Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Super girl : being super


    poseidon2
    • Scenariste: Mariko Tamaki Dessinateur: Joelle Jones Editeur: Urban Comics Note :
      Résumé:

       A seize ans - du moins, c'est à peu près l'âge qu'elle pense avoir -, Kara aimerait être aussi insouciante et pleine d'assurance que Jennifer et Dolly, ses deux meilleures amies. Les deux jeunes femmes savent ce qu'elles veulent et ce qu'elles sont, contrairement à Kara, qui semble pourtant tout avoir pour être heureuse, notamment des parents adoptifs aimants qui n'ont jamais craints sa différence. Pourtant, les huit premières années de sa vie restent une énigme qui ne cesse de hanter ses nuits, et la perte de ses pouvoirs au moment où elle en avait le plus besoin ne fera qu'accentuer son mal être et sa profonde remise en question. Le chemin vers la vérité est encore long.

      Autres informations: La couverture chez bdfugue n'est pas la bonne, la mienne si :)
      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Indéfinit

    Difficile de se réinventer la façon de voir les supers héros. C'est pourtant le challenge que se donnent Urban et DC via la collection Link. Collection pour l'instant plutôt réussi et porté par deux titres excellents: Catwoman et Harley Quinn. Et bien il faudra ajouter à ceux-ci ce Super Girl : Being Super.

    Et étrangement on retrouve aux scénario de cet excellent super girl, Mariko Tamaki, la scénariste.... de Harley Quinn, Breaking Glass. Le moins que l'on puisse dire c'est que Mariko Tamaki a bien compris la philosophie de de la collection "Roman Graphique" de DC. Encore une fois elle réussit à se couper de l'aspect super héroïque du personnage pour nous livrer une vision extrêmement humaine de Kara Zor-el. Un personnage qui, avant d'être une fille pleine de pouvoir et extraterrestre de surcroit, est avant tout une lycéenne de  16 ans vivant avec et pour ses deux meilleures copines dans un monde presque parfait.

    Etant quand même une histoire de super héros, un petit grain détraque l'engrenage. ET l'histoire de Mariko Tamaki est tellement bien pensée que lorsque ce grain de sable arrive on est vraiment ému. Mais vraiment tout comme on est en colère autant que Kara quand elle découvre qui est derrière tout ça.

    Une superbe lecture qu'il est difficile de quitter et qui vient de placer Super Girl dans mon top 5 de mes personnages DC préférés.

    Superbe !



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 34 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • Cocteau l'enfant terrible
      Tout le monde connait jean Cocteau... de nom. Ou alors par ces films qui sont restés populaires pour les amateurs éclairés de cinéma. Mais réduire Jean Cocteau à un metteur en scène fantasque ne serait pas lui rendre honneur. Alors pour  raviver les mémoires Laureline  Mattiussi et Francois Rivière ont décidé de nous raconter la vie complète de Jean Cocteau. Et autant vous dire qu'elle est hors du commun.

      Sans jamais prendre parti sur les choix qu'il a fait, que ce soit durant la guerre ou après, nos deux auteurs nous narrent les aventures (car ce sont des aventures) de Jean. Jean qui restera toujours un enfant insatiable. Voulant toujours plus de fantaisie et de vie.

      Le trait aérien et caricatural de Laureline Mattiussi correspond bien au fantasque personnage et nous aide à vraiment imaginer la difficulté d’avoir une vie comme celle-ci.

      Une bien belle autobiographie pour un personnage comme on en fait plus.
      Note :
      • 0 réponse
    • Rages t1
      Les BD anthropomorphes sont à la mode. Entre 5 terres ou sa majesté des ours, on est servi. Alors pour qu'une petite maison d'édition se lance dans le genre, il faut qu'il y ait quelque chose de différent. Et bien radicalement oui ! Car Rages c'est globalement une adaptation de Suiciders (Urban Comics) en mode anthropomorphe. Enfin un mix entre Suiciders et Gladiator. Je cite particulièrement ce film car un des scènes dans l'arène est clairement un hommage/source d'inspiration.

      Et donc cela change des récits anthropomorphes habituellement cantonné à des périodes passés. Là on est dans de l'anticipation pure. Les dessins de Dan font mouches même si les grandes cases donnent un peu une impression de vide sur certains décors. Ils font mouches par le rendu dynamique des combats mais aussi par l'attention toute particulière apportée aux visages. L’adaptation animaux/Anticipation est bien faite avec juste ce qu'il faut d'équipement high tech mais pas une transformation complète pour laisser place au caractère de chaque animal.

      Si l'histoire n'est pas, pour le moment, super innovante, le twist de fin est bien amené (même si un peu prévisible) et nous promet un second tome encore plus intense et surement plus surprenant.

       
      Note :
      • 7 réponses
    • 17 ans - une chronique du mal tome 1
      Plus qu’une critique du tome c’est plutôt une mise en garde que j’ai à faire car il faut l’aborder avec précautions : pas pour son contenu mais plutôt pour ce que cela implique.

