Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'anticipation'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


14 résultats trouvés

  1. alx23

    No future

    Titre de l'album : No future Scenariste de l'album : Eric Corbeyran Dessinateur de l'album : Jef Coloriste : Jef Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : La présidente de la compagnie Stella, leadeur dans le tourisme spatial, recrute Halen Brennan, une mercenaire réputée pour ses méthodes expéditives avec mission de récupérer d'importants documents et d'éliminer l'audacieux voleur. Fidèle aux antiques addictions gagnées à l'école de la rue, la badass se confronte à Jean-Claude Belmondeau, un activiste tout aussi inadapté à ce futur écolo-techno-bobo... Critique : No future propose de suivre l’enquête D’Halen Brennan une mercenaire au tempérament bien trempé, à la solde d’une compagnie de tourisme interstellaire et de Jean-Claude Belmondeau, un voleur doué de ses mains. La rencontre des deux personnages fait des étincelles dans cette ville futuriste où le couple dénote par leur attitude et leur façon de penser. Eric Corbeyran écrit avec No future, son titre le plus loufoque et barré de sa carrière. On se prend vite au jeu du couple dans leur aventure incroyable avec beaucoup d’humour dans les situations et les dialogues. Les clins d’œil sont nombreux tout au long de l’album, pour les références du genre. Les dessins de Jef participent grandement au plaisir de lecture, il faut reconnaitre que l’auteur est très pointilleux avec des planches très chargés avec de nombreux détails et personnages rendant la ville annimée. Il est amusant de voir une course poursuite entre une R16 d’époque et un véhicule. J’ai lu ce tome de No future comme un délire des auteurs pour mettre en image une histoire d’action et humour dans le futur avec un style très réaliste. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/no-future?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. alx23

    No future

    No future propose de suivre l’enquête D’Halen Brennan une mercenaire au tempérament bien trempé, à la solde d’une compagnie de tourisme interstellaire et de Jean-Claude Belmondeau, un voleur doué de ses mains. La rencontre des deux personnages fait des étincelles dans cette ville futuriste où le couple dénote par leur attitude et leur façon de penser. Eric Corbeyran écrit avec No future, son titre le plus loufoque et barré de sa carrière. On se prend vite au jeu du couple dans leur aventure incroyable avec beaucoup d’humour dans les situations et les dialogues. Les clins d’œil sont nombreux tout au long de l’album, pour les références du genre. Les dessins de Jef participent grandement au plaisir de lecture, il faut reconnaitre que l’auteur est très pointilleux avec des planches très chargés avec de nombreux détails et personnages rendant la ville annimée. Il est amusant de voir une course poursuite entre une R16 d’époque et un véhicule. J’ai lu ce tome de No future comme un délire des auteurs pour mettre en image une histoire d’action et humour dans le futur avec un style très réaliste.
  3. alx23

    Fahrenheit 451

    Titre de l'album : Fahrenheit 451 Scenariste de l'album : Tim Hamilton Dessinateur de l'album : Tim Hamilton Coloriste : Tim Hamilton Editeur de l'album : Philéas Note : Résumé de l'album : Dans un futur proche, Guy Montag est pompier. Mais dans cette société dystopique, les pompiers ont pour mission de brûler les livres ainsi que les maisons de leurs détenteurs : la détention de livre est un délit. 451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Guy Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé. Bradbury y critique les méfaits de l'émergence d'une culture de masse. Comme le décrit le pompier Beatty dans le roman, l'émergence d'une telle société n'a été rendue possible que par l'émergence d'une culture de masse, facilitée par la déliquescence du système scolaire : " Le cinéma et la radio, les magazines, les livres sont nivelés par le bas en une vaste soupe ". Les gens se sont désintéressés de la culture et ont préféré faire du sport ou regarder la télévision. Critique : Fahrenheit 451 est devenu avec les années un roman culte de Ray Bradbury avec sa thématique très particulière pour un récit d'anticipation. En effet, dans cette société proche de la nôtre, les livres sont devenus interdits comme jugés trop dangereux pour l'équilibre et la paix des nations. Les pompiers n'éteignent plus les feux mais les allument en brulant tous les livres conservés illégalement par quelques individus. Tim Hamilton se charge de cette adaptation en restant fidèle au récit de Bradbury. On suit donc un pompier qui commence à remettre en question son métier et le système dans lequel il vit. Plusieurs éléments et évènement le pousseront dans une réflexion et surtout à réfléchir. Cet album est divisé en trois parties distinctes avec de plus en plus d’action une fois le contexte donné. L'auteur se charge également des dessins avec des couleurs sombres pour accompagner à merveilles l'histoire angoissante de cette société privée de liberté. Les lecteurs ne connaissant pas ce classique de la littérature américaine pourront le découvrir par le biais de cette bande dessinée et les auteurs pourront se replonger dans ce récit d'anticipation culte. L'album s'ouvre avec quelques explications de Ray Bradbury et ses sources d'inspirations. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. alx23

