Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'action'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. alx23

    The division - extremis malis

    Les éditions Black river proposent une grande collection de titres provenant des jeux vidéo pour permettre aux lecteurs et joueurs de poursuivre l'aventure avec l'univers étendu par le biais de comics. Après les one shot sur Assassin's creed Valhalla ou Far cry, on retrouve la licence de The division de Tom Clancy. Cet album est une préquel du deuxième volet du jeu the division. On retrouve le héros connus des joueurs, Caleb Dunne qui dirige plusieurs troupes d'élites pour les interventions sur le terrain. The division est une référence dans les jeux en ligne en monde ouvert de tir tactique et d'action-RPG. Les dessins sont bien travaillés avec des décors pour retrouver l'ambiance des jeux. Les trois chapitres proposés dans cet album se centralise sur de l'action comme les joueurs connaissent bien. Les lecteurs jouant à ce jeu seront les premiers intéressés par cette histoire mais il n'est pas nécessaire de connaitre le jeu pour profiter de cet album pour les autres lecteurs.
  2. Titre de l'album : The division - extremis malis Scenariste de l'album : Christopher Emgard Dessinateur de l'album : Fernando Nicolas Baldo Coloriste : Michael Atiyrh Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Des mois après qu'une arme biologique ait dévasté New York, les agents de la Division sont les derniers espoirs des États-Unis dont l'unité est en danger. À la suite d'une mission qui a très mal tourné, le partenaire de l'agent Caleb Dunne est assassiné. Dunne se jure de traquer la femme responsable de ce crime odieux, qu'il ne connait que sous le nom de Mantis. Il la poursuit jusqu'à Philadelphie, Fort Meade et finalement Washington D.C. avec l'aide des agents Heather Ward et Brian Johnson. Ensemble, ce nouveau groupe d'agents découvrent un complot aux dimensions tentaculaires, une menace de plus envers une nation sur le point de s'effondrer... Critique : Les éditions Black river proposent une grande collection de titres provenant des jeux vidéo pour permettre aux lecteurs et joueurs de poursuivre l'aventure avec l'univers étendu par le biais de comics. Après les one shot sur Assassin's creed Valhalla ou Far cry, on retrouve la licence de The division de Tom Clancy. Cet album est une préquel du deuxième volet du jeu the division. On retrouve le héros connus des joueurs, Caleb Dunne qui dirige plusieurs troupes d'élites pour les interventions sur le terrain. The division est une référence dans les jeux en ligne en monde ouvert de tir tactique et d'action-RPG. Les dessins sont bien travaillés avec des décors pour retrouver l'ambiance des jeux. Les trois chapitres proposés dans cet album se centralise sur de l'action comme les joueurs connaissent bien. Les lecteurs jouant à ce jeu seront les premiers intéressés par cette histoire mais il n'est pas nécessaire de connaitre le jeu pour profiter de cet album pour les autres lecteurs. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-division-extremis-malis?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Attention faux ami, ce Hacktivist tiens plus d'un Tom Clancy que d'une bd sur les méandres des groupuscules hackeurs informatiques activistes. Ne vous attendez pas à des geeks à boutons et au teint blafard, ici on est plus sur des agents presque entrainés et aux profils variés. Si ce n'est pas l'Agence tout risque pour autant, le rythme démarre vite assez fort et laisse pas mal de place aux scènes d'actions dynamiques mises en scènes plutôt efficacement par Geanes Holland. Les couleurs très punchy sont à mettre au crédit de Thiago Rocha et rende l'album encore plus nerveux, dans la lignée de ce qui se fait habituellement sur ce genre d'albums. Le scénario concocté par JF Bollée nous réserve sont lot de surprise mais il sera difficile d'en dire plus, ni de savoir si l'ensemble restera cohérent sans avoir lu le tout. Ce titre devrait intéresser les amateurs de géopolitique actuelle et de techno thriller à la façon de Maître Clancy.
  4. Titre de l'album : H@cktivists - Tome 1 - Cellule FREEquency Scenariste de l'album : LF Bollée Dessinateur de l'album : Geanes Holland Coloriste : Thiago Rocha Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Leur « cellule » a été créée en 2020 pendant les confinements. Ils sont dix, tous des hackers professionnels. Leur but ? Débusquer les scandales du monde, les abus de pouvoirs, les affaires cachées, les magouilles honteuses... Leur méthode ? S'introduire dans tous les systèmes informatiques ! Affaire n°1 : un immeuble en construction à Miami abriterait le FSB, le service de renseignement russe... Critique : Attention faux ami, ce Hacktivist tiens plus d'un Tom Clancy que d'une bd sur les méandres des groupuscules hackeurs informatiques activistes. Ne vous attendez pas à des geeks à boutons et au teint blafard, ici on est plus sur des agents presque entrainés et aux profils variés. Si ce n'est pas l'Agence tout risque pour autant, le rythme démarre vite assez fort et laisse pas mal de place aux scènes d'actions dynamiques mises en scènes plutôt efficacement par Geanes Holland. Les couleurs très punchy sont à mettre au crédit de Thiago Rocha et rende l'album encore plus nerveux, dans la lignée de ce qui se fait habituellement sur ce genre d'albums. Le scénario concocté par JF Bollée nous réserve sont lot de surprise mais il sera difficile d'en dire plus, ni de savoir si l'ensemble restera cohérent sans avoir lu le tout. Ce titre devrait intéresser les amateurs de géopolitique actuelle et de techno thriller à la façon de Maître Clancy. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hacktivists-tome-1-cellule-freequency?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. The_PoP

