Aller au contenu
  • S’inscrire
Monfreid...

Gotham Central

Messages recommandés



Gotham central tome 1
dessin: Lark
Scénariste: Brubaker
aux éditions semic.


Résumé:
Planté au sommet du commissariat central et contrôlé de près, il ne s'allume qu'en cas d'extrême urgence, lorsque la situation dépasse les compétences et les moyens des forces de police. Alors le justicier de la nuit, le protecteur de Gotham, Batman, surgit de l'ombre pour assister la police. Mais nombreux sont ceux qui, ayant prononcé le serment qui accompagne leur badge et leur arme, préfèrent laisser le bat-signal éteint, et régler les problèmes de criminalité sans faire appel à un justicier masqué qui ne répond devant aucune autorité. Cependant, à Gotham City, ville infesté par des criminels aux super-pouvoirs tels le très dangereux Mister Freeze, la vie d'un policier n'est pas une sinécure.


Avis: C'est en refermant ce premier volume de Gotham Central Qu'Hooker nous manque. Finit le bon vieux temps ou des flics patauds nous montraient comment coffre les vilains bandits un sidekick débile sous un bras et une blonde pulpeuse sous l'autre. Finit le fusil à pompe définitif de Rick Hunter et la verve porcine de sa sardine d'équipière. Finit le temps où les polars se déguster en famille les dimanche après midi pluvieux. Et dire que ce genre devient intelligent, voir contestataire: un comble. Je vous le demande: où va le monde?

Cette série démarre sur les chapeaux de roues. Avant même de l'avoir déniaiser, le concept est séduisant à la fois dans l'air du temps et foncièrement novateur. Le quotidien d'un commissariat dans une ville peuplée de super héros n'a rien de follement original: mais le parti pris réaliste vient chambouler nos attentes. Si "powers" tire sa singularité de son graphisme et de ses histoires épurés (ce qui n'est pas un mal loin de là): si "top ten" se démarque par son foisonnement inouïe d'idées à la page: Gotham central prend le parti de la "msie à plat". Pour se faire le scénariste opère un retour aux sources du genre. Des genres devrait-on dire; puisque le découpage des pages très "classique" rappelle celui des vieux pulp (et de la bd européenne!). Le ton est absolument noir et sans concessions, cela n'empêche pas les sentiments mais au contraire les exacerbes. L'urbanité est un calvaire que l'on subit de plein fouet jour après jour. La ville et ses ombres hors normes vous collent à la peau comme une mauvaise grippe. C'est dans ses ombres que se déroule ce drame policier, un drame ou l'esprit de corps sert parfois de pare-balle rarement de pare-âme. La vie en communauté finit par user les mentalités; par les élimer consciencieusement afin qu'il ne reste aucune scorie, aucune échappatoire possible.

Contrairement à nombres de séries contemporaines ce qui différencie les personnages des autres c'est l'acceptation qu'ils ont de leur destiné. Pour nos sociétés modernes il faut toujours que subsiste un espoir et vivre consiste pour la plupart d'entre nous, à se débattre avec un fatalisme ambiant. De ce fait les entités des fictions policières paraissent souvent exaltées ou terriblement mornes; agissant comme des exutoires à nos pulsions de tous les jours. Les supers héros transcendent cette imagerie, défaisant le carcan de l'alternance terne qui nous tient lieu de cadre de vie; leur puissance reflète la profondeur de notre marasme, de notre ennui. Le bond en arrière effectué ici permet d'éviter cet écueil devenu par trop un recours évident pour faire des soaps encore plus digeste. On s'attarde ici sur des personnalités qui se savent prisonnières d'une certaine déchéance inéluctable, cela ne forge aucunement leur caractère. Au contraire, il y a un refus du fatalisme, refus qui sonne comme la revendication de pouvoir être malheureux sans être désespéré…leur force c'est leur dignité, leur noblesse à n'être que des humains! Batman, figure emblématique des nos fantasmes de justice; animosité mêlée de rigueur ne peut dès lors plus trouver sa place dans un tel contexte. Les interventions du justicier masqué bien que fondatrice d'une mythe citadin, ne font que réduire à néant le travail de toute une équipe. Son apparition est le signe d'une ingérence, d'une incapacité à gérer une affaire; à garantir la sécurité des citoyens; lui faire appelle c'est avouer une impuissance, c'est céder au fatalisme. Ce parti pris, fort intéressant, est parfaitement adapté au cadre des enquêtes. Celles-ci oscillent entre rapport humain complexes et une amertume dont on ne peut se débarrasser.


