Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. alx23

    Kosmos

    Titre de l'album : Kosmos Scenariste de l'album : Patrice Perna Dessinateur de l'album : Fabien Bedouel Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le 20 juillet 1969, le monde entier, figé devant sa télévision, est sidéré par l'exploit : les Américains ont aluni ! Et avant les Soviétiques ! Malgré une frayeur technique, tout s'est bien passé. Pourtant, au moment de repartir, Armstrong se retourne une dernière fois pour observer le paysage et reste figé : dans la visière de son casque, se reflète un drapeau soviétique et un LEM russe... Critique : Lors de la propagande soviétique, le terme Kosmos regroupait toutes les missions dont les informations et les détails ne pouvaient pas être divulgués au public. Avec cette information, le titre de ce roman graphique donne un aperçu de ce qui vous attend. Patrice Perna a monté son histoire comme un documentaire ou fake news avec beaucoup de détails et d'indication temporel pour donner du crédit au récit. Et si les russes étaient arrivés en premier sur la Lune et qu'une femme cosmonaute avait devancé les américains de quelques heures. Durant la guerre froide et la conquête spatiale, les tensions entre les Etats-Unis et URSS étaient fortes, ce scénario aurait pu voir le jour. La partie graphique de Fabien Bedouel est magnifique avec des planches en noir et blanc de toute beauté. L'introduction d'une vingtaine de pages muettes est une ouverture formidable sur le récit. On est plongé dans l'espace en arrivant progressivement sur le module qui se sépare pour préparer son alunissage. Le choix du noir et blanc est une très bonne idée pour faire ressortir l'espace et les scènes gagnent en intensité lors des opérations des cosmonautes. La fake news est très tendance aujourd’hui, au point qu’il devient compliqué de trouver la vérité et de remettre tout en cause. Les deux auteurs nous emmènent dans un vrai/faux documentaire percutant. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kosmos-209359?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Série : Aquablue Scenario : Thierry Cailleteau Dessin : Olivier Vatine my 2 cents de la vraie et pur SF Edition : DelcourtBD Acheter sur BDfugue Résumé : Seul rescapé d'un naufrage spatial, le jeune orphelin Nao atterrit sur une planète inconnue : Aquablue, la planète-océan, où de paisibles pêcheurs se chargent de son éducation. Mais cette vie idéale sera bouleversée par l'arrivée de Terriens venus créer un complexe industriel aux conséquences climatiques désastreuses. Nao est au coeur de la lutte inégale qui s'engage : détenteur d'un mystérieux héritage, il possède aussi un lien privilégié avec le plus puissant habitant d'Aquablue... Ça doit être à cause du confinement. Le besoin d'aventure, d’extérieur... je ne sais pas en fait. Mais reste que je suis retombé comme un gosse dans les titres phares de la collection "série B" de chez Delcourt. Vous savez ces titres de la fin des années 90 à début 2000. Et bien il n'y a pas à dire, ils avaient un talent pour nous faire des séries assez longues, intéressantes et dont les premiers arcs resteront dans les annales de la BD. Et comme parler Série BD sans citer Aquablue ? Franchement? Je viens de relire le premier arc (les 5 premiers tomes) et... ben c'est peut être ma meilleure lecture de l'année. En plus... ben j'avais tout oublié. Mais vraiment (les tomes 4 et 5 j'en suis venu à douter de les avoir lus). Entre des héros charismatiques, ennemis puissants à la soldes de grosses boites industriels inhumaines, des clins d'œil aux grands films de SF (faucon mon amour) et un scenario aussi dynamique qu’intéressant, on a tous les ingrédients pour faire une série dont on lit les tomes d'affilé. Une série qui nous fait rêver et sortir de notre quotidien durant 3h comme rarement le fond les nouvelles. En gros tous ce qui fait que cette série se doit d'avoir sa place dans la BDtheque de 1001bd ! Ma Note:
  3. Titre de l'album : Saint-Elme tome 1 - La vache brûlée Scenariste de l'album : Serge Lehman Dessinateur de l'album : Frederik Peeters Coloriste : Frederik Peeters Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le détective Franck Sangaré, accompagné de son assistante, l'étrange madame Dombre, débarquent à Saint-Elme, une petite ville de montagne réputée pour son eau de source. Ils sont sur les traces d'un fugueur disparu depuis trois mois : enquête apparemment facile. Sauf qu'à Saint-Elme, tout le monde vous le dira : « Ici, c'est spécial. » Critique : Après l'énorme succès de L'Homme gribouillé, les deux auteurs se retrouvent sur une nouvelle collaboration autour d'un polar qui commence très fort. Serge Lehman est doué pour créer des ambiances particulières pour passionner les lecteurs. Avec ce premier tome, on suit le parcours de plusieurs personnes avec des histoires différentes qui se déroulent toutes à Saint-Elme. Une ville riche par la production de son eau de source. On suit des petits truands kidnappeurs d'enfants, un détective à la recherche d'un jeune adulte, le maire et ses enfants, une vacancière et son père en visite à Saint-Elme et une invasion de grenouilles qui profitèrent. Toutes ses histoires n'ont pas de liens communs ou peu pour l'instant mais la violence est bien présente dans cette histoire. On notera à la lecture une étrangeté dans le lieu mais aussi des habitants. Les dessins de Frederik Peeters sont parfaits comme d'habitude avec cet auteur. Peeters abandonne le noir et blanc de L'Homme gribouillé pour proposer une palette de couleur assez sombre. Saint-Elme annonce une excellente série à venir et les interrogations sont nombreuses à la fin des quelques 80 pages de ce premier tome. J’ai adoré l’atmosphère général grâce au scénario et aux dessins. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/saint-elme-tome-1-la-vache-brulee?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. alx23

