros et le lieu où ils vivent.

      Le dessinateur Winoc réalise la partie graphique avec beaucoup de maitrise dans un style réaliste. La mise en scène est classique mais convient au récit historique avec des planches plus originale qui dynamisent l'ensemble pour marquer les moments forts. 

      Les éditions Philéas se sont spécialises dans les adaptations de Romans à succès avec Gravé dans le sable de Michel Bussi ou le syndrome [e] de Franck Thilliez et maintenant les déracinés. Ces adaptations sont très réussies et restent fidèles aux romans comme on peut encore le voir avec les déracinés.
      Alx23
      • 2 réponses
    • Conan le cimmérien - Le dieu dans le sarcophage
      Note :
      La série des adaptations des aventures de Conan le cimmérien se pousuivent avec Le dieu dans le sarcophage. Doug Headline se charge de l'adaptation en scénario avec beaucoup d'originalité dans la méthode de narration. A tour de rôle, l'auteur nous donne le point de vue de chaque protagoniste présent pour résoudre le meurte commis. Par ce biais, on découvre les pensées de Conan mais aussi des gardes alors que les tensions montent. L'histoire se déroule comme dans une enquête d'Agatha Christie. Plusieurs personnes peuvent être coupable du meurtre et le chef de garde doit résoudre le mystère, avec une partie fantastique en plus. 

      Emmanuel Civiello nous livre sa vision du cimmérien avec beaucoup de maitrise pour mettre en image cet univers. Il est amusant de voir comment différens auteurs dessine Conan au fil des albums déjà disponibles. Civiello offre en plus des illustrations en fin d'album en plus de celles d'autres auteurs de bande dessinée comme pour les tomes précédents.

      Le dieu dans le sarcophage est une très bonne surprise avec cette histoire plus abutie et dessins de qualité.
        • Like
      • 7 réponses

    • Fire Force t17
      Note :
      Les piliers pleuvent ! Et c'est synonyme d'avancée de l'histoire. Et ça c'est bien ! Surtout que tous les protagonistes se confrontent pour la première fois et on nous montre bien qu'il y a non pas 2 mais 3 camps avec chacun ses intérêts et ses ambitions.

      Et cette avancée est rythmée par des combats dantesques ou les lignes de démarcation bougent et ou des alliances de circonstances se créées. Alliances de circonstances qui nous font nous questionner  sur ce qu'il va vraiment se passer lors de la confrontation finale à venir.

      Un des tomes les plus sympas depuis un moment avec une fin sur fond de manipulations coté Hajima...
      • 0 réponse
    • La gameuse et son chat tome 1
      Note :
      Riko Kozakura décide sur un coup de tête d’adopter un chaton. Elle qui passe tout son temps libre sur les jeux vidéo au point de ne jamais faire aucune minute de travail supplémentaire et de fêter la fin d’un jeu en faisant un festin, elle va devoir gérer un animal dont elle ignore tout !

      Bon, que ceux qui n’aiment pas les livres qui parlent de jeux vidéo ou de chats passent leur chemin car il n’y a que ça dans le livre : à la fois des pages avec un petit chat tout mignon et aussi des tranches de vie de Riko à la façon geek (pour elle, les vendeurs dans les magasins sont de pnj !). Et c’est bien là le charme du manga, pas les pages de chaton car on en a déjà vu (et ça reste très mignon) mais la façon dont Riko va gérer la situation : complétement novice en matière de chat, elle relève le défi comme si c’était un nouveau jeu sauf que le chat n’est facile à diriger !

      On obtient donc un manga agréable, qui se lit facilement. Une bonne distraction.
      • 1 réponse
×
×
  • Créer...