Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'comics indé'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


12 résultats trouvés

  1. Après un tome 1 qui était une claque visuelle et créative, nous offrant un monde de SF original et touffu qu'il nous tardait de mieux appréhender, on attendait de pied ferme ce tome 2. Las j'avoue que si visuellement c'est presque encore plus impressionnant que le tome 1 avec des couleurs toujours aussi pregnantes et une lisibilité que j'ai trouvé meilleure des scènes d'action, je vous avoue que le scénario un peu moins lisible et finalement beaucoup plus conventionnel m'a laissé sur ma faim. J'ai été surpris car après les éléments en place du tome 1 ce tome 2 fait presque pâle figure tant les enjeux semblent plus anecdotiques. Je vais attendre le tome 3 pour mieux comprendre quelle direction va prendre cette petite pépite, mais j'avoue être désormais un peu plus sur la réserve. Par contre visuellement si vous avez aimé le premier, ce second me semble presque plus abouti, même légèrement amputé des grands plans de space opéra qui faisaient le charme du premier.
  2. Titre de l'album : We only find them when they're dead - Tome 2 - Les voleurs Scenariste de l'album : Al Ewing Dessinateur de l'album : Simone Di Meo Coloriste : Mariasara Miotti Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : 2414. Cinquante ans se sont écoulés depuis la mission funeste du Vihaan II. L'univers a changé radicalement, partagé entre les Moissonneurs et les Adorateurs. Jason Hauer, le dernier membre survivant de l'équipage du capitaine Malik, mène une vie de prisonnier. Quand l'ambassadrice des Mondes Internes vient négocier la paix entre les deux clans, Jason se retrouve au coeur d'une machination impliquant son ancien capitaine d'une façon qui dépasse l'entendement... Tout juste auréolé du titre de meilleur lancement pour un indé HiComics, We Only Find Them When They're Dead, de Al Ewing(Immortal Hulk, Avengers...) et Simone Di Meo(Tortues Ninjas & Power Rangers), est de retour avec un deuxième tome crucial pour Malik et son équipage. Critique : Après un tome 1 qui était une claque visuelle et créative, nous offrant un monde de SF original et touffu qu'il nous tardait de mieux appréhender, on attendait de pied ferme ce tome 2. Las j'avoue que si visuellement c'est presque encore plus impressionnant que le tome 1 avec des couleurs toujours aussi pregnantes et une lisibilité que j'ai trouvé meilleure des scènes d'action, je vous avoue que le scénario un peu moins lisible et finalement beaucoup plus conventionnel m'a laissé sur ma faim. J'ai été surpris car après les éléments en place du tome 1 ce tome 2 fait presque pâle figure tant les enjeux semblent plus anecdotiques. Je vais attendre le tome 3 pour mieux comprendre quelle direction va prendre cette petite pépite, mais j'avoue être désormais un peu plus sur la réserve. Par contre visuellement si vous avez aimé le premier, ce second me semble presque plus abouti, même légèrement amputé des grands plans de space opéra qui faisaient le charme du premier. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/we-only-find-them-when-they-re-dead-tome-2-les-voleurs?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. alx23

