Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


433 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Lecture en ligne : La fin des Irin volume 1 et 2 Scenariste de l'album : Rob McMillan Dessinateur de l'album : Wouter Gort (volume 1), Laura R. Peinado (volume 2) et Arseny Popov (volume 3) Coloriste : Wouter Gort (volume 1), Laura R. Peinado (volume 2) et Arseny Popov (volume 3) Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Cette trilogie suit le conflit entre deux dieux cananéens, les frères Yahweh et Baal, propriétaires de mines d’or et maîtres de nos esclaves d’ancêtres. Nous les connaissons mieux aujourd’hui sous les noms de Dieu et Diable. La querelle familiale interstellaire a eu des répercussions à travers l’histoire de l’humanité, et son chemin mène, en même temps qu’il se resserre, à une jeune arménienne immigrée qui grandit en Suède de nos jours. Alors que le conflit se ranime, Anahita reprend le flambeau de ses illustres ancêtres. Bientôt, notre histoire, notre existence même, n’est plus rattachée qu’à sa capacité à manœuvrer au cœur de ce funeste jeu d’amour, de vengeance et de richesses. Les aventures d’Anahita sont une invitation à la découverte de soi, et par-là même, à la découverte de toute notre espèce. Critique : Alors si vous nous suivez un peu vous savez que les lectures en ligne et pdf ne sont pas forcément ma tasse de thé. J'aime bien l'aspect papier....Je commence ma critique comme cela pour vous montrer à quelle point cette Fin des Irin est une vraie réussite. A minima le volume 1 et deux sur lesquels je base ma critique. Le 3 est a à venir.... Déjà graphiquement c'est peut être ma plus grosse claque de l'année. Si vous avez lu Elecboy et aimé ce type de graphisme, vous pouvez déjà cliquer sur le lien en bas de la critique. C'est sublime. Sincèrement. Mais des beaux dessins ont en a déjà vu plein. Ce qui fait la particularité de la fin des Irin, c'est l'ambition et les perspectives de l'histoire. Notre auteur nous livre une histoire aux implications bibliques autant qu'une vraie histoire de science-fiction. C'est pile poil compliqué comme il faut. Compliqué car l'histoire nécessite au moins une moitié de volume 1 pour commencer à entrevoir l'ensemble de l'histoire. Mais pas trop compliqué pour nous permettre de bien suivre notre histoire et de bien comprendre les implications de chacun. Les perspectives montrées dans le premier volume sont impressionnantes. On sent clairement que l'auteur maîtrise son histoire et qu'il a décidé, très justement, de mettre deux niveau de lecture : Un space opéra visuel et une réflexion plus profonde sur le mysticisme et la religion. J'avais du mal à comprendre pourquoi une telle qualité de BD n'était pas éditée chez quelqu'un. En discutant avec une des responsables de la Fin des Irin, j'ai bien compris que l’intérêt pour les auteurs est de permettre de développer l'univers via leur site. En effet le site propose, en plus de l'histoire, un codex reprenant tous les personnages, les divinités et énormément de détails permettant de plus essayer de comprendre l'aspect mystique de l'univers. Vous l'aurez compris c'est, et malgré mes problématiques de lectures sur tablette, une des meilleures lectures depuis le début de l'année. Et j'attends le troisième volume avec impatience. Tout comme une édition de luxe en format papier. Je ne peux donc que vous encourager à vous plonger dans l'univers des Irin ! https://lastoftheirin.com/?lang=fr&utm_source=1001BD&utm_medium=review&utm_campaign=pr Poseidon2, avec un petit aperçu de la qualité graphique ci-dessous Autres infos : Auto édition en ligne Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. poseidon2