    Convoi

    Titre de l'album : Convoi Scenariste de l'album : Kevan Stevens Dessinateur de l'album : Jef Coloriste : Jef Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Bienvenus dans une France en proie au chaos aux côtés d'ALEX, jeune guerrière au volant de son truck de combat, guidant un convoi chargé de médicaments, entre Le Havre et Marseille, au travers d'un territoire contaminé où le réchauffement climatique a anéanti toute idée d'humanité. Où règne la violence brute et où l'amitié, l'amour, la folie n'ont plus de repères... Critique : Dur dur de se faire un avis sur ce convoi, tant le dessin de Jef, et les dialogues de Jef et Stevens ne laissent place à aucune demi mesure. Vous aimerez où vous détesterez. Dans la droite ligne de leur précédente collaboratio, Mezka, ce Convoi va vous remuer. C'est corrosif, et franchement, ça aurait été édité par Fuilde Glacial ou Métal Hurlant qu'on n'aurait pas été surpris. J'ai toujours autant de mal avec le style de dessin de Jef, mais il faut bien reconnaître qu'il sait vous transporter dans son univers. Le propos ici, volontairement outrancier, est je crois particulièrement remonté contre les changements dans la société survenus ces dernières années. Oui je crois qu'on peut dire Reac'. Si ça m'a fait parfois doucement rigoler, l'outrance et la gratuité des tacles finit parfois par être un peu lourde. Cela n'enlève en rien la qualité de défouloir Post-apo façon Mad max de ce Convoi. Ceci étant dit, les persos caricaturaux sont finalement bien pensés et assez fendards, et rende le tout étonnamment digeste même pour un lecteur sceptique comme moi face à ces deux auteurs. Ce convoi est donc je trouve une réussite, car arriver à faire apprécier une bd dont à priori on ne partage ni le point de vue ni le goût du dessin, cela reste fort et montre que l'art sait aussi s'affranchir de certaines limites. Pour ma part j'ai préféré ce Convoi que j'ai trouvé plus abouti que Mezkal des deux mêmes auteurs, ceci dit si vous avez été allergiques au premier, passez votre chemin. Autres infos : Corrosif à souhait Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. The_PoP

    Convoi

    Dur dur de se faire un avis sur ce convoi, tant le dessin de Jef, et les dialogues de Jef et Stevens ne laissent place à aucune demi mesure. Vous aimerez où vous détesterez. Dans la droite ligne de leur précédente collaboratio, Mezka, ce Convoi va vous remuer. C'est corrosif, et franchement, ça aurait été édité par Fuilde Glacial ou Métal Hurlant qu'on n'aurait pas été surpris. J'ai toujours autant de mal avec le style de dessin de Jef, mais il faut bien reconnaître qu'il sait vous transporter dans son univers. Le propos ici, volontairement outrancier, est je crois particulièrement remonté contre les changements dans la société survenus ces dernières années. Oui je crois qu'on peut dire Reac'. Si ça m'a fait parfois doucement rigoler, l'outrance et la gratuité des tacles finit parfois par être un peu lourde. Cela n'enlève en rien la qualité de défouloir Post-apo façon Mad max de ce Convoi. Ceci étant dit, les persos caricaturaux sont finalement bien pensés et assez fendards, et rende le tout étonnamment digeste même pour un lecteur sceptique comme moi face à ces deux auteurs. Ce convoi est donc je trouve une réussite, car arriver à faire apprécier une bd dont à priori on ne partage ni le point de vue ni le goût du dessin, cela reste fort et montre que l'art sait aussi s'affranchir de certaines limites. Pour ma part j'ai préféré ce Convoi que j'ai trouvé plus abouti que Mezkal des deux mêmes auteurs, ceci dit si vous avez été allergiques au premier, passez votre chemin.
  7. alx23

