Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'nains'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


14 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Les guerres d'Arran - Tome 4 - La bataille des cités-états Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Alex Sierra & Livia Pastore Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Les monarques de Lombardie, de Tarascon et du Léhon livrent une traque sans merci aux races anciennes. Pour échapper au génocide, les elfes Sylvains de la forêt de Daëdenn s'allient aux criminels détenus dans la prison d'Armuhr, tandis que le nain Torunn de la forge, dévoré par la rage noire, porte sa vengeance à travers le pays. Critique : Qu'il est difficile de parler de ces tomes. En effet il est impossible de ne pas voir la réussite qu'ils constituent, tant la communauté de fan des terres d'arran attends cette mini série cross over. Et effectivement on est plus que ravi de retrouver toutes nos stars, ces personnages qu'on a appris à aimer et connaître venir se mettre sur le paletot juste pour nos beaux yeux. Une histoire d'une telle ampleur c'est extrêmement rare, même en fantasy. Hors là, on retrouve le souffle épique de la guerre des goules, et c'est plutôt bienvenue dans l'univers ronronnait. Mais une fois que l'on a dit cela, une fois qu'on a salué l'aboutissement de cette immense fresque il nous reste quoi. Cette bd est elle vraiment remarquable a elle seule ? Et là je vais me faire taper dessus par l'ensemble de la communauté mais pour moi non. Elle est trop figée, elle manque de dynamisme, la faute à l'omniprésence de narrateur externe, et la faible part de dialogues vivants. On finit par être plus proche d'un livre mis en image que d'une bd. Et cela se ressent aussi sur le dessin, qui est plus une succession de plan, qu'un récit qui s'écoule. Ce n'est que mon avis, et c'est un défaut que je trouve de plus en plus présent sur cet univers, car pour moi il était bien moins marqué sur les premiers tomes. Certes cela a toujours été un peu le concept du narrateur personnage principal en voix off, mais là, c'est particulièrement marquant puisqu'on se retrouve avec une palanquée d'anciens personnages principaux... Qui finalement n'interagisse pas beaucoup entre eux. Ajoutez à cela des grands méchants un peu monolithique et binaires et le tout manque un brin de subtilité et d'élégance pour moi. Certes on prend du plaisir, mais c'est probablement plus du à cet univers qu'on a appris à aimer qu'à l'histoire elle même. Un peu comme House of the Dragon quoi... A noter que j'avais dit qu'il serait bon de casser cette impression des personnages importants quasi immortels et.... là il faut reconnaitre que ça calanche un peu. Cela remet de l'enjeu. Tant mieux (enfin.... pour ceux qui restent et les lecteurs) Bon voilà j'ai dit un peu les limites que je trouve à cette série, mais reconnaissons que le dessin est superbe, la colorisation toujours aussi pertinentes et collant à merveille à cet univers Fantasy, que les personnages et leurs caractères sont top surtout qu'ils disposent désormais d'une sacrée galerie de caractères, et que les possibilités que leur offre cet univers détaillé et fouillé est exceptionnel. Les amateurs de la série ne passeront certainement pas à côté de cette confrontation. Autres infos : Storyboard par Alex Sierra Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/guerres-d-arran-tome-4-la-bataille-des-cites-etats?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Qu'il est difficile de parler de ces tomes. En effet il est impossible de ne pas voir la réussite qu'ils constituent, tant la communauté de fan des terres d'arran attends cette mini série cross over. Et effectivement on est plus que ravi de retrouver toutes nos stars, ces personnages qu'on a appris à aimer et connaître venir se mettre sur le paletot juste pour nos beaux yeux. Une histoire d'une telle ampleur c'est extrêmement rare, même en fantasy. Hors là, on retrouve le souffle épique de la guerre des goules, et c'est plutôt bienvenue dans l'univers ronronnait. Mais une fois que l'on a dit cela, une fois qu'on a