Aller au contenu
  • S’inscrire

  • Kevin Nivek
    • Scenariste: Marguerite Boutrolle Dessinateur: Marguerite Boutrolle Coloriste: Marguerite Boutrolle Editeur: Rivages Editions Note :
      Résumé:

      Apres un burn-out et une separation amoureuse, Aby decide de rejoindre la colocation de sa meilleure amie Jet, en Auvergne. Mais l'ambiance devient rapidement pesante pour elle, qui n'est pas habituee a la vie en communaute... Ville ou campagne ? Argent ou decroissance ? Liberte individuelle ou interdependance groupale ? La part des lâches raconte avec beaucoup de sensibilite nos fragilites et contradictions.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie Prix: 24 Nb de pages: 272
     Share

    Marguerite Boutrolle réalise son second roman graphique sur cette mode post-Covid  de contre-urbanisation . De nombreux cadres fuient les villes et leur bruit , leur agitation , leur stress , pour se retrouver à la campagne et/ou se recycler professionnellement . D'emblée , l'atmosphère est installée par le trait crayonné charbonneux de l'artiste à travers ces paysages déserts , des rues vides , le calme d'une forêt proche , le doux bruit d'une rivière dévalant son lit . On  y suit Aby en pleine introspection , elle communique par textos avec son compagnon , mais on comprend très vite que l'avenir de leur couple ne tient que par un fil . Puis l'on découvre ses colocataires de fortune , une bande de jeunes gens hétéroclites , aux parcours divers , mais unis par un anticapitalisme forcené et un discours libertaire . On observe leur quotidien , oscillant entre cueillette de fruits puis transformation en confiture , lecture , courses , débats sociétaux ; avec une Aby en retrait , semblant cultiver une certaine solitude et s'en nourrir . Au fond elle ne sait ce dont elle a besoin et sa rencontre avec une femme marginale du village , vivant en autarcie , va lui ouvrir d'autres horizons .

    C'est un portrait contemporain de jeunes adultes en proie au doute , cherchant leur place dans une société en perpétuel mouvement . Une grande mélancolie se dégage en tournant les pages , l'auteure n'hésite pas à marquer des événements par des double-pages vides ou noires , comme des ruptures nécessaires pour le lecteur et les protagonistes . Elle expose aussi une certaine contemplation au détour de pleines pages sur un bord de rivière , une route longeant un pré , un bosquet d'arbres . Tout ceci rend le lecture méditative et interpelle le lecteur qui prend part aux questions d'Aby . Un sujet de fond intéressant qui mérite relecture , en acceptant ce style graphique particulier en bichromie .

    planche1.jpg

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Quoi qu'en ce moment j'en viens à fuir les personnes faisant du prosélytisme écologique et de la culpabilisation une arme.... donc en fait non j'évite un peu ce genre de lecture 🙂 Même si je NE SAIS PAS si c'est le cas ici. Mais pas envie de me prendre le tete 😛

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 34 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Tango - Tome 8 - Ballade de la mer de Sulu
      Note :
      Ah qu'est ce que j'aime cette série. On est déjà au tome 8 et c'est toujours aussi difficile de dire ce que j'apprécie et qui la rend particulière. 

      Les scénarios de Matz sont solides comme souvent et pas trop extravagants donc assez prenants. Les dessins de Xavier sont toujours aussi propres, dans la pure tradition franco belge. 

      Le dosage entre humour et action est bien réussi, il se passe quand même pas mal de choses pour un album de 64 pages, et ... et en même temps, ce n'est pas non plus extraordinaire. 

      Mais ces deux héros font désormais partie de mon paysage de bd, et comme eux ont plaisir à être ensemble et à voyager, j'ai plaisir à les voir barouder d'aventures en aventures. Ce qui sera probablement un brin répétitif et redondant pour certains me plait finalement bien sur ces 8 tomes. Tango au charme ravageur, Mario en vieux ronchon mais perspicace, le duo fonctionne, leurs piques aussi. J'aime tout simplement, et parfois il n'y a guère à chercher plus loin le pourquoi. Ce qui est d'ailleurs remarquable avec cette série c'est que vu qu'on est déjà au 8ème tome, je suis loin d'être le seul. 

      A noter que la mise en couleur de Jérôme Maffre est très réussie même si j'aurais peut être aimé encore plus de couleurs tropicales sur certaines planches.