    Les sept secrets tome 2

    L'histoire trouve son origine dans tous les complots et vérités cachées au nombre de sept qui seraient gardés par l'Ordre composé par des équipes de deux combattants, un porteur et un gardien. Le premier secret vient d'être dévoilé au monde entier alors les autres membres de l'Ordre ont dû fuir la planète pour se cacher avant de revenir combattre les quêteurs. Cette suite nous plonge au bord d'un autre monde, dans un univers féérique et magique avant un retour sur terre. Tom Taylor poursuit son intrigue qui mélange les genres entre super-héros, thriller complotiste et fantastique. On n'a pas le temps de s'ennuyer avec cette série booster sur de l'action pure et dure avec des combats intenses. La partie graphique apporte énormément au titre, en effet Daniele Di Nicuolo dessine à merveilles des planches dynamiques avec une construction très nerveuse et rythmée. Il reste un troisième et dernier tome à sortir pour terminer cette série sur les plus grands secrets du monde caché au public pour garder une harmonie mondiale. Si vous aimez les récits d’action efficace sur fond de complot, vous pouvez foncer sur la lecture des sept secrets.
  8. Titre de l'album : Les sept secrets tome 2 Scenariste de l'album : Tom Taylor Dessinateur de l'album : Daniele Di Nicuolo Coloriste : Walter Baiamonte Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : LE MONDE A CHANGÉ POUR TOUJOURS. L'un des sept secrets a été dévoilé au monde ! D'après les nouveaux meneurs de L'Ordre, l'heure n'est plus à se cacher. Casper, réfugié au pays des fées avec les survivants, va découvrir l'incroyable secret de ses propres origines. Critique : L'histoire trouve son origine dans tous les complots et vérités cachées au nombre de sept qui seraient gardés par l'Ordre composé par des équipes de deux combattants, un porteur et un gardien. Le premier secret vient d'être dévoilé au monde entier alors les autres membres de l'Ordre ont dû fuir la planète pour se cacher avant de revenir combattre les quêteurs. Cette suite nous plonge au bord d'un autre monde, dans un univers féérique et magique avant un retour sur terre. Tom Taylor poursuit son intrigue qui mélange les genres entre super-héros, thriller complotiste et fantastique. On n'a pas le temps de s'ennuyer avec cette série booster sur de l'action pure et dure avec des combats intenses. La partie graphique apporte énormément au titre, en effet Daniele Di Nicuolo dessine à merveilles des planches dynamiques avec une construction très nerveuse et rythmée. Il reste un troisième et dernier tome à sortir pour terminer cette série sur les plus grands secrets du monde caché au public pour garder une harmonie mondiale. Si vous aimez les récits d’action efficace sur fond de complot, vous pouvez foncer sur la lecture des sept secrets. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-sept-secrets-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. The_PoP

    Pepper Page sauve l'univers !

