Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


557 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Téléportation Inc T1

    Alors ça va paraitre incongru voir incompréhensible aux jeunots mais.... qu'est-ce que ça sent bon la série B de chez Delcourt ce Téléportation Inc. Au milieu de la lecture je me serais cru avec un des très bons albums de Nash ou de Carme entre les mains. De la BD d'aventure grand spectacle. Bon on retrouve un mini coté humour qui rapproche plus cette BD de Travis que de Carmen mais l'héroïne est une jolie fille donc bon... Pour le reste on est sur ce qui se faisait de mieux en divertissement au début des années 2000: un dessin efficace, une coloration pêchue, une héroïne forte en caractère et surtout une aventure mi SF mi western supère rafraichissante. Car si la couverture fait très SF, ce qui fait la vrai nouveauté c'est de mettre cette aventure en place dans un monde typé western, aux confluences de Westworld et de Valerian (pour l'aspect space opera). Bref de la BD popcorn comme on en fait plus vraiment. Un vrai bon moment de détente et d'aventure, loin des normes de "dureté" et de "réalisme" des parutions actuelles. J'en viens à rêver que cette série nous livre plus de jolie diptyque c'est pour dire
  2. Titre de l'album : Téléportation Inc T1 Scenariste de l'album : Dominique Latil Dessinateur de l'album : Romain Sordet Coloriste : Kaori Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : La téléportation... Le rêve du déplacement instantané est désormais une réalité. Mais les masses d'énergie mises en jeu lors de tels transferts et les exigences des lois de la physique imposent une gestion stricte de ces échanges. C'est le travail de la Compagnie de Téléportation Galactique. Et lorsque certains de ses clients croient pouvoir profiter de la facilité de ce mode de transport pour disparaître, la C.T.G. se doit de réagir vite et fort. Pour cela, elle possède un corps d'élite : à la fois espions et détectives, ces enquêteurs hors-pairs sont chargés de traquer et ramener les voyageurs perdus ou en fuite dans toute la galaxie. La plus compétente et la plus radicale de ces Agents de Retour est Lubia Thorel... Critique : Alors ça va paraitre incongru voir incompréhensible aux jeunots mais.... qu'est-ce que ça sent bon la série B de chez Delcourt ce Téléportation Inc. Au milieu de la lecture je me serais cru avec un des très bons albums de Nash ou de Carme entre les mains. De la BD d'aventure grand spectacle. Bon on retrouve un mini coté humour qui rapproche plus cette BD de Travis que de Carmen mais l'héroïne est une jolie fille donc bon... Pour le reste on est sur ce qui se faisait de mieux en divertissement au début des années 2000: un dessin efficace, une coloration pêchue, une héroïne forte en caractère et surtout une aventure mi SF mi western supère rafraichissante. Car si la couverture fait très SF, ce qui fait la vrai nouveauté c'est de mettre cette aventure en place dans un monde typé western, aux confluences de Westworld et de Valerian (pour l'aspect space opera). Bref de la BD popcorn comme on en fait plus vraiment. Un vrai bon moment de détente et d'aventure, loin des normes de "dureté" et de "réalisme" des parutions actuelles. J'en viens à rêver que cette série nous livre plus de jolie diptyque c'est pour dire Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/teleportation-inc-tome-1-perdus-en-translation?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. alx23

    Marqués

    Avant de commencer, Marqués des éditions Ankama n'a rien à avoir avec la chronique que j'ai faite sur Marqués le comics. C'est marrant d'avoir le même titre pour deux BD en l'espace d'un mois d'intervalle. Pour revenir à la chronique, Marqués est le nouveau titre des auteurs espagnol de The Killmasters, d'ailleurs la préface est signée par Raule le scénariste de Jazz Maynard. Damian nous plonge dans une histoire très sombre dans le Barcelone actuel. L'ambiance est donnée dès le début avec une introduction assez forte, entre une mère junkie et deux enfants laissés à l'abandon. On suit le parcours des deux enfants qui sont devenu de jeunes adultes et surtout le parcours de Pablo. Il travaille dans une supérette, revend un peu de drogue et défoule sa rage dans l'entrainement de sport de combat. On sent que l'histoire peut dégénérer à tout instant avec le passif et les fréquentations de ce jeune perturbé par son enfance. Les dessins de Javier ont gagné en qualité depuis leur dernier titre. L'encrage est bien présent pour dégager une atmosphère particulière. Le trait de l'auteur est nerveux et dynamique qui convient très bien sur les combats et autres scènes d'action. Marqués est un titre fort et intense qui ne laisse pas indifférent, les auteurs m’ont vraiment surpris avec ce titre en comparaison avec leur titre précédent.
  4. alx23