    Fahrenheit 451

    Fahrenheit 451 est devenu avec les années un roman culte de Ray Bradbury avec sa thématique très particulière pour un récit d'anticipation. En effet, dans cette société proche de la nôtre, les livres sont devenus interdits comme jugés trop dangereux pour l'équilibre et la paix des nations. Les pompiers n'éteignent plus les feux mais les allument en brulant tous les livres conservés illégalement par quelques individus. Tim Hamilton se charge de cette adaptation en restant fidèle au récit de Bradbury. On suit donc un pompier qui commence à remettre en question son métier et le système dans lequel il vit. Plusieurs éléments et évènement le pousseront dans une réflexion et surtout à réfléchir. Cet album est divisé en trois parties distinctes avec de plus en plus d’action une fois le contexte donné. L'auteur se charge également des dessins avec des couleurs sombres pour accompagner à merveilles l'histoire angoissante de cette société privée de liberté. Les lecteurs ne connaissant pas ce classique de la littérature américaine pourront le découvrir par le biais de cette bande dessinée et les auteurs pourront se replonger dans ce récit d'anticipation culte. L'album s'ouvre avec quelques explications de Ray Bradbury et ses sources d'inspirations.
  5. alx23

    Vegvisir tome 1 - Le clan de Sif

    Vegvisir débute une nouvelle série d'anticipation pour un public adolescent scénarisé par Severine De La Croix, l'autrice de la série Lila, une série pour les plus jeune. Le récit nous présente les skolls, les personnages principaux en se focalisant sur un frère et une sœur et son compagnon. Ils vivent en France dans la partie contaminée par des radiations en 2052, sans que l'on en sache plus pour l'instant sur les événements qui ont conduit à cette situation. Une paix fragile permet une entente durable entre les skolls et les Lutéciens, des habitants qui vivent dans des habitations sécurisées en dehors des radiations. Ce premier tome nous présente ainsi les us et coutumes de ces deux peuplades dans un futur proche, d'une France complétements différente de notre époque. Les dessins d'Igor Chimisso sont très bien travaillés avec de nombreuses planches muettes pour mettre une atmosphère à la série. Les doubles planches de paysages sont magnifiques ainsi que celle d'action. Les adolescents seront conquis par cette introduction avec tous les éléments nécessaires pour en faire une série prenante.
  6. Titre de l'album : Vegvisir tome 1 - Le clan de Sif Scenariste de l'album : Severine De La Croix Dessinateur de l'album : Igor Chimisso Coloriste : Silvia Fabris Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : 2052, les lutéciens et les skolls se toisent dans une paix fragile. Malheureusement, le meurtre d'une skoll va mettre le feu aux poudres. Jyl, Nott et Néphaël sont trois jeunes skolls du clan de Sif. Une jeune fille dont Jyl était amoureux a été tuée par un groupe de Lutéciens. Jyl réclame vengeance mais sa confrontation avec les assassins vire au fiasco et menace la paix entre lutéciens et skolls. Il doit répondre de ses actes devant le conseil des clans durant le grand rassemblement du solstice d'été. Jyl risque le bannissement. Critique : Vegvisir débute une nouvelle série d'anticipation pour un public adolescent scénarisé par Severine De La Croix, l'autrice de la série Lila, une série pour les plus jeune. Le récit nous présente les skolls, les personnages principaux en se focalisant sur un frère et une sœur et son compagnon. Ils vivent en France dans la partie contaminée par des radiations en 2052, sans que l'on en sache plus pour l'instant sur les événements qui ont conduit à cette situation. Une paix fragile permet une entente durable entre les skolls et les Lutéciens, des habitants qui vivent dans des habitations sécurisées en dehors des radiations. Ce premier tome nous présente ainsi les us et coutumes de ces deux peuplades dans un futur proche, d'une France complétements différente de notre époque. Les dessins d'Igor Chimisso sont très bien travaillés avec de nombreuses planches muettes pour mettre une atmosphère à la série. Les doubles planches de paysages sont magnifiques ainsi que celle d'action. Les adolescents seront conquis par cette introduction avec tous les éléments nécessaires pour en faire une série prenante. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/vegvisir-tome-1-le-clan-de-sif?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    La part merveilleuse t2