    Copra tome 2

    Titre de l'album : Copra tome 2 Scenariste de l'album : Michel Fiffe Dessinateur de l'album : Michel Fiffe Coloriste : Michel Fiffe Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : COPRA : une équipe de sales types aux valeurs morales plus qu'ambiguës, chargée de faire le boulot dont les agences gouvernementales ne veulent pas. A l'ordre du jour : régler le compte de tous ceux qui les ont trahis. Tenaces et brutaux, ils sont prêts à tout pour remonter les fils qui leur permettront de les retrouver. COPRA est un pur classique en devenir, graphiquement sublime, bourré de références populaires tirées de BD, de films de SF ou d'action. Resté inédit en Français jusqu'à ce jour, les lecteurs francophones ont enfin le plaisir de découvrir cette merveille, signée d'un des auteurs les plus surprenants et talentueux de la scène indépendante US ! Critique : Dès la lecture du premier tome, on ne peut que faire la relation entre Copra et Suicide squad avec cette équipe de super-héros loser. Ils sont utilisés par une organisation gouvernementale pour des missions suicidaires. Il existe d'autres références aux autres super-héros classiques de chez DC et Marvel, que vous pourrez découvrir à la lecture. Par contre, Michel Fiffe écrit une intrigue très complexe avec des personnages très charismatiques avec beaucoup d'informations sur leur personnalité et leur psychologie. D'ailleurs par chance, l'auteur débute ce deuxième tome avec chapitre qui décrit les membres qui composent Copra. Ensuite l’aventure se poursuit l’aventure avec l’équipe séparée en deux, entre les agents sur Terre pour comprendre le complot qui s’est mis en place dans le premier épisode et le reste de l’équipe partie dans une autre dimension. Il est nécessaire de bien être concentrer sur la lecture pour ne rien perdre de l’histoire. Les dessins de Fiffe sont surprenants à première vue mais aussi très impressionnants surtout avec la représentation des pouvoirs et l’exploration de l'autre dimension. Les dessins sont nerveux avec une construction des planches très bien pensé. Les scènes d'action sont riches avec souvent des doubles pages fourmillant de détails. Avec ce second tome de Copra, l'auteur confirme son talent pour raconter une histoire intense et magnifiquement dessinée. Copra est devenu la référence en comics indés sur les super-héros. Je recommande fortement cette série aux lecteurs aimant les super-héros pour découvrir une autre vision du genre. Copra est mon coup de cœur de l'année. Chronique du premier tome de Copra Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/copra-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. alx23

    Copra tome 2

    Dès la lecture du premier tome, on ne peut que faire la relation entre Copra et Suicide squad avec cette équipe de super-héros loser. Ils sont utilisés par une organisation gouvernementale pour des missions suicidaires. Il existe d'autres références aux autres super-héros classiques de chez DC et Marvel, que vous pourrez découvrir à la lecture. Par contre, Michel Fiffe écrit une intrigue très complexe avec des personnages très charismatiques avec beaucoup d'informations sur leur personnalité et leur psychologie. D'ailleurs par chance, l'auteur débute ce deuxième tome avec chapitre qui décrit les membres qui composent Copra. Ensuite l’aventure se poursuit l’aventure avec l’équipe séparée en deux, entre les agents sur Terre pour comprendre le complot qui s’est mis en place dans le premier épisode et le reste de l’équipe partie dans une autre dimension. Il est nécessaire de bien être concentrer sur la lecture pour ne rien perdre de l’histoire. Les dessins de Fiffe sont surprenants à première vue mais aussi très impressionnants surtout avec la représentation des pouvoirs et l’exploration de l'autre dimension. Les dessins sont nerveux avec une construction des planches très bien pensé. Les scènes d'action sont riches avec souvent des doubles pages fourmillant de détails. Avec ce second tome de Copra, l'auteur confirme son talent pour raconter une histoire intense et magnifiquement dessinée. Copra est devenu la référence en comics indés sur les super-héros. Je recommande fortement cette série aux lecteurs aimant les super-héros pour découvrir une autre vision du genre. Copra est mon coup de cœur de l'année. Chronique du premier tome de Copra
  5. alx23

