Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


653 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Ennemis t2 (fin)

    Titre de l'album : Ennemis t2 (fin) Scenariste de l'album : Kid Toussaint Dessinateur de l'album : Tristan Josse Coloriste : Tristan Josse Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : C’est une bonne chose que la guerre soit si terrible, sans quoi, nous y prendrions goût.” Général Robert E. Lee En pleine guerre de Sécession, le nordiste Kane est chargé de traquer Jeb Stuart et son insaisissable bande de Confédérés qui harcèle les soldats de l’Union. Mais le bruit court qu’un traître s’est glissé parmi la section. Après être tombés dans un guet-apens sudiste ayant provoqué suspicion et règlements de compte internes, la section de Kane, maintenant incomplète, reprend sa chasse. Elle doit composer avec l’animosité de ses soldats au fort tempérament, une mission des plus risquées et, surtout, avec une interrogation mortifère : Qui, en son sein, œuvre pour l’ennemi Critique : J'attendais avec impatience ce tome deux tellement il conditionnait l'ensemble de l'histoire. Et pour tout vous avouer je suis mi-figue mi-raisin... En effet il y a un coté que j'ai adoré, celui ou l'on apprend tous les passifs des differents protagonistes, et surtout ou l'on découvre un lien entre eux tissé de facon très maligne par Kid Tousssaint. Il y a aussi un fin surprenante très loin d'un tuniques bleues qui montre une certaine audace. Par contre il y a un coté un peu simpliste dans la gestion de ce traitre. Et c'est tellement dommage je trouve. On aurait aimé une solution un poil plus complexe .... tout comme on aurait aimé un épilogue qui fasse plus d'une page. En effet le lien ténu entre les histoires est à peine à peine effleuré la ou cela aurait permi de créer encore plus d'histoire au sein du groupe. Bref on pourrait quasiment dire qu'il manque un troisième tome pour prendre qui donnerait plus de temps pour developper des personnages hauts en couleurs. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ennemis-tome-2-blanc?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : Le crépuscule rouge (Dylan Dog) Scenariste de l'album : Roberto Recchioni Dessinateur de l'album : Corrado Roi Coloriste : Editeur de l'album : Mosquito Note : Résumé de l'album : Le jeune Dylan Dog et la pulpeuse Sybil enquêtent sur un étrange virus qui fait revenir les morts à la vie. Critique : Suite et fin de la minisérie sur les origines de Dylan dog qui avaient commencé avec le tome l'aube noire. Roberto Recchioni choisit d'introduire tous les personnages de la série au cours d'une sombre histoire avec un virus qui transforme les gens en mort-vivant. L'intrigue prend de l'ampleur dans ce deuxième tome avec plusieurs informations et anecdotes sur Dylan dog et son passé. On découvre comment et où il a rencontré son fidèle compagnon toujours armé de sa pelle. Les dessins de Corrado Roi sont absolument magnifiques dans un style très réaliste qui donne une autre dimension au récit. L'ensemble est en noir et blanc avec des dégradés de gris pour mettre en place le monde fantastique dans lequel vit uniquement le héros. Il est d'ailleurs difficile pour lui de se justifier face aux problèmes rencontrés et aux nombreux cadavres qu'il laisse derrière lui. L'auteur rend plusieurs hommages aux films de genre horrifique durant tout l'album comme Evil dead ou l'invasion des profanateurs. Ce diptyque est un très bon moyen de débuter Dylan dog sans avoir de connaissance des autres tomes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dylan-dog-le-crepuscule-rouge?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    Ennemis t2 (fin)

    J'attendais avec impatience ce tome deux tellement il conditionnait l'ensemble de l'histoire. Et pour tout vous avouer je suis mi-figue mi-raisin... En effet il y a un coté que j'ai adoré, celui ou l'on apprend tous les passifs des differents protagonistes, et surtout ou l'on découvre un lien entre eux tissé de facon très maligne par Kid Tousssaint. Il y a aussi un fin surprenante très loin d'un tuniques bleues qui montre une certaine audace. Par contre il y a un coté un peu simpliste dans la gestion de ce traitre. Et c'est tellement dommage je trouve. On aurait aimé une solution un poil plus complexe .... tout comme on aurait aimé un épilogue qui fasse plus d'une page. En effet le lien ténu entre les histoires est à peine à peine effleuré la ou cela aurait permi de créer encore plus d'histoire au sein du groupe. Bref on pourrait quasiment dire qu'il manque un troisième tome pour prendre qui donnerait plus de temps pour developper des personnages hauts en couleurs.
  4. alx23