    Qu'il est difficile d'expliquer ce qu'on n'a pas apprécié dans une bd, d'autant plus quand cela n'est pas forcément évident tant la qualité globale de celle-ci où le travail des auteur ne saurait être remise en cause objectivement. Ne vous fiez pas nécessairement à ma note assez basse, ce Pepper Page a de belles qualités, et forcément étant très orienté ados je ne suis pas vraiment le public cible. Peut être suis-je un petit peu blasé de ce type d'histoires mais je me suis assez rapidement ennuyé dans ce Pepper Page avec une forte impression de déjà lu doublée d'une difficulté à m'immerger dans le monde proposé. Les enjeux et personnages ne m'ont pas parlé. Dommage car au fond si l'histoire est assez connue désormais du fan de héros qui se retrouve plongé dans la peau ou les aventures de ses idoles, cela aboutit pourtant souvent à des bd mémorables. Las, même le dessin bien léché d'Eric Jones n'aura réussi à me faire tenir jusqu'au bout. D'où ma note. A réserver pour moi aux jeunes ados (peut être même plutôt orientés pour les jeunes filles) qui y trouveront probablement bien plus leur compte que moi.
  10. Titre de l'album : Pepper Page sauve l'univers ! Scenariste de l'album : Landry Q. Walker Dessinateur de l'album : Eric Jones Coloriste : Eric Jones Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Pepper Page, une jeune orpheline de 15 ans, n'aspire qu'à une chose : s'évader de son quotidien en trouvant refuge dans les bandes dessinées de son héroïne favorite, Supernova. Une expérience scientifique aux résultats inattendus menée par le Professeur Killian, son enseignant en science, va la propulser dans la peau et dans l'univers de sa super-héros fétiche. Accompagnée de Mister McKittens, un chat transporté malencontreusement avec elle dans cet univers fantastique, Pepper va être confrontée à la vie pleine d'action, d'aventure et de mystère d'une vraie héroïne... et comprendre par la même occasion que la réalité est parfois plus étrange que la fiction ! Critique : Qu'il est difficile d'expliquer ce qu'on n'a pas apprécié dans une bd, d'autant plus quand cela n'est pas forcément évident tant la qualité globale de celle-ci où le travail des auteur ne saurait être remise en cause objectivement. Ne vous fiez pas nécessairement à ma note assez basse, ce Pepper Page a de belles qualités, et forcément étant très orienté ados je ne suis pas vraiment le public cible. Peut être suis-je un petit peu blasé de ce type d'histoires mais je me suis assez rapidement ennuyé dans ce Pepper Page avec une forte impression de déjà lu doublée d'une difficulté à m'immerger dans le monde proposé. Les enjeux et personnages ne m'ont pas parlé. Dommage car au fond si l'histoire est assez connue désormais du fan de héros qui se retrouve plongé dans la peau ou les aventures de ses idoles, cela aboutit pourtant souvent à des bd mémorables. Las, même le dessin bien léché d'Eric Jones n'aura réussi à me faire tenir jusqu'au bout. D'où ma note. A réserver pour moi aux jeunes ados (peut être même plutôt orientés pour les jeunes filles) qui y trouveront probablement bien plus leur compte que moi. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pepper-page-sauve-l-univers?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Et voilà il fallait s'y attendre. Le premier tome de la série du convoyeur à laquelle je ne mets pas 5 étoiles... mais seulement 4.5... Pourtant le dessin de Dimitri Armand est toujours aussi bon, et l'histoire concoctée par Tristan Roulot avance bien et nous déroule révélations et actions sur un rythme soutenu. Simplement, il est un cran légèrement dessous par rapport aux deux premiers tomes exceptionnels qui nous avaient immergés dans un monde complètement imaginaire et original avec une action omni présente et savoureuse et des révélations plus qu'ahurissantes. Le second tome notamment nous avait gratifié d'un effet table renversée époustouflant, même pour nous, lecteurs blasés ayant l'habitude de lire des bd de post apo. Bref, ce Convoyeur reste une série de très grande qualité, servis par des dessins dynamiques et puissants. Un tome 3 se retrouvant légèrement en dessous en terme de densité de narration ne me refroidit pas vraiment puisque c'est finalement plutôt un gage de qualité quand à la trame et à la cohérence de l'histoire finale. Merci messieurs, on a toujours hâte de lire la suite.
