Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Mon bourreau de père est enfin mort


    Nickad
    • Scenariste: ARAI Piroyo Dessinateur: ARAI Piroyo Editeur: Meian Note :
      Résumé:

      Aujourd'hui encore, ma jeunesse me hante... L'histoire d'une femme qui a grandi dans la violence... Message aux parents qui maltraitent leurs enfants. Les enfants n'oublient rien. Ni les coups, ni les abus. Il en va de même pour les insultes et le sentiment d'être trahi sans cesse. J'aimerais que vous gardiez une chose en tête : Lorsque vous prendrez de l'âge, souvenez-vous que votre destin sera entre leurs mains. J'aspirais seulement à une vie normale... Avec des parents normaux... Au fil de ce one shot au vitriol, Piroyo ARAI revient sur sa relation avec son père abusif. Dans un style simpliste mais sans filtre, elle y évoque la brutalité omniprésente de sa jeunesse, l'ombre qu'elle a projetée sur sa vie, même après le décès de son père, mais aussi la froideur avec laquelle sa famille détournait le regard.

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Drame
     Share

    Piroyo Arai revient sur son passé depuis sa petite enfance jusqu’à l’époque actuelle. Dans sa famille, il y a trois enfants, elle est la plus jeune et a deux grands frères. Il y a sa mère une femme déchirée entre plusieurs sentiments et situations mais il y a surtout le père, bien sous tous rapports et charmant au dehors, il est un monstre en privé : il boit plus que de raison, bat sa femme et ses enfants. Les enfants grandissent dans la peur, la mère est partagée entre leur protection et la nécessité de rester pour pouvoir leur offrir des études plus tard.

    Piroyo grandit tant bien que mal, elle espère désespérément que quelqu’un vienne les aider mais ne pourra s’éloigner de cette famille qu’à 20 ans. Sauf que le mal est fait, ses rapports avec les autres sont biaisés. Elle raconte alors le long parcours et travail qu’il a fallu pour changer et mettre des mots sur ce qu’elle ressentait.

    Le témoignage de l’auteur est poignant, elle montre le quotidien terrible dans lequel vivent les personnes victimes de violence, et puis il y a l’attente insoutenable de voir venir de l’aide qui ne viendra jamais tant son père est « parfait » avec les gens extérieurs, le désespoir de comprendre que personne ne pourra la croire et qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Elle décrit l’influence que ces violences ont eu plus tard dans sa vie, ce besoin maladif d’affection, cette peur permanente de voir le monstre revenir ou de le voir surgir en elle, qui porte les mêmes gènes, une lutte permanente pour ne pas reproduire la même situation.

    Mais ce qui est bien c’est qu’elle s’en est sortie, même si tout n’est pas parfait, et qu’elle raconte le cheminement et les aides qui lui ont permis d’avancer. D’une part, elle dénonce pour qu’il y ait une prise de conscience, et de l’autre, elle tend la main à ceux qui auraient vécu des situations similaires en leur disant qu’ils peuvent trouver du soutien, qu’ils ne sont pas seuls.

    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce livre tellement il est riche et fort. Je ne peux que vous le conseiller.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 35 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • Le 4 décembre 2016 GOTLIB s'en est allé
      Après avoir fait des études d’arts appliqués, Marcel Gottlieb dit Gotlib commence à travailler dans la bande dessinée en 1962 dans le journal Vaillant, c’est là qu’il crée le personnage de Gai-Luron. Il dessinera ensuite Rubrique-à-Brac pour la revue Pilote puis lancera sa propre revue l’Echo des savanes avec Nikita Mandryka et Claire Bretécher.

      Ses personnages : le professeur Burp, Gai-Luron, Superdupont, Pervers Pépère, Hamster Jovial, la Coccinelle, Isaac Newton…
      • 2 réponses
    • Nautilus - Tome 2 - Mobilis in Mobile
      Note :
      Que cette BD est étrange. 

      Etrange car d'abord, en dépit d'un thème qui plaira à nombre de jeunes adultes amateurs de BD, de romanesque et d'aventure, on n'en a pas parlé ici. Et ceci, alors même que les couvertures sont très réussies, que l'éditeur est une grande maison d'édition.

      Et j'ai fait pareil, bien que la sortie du tome 1 m'ai fait envie à l'époque, j'étais finalement passé à côté. Il aura fallut la parution de ce tome 2 pour que je m'y colle enfin. 

      Il faut dire que Mathieu Mariolle au scénario ne nous habitue à rien du tout : signer les scénarios de Nota bene, Psg academy et Foot 2 rue, mais aussi réaliser les excellents Blue Note et La voie du sabre, ça fait de vous un auteur quelque peu dur à suivre. 

       

      Hors donc ce Nautilus, série prévue en 3 tomes nous emmène sur les traces de Némo évidemment, après la fin de 20000 lieux sous les mers et à travers une Inde soumise au grand Jeu entre empires coloniaux. 

