Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'adaptation roman'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


6 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Le vagabond des étoiles - Tome 2 Scenariste de l'album : Riff Reb's d'après jack London Dessinateur de l'album : Riff Reb's Coloriste : Riff Reb's Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Magistralement adapté en deux volumes par Riff Reb's, Le Vagabond des Étoiles est un sublime hommage à l'un des chefs-d'oeuvre de Jack London. San Quentin. Dans la prison d'État, Darrell Standing, toujours soumis à la torture de la camisole de force, poursuit ses voyages extracorporels. Il s'incarne dans de nouvelles vies - hommes, femme, enfant - à travers l'histoire du monde, qui nous font voyager du western au péplum en passant par la préhistoire. Pour garder la raison, Darrell Standing recherche et trouve des preuves de la réalité de ses vies antérieures. S'ouvre également pour lui un abîme de réflexions sur l'immuable destin de l'humanité partout et toujours inféodée à l'amour, la superstition et la violence. Finalement en marche vers la potence, il esquisse un sourire car il a cette phrase en tête : « Il m'a fallu mourir et mourir encore pour m'apercevoir que la vie était inépuisable. » Critique : C'est peu dire que j'avais beaucoup apprécié le premier tome marquant de ce Vagabond des étoiles. En voici déjà la conclusion avec ce second tome. Ce dyptyque, librement inspiré d'un récit de Jack London et magnifiquement mis en image et en scène par Jeff Ribs est un OVNI. On ne sait ni où l'on va, ni d'où l'on vient une fois refermé, et pourtant il nous aura donné l'occasion de réfléchir sur des thèmes essentiels à l'humanité : Liberté, choix, destin, rébellion mais aussi rêve, exploration et inconnu. J'avoue que Jack London est l'un des personnages et auteurs qui m'ont marqué quand j'étais jeune. Alors oui, vous ne le relirez probablement pas souvent, mais c'est le genre de lecture qui s'avère marquante par son propos parfois halluciné mais jamais dénué d'une certaine profondeur. Graphiquement Jeff Ribs nous livre encore un ouvrage très qualitatif. Son style tranchant et incisif, parfois dur, colle à merveille avec ce récit âpre et fantastique. Moi qui titille régulièrement les choix éditoriaux de Soleil, je dois reconnaitre que c'est courageux et tout à leur honneur que d'avoir produit une BD comme celle-ci, qui aura probablement du mal à trouver son public, mais qui marquera durablement ses lecteurs. Bravo et chapeau bas. Autres infos : Hors norme Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-vagabond-des-etoiles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. The_PoP

    Le vagabond des étoiles - Tome 2

    C'est peu dire que j'avais beaucoup apprécié le premier tome marquant de ce Vagabond des étoiles. En voici déjà la conclusion avec ce second tome. Ce dyptyque, librement inspiré d'un récit de Jack London et magnifiquement mis en image et en scène par Jeff Ribs est un OVNI. On ne sait ni où l'on va, ni d'où l'on vient une fois refermé, et pourtant il nous aura donné l'occasion de réfléchir sur des thèmes essentiels à l'humanité : Liberté, choix, destin, rébellion mais aussi rêve, exploration et inconnu. J'avoue que Jack London est l'un des personnages et auteurs qui m'ont marqué quand j'étais jeune. Alors oui, vous ne le relirez probablement pas souvent, mais c'est le genre de lecture qui s'avère marquante par son propos parfois halluciné mais jamais dénué d'une certaine profondeur. Graphiquement Jeff Ribs nous livre encore un ouvrage très qualitatif. Son style tranchant et incisif, parfois dur, colle à merveille avec ce récit âpre et fantastique. Moi qui titille régulièrement les choix éditoriaux de Soleil, je dois reconnaitre que c'est courageux et tout à leur honneur que d'avoir produit une BD comme celle-ci, qui aura probablement du mal à trouver son public, mais qui marquera durablement ses lecteurs. Bravo et chapeau bas.
  3. Titre de l'album : Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une Scenariste de l'album : Lylian Dessinateur de l'album : Sophie Rufieux Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le succès littéraire de Raphaëlle Giordano enfin adapté en bande dessinée ! Un roman graphique qui fait un bien fou au moral ! Camille, femme active, mariée et mère de famille a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Pourtant, elle se sent coincée dans cette routine qu'est devenue sa vie... Ce qu'elle voudrait, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Un soir, suite à un accident de voiture, elle fait la connaissance de Claude, routinologue. Cette lumineuse rencontre va bouleverser sa vie et celle de sa famille. Critique : Quand j'ai commencé cette BD, je pensais que j'avais déjà lu le roman dont il est tiré, et pour être transparent, la patte graphique qui rappelle directement le style d'une Margaux Mottin ne me transportait pas d'enthousiasme. Ajouté à l'histoire estampillée "développement personnel" que je craignais trop gentillette, c'est rien de dire que j'étais frileux. Alors oui c'est parfois très naïf, très tendre, très gentil voir trop positif. Mais ça fait du bien. Cela fait du bien car c'est parsemé de perles de philosophie, et de vraies réflexions. Evidemment, cela ne parlera pas à tout le monde, et certains principes développés ici feront probablement ricaner des lecteurs. Pour ma part, une fois refermé le verdict est clair, c'est intelligent, souvent brillant, et si le propos aurait mérité une histoire peut être plus subtile ou moins linéaire, et un traitement graphique plus engagé et moins grand public, il faut reconnaitre que l'ensemble est cohérent, et qu'il se lit et se digère bien. Une fois que je me suis rendu compte que je confondais avec un autre roman, et que je ne l'avais pas lu, j'ai beaucoup apprécié de découvrir cette histoire et ces réflexions à travers la BD car les idées y sont alors plus facilement lisibles et on peut alors mieux les extraire et les réfléchir que lorsqu'elles sont noyées dans un livre. Pour le dessin, si j'assume facilement qu'il n'est pas dans un style que je recherche personnellement, il est aussi nécessaire pour moi de faire amende honorable. Il est ici adapté au propos et le rend lisible, et fin au niveau des émotions lorsqu'il le faut. Je ne peux que vous en recommander la lecture. Après à vous de voir si vous souhaitez le lire en BD ou en livre, mais c'est un beau roman/roman graphique de développement personnel très constructif. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Quand j'ai commencé cette BD, je pensais que j'avais déjà lu le roman dont il est tiré, et pour être transparent, la patte graphique qui rappelle directement le style d'une Margaux Mottin ne me transportait pas d'enthousiasme. Ajouté à l'histoire estampillée "développement personnel" que je craignais trop gentillette, c'est rien de dire que j'étais frileux. Alors oui c'est parfois très naïf, très tendre, très gentil voir trop positif. Mais ça fait du bien. Cela fait du bien car c'est parsemé de perles de philosophie, et de vraies réflexions. Evidemment, cela ne parlera pas à tout le monde, et certains principes développés ici feront probablement ricaner des lecteurs. Pour ma part, une fois refermé le verdict est clair, c'est intelligent, souvent brillant, et si le propos aurait mérité une histoire peut être plus subtile ou moins linéaire, et un traitement graphique plus engagé et moins grand public, il faut reconnaitre que l'ensemble est cohérent, et qu'il se lit et se digère bien. Une fois que je me suis rendu compte que je confondais avec un autre roman, et que je ne l'avais pas lu, j'ai beaucoup apprécié de découvrir cette histoire et ces réflexions à travers la BD car les idées y sont alors plus facilement lisibles et on peut alors mieux les extraire et les réfléchir que lorsqu'elles sont noyées dans un livre. Pour le dessin, si j'assume facilement qu'il n'est pas dans un style que je recherche personnellement, il est aussi nécessaire pour moi de faire amende honorable. Il est ici adapté au propos et le rend lisible, et fin au niveau des émotions lorsqu'il le faut. Je ne peux que vous en recommander la lecture. Après à vous de voir si vous souhaitez le lire en BD ou en livre, mais c'est un beau roman/roman graphique de développement personnel très constructif.
  5. The_PoP

