Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'dark fantasy'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


10 résultats trouvés

  1. Kevin Nivek

    Birdking - tome 1

    A la lecture de ces 160 pages emplies de magie , on sent les influences des auteurs , tel un feu d'artifice de styles . De Miyazaki au jeu vidéo Dark soul , en passant par les romans de Glenn Cook , voire l'anti-héros Elric , prenez le meilleur de toute cette magie et vous aurez un condensé de ce que Daniel Freedman cherche à réaliser dans cette saga . Un monde imaginaire avec ses croyances , ses dieux et bien entendu son tyran , une jeune femme forgeronne dont le passé semble lourds de secrets ,chaperonnée par un maître forgeron mystérieux , et bien entendu une quête ! Vous pensez qu'il s'agir de "déjà-vu" , et bien , absolument pas ! Les apparences sont trompeuses et vous ne serez pas au bout de vos surprises à la lecture (vivement) conseillé de cet ovni graphique . C'est bien simple, à la fin de ce premier tome , on ne sait presque rien , mais on a tellement hâte de découvrir la suite en octobre de cette année 😉 Tellement de pistes scénaristiques semées par Freedman , tellement à découvrir de ce monde ! Portée par le trait "Mignolesque" du prodige Crom , vous subirez les combats de Bianca avec une intensité folle ! Il rend vivant les affrontements au moyen d'onomatopées décrivant l'action , si bien que les mouvements semblent réels et vouloir sortir des pages . Les planches sont détaillées , le découpage immersif et dynamique , on tourne les pages avec frénésie ! Lui aussi puise ses influences dans la fantasy et donne le meilleur de lui même dans une histoire où souffle et épique ne sont pas de vains mots . Si vous aimes les squelettes , les spectres , les nécromanciens , les armes forgées , la magie etc .... jetez-vous sur ce premier tome qui va vous faire paraître longue l'attente jusqu'à l'automne pour la suite 😉
  2. Titre de l'album : Birdking - tome 1 Scenariste de l'album : Daniel Freedman Dessinateur de l'album : Crom Coloriste : Crom Editeur de l'album : Les humanoides associés Note : Résumé de l'album : Dans un monde plongé dans les ténèbres et dominé par la guerre, Bianca, une jeune apprentie forgeron, est forcée de fuir son pays pour partir à la recherche d'Atlas, une terre légendaire. Elle est accompagnée de Birdking, un esprit gardien dont elle devra percer le mystère, au prix de nombreuses batailles. Critique : A la lecture de ces 160 pages emplies de magie , on sent les influences des auteurs , tel un feu d'artifice de styles . De Miyazaki au jeu vidéo Dark soul , en passant par les romans de Glenn Cook , voire l'anti-héros Elric , prenez le meilleur de toute cette magie et vous aurez un condensé de ce que Daniel Freedman cherche à réaliser dans cette saga . Un monde imaginaire avec ses croyances , ses dieux et bien entendu son tyran , une jeune femme forgeronne dont le passé semble lourds de secrets ,chaperonnée par un maître forgeron mystérieux , et bien entendu une quête ! Vous pensez qu'il s'agir de "déjà-vu" , et bien , absolument pas ! Les apparences sont trompeuses et vous ne serez pas au bout de vos surprises à la lecture (vivement) conseillé de cet ovni graphique . C'est bien simple, à la fin de ce premier tome , on ne sait presque rien , mais on a tellement hâte de découvrir la suite en octobre de cette année 😉 Tellement de pistes scénaristiques semées par Freedman , tellement à découvrir de ce monde ! Portée par le trait "Mignolesque" du prodige Crom , vous subirez les combats de Bianca avec une intensité folle ! Il rend vivant les affrontements au moyen d'onomatopées décrivant l'action , si bien que les mouvements semblent réels et vouloir sortir des pages . Les planches sont détaillées , le