Aller au contenu
  • S’inscrire
  • La longue marche des dindes


    The_PoP
    • Scenariste: Léonie Bischoff Dessinateur: Léonie Bischoff Coloriste: Léonie Bischoff Editeur: Rue de sevres Note :
      Résumé:

      Missouri, été 1860. Après avoir quadruplé son CE1 à 15 ans, Simon diplômé d'office par Miss Rogers se voit refuser l'entrée en CE2 et doit gentiment déployer ses ailes. Aussi, le soir même de cette mauvaise nouvelle, lorsqu'il apprend que les dindes sur pattes valent 20 fois plus à Denver que chez lui, il décide d'acquérir 1000 têtes pour les convoyer sur 1000 kilomètres et prouver ainsi qu'il a le sens des affaires. Il recrute pour l'escorter une équipe improbable avec laquelle il va devoir traverser le désert, affronter les rocheuses et négocier avec les Indiens ! Ces derniers accepteront-ils de laisser passer cette étrange caravane qui doit atteindre Denver pour y faire fortune ? Le magnifique roman de Kathleen Karr adapté par l'autrice du brillant Anaïs Nin : sur la mer des mensonges, Léonie Bischoff, qui signe son premier titre jeunesse

      Autres informations: Adapté du roman éponyme de Kathleen Karr
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie
     Share

    Encore une note à plus de 4 The PoP ? Tu radotes non ?

    Pas vraiment, c'est juste que nous avons en face de nous une très belle rentrée littéraire en bd. Il faut le reconnaitre, les mois de septembre deviennent de plus en plus difficiles en termes de choix pour les amateurs de bd. 

    Cette adaptation d'un roman jeunesse à succès, par l'auteur du très remarqué Anaïs Nin sorti il y a deux ans, en est un parfait exemple. Pour l'amateur d'histoire que je suis c'est une réussite à tous les niveaux tant ce gentil conte un brin désuet réussi à ne jamais verser dans l'excès d'humanisme ou de naïveté, écueil pourtant parfois fatal à de nombreuses bd jeunesse. C'est juste, touchant, désarmant de facilité sans jamais nous sembler hors de notre réalité, le message véhiculé est simple et beau, et l'aventure palpable. Le dessin, parfois simple, reste beau et inspiré, expressif, et l'on dévore littéralement ce roman graphique de 144 pages pourtant destiné au plus jeunes. 

    Une réussite à tous points de vue. L'une des belles surprises que je n'ai pas vue venir de la rentrée.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 17 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Sandman, la série
      Note :
      J'avais vraiment très peur de cette adaptation. Même si c'est de mieux en mieux, avec The boys ou encore Umbrella Academy, les adaptations des comics en séries firent souvent des bides (Ohhhh Locke and Key :() chez les fans de comics, étant trop éloignés des idées originales ou dévoyé pour plaire au plus grand nombre.

      Alors quand j'ai vu que Sandman, la fresque la plus ambitieuse de l'histoire du Comics remplie de métaphores et de poésies, allait être adapté en série, j'ai pris peur. En suivant de moins, j'avais vu que Gaiman était impliqué dans le projet, ce qui m'a donné envie d'essayer. Juste pour voir.

      Et je dois avouer que, pour un fan de Sandman comme moi, ce fut une excellente surprise. Une fois accepté les transformations de certains personnages pour cocher les cases des rageux des réseaux sociaux (Lucien qui devient Lucienne et est Black. Lucifer qui est une femme aussi tout comme John Constantine qui devient Johana...), j'ai été conquis et charmé par la fidélité et le sérieux de cette adaptation. Je n'ai pas fini la série, mais rien que l'épisode 24H sur le Rubis, le "dine in" et le fils (pas transformé en femme le salaud par contre :D)  Burgess est d'une fidélité à toute épreuve, tout comme l'épisode avec la sœur de Dream. Cette fidélité est appréciable, mais elle montre surtout que la trame du comics se suffit à elle-même et est suffisamment complexe pour qu'il ne faille pas y toucher. Et ça, les scénaristes l'ont heureusement compris.

      Si coté scénario, on a tout bon, Sandman tient pour beaucoup à l'incarnation du Rêve lui-même. Et dans ce registre, Tom Sturridge fait des miracles. Son incarnation frise le parfait entre poker face, incompréhension et l'humanisation continue du mythe. 

      Je n'ai qu'une envie, c'est d'y retourner et ensuite de relire la série en entier.