    Marqués

    Titre de l'album : Marqués Scenariste de l'album : Damian Dessinateur de l'album : Javier Coloriste : Javier Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Dix ans après un terrible drame, Pablo, 17 ans, et Marta, 20 ans, tentent de se reconstruire. Le jeune homme travaille dans un supermarché et pratique les arts martiaux pour canaliser sa colère. Sa soeur est thanatopractrice et, malgré la cicatrice qui lui barre le visage, elle reste belle et fière. Mais les choix de Pablo vont les faire basculer dans l'univers sordide des combats clandestins et la sortie de prison de leur mère va réveiller la douleur des drames passés. Critique : Avant de commencer, Marqués des éditions Ankama n'a rien à avoir avec la chronique que j'ai faite sur Marqués le comics. C'est marrant d'avoir le même titre pour deux BD en l'espace d'un mois d'intervalle. Pour revenir à la chronique, Marqués est le nouveau titre des auteurs espagnol de The Killmasters, d'ailleurs la préface est signée par Raule le scénariste de Jazz Maynard. Damian nous plonge dans une histoire très sombre dans le Barcelone actuel. L'ambiance est donnée dès le début avec une introduction assez forte, entre une mère junkie et deux enfants laissés à l'abandon. On suit le parcours des deux enfants qui sont devenu de jeunes adultes et surtout le parcours de Pablo. Il travaille dans une supérette, revend un peu de drogue et défoule sa rage dans l'entrainement de sport de combat. On sent que l'histoire peut dégénérer à tout instant avec le passif et les fréquentations de ce jeune perturbé par son enfance. Les dessins de Javier ont gagné en qualité depuis leur dernier titre. L'encrage est bien présent pour dégager une atmosphère particulière. Le trait de l'auteur est nerveux et dynamique qui convient très bien sur les combats et autres scènes d'action. Marqués est un titre fort et intense qui ne laisse pas indifférent, les auteurs m’ont vraiment surpris avec ce titre en comparaison avec leur titre précédent. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/marques?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances. Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire. Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin. Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal. Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
  6. Titre de l'album : Le corps est un vêtement que l'on quitte Scenariste de l'album : LIBERGE Eric Dessinateur de l'album : LIBERGE Eric Coloriste : Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Approcher la mort. Découvrir la vérité. À 15 ans, alors qu'il intègre le prestigieux club de rugby de Bordeaux, Julien voit son avenir devant lui tout tracé : il sera rugbyman professionnel. Mais une violente chute au cours d'un match lui fait perdre connaissance et vivre une expérience de mort imminente (EMI : sensation de décorporation suivie d'un état modifié de conscience, parfois consécutive à un état de mort clinique) qui le met sur la piste d'un lourd secret de famille. Revenu de cette expérience bouleversante aux frontières de la vie, il demande à ses proches qui est l'homme qui l'a accueilli au seuil de la mort. Ce dernier dit s'appeler Paul et lui livre un glaçant secret de famille. Entre l'incrédulité des soignants, qui ne voient là qu'un simple épisode hallucinatoire, et le violent déni que ses proches lui opposent, Julien entreprend de soulever une chape de plomb que son père - tyran domestique - maintenait hermétiquement fermée sur le clan familial depuis des années. Lorsque l'Invisible frappe à notre porte il a le pouvoir de faire éclater la vérité, nous rendre notre intégrité et nous réinventer. En associant habilement le drame familial à la thématique des expériences de mort imminente, Eric Liberge signe en solo un puissant et passionnant récit. Une fiction dans laquelle les recherches pointues sur les effets médicaux et psychanalytiques des EMI servent une histoire captivante. Critique : Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances. Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire. Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin. Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal. Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-corps-est-un-vetement-que-l-on-quitte?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !

    Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins. Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ? C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible..... Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
  8. Titre de l'album : Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu ! Scenariste de l'album : Carbone Dessinateur de l'album : Hélène Canac Coloriste : Hélène Canac Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : A la sortie du collège, Gwen, Lisa et Mel se retrouvent. Elles ont un exposé d'histoire à préparer, mais quand elles arrivent chez Gwen, sa grande soeur Lulu a disparu ! La cage de Razmote, le rat domestique, est ouverte et il a l'air terrifié. La jeune étudiante a laissé son ordinateur et surtout son smartphone dont elle ne se sépare jamais. C'est sûr, il lui est arrivé quelque chose ! Il faut mener l'enquête. Bravant le danger, les trois ados se lancent avec Razmote dans une aventure trépidante qui les conduira à Lulu mais aussi à une serre de plantes carnivores et un savant fou, bien décidé à finaliser un terrible dessein... à l'origine de leurs super-pouvoirs. Découvrez comment les Rainbow Girls sont nées ! Critique : Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins. Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ? C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible..... Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rainbow-girls-tome-1-sauvons-lulu?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. alx23

    Impact

    Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social.
  10. alx23

    Impact

    Titre de l'album : Impact Scenariste de l'album : Gilles Rochier Dessinateur de l'album : Deloupy Coloriste : Deloupy Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Agé d'une quarantaine d'années, Dany vit en marge de la société. Aux prises avec la justice, abimé par un trauma qu'il cache, il se voit obligé d'aller consulter une psychanalyste... Jean est un ouvrier à la retraire. Il vit dans un Ephad et se sait condamné par la maladie. Lui aussi va raconter son histoire... Il y a des années. Une nuit. Une course poursuite. Des coups de feu. Critique : Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/impact?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : Dylan Dog : L'aube noire Scenariste de l'album : Roberto Recchioni Dessinateur de l'album : Corrado Roi Coloriste : Editeur de l'album : Mosquito Note : Résumé de l'album : Le scénariste Roberto Recchioni a entamé une mini série dans laquelle il nous présente les débuts du jeune Dylan Dog comme détective du paranormal. Nous apprendrons quel fut sa jeunesse et l'origine des liens entre le jeune homme et le surintendant Bloch de Scotland Yard, le tout avec son lot de zombies et de charmantes créatures. Dylan Dog est au début de sa carrière de détective du paranormal, avec son assistant Gnap-Gnap. Pour son premier cas, il reçoit Sybil Browning. Elle veut que Dylan découvre ce qui est arrivé à son mari, mort d'un mystérieux virus et revenu étrangement à la vie. Critique : Le scénariste Roberto Recchioni décide de débuter une mini-série indépendant de la série principale pour revenir sur les débuts de Dylan Dog et ses enquêtes sur le paranormal. Ainsi les nouveaux lecteurs désireux de commencer la série pourront comprendre le pourquoi du comment des aventures de Dylan Dog. Ce premier tome de l'aube noire est assez conséquent avec une centaine de planche de bande dessinée. L'auteur installe son histoire avec le virus qui transforme les morts en zombies mais aussi de présenter tous les personnages et leur histoire commune comme l'ex-femme de Dylan, son père ou son fidèle compagnon. Ce premier tome est une réussite puisque l'on retrouve l'ambiance fantastique avec une touche d'humour qui sont les caractéristiques de cette série où les monstres légendaires vivent parmi les humains. Pour mettre en image la série 666, Corrado Roi assure des planches magnifiques dans un style très réaliste. L'ensemble est en noir et blanc comme souvent avec cet auteur dont le travail est exceptionnel comme sur la série UT. L'aube noire est une très bonne introduction à l'univers de Dylan Dog similaire à celui de Criminal macabre en version comics américaine pour les lecteurs qui connaissent. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dylan-dog-l-aube-noire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. alx23