    Kosmos

    Lors de la propagande soviétique, le terme Kosmos regroupait toutes les missions dont les informations et les détails ne pouvaient pas être divulgués au public. Avec cette information, le titre de ce roman graphique donne un aperçu de ce qui vous attend. Patrice Perna a monté son histoire comme un documentaire ou fake news avec beaucoup de détails et d'indication temporel pour donner du crédit au récit. Et si les russes étaient arrivés en premier sur la Lune et qu'une femme cosmonaute avait devancé les américains de quelques heures. Durant la guerre froide et la conquête spatiale, les tensions entre les Etats-Unis et URSS étaient fortes, ce scénario aurait pu voir le jour. La partie graphique de Fabien Bedouel est magnifique avec des planches en noir et blanc de toute beauté. L'introduction d'une vingtaine de pages muettes est une ouverture formidable sur le récit. On est plongé dans l'espace en arrivant progressivement sur le module qui se sépare pour préparer son alunissage. Le choix du noir et blanc est une très bonne idée pour faire ressortir l'espace et les scènes gagnent en intensité lors des opérations des cosmonautes. La fake news est très tendance aujourd’hui, au point qu’il devient compliqué de trouver la vérité et de remettre tout en cause. Les deux auteurs nous emmènent dans un vrai/faux documentaire percutant.
  5. poseidon2

    Mes cop's t13 : Seum sur terre

    Le retour de la BD détente à succès chez les jeunes filles : mes cop's. Même ma liseuse de manga fait toujours une pose pour rigoler au dépens de ses cop's. Et pour changer un Cazenove nous propose dans ce tome 13 deux thèmes bien distincts : la superstition et le copain timide. Et les deux donnent des scènes assez rigolotes. La copine superstitieuse se prend dans la tête tous les poncifs du genre remis au gout du jour et le positionnement temporel dans la période d'Halloween avec les filles qui regarde des films d'horreur rend les blagues bien à propos. Suffisamment pour que je m'étonne qu’ils n’aient pas choisit de jouer cette carte en couverture, avec la 31 qui approche. Non en couverture on parle du deuxième thème: le copain de Jess et ce thème la est un poil moins réussit. SI les blagues sur les garçons, encore mal dégrossit à cette âge-là, sont plutôt sympas, on se demande assez rapidement pourquoi Jess sors avec lui en fait. En effet on ne discerne pas vraiment d'amour entre les différentes blagues et c'est dommage. Ca fait de ce pauvre garçon uniquement un souffre-douleur au final. Donc un tome en demi-teinte mais qui a quand même bien fait rire les moins de 15 de la maison (et ils sont nombreux :p)
  6. Titre de l'album : Mes cop's t13 : Seum sur terre Scenariste de l'album : Christophe Cazenove Dessinateur de l'album : Philippe Fenech Coloriste : Philippe Fenech Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Copine marrante, râleuse ou fofolle... Quelle Cop's êtes-vous ? La superstition s'invite dans le quotidien des Cops. Surtout dans celui de Murielle. Ne pas croiser de chat noir avec un parapluie ouvert, éviter de renverser du sel sous une échelle... Comme souvent, Murielle mélange tout, et c'est tellement drôle pour que ni Jess ni ses autres cop's n'aient l'envie de la corriger. Ce qui est sûr, c'est que les filles ont trouvé une nouvelle raison de se marrer comme jamais. Mais au fait, rire aux dépens d'une cop', est-ce que ça porte malheur ? Critique : Le retour de la BD détente à succès chez les jeunes filles : mes cop's. Même ma liseuse de manga fait toujours une pose pour rigoler au dépens de ses cop's. Et pour changer un Cazenove nous propose dans ce tome 13 deux thèmes bien distincts : la superstition et le copain timide. Et les deux donnent des scènes assez rigolotes. La copine superstitieuse se prend dans la tête tous les poncifs du genre remis au gout du jour et le positionnement temporel dans la période d'Halloween avec les filles qui regarde des films d'horreur rend les blagues bien à propos. Suffisamment pour que je m'étonne qu’ils n’aient pas choisit de jouer cette carte en couverture, avec la 31 qui approche. Non en couverture on parle du deuxième thème: le copain de Jess et ce thème la est un poil moins réussit. SI les blagues sur les garçons, encore mal dégrossit à cette âge-là, sont plutôt sympas, on se demande assez rapidement pourquoi Jess sors avec lui en fait. En effet on ne discerne pas vraiment d'amour entre les différentes blagues et c'est dommage. Ca fait de ce pauvre garçon uniquement un souffre-douleur au final. Donc un tome en demi-teinte mais qui a quand même bien fait rire les moins de 15 de la maison (et ils sont nombreux :p) Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mes-cop-s-tome-13-seum-sur-terre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    L'adoption Cycle 2 T1 : Wajdi