découpage immersif et dynamique , on tourne les pages avec frénésie ! Lui aussi puise ses influences dans la fantasy et donne le meilleur de lui même dans une histoire où souffle et épique ne sont pas de vains mots . Si vous aimes les squelettes , les spectres , les nécromanciens , les armes forgées , la magie etc .... jetez-vous sur ce premier tome qui va vous faire paraître longue l'attente jusqu'à l'automne pour la suite 😉 Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/birdking-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Et bim comme d'habitude, à l'approche des fêtes de fin d'années, Soleil nous sort l'artillerie lourde avec ces séries se déroulant dans l'univers des terres d'Arran. Ici il s'agit de leur série cross' over Guerres d'Arran tant attendue devant redémarrer un cycle dantesque reprenant l'ensemble des trames depuis le cycle des goules. Après un premier tome nous lançant dans le grand bain, ce tome 2 reprend pas mal des figures ultra reconnues des Terres d'Arran pour les réunir et leur faire affronter l'une des pires menaces qui soit pour leurs survies : l'Hum 🙂 Autant vous dire que dans le contexte pessimiste actuel, il y a là une double lecture intéressante à l'œuvre complète. Evidemment on nt'est pas tellement là pour philosopher non plus et tout au long de ces 92 pages, on aura le droit à peut être un peu trop de voix off (aka pensées de Redwin) mais surtout beaucoup beaucoup de castagne. Après tout, on ne réunit pas une si belle équipe pour beurrer des mouillettes. Que puis-je vous dire d'autre ? Giovanni Lorusso que je ne connaissais pas vraiment n'est pas un inconnu sur la série car il en a déjà dessiné plusieurs tomes. Autant vous dire qu'avec J. Nanjan auxx couleurs comme souvent, le dessin ne présente pas de fausses notes et reste dans les canons habituels de la série pour le plaisir des fans. Les habitués de la série se jetteront à raison sur cet album tant l'attente fut longue 🙂 Les autres partent probablement de trop loin pour bien en saisir tout l'intérêt, mais se contenteront d'un bon one shot de Fantasy comme souvent.
  4. Titre de l'album : Guerres d'Arran - Tome 2 - Dal'Darum Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Giovanni Lorusso Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Suite à l'exécution de la compagnie des bannis, Redwin a juré aux principaux meneurs des anciennes races de trouver un lieu où tous pourraient se réunir et résister à la guerre déclarée par les rois humains et les mages de l'ordre des Ombres. Des héros tels que Lanawynn, Ayraak, Jorun, Tala feront route vers la forteresse de Karsonn tenue par les irréductibles nains de la légion de Fer. Critique : Et bim comme d'habitude, à l'approche des fêtes de fin d'années, Soleil nous sort l'artillerie lourde avec ces séries se déroulant dans l'univers des terres d'Arran. Ici il s'agit de leur série cross' over Guerres d'Arran tant attendue devant redémarrer un cycle dantesque reprenant l'ensemble des trames depuis le cycle des goules. Après un premier tome nous lançant dans le grand bain, ce tome 2 reprend pas mal des figures ultra reconnues des Terres d'Arran pour les réunir et leur faire affronter l'une des pires menaces qui soit pour leurs survies : l'Hum 🙂 Autant vous dire que dans le contexte pessimiste actuel, il y a là une double lecture intéressante à l'œuvre complète. Evidemment on nt'est pas tellement là pour philosopher non plus et tout au long de ces 92 pages, on aura le droit à peut être un peu trop de voix off (aka pensées de Redwin) mais surtout beaucoup beaucoup de castagne. Après tout, on ne réunit pas une si belle équipe pour beurrer des mouillettes. Que puis-je vous dire d'autre ? Giovanni Lorusso que je ne connaissais pas vraiment n'est pas un inconnu sur la série