    Rhaaa décidément il y a un truc que je pense rater dans cette BD et ça m'énerve. Il y a tout pour que j'adore mais pourtant j'ai l'impression de rester spectateur. L'histoire est top et innovante. Le traitement poétique de les toutes est envoutant et le tout est très coloré. Mais il y a quelque chose qui me laisse sur le côté. Le graphisme peut être un peu froid au niveau des personnages ou alors le fait de n'avoir que des personnages sentimentalement déprimés. Je ne saurais trop dire. Car en plus niveau histoire on passe un cran au-dessus avec un toute résistant à l'eau et l'introduction d'un personnage.... Compliqué:) Ce qui est sûr c'est que j'ai quand même envie de connaitre la fin mais surtout que ce tome deux ravira ceux qui avaient aimé le tome 1. Par contre, comme moi, il ne fera pas changer d'avis ceux qui en avait un mitigé sur ce même premier tome.
  8. Titre de l'album : La part merveilleuse t2 Scenariste de l'album : Jérôme Mulot / Florent Ruppert Dessinateur de l'album : Jérôme Mulot / Florent Ruppert Coloriste : Jérôme Mulot / Florent Ruppert Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Depuis qu'Orsay est arrivé à Paris pour comprendre pourquoi sa main s'est transformée en « toute », sa vie a changé du toute en toute. En faisant la démonstration de ses nouveaux pouvoirs pour sauver Basma, Orsay a attiré l'attention de la police sur lui, mais aussi celle d'un groupe mené par l'effrayante Melek. Violente et rebelle et possédant elle aussi les pouvoirs d'un toute, elle est bien décidée à protéger ces créatures quel qu'en soit le prix à payer. Pourchassé et traqué, Orsay devra choisir son camp, à moins qu'il ne trouve au bout du chemin, sa propre voie... Critique : Rhaaa décidément il y a un truc que je pense rater dans cette BD et ça m'énerve. Il y a tout pour que j'adore mais pourtant j'ai l'impression de rester spectateur. L'histoire est top et innovante. Le traitement poétique de les toutes est envoutant et le tout est très coloré. Mais il y a quelque chose qui me laisse sur le côté. Le graphisme peut être un peu froid au niveau des personnages ou alors le fait de n'avoir que des personnages sentimentalement déprimés. Je ne saurais trop dire. Car en plus niveau histoire on passe un cran au-dessus avec un toute résistant à l'eau et l'introduction d'un personnage.... Compliqué:) Ce qui est sûr c'est que j'ai quand même envie de connaitre la fin mais surtout que ce tome deux ravira ceux qui avaient aimé le tome 1. Par contre, comme moi, il ne fera pas changer d'avis ceux qui en avait un mitigé sur ce même premier tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-part-merveilleuse-tome-2-les-yeux-de-juliette?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. The_PoP