    Wilderness

    Adaptation du roman éponyme de Lance Weller, cette chronique a été réalisée à partir du pdf. Il peut donc y avoir de grosses différences de ressentis graphiques entre la lecture du pdf et celle de l'ouvrage. Je tiens à souligner l'excellent travail éditorial de la maison Soleil avec cette prise de risque. On est effectivement ici sur un western peu classique, crépusculaire, à la façon des deux réalisés par Tiburce Oger récemment, mais réalisé ici par un duo peu connu des amateurs de BD. Si Ozanam est le scénariste de la série pour ado Klaw, il a surtout déjà une multitude de one shot et d'adaptation de romans en BD à son actif. Bandini au dessin est lui moins connu puisqu'il s'agit de sa 7ème oeuvre. Les habitués du forum savent qu'en terme de Western je ne suis pas très raisonnable, mais je ne peux que conseiller ce Wilderness aux amateurs du genre, tant son approche est originale. On y retrace bien la vie d'un vieux soldat, et à travers ses souvenirs on parcourt la violence et la dureté de cette Amérique des années 1800. Un scénario sans concession parfois servi par des planches que j'ai trouvé sublimes, et un rythme de narration peu linéaire mais cohérent vous plonge dans cette ambiance sombre et étrange où l'âme humaine se retrouve parfois mise à nu.
  6. The_PoP

    Wilderness

    Titre de l'album : Wilderness Scenariste de l'album : Ozanam Dessinateur de l'album : Bandini Coloriste : Bandini Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : 1899. Abel Truman, vétéran sudiste de la guerre civile américaine, vit entre l'océan, la montagne et les forêts pluviales. Dans un dernier soubresaut avant de mourir, il décide de reprendre la route avec son chien. Un ultime voyage vers le souvenir des rares jours heureux qui s'assombrit quand Abel rencontre deux agresseurs qui le laissent pour mort. Dans les décors du nord de la côte ouest des Etats-Unis, la violence, qu'Abel avait enfouie au plus profond de lui depuis la fin de la guerre de Sécession, remonte et vient frapper de nouveau. Critique : Adaptation du roman éponyme de Lance Weller, cette chronique a été réalisée à partir du pdf. Il peut donc y avoir de grosses différences de ressentis graphiques entre la lecture du pdf et celle de l'ouvrage. Je tiens à souligner l'excellent travail éditorial de la maison Soleil avec cette prise de risque. On est effectivement ici sur un western peu classique, crépusculaire, à la façon des deux réalisés par Tiburce Oger récemment, mais réalisé ici par un duo peu connu des amateurs de BD. Si Ozanam est le scénariste de la série pour ado Klaw, il a surtout déjà une multitude de one shot et d'adaptation de romans en BD à son actif. Bandini au dessin est lui moins connu puisqu'il s'agit de sa 7ème oeuvre. Les habitués du forum savent qu'en terme de Western je ne suis pas très raisonnable, mais je ne peux que conseiller ce Wilderness aux amateurs du genre, tant son approche est originale. On y retrace bien la vie d'un vieux soldat, et à travers ses souvenirs on parcourt la violence et la dureté de cette Amérique des années 1800. Un scénario sans concession parfois servi par des planches que j'ai trouvé sublimes, et un rythme de narration peu linéaire mais cohérent vous plonge dans cette ambiance sombre et étrange où l'âme humaine se retrouve parfois mise à nu. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wilderness?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...