    Je reproche souvent aux auteurs/éditeurs de ne pas savoir s'arrêter et de vouloir absolument continuer une série qui a marché. C'est un peu la peur que j'ai eu en voyant sortir un tome 3 de l'adoption. Les deux premiers tomes étaient vraiment très bons mais se suffisaient à eux même. Alors pourquoi continuer l'histoire ? Et bien pour ne pas tomber dans le piège, Zidrou et Monin nous livre une histoire complètement différente. Ce n'est en aucun cas une suite et ce tome peut être lu indépendamment. Doit être lu indépendamment plutôt vu que rien ne le rattache au premier cycle. Rien sauf la qualité de l'album et de la description des sentiments humains de Zidrou. Sentiments radicalement différents du premier cycle. Ici on a affaire à des gens de bonnes volontés mais qui n'ont pas réussi à bien imaginer l'impact qu'a pu avoir la guerre en Syrie et le voyage vers la France pour un enfant de 10 ans. Si cet enfant n'a pas de cicatrice extérieurs, ces cicatrices intérieurs sont, elles, bien réels et provoque des réactions qui dépassent notre gentille famille bourgeoise. Ce premier tome s'avère un tome assez dur avec un vrai parallèle entre l'adaptation de l'enfant et la patience déclinant de parents adoptant. Encore une bien belle réussite dont on attend la suite avec impatience.
  8. Titre de l'album : L'adoption Cycle 2 T1 : Wajdi Scenariste de l'album : Zidrou Dessinateur de l'album : Arno Monin Coloriste : Arno Monin Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Les meilleures intentions ont parfois les pires conséquences. Originaire du Yémen, Wajdi a grandi dans l’horreur de la guerre. Une enfance brisée par les combats, les privations, les souffrances. Après de longs mois d’attente, Gaëlle et Romain accueillent enfin Wajdi chez eux. Méfiant, endurci par la force des choses et ne parlant pas un mot de français, l’enfant de 10 ans s’effraie des moindres bruits du quotidien et interprète mal les gestes les plus simples. Les heureux parents adoptifs vont être très vite confrontés aux premiers « non », aux premiers troubles de l’adolescence et aux premières rebellions. Wajdi a connu le pire, il va lui falloir du temps avant d’en accepter le meilleur Critique : Je reproche souvent aux auteurs/éditeurs de ne pas savoir s'arrêter et de vouloir absolument continuer une série qui a marché. C'est un peu la peur que j'ai eu en voyant sortir un tome 3 de l'adoption. Les deux premiers tomes étaient vraiment très bons mais se suffisaient à eux même. Alors pourquoi continuer l'histoire ? Et bien pour ne pas tomber dans le piège, Zidrou et Monin nous livre une histoire complètement différente. Ce n'est en aucun cas une suite et ce tome peut être lu indépendamment. Doit être lu indépendamment plutôt vu que rien ne le rattache au premier cycle. Rien sauf la qualité de l'album et de la description des sentiments humains de Zidrou. Sentiments radicalement différents du premier cycle. Ici on a affaire à des gens de bonnes volontés mais qui n'ont pas réussi à bien imaginer l'impact qu'a pu avoir la guerre en Syrie et le voyage vers la France pour un enfant de 10 ans. Si cet enfant n'a pas de cicatrice extérieurs, ces cicatrices intérieurs sont, elles, bien réels et provoque des réactions qui dépassent notre gentille famille bourgeoise. Ce premier tome s'avère un tome assez dur avec un vrai parallèle entre l'adaptation de l'enfant et la patience déclinant de parents adoptant. Encore une bien belle réussite dont on attend la suite avec impatience. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-adoption-cycle-2-tome-1-wajdi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    Aimer pour deux

    Titre de l'album : Aimer pour deux Scenariste de l'album : Stephen Desberg Dessinateur de l'album : Emilio Van Der Zuiden Coloriste : Emilio Van Der Zuiden Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Pour vivre son histoire d'amour, elle va renoncer à ce qu'elle a de plus cher. Monique a 20 ans et ne rêve que de s'émanciper. En 1941, elle débarque dans un Paris occupé et découvre l'euphorie de la capitale. Elle fait la connaissance de Francis, l'épouse sur un coup de tête et donne naissance à Nicole. Mais Monique cherche à comprendre comment elle doit aimer sa propre fille, cette enfant innocente qui la prive de sa liberté... À la Libération, Monique rencontre un officier américain et découvre le grand amour. Pour vivre sa passion, la jeune femme décide de renoncer à tous ses droits sur sa fille et l'abandonne à son père. Dorénavant, la mère et la fille sont faites pour se chercher, se rater, se retrouver. Une histoire bouleversante inspirée de la vie de l'auteur. Critique : Stephen Desberg nous livre une partie de la vie de sa mère dans son nouvel album et nous montre par la même occasion que la vie offre déjà énormément d'histoire émouvante. Car comment ne pas être émue par le destin de cette fin qui doit choisir entre le cœur et la raison, tout en sachant qu'aucun choix n'est parfait et que chacun des deux entrainera un sentiment de perte ? Stephen Desberg raconte l'histoire de sa mère avec beaucoup de justesse et réussit pleinement à nous faire comprendre le tiraillement d'une jeune fille qui se retrouve "piégée" par le destin alors même qu'elle est toute jeune et qu'elle ne pense qu'à vivre. Là où cette BD est particulièrement réussie, c'est que le contexte de la seconde guerre mondiale n'est pas trop prenant. Il décore vraiment les interrogations d'une femme qui voit son destin lié à la seconde guerre mondiale comme il aurait pu l'être au XXIieme siècle. Porté par un dessin classique et efficace de Emilio Van Der Zuiden, ce one shot est une vrai bonne histoire humaine qui m'a fait penser à la chanson de Tonton David: chacun sa route, chacun son chemin.... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/aimer-pour-deux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    Aimer pour deux

