Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Lancelot Dulac


    LaVieDansLesPlis
    • Scenariste: Victor Pouchet Dessinateur: Killoffer Editeur: L'école des loisirs Note :
      Résumé:

      Comme son nom l’indique, Lancelot Dulac est chevalier. Mais il n’en est pas encore sûr. Pour le moment, il fait 1,35 mètre, rentre en 6e et tout change. Dans la Cour de récréation, un certain Arthur a le pouvoir. Quand la plus belle fille du collège dont il est amoureux disparaît, il lui faut se lancer dans une quête semée d’épreuves. Tournoi, traversée de la jungle du métro, fées et Palais des Glaces seront autant d’occasions d’éprouver sa peur et son amour, d’exercer son courage, et de devenir pour de bon, le preux chevalier qu’il espère être.

      Type: Livre pour enfants L'acheter sur bdfugue Genre: Aventure
     Share

    Avec Lancelot Dulac, Victor Pouchet nous livre une réécriture du mythe arthurien et de l’initiation chevaleresque. Ainsi, Lancelot Dulac, un jeune adolescent de notre monde bien contemporain se retrouve-t-il entrainé dans l’aventure intime mais non singulière du sentiment amoureux dans ses premiers élans et qui ouvre les voies profondes de la construction de l’individu face aux regards de l’être aimé et à ceux du groupe, face à soi-même. Et parce qu’il se nomme Lancelot et qu’il est un jeune garçon qui éprouve, aime et imagine, son aventure prendra la forme de ce récit de chevalerie que nous connaissons bien parce qu’il en existe de si nombreuses versions. L’album s’ouvre ainsi sur une citation du Quichotte de Cervantès : « Tout ce qu’il pensait, voyait ou s’imaginait, lui semblait être fait et se passer de la même façon que ce qu’il avait lu. » Voila pour le matériau du livre. L’écriture est claire et efficace, le narrateur est extérieur à l’histoire mais la focalisation est bien celle de Lancelot et nous naviguons ainsi avec lui assez facilement d’une épreuve à une autre, d’une émotion à une autre. 

    Quelle plus grande première aventure que celle de la cour du collège ? Quel jeune adolescent ne pourrait-il pas se reconnaitre dans ces premières tentatives difficiles de décrypter les autres, l’autre, et puis soi-même, de se faire sa « juste » place, de saisir ce que peut être la vraie « valeur » ? L’identification est facile et le sens guidé par la métaphore imaginaire de Lancelot. D’un accès facile donc pour de jeunes lecteurs.

    Les planches Arty de Killoffer illustrent à merveille le récit et l’on oscille là encore entre l’imaginaire arthurien et la cour de l’école, le tout récupéré par un bédéiste pop rock qui donne une image très singulière de cette quête intime dans un monde où les autres prennent la forme ou plutôt « l’aforme » des anonymes d’un Keith Haring. C’est une belle réussite visuelle et elle fonctionne parfaitement avec le récit, et inversement.

    Que nos petits lecteurs découvrent ou redécouvrent le mythe arthurien dans ce récit n’a pas d’importance ; la force du texte réside ailleurs et justement en ce que les grands mythes parlent simplement et justement de l’homme et de ses tourments. Et Victor Pouchet a su donner un riche écho au mythe original et c’est une autre histoire -et toujours la même- que nous lisons alors, celle de Lancelot Dulac qui ira jusqu’au bout de cette quête de lui-même. Et l’on peut finir ici par cette chansonnette que pousse Lancelot dans cette première ultime épreuve de son aventure, parce que c’est en partie là ce que nous devons retenir de cette si jolie histoire.

    « Le trampoline va de la terre jusqu’au ciel

    Entre la chance et le puits, tu reviens et c’est fini.

    Moyen, petit ou grand, tu es là pour t’envoler,

    Lance toi en avant, prends garde où tu mets les pieds. »

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 18 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • PARIS Manga & Sci-Fi show - le rendez-vous de la pop culture
      Après presque deux ans d'arrêt forcé, le plus grand événement de pop culture parisien, Paris Manga & Sci-Fi Show, est de retour au Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour une 30e édition, les 6 et 7 novembre 2021.

      Festival phare dédié à la pop culture avec deux éditions par an attirant chacune

      72 000 visiteurs, cet événement réunit les passionnés de manga, de culture asiatique mais aussi de séries TV, cinéma, science-fiction… en mettant en valeur les pop cultures japonaise, européenne et américaine.


       

       
      Paris Expo – Porte de Versailles – Paris Hall 3

       

      LES INVITÉS ANNONCÉS :


       

       
      Acteurs séries TV & cinéma

      Tom Welling (Smallville, Lucifer, Crisis on Infinite Earths)

      Kristin Kreuk (Smallville, Beauty & the Beast)

      Michael Shanks (Stargate SG-1, Saving Hope, Smallville)

      Joe Flanigan (Stargate Atlantis, Metal Hurlant Chronicles)

      Liam McIntyre (Spartacus, The Flash)

      Jean-Robert Lombard (Kaamelott)

      Tony Saba (Kaamelott)


       
      Illustrateurs Comics

      Sabin Rich (Black Cat, Harley Quinn)

      Simone Buonfantino (X-Men: Gold, Black Widow)

      Mr. Garcin (Spider-Man, Daredevil)

      Declan Chalvey (Deadpool, Punisher, Moon Knight)