  12. Titre de l'album : Le convoyeur - Tome 3 - Ces ténèbres qui nous lient Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Dimitri Armand Coloriste : Dimitri Armand Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La "Rouille" a peut-être fait disparaître toute trace de fer, mais pas celui qui caractérise la volonté de Minerva. Scientifique devenue sorcière aux yeux du monde, elle a juré de retrouver l'homme qu'elle aime. L'homme qui l'aima avant de répondre à l'appel et devenir le Convoyeur. Ou plutôt... un Convoyeur ! Minerva s'est adjoint les services du Renifleur pour mener à bien sa mission. Mais une femme seule peut-elle faire face à l'inexorable destin de l'humanité, cette multitude au visage unique qu'est le Convoyeur ? Critique : Et voilà il fallait s'y attendre. Le premier tome de la série du convoyeur à laquelle je ne mets pas 5 étoiles... mais seulement 4.5... Pourtant le dessin de Dimitri Armand est toujours aussi bon, et l'histoire concoctée par Tristan Roulot avance bien et nous déroule révélations et actions sur un rythme soutenu. Simplement, il est un cran légèrement dessous par rapport aux deux premiers tomes exceptionnels qui nous avaient immergés dans un monde complètement imaginaire et original avec une action omni présente et savoureuse et des révélations plus qu'ahurissantes. Le second tome notamment nous avait gratifié d'un effet table renversée époustouflant, même pour nous, lecteurs blasés ayant l'habitude de lire des bd de post apo. Bref, ce Convoyeur reste une série de très grande qualité, servis par des dessins dynamiques et puissants. Un tome 3 se retrouvant légèrement en dessous en terme de densité de narration ne me refroidit pas vraiment puisque c'est finalement plutôt un gage de qualité quand à la trame et à la cohérence de l'histoire finale. Merci messieurs, on a toujours hâte de lire la suite. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoyeur-tome-3-ces-tenebres-qui-nous-lient?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Décidément, l'actualité du scénariste du Convoyeur est chargée en ce moment puisqu'après la conclusion de son excellent diptyque Psykoparis sortie toute récemment et que j'avais déjà adoré, voici la sortie du non moins attendu tome 2 du Convoyeur, l'une des nouvelles séries qui nous avait le plus impressionné l'année dernière. Rien que ça. Alors si je vous dis qu'en plus M. Armand, le dessinateur est aussi l'homme derrière les excellentissimes Sykes et Texas Jack, et qu'on a là une superbe aventure de post apo, encore plus ambitieuse qu'entrevue dans le tome 1, je vous avoue que je vais avoir du mal à garder ma mesure. Commençons par les bémols : la partie graphique est excellente encore une fois, mais je trouve Le Convoyeur un léger cran en dessous de Sykes en terme d'effet Waouh. Rien de gênant, cette série se plaçant de toute façon en haut des sorties du genre graphiquement. Les couleurs sont belles, l'action est fluide, les découpages soignés, et les personnages aisément identifiables. Et c'est tout pour les bémols. Oui j'ai adoré tout le reste. L'histoire m'a plu. J'ai aimé qu'elle prenne encore plus d'ampleur, et que l'on ai immédiatement envie de relire le premier tome une fois le second bouclé. J'ai aimé l'évolution des personnages. J'ai aimé que l'on soit finalement bousculés dans ce que l'on croyait avoir compris. L'univers présenté est toujours plus fascinant, et je n'ai finalement qu'une hâte : La suite vite !
  14. Titre de l'album : Le convoyeur - Tome 2 - La cité des mille flèches Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Dimitri Armand Coloriste : Dimitri Armand Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : De retour d'une de ses missions, le Convoyeur est attaqué par surprise par la mystérieuse Chasseresse. Il sort vainqueur de l'affrontement, mais renonce à achever son adversaire. Les deux ennemis se croisent à nouveau à la cour du Duc d'Arcasso, où cruauté et dépravation règnent en maîtres. Face à un mal qui les dépasse, Convoyeur et Chasseresse seront-ils capables de s'allier ? Critique : Décidément, l'actualité du scénariste du Convoyeur est chargée en ce moment puisqu'après la conclusion de son excellent diptyque Psykoparis sortie toute récemment et que j'avais déjà adoré, voici la sortie du non moins attendu tome 2 du Convoyeur, l'une des nouvelles séries qui nous avait le plus impressionné l'année dernière. Rien que ça. Alors si je vous dis qu'en plus M. Armand, le dessinateur est aussi l'homme derrière les excellentissimes Sykes et Texas Jack, et qu'on a là une superbe aventure de post apo, encore plus ambitieuse qu'entrevue dans le tome 1, je vous avoue que je vais avoir du mal à garder ma mesure. Commençons par les bémols : la partie graphique est excellente encore une fois, mais je trouve Le Convoyeur un léger cran en dessous de Sykes en terme d'effet Waouh. Rien de gênant, cette série se plaçant de toute façon en haut des sorties du genre graphiquement. Les couleurs sont belles, l'action est fluide, les découpages soignés, et les personnages aisément identifiables. Et c'est tout pour les bémols. Oui j'ai adoré tout le reste. L'histoire m'a plu. J'ai aimé qu'elle prenne encore plus d'ampleur, et que l'on ai immédiatement envie de relire le premier tome une fois le second bouclé. J'ai aimé l'évolution des personnages. J'ai aimé que l'on soit finalement bousculés dans ce que l'on croyait avoir compris. L'univers présenté est toujours plus fascinant, et je n'ai finalement qu'une hâte : La suite vite ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoyeur-tome-2-la-cite-des-mille-fleches?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. The_PoP