salué l'aboutissement de cette immense fresque il nous reste quoi. Cette bd est elle vraiment remarquable a elle seule ? Et là je vais me faire taper dessus par l'ensemble de la communauté mais pour moi non. Elle est trop figée, elle manque de dynamisme, la faute à l'omniprésence de narrateur externe, et la faible part de dialogues vivants. On finit par être plus proche d'un livre mis en image que d'une bd. Et cela se ressent aussi sur le dessin, qui est plus une succession de plan, qu'un récit qui s'écoule. Ce n'est que mon avis, et c'est un défaut que je trouve de plus en plus présent sur cet univers, car pour moi il était bien moins marqué sur les premiers tomes. Certes cela a toujours été un peu le concept du narrateur personnage principal en voix off, mais là, c'est particulièrement marquant puisqu'on se retrouve avec une palanquée d'anciens personnages principaux... Qui finalement n'interagisse pas beaucoup entre eux. Ajoutez à cela des grands méchants un peu monolithique et binaires et le tout manque un brin de subtilité et d'élégance pour moi. Certes on prend du plaisir, mais c'est probablement plus du à cet univers qu'on a appris à aimer qu'à l'histoire elle même. Un peu comme House of the Dragon quoi... A noter que j'avais dit qu'il serait bon de casser cette impression des personnages importants quasi immortels et.... là il faut reconnaitre que ça calanche un peu. Cela remet de l'enjeu. Tant mieux (enfin.... pour ceux qui restent et les lecteurs) Bon voilà j'ai dit un peu les limites que je trouve à cette série, mais reconnaissons que le dessin est superbe, la colorisation toujours aussi pertinentes et collant à merveille à cet univers Fantasy, que les personnages et leurs caractères sont top surtout qu'ils disposent désormais d'une sacrée galerie de caractères, et que les possibilités que leur offre cet univers détaillé et fouillé est exceptionnel. Les amateurs de la série ne passeront certainement pas à côté de cette confrontation.
  3. Les guerres d'arran c'est le règlement de compte que tout le monde attendait dans les terres d'Arran depuis la fin du cycle sur Lah'saa. Autant vous dire que les fans ne passent pas à côté. Pour ma part, j'y prends beaucoup de plaisir, même s'il faut reconnaître qu'on aimerait que nos héros ne soient peut être pas tous du même côté. Cela aurait gagné en profondeur, en enjeux et en émotions je pense, car là, ça finit un peu par faire un gros jeux de massacre entre des héros toujours en pseudo mauvaise posture, mais finalement tellement forts qu'ils massacrent leurs adversaires humains anonymes... On aurait pu aller vers une histoire plus mature, ou adulte. Même si ça aurait probablement choqué les fans 🙂 Bon la galerie de personnages et les retrouvailles avec tous les persos de la saga ça reste une belle madeleine de Proust. Cette fois-ci on retrouve donc Myth, Kronan, Ora et Athé'non entre autres. Côté narration rien de neuf donc puisque Nicolas Jarry use des mêmes recettes que Jean Luc Istin à savoir quelques scènes d'actions et de dialogues entre de grandes phases de narration en voix off à travers les pensées du narrateur choisi pour cet épisode. Je trouve qu'on y perd un peu, mais vu la densité de l'univers et l'ambition du scénario, c'est ici je crois un peu un passage obligé. Attention toutefois, cet opus est quand même bien verbeux. Les dessins de Yerofieieva sont dans l'esprit de la série, mais ils ne sont pas les plus détaillés ou les plus fins que l'on y a vu. La colorisation de J. Nanjan ne parvient pas à ramener plus de finesse à l'ensemble, qui se lit malgré ce que j'en dis très bien. Les scènes d'actions sont claires, et les personnages bien réussis. On sent toutefois que le dénouement approche. Les forces convergent 🙂