    Stephen Desberg nous livre une partie de la vie de sa mère dans son nouvel album et nous montre par la même occasion que la vie offre déjà énormément d'histoire émouvante. Car comment ne pas être émue par le destin de cette fin qui doit choisir entre le cœur et la raison, tout en sachant qu'aucun choix n'est parfait et que chacun des deux entrainera un sentiment de perte ? Stephen Desberg raconte l'histoire de sa mère avec beaucoup de justesse et réussit pleinement à nous faire comprendre le tiraillement d'une jeune fille qui se retrouve "piégée" par le destin alors même qu'elle est toute jeune et qu'elle ne pense qu'à vivre. Là où cette BD est particulièrement réussie, c'est que le contexte de la seconde guerre mondiale n'est pas trop prenant. Il décore vraiment les interrogations d'une femme qui voit son destin lié à la seconde guerre mondiale comme il aurait pu l'être au XXIieme siècle. Porté par un dessin classique et efficace de Emilio Van Der Zuiden, ce one shot est une vrai bonne histoire humaine qui m'a fait penser à la chanson de Tonton David: chacun sa route, chacun son chemin....
  11. Titre de l'album : Elecboy t2 : révélations Scenariste de l'album : Jaouen Salaun Dessinateur de l'album : Jaouen Salaun Coloriste : Jaouen Salaun Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : 2122, quelque part en Amérique du Nord. Le monde d'avant n'est plus qu'un lointain souvenir. Les derniers vestiges de la civilisation, recouverts par le sable, se sont presque effacés pour laisser place au désert. Dans ce décor de fin du monde, un homme marche, accompagné par un géant. Puis il rejoint une communauté et demande à parler à son chef. Il lui annonce une prophétie : un jour, un homme sans visage viendra. Lui seul pourra mettre un terme à la souffrance humaine. Cette communauté, c'est celle du jeune Joshua. En conflit avec son père, en butte aux morsures de l'amour et à l'emprise de la violence, il tente de trouver sa place. Il s'interroge sur ses origines et sur les étranges pouvoirs qu'il détient. Pour lui, l'heure de la révélation est imminente... Dans ce deuxième volet d'une fresque de science-fiction en quatre tomes, Jaouen Salaün nous plonge au coeur d'un univers fascinant, entre rêve et cauchemar, entre Mad Max et Akira. Une fresque servie par un trait enchanteur, une imagination onirique et des couleurs éblouissantes. Critique : Voilà le deuxième tome tant attendu d'Elecboy. Attendu car le premier avait été une des belles surprises de l'année dernière avec un dessin superbe et surtout une histoire envoutante mais très mystérieuse. La fin du tome un nous laissait dans l'expectative avec une ouverture pleine de promesse. Et bien autant vous dire que ce tome 2 tient toutes ses promesses. En effet Jaouen Salaun réussit à continuer à nous expliquer les "spécificités" de Joshua sans pour autant trahir le côté "post apocalyptique", clan et vie en communauté qui rendait si bien dans le premier tome. Les différents personnages prennent en épaisseur au fur et à mesure que l'on découvre leur passé et notre histoire se révèle petit à petit. Bref une histoire toujours aussi bien gérée et qui prend le temps qu'il faut pour faire les choses bien. Partie comme ça on est bien partie pour au moins 4 tomes (je parierais sur 6) mais on ne va pas s'en plaindre, loin de là. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/elecboy-tome-2-revelations?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    L'astro illustré