A ce titre la galerie de personnage offre plus qu'un panel de stéréotypes fabriquer à l'intention du lecteur type de comics modern. Leur densité n'émerge pas par le biais d'anecdotes placées en marge du récit. Fidèle qu'il est au genre le scénariste n'en fait pas des figures désuètes, juste prétextes pour faire avancer l'histoire et ayant pour seul charisme quelques gimmicks et ressorts narratifs de rigueur. L'intérêt de ces héros des rues vient de leur authenticité. De leur capacité à réagir dans l'instant face à une situation. Les dialogues font énormément pour rendre cette véracité, parfois dure à admettre, non par sa cruauté mais par l'inutilité qui peut s'en dégager. Bien évidement, les phrases employées rendent compte des individualités de chacun et font avancer le récit ; mais il y aussi dans les échanges une notion de rouage. La parole est conçue comme un acte réflexe, non réfléchi comme dans les hard-boiled ou les romans comportementaliste du néo-polar français. Une blague stupide, une phrase malheureuse ou inutile peut être dit sans que cela ne fasse avancer l'enquête en cours; ce qui nous immerge efficacement dans une vision des choses particulière. On se retrouve au milieu de policiers pas forcément torturés par un obscur ou louche, par forcément intelligent ou très fort…mais essayant juste de surmonter leur peur, leur peine, leur rage dans leur boulot. Les deux récits qui composent ce premier recueil nous baladent dans des enquêtes qui sans être palpitantes n'en reste pas moins bien ficelée et agréable à suivre. Elles ne sont pas de simple rationalisation stylistique aux névroses sociales des auteurs. Leur présence fait que l'on comprend que les actes finissent toujours par faire sens, qu'une enquête se construit de cette manière sur des rien et des suppositions set pas nécessairement sur des intentions. La mise en page nous plonge dans cette intimité, presque de façon malsaine sachant habilement alterner gros plan et plan d'ensemble. Le tout comme oppressé par la gigantisme des buildings et de la notion de héros. Le trait est un compromis habile et efficace entre l'épure et le réalisme privilégiant des positions semi statique dans des cases d'actions. Un graphisme à la hauteur des exigences du scénario..;ce qui n'est pas peu dire.

Un bon moment de lecture vous attends derrière ces pages!


Bonne lecture
Monfreid...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gordon, Bullock, Montoya ... ah que de joie en perspective.
je trouve que tu as très bien rendu la psychologie de Bullock qui n'a jamais pu piffrer batman, cet empêcheur d'enquêter en rond.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
en lisant No Man's Land, j'ai trouvé que Montoya y était particulièrement bien traité. Elle y est très bien décrite ainsi que ses états d'âmes et ses réactions. J'avais trouvé ça vraiment bien rendu et orchestré.

On y voyait aussi les intéractions entre les membres du commissariat et leurs descriptions à un moment. C'était très intéressant.

J'espère retrouvé cela et d'après ce que j'ai pu entendre ici ou là, c'est bien partit. J'ai hâte de le lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biggrin.gif Je l'ai lu cette après-midi et y'a pas à dire j'adore! La suite! La suite!

On ressent très bien l'atmosphère de la ville qu'est Gotham.
Les personnages sont très bien traités et leur psychologie détaillée.

Le dessin de Lark ne fait que renforcer tout ça de par les expressions des persos d'où transpirent bien le poids que chacun porte sur ses épaules, comment il ressent sa vie. On pourrait décrire chaque perso rien qu'à ses postures et ses expressions.

Les couleurs vont dans ce sens également. Elles exacerbent bien les sentiments que l'on ressent lors de notre lecture des aventures de ces hommes et femmes qui font simplement leur travail dans un monde non-ordinaire, monde qu'ils côtoient tous les jours de par leur boulot justement mais dont ils ne savent rien ou si peu. Ils sont exclus de tout un pan de celui-ci, le monde super-héroïque qui ne fait que passer devant leur yeux, le monde de Batman & Co étant bien différent d'eux, les gens de la rue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Encore un semic books a mettre a ma liste (avec 100 bullets #2)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’ai bien accroché par rapport au thème. Gotham vu sous l’angle de la police. On aperçoit Batman que 2-3 fois et on surprend même les méchants s.héros sans leur déguisement... L’histoire ce focalisant sur le devenir des policiers blasés, sujets au doute...
L’enquête policière est somme toute classique avec une ambiance réaliste. J’ai trouvé l’intrigue intéressante plutôt bien construite comme la fin de l’enquête.
En chipottant "La" révélation du policier vers la fin est un peu prévisible. Et j'aurai aimé en savoir un peu plus sur leur vie en dehors de la police. Mais ça ne semble pas être le sujet.
Sinon j’ai eu un peu de mal avec le dessin au début. D’aspect assez classiques mais je m’y suis fais vite, les couleurs en teinte sombre avec aplat noir fonctionne bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ah! Cool! Je suis content que tu apprécies! biggrin.gif C'est une de mes séries préférées que je suis mensuellement en vo.

