Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Les chimères de Vénus - Tome 1


    The_PoP
    • Scenariste: Alain Ayrolles Dessinateur: Etienne Jung Coloriste: Etienne Jung Editeur: Rue de sevres Note :
      Résumé:

      1873, les vaisseaux des puissances terrestres s’élancent dans l’éther pour conquérir les planètes du système solaire. L’actrice Hélène Martin débarque sur Vénus, monde sauvage couvert de brume, à la recherche de son fiancé, un poète évadé des bagnes de Napoléon III. Poursuivie par l’inquiétant duc de Chouvigny, entraînée dans la rivalité des empires, Hélène s’aventurera à travers des jungles infestées de dinosaures et sur des océans déchaînés jusqu’aux confins de l’astre, où se dressent les vestiges d’une mystérieuse civilisation.

      Autres informations: Quand Jules Vernes croise Cyrano...
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Aventure

    C'est peu dire que j'attendais ce spin-off du Chateau des étoiles au tournant. Rendez-vous compte, la série mère commence à ronronner un petit peu, et voici que Rue de Sèvres nous propose un spin-off, avec un autre duo de scénariste/dessinateur aux manettes et sans l'immense Alex Alice. Inquiétant donc. Après enquête, quand le nom d'Alain Ayroles est sorti, la surprise a été de taille, c'est un scénariste et un conteur de l'imaginaire que j'adore depuis son fabuleux De cape et de crocs. Récemment il avait d'ailleurs démontré une fois de plus sa maestria des récits d'aventures sur le tonitruant Indes Fourbes. Restait la touche graphique, et je vous avoue que le nom d'Etienne Jung m'était complètement inconnu. A priori d'ailleurs je n'étais clairement pas emballé par le dessin, le trait, le travail à la gouache.... C'était compliqué comme transition vu l'adoration que je porte au graphisme d'Alex Alice. 

    C'est donc fort de ces attentes et de ces doutes que je me suis lancé à l'assaut de ce premier tome de ce nouveau triptyque prenant place dans l'univers déjà bien établi du Château des étoiles. 

     

     

    ...

     

     

     

    Point de suspens : je l'ai dévoré. Une claque. J'ai replongé direct en enfance/adolescence quand j'ai commencé à lire Jules Vernes, L'île au trésor, Alexandre Dumas. L'aventure, la vraie, la belle, celle qui fait voyager les coeurs, les âmes et qui nous ouvre les portes de l'imaginaire. Celle qui prend immédiatement corps sous les traits de plume virtuose des dialogues et situations d'Alain Ayroles. Quel génie ! En un album il m'a fait oublier les griefs que je pouvais avoir sur cette série. Quand au travail d'Etienne Jung, si d'un point de vue critique je préfèrerais toujours la technique d'Alex Alice, nul besoin de faire la fine bouche pour autant, c'est extraordinaire. Extraordinaire car le dessin est au diapason du récit tout simplement. 

     

    En lisant le dossier de presse, on se rend compte qu'Alain Ayroles n'a pas du tout débarqué de nulle part, puisqu'il conseillait déjà amicalement Alex Alice sur le Château des étoiles. Etienne Jung non plus puisqu'ils ont été choisis par Alex Alice pour reprendre le flambeau sur ce spin-off ! Ce qui explique probablement à quel point ils se sont immergés dans cet univers pour le prolonger, en l'adaptant, en l'améliorant même parfois, mais surtout en l'interprétant sans jamais le dénaturer. 

     

    Alors juste merci, merci aux auteurs, merci aux éditeurs, je me suis régalé. Certains y trouveront probablement à redire, mais quand on vous sert une madeleine de proust, il faut simplement fermer les yeux, humer et savourer d'y croquer dedans à pleine dents. Encore ! 



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    il y a 14 minutes, The_PoP a dit :

    simplement fermer les yeux,

    pas trop pour lire quand même 😉 , je le prendrai ce titre , ça va , tu m'as convaincu 🙂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 24 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Notre guerre contre le sexisme ordinaire
      Note :
      Le sexisme ordinaire, voilà un sujet intéressant et important, si de tels comportements étaient courants il y a quelques années et que la majorité des gens ne disaient rien car c’était la norme, l’heure actuelle est à la prise de conscience que ce soit pour ceux qui commettent les actes ou pour les victimes, car il faut comprendre que le sexisme est partout et quand on a grandi avec ces agissements dans une société patriarcale, il est difficile de se dire que ce n’est pas normal.

      J’ai eu l’occasion de suivre une formation en situation virtuelle et il est intéressant de voir à quel point le sexisme est présent dans la vie courante et bien que la majorité des victimes soient des femmes, certains hommes le subissent aussi et d’ailleurs, il n’y avait pas une seule personne à cette formation qui n’y avait pas déjà été confronté.