      En bref, un bon tome, qui me donne encore envie de lire sa suite. Pour les amateurs de la série, ce tome semble marquer la fin du diptyque en cours, mais pas mal de choses restent ouvertes encore donc... A voir sur le tome 9 ? Dans tous les cas j'en serais.
      • 0 réponse
    • Speranza D'or et d'ivoire
      Note :
      Speranza débute une nouvelle série d'Eric Cobeyran et Achille Braquelaire avec une journaliste d'investigation pour héroïne. Les deux scénaristes s'inspirent de faits réel de notre époque pour construire leur fiction. Plusieurs thématiques sont annoncées comme l'écologie, la misère et la lutte contre les inégalités, la société numérique et biens d'autres. Ce premier tome propose une histoire complète sur le trafic illégal de l'ivoire à destination de la Chine, comme le titre le laisse sous-entendre. La journaliste mandatée pour remonter la piste de l'assassinat d'un homme combattant le braconnage des éléphants en Tanzanie. Les deux auteurs mélangent action, aventure en pays exotique et récit policier avec cette enquêtrice en herbe. Les dessin sont réalisés par Salaheddine Basti dans un style réaliste, très classique.
      Le sujet est très actuel avec les moyens énormes utilisés par les braconniers ayant recours au meurtre pour continuer de massacrer les éléphants pour l’ivoire. Ce premier tome de Speranza pose la problématique pendant que cette journaliste accomplit des merveilles avec des articles causant l’arrestation de personnes intouchables. La fin annonce un prochain reportage d’investigation.  
      • 0 réponse
    • (Dé)rangée tome 2
      Note :
      Suite du diptyque sur la petite voix que l'on a dans la tête et que l'on n'écoute jamais. Celle que l'on ferait mieux d'écouter justement.

      Deuxième tome donc et peut-être tome en trop. J'avais été charmé par le premier tome qui nous montrait l'intérêt de prendre du recul et de faire, de temps en temps, le point sur sa vie.

      Celui-ci remet le couvert en mode "tient il manque quelque chose" et nous propose cette fois de réfléchir sur la vie "idéale" que nous présente la société : un travail intéressant, une vie de couple, des enfants…  vie "de base" qui n'est, effectivement, pas fait pour tout le monde.

      Mais sur ce coup-là, le côté "petite fée" est un peu plus tirée par les cheveux. Notre héroïne réussi à faire toute seule son auto-évaluation et auto-critique et si l'histoire de la gestion de l'égoïsme, quand tout va bien, est intéressante, elle ne méritait pas forcément un album.

      Après un premier tome réussi, on est toujours content de retrouver les personnages qui nous ont charmé. c'est le cas ici et la lecture est un bon moment de détente qui plaira aux amateurs du premier. De la à savoir si ce moment de détente est mieux qu'un autre...
      • 0 réponse
    • Il ne devra plus y avoir d'orphelins sur la terre
      Note :
      Alors je dois bien comprendre que malgré une lecture attentive je ne comprends pas vraiment le titre... en effet cet album nous présente la difficile retour à la réalité d'un soldat italien en pleine déroute et fuyant les alliés.

      Une partie de l'histoire d'Italie que l'on ne connait pas et n'en pas sans rappeler la débâcle française avec des gens sur les routes fuyant l'envahisseur.

      SI les rencontres et l'état d'ébahissement de notre soldat, tout comme l'état de cette Italie en pleine défaite, sont intéressants, je n'ai pas trouvé de rapport au titre 😞

      Étrange car cela me fait dire que j'ai raté un truc. Sentiment qui s'est confirmé par mon sentiment d'une lecture trop rapide et trop évidente.
      • 0 réponse

    • N°6 tome 5
      Note :
      Rhaaaa décidément j'ai du mal avec cette histoire !! j'ai du mal parce qu'à chaque fois l'histoire principale avance, mais est noyé dans un pseudo boys love pas assumé.... et la ce tome change enfin avec une vraie avancée et très peu de BL !

      Ca fait du bien mais ca parait un peu tard et un peu précipité. Ca avance tellement vite qu'on regrette presque le temps perdu dans les premiers tomes !

      Bref ce tome ci est bien et j'attends de voir si ca continuera comme ca  
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...