Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Sur un air de Fado


    poseidon2
    • Scenariste: Nicolas Barral Dessinateur: Nicolas Barral Coloriste: Nicolas Barral Editeur: Dargaud Note :
      Résumé:

      Lisbonne, été 1968. Depuis 40 ans, le Portugal vit sous la dictature de Salazar. Mais, pour celui qui décide de fermer les yeux, la douceur de vivre est possible sur les bords du Tage. C'est le choix de Fernando Pais, médecin à la patientèle aisée. Tournant la page d'une jeunesse militante tourmentée, le quadragénaire a décidé de mettre de la légèreté dans sa vie et de la frivolité dans ses amours. Un jour où il rend visite à un patient au siège de la police politique, Fernando prend la défense d'un gamin venu narguer l'agent en faction. Mais entre le ? ic et le médecin, le gosse ne fait pas de distinguo. Et si le révolutionnaire en culottes courtes avait vu juste ? Si la légèreté de Fernando était coupable ? Le médecin ne le sait pas encore, mais cette rencontre fera basculer sa vie...

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Historique

    C'est marrant comme l'histoire franchie peu les frontières. Rien que Franco en Espagne c'est assez brumeux. Alors les dictatures de Salazare au Portugal c'était complètement inconnu pour moi. Ce "Sur un air de Fado" corrige déjà mon manque de culture. Mais 'sur un air de Fado" c'est surtout une excellente BD.  

    Une excellente BD qui va au rythme du Fado. On suit notre étrange médecin. Étrange car en permanence rempli de mélancolie qu'il traîne comme on traînerait un amis d'enfance : Tiraillé entre le souvenir que l'on aime et le boulet dont on aimerait se séparer. Une mélancolie qui s'explique petit à petit et dont on n'arrive jamais à savoir si notre médecin a vraiment envie de se séparer.

    En utilisant la mélancolie de notre médecin,   Nicolas Barral réussit le tour de force de nous montrer l'ambiance à l'époque au Portugal sans pour autant chercher à nous surcharger de violence. Notre médecin qui cherche à faire le moins de vague possible permet de prendre de la hauteur et de bien comprendre les différentes force en présence.

    Là où Nicolas Barral est très bon c'est qu'il case aussi une vraie belle et intéressante histoire de famille sur le passée de notre médecin qui nous sert de fil rouge et nous permet de bien comprendre à quel point, dans ce genre de dictature, il est difficile de condamner les gens qui servent le régime tellement chaque personne un lien avec ce régime tentaculaire.

    Une superbe lecture ou mélancolie se mêle avec histoire.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Je l'avais repéré , et lu de très bonnes critiques . Je l'ai pris pour l'anniversaire de mon beau-père ( mes beaux-parents ont adoré leurs voyages au Portugal) , et j'en ai profité pour le lire 🙂 C'est excellent , tout est juste , à propos , bref , admirablement fait . On se croirait à Lisbonne tellement la ville est bien représentée . J'en profite pour dire que l'anecdote de la chaise de Salazar est véridique , sauf que ce n'était pas chaise la fautive (la pauvre) et encore mois celui qui l'avait vendue ; mais un AVC net et sans bavure ^^ . Ceci marquant bien évidemment le début de la fin de cette dictature .

    Je pense même que le potentiel relecture est bien présent , car les cases fourmillent de détails . Et , on peut même tenter l'expérience de le lire en écoutant un vrai air de Fado 🙂

    Modifié par Kevin Nivek
    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 14 minutes, Kevin Nivek a dit :

    Et , on peut même tenter l'expérience de le lire en écoutant un vrai air de Fado

    Tiens oui pas bete... ca me ferait decouvrir le fado 🙂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Dans ma revue l'auteur conseillait des titres justement , moins commerciaux que Cesaria Evora justement ; mais je l'ai jeté 😞 avec le tri sélectif !

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 57 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • No war Tome 5 et 6
      Note :
      Les éditions Casterman proposent un double album pour le final de la série No war. Anthony Pastor a mélangé les genres pour sa dernière série avec problématiques politique, ésotérisme dans conflit fictif mais très proche de la réalité dans le dénouement de l'intrigue. Depuis le tome 4, nous découvrons le deuxième et dernier cycle qui met en place beaucoup de protagonistes avec des plans d'actions différents. Il faudra de la concentration pour vraiment profiter du récit qui devient complexe par rapport à tous les enjeux en cours de finalisation. Les deux derniers tomes sont portés sur l'action avec une narration nerveuse qui passe d'une personne à l'autre. Pour les dessins, Anthony Pastor utilise un trait réaliste malgré la partie fantastique qui prend de l'ampleur sur la fin.
      La série est restée constante sur la qualité avec une histoire politique très bien développée et une dizaine de tranche de vie des personnages clés de No war. Le fait de pouvoir lire les deux derniers tomes réunis en un seul est un plus pour les lecteurs qui n’auront pas à attendre pour connaitre la fin.
       