    Nottingham - Tome 2 - La Traque

    Bon quand le plus grand défaut d'un tome d'une série de BD en cours est d'être trop court c'est que globalement c'est une réussite. C'est exactement le cas avec ce Nottingham, qui après un premier tome qui m'avait enthousiasmé confirme bien mon intérêt avec ce tome 2 toujours dynamique et graphiquement superbe. L'histoire avance tranquillement et même si, une fois la bd refermée, on se demande si ce n'était pas trop court, quand on prend le temps d'y repenser, la réponse devient évidente : c'était très bon et on en veut juste encore. Une narration maîtrisée et fluide, sans fioritures mais mettant en avant le parfum d'aventure et de romanesque de ce Robin des bois sauce moyenâgeuse. Le dessin et l'ambiance me rappelle furieusement le Troisième Testament, et ce n'est pas un mince compliment dans ma bouche. Reste que, ne nous leurrons pas, du fait d'enjeux moins élevés, le parfum épique qui en ressort au final est moindre. Ne boudons pas pour autant notre plaisir, car en série médiévale réaliste, je n'ai guère d'équivalent à ce Nottingham à vous proposer en ce moment. Un bonbon !
  16. Titre de l'album : Nottingham - Tome 2 - La Traque Scenariste de l'album : Vincent Brugeas et Emmanuel Herzet Dessinateur de l'album : Benoît Dellac Coloriste : Denis Béchu Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Pour mieux mener son combat contre le Prince Jean, le shérif de Nottingham a créé un mythe : la « capuche de Sherwood ». Mais la ligne est fine entre légende et mensonge. Et si les premières rassemblent, les seconds divisent. Au sortir du braquage de l'or de Morville et de ses conséquences sanglantes, les alliés d'hier sont aujourd'hui à couteaux tirés... lorsqu'ils se parlent encore. William est empêtré dans la toile de ses secrets. Et cette dernière l'empêche de voir que, depuis Londres, le Prince Jean prépare sa riposte... Critique : Bon quand le plus grand défaut d'un tome d'une série de BD en cours est d'être trop court c'est que globalement c'est une réussite. C'est exactement le cas avec ce Nottingham, qui après un premier tome qui m'avait enthousiasmé confirme bien mon intérêt avec ce tome 2 toujours dynamique et graphiquement superbe. L'histoire avance tranquillement et même si, une fois la bd refermée, on se demande si ce n'était pas trop court, quand on prend le temps d'y repenser, la réponse devient évidente : c'était très bon et on en veut juste encore. Une narration maîtrisée et fluide, sans fioritures mais mettant en avant le parfum d'aventure et de romanesque de ce Robin des bois sauce moyenâgeuse. Le dessin et l'ambiance me rappelle furieusement le Troisième Testament, et ce n'est pas un mince compliment dans ma bouche. Reste que, ne nous leurrons pas, du fait d'enjeux moins élevés, le parfum épique qui en ressort au final est moindre. Ne boudons pas pour autant notre plaisir, car en série médiévale réaliste, je n'ai guère d'équivalent à ce Nottingham à vous proposer en ce moment. Un bonbon ! Autres infos : chaudement recommandé Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nottingham-tome-2-la-traque?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. The_PoP