    Passepeur T1 : Rue de la trouille

    C'est marrant car plus ca va plus je me dis que les BDs jeunesses qui ne cherchent pas à plaire aux parents sont souvent de belles réussites. En effet la recherche de double lecture est compliquée et perd souvent l'un des publiques ciblé. La il n'y a pas de questin à se poser : c'est clairement pour enfant. 6-10 ans je dirais. On le voit tout de suite dans l'absolu absence de cohérence dans l'histoire. En tant qu'adulte bien (trop ?) carré dans sa tête, on se dit que c'est n'importe quoi. Mes enfants, eux, ont vraiment bien rit. Pas forcement eu peur comme peu laisser presager le titre, mais plus rigolé. C'est une belle petite histoire sur deux garnements à qui il arrive une histoire incroyable. Cette BD est à mi chemin entre les pyjamasque et Miraculous. SI ces deux noms ne vous disent rien, passez votre chemin. Si cela vous parle car vos enfants sont fans, vous pouvez y aller. Pas de super héros masqués ici mais une bonne dose d'avneture qui, forcement, finie bien. Une bonne BD pour enfant.
  3. Titre de l'album : Passepeur T1 : Rue de la trouille Scenariste de l'album : Marilou Addison / Daniel Bultreys / Richard Petit Dessinateur de l'album : Jean-Marc Krings Coloriste : Jean-Marc Krings Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Passepeur n'est pas une petite ville comme les autres. Un florilège de créatures plus horrifiantes les unes que les autres semblent en effet s'y être donné rendez-vous pour s'amuser à effrayer les humains... Résumé: Fredo et Mattéo, deux enfants jumeaux, ont commandé en ligne la Sled-Turbo3000: une motoneige dernier cri, un bolide, un monstre. Mais au moment d'ouvrir le colis, c'est un tout autre monstre qui sort de la boîte: une momie égyptienne vieille de plus de 3000ans! Critique : C'est marrant car plus ca va plus je me dis que les BDs jeunesses qui ne cherchent pas à plaire aux parents sont souvent de belles réussites. En effet la recherche de double lecture est compliquée et perd souvent l'un des publiques ciblé. La il n'y a pas de questin à se poser : c'est clairement pour enfant. 6-10 ans je dirais. On le voit tout de suite dans l'absolu absence de cohérence dans l'histoire. En tant qu'adulte bien (trop ?) carré dans sa tête, on se dit que c'est n'importe quoi. Mes enfants, eux, ont vraiment bien rit. Pas forcement eu peur comme peu laisser presager le titre, mais plus rigolé. C'est une belle petite histoire sur deux garnements à qui il arrive une histoire incroyable. Cette BD est à mi chemin entre les pyjamasque et Miraculous. SI ces deux noms ne vous disent rien, passez votre chemin. Si cela vous parle car vos enfants sont fans, vous pouvez y aller. Pas de super héros masqués ici mais une bonne dose d'avneture qui, forcement, finie bien. Une bonne BD pour enfant. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/passepeur-bd-tome-1-rue-de-la-trouille?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Alors si vous nous suivez un peu vous savez que les lectures en ligne et pdf ne sont pas forcément ma tasse de thé. J'aime bien l'aspect papier....Je commence ma critique comme cela pour vous montrer à quelle point cette Fin des Irin est une vraie réussite. A minima le volume 1 et deux sur lesquels je base ma critique. Le 3 est a à venir.... Déjà graphiquement c'est peut être ma plus grosse claque de l'année. Si vous avez lu Elecboy et aimé ce type de graphisme, vous pouvez déjà cliquer sur le lien en bas de la critique. C'est sublime. Sincèrement. Mais des beaux dessins ont en a déjà vu plein. Ce qui fait la particularité de la fin des Irin, c'est l'ambition et les perspectives de l'histoire. Notre auteur nous livre une histoire aux implications bibliques autant qu'une vraie histoire de science-fiction. C'est pile poil compliqué comme il faut. Compliqué car l'histoire nécessite au moins une moitié de volume 1 pour commencer à entrevoir l'ensemble de l'histoire. Mais pas trop compliqué pour nous permettre de bien suivre notre histoire et de bien comprendre les implications de chacun. Les perspectives montrées dans le premier volume sont impressionnantes. On sent clairement que l'auteur maîtrise son histoire et qu'il a décidé, très justement, de mettre deux niveau de lecture : Un space opéra visuel et une réflexion plus profonde sur le mysticisme et la religion. J'avais du mal à comprendre pourquoi une telle qualité de BD n'était pas éditée chez quelqu'un. En discutant avec une des responsables de la Fin des Irin, j'ai bien compris que l’intérêt pour les auteurs est de permettre de développer l'univers via leur site. En effet le site propose, en plus de l'histoire, un codex reprenant tous les personnages, les divinités et énormément de détails permettant de plus essayer de comprendre l'aspect mystique de l'univers. Vous l'aurez compris c'est, et malgré mes problématiques de lectures sur tablette, une des meilleures lectures depuis le début de l'année. Et j'attends le troisième volume avec impatience. Tout comme une édition de luxe en format papier. Je ne peux donc que vous encourager à vous plonger dans l'univers des Irin ! https://lastoftheirin.com/?lang=fr&utm_source=1001BD&utm_medium=review&utm_campaign=pr Poseidon2, avec un petit aperçu de la qualité graphique ci-dessous
  5. Titre de l'album : Gagner la guerre - Tome 3 - La mère Patrie Scenariste de l'album : Frédéric Genêt & Jean Philippe Jaworski Dessinateur de l'album : Frédéric Genêt Coloriste : Annelise Sauvêtre & Frédéric Genêt Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Benvenuto est sorti des geôles ressiniennes et il est accueilli en héros à son retour au pays. Profitant de sa convalescence, il observe à distance les complots menés par son maître, le machiavélique Podestat. En surface, le calme semble être revenu à Ciudalia. Mais la tempête approche, Benvenuto le pressent. Bientôt, seuls ses instincts d'assassin pourront lui sauver sa vie. Critique : Gagner la guerre c'est la série qui vous fera sans nul doute aimer la fantasy à la française en BD en attendant qu'un jour soit peut être adapté Le sang des 7 rois en BD. Autant vous dire que j'attendais ce tome avec impatience. Les deux premiers tomes avaient frappés fort, servis de main de maître par le talentueux Frédéric Genêt (connu pour sa série Samouraï notamment). J'adore sa façon de représenter ses personnages, et surtout ses gueules cassées. Ses scènes d'actions et ses paysages ne sont souvent pas en reste, même s'il faut reconnaître que sur ce tome-ci, centré sur des intrigues de palais, certains arrières plans et décors sont parfois un peu vides. Ceci dit retrouver la gueule cassée de Benevenuto reste un plaisir graphique savoureux. L'histoire en elle même est toujours aussi passionnante, même pour ceux qui comme moi ont lu le livre original de Jean-Philippe Jaworski. Monde imaginaire médiéval réaliste, magie discrête, intrigues tortueuses et savoureuses, personnages moralement très discutables, on se rapproche grandement d'un Game of Throne avec moins de personnages mais plus maitrisé. Comme je l'ai dit plus haut, cet opus fait la part belle aux intrigues, mais Benvenuto y garde toute son importance et ses cabotinages. Encore une belle réussite donc, et j'ai hâte d'en lire la suite une nouvelle fois. C'est du très bon ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gagner-la-guerre-tome-3-la-mere-patrie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. The_PoP