      Ce n’est pas tant le volume en lui-même qui est choquant car l’auteur a su garder, pour l’instant,  une certaine retenue mais comment ne pas aller se renseigner sur l’histoire vraie dont est tirée l’œuvre quand le nom de la victime est clairement indiqué sur le livre ? C’est bien sûr ce que j’ai fait et je me suis sentie mal, car hélas, la réalité dépasse la fiction et cela peut-être traumatisant.

      Car le malaise est indéniable, il y a une incompréhension totale : mais comment la situation a-t-elle pu dégénérer à ce point ? Comment l’être humain peut en arriver à de telles extrémités ?

      Est-ce pour tenter d’expliquer cela que nous suivons la narration au travers des yeux d’un des coupables ?

      J’espère vraiment que cette approche permettra une critique de la société japonaise car entre l’indifférence des policiers, l’engrenage dans lequel se retrouve les jeunes, l’influence des clans liés aux yakuzas, la non implication des témoins, la peur d’agir, il y a de quoi se révolter.

      Alors oui, si c’est une critique qui pointe à l’horizon pour que les choses bougent, pour que cela ne se reproduise plus jamais alors lisons ce manga car sinon, ce ne sera que du voyeurisme sordide.
      Note :
      • 0 réponse
    • Servitude - Tome 6 - Shalin Partie 2
      Voilà ma claque de cette rentrée. Et c'est sans surprise tant les tomes précédents étaient tous excellents. C'était donc ma plus grosse attente, et elle ne fut pas déçue. 

      Je profite donc de cette chronique pour remercier auteurs et éditeur d'avoir pris le risque de prendre le temps pour développer une série de qualité, avec de vraies prises de risques narratives, graphiquement proche du sublime, et qui nous livre un imaginaire riche, puissant, et résonnant d'échos de nos propres histoires. Vous avez su combler mes attentes, toujours plus hautes après chaque épisode et conclure en beauté cette série de haute volée.  Et pour cela bravo !

      Le dessin de Bourgier me coupe toujours autant le souffle, avec cette colorisation qui le sublime. J'aime cette galerie de gueules cassées, qui semblent naturelles et pas forcément héroïques. J'aime ces scènes d'actions bien découpées, ces plans quasi cinématographiques, ces décors grandioses mais détaillés. Bref, je suis un fan absolu du travail de Bourgier. 

      Je ne ferais guère plus long même si ça l'aurait mérité. Les choix forts opérés scénaristiquement dans cette série se révèlent tous payants. Oui certains opus nous ont laissé perplexes, et sur certains la difficulté de différenciation entre certains personnages rajoutait à la difficulté de saisir cette intrigue dans sa globalité. D'autant plus que les auteurs nous la présentait chaque fois par un angle de vue différent. Et j'ai beaucoup de respect pour cette démarche intransigeante dans leur créativité. Quels magnifiques conteurs d'histoire ce duo forme. 

      Si vous aimez la BD, vous ne pouvez pas ne pas lire Servitude. Oui cette série est aussi exigeante, avec sa narration toute en subtilité et son graphisme ultra détaillé. Mais elle vous marquera durablement et pose enfin un nouveau jalon remarquable dans le monde de la Fantasy. 
      Note :
        • Thanks
      • 9 réponses
    • Legion of super hereos t1
      Nouveau lancement de monsieur Bendis (oui oui encore un) avec cette fois un relaunch de la Légion des super héros du XXXI siècle. Un relaunch pour intégrer le Super Boy actuel dans la continuité de la légion. 

      Mais ce premier tome ne nous présente pas que cela. Il nous présente aussi un personnage au parcours étrange : Rose / Ecarlate. Et ce qui choque dans ce tome 1 c'est la différence entre les deux présentations. Pour être transparent, la première partie sur Rose est tellement bonne que celle qui suit sur l'arrivée de Jon ne tient pas la comparaison.

      Cette deuxième partie est quand même sympa surtout porté par le personnage de Jon Kent (grand pote de Damian)  mais n'a sinon rien de très original. Un bon reboot pour ceux qui commenceraient la légion ici. Alors que la première partie est pour moi assez magistrale. On suit notre Rose écarlate, immortelle, au travers de son parcours temporelle durant plus 1000 ans. On suit le parcours de cette femme blasé au travers des évolutions majeures du monde. Le traitement par scénette à chaque grande évolution de l'humanité est super bien pensé surtout que le caractère de Rose évolue avec le temps. On passe par de retour à des âges sombres, des guerres, des disparitions de civilisations... mais un homme reproduisant toujours les mêmes erreurs. 

      Cette "introduction" est super dense et super intéressante mais.... et bien elle n'a aucun impact sur le reste du tome qui se perds en présentation des différents membres de la légion (qui sont.... légions 😄 😄 😄 ).

      Bref une excellente intro qui aurait mérité un tome sur la Rose Ecarlate pour elle toute seule. Et au final un tome à deux niveaux un peu déroutants qui serait peut-être mieux passé en mode «Super sons» pour ados sans l'intro.
      Note :
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...