    Dylan Dog : L'aube noire

    Le scénariste Roberto Recchioni décide de débuter une mini-série indépendant de la série principale pour revenir sur les débuts de Dylan Dog et ses enquêtes sur le paranormal. Ainsi les nouveaux lecteurs désireux de commencer la série pourront comprendre le pourquoi du comment des aventures de Dylan Dog. Ce premier tome de l'aube noire est assez conséquent avec une centaine de planche de bande dessinée. L'auteur installe son histoire avec le virus qui transforme les morts en zombies mais aussi de présenter tous les personnages et leur histoire commune comme l'ex-femme de Dylan, son père ou son fidèle compagnon. Ce premier tome est une réussite puisque l'on retrouve l'ambiance fantastique avec une touche d'humour qui sont les caractéristiques de cette série où les monstres légendaires vivent parmi les humains. Pour mettre en image la série 666, Corrado Roi assure des planches magnifiques dans un style très réaliste. L'ensemble est en noir et blanc comme souvent avec cet auteur dont le travail est exceptionnel comme sur la série UT. L'aube noire est une très bonne introduction à l'univers de Dylan Dog similaire à celui de Criminal macabre en version comics américaine pour les lecteurs qui connaissent.
  13. The_PoP

    Le livre des Merveilles

    La collection Métamorphose est décidément pleine de belles découvertes et d'originalités. Ce Livre des Merveilles ne fait pas exception à cette règle notamment grâce au travail graphique de Vincent Froissard très original qui met particulièrement en valeur les paysages et les ambiances de cet Orient fantasmé de Marco Polo. L'histoire elle nous réserve quelques belles surprises et nous fera voyager dans l'imaginaire avec tendresse et bienveillance.
  14. Titre de l'album : Le livre des Merveilles Scenariste de l'album : Etienne Le Roux Dessinateur de l'album : Vincent Froissard Coloriste : Vincent Froissard Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le Livre des merveilles raconte la rencontre fortuite entre un jeune vagabond et un vieil homme qui se révèle être Marco Polo. À travers les confidences de l'explorateur, le jeune homme va s'immerger dans le récit de son incroyable épopée en Chine, et comprendre ce qui a motivé son voyage... Critique : La collection Métamorphose est décidément pleine de belles découvertes et d'originalités. Ce Livre des Merveilles ne fait pas exception à cette règle notamment grâce au travail graphique de Vincent Froissard très original qui met particulièrement en valeur les paysages et les ambiances de cet Orient fantasmé de Marco Polo. L'histoire elle nous réserve quelques belles surprises et nous fera voyager dans l'imaginaire avec tendresse et bienveillance. Autres infos : Librement adapté des récits de Marco Polo Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-livre-des-merveilles-la-vie-et-les-voyages-de-marco-polo?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Voici le tome 9 de cette série spinn off de l'u nivers de Thorgal consacrée à la jeunesse de Thorgal. Et il faut reconnaitre que cette série est bien pensée pour les amateurs de l'univers qui ne se seraient pas encore lassés de notre héros viking pas comme les autres. Roman Surzhenko assure une partie graphique toujours aussi soignée et maîtrisée faisant la part belle aux personnages. Difficile cependant de s'extasier sur les paysages et décors, l'histoire de ce tome 9 ne s'y prêtant guère. Côté scénario et dialogues, Yann nous livre une prestation maîtrisée même j'avoue avoir eu un peu de mal avec "l'actualisation D'Aaricia", ses revendications dans l'air du temps me semblant un poil sortis de nulle part. Le personnage d'Aaricia est un personnage hautement féministe depuis le début, et le remettre dans l'air du temps ne me semble pas bête. Ceci dit dans l'histoire, la ficelle est un peu grosse, surtout qu'elle est encore une enfant plus jeune que Thorgal. De mémoire, son traitement m'avait déjà un peu chagriné dans les précédents tomes. Dommage, mais je fais un peu la fine bouche, ce Thorgal restant une lecture agréable présentant comme toujours une réflexion intéressante. Pour ceux qui ont lâché l'affaire depuis longtemps, pas sûr cependant que la recette très classique de ce tome leur fasse changer d'avis.
  16. Titre de l'album : La jeunesse de Thorgal - Tome 9 - Les larmes de Hel Scenariste de l'album : Yann Dessinateur de l'album : Roman Surzhenko Coloriste : Roman Surzhenko Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Sur le drakkar de Sveyn, Thorgal et Aaricia tentent d'échapper à la vengeance du cruel roi Harald. Mais leur navire fait naufrage, obligeant Thorgal et ses compagnons à aborder sur une île étrange. En quête d'eau potable, ils décident d'explorer les sous-sols d'une cité en ruine. Sans le savoir, ils se jettent au-devant d'un danger encore plus redoutable que celui qu'ils fuient. Critique : Voici le tome 9 de cette série spinn off de l'u nivers de Thorgal consacrée à la jeunesse de Thorgal. Et il faut reconnaitre que cette série est bien pensée pour les amateurs de l'univers qui ne se seraient pas encore lassés de notre héros viking pas comme les autres. Roman Surzhenko assure une partie graphique toujours aussi soignée et maîtrisée faisant la part belle aux personnages. Difficile cependant de s'extasier sur les paysages et décors, l'histoire de ce tome 9 ne s'y prêtant guère. Côté scénario et dialogues, Yann nous livre une prestation maîtrisée même j'avoue avoir eu un peu de mal avec "l'actualisation D'Aaricia", ses revendications dans l'air du temps me semblant un poil sortis de nulle part. Le personnage d'Aaricia est un personnage hautement féministe depuis le début, et le remettre dans l'air du temps ne me semble pas bête. Ceci dit dans l'histoire, la ficelle est un peu grosse, surtout qu'elle est encore une enfant plus jeune que Thorgal. De mémoire, son traitement m'avait déjà un peu chagriné dans les précédents tomes. Dommage, mais je fais un peu la fine bouche, ce Thorgal restant une lecture agréable présentant comme toujours une réflexion intéressante. Pour ceux qui ont lâché l'affaire depuis longtemps, pas sûr cependant que la recette très classique de ce tome leur fasse changer d'avis. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-jeunesse-de-thorgal-tome-9-les-larmes-de-hel?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. poseidon2

