Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 46 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Chroniques de Wormwood de garth Ennis en VF sur Ulule
      Komics initiative va publier, si la campagne se passe bien, des histoire inédites chez nous de Garth Ennis.

      Garth Ennis c'est quand même rien de moins que Hellblazer, Preacher ou encore The boys qui cartonne en format série en ce moment.

      Le prix demandé n'est pas excessif : 40 euros frais de ports inclus pour 2 tomes plus un one shot.

      45 euros si on veut les goodies débloqués durant la campagne.

      Ca se passe la : https://fr.ulule.com/chronicles-of-wormwood-garth-ennis/

       

      Poseidon2
      • 0 réponse
    • Sullivan
      « Il existe quelque part… » un livre, donc, qui raconte l’histoire d’un renard polaire épris de liberté et d’aventures, un renard qui veut découvrir le monde et réaliser son rêve d’aller jusqu’en Afrique. Il quittera courageusement pour cela sa famille et sa terre natale et en chemin, il surmontera des épreuves, s’émerveillera devant la beauté du monde, rencontrera l’amitié, la liberté, l’amour, et finira par découvrir qui il est vraiment.

      Cette quête initiatique, racontée avec tendresse et poésie parlera autant aux petits qu’au grands : l’auteur évoque avec justesse les sentiments qui nous traversent, nous construisent et nous mènent sur le chemin d’une vie. Le jeune lecteur s’identifie vite au petit renard intrépide et ce joli conte philosophique, aux allures et à l’envergure de celui de Saint Exupéry, résonne encore longtemps dans nos mémoires alors même que nous en avons terminé la lecture. Et dans un parfait enchâssement, c’est aux vies comme premiers récits, à ces premiers récits « sans feuilles ni mots », mais aussi aux histoires de ces vies comme source de rêves et d’autres vies, que Sullivan rend hommage dans ce « livre de feuilles et de mots ». 

      La présence du trait au fusain et la douceur de la colorisation à l’aquarelle des quelques illustrations d’Allegra Pedretti accompagnent plutôt bien le texte.

      Il existe quelque part un livre émouvant et beau, un livre essentiel. Ce livre, c’est Sullivan.

      A partir de 9 ans.
      Note :
        • Like
      • 3 réponses
    • Something is killing the children t1
      Rhaaaa j’hésite encore. J’hésite encore à mettre un coup de cœur à ce tome 1. Mais après on me dit que je suis trop gentil.... J’hésite surtout parce que cet album m'a passionné dans un genre qui plus celui, chez nous, de @alx23. En effet moi les thrillers horrifiques ont souvent tendance à me mettre mal à l'aise. Mais la.... pfff.

      On sent rapidement que James Tyrion IV, habitué aux comics de super héros, prend un vrai plaisir sur cette histoire et la maîtrise sur le bout des doigts. La montée en puissance de l'histoire est juste géniale. Du début cash, à l'arrivée de l'étrange tueuse en passant par les policier et adultes dépassés et les familles des victimes au fond du trou donc prêtes à tout et n'importe quoi... on a tout ce qu'il faut pour faire de cette histoire  une de celles que l'on ne peut pas lâcher. Le genre d'histoire qu'on lirait en marchant pour avoir la suite le plus vite possible.

      Niveau dessin,   Werther Dell'Edera fait un travail très sympa avec surtout une bonne gestion des couleurs avec des parties flashy du plus bel effet car étant placés judicieusement. 

      En gros un volume qui est, pour l'instant, le seul tome  de série d'angoisse pour lequel j'attends le tome  avec impatience ! Un volume qui prouve une fois encore que le niveau de la collection Urban Link est vraiment très haut..... vivement le prochain avec rien de moins que Batman jeune.... celui qu'on croise dans l'excellent Catwoman under the moon.... mon coup de cœur du confinement.... je vais encore devoir être trop gentil moi.
      Note :
      • 1 réponse
    • Dans le sens du vent - nord, nord-ouest tome 3
      Les éditions Soleil nous proposent un titre loin de leur catalogue habituel, car oui, « dans le sens du vent » est un manga atypique.

      D’abord par son graphisme plutôt occidental aux personnages élancés, au trait fin et aux paysages détaillés. Après car l’action se situe en Islande et enfin car il d’un genre indéfinissable.

      Le manga tient à la fois du guide touristique, de l’aventure et du suspense avec une pointe de fantastique et de romance. Et c’est ce qui fait son charme, tout est lié à un équilibre subtil entre ces genres.

      Je me suis demandée quand j’ai lu le 1er volume ce qui se cachait derrière un tel titre et puis après la lecture, ça m’est apparu comme une évidence, car ce manga vous emporte comme le vent, il vous emmène dans un voyage où l’Islande vous accueille et vous retient car plus qu’un guide touristique c’est une expérience que vous vivez, celle de partager le ressenti des personnages.

      D’habitude quand je lis, je me demande ce qui va se passer, j’aperçois certains déroulés, il m’arrive même de connaître l’issue ou la finalité de l’histoire. Ici rien, pas parce l’histoire est inintéressante mais plutôt parce que je n’ai pas envie de me poser des questions tellement je m’y trouve bien. Je prends les choses comme elles viennent et je les savoure. En plus ce manga sortant des sentiers battus, qu’y a-t-il de mieux à faire que de se laisser porter ?

      Et puis, il y a le personnage principal, assez froid en apparence, limite associal qui nous intrigue, de même que son entourage, atypique lui-aussi.

      Ce 3eme tome nous permet d’en savoir un peu plus sur le frère de Kei, avec un peu moins de paysages et un peu plus de polar. Mais comme à chaque fois, rien de trop évident et pas trop d’informations d’un coup, toujours dans l’équilibre. Et comme à chaque fois aussi, arrivée à la fin, je n’ai qu’une envie : lire la suite.

      Un véritable coup de cœur.
      Note :
        • Like
      • 2 réponses
    • Comédie francaise
      Matthieu Sapin est un des auteurs de BDs qui fait essentiellement du reportage en BD. Mais quand il le fait il le fait bien en faisant des reportages au long court, sur plusieurs années ou à minima de long mois. Il l'avait montré avec Gerard Depardieu mais aussi et surtout avec François Hollande. Ce dernier reportage était vraiment intéressant sur les coulisses du pouvoir.

      Pour ce livre ci, ou il replonge dans les méandres de la politique française en essayant d'atteindre Emmanuel Macron comme il avait plus le faire avec Hollande. Pour ne faire une redite, il s'amuse à comparer son parcours à celui de l'écrivain Jean racine.

      Et heureusement qu'il fait cela. En effet on sent rapidement qu'il n'a pas réussi à approcher d'aussi près le pouvoir que lors du quinquennat Hollande. Il choisit donc intelligemment et avec beaucoup d'humour de se comparer à racine et sa quête de louis XIV pour, au final, nous livrer un double documentaire. Sur Racine autant (voir plus) que sur Emmanuel Macron.

      Si la lecture est sympa par l'humour et surtout l'auto dérision développée par Matthieu Sapin, l'album est quand même un peu lourd à lire et au final un poil trompeur quand on s'attendait, comme moi, a un vrai reportage politique.

      Attention donc à ne pas le prendre pour un reportage politique comme le très bon Le château. Si c'est ce que vous cherchez ... et bien allez lire le Château 🙂
      Note :
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...