car il en a déjà dessiné plusieurs tomes. Autant vous dire qu'avec J. Nanjan auxx couleurs comme souvent, le dessin ne présente pas de fausses notes et reste dans les canons habituels de la série pour le plaisir des fans. Les habitués de la série se jetteront à raison sur cet album tant l'attente fut longue 🙂 Les autres partent probablement de trop loin pour bien en saisir tout l'intérêt, mais se contenteront d'un bon one shot de Fantasy comme souvent. Autres infos : Storyboard de Kyko Duarte Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/guerres-d-arran-tome-2-dal-darum?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. The_PoP

    Hawkmoon - Tome 2 - Le dieu Fou

    Dur dur dur. J'ai adoré le premier tome. Du coup j'ai eu envie de lire le livre de Moorcock. Bon j'ai vite compris que les auteurs ont fait un gros travail d'aménagement du scénario, car qu'est ce que le livre est parfois mal amené... Il a pris un gros coup de vieux. Je suis un gros lecteur de fanatsy en livre et je vous avoue que malgré mon envie d'avoir la fin de l'histoire, je n'ai pu terminer le premier livre. Echec. Bref, vu les libertés prisent par Jerôme Le Gris sur le premier tome, je n'étais donc pas trop inquiet pour le second. Las je pense que même deux auteurs aussi talentueux que Jérôme Le Gris et Benoit Dellac, dont j'adore le travail n'ont pas réussi à conserver le souffle épique du premier tome pour ce second. La faute au personnage principal de Moorcock qui est quand même très plat pour le moment, l'action se déroule elle, mais il nous manque du liant, les actions du héros sont assez plates finalement, et les enchainements se font de manières un peu trop parachutés pour moi. Bref, ce tome n'est pas marquant alors qu'au milieu des géniales sorties du mois, c'est l'un de ceux que j'avais le plus hâte de lire. Heureusement malgré cette déception, née d'une trop forte attente peut être, il nous reste cet univers si riche imaginé par Moorcock et magnifiquement mis en images par Benoit Dellac, des personnages secondaires charismatiques, y compris le méchant, et une ouverture vers un scénario plus prometteur pour les prochains tomes. A voir donc sur le prochain tome, car après tout, je me suis arrêté avant dans le livre 😉
  6. Titre de l'album : Hawkmoon - Tome 2 - Le dieu Fou Scenariste de l'album : Jérôme Le Gris Dessinateur de l'album : Benoit Dellac Coloriste : Bruno Tatti & Greg Lofé & Arancia Studio Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : La Kamarg seule contre le Mal !Le Ténébreux Empire continue d'étendre son pouvoir sur le Vieux Continent. Tombé aux mains de l'ennemi, le duc Dorian Hawkmoon a été victime d'une expérimentation effroyable, et le joyau noir implanté sur son front assujettit désormais son esprit à la volonté du Baron Meliadus. Envoyé comme espion en Kamarg, un des derniers royaumes libres, Dorian a pour mission de gagner la confiance de son souverain, le Comte Airain, et d'enlever sa fille Yisselda ! Mais ce plan machiavélique pourrait bien échouer grâce à la science des savants de Kamarg. Toujours menacé par le pouvoir de la pierre noire, Hawkmoon pourra-t-il arrêter les Granbretons qui marchent sur la cité d'Aigues-Mortes ? Protégée derrière ses hautes tours sentinelles et dotée d'une technologie puissante, la Kamarg peut se défendre. Mais elle n'a encore jamais affronté d'adversaire aussi redoutable. Le légendaire duc de Koln parviendra-t-il à protéger ses alliés et empêcher la chute du Comte Airain face aux armées maléfiques du Roi-Empereur dégénéré... Après Elric, l'adaptation de l'autre grande saga de fantasy de Michael Moorcock, cette ambitieuse série continue de nous surprendre, révélant une oeuvre sombre, mâtinée de science primitive et de magie futuriste. Cycle épique et inclassable