    Voila une sortie qui sent bon les fêtes de Noel. Un beau pavé illustrant avec humour les caractéristiques des douze signes du zodiaques. Tout est passé au crible et surtout fait de façon à ce que la lecture soit très marrante. Chaque description est accompagné d'un dessin humoristique toujours bien trouvé. Il est à noter qu'en plus des horoscopes standards , ce recueil nous propose le très rigolo exercice de décrire nos couples Et ca, en lecture à deux comme nous l'avons fait avec madame, ca.... amène a discussion Bref un beau cadeau de noël ou autre pour tout couple orienté astrologie.
  13. Titre de l'album : L'astro illustré Scenariste de l'album : Joan Spiess Dessinateur de l'album : Joan Spiess Coloriste : Joan Spiess Editeur de l'album : Hugo bd Note : Résumé de l'album : Joan consacre pour chaque signe une trentaine de pages de bande dessinée, où il dit tout sur chaque thème astral : qualités, talents, sentiments, virtuosités, avantages, prédispositions, goûts, savoir faire... Mais aussi les défauts, les défaillances, les carences, les maladresses ! Car personne n'est ni tout rose, ni tout gris, chacun est est un malin mélange des genres. Et le plus important, c'est quel signe peut s'accorder avec quel autre signe, et pourquoi. Tout cela est décortiqué avec humour par un Joan, en pleine forme graphique, dans ce gros album pour tous publics. Critique : Voila une sortie qui sent bon les fêtes de Noel. Un beau pavé illustrant avec humour les caractéristiques des douze signes du zodiaques. Tout est passé au crible et surtout fait de façon à ce que la lecture soit très marrante. Chaque description est accompagné d'un dessin humoristique toujours bien trouvé. Il est à noter qu'en plus des horoscopes standards , ce recueil nous propose le très rigolo exercice de décrire nos couples Et ca, en lecture à deux comme nous l'avons fait avec madame, ca.... amène a discussion Bref un beau cadeau de noël ou autre pour tout couple orienté astrologie. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. poseidon2

    Elecboy t2 : révélations

    Voilà le deuxième tome tant attendu d'Elecboy. Attendu car le premier avait été une des belles surprises de l'année dernière avec un dessin superbe et surtout une histoire envoutante mais très mystérieuse. La fin du tome un nous laissait dans l'expectative avec une ouverture pleine de promesse. Et bien autant vous dire que ce tome 2 tient toutes ses promesses. En effet Jaouen Salaun réussit à continuer à nous expliquer les "spécificités" de Joshua sans pour autant trahir le côté "post apocalyptique", clan et vie en communauté qui rendait si bien dans le premier tome. Les différents personnages prennent en épaisseur au fur et à mesure que l'on découvre leur passé et notre histoire se révèle petit à petit. Bref une histoire toujours aussi bien gérée et qui prend le temps qu'il faut pour faire les choses bien. Partie comme ça on est bien partie pour au moins 4 tomes (je parierais sur 6) mais on ne va pas s'en plaindre, loin de là.
  15. Tout le monde connait l'étrange cas du Docteur Jekyll et de mister Hyde. Plus encore l'Ile au trésor. Mais qui connait vraiment Robert Lewis Stevenson de son vrai nom ? En tout cas pas moi et c'est à cette méconnaissance que s'attaque Fabien Grolleau dans cet album. Car si les deux oeuvres sus-citées sont épiques, c'est avant tout parce que la vie de Stevenson l'est tout autant. Mort prématurément à l'age de 44 ans, R.L Stevenson à eu le mérite de vivre sa vie comme il l'entendait, n'en deplaise aux bonnes moeurs et à ses parents. Et cette vie est rocambolesque ! Fabien Grolleau choisit de bien mettre en avant l'importance de Fanny, sa femme, et de l'aventure incroyable que fut leur vie. Autant que ses livres la vie de Stevenson est une vie incroyable comme on n'en fait plus. Une vie raconté avec humour et délicatesse par Fabien Grolleau. Pour tous les amateurs des oeuvres ne connaissant pas la vie de l'auteur.
  16. Titre de l'album : L'étrange voyage de R. L. Stevenson Scenariste de l'album : Fabien Grolleau Dessinateur de l'album : Fabien Grolleau Coloriste : Fabien Grolleau Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Romancier bien sûr, essayiste unanimement reconnu, grand voyageur, enfant puis adulte à la santé très fragile et l'imagination débordante, Robert Louis Stevenson est un des plus grands, sinon le plus grand écrivain de la fin du XIXe siècle. Admiré de ses contemporains et de ses successeurs, il n'aura eu de cesse d'écrire et de faire entrer la littérature dans la modernité, mêlant les genres, abolissant les frontières entre roman d'aventures ou « jeunesse » et « grande » littérature. Il meurt à seulement 44 ans, dans les îles Samoa, dernière étape de sa vie voyageuse. Critique : Tout le monde connait l'étrange cas du Docteur Jekyll et de mister Hyde. Plus encore l'Ile au trésor. Mais qui connait vraiment Robert Lewis Stevenson de son vrai nom ? En tout cas pas moi et c'est à cette méconnaissance que s'attaque Fabien Grolleau dans cet album. Car si les deux oeuvres sus-citées sont épiques, c'est avant tout parce que la vie de Stevenson l'est tout autant. Mort prématurément à l'age de 44 ans, R.L Stevenson à eu le mérite de vivre sa vie comme il l'entendait, n'en deplaise aux bonnes moeurs et à ses parents. Et cette vie est rocambolesque ! Fabien Grolleau choisit de bien mettre en avant l'importance de Fanny, sa femme, et de l'aventure incroyable que fut leur vie. Autant que ses livres la vie de Stevenson est une vie incroyable comme on n'en fait plus. Une vie raconté avec humour et délicatesse par Fabien Grolleau. Pour tous les amateurs des oeuvres ne connaissant pas la vie de l'auteur. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-etrange-voyage-de-r-l-stevenson?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. poseidon2