    Peer Gynt - Tome 1

    Je ne suis jamais vraiment objectif avec les histoires de gentils fous, de rêveurs, de mythomanes, de fainéants et autres crapules. Alors comprenez bien que cette adaptation de Peer Gynt ne pouvait pas ne pas me plaire. Ne connaissant pas la pièce de théatre, quoi de mieux que la mise en images extraordinaire d'Antoine Carrion pour la découvrir ? Peer Gynt est un fou, un vaurien, mais du genre attachant, et qui va nous embarquer dans ses aventures. Chacun y lira en creux le sens caché qu'il voudra bien y découvrir car Peer Gynt parle d'abord de nous, de nos lâchetés, de nos bassesses et de nos rêves et frustrations. La narration est globalement bien maitrisée, ce qui n'est jamais simple quand on choisit d'adapter une pièce de théatre. Certaines ellipses ou transitions mériteront toutefois une attention particulière du lecteur pour ne pas en rater l'essence. L'édition elle même est sublime avec cette double page brumeuse merveilleuse qui n'a pas été sans me rappeler le Siegfried d'Alex Alice. Oui quand elle est à ce niveau la BD est bien un Art à n'en point douter. Merci aux éditions Soleil de nous proposer avec leur collection Métamorphose des œuvres littéraires plus complexes mais permettant de découvrir la littérature sous un autre angle. A noter qu'il s'agit d'une adaptation complète prévue en 2 tomes. Ce tome-ci reprend les actes I, II, et III.
  7. The_PoP

    Peer Gynt - Tome 1

    Titre de l'album : Peer Gynt - Tome 1 Scenariste de l'album : Antoine Carrion Dessinateur de l'album : Antoine Carrion Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Peer Gynt est l'adaptation en deux tomes d'une pièce de théâtre d'Henrik Ibsen. Cet opus adapte les actes I, II et III, le second, les actes IV et V. Antoine Carrion propose une relecture inspirée par le romantisme du XIXe siècle afin d'en épouser les reliefs dramatiques. Peer Gynt se rêve empereur, faisant le tour du monde. Des ambitions loin de son quotidien de paysan. Mais tout a un prix... Critique : Je ne suis jamais vraiment objectif avec les histoires de gentils fous, de rêveurs, de mythomanes, de fainéants et autres crapules. Alors comprenez bien que cette adaptation de Peer Gynt ne pouvait pas ne pas me plaire. Ne connaissant pas la pièce de théatre, quoi de mieux que la mise en images extraordinaire d'Antoine Carrion pour la découvrir ? Peer Gynt est un fou, un vaurien, mais du genre attachant, et qui va nous embarquer dans ses aventures. Chacun y lira en creux le sens caché qu'il voudra bien y découvrir car Peer Gynt parle d'abord de nous, de nos lâchetés, de nos bassesses et de nos rêves et frustrations. La narration est globalement bien maitrisée, ce qui n'est jamais simple quand on choisit d'adapter une pièce de théatre. Certaines ellipses ou transitions mériteront toutefois une attention particulière du lecteur pour ne pas en rater l'essence. L'édition elle même est sublime avec cette double page brumeuse merveilleuse qui n'a pas été sans me rappeler le Siegfried d'Alex Alice. Oui quand elle est à ce niveau la BD est bien un Art à n'en point douter. Merci aux éditions Soleil de nous proposer avec leur collection Métamorphose des œuvres littéraires plus complexes mais permettant de découvrir la littérature sous un autre angle. A noter qu'il s'agit d'une adaptation complète prévue en 2 tomes. Ce tome-ci reprend les actes I, II, et III. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/peer-gynt-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Gagner la guerre c'est la série qui vous fera sans nul doute aimer la fantasy à la française en BD en attendant qu'un jour soit peut être adapté Le sang des 7 rois en BD. Autant vous dire que j'attendais ce tome avec impatience. Les deux premiers tomes avaient frappés fort, servis de main de maître par le talentueux Frédéric Genêt (connu pour sa série Samouraï notamment). J'adore sa façon de représenter ses personnages, et surtout ses gueules cassées. Ses scènes d'actions et ses paysages ne sont souvent pas en reste, même s'il faut reconnaître que sur ce tome-ci, centré sur des intrigues de palais, certains arrières plans et décors sont parfois un peu vides. Ceci dit retrouver la gueule cassée de Benevenuto reste un plaisir graphique savoureux. L'histoire en elle même est toujours aussi passionnante, même pour ceux qui comme moi ont lu le livre original de Jean-Philippe Jaworski. Monde imaginaire médiéval réaliste, magie discrête, intrigues tortueuses et savoureuses, personnages moralement très discutables, on se rapproche grandement d'un Game of Throne avec moins de personnages mais plus maitrisé. Comme je l'ai dit plus haut, cet opus fait la part belle aux intrigues, mais Benvenuto y garde toute son importance et ses cabotinages. Encore une belle réussite donc, et j'ai hâte d'en lire la suite une nouvelle fois. C'est du très bon !
  9. alx23

