Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Le requiem du roi des roses tome 16


    Nickad
    • Scenariste: KANNO Aya Dessinateur: KANNO Aya Editeur: Ki-oon Note :
      Résumé:

      Alors que Richard s'apprête à partir pour York en vue de son couronnement, le duc de Buckingham prend la surprenante décision de retourner dans son domaine. Hélas, le monarque n'est pas en grande forme, et l'examen effectué par Jane ne le rassure en rien... Bouleversé par ce qu'il vient d'apprendre, il court rejoindre son bras droit ! Mais leurs retrouvailles, loin de dissiper leurs doutes, ne font qu'accroître la faille qui s'est créée entre les deux amants : comprenant que l'avenir qu'il s'était imaginé n'est plus qu'une chimère, le faiseur de rois pose alors un ultimatum à son souverain, sous peine de nouveaux troubles dans le royaume ! Richard choisira-t-il l'amour ou la couronne ?

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Drame Prix: -- Nb de pages: --
     Share

    Poseidon2 avait fait la critique du 1er tome de la série mais vu que cela fait un certain temps, un petit rappel sur la série n’est pas superflu. Le requiem du roi des roses c’est une revisite de la pièce Richard III de Shakespeare, elle-même inspirée par le destin tragique de ce roi d’Angleterre, mort à 33 ans après n’avoir régné que 2 ans et pour cause, il était le 4eme fils du duc d’York. Le contexte historique de l’époque est particulièrement houleux, deux maisons se disputent le trône : les York et les Lancaster, et chacun met tous ses efforts pour devenir roi, traitrise, alliance, complots, guerres sont le quotidien des protagonistes.

    Le manga est bien ancré dans l’histoire mais Aya Kanno, autrice de shojo à l’origine, revisite la réalité en apportent deux touches spécifiques : la 1ère c’est qu’elle fait du jeune Richard un enfant maléfique, maudit même car il est hermaphrodite. Le 2eme c’est qu’à cause de cette particularité physique, il a des relations avec des hommes (pour information, il n’y a pas de scènes de sexe, ce n’est pas un yaoi).

    Notre héros est donc torturé, rejeté par sa mère depuis sa naissance, hantée par un fantôme qui est probablement une représentation de son côté obscur, il n’aura de cesse d’obtenir le trône avec l’aide du duc de Buckingham, quitte à éliminer tous les obstacles sur son chemin y compris ses propres frères !

    Ce 16eme tome est particulièrement réussi et on sent la fin approcher (série finie au tome 17). Buckingham a trahi Richard et a monté une révolte, les deux armées font route l’une vers l’autre mais en désespoir de cause et vue qu’il n’obtiendra pas ce qu’il veut plus que tout (à savoir partir avec Richard loin de tout), il se résigne à périr pour lui. Richard perd son plus précieux allié et ce n’est que le début, tout semble s’écrouler autour de lui, il est de plus en plus isolé alors que la tempête se lève : Henri Tudor, le dernier Lancaster est en chemin !

    Pour être honnête, la série a parfois souffert de longueurs, il y a beaucoup de personnages et parfois, au milieu de tous ces complots on s’y perd un peu. Mais là, en plus de ressentir l’effondrement de tout ce qu’a accompli Richard et la folie qui commence à le gagner, on est pris d’une empathie à son égard d’autant plus que l’on sait que cela ne peut que mal se finir. Aya Kanno sait mettre de la force dans ses dessins, des encrages et des compositions qui augmentent la présence du mal et mettent en valeur le chaos et le drame.

    requiem p2.jpg

    requiem 15 p1.jpg

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 68 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • La jeunesse de Thorgal - Tome 11 - Grym
      Note :
      Grym est le dernier tome et conclusion de la série spin off sur la jeunesse de Thorgal. Cette série a été un vrai plaisir pour moi, tant j'ai retrouvé les ambiances des premiers Thorgal. Des vikings, des mythes, de l'aventure. Certes ce Thorgal version jeune est un combattant plus tendre que sa version adulte, mais il brille déjà par son courage et sa morale. Ses qualités lui attirent déjà ennemis et amis, mais surtout des aventures à n'en plus finir. La jeune Aaricia ne démérite pas pour autant et offre un personnage faisant écho à celui de Thorgal, parfois même un peu dépassé. Les drames et les rebondissements vont se succéder dans cet épisode qui va voir une nouvelle fois des peuples du nord s'affronter sur fond d'exclusion et de conflits larvés. Le personnage de Grym se révèlera particulièrement intéressant par sa dramaturgie.

      Pour le dessin, il n'y a évidemment pas grand chose à redire sur le travail remarquable de Surzhenko qui dessine désormais cette série depuis le début et à su comme le créateur de Thorgal s'approprier finalement ce héros hors du commun et son univers graphique. C'est beau, c'est bien, c'est réussi. 