    Vesper t1

    Titre de l'album : Vesper t1 Scenariste de l'album : Jeremy Petiqueux Dessinateur de l'album : Jeremy Petiqueux Coloriste : Jeremy Petiqueux Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Elle s'appelle Vesper. On la surnomme « l'Amazone des chevaliers de Nyx ». Vesper est une hybride, mi-humaine et mi-chimère. Elle parle la langue éthérée qui lui confère une puissance magique fabuleuse. Une maîtrise de la magie qu'elle met au service du prince Crimson Nyx afin de repousser l'assaut des Sorajis et de sauver le royaume de Sylvaestris. Ensuite, une nouvelle ère pourra commencer. Ensemble, Vesper et Crimson rêvent de bâtir un royaume dans lequel toutes les races vivraient en harmonie, à l'abri des discriminations. Mais leur triomphe tourne court. Sur ordre de l'Ekklesia, ils sont jetés au cachot. Tandis qu'un terrible supplice attend Crimson, Vesper est condamnée à avoir la langue tranchée... Mais de sa langue coupée va naître Zarak, un espiègle familier démoniaque aux capacités uniques. Alors qu'elle ignore si Crimson est encore en vie, Vesper va tout tenter pour le sauver. Prévue en six tomes et inspirée par le jeu vidéo Final Fantasy, la saga Vesper est la première série en solo de Jérémy, dessinateur de Barracuda d'après un scénario de Jean Dufaux et des Chevaliers d'Héliopolis, écrit par Alejandro Jodorowsky. La parution de la série s'accompagnera de la sortie d'un jeu vidéo (PC), Vesper : Ether Saga, à découvrir sur http://www.ether-saga.com. Critique : Chaque album de Jeremy génère une nouvelle attente. Une vraie attente graphique qui est souvent comblée comme c'est encore le cas ici. Le dessinateur de Barracuda nous livre encore une fois des planches sublimes ! Que se soit les dragons ou les scènes de poursuites, tout est sublime. Mais l'attente vient aussi sur le scénario car on est trop habitué aux albums très beaux mais certaines fois très creux. Et si Vesper évite l'écueil, on ne pourra que regretter qu'il n'ai choisit de se faire épauler par un scénariste. Car les idées sont bonnes, mais pour faire place à la maestria graphique, elle sont diluées. On se retrouve avec des planches superbes mais une histoire que l'on retrouve d'habitude.... sur moitié moins de pages. Et c'est dommage car j'ai un peu peur que les 3 tomes prévus pour l'histoire ne se résume à pas beaucoup d'histoire au final. Esperons que les deux prochains tomes se densifient pour éviter que ce Vesper ne soit "qu"une" histoire de vengeance. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/vesper-tome-1-l-amazone?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. poseidon2