    La Mode déshabillée

    L'association d'un sociologue et d'une autrice de bande dessinée pour déchiffrer la mode peut paraitre étrange mais fonctionne très bien. Les auteurs ont choisi le format roman graphique avec une pagination importante de quelques 160 pages de réflexion sur la mode, le style tout au long de l'histoire. On comprend mieux les codes vestimentaires mais aussi ce que dégage la façon de s'habiller ou même comment une tenue vestimentaire spéciale peut définir une personne, pour exemple la reine d’Angleterre. Le travail des auteurs est vraiment bien documenté et très bien expliqué avec quelques notes d'humour aussi puisque les auteurs sont des personnages dans cette bande dessinée. Les dessins sont minimalistes pour laisser la place aux textes qui représente une bonne partie de cette analyse de la mode. La Mode déshabillée est un recueil intéressant avec un thème original mais qui joue un rôle très important dans notre société.
  10. alx23

    La Mode déshabillée

    Titre de l'album : La Mode déshabillée Scenariste de l'album : Frédéric Godart Dessinateur de l'album : Zoé Thouron Coloriste : Zoé Thouron Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la mode sans jamais oser le demander ! Une autrice de BD, Zoé Thouron, et un sociologue, Frédéric Godart, se prennent la tête pour comprendre la mode dans tous ses paradoxes. Entre amour, frustrations et défis éthiques plus qu’indispensables à relever aujourd’hui, cette enquête vous fera voyager dans le temps et l’espace pour vous aider à mieux appréhender cette industrie créative complexe. Si vous voulez tout savoir sur la tendance claquettes-chaussettes, la différence entre mode et style, la manière dont Platon et Aristote pensaient la mode, la garde-robe de Marie-Antoinette, la mode éco-responsable ou encore la petite robe noire, ce livre est fait pour vous ! Critique : L'association d'un sociologue et d'une autrice de bande dessinée pour déchiffrer la mode peut paraitre étrange mais fonctionne très bien. Les auteurs ont choisi le format roman graphique avec une pagination importante de quelques 160 pages de réflexion sur la mode, le style tout au long de l'histoire. On comprend mieux les codes vestimentaires mais aussi ce que dégage la façon de s'habiller ou même comment une tenue vestimentaire spéciale peut définir une personne, pour exemple la reine d’Angleterre. Le travail des auteurs est vraiment bien documenté et très bien expliqué avec quelques notes d'humour aussi puisque les auteurs sont des personnages dans cette bande dessinée. Les dessins sont minimalistes pour laisser la place aux textes qui représente une bonne partie de cette analyse de la mode. La Mode déshabillée est un recueil intéressant avec un thème original mais qui joue un rôle très important dans notre société. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-mode-deshabillee?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Champignac t2

    Titre de l'album : Champignac t2 Scenariste de l'album : Béka Dessinateur de l'album : David Etien Coloriste : David Etien Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Mai 1941, le village de Bletchley, dans la banlieue de Londres. Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas, comte de Champignac, est amoureux de la charmante Blair McKenzie. Recrutés tous deux pour aider Alan Turing à décrypter la machine Enigma (voir tome 1), les deux jeunes gens surdoués et incompris de leur famille se sont rapprochés jusqu'à l'idylle. Mais la romance est de courte durée car Pacôme reçoit un message codé de scientifiques forcés de participer au programme de recherches des nazis. Une fois le message décrypté, l'identité des malheureux est révélée : il s'agit de Schwartz, un chimiste, et Bruynseelke, un biologiste... Deux amis proches de Champignac ! La décision est vite prise de partir sauver leurs amis à Berlin. Un voyage à haut risque où ils croiseront Göring en grand ordonnateur de fêtes décadentes, Wernher von Braun, qui tentera de séduire Blair, et même un certain patient "A", drogué, comme tous les soldats de son peuple, à la Pervitine. Critique : Mais qu'est ce qu'il est bon ce champignac ! Fiouuuu un album qui frise la perfection. On a tout d'abord un vrai scenario d'aventure. Un scénario qui n'est pas sans rappeler les meilleures périodes de Spirou. De l'aventure intelligente, bien rythmée, portée par des personnages super attachants et avec juste une petite pointe d'humour pour alléger le sujet. Le personnage de Blair est une vraie merveille et une vraie trouvaille. Elle apporte, en plus d'une dose de feminisme bienvenue dans des années de guerre ou les hommes ont le beau rôle à chaque fois, une fraicheur et une spontanéité qu'il manque à notre Pacome. Ce scenario d'espionnage est lui aussi super bien ficelé. Les temps morts sont évacués pour se concentrer sur les parties importantes du récit qui sont, elles, rondemment menées. Un scenario qui dégage un sentiment de nouveauté sur un thème deja archi traité. Mais ce qui fait de ce tome 2 un tome au dessus du lot, c'est que ce super scenario se marie avec un dessin de David Etien tout bonnement magique. Un dynamisme impressionnant, des personnages maitrisés, un dessins detaillés mais pas surchargés.... bref le dessin parfait pour cette série. Comme on l'avait deja souligné sur les 4 de baker street, le trait de David Etien est tout bonnement époustouflant. Cela créé un ensemble qu'on dévore comme si c'était notre première bd ! Et pourtant j'en suis assez loin ! Et au vu des dernières pages... j'attends la suite avec impatience car elle promet d'etre excellente !! Encore ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/champignac-tome-2-le-patient-a?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Champignac t2