    Le manoir de chartwell

    Le manoir de Chartwell est un roman graphique autobiographique de la vie de Glenn Head. Ce dernier est un auteur de comics indépendant inspiré de la scène underground des années 60. Glenn Head annonce dans la préface ne pas rendre son personnage plus sympathique ou au contraire diaboliser d'autres personnes de son entourage. Il retranscrit son vécu et sa souffrance après son passage dans le manoir de Chartwell. En effet, ses parents décident de l'inscrire dans le manoir Chatwell à partir de la cinquième. Il se retrouve avec une centaine d'autres élèves difficiles dans un pensionnat où le directeur de l'établissement est un pédophile. L'auteur va donc essayer d'expliquer comment vivre avec les blessures de son enfance et les répercussions sur le restant de sa vie d'adulte. Le témoignage est intense de par son sujet et retrace la vie de Glenn de 1988 à 2011. Les dessins de Glenn sont en noir e blanc dans un style comics underground. Le manoir de Chartwell est un récit bouleversant, sincère où l'auteur se livre dans ce roman graphique comme une thérapie personnelle pour mieux se comprendre.
  6. Titre de l'album : Le manoir de chartwell Scenariste de l'album : Glenn Head Dessinateur de l'album : Glenn Head Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : « Bienvenus au manoir de Chartwell jeunes gens ! Je vous rappelle que dorénavant vous m'appellerez Monsieur ! » Lorsque Glenn, âgé d'une douzaine d'années écoute le discours de Mr Lynch, le directeur de l'école privée qu'il vient d'intégrer, il ne se doute pas que lui et les autres internes vont vivre un enfer qui détruira leur enfance et marquera aussi, par la suite, leur vie d'adulte. Critique : Le manoir de Chartwell est un roman graphique autobiographique de la vie de Glenn Head. Ce dernier est un auteur de comics indépendant inspiré de la scène underground des années 60. Glenn Head annonce dans la préface ne pas rendre son personnage plus sympathique ou au contraire diaboliser d'autres personnes de son entourage. Il retranscrit son vécu et sa souffrance après son passage dans le manoir de Chartwell. En effet, ses parents décident de l'inscrire dans le manoir Chatwell à partir de la cinquième. Il se retrouve avec une centaine d'autres élèves difficiles dans un pensionnat où le directeur de l'établissement est un pédophile. L'auteur va donc essayer d'expliquer comment vivre avec les blessures de son enfance et les répercussions sur le restant de sa vie d'adulte. Le témoignage est intense de par son sujet et retrace la vie de Glenn de 1988 à 2011. Les dessins de Glenn sont en noir e blanc dans un style comics underground. Le manoir de Chartwell est un récit bouleversant, sincère où l'auteur se livre dans ce roman graphique comme une thérapie personnelle pour mieux se comprendre. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-manoir-de-chartwell?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Locke & Key - Ciel et Terre Scenariste de l'album : Joe Hill Dessinateur de l'album : Gabriel Rodriguez Coloriste : Jay Fotos Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Tous les secrets de Lovecraft n'ont pas encore été révélés... En trois histoires courtes, les deux maîtres du Manoir Keyhouse, Joe Hill et Gabriel Rodriguez, vous invitent à un voyage dans le temps et l'espace, et lèvent le voile sur les mystères qui entourent les clés et la famille Locke : Open the Moon! Nommée au Eisner Award 2012 de la meilleure histoire courte. Retrouvez la famille Locke le temps d'une nuit d'été aussi tragique que magique, où une nouvelle clé révèle un pouvoir fantastique : celui d'ouvrir la Lune... Grindhouse! Des gangsters s'attaquent à la famille Locke, sans savoir que Keyhouse recèle de mystères bien plus redoutables qu'eux... Une histoire grinçante et pleine de suspens, et un habile clin d'oeil aux romans noirs et aux films de série B. In the Can. Où l'on prend quelques nouvelles de Bode, Kinsey et Tyler Locke. Immense succès en libraire adapté sur Netflix, Locke & Key déroule le parcours mouvementé de ses héros en six volumes et un recueil d'histoires courtes, bientôt suivis de nouvelles aventures. Critique : Voici un tout petit comics indépendant, ne contenant que 3 nouvelles inédites autour de l'univers de Locke & Key que les amateurs de la série mère ne pourront ignorer. Oui c'est tout à fait dispensable. Et pourtant, on retrouve bien la magie de la série mère dans ces 3 courtes nouvelles. La première est juste magistrale, même si on la voit venir, la seconde semble à priori plus insignifiante, et la dernière est un très bel hommage à certains... classiques du genre. Autant vous dire que je me suis régalé. Hi Comics nous complète la pagination de cette première édition française avec des photos des auteurs sur les lieux les ayant inspirés. Plutôt sympa également. Le prix est à l'image de la pagination, relativement faible. Pour les fans uniquement. Mais il y en a. Et eux y trouveront sans nul doute leur compte, en tout cas moi j'ai été ravi. Autres infos : Retour dans le domaine Lovecraft Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/locke-key-ciel-et-terre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. The_PoP