      J’attendais tellement de ce livre ! Et bien qu’il décrit très bien des situations inadmissibles à l’école et dans le milieu du mannequinat, bien qu’il montre à quel point la peur d’intervenir est présente (surtout pour les jeunes), il aurait pu être tellement plus fort ! J’aurais aimé que l’histoire se déroule dans une situation plus ordinaire (une situation familiale plus classique, un monde professionnel moins élitiste), montrer que le sexisme est omniprésent, cela aurait eu tellement plus d’impact ! Et puis, je regrette que la majorité du livre tourne autour des règles, car non seulement, c’est restrictif et il est dommage de se dire que c’est le seul aspect de la féminité avec lequel on peut lutter (c’est un peu le message qui reste de cette lecture).
      • 0 réponse
    • Le bruit de la pluie
      Note :
      Plus construite comme un documentaire avec un exemple concret, cette bande dessinée permet d’aborder le sujet douloureux de la tumeur au cerveau chez l’enfant. Elle revient rapidement sur les signes de la maladie et le traitement mais s’attarde sur les conséquences, sur les séquelles qui peuvent arriver, celles qui ne sont pas forcément visibles à l’œil nu (fatigue, problème de concentration, de mémorisation…)

      Cet ouvrage est comme un guide à destination des familles qui seraient touchées, qui permet de mieux comprendre la maladie et qui permet de faire découvrir les organismes et solutions pour aider l’enfant dans sa vie courante. Ce livre apporte surtout de l’espoir, la famille est soutenue, l’enfant grandit et arrive à mener une vie normale.

      L’histoire est vraiment concrète, on est vraiment dans des faits mais c’est abordé avec une certaine douceur, rendue en partie par des colorisations monochromes et des aquarelles.
      • 0 réponse

    • Yawara t5
      Note :
      Yawara à les résultats de ses examens.... et rentre donc à l'université ! Et cela définit un petit peu trop ce tome 5. En effet ce tome est vraiment centré sur Yawara et sur ses complexes de jeunes filles. SI c'est émouvant et bien fait, le fait de ne pas être centré sur du judo et de se reposer sur les 3 caractères des 3 hommes qui gravite autour de Yawara rend la lecture un peu plus fastidieuse.

      En effet le gros volume de pages n'est pas entrecoupé par des scènes sportives et dynamiques. De plus on a déjà lu et relu les arguments du grand-père. On a aussi envie de donner un bon coup de pieds au cul du gentil reporter. Bref un tome intéressant mais un peu plus mou que les précèdent ce qui rend la lecture un pu longue (surtout les laïus du grand père dont on a bien bien compris la philosophie)

      La fin de tome redynamise l'histoire avec le début des championnats nationaux.

      Vivement le tome suivant qui devrait lui être plus orienté sport.
      • 0 réponse
    • Le monde flashpoint t1 : batman
      Note :
      Je ne connaissais que l'histoire principale de Flashpoint et je dois dire que les rééditions d'Urban sur l'univers de Flashpoint me font découvrir plein de récits que j'avais ratés dont certains supers intéressants. Vous savez que j'ai normalement du mal avec les recueils autour des super héros. Là ce qui est bien c'est que les histoires présentées ici font plusieurs numéros. On ne parle pas de recueils d'histoires qui ne sont que des présentations rapides de personnages. On a ici des vraies histoires et surtout on a des vrais changements par rapport à l'univers DC tel qu'on le connait.

      C'est ça qui rend la lecture super sympa quand on connait l'univers DC : On se rend compte que les changements induit par le flashpoint changent radicalement la face du monde et donc chacun de nos personnages favoris voit sa vie complètement chamboulé : On savait déjà qui était le Batman de cette variation temporelle mais on ne connaissait pas son lien avec le Pingouin et, cerise sur le gâteau (et conclusion d'un magnifique récit, qui est le Joker de cette époque. L'histoire des Graysons est, elle, complètement changée avec un Dick qui vit avec ses parents dans un cirque qui cherche à survivre avec des attractions comme Killer Shark ou encore Deadman qui n'est pas "Dead". Bref une vision nouvelle de voir nos personnages qui est vraiment rafraichissantes. Les auteurs réussissent bien à montrer que les personnages restent fidèles à leurs originaux mais que le fait de vivre différemment peut changer leurs psychologies.

      J’ai juste un seul regret c’est que je n’avais jamais entendu parler de la plupart des membres du groupe des 7 secret (mise à part Zatanna).

      Vivement le prochain tome pour découvrir d’autres destinées à d’autre héros.
      • 4 réponses
    • Les caprices de la lune tome 1
      Note :
      Luna et Ayumu ont un an d’écart et se connaissent depuis quelques années, le premier a toujours passé son temps à embêter la seconde. Ils se retrouvent dans le même lycée où Ayumu a bien l’intention de montrer qu’elle est l’ainée et ne plus se laisser faire.

      Pour être tout à fait honnête, je me suis ennuyée, le scénario est vu, revu et encore revu. Aucune originalité dans les personnages, aucune originalité dans le déroulé de l’histoire : dès les premières pages, on sait déjà ce qui va se passer.

      Après, si on fait abstraction de tous les autres shojos, le livre est agréable, la lecture fluide et le graphisme tout en rondeur, assez typique du genre. Les personnages sont sympathiques et le côté tête en l’air d’Ayumu plutôt mignon et apporte de la fraicheur. A réserver aux débutants…


       
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...