    Ce que nous sommes

    Pour être honnête avec vous j'avais initialement mis 3.5 étoiles à Ce que nous sommes. Puis j'ai corrigé car il faut reconnaitre à cette bd son côté enrichissant. Lire Zep dans sa collection parue chez Rue de Sèvres c'est comme lire Timothé Le Boucher ou Mathieu Bablet, une belle source de réflexions bienvenues. En cela cet album est une réussite puisque Zep nous propose des pistes de réflexions à explorer sur ce qui constitue l'humanité. Côté dessin, point de dépaysement si vous avez aimé The End ou Une Histoire d'hommes. C'est bon, c'est humain, visages et personnages sont réussis et travaillés. Je trouve pour ma part les cases un poil trop vides, mais je pense que c'est avant tout un choix narratif, pour laisser les personnages et leur histoire au centre de tout. Côté histoire, je mets un petit bémol toutefois car j'ai reconnu comme un air déjà entraperçu avec The End : la difficulté de proposer une fin aussi intéressante et réussie que le développement qui y amène. Cela fait je pense parti également du propos de cet ouvrage là et philosophiquement j'en comprends le sens mais en lecteur j'ai ressenti une pointe de déception avec peut être un goût de trop peu sur le développement et la conclusion de cette histoire ambitieuse.
  10. Titre de l'album : Ce que nous sommes Scenariste de l'album : Zep Dessinateur de l'album : Zep Coloriste : Zep Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Grâce au projet DataBrain, les humains disposent à la naissance d'un second cerveau numérique où sont directement uploadées des connaissances et des expériences virtuelles plus vraies que nature. Avec de simples programmes à télécharger, apprendre de nouvelles langues ou même assimiler la totalité du savoir de l'humanité n'a jamais été aussi simple et rapide. Du moins si, comme Constant, on en a les moyens. Mais un jour, à la suite d'un piratage informatique, il s'évanouit et se réveille en forêt, loin de la ville protégée, en ayant perdu tout son savoir et ses souvenirs. Démuni, il est recueilli par Hazel, jeune femme vivant en marge de la société, qui va l'aider à se reconstruire et à retrouver son passé. Constant va donc partir sur les traces de son identité réelle et découvrir au passage les facultés extraordinaires de son cerveau... humain. Critique : Pour être honnête avec vous j'avais initialement mis 3.5 étoiles à Ce que nous sommes. Puis j'ai corrigé car il faut reconnaitre à cette bd son côté enrichissant. Lire Zep dans sa collection parue chez Rue de Sèvres c'est comme lire Timothé Le Boucher ou Mathieu Bablet, une belle source de réflexions bienvenues. En cela cet album est une réussite puisque Zep nous propose des pistes de réflexions à explorer sur ce qui constitue l'humanité. Côté dessin, point de dépaysement si vous avez aimé The End ou Une Histoire d'hommes. C'est bon, c'est humain, visages et personnages sont réussis et travaillés. Je trouve pour ma part les cases un poil trop vides, mais je pense que c'est avant tout un choix narratif, pour laisser les personnages et leur histoire au centre de tout. Côté histoire, je mets un petit bémol toutefois car j'ai reconnu comme un air déjà entraperçu avec The End : la difficulté de proposer une fin aussi intéressante et réussie que le développement qui y amène. Cela fait je pense parti également du propos de cet ouvrage là et philosophiquement j'en comprends le sens mais en lecteur j'ai ressenti une pointe de déception avec peut être un goût de trop peu sur le développement et la conclusion de cette histoire ambitieuse. Autres infos : Anticipation et Philosophie Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ce-que-nous-sommes-231004?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : No Zombies - tome 1 - Le livre de Joseph Scenariste de l'album : Olivier Peru Dessinateur de l'album : Evgeniy Bornyakov Coloriste : Simon Champelovier Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Joseph était un zombie jusqu'à ce que le vaccin le ramène... Mais le goût du sang et l'esprit de la meute n'ont pas disparu en lui ; il est aujourd'hui un No Zombie. Il sillonne les routes pour sauver des zombies, un par un, et de rares survivants à l'agonie. Les No Zombies ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan, ils sont pourtant le dernier espoir du monde. Critique : Tout d'abord je tiens à créditer Benoit Dellac qui a réalisé le Storyboard de ce tome de No Zombies. Notre interface ne nous permettait pas de le faire. A noter aussi la collaboration créditée de J-L Istin pour la création des personnages. Bon vous l'avez compris, vu le nombre et la qualité des auteurs, ce no zombies n'est pas une petite production pour les éditions soleil. Il faut bien reconnaitre que même si l'on pense toujours avoir tout lu quand on parle de zombies, le scénario ici se révèle bon ET original. Je me suis régalé à découvrir cette histoire finalement presque évidente une fois lue. Bref, c'est bon côté histoire et ça se lit très très bien. Le traitement graphique est lui très propre, presque trop puisque je regretterais un peu le manque de caractère du trait. On sent que ce dessinateur est capable de bien mieux mais qu'il est peut être un peu trop contraint par le cadre qui semble règner au sein des productions soleil. Reste que l'ensemble est plutôt joli et propre, et que finalement on n'en demandait presque pas tant. Pour les amateurs de Zombies, il sera difficile de passer à côté de ce No Zombies Autres infos : Zombies, zombies, zombies... mais pas que :) Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/no-zombies-tome-1-le-livre-de-joseph?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Tout d'abord je tiens à créditer Benoit Dellac qui a réalisé le Storyboard de ce tome de No Zombies. Notre interface ne nous permettait pas de le faire. A noter aussi la collaboration créditée de J-L Istin pour la création des personnages. Bon vous l'avez compris, vu le nombre et la qualité des auteurs, ce no zombies n'est pas une petite production pour les éditions soleil. Il faut bien reconnaitre que même si l'on pense toujours avoir tout lu quand on parle de zombies, le scénario ici se révèle bon ET original. Je me suis régalé à découvrir cette histoire finalement presque évidente une fois lue. Bref, c'est bon côté histoire et ça se lit très très bien. Le traitement graphique est lui très propre, presque trop puisque je regretterais un peu le manque de caractère du trait. On sent que ce dessinateur est capable de bien mieux mais qu'il est peut être un peu trop contraint par le cadre qui semble règner au sein des productions soleil. Reste que l'ensemble est plutôt joli et propre, et que finalement on n'en demandait presque pas tant. Pour les amateurs de Zombies, il sera difficile de passer à côté de ce No Zombies
  13. poseidon2