  4. Titre de l'album : Guerres d'Arran - Tome 3 - La bataille de Torunn Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Alina Yerofieieva Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Face à l'immense horde assanide, Kronan hésite entre l'honneur ou la raison, le combat ou la fuite. Tandis que les elfes Bleus de Port-Vogue, jusqu'alors préservés, se retrouvent assiégés par une immense flotte de navires yrlanais, à l'Ouest, une nouvelle légion d'hommes et de Golems assiègent les Elfes de la forêt de Torunn, repoussant toujours plus loin les Sylvains menés par la reine Ora... Critique : Les guerres d'arran c'est le règlement de compte que tout le monde attendait dans les terres d'Arran depuis la fin du cycle sur Lah'saa. Autant vous dire que les fans ne passent pas à côté. Pour ma part, j'y prends beaucoup de plaisir, même s'il faut reconnaître qu'on aimerait que nos héros ne soient peut être pas tous du même côté. Cela aurait gagné en profondeur, en enjeux et en émotions je pense, car là, ça finit un peu par faire un gros jeux de massacre entre des héros toujours en pseudo mauvaise posture, mais finalement tellement forts qu'ils massacrent leurs adversaires humains anonymes... On aurait pu aller vers une histoire plus mature, ou adulte. Même si ça aurait probablement choqué les fans 🙂 Bon la galerie de personnages et les retrouvailles avec tous les persos de la saga ça reste une belle madeleine de Proust. Cette fois-ci on retrouve donc Myth, Kronan, Ora et Athé'non entre autres. Côté narration rien de neuf donc puisque Nicolas Jarry use des mêmes recettes que Jean Luc Istin à savoir quelques scènes d'actions et de dialogues entre de grandes phases de narration en voix off à travers les pensées du narrateur choisi pour cet épisode. Je trouve qu'on y perd un peu, mais vu la densité de l'univers et l'ambition du scénario, c'est ici je crois un peu un passage obligé. Attention toutefois, cet opus est quand même bien verbeux. Les dessins de Yerofieieva sont dans l'esprit de la série, mais ils ne sont pas les plus détaillés ou les plus fins que l'on y a vu. La colorisation de J. Nanjan ne parvient pas à ramener plus de finesse à l'ensemble, qui se lit malgré ce que j'en dis très bien. Les scènes d'actions sont claires, et les personnages bien réussis. On sent toutefois que le dénouement approche. Les forces convergent 🙂 Autres infos : Storyboard de Kyko Duarte Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Terres d'Ogon - Tome 4 - Mystic Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Vax Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Qâa est le fruit d'un amour interdit, le bâtard du roi et d'une femme du peuple. Il survit comme une ombre jusqu'au jour où il croise Aménopée, pour qui les passages dérobés du palais n'ont pas de secret. Il y rencontrera un maître d'armes ainsi qu'un vieil érudit. Commence pour Qâa sa véritable initiation, il découvrira le mystère entourant sa naissance et la malédiction dont il est le porteur... Critique : La petite dernière des séries dans l'univers des terres d'Arran a apporté un grand vent de fraîcheur dans l'univers, et même dans la Fantasy. Puisant dans les mythes, les légendes, et même l'Histoire du continent Africain, elle revisite la Fantasy tout en en respectant les codes. Et franchement on en redemande, moi le premier. Ce tome 4 vient donc nous présenter encore un autre peuple, et un autre héros, dans une intrigue cette fois-ci très mystique pour ne pas dire parfois un peu alambiquée. Les personnages sont toujours aussi réussis et le dessin de Vax est très dynamique notamment sur les mises en scènes. J'ai trouvé ce tome un peu en deçà des 2 premiers que j'avais vraiment adoré, mais l'univers y est toujours aussi riche et dépaysant et c'est encore une lecture plaisir. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/terres-d-ogon-tome-4-mystic?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Et bim comme d'habitude, à l'approche des fêtes de fin d'années, Soleil nous sort l'artillerie lourde avec ces séries se déroulant dans l'univers des terres d'Arran. Ici il s'agit de leur série cross' over Guerres d'Arran tant attendue devant redémarrer un cycle dantesque reprenant l'ensemble des trames depuis le cycle des goules. Après un premier tome nous lançant dans le grand bain, ce tome 2 reprend pas mal des figures ultra reconnues des Terres d'Arran pour les réunir et leur faire affronter l'une des pires menaces qui soit pour leurs survies : l'Hum 🙂 Autant vous dire