    La peau de l'autre t1

    Un nouveau Serge le Tendre c'est encore une BD attendue. Surtout depuis l'excellent Reveil du tigre. Et surtout depuis qu'il a arrété de vouloir rester dans le giron de la quête de l'oiseau du temps. Et ici il se démarque avec un sujet très sympa. A moitié entre une histoire de savant fou et une quête de normalité d'un malade, cette histoire se démarque par une évolution très progressive des caractères des personnages. En effet notre héros passe par tous les stades et toutes les émotions pour essayer de reprendre une vie normale en rentrant de la guerre. mais chaque évolution est bien pensée et bien réalisée. Le Tendre manie vraiment bien le secret et le dessous de son histoire. Si on pense savoir , à la fin, les dessous de l'histoire on n'a au final aucune certitude. Mais meme si notre intuition se trouve justifiée, cela ne fait que renforcer l'envie de lecture pour savoir comment Le Tendre va se sortir de son histoire. Bref un bon premier tome qui formera, à n'en point douter, un bon diptyque qui ira parfaitement dans cette collection "Grand Angle"
  18. Titre de l'album : La peau de l'autre t1 Scenariste de l'album : Serge Le Tendre Dessinateur de l'album : Gaël Séjourné Coloriste : Gaël Séjourné Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : New York, 1940 - Ross et Harvey sont deux musiciens qui rêvent de devenir célèbres à Broadway. Mais la guerre éclate et Harvey part se battre en Europe. Quand il revient, totalement défiguré par ses blessures, Il découvre le triomphe de son ami avec leur comédie musicale dont Ross s’est attribué la seule paternité. Un chirurgien spécialiste de la greffe de peau avec qui il a vécu les combats propose alors à Harvey d’être son cobaye. Il lui offre un nouveau visage qui pourrait devenir l’instrument de sa vengeance… Critique : Un nouveau Serge le Tendre c'est encore une BD attendue. Surtout depuis l'excellent Reveil du tigre. Et surtout depuis qu'il a arrété de vouloir rester dans le giron de la quête de l'oiseau du temps. Et ici il se démarque avec un sujet très sympa. A moitié entre une histoire de savant fou et une quête de normalité d'un malade, cette histoire se démarque par une évolution très progressive des caractères des personnages. En effet notre héros passe par tous les stades et toutes les émotions pour essayer de reprendre une vie normale en rentrant de la guerre. mais chaque évolution est bien pensée et bien réalisée. Le Tendre manie vraiment bien le secret et le dessous de son histoire. Si on pense savoir , à la fin, les dessous de l'histoire on n'a au final aucune certitude. Mais meme si notre intuition se trouve justifiée, cela ne fait que renforcer l'envie de lecture pour savoir comment Le Tendre va se sortir de son histoire. Bref un bon premier tome qui formera, à n'en point douter, un bon diptyque qui ira parfaitement dans cette collection "Grand Angle" Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-peau-de-l-autre-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. alx23