    Locke & Key - Ciel et Terre

    Voici un tout petit comics indépendant, ne contenant que 3 nouvelles inédites autour de l'univers de Locke & Key que les amateurs de la série mère ne pourront ignorer. Oui c'est tout à fait dispensable. Et pourtant, on retrouve bien la magie de la série mère dans ces 3 courtes nouvelles. La première est juste magistrale, même si on la voit venir, la seconde semble à priori plus insignifiante, et la dernière est un très bel hommage à certains... classiques du genre. Autant vous dire que je me suis régalé. Hi Comics nous complète la pagination de cette première édition française avec des photos des auteurs sur les lieux les ayant inspirés. Plutôt sympa également. Le prix est à l'image de la pagination, relativement faible. Pour les fans uniquement. Mais il y en a. Et eux y trouveront sans nul doute leur compte, en tout cas moi j'ai été ravi.
  9. The_PoP

    The Plot - Tome 1 - 1974

    Deuxième comics indépendant dessiné par M. Hixson en quelques temps chez Hi Comics après le Red Shangaï du mois dernier. Et je comprends facilement pourquoi tant le monsieur est à l'aise pour nous dessiner des atmosphères poisseuses. La description de ce The Plot comme un comics d'horreur à la croisée de Locke & Key, Swamp Thing et H.P Lovecraft est tout à fait justifiée. Autant vous dire du coup que le résultat est plus que réussi. A peine termine que je regrettais déjà que le tome 2 qui clôture ce diptyque ne soit pas déjà paru. Ce qui est plutôt bon signe. Reste que c'est la qualité du dénouement final et des réponses apportées par les deux auteurs qui rendront ce The Plot agréable ou mémorable, et ça seul le tome 2 nous le révèlera. En attendant je vous laisse savourer The Plot, car si vous aimez les comics d'hoerrur indé à l'ambiance réussie, celui-ci est pour vous...
  10. Titre de l'album : The Plot - Tome 1 - 1974 Scenariste de l'album : Tim Daniel & Michael Moreci Dessinateur de l'album : Joshua Hixs on Coloriste : Jordan Boyd Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Pour recevoir, il faut d'abord donner...Après le meurtre brutal de son frère et de sa belle-soeur, Chase Blaine récupère la garde de ses deux neveux MacKenzie et Zach, qu'il connaît à peine. Ensemble, ils partent vivre dans sa maison d'enfance, pensant y trouver le foyer idéal pour se reconstruire. Mais l'antique demeure familiale et les marais qui l'entourent recèlent de sombres secrets qui ne demandent qu'à les engloutir... Un comics d'horreur à la croisée de Locke & Key, Swamp Thing et H.P Lovecraft, porté par Tim Daniel et Michael Moreci (Curse,Burning Fields) au scénario et Joshua Hixson (Shanghai Red) au dessin. Critique : Deuxième comics indépendant dessiné par M. Hixson en quelques temps chez Hi Comics après le Red Shangaï du mois dernier. Et je comprends facilement pourquoi tant le monsieur est à l'aise pour nous dessiner des atmosphères poisseuses. La description de ce The Plot comme un comics d'horreur à la croisée de Locke & Key, Swamp Thing et H.P Lovecraft est tout à fait justifiée. Autant vous dire du coup que le résultat est plus que réussi. A peine termine que je regrettais déjà que le tome 2 qui clôture ce diptyque ne soit pas déjà paru. Ce qui est plutôt bon signe. Reste que c'est la qualité du dénouement final et des réponses apportées par les deux auteurs qui rendront ce The Plot agréable ou mémorable, et ça seul le tome 2 nous le révèlera. En attendant je vous laisse savourer The Plot, car si vous aimez les comics d'hoerrur indé à l'ambiance réussie, celui-ci est pour vous... Autres infos : Horreur Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-plot-tome-1-1974?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. The_PoP