que dans le contexte pessimiste actuel, il y a là une double lecture intéressante à l'œuvre complète. Evidemment on nt'est pas tellement là pour philosopher non plus et tout au long de ces 92 pages, on aura le droit à peut être un peu trop de voix off (aka pensées de Redwin) mais surtout beaucoup beaucoup de castagne. Après tout, on ne réunit pas une si belle équipe pour beurrer des mouillettes. Que puis-je vous dire d'autre ? Giovanni Lorusso que je ne connaissais pas vraiment n'est pas un inconnu sur la série car il en a déjà dessiné plusieurs tomes. Autant vous dire qu'avec J. Nanjan auxx couleurs comme souvent, le dessin ne présente pas de fausses notes et reste dans les canons habituels de la série pour le plaisir des fans. Les habitués de la série se jetteront à raison sur cet album tant l'attente fut longue 🙂 Les autres partent probablement de trop loin pour bien en saisir tout l'intérêt, mais se contenteront d'un bon one shot de Fantasy comme souvent.
  7. Titre de l'album : Guerres d'Arran - Tome 2 - Dal'Darum Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Giovanni Lorusso Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Suite à l'exécution de la compagnie des bannis, Redwin a juré aux principaux meneurs des anciennes races de trouver un lieu où tous pourraient se réunir et résister à la guerre déclarée par les rois humains et les mages de l'ordre des Ombres. Des héros tels que Lanawynn, Ayraak, Jorun, Tala feront route vers la forteresse de Karsonn tenue par les irréductibles nains de la légion de Fer. Critique : Et bim comme d'habitude, à l'approche des fêtes de fin d'années, Soleil nous sort l'artillerie lourde avec ces séries se déroulant dans l'univers des terres d'Arran. Ici il s'agit de leur série cross' over Guerres d'Arran tant attendue devant redémarrer un cycle dantesque reprenant l'ensemble des trames depuis le cycle des goules. Après un premier tome nous lançant dans le grand bain, ce tome 2 reprend pas mal des figures ultra reconnues des Terres d'Arran pour les réunir et leur faire affronter l'une des pires menaces qui soit pour leurs survies : l'Hum 🙂 Autant vous dire que dans le contexte pessimiste actuel, il y a là une double lecture intéressante à l'œuvre complète. Evidemment on nt'est pas tellement là pour philosopher non plus et tout au long de ces 92 pages, on aura le droit à peut être un peu trop de voix off (aka pensées de Redwin) mais surtout beaucoup beaucoup de castagne. Après tout, on ne réunit pas une si belle équipe pour beurrer des mouillettes. Que puis-je vous dire d'autre ? Giovanni Lorusso que je ne connaissais pas vraiment n'est pas un inconnu sur la série car il en a déjà dessiné plusieurs tomes. Autant vous dire qu'avec J. Nanjan auxx couleurs comme souvent, le dessin ne présente pas de fausses notes et reste dans les canons habituels de la série pour le plaisir des fans. Les habitués de la série se jetteront à raison sur cet album tant l'attente fut longue 🙂 Les autres partent probablement de trop loin pour bien en saisir tout l'intérêt, mais se contenteront d'un bon one shot de Fantasy comme souvent. Autres infos : Storyboard de Kyko Duarte Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/guerres-d-arran-tome-2-dal-darum?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. The_PoP

    Terres d'Ogon - Tome 4 - Mystic

    La petite dernière des séries dans l'univers des terres d'Arran a apporté un grand vent de fraîcheur dans l'univers, et même dans la Fantasy. Puisant dans les mythes, les légendes, et même l'Histoire du continent Africain, elle revisite la Fantasy tout en en respectant les codes. Et franchement on en redemande, moi le premier. Ce tome 4 vient donc nous présenter encore un autre peuple, et un autre héros, dans une intrigue cette fois-ci très mystique pour ne pas dire parfois un peu alambiquée. Les personnages sont toujours aussi réussis et le dessin de Vax est très dynamique notamment sur les mises en scènes. J'ai trouvé ce tome un peu en deçà des 2 premiers que j'avais vraiment adoré, mais l'univers y est toujours aussi riche et dépaysant et c'est encore une lecture plaisir.