par son mélange de références, Hawkmoon est aussi le récit d'une vengeance terrible que Jérôme Le Gris et Benoît Dellac magnifient avec générosité. Ils redonnent à cette oeuvre magistrale un souffle d'une troublante modernité. Critique : Dur dur dur. J'ai adoré le premier tome. Du coup j'ai eu envie de lire le livre de Moorcock. Bon j'ai vite compris que les auteurs ont fait un gros travail d'aménagement du scénario, car qu'est ce que le livre est parfois mal amené... Il a pris un gros coup de vieux. Je suis un gros lecteur de fanatsy en livre et je vous avoue que malgré mon envie d'avoir la fin de l'histoire, je n'ai pu terminer le premier livre. Echec. Bref, vu les libertés prisent par Jerôme Le Gris sur le premier tome, je n'étais donc pas trop inquiet pour le second. Las je pense que même deux auteurs aussi talentueux que Jérôme Le Gris et Benoit Dellac, dont j'adore le travail n'ont pas réussi à conserver le souffle épique du premier tome pour ce second. La faute au personnage principal de Moorcock qui est quand même très plat pour le moment, l'action se déroule elle, mais il nous manque du liant, les actions du héros sont assez plates finalement, et les enchainements se font de manières un peu trop parachutés pour moi. Bref, ce tome n'est pas marquant alors qu'au milieu des géniales sorties du mois, c'est l'un de ceux que j'avais le plus hâte de lire. Heureusement malgré cette déception, née d'une trop forte attente peut être, il nous reste cet univers si riche imaginé par Moorcock et magnifiquement mis en images par Benoit Dellac, des personnages secondaires charismatiques, y compris le méchant, et une ouverture vers un scénario plus prometteur pour les prochains tomes. A voir donc sur le prochain tome, car après tout, je me suis arrêté avant dans le livre 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hawkmoon-tome-2-le-dieu-fou?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Kevin Nivek

    Les ombres de Thulé

    Une bonne recette de "dark fantasy" : prenez l'empire romain au sommet de sa gloire , un peuple écossais hargneux et opiniâtre , un soupçon de magie des temps anciens mâtiné de monstres "Lovecraftiens" ; et vous aurez Les ombres de Thulé 🙂 Utiliser cette période historique et les fameux murs romains en frontière du nord de l'Angleterre , pour y insérer un brin de fantasy , c'est l'ambition des deux auteurs , dont Patrick Mallet le scénariste et auteur entre autres de Achab et Cornélius Shiel . Le mur d'Hadrien , puis le mur d'Antonin un peu plus au nord , protègent Rome des barbares pictes , encore à ce jour insoumis à l'empire romain . Nous sommes au deuxième siècle après JC et les romains tentent toujours de conquérir ces terres reculées . Ils font face à des clans durs au mal , mais sont aidés d'une mystérieuse sorcière au passé trouble . Nous découvrons aussi les croyances divines pictes et l'utilité des monolithes et autres menhir disposés sur les highlands . Cette folie guerrière va éveiller un monde parallèle jusque là emprisonné par des thulésiens , sorte de druides ; et ainsi ouvrir un portail permettant la venue de ces monstres tentaculaires assoiffés de sang . Face à cette apocalypse , l'union sera t'elle la clé ? Lionel Marty délivre des planches assez impressionnantes de scènes de bataille , avec de nombreux détails et une grande précision du trait . On peut lui reprocher des visages légèrement épais voire patibulaires (mais presque) , mais les décors et autres bestaires sont du plus bel effet . Il se dégage un bruit de fureur et d'épique , le mouvement est omniprésent dans un découpage dynamique aux reflets crépusculaires . Parvenir à allier grande histoire avec le folklore divin dans un fracas d'épées et de trahisons , c'est le pari relevé par ces deux auteurs !