    Mais qu'est ce qu'il est bon ce champignac ! Fiouuuu un album qui frise la perfection. On a tout d'abord un vrai scenario d'aventure. Un scénario qui n'est pas sans rappeler les meilleures périodes de Spirou. De l'aventure intelligente, bien rythmée, portée par des personnages super attachants et avec juste une petite pointe d'humour pour alléger le sujet. Le personnage de Blair est une vraie merveille et une vraie trouvaille. Elle apporte, en plus d'une dose de feminisme bienvenue dans des années de guerre ou les hommes ont le beau rôle à chaque fois, une fraicheur et une spontanéité qu'il manque à notre Pacome. Ce scenario d'espionnage est lui aussi super bien ficelé. Les temps morts sont évacués pour se concentrer sur les parties importantes du récit qui sont, elles, rondemment menées. Un scenario qui dégage un sentiment de nouveauté sur un thème deja archi traité. Mais ce qui fait de ce tome 2 un tome au dessus du lot, c'est que ce super scenario se marie avec un dessin de David Etien tout bonnement magique. Un dynamisme impressionnant, des personnages maitrisés, un dessins detaillés mais pas surchargés.... bref le dessin parfait pour cette série. Comme on l'avait deja souligné sur les 4 de baker street, le trait de David Etien est tout bonnement époustouflant. Cela créé un ensemble qu'on dévore comme si c'était notre première bd ! Et pourtant j'en suis assez loin ! Et au vu des dernières pages... j'attends la suite avec impatience car elle promet d'etre excellente !! Encore !
  13. poseidon2

    l'or du bout du monde t1

    Album en hommage à Philippe Esnos, chasseur de trésors français (une biographie et une interview de son partenaire sont présentes en fin de tome), ce l'or du bout du monde est vraiment un chasse au trésors. La chasse au trésor qui fait réver tous les enfants et que Philippe Esnos à lui mis en pratique : chercher des indices, retrouver des recits et des cartes, les transposer sur des légendes et partir à l'aventure. Dans le cas de notre album, les auteurs (la maison d'édition semble-t-il au vu de la lecture des pages en plus à la fin de la BD) transposent cette chasse au trésor à une époque plus intrigante que notre époque actuelle : le début du vingtième siecle. Une époque ou les voyages dans les contreforts de la crodillères des andes étaient vraiment à vos risques et périls (surtout les périls) et donc une époque offrant plus de possibilités scenaristiques. Si cette histoire de chasse au tresor est bien construite et globalement interessante, celle ajoutée par dessus sur Lauren et sa fille parait...vraiment parachutée pour rendre le récit plus humain. En effet cela va trop vite pour etre vraiment crédible. Sans etre cynique, l'attachement de la mère à ce bébé qu'elle n'a jamais vu ou encore cette volonté de ne vouloir QUE ce qu'il faut pour éléver son enfant ou sa faculté à travserser le monde sans aide ni moyen... sonnent un peu faux. Et c'est dommage car une histoire plus concentrée sur l'exploration et les difficultés de garder un secret dans une jungle hostile, aurait été largement suffisant. Enfin cela reste un premier tome divertissant qui m'a permis de decouvrir un vrai chasseur de tresors francais, comme je pensais que cela n'existait plus.
  14. Titre de l'album : l'or du bout du monde t1 Scenariste de l'album : Felix Dessinateur de l'album : Delaporte Coloriste : Delaporte Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Début du XXe siècle, Lauren hérite d'un père qu'elle n'a jamais connu un tube en ivoire qui renferme un manuscrit ancien rédigé en espagnol et un magnifique collier. L'historien et explorateur Edgar Dumarquez comprend qu'elle détient le moyen de parvenir au trésor d'Atahualpa, renfermant 700 tonnes d'or soustrait au conquistador Pizzaro en 1532. Pour Lauren, ce trésor c'est l'assurance de pouvoir récupérer son fils qu'elle a dû abandonner à l'orphelinat. Mais Dumarquez s'empare du manuscrit et du collier et part seul à la conquête de l'or d'Atahualpa. Lauren n'a d'autre choix que de se lancer à sa poursuite jusqu'au coeur des forêts de l'Equateur et de tous les dangers qui s'y tapissent. Critique : Album en hommage à Philippe Esnos, chasseur de trésors français (une biographie et une interview de son partenaire sont présentes en fin de tome), ce l'or du bout du monde est vraiment un chasse au trésors. La chasse au trésor qui fait réver tous les enfants et que Philippe Esnos à lui mis en pratique : chercher des indices, retrouver des recits et des cartes, les transposer sur des légendes et partir à l'aventure. Dans le cas de notre album, les auteurs (la maison d'édition semble-t-il au vu de la lecture des pages en plus à la fin de la BD) transposent cette chasse au trésor à une époque plus intrigante que notre époque actuelle : le début du vingtième siecle. Une époque ou les voyages dans les contreforts de la crodillères des andes étaient vraiment à vos risques et périls (surtout les périls) et donc une époque offrant plus de possibilités scenaristiques. Si cette histoire de chasse au tresor est bien construite et globalement interessante, celle ajoutée par dessus sur Lauren et sa fille parait...vraiment parachutée pour rendre le récit plus humain. En effet cela va trop vite pour etre vraiment crédible. Sans etre cynique, l'attachement de la mère à ce bébé qu'elle n'a jamais vu ou encore cette volonté de ne vouloir QUE ce qu'il faut pour éléver son enfant ou sa faculté à travserser le monde sans aide ni moyen... sonnent un peu faux. Et c'est dommage car une histoire plus concentrée sur l'exploration et les difficultés de garder un secret dans une jungle hostile, aurait été largement suffisant. Enfin cela reste un premier tome divertissant qui m'a permis de decouvrir un vrai chasseur de tresors francais, comme je pensais que cela n'existait plus. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-or-du-bout-du-monde-tome-1-laureen?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. alx23