    Sorcières ! disent-ils

    Juliette Ihler nous livre une analyse intéressante sur les sorcières et pourquoi on les a jugés de sorcière à cette époque. En faisant le parallèle entre le monde actuel et le monde du XV siècle, Juliette Ihler explique la position de la femme dans les deux sociétés. Ce roman graphique est très bien documenté avec de nombreuses références et explications sur les situations. L'histoire se focalise sur quatre jeunes femmes dont on retrouve la tête sur la couverture. Elles vont subir la folie des bourreaux et le jugement des habitants de leur village. Les accusations ne reposent sur rien de concret et la folie de la chasse aux sorcières est démesurée avec des tortures et mise à mort sur le bucher. L'une des quatre femmes donnait des soins ce qui ne plaisait pas aux docteurs sortis des universités, l'autre prédisait l'avenir, une autre n'était pas mariée...Les dessins sont classiques avec seulement quelques déformations étranges de corps. On perd un peu en fluidité lors des transitions ou des pages sans cases. Ce léger défaut ne gâche en rien la qualité de Sorcières ! disent-ils.
  20. Titre de l'album : Sorcières ! disent-ils Scenariste de l'album : Juliette Ihler Dessinateur de l'album : Singeon Coloriste : Singeon Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Qui étaient les sorcières ? A travers le récit de "coupables" emblématiques - la guérisseuse, la paysanne, la magicienne, la femme âgée ou indépendante -, se révèle l'histoire d'une misogynie millénaire et d'un système patriarcal renforcé par l'émergence du capitalisme. Aujourd'hui, c'est pour se réapproprier leur puissance que des féministes réhabilitent ces figures émancipatrices. Critique : Juliette Ihler nous livre une analyse intéressante sur les sorcières et pourquoi on les a jugés de sorcière à cette époque. En faisant le parallèle entre le monde actuel et le monde du XV siècle, Juliette Ihler explique la position de la femme dans les deux sociétés. Ce roman graphique est très bien documenté avec de nombreuses références et explications sur les situations. L'histoire se focalise sur quatre jeunes femmes dont on retrouve la tête sur la couverture. Elles vont subir la folie des bourreaux et le jugement des habitants de leur village. Les accusations ne reposent sur rien de concret et la folie de la chasse aux sorcières est démesurée avec des tortures et mise à mort sur le bucher. L'une des quatre femmes donnait des soins ce qui ne plaisait pas aux docteurs sortis des universités, l'autre prédisait l'avenir, une autre n'était pas mariée...Les dessins sont classiques avec seulement quelques déformations étranges de corps. On perd un peu en fluidité lors des transitions ou des pages sans cases. Ce léger défaut ne gâche en rien la qualité de Sorcières ! disent-ils. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sorcieres-disent-ils?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. poseidon2