      J'encourage toutes les personnes qui ont essayé Sandman mais ont été bloqués par les changements de dessinateurs ou par le type de narration, à se plonger dans cette série pour découvrir la beauté de l'univers et retrouver un peu de motivation pour approfondir l'univers !
      • 5 réponses
    • Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet - Tome 6 - Le tiercé de la mort
      Note :
      J'aime vraiment ce que Zidrou et Van Liemt ont fait avec le redémarrage des aventures de Ric Hochet car ils ont su jusqu'ici garder l'essence du personnage, l'époque, l'ambiance de la série, mais en nous livrant toutefois de nouvelles aventures à la narration plus dynamique je trouve. 

      Ce tome 6, déjà, de ces nouvelles aventures va nous emmener dans le petit monde de la course hyppique et celui plus fréquenté du très grand banditisme. Ce coup-ci Ric aura fort à faire tant ses adversaires ne lui feront pas de cadeaux. Tenez vous le pour dit, ce n'est pas game of throne, mais ici non plus, tout le monde ne se relèvera pas à la fin de l'épisode. 

      Vous l'aurez compris, en conservant ce qui a fait son succès mais en rendant l'ensemble plus adulte, Zidrou nous livre de nouvelles histoires se déroulant dans ses années 70 à la française dont j'ai du mal à me lasser en BD. 

      Je ne peux que recommander aux vieux fans de ric hochet d'essayer ces nouvelles aventures.
      • 0 réponse
    • Atom[ka]
      Note :
      Franck Thilliez est un romancier incontournable pour tous les amateurs de polars et autres thrillers. Les éditions Philéas poursuivent les adaptations des enquêtes de Franck Sharko et Lucie Henebelle, un couple tourmenté par leur profession et le mal qui s'en dégage. Atom[ka] est le dernier tome adapté de la trilogie des premières aventures des deux héros regroupés dans les mêmes enquêtes. L'histoire d'Atom[ka] se veut encore bien sombre avec un journaliste assassiné dont ses dernières recherches pour un reportage pourrait en être la cause. Des femmes retrouvées mortes et un enfant mal en point est retrouvé dans la rue avec un étrange tatouage. Sylvain Runberg gère très bien les adaptations de Thilliez en conservant le rythme des enquêtes et avancées même s’il y a quelques raccourcis car trop difficile à mettre en image en bande dessinée. Les dessins de Luc Brahy sont parfaits pour dépeindre cet univers dans un style réaliste.

      J'espère que les adaptions des nombreux autres romans de Franck Thilliez continueront avec la même qualité. Une série Tv est actuellement en cours de diffusion sur TF1, pour les lecteurs qui souhaiteraient poursuivre avec Sharko et Lucie.
       

      Chronique de Gataca
      Chronique de Le syndrome [E]
      • 0 réponse
    • Astra Saga tome 2 - Le sang des dieux
      Note :
      Ce space opera se poursuit avec un récit empruntant à la mythologie nordique se déroulant dans un univers de science-fiction. Le récit se centralise autour de quelques principaux comme le frère et la sœur Vengard lors de leur voyage stellaire avant d'arriver sur un palais orbital et Sey devenu un soldat en voyage sur sa planète natale. En dehors des histoires de ses trois personnages, on retrouve des complots, trahisons et surtout le réveil d'un géant, un jotün dans la mythologie nordique. Ce deuxième tome est plus facile d'accès comme l'univers est déjà en place et l'on connait le contexte et les enjeux. On ne s'ennuie pas un seul moment avec toutes les scènes d'action et les batailles stellaires. La partie graphique apporte une touche originale à cette série, les dessins de Philippe Ogaki sont magnifiques avec l'assistance d'Arturo Perrez. Quatre coloristes travaillent sur cet album pour un rendu final très soigné. Quelques planches sont trop chargées en action et en détails, lors des batailles mais cela ne perturbe pas la lecture.
      Astra Saga est une série plaisante pour tous les amateurs de space opera bien pensé.
      • 2 réponses

    • Fire force 25
      Note :
      Quand on vous dit que cela sent la fin, c'est que ça sent bon la fin. 

      La fin du combat contre le robot géant déjà, mais surtout la fin de la série, surtout que ce tome nous propose une ellipse de... 3 mois. 

      Une ellipse très intelligente qui accentue encore notre compréhension des Doppleganger et du lien fort qu'il y a entre Adora et la terre, mais qui fait surtout avancer le temps et l'apparition des piliers !

      Un tome avec un peu moins de combats, mais beaucoup d'explication et d'avancées et un tome qui nous propulse vers le combat final à vitesse grand V !

      Vivement le prochain !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...