    Cosplay

    Belle et agréable surprise que ce Cosplay dont je n'attendais pas grand chose, étant assez loin de cet univers de fan. Le thème du Cosplay est ici bien exploité, au service d'une histoire efficace qui ne tient pas sur deux lignes. La mise en scène hyper dynamique de Maribel Conejero et son trait tout en mouvement et en expressivité me fait dire qu'on la reverra très bientôt publiée en français. C'est presque trop propre pour une bd d'action humour à destination d'un public ado/fans... Ce qui est plutôt bienvenu donc Le scénario de Matias Istolainen est relativement simple, mais efficace et il se permet même le luxe de proposer quelques rebondissements bienvenus, le tout sans extravagance invraisemblable. Bref, c'est bon et bien. Les vannes et les gags sont bien calibrés et vous vous surprendrez à sourire une paire de fois. Pour les puristes il est à noter que l'album se termine par un "cherche et trouve" en double page blindé de références à la pop culture. Dès lors si vous aimez l'univers Cosplay, la pop culture, ou que vous cherchez une bonne bd pour ados, pourquoi se priver ?
  18. The_PoP

    Cosplay

    Titre de l'album : Cosplay Scenariste de l'album : Matias Istolainen Dessinateur de l'album : Maribel Conejero Coloriste : Maribel Conejero Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La vie d'un ado ordinaire de grande banlieue parisienne n'est pas toujours riante. Heureusement pour Abel, c'est bientôt le Comic-Kon et son concours de cosplay ! Il a fignolé chaque détail de son costume de Batman et compte bien s'évader de sa vie trop ordinaire, le temps d'une journée sous le masque. Mais les terroristes qui investissent la convention armes à la main ne jouent pas, eux. Entraînés dans un véritable scénario de comics, Abel et ses amis apprendront que, cosplay ou pas, ce n'est pas le costume qui fait le héros. Critique : Belle et agréable surprise que ce Cosplay dont je n'attendais pas grand chose, étant assez loin de cet univers de fan. Le thème du Cosplay est ici bien exploité, au service d'une histoire efficace qui ne tient pas sur deux lignes. La mise en scène hyper dynamique de Maribel Conejero et son trait tout en mouvement et en expressivité me fait dire qu'on la reverra très bientôt publiée en français. C'est presque trop propre pour une bd d'action humour à destination d'un public ado/fans... Ce qui est plutôt bienvenu donc Le scénario de Matias Istolainen est relativement simple, mais efficace et il se permet même le luxe de proposer quelques rebondissements bienvenus, le tout sans extravagance invraisemblable. Bref, c'est bon et bien. Les vannes et les gags sont bien calibrés et vous vous surprendrez à sourire une paire de fois. Pour les puristes il est à noter que l'album se termine par un "cherche et trouve" en double page blindé de références à la pop culture. Dès lors si vous aimez l'univers Cosplay, la pop culture, ou que vous cherchez une bonne bd pour ados, pourquoi se priver ? Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cosplay?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. The_PoP

    ISS Sniper - Tome 3 - Jurr

    Chronique réalisée à partir du pdf de lecture. Et hop encore un tome pour la nouvelle série d'action hardcore sous fond de science fiction par les éditions Soleil. Celui-ci ne déroge pas à la règle : action, gros bourrins, gros flingues, gros alien, sur fond de soldatesque à fort caractère. Ce tome ne révolutionnera bien évidemment pas le genre, mais je l'ai toutefois trouvé plus réussi que le tome 2 qui m'avait un peu ennuyé. Bon l'abus de voix off finit toujours par me sortir un peu de ces bd estampillées Soleil. Je trouve que cela casse bien souvent trop l'immersion. Reste que côté scénario, entre le tome 1 et celui-ci, les auteurs ont planté des graines que je vais être curieux de voir un peu pousser, en espérant que tout cela soit un jour développé dans un ISS. Mais connaissant l'amour de Soleil pour les séries de one shot de destins croisés dessinant une fresque de plus grande ampleur, je n'ai finalement guère de doute à ce sujet.
  20. Titre de l'album : ISS Sniper - Tome 3 - Jurr Scenariste de l'album : Stéphane Louis Dessinateur de l'album : Stéphane Créty Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : L'un des meilleurs I.S.S. Snipers a disparu dans une structure étrange flottant dans le vide. Ju rr, à la tête d'une force d'intervention musclée, part pour le récupérer. Ce qu'il va découvrir à l'intérieur de cet astéroïde titanesque risque bien de lui faire perdre la vie ou de passer en cour martiale. Rien de tout cela n'effraie Ju rr... Ce n'est pas un nain, c'est un Kleinn ! Critique : Chronique réalisée à partir du pdf de lecture. Et hop encore un tome pour la nouvelle série d'action hardcore sous fond de science fiction par les éditions Soleil. Celui-ci ne déroge pas à la règle : action, gros bourrins, gros flingues, gros alien, sur fond de soldatesque à fort caractère. Ce tome ne révolutionnera bien évidemment pas le genre, mais je l'ai toutefois trouvé plus réussi que le tome 2 qui m'avait un peu ennuyé. Bon l'abus de voix off finit toujours par me sortir un peu de ces bd estampillées Soleil. Je trouve que cela casse bien souvent trop l'immersion. Reste que côté scénario, entre le tome 1 et celui-ci, les auteurs ont planté des graines que je vais être curieux de voir un peu pousser, en espérant que tout cela soit un jour développé dans un ISS. Mais connaissant l'amour de Soleil pour les séries de one shot de destins croisés dessinant une fresque de plus grande ampleur, je n'ai finalement guère de doute à ce sujet. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-s-s-snipers-tome-3-jurr?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. The_PoP