    Rages t1

    Titre de l'album : Rages t1 Scenariste de l'album : Tome Dessinateur de l'album : Dan Coloriste : Dan Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Dans ce pays imaginaire (mais l'est-il tant que cela ?) peuplé exclusivement d'animaux, tout oppose le Nord et le Sud jadis en guerre et désormais séparés par un mur infranchissable : Le Rideau de Titane. D'un côté, la dictature, les persécutions ; de l'autre, ce qui apparaît comme la Liberté, la Terre promise. Dans cette amère fable politique, Saakhi et Jin, un couple de pandas, cherchent à se réunir. Mais le monde futuriste d'An-Ahm n'est pas le paradis espéré. La révolution éclate et le destin les porte bientôt à la tête de camps mortellement opposés. Critique : Les BD anthropomorphes sont à la mode. Entre 5 terres ou sa majesté des ours, on est servi. Alors pour qu'une petite maison d'édition se lance dans le genre, il faut qu'il y ait quelque chose de différent. Et bien radicalement oui ! Car Rages c'est globalement une adaptation de Suiciders (Urban Comics) en mode anthropomorphe. Enfin un mix entre Suiciders et Gladiator. Je cite particulièrement ce film car un des scènes dans l'arène est clairement un hommage/source d'inspiration. Et donc cela change des récits anthropomorphes habituellement cantonné à des périodes passés. Là on est dans de l'anticipation pure. Les dessins de Dan font mouches même si les grandes cases donnent un peu une impression de vide sur certains décors. Ils font mouches par le rendu dynamique des combats mais aussi par l'attention toute particulière apportée aux visages. L’adaptation animaux/Anticipation est bien faite avec juste ce qu'il faut d'équipement high tech mais pas une transformation complète pour laisser place au caractère de chaque animal. Si l'histoire n'est pas, pour le moment, super innovante, le twist de fin est bien amené (même si un peu prévisible) et nous promet un second tome encore plus intense et surement plus surprenant. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rages-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. poseidon2

    Rages t1

    Les BD anthropomorphes sont à la mode. Entre 5 terres ou sa majesté des ours, on est servi. Alors pour qu'une petite maison d'édition se lance dans le genre, il faut qu'il y ait quelque chose de différent. Et bien radicalement oui ! Car Rages c'est globalement une adaptation de Suiciders (Urban Comics) en mode anthropomorphe. Enfin un mix entre Suiciders et Gladiator. Je cite particulièrement ce film car un des scènes dans l'arène est clairement un hommage/source d'inspiration. Et donc cela change des récits anthropomorphes habituellement cantonné à des périodes passés. Là on est dans de l'anticipation pure. Les dessins de Dan font mouches même si les grandes cases donnent un peu une impression de vide sur certains décors. Ils font mouches par le rendu dynamique des combats mais aussi par l'attention toute particulière apportée aux visages. L’adaptation animaux/Anticipation est bien faite avec juste ce qu'il faut d'équipement high tech mais pas une transformation complète pour laisser place au caractère de chaque animal. Si l'histoire n'est pas, pour le moment, super innovante, le twist de fin est bien amené (même si un peu prévisible) et nous promet un second tome encore plus intense et surement plus surprenant.
×
×
  • Créer...