  8. Titre de l'album : Les ombres de Thulé Scenariste de l'album : Patrick Mallet Dessinateur de l'album : Lionel Marty Coloriste : Axel Gonzalbo Editeur de l'album : Les humanoides associés Note : Résumé de l'album : Ecosse, IIe siècle après J.C. Au-delà du mur d'Antonin, la guerre entre l'envahisseur romain et les peuples Gaëls et Pictes piétine. Manipulé par une sorcière, le général romain Horatius libère un fléau ancestral sur la terre de ses ennemis : les Ombres de Thulé. Pour faire face à cette menace, le roi des Pictes devra unir des peuples autrefois ennemis et faire appel à des pouvoirs oubliés. Critique : Une bonne recette de "dark fantasy" : prenez l'empire romain au sommet de sa gloire , un peuple écossais hargneux et opiniâtre , un soupçon de magie des temps anciens mâtiné de monstres "Lovecraftiens" ; et vous aurez Les ombres de Thulé 🙂 Utiliser cette période historique et les fameux murs romains en frontière du nord de l'Angleterre , pour y insérer un brin de fantasy , c'est l'ambition des deux auteurs , dont Patrick Mallet le scénariste et auteur entre autres de Achab et Cornélius Shiel . Le mur d'Hadrien , puis le mur d'Antonin un peu plus au nord , protègent Rome des barbares pictes , encore à ce jour insoumis à l'empire romain . Nous sommes au deuxième siècle après JC et les romains tentent toujours de conquérir ces terres reculées . Ils font face à des clans durs au mal , mais sont aidés d'une mystérieuse sorcière au passé trouble . Nous découvrons aussi les croyances divines pictes et l'utilité des monolithes et autres menhir disposés sur les highlands . Cette folie guerrière va éveiller un monde parallèle jusque là emprisonné par des thulésiens , sorte de druides ; et ainsi ouvrir un portail permettant la venue de ces monstres tentaculaires assoiffés de sang . Face à cette apocalypse , l'union sera t'elle la clé ? Lionel Marty délivre des planches assez impressionnantes de scènes de bataille , avec de nombreux détails et une grande précision du trait . On peut lui reprocher des visages légèrement épais voire patibulaires (mais presque) , mais les décors et autres bestaires sont du plus bel effet . Il se dégage un bruit de fureur et d'épique , le mouvement est omniprésent dans un découpage dynamique aux reflets crépusculaires . Parvenir à allier grande histoire avec le folklore divin dans un fracas d'épées et de trahisons , c'est le pari relevé par ces deux auteurs ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-ombres-de-thule/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Titre de l'album : The Witcher - Tome 1 - Un grain de vérité Scenariste de l'album : Jacek Rembis & Travis Currit Dessinateur de l'album : Jonas Scharf Coloriste : José Villarrubia Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Un best-seller international : David Gemmell Legend Award 2009 du Meilleur roman de Fantasy.L'adaptation comics officielle de la nouvelle «Un grain de vérité».Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin grâce à la magie et à un long entraînement. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu'un guerrier ou un mage. C'est un sorceleur...Dans ce premier tome, une rencontre macabre au détour d'une forêt mène Geralt à un château abandonné et à son curieux hôte: Nivellen, une créature à l'apparence monstrueuse mais aux manières des plus civilisées. Le temps d'un repas, Nivellen se livre sur son passé, sa famille, et sur le maléfice qui l'accable. Si le poids de ses fautes l'a condamné à cette apparence de bête - un châtiment cher aux contes de fée - pourrait-il aussi y avoir un grain de vérité dans ces légendes, un grain de vérité qui l'aiderait à conjurer le sort? Une réinterprétation magistrale du célèbre conte La Belle et la Bête, pour la première fois adaptée en comics par Jacek Rembis et Jonas Scharf (Avengers, Power Rangers, Bone Parish). Critique : Difficile d'échapper au phénomène The Witcher en ce moment, entre série TV et jeux vidéos à succès, l'oeuvre de Dark Fantasy d'Andrzej Sapkowski a connu ses dernières années un grand succès. Je l'avoue fort simplement j'ai découvert The Witcher par le troisième opus vidéoludique, fort réussi pour le coup. Ce qui m'a naturellement donné envie de lire les romans. Et j'avoue que là j'ai été un peu désappointé par la