    Lorraine Coeur d'acier

    N'en croyez pas le résumé de l'éditeur. Ce Lorrraine Coeur d'acier n'est pas un livre sur les radios libres. C'est livre sur une époque. Une époque que beaucoup d'entre nous n'ont pas connu. Une époque ou beaucoup de choses ont basculé. Une époque de tous les possibles et de toutes les peurs : les années 70. En effet les années 70 marque la fin des trentes glorieuses. Elle marque la fin du plein emploi et le début d'un marasme dans lequel nous sommes encore : la prise de pouvoir de l'économie de marché sur le monde. La mondialisation et la course au toujours moins cher et au toujours plus. Une course qui nous parait naturelle mais une course qui ne l'était pas dans les années 70, 1968 en est la preuve. A cette époque on pouvait encore dire ce qu'on voulait à radio sans se faire jeter des cailloux virtuels par les bienpensants du web. Une époque ou, si l'on était pas d'accord, on ne retrouvait pas 1000 idiots cachés derrière leur écrans qui pensent comme vous et vous donnent l'impression d'etre dans votre bon droit. Une époque ou une radio a décidé de laisser parler les gens, contre un gourvernement en quête de régulation de l'information (ca aussi c'est entré dans les moeurs) et surtout pour permettre à tous de décrire leurs vies, leurs misères et leurs désespoirs. Une époque qui ne rêvait que d'une chose : d'un emploi digne pour chacun et qui pensait pouvoir changer l'avenir... Une époque que je n'ai pas connu mais que l'album a réussi à me faire vivre au point d'en être nostalgique. Si ca ce n'est pas la preuve d'un album réussit je ne sais pas ce que c'est.
  22. Titre de l'album : Lorraine Coeur d'acier Scenariste de l'album : Tristan Thil Dessinateur de l'album : Vincent Bailly Coloriste : Vincent Bailly Editeur de l'album : Futuropolis Note : Résumé de l'album : C'est l'histoire d'une radio pirate qui défie le pouvoir : il y a quarante ans, Lorraine Coeur d'Acier posait, pour toujours, un jalon essentiel dans l'histoire des luttes et des radios libres. Une radio populaire qui libère la parole d'une population tout entière. Lorraine Coeur d'Acier ? Le 12 décembre 1978, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, est annoncé le plan Davignon qui va liquider la sidérurgie dans le bassin lorrain. Début mars 1979 débarquent à Longwy les journalistes Marcel Trillat et Jacques Dupont : à l'instigation de la CGT, les deux journalistes vont animer des mois durant ce qui allait devenir une radio à nulle autre pareille, une radio de lutte, une radio illégale défiant le pouvoir giscardien, mais aussi une radio « libre », au sens plein de ce terme. Une radio ouverte à tous. « Y compris aux gauchistes et à la droite ? », s'étrangle Eugène. C'est juré, il n'y mettra jamais les pieds. Camille, à rebours de son père, la fréquentera chaque jour, et pas seulement pour la belle voix de Mathilde... Critique : N'en croyez pas le résumé de l'éditeur. Ce Lorrraine Coeur d'acier n'est pas un livre sur les radios libres. C'est livre sur une époque. Une époque que beaucoup d'entre nous n'ont pas connu. Une époque ou beaucoup de choses ont basculé. Une époque de tous les possibles et de toutes les peurs : les années 70. En effet les années 70 marque la fin des trentes glorieuses. Elle marque la fin du plein emploi et le début d'un marasme dans lequel nous sommes encore : la prise de pouvoir de l'économie de marché sur le monde. La mondialisation et la course au toujours moins cher et au toujours plus. Une course qui nous parait naturelle mais une course qui ne l'était pas dans les années 70, 1968 en est la preuve. A cette époque on pouvait encore dire ce qu'on voulait à radio sans se faire jeter des cailloux virtuels par les bienpensants du web. Une époque ou, si l'on était pas d'accord, on ne retrouvait pas 1000 idiots cachés derrière leur écrans qui pensent comme vous et vous donnent l'impression d'etre dans votre bon droit. Une époque ou une radio a décidé de laisser parler les gens, contre un gourvernement en quête de régulation de l'information (ca aussi c'est entré dans les moeurs) et surtout pour permettre à tous de décrire leurs vies, leurs misères et leurs désespoirs. Une époque qui ne rêvait que d'une chose : d'un emploi digne pour chacun et qui pensait pouvoir changer l'avenir... Une époque que je n'ai pas connu mais que l'album a réussi à me faire vivre au point d'en être nostalgique. Si ca ce n'est pas la preuve d'un album réussit je ne sais pas ce que c'est. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lorraine-coeur-d-acier?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Grimoire noir