Si on pouvait avoir bientôt la suite en vf, ce serait bien. :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cette série est superbe tant du point de vue graphique que du scénario qui est vraiment béton...
En lisant gotham central j'ai eu l'impression de parcourir un véritable polar ciné et l'ambiance glauque du commissariat est vraiment saisissante.
De plus je trouve que l'intrigue est pas mal du tout et le dénouement sympathique.
Vivement la suite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, c'est vrai. J'avais oublié de l'annoncer ici. Merci Monfreid! :wink:

J'ai presque tout le reste en vo, ce book me permettra de faire le lien entre les 2, vu que j'ai pas encore acheté les numéros qui suivent directement le tome 1.

Je suis la série mensuellement en vo maintenant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le tome 2 est pour Avril maintenant. :wink:

Semic continue sa restructuration et continue à modifier son planning pour les 3 prochains mois, mais ça se stabilise.

En plus, l'arc suivant (#6 à 10), c'est à dire les épisodes qui viennent, a gagné un eisner award!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le tome 1 paru chez Panini vers mai juin est en fait le 3ème tome de la série. Houra.

Excellent récit encore une fois avec cette fois le Joker en protagoniste, niark niark niark :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
QUOTE(brodieman)
Le tome 1 paru chez Panini vers mai juin est en fait le 3ème tome de la série. Houra.


J'ai acheté la 3 tomes, je suis impatient de lire ça ! laugh.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
QUOTE(okilebo)
J'ai acheté la 3 tomes, je suis impatient de lire ça !  :lol:


Voilà, c'est fait ! biggrin.gif

J'ai été très agréablement surpris en lisant cette série. Je m'attendais à quelque chose de léger et au contraire, le scénario s'est révélé plutôt consistant.

Les différentes histoires présentées, ici, sont vraiment bien foutues. On suit celles-ci avec beaucoup d'intérêt. Rucka et Brubaker, les scénaristes, ont vraiment fait du bon boulot.
Bon, c'est vrai que le premier tome est agréable, mais sans plus. Poutant dans les tomes suivants, les auteurs ont voulu donner une importance plus marquée au caractère des personnages. De ce fait, le récit est plus dense et bien sûr, beaucoup plus réaliste. Une mention particulière à l'inspecteur Montoya, qui dans le tome 2, est confrontée à des révélations embarrassantes. On ressent facilement toute sa détresse devant ce problème, ce qui la rend attachante.

L'originalité du récit se situe, bien évidemment, dans le fait que l'histoire se déroule à Gotham City, qui comme tout le monde le sait, est la ville d'origine de Batman.
Où cela devient intéressant c'est que celui-ci est mis volontairement à l'arrière-plan par les scénaristes, mettant ainsi en valeur le travail des policiers "normaux" de cette ville. Grâce à cela, on apprend que les rapports entre notre chauve-souris préférée et la police sont parfois ambigus.
Cet aspect est d'ailleurs présenté avec beaucoup de subtilité.

A priori, le dessin de Michaël Lark n'a rien d'extraordinaire. Les personnages sont parfois difficiles à reconnaître. Pourtant, les ambiances sont très bien rendues, ce qui donne de l'intensité au récit.

Je suis loin d'être un spécialiste en comics, mais je pense pouvoir clamer bien haut que "Gotham Central" est une série à suivre.

A conseiller................ sans aucun doute ! :bigok:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CITATION(okilebo @ 02/04/2007 à 18:43) [snapback]93871[/snapback]
Le tome 4 est sorti ! biggrin.gif


Oui et je l'ai lu hier !

Ce tome 4 reste dans la lignée des tomes précédents c'est-à-dire un scénario fluide et très bien ficelé.

C'est vraiment une bonne série que je conseille !!!! wink.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...