    Vesper t1

    Chaque album de Jeremy génère une nouvelle attente. Une vraie attente graphique qui est souvent comblée comme c'est encore le cas ici. Le dessinateur de Barracuda nous livre encore une fois des planches sublimes ! Que se soit les dragons ou les scènes de poursuites, tout est sublime. Mais l'attente vient aussi sur le scénario car on est trop habitué aux albums très beaux mais certaines fois très creux. Et si Vesper évite l'écueil, on ne pourra que regretter qu'il n'ai choisit de se faire épauler par un scénariste. Car les idées sont bonnes, mais pour faire place à la maestria graphique, elle sont diluées. On se retrouve avec des planches superbes mais une histoire que l'on retrouve d'habitude.... sur moitié moins de pages. Et c'est dommage car j'ai un peu peur que les 3 tomes prévus pour l'histoire ne se résume à pas beaucoup d'histoire au final. Esperons que les deux prochains tomes se densifient pour éviter que ce Vesper ne soit "qu"une" histoire de vengeance.
  19. Alors une fois n'est pas coutume, avant d lire cet album de Lucky Luke il FAUT lire le bandeau de pub qu'il y a par-dessus. En effet il y est écrit pour tout lecteur de 17 à 77 ans. Mon fils n'a pas lu ca et s'est jeté sur un nouveau lucky luke et.... il me l'a rendu en me disant : il est nul celui-là ! Forcement qui n'a pas vu le film Le Secret de Brokeback Mountain et qui ne s'est jamais intéressé au rapport de Lucky Luke avec les femmes ne pourra pas comprendre l'humour et l'intérêt de la BD de Ralf Konig. Car Ralf Konig nous livre un Lucky Luke très ambivalent plongé dans Brokeback Mountain transposé au far west. Le propos de Konig, en plus de livrer une BD globalement marrante, est de souligner que contrairement au puritanisme américain actuel, l'époque du grand ouest était une terre de tous les possibles pour tous les couples de tous types. SI la première lecture est très sympa (merci Calamity Jane), j'avoue par conter ne pas forcement avoir envoie de le relire, surement du au trait trop caricaturaux (de mon point de vue) de Konig.
  20. Titre de l'album : Luky luke vu par Ralf Konig : Choco-Boys Scenariste de l'album : Ralf Konig Dessinateur de l'album : Ralf Konig Coloriste : Ralf Konig Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Même un héros du Far West a besoin de vacances. Garder quelques vaches helvétiques semble être l'occasion rêvée pour Lucky Luke. Ces vaches laitières délivrent le précieux lait indispensable à la fabrication des authentiques chocolats suisses. L'Ouest découvre le cacao, et le chocolat doit être bientôt dans toutes les bouches. Mais entre les chasseurs d'autographes, le chef de la tribu des Chicorées et deux cow-boys qui préfèrent se taper dessus à force d'amour impossible, il en viendrait presque à regretter les Dalton... Critique : Alors une fois n'est pas coutume, avant d lire cet album de Lucky Luke il FAUT lire le bandeau de pub qu'il y a par-dessus. En effet il y est écrit pour tout lecteur de 17 à 77 ans. Mon fils n'a pas lu ca et s'est jeté sur un nouveau lucky luke et.... il me l'a rendu en me disant : il est nul celui-là ! Forcement qui n'a pas vu le film Le Secret de Brokeback Mountain et qui ne s'est jamais intéressé au rapport de Lucky Luke avec les femmes ne pourra pas comprendre l'humour et l'intérêt de la BD de Ralf Konig. Car Ralf Konig nous livre un Lucky Luke très ambivalent plongé dans Brokeback Mountain transposé au far west. Le propos de Konig, en plus de livrer une BD globalement marrante, est de souligner que contrairement au puritanisme américain actuel, l'époque du grand ouest était une terre de tous les possibles pour tous les couples de tous types. SI la première lecture est très sympa (merci Calamity Jane), j'avoue par conter ne pas forcement avoir envoie de le relire, surement du au trait trop caricaturaux (de mon point de vue) de Konig. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lucky-luke-vu-par-ralf-konig-choco-boys?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : Tarzan - Seigneur de la jungle Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Stevan Subic Coloriste : Hugo Sebastian Facio Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : XIXe siècle. Partis en bateau depuis l'Angleterre, Lord John et Lady Alice Greystoke s'échouent sur les côtes de l'Afrique équatoriale. Alice donne peu après naissance à un fils. A la mort de ses parents, il sera élevé par les grands singes et deviendra Tarzan. Le jeune homme sera partagé entre la vie brutale de la jungle et les codes stricts de l'aristocratie anglaise... Critique : Ah que j'ai aimé ma semaine de lecture. Après les chimères de Vénus que je n'attendais pas, voici que ce Tarzan dont je me méfiais me replonge également dans de doux souvenirs. Oui il y a dans cette adaptation un écho qui m'a renvoyé à des samedis après midi passé sous la garde attentive et bienveillante de mon grand-père à regarder les films de Tarzan joué par Johnny Weissmuller. Les paysages de cette Afrique sauvage et envoutante, de cette époque d'explorateur et d'aventuriers me revenaient au fil des pages. Les affrontements dantesques également. L'adaptation de Christophe Bec est juste parfaite. En refermant le livre j'ai eu envie que les auteurs aient pris encore plus leur temps pour nous livrer cette histoire mais il faut reconnaitre que non, le propos est très bien ainsi là où des longueurs auraient pu sinon apparaitre. Une belle maitrise narrative donc dans l'exercice délicat de l'adaptation littéraire. Les dessins de Stevan Subic sont eux parfaits. Pleins de fureur, de rage, d'émotions, et de noirceur quand le besoin s'en fait ressentir, les scènes d'actions sont maitrisées et l'ambiance tellement réussie qu'on finit comme Tarzan par n'attendre que son retour dans la jungle. Petit bémol ceci dit, je trouve que Tarzan et notamment son visage est représenté de manière bien trop impersonnelle. En conclusion vous m'aurez compris, cette BD est idéale pour faire découvrir à vos ados Tarzan, et en profiter pour vous pour le redécouvrir dans une adaptation qui me semble aussi sérieuse et fidèle qu'enthousiasmante et réussie ! Vivement que ce duo se penche sur le prochain Conan ! A noter que pour ne rien gâcher, la couverture, que je trouve très réussie est l'œuvre de l'immense Eric Bourgier (Servitude). OooOOoooo0000ooooh ooooohhhhOOOOhhhhh ooooooooOOOOOOoooooo (c'est mieux avec le son : écoutez ça à 33'20) Autres infos : Adaptation du premier roman de Tarzan de Edgar Rice Burroughs Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tarzan-tome-1-origines?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Pinard de guerre Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Francis Porcel Coloriste : Francis Porcel Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Rien ne grise comme le vin du malheur." Ferdinand est un tire-au-flanc, un planqué qui simule une infirmité pour échapper à la guerre et éviter de se retrouver en première ligne, dans les tranchées face aux Allemands. Profiteur sans scrupules, il a fait fortune dans le commerce d'un pinard douteux et frelaté qu'il vend à l'armée, allant même jusqu'à nuire à la concurrence pour être le seul fournisseur des poilus. Alors qu'il écoule son vin près de la ligne de front, Ferdinand se retrouve malgré lui engagé dans le conflit et devient, avec ses compagnons d'infortune, prisonnier d'une tranchée prise entre deux feux. Critique : La grande guerre est finie il y a plus de 100 ans et pourtant il y a toujours certaines parties de cette guerre dont l'on parle peu. Comme par exemple la nécessité d'aviner les troupes pour leur donner du courage. C'est vraiment bête à dire mais avant cette intéressante lecture, je me demandais bien comment les soldats trouvaient le courage de foncer sur l'ennemi quand on leur ordonnait, sachant bien que la plupart ne reviendraient pas. Philippe Pelaez gère intelligemment son récit en réussissant à nous présenter la situation sans pour autant nous fournir un documentaire. En racontant cette histoire par l'œil cynique d'un planqué, il couple la vérité historique sur une belle histoire d'homme. Homme qui, sous couvert d'être un pleutre de base, se retrouve à avoir une histoire bien plus complexe que celle d'un planqué de l'arrière. Cette BD est à ranger dans les BDs instructives et intéressantes qui, si elles ne sont pas non plus LES BDs du siècle, permettent de montrer au monde que la BD est aussi un vrai média de culture générale. Un média de culture divertissante. Bien plus que beaucoup de médias actuels. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pinard-de-guerre-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Pinard de guerre