      Mikel Janin (Batman, Justice League Dark, Superman)

      Glenn Fabry (Constantine, Preacher, Judge Dredd)

      Vincenzo Viska Federici (Red Sonja, Vampirella, Kabuki Fight)

      Pasquale Qualano (DC Bombshells, Doctor Who, Sonjaversal)


       
      invités Japanimation

      Sinath (Run Away, Courir pour toi)

      Cédric Biscay (Blitz)

      Mig (Wakfu, Dofus Pets, Ogrest)

      Maakii (Bleach, Gundam)

      Lightning
        • Like
      • 3 réponses
    • West Legends - Wild Bill Hickok Forty Bastards
      Note :
      ce Wild Bill Hickok est le 5ème one shot dédié aux grands personnages du Western édité aux éditions soleil sous le nom West Legends. Et c'est peu dire que j'ai été dubitatif sur les débuts de cette série, les premiers tomes ne m'ayant guère emballés par leurs traitements graphiques ou leurs personnages. 

      J'avais donc un peu décroché après le second. 

      Force est de constater que ce tome 5 est plus conséquent que les précédents que j'avais pu lire. Le scénario y est ici implacable et simple. Les motivations des personnages sont tout aussi évidentes et logiques. Et le semi huis clos présenté dans la grande nature sauvage ne manque pas de charme. Rajoutez à ça un personnage principal aussi imbuvable que sa légende et vous obtenez un cocktail sympathique et inattendu pour un bon fan de Western.

      Seul bémol, le traitement graphique gagnerait à être plus poussé je pense si la série veut franhcir un cap, certains visages semblent toujours aussi figés et rigides.
      • 0 réponse
    • Agughia
      Note :
      Pas une mais deux BDs d'un coup chez Dargaud dans sa collection de romans graphiques de science-fiction. Apres la part merveilleuse, j'ai eu le plaisir de lire Agughia. Je dis bien le plaisir car cette fable socialo-écologique m'a vraiment plu. 

      En plus d'y retrouver tout ce qui fait la force d'une BD d'anticipation contemporaine avec des préoccupations écologiques avec la terre dans un été déplorable et une critique sociale des castes les plus riches voulant garder ce qu'il reste de bien juste pour eux, cette BD à une belle saveur de BD des années 80-90. Que ce soit le traitement graphique ou encore le traitement de l'histoire elle-même, on retrouve cette façon de prendre son temps dans le déroulé de l'histoire et d'y inclue des passages humoristiques innovant, hors contexte et ne réclamant pas d'explication.

      Porté par un scénario dont on ne saurait deviner la fin et le déroulement, Hugues Micol nous fait vivre de l'intérieur l'aventure d'une fourmi qui, prise dans un engrenage immense, réussi à faire dérailler un train.

      Une belle lecture qui pèchera peut être un peu en termes de potentielle de relecture une fois la surprise du scenario passée.
      • 7 réponses

    • Vampire la mascarade Tome 1
      Note :
      Vampire la mascarade est l'adaptation du jeu de rôle culte du début des années 90 en comics, après le jeu vidéo, le téléfilm et les romans. Je ne connais pas le jeu de rôle mais on retrouve bien un univers gothique-punk dans ce comics avec toutes les familles de vampires qui se partagent les villes pour leur terrain de chasse ou leur réservoir de sang. Les castes vampiriques sont très organisées avec plusieurs rôles pour les membres du clan. Il y a un côté complexe au départ pour comprendre tous les thermes utilisés si l'on ne connait pas, d'ailleurs il est préférable de lire les pages de textes d'explication en fin d'album avant de commencer la lecture. On retrouve aussi les compétences des personnages comme dans les jeux de rôles classiques. Au niveau de l'histoire, on suit les aventures de Cecily Bain, la botte crottée du prince Samantha Merrain ainsi qu'un autre groupe de jeune vampire sans famille attitrée. 
      Les dessins de Devmalya Pramanik et Nathan Gooden sont dans un style réaliste très sombres comme la plupart du temps, l'histoire se déroule la nuit. Aaron Campbell est aussi présent dans cet album en signant toutes les couvertures, c'est un auteur très tendance actuellement.
      L'histoire est intéressante et riche en intrigue avec tous les conflits d'intérêts de chacun dans cette organisation vampirique. J'ai bien apprécié ce premier tome même sans connaitre l'œuvre d'origine ou les autres adaptations des autres médias.
      • 0 réponse
    • Boruto t12
      Note :
      Ca y est ! L'histoire de Boruto commence enfin !

      Bon il aura fallu 12 tomes mais là nous sommes enfin dans le vif du sujet à savoir : Une histoire avec des méchants, bien identifiés, qui ont un but et qui sont super balaise plus plus et en veulent à Boruto !

      Ça parait con comme ça mais c'est un énorme pas en avant pour une série qui peinait à se sortir du giron de la série mère. Même si Naruto est toujours le personnage emblématique et donc centrale de l'histoire, tout le monde est maintenant conscient de l'ampleur de la menace et du risque encouru par Boruto.

      Ce manga est vraiment charnière et nous apporte énormément d'information. Un peu comme s'ils nous avaient tenu en haleine le plus longtemps possible avant de lâcher les infos. Bien parsemé de combats pour que l'on ne s'endorme pas, cela fait de ce tome 12 le meilleur de la série.... fallait être patient quand même.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...