    L'homme de l'année tome 17 - 1975

    Depuis déjà quelques albums, Jean-Pierre Pécau écrit tous les scénarios de la série l'homme de l'année. Il faut dire que l'auteur peut être considéré comme un spécialiste des récits historiques ou uchronies qui se base sur la réalité. L'homme de l'année 1975 est le dix-septième tome de la série ou saga avec les nombreux one shot déjà sortis. L'action se déroule à Saïgon avec le héros qui transporte toute sorte de marchandise légale ou de contrebande et des hommes. L’homme de cette année 75, côtoie les agents de la CIA, les prostitués et les soldats qui attendent la fin de la guerre. Les dessins de Daniele Fabiani sont de qualité avec beaucoup de détails pour dépeindre cette époque historique chargée. On pourra noter quelques clin d'œil du dessinateur avec le personnage joué par Johnny Depp dans Las Vegas Parano ou du lieutenant-colonel Bill Kilgore joué par Robert Duvall dans Apocalypse Now. Ce one shot est plaisant à lire sans prendre parti pour la guerre mais juste pour les personnes qui en profite.
  16. Titre de l'album : L'homme de l'année tome 17 - 1975 Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Daniele Fabiani Coloriste : Jean-Paul Fernandez Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Mo a construit un petit bout de sa vie à Saïgon, il aime ce pays et y a des amis. Ce pilote d'hélicoptère travaillant pour une entreprise de transport privée transite aussi bien des commissionnaires chargés par l'ONU pour surveiller les cessez-le-feu que de la marchandise en tout genre. Mais lorsque son patron lui demande de livrer une marchandise frauduleuse, Mo a un mauvais pressentiment. Critique : Depuis déjà quelques albums, Jean-Pierre Pécau écrit tous les scénarios de la série l'homme de l'année. Il faut dire que l'auteur peut être considéré comme un spécialiste des récits historiques ou uchronies qui se base sur la réalité. L'homme de l'année 1975 est le dix-septième tome de la série ou saga avec les nombreux one shot déjà sortis. L'action se déroule à Saïgon avec le héros qui transporte toute sorte de marchandise légale ou de contrebande et des hommes. L’homme de cette année 75, côtoie les agents de la CIA, les prostitués et les soldats qui attendent la fin de la guerre. Les dessins de Daniele Fabiani sont de qualité avec beaucoup de détails pour dépeindre cette époque historique chargée. On pourra noter quelques clin d'œil du dessinateur avec le personnage joué par Johnny Depp dans Las Vegas Parano ou du lieutenant-colonel Bill Kilgore joué par Robert Duvall dans Apocalypse Now. Ce one shot est plaisant à lire sans prendre parti pour la guerre mais juste pour les personnes qui en profite. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-homme-de-l-annee-tome-17-1975?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. poseidon2

    Démonistes t1

    La collection Drakoo de Bamboo nous a montré, depuis son démarrage en 2019, qu'elle se donnait les moyens de ses ambitions : elle traite vraiment tous les aspects du fantastique. De la SF, de la fantasy, de l'humour, de la magie.... et même les sous-catégories de ces genres. Et dans ce genre voici venir une histoire centrée sur les démonistes. Classe de personnages mis en avant par John Constantine mais légèrement peu connu de ceux qui ne jouent pas aux jeux vidéo. Une classe qui joue avec les démons. Et pour prendre les manettes de ce scénario ils ont été chercher un jeune auteur (dans le milieu tout du moins) de roman fantastique à succès : Olivier Gay (un grenoblois !) Ne vous fiez pas à la couverture, qui met peu en avant la qualité graphique (bon ok elle est raté de mon point de vue, trop gentillette), cette BD parle bien de de démons cruels cherchant à tout faire pour prendre le contrôle de son démoniste. Ce qui est marquant dans ce premier tome c'est le bestiaire présenté. En effet si l'histoire est sympathique avec une trame assez classique oscillant entre la série américaine et le manga, le nombre de démon, leurs formes et leurs capacités sont vraiment impressionnants. Nos auteurs se sont fait plaisir en cherchant une variété qui semble infinie. On regretterait quasiment un peu le traitement "humoristique" ajouté sur le scénario qui, a contrario d'un Constantine, cantonne un peu malheureusement cet album à un public jeunesse / détente. Apres de la détente ça ne fait pas de mal. En tout cas j'ai hâte de voir Olivier Gay dans ces nouvelles parutions à venir chez Drakoo, encore plus dans un registre sérieux.
  18. poseidon2