  9. Quel plaisir de retrouver le trait de Nicolas Demare , ses tomes de la série Nains sont tous excellents ! Son dessin colle parfaitement à l'univers , avec les rondeurs si fidèles à ce peuple et des paysages environnants réalistes et d'une rare beauté . On entendrait presque les bourrasques de vent s'engouffrant entre les montagnes ! Le récit comportant de nombreuses alternances jour/nuit , avec un brouillard envahissant , il est à noter l'excellent travail du coloriste avec des passages nocturnes aux reflets bleutés assez saisissants . C'est un réel atout de cette grande saga initiée par Istin que de s'entourer d'artistes avec un tel talent . Les tomes , tous peuples confondus , avec dessin/couleurs passables , doivent se compter sur les doigts de la main , ou de la pogne comme disent les nains 🙂. L'histoire nous amène dans un passé lointain ( les nains peuvent vivre plus de 400 ans) . Certains noms de nains seront familiers pour les puristes des terres d'Arran . Une forteresse naine , dernier refuge avant des terres nécromanciennes , se retrouve prise dans une brume sortie de l'imagination de Stephen King . On va y suivre plusieurs jeunes nains au prise avec ce brouillard venant s'affaler sur les remparts de la ville . Qui en est l'initiateur , qui tue tous ces fiers guerriers aussi facilement ? Au milieu de ce déferlement d'horreurs , notre jeune troupe va tenter de survivre et se frayer un passage vers des refuges mais aussi vers une maturité forcée . Des rebondissements , des aides inattendues et du chagrin vont jalonner le parcours de ces fiers nains au courage inébranlable . Un excellent tome de cette série , qui n'entre pas dans cette nouvelle chronologie avec ce grand conflit en devenir sur les terres d'Arran , mais qui amène un plus sur des personnages déjà rencontrés , et qui est doté d'une histoire prenante à l'intensité folle .
  10. Titre de l'album : Nains , tome 25 - Volgrir du bouclier Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Nicolas Demare Coloriste : Olivier Héban Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Avant de devenir un cognar redouté, Volgrir était un enfant enjoué et rêveur, qui grandit dans une forteresse à la frontière des royaumes nécromants, fief des mages Noirs. Jusqu'au jour où une brume surnaturelle engloutit la région. Débute alors une longue nuit de massacres au terme de laquelle une poignée d'enfants dont Volgrir survivent. Il leur faut fuir l'horreur et rejoindre la résistance. Critique : Quel plaisir de retrouver le trait de Nicolas Demare , ses tomes de la série Nains sont tous excellents ! Son dessin colle parfaitement à l'univers , avec les rondeurs si fidèles à ce peuple et des paysages environnants réalistes et d'une rare beauté . On entendrait presque les bourrasques de vent s'engouffrant entre les montagnes ! Le récit comportant de nombreuses alternances jour/nuit , avec un brouillard envahissant , il est à noter l'excellent travail du coloriste avec des passages nocturnes aux reflets bleutés assez saisissants . C'est un réel atout de cette grande saga initiée par Istin que de s'entourer d'artistes avec un tel talent . Les tomes , tous peuples confondus , avec dessin/couleurs passables , doivent se compter sur les doigts de la main , ou de la pogne comme disent les nains 🙂. L'histoire nous amène dans un passé lointain ( les nains peuvent vivre plus de 400 ans) . Certains noms de nains seront familiers pour les puristes des terres d'Arran . Une forteresse naine , dernier refuge avant des terres nécromanciennes , se retrouve prise dans une brume sortie de l'imagination de Stephen King . On va y suivre plusieurs jeunes nains au prise avec ce brouillard venant s'affaler sur les remparts de la ville . Qui en est l'initiateur , qui tue tous ces fiers guerriers aussi facilement ? Au milieu de ce déferlement d'horreurs , notre jeune troupe va tenter de survivre et se frayer un passage vers des refuges mais aussi vers une maturité forcée . Des rebondissements , des aides inattendues et du chagrin vont jalonner le parcours de ces fiers nains au courage inébranlable . Un excellent tome de cette série , qui n'entre pas dans cette nouvelle chronologie avec ce grand conflit en devenir sur les terres d'Arran , mais qui amène un plus sur des personnages déjà rencontrés , et qui est doté d'une histoire prenante à l'intensité folle . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nains-tome-25-volgrir-du-bouclier/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Chronique réalisée d'après un pdf de lecture. Voici le tome 20 de la série Nains. Ici c'est un hommage réussi aux mamans, aux mamans qui voient partir leurs enfants à la guerre, aux mamans qui ne les voient pas revenir. Dans ce monde ultra difficile des Terres d'Arran, le monde des Nains est particulièrement rugueux, et c'est cette fois-ci à travers les yeux d'une mère qu'on va regarder cette guerre perpétuelle. Reste que Nicolas Jarry maitrisant bien son sujet, son histoire est doublée d'une belle aventure, qui si elle pose quelques questions de respect de la notion de temps, n'en reste pas moins agréable à suivre. Les dessins de Jean-Paul Bordier sont à l'image du reste de la série, très propres et fidèles à la représentation mise en place depuis le début.
  12. Titre de l'album : Nains - Tome 20 - Svara du Bouclier Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Jean-Paul Bordier Coloriste : Élodie Jacquemoire & J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Fille d'un général devenu infirme, épouse d'un guerrier mort sur le champ de bataille, mère de deux fils emportés au combat et d'un troisième disparu, Svara est une femme du Bouclier. Son coeur de mère lui hurle que son marmouse est en vie, perdu dans les plaines glacées. Déchirée entre chagrin et espoir, elle réunira autour d'elle un ancien cognar et deux déserteurs pour partir à sa recherche. Critique : Chronique réalisée d'après un pdf de lecture. Voici le tome 20 de la série Nains. Ici c'est un hommage réussi aux mamans, aux mamans qui voient partir leurs enfants à la guerre, aux mamans qui ne les voient pas revenir. Dans ce monde ultra difficile des Terres d'Arran, le monde des Nains est particulièrement rugueux, et c'est cette fois-ci à travers les yeux d'une mère qu'on va regarder cette guerre perpétuelle. Reste que Nicolas Jarry maitrisant bien son sujet, son histoire est doublée d'une belle aventure, qui si elle pose quelques questions de respect de la notion de temps, n'en reste pas moins agréable à suivre. Les dessins de Jean-Paul Bordier sont à l'image du reste de la série, très propres et fidèles à la représentation mise en place depuis le début. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nains-tome-20-svara-du-bouclier?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Nains - Tome 19 - Tadgar des errants Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Jean-Paul Bordier Coloriste : Vincent Powell Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le mal n'a qu'à bien se tenir... parce qu'il a trouvé plus malhonnête que lui ! Tadgar le futé, Lygdr la ténébreuse, Damn la séductrice, Wal le fou-furieux et Akab le vieux prêtre défroqué ont un point en commun : aucune loi n'est sacrée à leurs yeux. Seule leur importe la liberté, tant qu'elle est assaisonnée d'un bon paquet de talions. Alors, quand cette équipe de hors-la-loi se fait doubler par un nécromancien et se retrouve avec une armée d'orcs, un mage elfe blanc et une cité-état naine aux trousses, ils décident de faire ce que tout nain sensé ferait à leur place : retrouver le mage noir et lui faire cracher ses dents. Critique : Et voilà, comme souvent avec Soleil, en parallèle des sorties du tome 28 d'Elfes, et du