    Grimoire noir c’est à la fois une histoire de magie mais aussi une enquête. Dès les premières pages, on plonge dans une ambiance assez sombre et énigmatique, les dessins sont sublimes, l’utilisation des couleurs est judicieuse : au milieu d’une palette noire, marron, bleu, certaines touches ponctuelles mettent en évidence un détail et attirent l’attention. Dans la ville de Blackwell, les femmes ont des pouvoirs, les hommes non. Il y a des lois qui protègent les « ensorcelées » mais ces mêmes lois les privent aussi de liberté car les filles sont bloquées dans la ville jusqu’à leurs 18 ans. C’est dans ce contexte que Bucky va chercher sa petite sœur qui a disparu. Seulement, il va devoir être discret, car non seulement il n’a pas de pouvoir mais en plus, les règles de cette ville particulière l’empêchent d’enquêter au grand jour. Au cours de son périple, on va rencontrer tout un tas de personnages, tous semblent avoir des secrets, les pièces du puzzle vont s’assembler au fur et à mesure. Rien n’est prévisible dans cette histoire, il est impossible d’anticiper la fin. Au travers de ce récit, des thèmes importants sont abordés : l’attitude humaine vis-à-vis d’une minorité, la dénonciation des préjugés, des a priori : Bucky part bille en tête, il juge et accuse avant de savoir. Une très belle BD, graphiquement superbe entre poésie et mélancolie gothique, soutenue par une édition de qualité.
  24. Nickad

    Grimoire noir

    Titre de l'album : Grimoire noir Scenariste de l'album : GREENTEA Vera Dessinateur de l'album : BOGATCH Yana Coloriste : Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : « Tu n'es pas un sorcier Bucky ! ». Nous sommes aux États-Unis à une époque proche de la nôtre. La commune de Blackwell est la seule de tout le pays à ne pas considérer la sorcellerie comme un acte criminel. Cela n'empêche cependant pas certaines sorcières à abuser de leur magie... Dans cette petite ville, Bucky Orson est un peu morose - qui ne l'est pas, à 15 ans ? Alors que sa meilleure amie l'a quitté pour traîner avec des gens bien plus cool, sa jeune sœur vient d'être kidnappée dans des circonstances troubles. Et face à l'impuissance de son père, shérif de la ville, Bucky décide de mener lui-même l'enquête. Finira-t-il par percer les mystères de la magie de Blackwell ? Dans cet univers fantastique où les larmes font pleuvoir et où les plumes modifient les ombres, revient ce thème de la chasse aux sorcières. D'un romantisme gothique somptueux que ne renierait pas Yslaire, Grimoire Noir s'annonce également comme la révélation d'une jeune dessinatrice à suivre : Yana Bogatch, véritable star d'Instagram. Critique : Grimoire noir c’est à la fois une histoire de magie mais aussi une enquête. Dès les premières pages, on plonge dans une ambiance assez sombre et énigmatique, les dessins sont sublimes, l’utilisation des couleurs est judicieuse : au milieu d’une palette noire, marron, bleu, certaines touches ponctuelles mettent en évidence un détail et attirent l’attention. Dans la ville de Blackwell, les femmes ont des pouvoirs, les hommes non. Il y a des lois qui protègent les « ensorcelées » mais ces mêmes lois les privent aussi de liberté car les filles sont bloquées dans la ville jusqu’à leurs 18 ans. C’est dans ce contexte que Bucky va chercher sa petite sœur qui a disparu. Seulement, il va devoir être discret, car non seulement il n’a pas de pouvoir mais en plus, les règles de cette ville particulière l’empêchent d’enquêter au grand jour. Au cours de son périple, on va rencontrer tout un tas de personnages, tous semblent avoir des secrets, les pièces du puzzle vont s’assembler au fur et à mesure. Rien n’est prévisible dans cette histoire, il est impossible d’anticiper la fin. Au travers de ce récit, des thèmes importants sont abordés : l’attitude humaine vis-à-vis d’une minorité, la dénonciation des préjugés, des a priori : Bucky part bille en tête, il juge et accuse avant de savoir. Une très belle BD, graphiquement superbe entre poésie et mélancolie gothique, soutenue par une édition de qualité. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/grimoire-noir?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Mon projet du moment Ca a l'air bien drôle, sexy et joliment dessiné ! C'est au format Comics en couverture souple avec une pagination qui devrait augmenter pour arriver à 144 pages. C'est en financement sur Ulule pendant encore 30 jours. Je vous met un extrait : Si a vous intéresse, ca se passe ici : https://fr.ulule.com/money-shot/ Venez par la ca promet d'être drôle ! Pos
×
×
  • Créer...