    Démonistes t1

    Titre de l'album : Démonistes t1 Scenariste de l'album : Gay Dessinateur de l'album : Geyser Coloriste : Ginie Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Alors qu'un portail démoniaque menace de déverser des hordes de monstres sur le monde, Vlad, l'un des plus puissants démonistes d'antan, est retrouvé inanimé dans son manoir.Que lui est-il arrivé ? Tout cela a-t-il un lien avec le drame qui date de ses années d'étudiant à l'Académie d'Invocation ?Le sort du monde dépend peut-être d'un amour d'adolescence... Critique : La collection Drakoo de Bamboo nous a montré, depuis son démarrage en 2019, qu'elle se donnait les moyens de ses ambitions : elle traite vraiment tous les aspects du fantastique. De la SF, de la fantasy, de l'humour, de la magie.... et même les sous-catégories de ces genres. Et dans ce genre voici venir une histoire centrée sur les démonistes. Classe de personnages mis en avant par John Constantine mais légèrement peu connu de ceux qui ne jouent pas aux jeux vidéo. Une classe qui joue avec les démons. Et pour prendre les manettes de ce scénario ils ont été chercher un jeune auteur (dans le milieu tout du moins) de roman fantastique à succès : Olivier Gay (un grenoblois !) Ne vous fiez pas à la couverture, qui met peu en avant la qualité graphique (bon ok elle est raté de mon point de vue, trop gentillette), cette BD parle bien de de démons cruels cherchant à tout faire pour prendre le contrôle de son démoniste. Ce qui est marquant dans ce premier tome c'est le bestiaire présenté. En effet si l'histoire est sympathique avec une trame assez classique oscillant entre la série américaine et le manga, le nombre de démon, leurs formes et leurs capacités sont vraiment impressionnants. Nos auteurs se sont fait plaisir en cherchant une variété qui semble infinie. On regretterait quasiment un peu le traitement "humoristique" ajouté sur le scénario qui, a contrario d'un Constantine, cantonne un peu malheureusement cet album à un public jeunesse / détente. Apres de la détente ça ne fait pas de mal. En tout cas j'ai hâte de voir Olivier Gay dans ces nouvelles parutions à venir chez Drakoo, encore plus dans un registre sérieux. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/demonistes-tome-1-vlad?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. poseidon2

    Le lion de Judah T2

    Ah l'Afrique. L'afrique, le debut du XXieme siecle et le mix des cultures et des influences qui ne pouvaient se meler que la bas. Tout ces mysères qui en font l'endroit parfait pour une histoire d'aventure trouble. Une histoire d'aventure qui prend encore plus un connotation mystique dans ce tome 2. Apres un tome un très introductif avec la passé de John Wallace et faisant la part belle à l'actin via son évasion et la période dans la prison, ce tome 2 est résolument orienté sur le mysticisme et l'étrange lien qui unit Naïsha à John. Lien qui est bien expliqué au cours du tome et qui nous fait mieux comprendre certains événements du tome 1. Ce tome 2 est, de mon point de vue, meilleure que le premier. On sort vraiment de l'aventure à proprement parler pour entrer à fond dans la magie noir et le mysticisme.La dualité entre Naisha et John prend une nouvelle tournure et le périple de John un sens que lui meme ne semble pas percevoir. A mi chemin entre l'aventure et la quête initiatique, ce tome 2 assoie les bases d'une très bonne série de monsieur Desberg, bien loin des récits plus "cartesiens" dont il nous avait donné l'habitude.
  20. Titre de l'album : Le lion de Judah T2 Scenariste de l'album : Stephen Desberg Dessinateur de l'album : Hugues Labiano Coloriste : Hugues Labiano Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : John Wallace a réussi à échapper temporairement à la vengeance de Naïsha aux pouvoirs mystérieux. Il est embauché par Mangold, pour lui servir de pisteur lors d'un safari. Son véritable but est de trouver le trésor indiqué sur la mystérieuse carte récupérée à Addis-Abeba. Il mène le chasseur et sa femme, Sara, dans la région du Rift, en Haute-Éthiopie, terre sacrée où les lions règnent en maître. De son côté, Naïsha, continue sa traque et se rapproche de Wallace. Les liens entre les deux personnages, entre le Lion et l'Aigle, vont alors éclater au grand jour... Critique : Ah l'Afrique. L'afrique, le debut du XXieme siecle et le mix des cultures et des influences qui ne pouvaient se meler que la bas. Tout ces mysères qui en font l'endroit parfait pour une histoire d'aventure trouble. Une histoire d'aventure qui prend encore plus un connotation mystique dans ce tome 2. Apres un tome un très introductif avec la passé de John Wallace et faisant la part belle à l'actin via son évasion et la période dans la prison, ce tome 2 est résolument orienté sur le mysticisme et l'étrange lien qui unit Naïsha à John. Lien qui est bien expliqué au cours du tome et qui nous fait mieux comprendre certains événements du tome 1. Ce tome 2 est, de mon point de vue, meilleure que le premier. On sort vraiment de l'aventure à proprement parler pour entrer à fond dans la magie noir et le mysticisme.La dualité entre Naisha et John prend une nouvelle tournure et le périple de John un sens que lui meme ne semble pas percevoir. A mi chemin entre l'aventure et la quête initiatique, ce tome 2 assoie les bases d'une très bonne série de monsieur Desberg, bien loin des récits plus "cartesiens" dont il nous avait donné l'habitude. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lion-de-judah-le-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. alx23

    Poussière tome 3

    Le troisième et dernier tome de cette série de science-fiction de Geoffroy Monde qui nous réserve beaucoup d'action et de révélation. Le récit prend place entre deux mondes, la Terre que l'on connait et Alta une dimension parallèle à la nôtre. On suit plusieurs groupes de personnages dans les deux dimensions. Geoffroy Monde jongle entre les dimensions pour conclure toutes les intrigues de l'histoire dans un dernier tome avec une pagination plus importante pour ne pas précipiter la fin. L'intrigue est prenante mais assez complexe entre les dimensions et les plans de chaque personnage. Les dessins de Geoffroy Monde sont originaux aussi bien pour représenter les personnages mais aussi les cyclopes qui attaquent la Terre dans cet épisode. La fin reste ouverte pour permettre aux lecteurs de se faire leur propre idée ou pour permettre à l’auteur de revenir sur cette série avec un second cycle plus tard.
  22. alx23