tome 10 d'Orcs et Gobelins, nous voici avec la fournée 19 de Nains. L'univers des terres d'Arran ne cesse de s'enrichir. Inutile de vous dire que je trouve souvent les tomes de Nains moins ennuyeux ou classiques que les tomes d'Elfes, la faute probablement aux libertés qu'autorisent les différences entre les caractéristiques supposées de ces races. Et ce tome de Nain ne fait pas exception à la règle car si le scénario a une belle odeur de déjà vu avec cette troupe de coquins roublards, malhonnêtes mais sympathiques, façon Han Solo ou Jack Sparrow, l'intrigue est suffisamment bien troussée pour nous divertir, tout en nous livrant quelques belles scènes d'actions et autre morceaux de bravoure réjouissants. On est là loin du sérieux lénifiant qui tient la série Elfes. Ici l'escroquerie est poussée jusqu'au bout, et parfois trop loin quand elle entraine guerres et massacres sans afficher le moindre remord. En terme de morale ces malfaisants là n'auraient rien à envier au triste sire des Indes Fourbes. Mention spéciale à la patte graphique de Jean-Paul Bordier qui assure une très belle partie graphique, dans les codes voulus par la série, mais en y apportant son soucis du détails et des personnages. L'impression de visages parfois trop "lisses" et de décors trop "informatisés" que l'on ressent parfois sur la série n'est ici pas présente. Au final ce tome-ci ne m'a pas semblé à ce jour avoir un rôle majeur dans le déroulement du scénario principal des terres d'Arran, mais il rajoute sans coup férir de nouveaux personnages secondaires réjouissants et riches en caractères à un ensemble qui en manquait parfois. Ce Nains tome 19 se lit comme un bon one shot de BD d'Heroic Fantasy bien fourbe et ne se prenant pas trop au sérieux, de l'Heroic Fourberie finalement. Autres infos : Je n'aime définitivement pas les Elfes. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nains-tome-19-tadgar-des-errants?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Et voilà, comme souvent avec Soleil, en parallèle des sorties du tome 28 d'Elfes, et du tome 10 d'Orcs et Gobelins, nous voici avec la fournée 19 de Nains. L'univers des terres d'Arran ne cesse de s'enrichir. Inutile de vous dire que je trouve souvent les tomes de Nains moins ennuyeux ou classiques que les tomes d'Elfes, la faute probablement aux libertés qu'autorisent les différences entre les caractéristiques supposées de ces races. Et ce tome de Nain ne fait pas exception à la règle car si le scénario a une belle odeur de déjà vu avec cette troupe de coquins roublards, malhonnêtes mais sympathiques, façon Han Solo ou Jack Sparrow, l'intrigue est suffisamment bien troussée pour nous divertir, tout en nous livrant quelques belles scènes d'actions et autre morceaux de bravoure réjouissants. On est là loin du sérieux lénifiant qui tient la série Elfes. Ici l'escroquerie est poussée jusqu'au bout, et parfois trop loin quand elle entraine guerres et massacres sans afficher le moindre remord. En terme de morale ces malfaisants là n'auraient rien à envier au triste sire des Indes Fourbes. Mention spéciale à la patte graphique de Jean-Paul Bordier qui assure une très belle partie graphique, dans les codes voulus par la série, mais en y apportant son soucis du détails et des personnages. L'impression de visages parfois trop "lisses" et de décors trop "informatisés" que l'on ressent parfois sur la série n'est ici pas présente. Au final ce tome-ci ne m'a pas semblé à ce jour avoir un rôle majeur dans le déroulement du scénario principal des terres d'Arran, mais il rajoute sans coup férir de nouveaux personnages secondaires réjouissants et riches en caractères à un ensemble qui en manquait parfois. Ce Nains tome 19 se lit comme un bon one shot de BD d'Heroic Fantasy bien fourbe et ne se prenant pas trop au sérieux, de l'Heroic Fourberie finalement.
×
×
  • Créer...