      Merci donc pour cette petite rallonge de plaisir de 11 tomes qui nous aura fait profiter de Thorgal un peu plus. Place désormais à Thorgal Saga ! 
      • 2 réponses
    • L'adoption cycle 2 t2
      Note :
      Après un premier tome assez dure et très critique envers ces gens qui cherchent à aider tout en se mettant en avant et sans vraiment réfléchir au côté humain, Zidrou nous propose ici une fin d'histoire en mode "rédemption". La ou Zidrou est encore une fois bon, c'est que cette rédemption ne vient pas toute seule. 

      Notre personnage principal se pose certes des questions, mais c'est surtout toute la famille qui laisse tomber ses attentes pour ne plus penser qu'au besoin d'un petit garçon de 10 ans.

      Si l'album est très bien mené et émouvant, j'ai quand même trouvé que la résolution allait un peu vite. Le premier nous avait introduit l'aspect traumatique de la guerre et de la vie en solitaire. Si ce deuxième point est bien mis en avant, l'aspect traumatisme de la guerre est lui un peu oublié dans ce tome 2, et c'est un peu dommage.

      Ce deuxième n'en reste pas moins une lecture très humaine et que je conseillerais les yeux fermés.
      • 0 réponse

    • Seule la mort attend la vilaine tome 2
      Note :
      Pénélope continue de chercher la meilleure solution pour survivre, pour cela il faut absolument qu’elle augmente son pourcentage d’affinité avec les personnages masculins du jeu. Comme elle semble avoir du mal avec ses « frères » et qu’il est hors de question de s’approcher du prince héritier, elle se tourne vers les derniers : Eckles un noble d’un pays vaincu devenu esclave et un magicien mystérieux.

      Je vais commencer par le point négatif de l’histoire, qui n’est pas vraiment important et qui tient plus de mes gouts personnels : l’aspect jeu de l’histoire. Pénélope se retrouve dans un jeu de drague, dans le mode difficile qu’elle n’a jamais réussi. On a encore dans la construction du récit, l’interface jeu qui apparaît de temps en temps, si cela n’est pas gênant (il y a plein d’histoire avec des fenêtres système), cela a deux conséquences. La première, c’est que cela provoque la mise en place d’événements spécifiques au jeu, la seconde c’est que Pénélope peut se déplacer instantanément à l’endroit où se déroule l’évènement. On reste sur un déroulé où l’aspect jeu est encore bien présent, le personnage principal n’est donc pas complétement autonome dans ses choix et déplacements. Je préfère personnellement, une situation où « l’incarné » peut agir librement sur la situation.

      Ce point reste un détail peu important car l’histoire reste intéressante et elle est bien menée. On voit quand même que Pénélope utilise les connaissances de sa vie précédente pour avancer et se sortir de cette situation. Il y a des fois où le côté isekai est purement décoratif, ici, ce n’est pas le cas. En plus, et ça il faut bien le souligner, Seule la mort attend la vilaine a un graphisme magnifique et on ne se lasse pas de la regarder. On reste dans ce second tome, encore en grande partie sur la mise en place des personnages et sur la découverte de leurs liens. On attend impatiemment une augmentation du rythme et des actions ce qui n’empêche pas qu’on ira lire la suite avec un grand plaisir.
      • 0 réponse
    • Yasei no last boss t4
      Note :
      Hey mais dites donc c'est quoi ce changement ? On était tranquillement bien installé dans notre histoire et voila que, chose éminemment surprenante dans un Isekai, notre auteur introduit des gros changement scénaristique. Changements qui vont dans le bon sens car ils ouvrent de nouvelles possibilités et accélère notre compréhension de l'univers.

      Ce qui est vraiment bien foutu dans cette série, c'est que l'on découvre l'ensemble de l'univers au même rythme que notre héros. On est donc aussi surpris que lui lorsque sa mémoire lui revient ou lorsqu'il apprend que... vous verrez

      Une série qui ne fléchit pas et nous livre pour l'instant un début d'histoire pas super originale, mais bien foutu et très dense.

      On en veut encore !
      • 0 réponse
    • Sois ma muse tome 1
      Note :
      Michi est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus banale, mignonne mais sans plus, agréable et gentille avec ses camarades mais qui ne se démarque pas non plus. Un jour, en passant par un parc, elle tombe sur deux hommes en train de se disputer, l’un d’eux la remarque et lui demande de devenir sa muse. Elle découvre que le jeune homme, Chihiro, est également lycéen dans son lycée et qu’il veut se lancer dans le stylisme.

      Sois ma muse est un pur shojo, une rencontre, un soi-disant coup de foudre mais qui n’en ai pas vraiment un, une attirance qui se développe rapidement et une complicité qui met vraiment peu de temps à arriver. Leu relation est quand même moins rapide que dans Coffee & Vanilla, mais cela va quand même assez vite. Que ce soit du côté romance ou du côté stylisme, la trame de l’histoire ne semble pas pouvoir nous apporter beaucoup d’originalité. Il n’en demeure pas moins que l’histoire est mignonne et agréable, très fleurs bleues, un chouia gnangnan (romantique et naïf), un bon shojo.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...