narration et l'écriture de l'oeuvre originelle. Assumons le, je trouvais le jeux vidéo bien mieux écris. Soit. La série, qui a repris le fil du roman a souffert également de cette trame narrative très spécifique à ce roman. C'est donc avec un brin d'appréhension que je me suis lancé dans ce comics, tiré directement d'une des nouvelles d'Andrzej Sapkowski. Hors rassurez vous tout de suite, le parti pris ici est de nous livrer un Witcher bien plus facile d'accès que le roman ou la série TV et se concentrant (pour le moment ?) sur le gagne pain de notre héros Geralt De Riv. L'intrigue donc en one shot est savoureuse pour tous les amateurs de l'univers de The Witcher, mais aussi accessible pour ceux qui en viendraient à le découvrir. Le dessin de Jonas Scharf est sublime et merveilleusement adapté à cette Dark Fantasy, et la colorisation de José Villarrubia est plus que réussie. Seul bémol et regret pour moi, la faible pagination (48 pages) correspondant certes à un prix de lancement adapté en conséquence de 9,9€ mais présentant le défaut de nous livrer une histoire trop courte. Suffisante donc pour les amateurs de Geralt De Riv, mais qui risque de laisser sur un goût de vraiment trop peu les autres. Si je comprend fort bien le choix fort fait à ce sujet par Hi Comics au vu de la crise que traverse le comics en France, je ne peux toutefois en tant que lecteur que déplorer cette pagination courte... et attendre le prochain tome avec grande impatience. Et si j'ai un souhait : ne serait-il pas possible de nous livrer par la bd un nouvel arc inédit et bien plus conséquent des aventures du Witcher ? A noter que la couverture de la version classique de The WItcher a été réalisée par Kai Carpenter, et qu'une édition collecto de luxe en noir et blanc est également prévue, et qu'elle semble plus que très jolie 🙂 Autres infos : d'après l'oeuvre de Andrzej Sapkowski Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-witcher-comics-tome-1-un-grain-de-verite/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Difficile d'échapper au phénomène The Witcher en ce moment, entre série TV et jeux vidéos à succès, l'oeuvre de Dark Fantasy d'Andrzej Sapkowski a connu ses dernières années un grand succès. Je l'avoue fort simplement j'ai découvert The Witcher par le troisième opus vidéoludique, fort réussi pour le coup. Ce qui m'a naturellement donné envie de lire les romans. Et j'avoue que là j'ai été un peu désappointé par la narration et l'écriture de l'oeuvre originelle. Assumons le, je trouvais le jeux vidéo bien mieux écris. Soit. La série, qui a repris le fil du roman a souffert également de cette trame narrative très spécifique à ce roman. C'est donc avec un brin d'appréhension que je me suis lancé dans ce comics, tiré directement d'une des nouvelles d'Andrzej Sapkowski. Hors rassurez vous tout de suite, le parti pris ici est de nous livrer un Witcher bien plus facile d'accès que le roman ou la série TV et se concentrant (pour le moment ?) sur le gagne pain de notre héros Geralt De Riv. L'intrigue donc en one shot est savoureuse pour tous les amateurs de l'univers de The Witcher, mais aussi accessible pour ceux qui en viendraient à le découvrir. Le dessin de Jonas Scharf est sublime et merveilleusement adapté à cette Dark Fantasy, et la colorisation de José Villarrubia est plus que réussie. Seul bémol et regret pour moi, la faible pagination (48 pages) correspondant certes à un prix de lancement adapté en conséquence de 9,9€ mais présentant le défaut de nous livrer une histoire trop courte. Suffisante donc pour les amateurs de Geralt De Riv, mais qui risque de laisser sur un goût de vraiment trop peu les autres. Si je comprend fort bien le choix fort fait à ce sujet par Hi Comics au vu de la crise que traverse le comics en France, je ne peux toutefois en tant que lecteur que déplorer cette pagination courte... et attendre le prochain tome avec grande impatience. Et si j'ai un souhait : ne serait-il pas possible de nous livrer par la bd un nouvel arc inédit et bien plus conséquent des aventures du Witcher ? A noter que la couverture de la version classique de The WItcher a été réalisée par Kai Carpenter, et qu'une édition collecto de luxe en noir et blanc est également prévue, et qu'elle semble plus que très jolie 🙂
×
×
  • Créer...