      • 0 réponse

    • Les aventures originales de Red Sonja T.1 - les années Marvel : 1975-1976
      Note :
      Les aventures originales de Red Sonja est le premier tome qui reprend tous les récits de la guerrière rousse de 1975 à 1976. Le second tome proposera les histoires de l’année 1977, le troisième de 1977 à 1978 et le dernier les autres aventures inédites en français. La préface est écrite par Roy Thomas le scénariste, pour retracer le cheminement de la création de ce personnage, qui est une version féminine de Conan le barbare. Ce premier recueil est composé des huit premières histoires mettant en scène Red Sonja. Roy Thomas scénarise les débuts puis Bruce Jones prend la suite. Dans sa première apparition, Sonja fait équipe avec Conan pour affronter un serpent géant. Les récits sont courts et se terminent à chaque chapitre sauf pour les deux derniers où Conan et sa femme Bêlit croisent Sonja durant leur quête. Les histoires sont souvent des explorations de lieux maudits, ou Red Sonja loue ses services de mercenaire et voleuse. Trois dessinateurs se succèdent sur ce premier tome mais Frank Thorne est l’auteur qui en dessina le plus. Son style ne fait pas trop vieux bien au contraire.
      Les amateurs de Red Sonja seront comblés de pouvoir lire les premiers fait d’armes de cette guerrière de l’heroic fantasy. Il est toujours intéressant de lire les récits d’origines de la création de personnage emblématique des comics.
      • 1 réponse
    • Sans expérience tome 1
      Note :
      Kiyoshi Sumioka travaille dans une agence immobilière, à cause de son physique un peu fort il est persuadé que l’amour n’est pas pour lui jusqu’au jour où il rencontre Sumi et en tombe amoureux. Sauf que n’ayant aucune expérience en matière de femme, il se laisse emporter, brûle les étapes et la demande en mariage la 2eme fois qu’il lui parle ! Contre toute attente, Sumi qui est encore lycéenne, accepte mais lui demande d’attendre qu’elle ait fini le lycée.

      Un an va s’écouler en tout bien tout honneur, le mariage a lieu et leur vie de couple va commencer sauf qu’aucun des 2 n’a jamais fréquenté auparavant.

      Loin de step up love story où l’on suivait aussi la vie d’un jeune couple après un mariage arrangé mais très orienté sur les relations intimes, ici, le sujet est abordé de façon simple, avec toute l’innocence des personnages, ils vont apprendre à se connaître, à découvrir les changements dans leurs vies quotidiennes. Il y a beaucoup de simplicité qui apporte un certain charme à l’histoire, beaucoup de naïveté qui va provoquer des situations amusantes sans être grossières, et puis il y a Kiyoshi , loin des standards physiques habituels, qui amène de l’espoir à ceux qui ne sont pas des top model.

      Une comédie romantique plutôt sympathique qui démarre gentiment mais qui a son charme.
      • 0 réponse
    • Density tome 3
      Note :
      La série Density semble avoir trouvé son public puisque les tomes s'enchainent en proposant toujours une approche humoristique de la science-fiction mélangée aux super-héros. Lewis Trondheim fait voyager son héroïne sur une autre planète dans cet épisode. En effet, Chloé sauve la planète terre d'une invasion extraterrestre avant d'être aspirée dans un trou noir. Le récit est vraiment loufoque avec beaucoup de scènes d'action souvent violente. J'admets mettre laisser prendre au jeu pendant la lecture de cet album par rapport aux deux premiers qui ne m'avaient pas convaincu.
      Les dessins de Stan & Vince se veulent proche des productions actuelles de comics.
      Le personnage principal peut changer sa densité pour combattre tous les ennemis et autres menaces extraterrestres. Density est un bon divertissement sans réflexion.
       
      • 2 réponses
    • Cigarette and cherry tome 4
      Note :
      Notre héros a confessé ses sentiments à Cigarette mais s’en est tenu là en pensant que cela impliquait automatiquement le fait de sortir ensemble. L’auteur continue de suivre l’évolution du garçon dans son histoire d’amour, en montrant que ce qui est évident pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre.

      La trame et la narration deviennent ensuite plus classiques, on est moins sur un enchainement de petites situations et plus sur un fil conducteur, moins aussi sur des interactions humoristiques entre le jeune homme et blondinette. On perd un peu la structure et le rythme particulier que l’on avait dans les premiers tomes. Je ne pense pas que cela desserve le manga, car sa force se trouve dans la façon dont l’auteur aborde ses personnages, dont il prend le temps de les faire évoluer. A suivre donc.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...