    Poussière tome 3

    Titre de l'album : Poussière tome 3 Scenariste de l'album : Geoffroy Monde Dessinateur de l'album : Geoffroy Monde Coloriste : Geoffroy Monde Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Alors que les cyclopes sèment le chaos sur Terre, sur Alta, la reine Kiba et le professeur Nansen, aidés par la mystérieuse organisation des Merles, cherchent toujours à briser le lien entre les deux mondes et à empêcher la guerre menée par Rachel et Valéria. Poussière réussira-t-elle à convaincre sa soeur Ayame d'apaiser la colère des géants altiens et mettre ainsi fin au conflit ? Critique : Le troisième et dernier tome de cette série de science-fiction de Geoffroy Monde qui nous réserve beaucoup d'action et de révélation. Le récit prend place entre deux mondes, la Terre que l'on connait et Alta une dimension parallèle à la nôtre. On suit plusieurs groupes de personnages dans les deux dimensions. Geoffroy Monde jongle entre les dimensions pour conclure toutes les intrigues de l'histoire dans un dernier tome avec une pagination plus importante pour ne pas précipiter la fin. L'intrigue est prenante mais assez complexe entre les dimensions et les plans de chaque personnage. Les dessins de Geoffroy Monde sont originaux aussi bien pour représenter les personnages mais aussi les cyclopes qui attaquent la Terre dans cet épisode. La fin reste ouverte pour permettre aux lecteurs de se faire leur propre idée ou pour permettre à l’auteur de revenir sur cette série avec un second cycle plus tard. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/poussiere-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Quartier Fovéla t1

    Ecrire une BD d'humour sur le racisme quotidien et sur les problèmes de mixités sociales, c'est prendre le risque de se faire taper sur les doigts, dans une société ou les réseaux sociaux ont pris le pouvoir sur la liberté de parole et de caricature. Rien que pour cela ce Quartier Fovéla mérite un coup de pousse. Car en effet dans ce premier tome les clichés sont légions et, pour la plus part, réel : Les vieux papis réactionnaire qui critiques tout et tout le monde et encore plus les jeunes des banlieues. Les jeunes des banlieues qui font du Wheeling en pleine rue et tag à longueur de journée des phrases qui ferait passer Wejdene pour JJ Rousseau. Bref des clichés souvent rigolos pour une BD d'humour qui a le mérite de parler d'une fracture de la population française, à défaut d'être vraiment très drôle.
  24. Titre de l'album : Quartier Fovéla t1 Scenariste de l'album : Louis Dessinateur de l'album : Leogrin Coloriste : Leogrin Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : « La Fierté-aux-fraises » est un petit village franchouillard peuplé de seniors qui voit sa tranquillité chamboulée par la construction d'une petite cité, le Quartier Fovéla ! Le choc générationnel et culturel est assuré ! C'est l'occasion pour les vieux de la bande des « Papyz » et les jeunes de la bande des «Sneakkiz » d'apprendre des autres malgré leur rivalité ! Coups bas, entraide, coups de gueule, éclats de rire, le village a en tous cas repris des couleurs depuis que le Quartier Fovéla est là, et ça, c'est une bonne nouvelle ! Critique : Ecrire une BD d'humour sur le racisme quotidien et sur les problèmes de mixités sociales, c'est prendre le risque de se faire taper sur les doigts, dans une société ou les réseaux sociaux ont pris le pouvoir sur la liberté de parole et de caricature. Rien que pour cela ce Quartier Fovéla mérite un coup de pousse. Car en effet dans ce premier tome les clichés sont légions et, pour la plus part, réel : Les vieux papis réactionnaire qui critiques tout et tout le monde et encore plus les jeunes des banlieues. Les jeunes des banlieues qui font du Wheeling en pleine rue et tag à longueur de journée des phrases qui ferait passer Wejdene pour JJ Rousseau. Bref des clichés souvent rigolos pour une BD d'humour qui a le mérite de parler d'une fracture de la population française, à défaut d'être vraiment très drôle. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/quartier-fovela-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. L'équipe artistique de la trilogie humoristique Traquemage abandonne le moyen âge d'heroïc fantasy pour une histoire qui se déroule à notre époque. Je me demande où Wilfrid Lupano va trouver toutes les idées de Maharadchat, avec cette histoire sur la nourriture pour chat mais aussi un métier invraisemblable que je vous laisse découvrir à la lecture. Le récit est bien amené avec un thème décalé et des situations impossibles. Tout est tourné en dérision comme on peut s'attendre dans ce registre de bande dessinée. Les dessins de Relom caricaturent les personnages pour mettre en avant leur défaut avec un mélange de kitch comme on peut le voir avec cette couverture orange qui représente le packaging d'une boite de pâté pour chat, avec ouverture facile sur le coin. Wilfrid Lupano gère bien son histoire et l'humour fonctionne bien autour de cette société en faillite où les personnages rêvent d'avenir meilleur. On perd un peu en intensité scénaristique et en humour mais c'est certainement dû au format en un tome. Maharadchat reste tout de même un agréable moment de lecture.
×
×
  • Créer...