    La grande guerre est finie il y a plus de 100 ans et pourtant il y a toujours certaines parties de cette guerre dont l'on parle peu. Comme par exemple la nécessité d'aviner les troupes pour leur donner du courage. C'est vraiment bête à dire mais avant cette intéressante lecture, je me demandais bien comment les soldats trouvaient le courage de foncer sur l'ennemi quand on leur ordonnait, sachant bien que la plupart ne reviendraient pas. Philippe Pelaez gère intelligemment son récit en réussissant à nous présenter la situation sans pour autant nous fournir un documentaire. En racontant cette histoire par l'œil cynique d'un planqué, il couple la vérité historique sur une belle histoire d'homme. Homme qui, sous couvert d'être un pleutre de base, se retrouve à avoir une histoire bien plus complexe que celle d'un planqué de l'arrière. Cette BD est à ranger dans les BDs instructives et intéressantes qui, si elles ne sont pas non plus LES BDs du siècle, permettent de montrer au monde que la BD est aussi un vrai média de culture générale. Un média de culture divertissante. Bien plus que beaucoup de médias actuels.
  24. alx23

    Lanceurs d'alerte

    Titre de l'album : Lanceurs d'alerte Scenariste de l'album : Flore Talamon Dessinateur de l'album : Bruno Loth Coloriste : Corentin Loth Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Encadrée par la loi Sapin 2, la protection du Lanceur d'alerte va bientôt évoluer pour se conformer à de nouvelles règlementations européennes. C'est un sujet majeur de notre société, avide de transparence et de justice. À travers 9 exemples, les auteurs soulignent les règles à respecter pour réussir l'alerte et se protéger. Avec un conseil ultime : tout faire pour préserver son anonymat... Critique : Cette bande dessinée documentaire revient sur neuf histoires dévoilées par des lanceurs d'alertes sans que l'on connaisse ensuite les conséquences pour ces personnes. Avec ce titre, Flore Talamon revient sur les protections et droits juridiques pour protéger les lanceurs d'alertes ainsi que les différents dispositifs mis en place pour eux et pour qu'ils conservent leur anonymat. Ce recueil reprend des histoires réelles sur la pollution industrielle, sur les pesticides nocifs pour les travailleurs, les conditions de travail et celles des animaux dans les abattoirs et quelques autres encore que vous pourrez découvrir à la lecture de ce titre. Flore Talamon a réalisé les interviews avec les différents lanceurs d'alertes et comment ils ont vécu suite à la divulgation d'informations. En effet, tout leur vie personnelles ou professionnelle peut-être anéantie suite à la révélation de leur alerte. Les dessins sont efficaces et l'auteur différencie le moment présent avec des couleurs naturelles et le passé en bichromie. Lanceurs d'alerte est une lecture choc avec des personnes qui risquent tout pour le bien de tous. Les témoignages sont poignants et touchants. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lanceurs-d-alerte/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. alx23

    Lanceurs d'alerte

    Cette bande dessinée documentaire revient sur neuf histoires dévoilées par des lanceurs d'alertes sans que l'on connaisse ensuite les conséquences pour ces personnes. Avec ce titre, Flore Talamon revient sur les protections et droits juridiques pour protéger les lanceurs d'alertes ainsi que les différents dispositifs mis en place pour eux et pour qu'ils conservent leur anonymat. Ce recueil reprend des histoires réelles sur la pollution industrielle, sur les pesticides nocifs pour les travailleurs, les conditions de travail et celles des animaux dans les abattoirs et quelques autres encore que vous pourrez découvrir à la lecture de ce titre. Flore Talamon a réalisé les interviews avec les différents lanceurs d'alertes et comment ils ont vécu suite à la divulgation d'informations. En effet, tout leur vie personnelles ou professionnelle peut-être anéantie suite à la révélation de leur alerte. Les dessins sont efficaces et l'auteur différencie le moment présent avec des couleurs naturelles et le passé en bichromie. Lanceurs d'alerte est une lecture choc avec des personnes qui risquent tout pour le bien de tous. Les témoignages sont poignants et touchants.
×
×
  • Créer...