    Shangaï Red

    Hi Comics a décidément une belle offre de comics indé qu'ils publient sous leur label en France. Ce Shangaï Red ne fait guère exception à la règle puisque ce polar âpre et violent nous dépeint une époque sombre et sans pitié. Ici le thème de la vengeance est magnifié par les dessins sans concessions de Josh Hixson, l'ambiance ne peut être qu'étouffante, suintante et sale. C'est parfois austère, mais les scènes d'actions y sont représentées de manière fluide et lisible et si les personnages auraient probablement mérité d'être un peu plus identifiables, cela sert pour autant bien le propos du "tous pourris". Il n'y a pas vraiment d'espoir ni de lumière dans Shangaï Red. L'âme humaine y est mise à nue, et décortiquée pour en sortir vices et lâchetés et les exposer à notre vue. Pour autant l'action y est non stop et s'enchaine avec facilité grâce à une narration somme toute assez classique mais bien maitrisée de Christopher Sebela. Petit bémol pour ma part sur la fin, et je ne m'étendrai pas là dessus car je ne souhaite pas spoiler. Ce Shangaï Red n'est assurément pas une lecture qui fait du bien, comme souvent avec les histoires de Vengeance, mais la description qui y est faite de la société risque bien de vous emprunter votre optimisme pour la journée au fil des pages.
  12. The_PoP

    Shangaï Red

    Titre de l'album : Shangaï Red Scenariste de l'album : Christoper Sebela Dessinateur de l'album : Josh Hixson Coloriste : Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : XIXe siècle, Portland, Oregon. Red n'a jamais eu peur de travailler dur. Depuis l'enfance, elle endosse les responsabilités et l'apparence d'un homme pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais le plus cruel restait à venir : droguée et kidnappée, elle est enrôlée de force sur un navire en partance pour Shanghai, comme tant d'autres à cette époque. Des années de servitude en mer qui se soldent par une rébellion sanglante, et le désir implacable de se venger de ceux qui l'ont arrachée à sa famille. De retour à Portland, Red n'a qu'une obsession : retrouver les siens et traquer les hommes qui l'ont vendue. Des bas-fonds de la ville et ses souterrains secrets à la corruption des hautes sphères, Red fait couler le sang, dans une quête de vengeance et d'identité qui la changera à jamais. Christopher Sebela (Crowded, High Crimes, We(l)come Back) et Joshua Hixson (The Black Woods, The Plot) livrent avec Shanghai Red un puissant polar historique et un récit de vengeance qui transcende le genre, dans tous les sens du terme. Critique : Hi Comics a décidément une belle offre de comics indé qu'ils publient sous leur label en France. Ce Shangaï Red ne fait guère exception à la règle puisque ce polar âpre et violent nous dépeint une époque sombre et sans pitié. Ici le thème de la vengeance est magnifié par les dessins sans concessions de Josh Hixson, l'ambiance ne peut être qu'étouffante, suintante et sale. C'est parfois austère, mais les scènes d'actions y sont représentées de manière fluide et lisible et si les personnages auraient probablement mérité d'être un peu plus identifiables, cela sert pour autant bien le propos du "tous pourris". Il n'y a pas vraiment d'espoir ni de lumière dans Shangaï Red. L'âme humaine y est mise à nue, et décortiquée pour en sortir vices et lâchetés et les exposer à notre vue. Pour autant l'action y est non stop et s'enchaine avec facilité grâce à une narration somme toute assez classique mais bien maitrisée de Christopher Sebela. Petit bémol pour ma part sur la fin, et je ne m'étendrai pas là dessus car je ne souhaite pas spoiler. Ce Shangaï Red n'est assurément pas une lecture qui fait du bien, comme souvent avec les histoires de Vengeance, mais la description qui y est faite de la société risque bien de vous emprunter votre optimisme pour la journée au fil des pages. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/shanghai-red?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...