    Légende - Tome 9 - Renouveau

    Ce tome 9 de Légende ressemble à s'y méprendre à une conclusion de la série. Je ne sais pas si ils relanceront un nouveau cycle mais celui-ci se termine de manière cohérente, incitant d'ailleurs à de petites réflexions bienvenues. C'est assez agréable sur une série de ce type. Je n'ai lu que le pdf de cet album mais je dois avouer que j'ai par contre été un peu déçu graphiquement puisque je l'ai trouvé un cran en deçà du reste de la série. Cela est aussi probablement du à la piètre qualité de lecture au format numérique. Ceci étant dit, passer après Swolf n'est guère évident, et cela n'enlève rien à la qualité globale de la bd. On sent toutefois que, au scénario comme aux crayons il a bien fallut faire évoluer la série avec les changements d'auteur. Malgré un contenu peut être plus mature et une histoire moins héroïque quoique plus remplie d'humains, ce second cycle aura marqué un réel essoufflement de mon intérêt pour cette série. Il n'en reste pas moins que Légende est une série Médiévale (Fantastique simplement sur le premier cycle) de qualité, qui gagne a être connue. Et que le travail de Stéphane Collignon mérite d'être revu en dehors du cadre laissé par un auteur créateur de série différent.
  22. Titre de l'album : Légende - Tome 9 - Renouveau Scenariste de l'album : Ange Dessinateur de l'album : Stéphane Collignon Coloriste : Natalia Marques Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Tristan de Halsbourg a occis l'Empereur du Danemark pour mettre le jeune Abel sur le trône. La guerre est terminée. Hélas, quelque part dans le monde, un volcan explose, les cendres obscurcissent le ciel et le froid s'abat. Or le froid, c'est la famine, la révolte. Ce sont tous les principes de Tristan, des Halsbourg - qui s'écroulent, alors qu'un nouveau monde est en train de naître... Critique : Ce tome 9 de Légende ressemble à s'y méprendre à une conclusion de la série. Je ne sais pas si ils relanceront un nouveau cycle mais celui-ci se termine de manière cohérente, incitant d'ailleurs à de petites réflexions bienvenues. C'est assez agréable sur une série de ce type. Je n'ai lu que le pdf de cet album mais je dois avouer que j'ai par contre été un peu déçu graphiquement puisque je l'ai trouvé un cran en deçà du reste de la série. Cela est aussi probablement du à la piètre qualité de lecture au format numérique. Ceci étant dit, passer après Swolf n'est guère évident, et cela n'enlève rien à la qualité globale de la bd. On sent toutefois que, au scénario comme aux crayons il a bien fallut faire évoluer la série avec les changements d'auteur. Malgré un contenu peut être plus mature et une histoire moins héroïque quoique plus remplie d'humains, ce second cycle aura marqué un réel essoufflement de mon intérêt pour cette série. Il n'en reste pas moins que Légende est une série Médiévale (Fantastique simplement sur le premier cycle) de qualité, qui gagne a être connue. Et que le travail de Stéphane Collignon mérite d'être revu en dehors du cadre laissé par un auteur créateur de série différent. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/legende-tome-9-renouveau?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Titre de l'album : Tango - Tome 6 - Le fleuve aux trois-rivières Scenariste de l'album : Matz Dessinateur de l'album : Philippe Xavier Coloriste : Jérôme Maffre Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La Triple Frontière, entre l'Argentine, le Paraguay et le Brésil. Les spectaculaires chutes d'Iguazú ne suffisent pas à en faire un paradis terrestre : la jungle est pleine de contrebandiers, de trafiquants et de tueurs. Tango et Mario croient donner un coup de main à Mike, mais il leur a caché les vraies raisons de sa présence. Les mauvaises surprises s'accumulent, et l'heure de régler les vieux comptes a sonné pour Tango... Critique : Aîe Aïe Aïe... On la sentait venir cette fin de cycle en déception. Après un tome 3 et 4 pas franchement à la hauteur des très réussis deux premiers, le duo Xavier/matz semblait commencer à s'essouffler sur cette série que pourtant j'adore. Peut être limité par le speech de départ faisant de Tango un héro "du quotidien" presque lambda au parcours très loin des super soldats/enquêteurs/policiers/combattants habituels, l'histoire présentée dans cette conclusion de cycle s'avère décevante à plus d'un titre. Primo, Tango n'est jamais vraiment poussé dans ses retranchements, il survole la mêlée tel Rambo dans Rambo 4. Hors Tango n'est pas vraiment sensé être Rambo. Ensuite l'intrigue est relativement plate et sans vrais rebondissements. D'habitude pleins de gouailles notre duo de héros souffre beaucoup du faible rôle accordé à Mario sur ce tome. Rajoutez à cela que l'intrigue principale liée au passé de Tango et à ses anciens démêlés avec la justice n'avance pas d'un iota et on se retrouve avec une déception scénaristique. Excepté le logo fin de cycle sur la couv', dur de voir une vraie différence entre la fin de ce tome et les deux précédents... Ce que par contre j'ai du mal à comprendre c'est que graphiquement, ce tome donne l'impression d'avoir été moins poussé que les premiers. Les arrières plans s'avèrent assez souvent fades et peu détaillés et si personnages et scènes d'actions sont toujours aussi réussies, à la fin demeure l'impression de ne pas retrouver ce qui nous avait séduit dans cette amérique du sud magnifiée par Xavier dans les premiers tomes. Difficile de comprendre cet essoufflement éditorial sur une série que j'adorais pourtant en seulement 6 tomes quand on connait l'imagination prolifique de Matz. Reste que ce tome sera un indispensable pour les fans de Tango comme moi, qui y prendront indéniablement du plaisir de lecture, en espérant quand même que le prochain cycle nous relance dans quelques chose de plus ambitieux. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tango-tome-6-fleuve-aux-trois-frontieres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Aîe Aïe Aïe... On la sentait venir cette fin de cycle en déception. Après un tome 3 et 4 pas franchement à la hauteur des très réussis deux premiers, le duo Xavier/matz semblait commencer à s'essouffler sur cette série que pourtant j'adore. Peut être limité par le speech de départ faisant de Tango un héro "du quotidien" presque lambda au parcours très loin des super soldats/enquêteurs/policiers/combattants habituels, l'histoire présentée dans cette conclusion de cycle s'avère décevante à plus d'un titre. Primo, Tango n'est jamais vraiment poussé dans ses retranchements, il survole la mêlée tel Rambo dans Rambo 4. Hors Tango n'est pas vraiment sensé être Rambo. Ensuite l'intrigue est relativement plate et sans vrais rebondissements. D'habitude pleins de gouailles notre duo de héros souffre beaucoup du faible rôle accordé à Mario sur ce tome. Rajoutez à cela que l'intrigue principale liée au passé de Tango et à ses anciens démêlés avec la justice n'avance pas d'un iota et on se retrouve avec une déception scénaristique. Excepté le logo fin de cycle sur la couv', dur de voir une vraie différence entre la fin de ce tome et les deux précédents... Ce que par contre j'ai du mal à comprendre c'est que graphiquement, ce tome donne l'impression d'avoir été moins poussé que les premiers. Les arrières plans s'avèrent assez souvent fades et peu détaillés et si personnages et scènes d'actions sont toujours aussi réussies, à la fin demeure l'impression de ne pas retrouver ce qui nous avait séduit dans cette amérique du sud magnifiée par Xavier dans les premiers tomes. Difficile de comprendre cet essoufflement éditorial sur une série que j'adorais pourtant en seulement 6 tomes quand on connait l'imagination prolifique de Matz. Reste que ce tome sera un indispensable pour les fans de Tango comme moi, qui y prendront indéniablement du plaisir de lecture, en espérant quand même que le prochain cycle nous relance dans quelques chose de plus ambitieux.
  25. Chronique réalisée à partir du pdf de lecture et non de la bd d'origine.. Ce tome 15 de Samouraï est dans la lignée directe des précédents. Il offre une lecture agréable, et un japon médiéval bien moins fantastique qu'au démarrage de la série ce qui n'est pas pour me déplaire. Ceci dit les scénarios deviennent également plus simples et manquent un peu de complexité je trouve. Il faut également bien reconnaitre que le travail de Mormile n'est pas aussi remarquable à mon humble avis que le trait de Genêt, le premier dessinateur sur cette série. Du coup la série donne l'impression de s'essouffler un peu même si le plaisir de lecture est bien là. Mon avis peut sembler un peu dur tant j'ai apprécié les débuts de cette série qui reste toutefois de bonne facture globalement...
×
×
  • Créer...