      Et c'est un régal, j'ai beaucoup aimé, c'est fluide, verbeux comme on aime mais sans excès, les personnages sont bien travaillés et même les seconds rôles finissent par avoir une histoire travaillée. J'aime. Côté dessin, rien à redire, j'ginorais tout de Gabriel Grabowski avant de découvrir son talent au fil de ces planches. Un grand bravo. C'est beau, décors comme personnages, scènes d'actions comme scènes descriptive, il y avait un parfum de Troisième testament pour moi à la lecture de ce Nautilus. Oui c'est pas peu dire.

       

      Bémol tout de même, un ami à moi, bercé également à la BD et aux Jules Vernes n'a pas accroché plus que cela. Etonnant, alors faites vous votre idée, mais si vous aimez l'aventure, ne passez pas à côté de ce Nautilus.

       
        • Like
      • 2 réponses
    • les 3 Mangas que tu as lus cette année, à mettre sous le sapin pour Noël
      Cet article participe à l’évènement “les 3 BD que tu as lues cette année, à mettre sous le sapin pour Noël” du blog 7bd.fr

      Suite à l'invitation de nos collègues de  7bd.fr, nous vous proposons cette année une micro sélection de 3 BDs à mettre sous le sapin. Quand on écrit ce genre d'article, la question à se poser est "sous quel sapin" ? Celui de Papa ? de maman ? de papy ? les ados de la familles ? Aïe cela fait déjà 4 sapins différents.... 

      Pour trancher, j'ai réfléchit 5 minutes et me suis dis que les papys... ne lisaient pas de mangas, ca n'existait pas à leur époque (enfin pas chez nous)

      Le mot de Nickad : Difficile de choisir le ou les mangas à offrir à Noël, il y a eu beaucoup de sorties et beaucoup de très bonnes histoires… Beaucoup de découvertes mais il a fallu faire un choix.

      Le manga tout public mais que les mamans apprécieront tout particulièrement : le chat qui rendait l'homme heureux - et inversement


      Au premier abord, c’est une histoire assez classique d’un homme qui adopte un chat. On partage les pensées des deux, leurs points de vue, leurs ressentis, leurs sentiments. Mais ces deux êtres sont seuls, lui et veuf, ses enfants sont grands et ont quittés la maison et le chat est plutôt moche, il est longtemps resté au magasin car personne ne voulait l’adopter.

      Cette histoire c’est une rencontre, une amitié qui va naitre, c’est le vide dans leur cœur qui va se combler. C’est une histoire simple mais touchante, c’est la douce chaleur d’un foyer à l’approche de Noël.

      https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/le-chat-qui-rendait-lhomme-heureux-et-inversement-tome-1-r1342/

      Le manga pour papa : The Breaker Ultimate édition

       


      Mon gros coup de cœur de l'année. Alors les puristes du manga me diront que c'est une réédition et ils auront raison ! 

      Mais à l'époque je ne lisais pas de manga et surtout l'édition Ultimate de Meian est tout bonnement sublime.


      • 4 réponses
    • 3 décembre 1984 1ère publication de Dragon Ball
      Son Goku est un personnage issu d’un roman chinois de la fin du 16e siècle. Il y a eu de nombreuses adaptations/version de l’histoire, Akira Toriyama en a fait la plus longue histoire avec Dragon Ball.

      42 tomes de dragon ball suivi de dragon ball Z avec 39 tomes en cours. En anime il y a 153 épisodes de dragon ball, 291 de dragon ball Z, 64 de dragon ball GT, 167 de dragon ball Z Kai, 131 de dragon ball super et 35 de super dragon ball heroes !


      Akira Toriyama est le 2eme mangaka le plus riche après Eiichiro ODA (one piece)
      • 4 réponses

    • AO ASHI - playmaker tome 5
      Note :
      L’équipe B (celle d’Ashito) va s’entrainer avec l’équipe A, le premier match sera à 11 contre 21 puis ce sera l’inverse. A la fin, deux camarades d’Ashito s’énerve contre lui, l’entraineur lui demande alors de comprendre pourquoi. Ashito, inexpérimenté et ne connaissant pas les bases va devoir se creuser les méninges pour avancer.

      Je le rappelle, je ne suis pas du tout fan de football, loin de là même et pourtant Ao Ashi réussi l’exploit de m’intéresser ! Le manga ne parle pas que de tournois, matchs, rivalités entre joueurs, non il s’attarde sur l’importance des bases que ce soit techniques ou sociales (on ne peut gagner un match seul). Mais ce qui est bien, c’est que l’on ne nous donne pas la réponse tout de suite, notre héros Ashito doit y réfléchir par lui-même, et cela nous permet nous aussi de nous poser la question. On est vraiment sur une logique d’apprentissage et d’évolution.

      Le graphisme est toujours aussi expressif et dynamique et nous plonge bien dans l’ambiance. Un bon manga de sport que l’on continuera à suivre.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...