    Sélénie

    Titre de l'album : Sélénie Scenariste de l'album : Fabrice Lebeault Dessinateur de l'album : Fabrice Lebeault Coloriste : Greg Lofé Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Sélénie, Méliès et Verne, jeunes héros issus de l'union entre terriens et aliens, vivent sur la face cachée de la lune à l'abri d'Antacyclès, tyran ayant asservi l'humanité et convoitant leurs pouvoirs. Alors qu'un vaisseau non identifié s'écrase sur la lune, une expédition est lancée pour en savoir plus. Ils y découvriront la véritable et bouleversante raison de leur présence sur le satellite... Critique : Dans ce one shot, les références sont nombreuses à divers auteurs de récits de science-fiction ou personnalités ayant jouées un rôle dans l'imaginaire fictif. En effet, il suffit de voir les noms des héros de l'histoire pour s'en apercevoir. Après une introduction futuriste, Farice Lebeault nous plonge dans un récit imaginaire très poussé entre les personnages croisés où le contexte même de l'histoire. Avec ce genre de récit, il est difficile de bien retomber mais cela fonctionne à merveille avec Sélénie. Les lecteurs plus avisés que d'autres comprendront la fin assez vite dans la lecture comme tout est assez étrange. Il est préférable d'être scénariste et dessinateur pour dépeindre cet univers créé avec tous les personnages fantastiques croisés. La partie graphique est remarquable avec des dessins très inventifs qui nous perdent un peu après l’introduction. L'album se termine sur un cahier graphique avec plusieurs recherches graphiques des héros. Il est préférable de pas trop parler de cet album pour laisser le suspense aux lecteurs qui seront attirés par l'univers de Sélénie et la couverture est bien représentative de ce qui attend le lecteur. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/selenie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. alx23

    Le crépuscule rouge (Dylan Dog)

    Suite et fin de la minisérie sur les origines de Dylan dog qui avaient commencé avec le tome l'aube noire. Roberto Recchioni choisit d'introduire tous les personnages de la série au cours d'une sombre histoire avec un virus qui transforme les gens en mort-vivant. L'intrigue prend de l'ampleur dans ce deuxième tome avec plusieurs informations et anecdotes sur Dylan dog et son passé. On découvre comment et où il a rencontré son fidèle compagnon toujours armé de sa pelle. Les dessins de Corrado Roi sont absolument magnifiques dans un style très réaliste qui donne une autre dimension au récit. L'ensemble est en noir et blanc avec des dégradés de gris pour mettre en place le monde fantastique dans lequel vit uniquement le héros. Il est d'ailleurs difficile pour lui de se justifier face aux problèmes rencontrés et aux nombreux cadavres qu'il laisse derrière lui. L'auteur rend plusieurs hommages aux films de genre horrifique durant tout l'album comme Evil dead ou l'invasion des profanateurs. Ce diptyque est un très bon moyen de débuter Dylan dog sans avoir de connaissance des autres tomes.
  6. alx23

    Sélénie

    Dans ce one shot, les références sont nombreuses à divers auteurs de récits de science-fiction ou personnalités ayant jouées un rôle dans l'imaginaire fictif. En effet, il suffit de voir les noms des héros de l'histoire pour s'en apercevoir. Après une introduction futuriste, Farice Lebeault nous plonge dans un récit imaginaire très poussé entre les personnages croisés où le contexte même de l'histoire. Avec ce genre de récit, il est difficile de bien retomber mais cela fonctionne à merveille avec Sélénie. Les lecteurs plus avisés que d'autres comprendront la fin assez vite dans la lecture comme tout est assez étrange. Il est préférable d'être scénariste et dessinateur pour dépeindre cet univers créé avec tous les personnages fantastiques croisés. La partie graphique est remarquable avec des dessins très inventifs qui nous perdent un peu après l’introduction. L'album se termine sur un cahier graphique avec plusieurs recherches graphiques des héros. Il est préférable de pas trop parler de cet album pour laisser le suspense aux lecteurs qui seront attirés par l'univers de Sélénie et la couverture est bien représentative de ce qui attend le lecteur.
  7. Titre de l'album : Sigrid tome 1 - Sur cette terre inconnue Scenariste de l'album : David Chauvel Dessinateur de l'album : Patrick Pion Coloriste : Lou Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Sigrid est une jeune viking avide de parcourir le vaste monde... Lorsque son drakkar quitte le Groenland, pour le pays fraîchement colonisé du Markland, elle est loin d'imaginer ce qui va suivre... Une mystérieuse maladie qui décime l'équipage, une trahison qui la laisse à moitié morte et finalement, la rencontre avec un indien Béothuk, qui va changer son destin à jamais... Critique : David Chauvel tente de savoir si les vikings auraient découvert la Terre-Neuve des siècles bien avant Christophe Colomb. Ce premier épisode du dytique met en place tous les personnages principaux durant la traversée mais aussi sur les terres nouvelles d’Amérique. L'auteur utilise les flashbacks pour revenir sur la traversée alors que l'on suite aussi les personnages arrivés à destination. De cette manière, on comprend comment s'est déroulé le voyage et le mal qui a frappé l'équipage. Le scénario se focalise sur Sigrid une jeune femme en quête d'aventure et un jeune amérindien qui voit des étrangers venir dans son monde. David Chauvel insère une histoire de vengeance en plus pour corser le voyage en Drakkar, déjà bien dangereux. On prend plaisir à découvrir ce monde sauvage en attendant d'apprendre le mystérieux secret que Sigrid possède. Les dessins de Patrick Pion sont très détaillés avec beaucoup de crayonnés encore visible par-dessus les couleurs de Lou. Patrick Pion gère les ambiances ainsi que les scènes d’action dynamiques. Ce premier tome donne envie de poursuivre l’aventure. Je recommande ce titre aux lecteurs d’aventures de vikings et de monde sauvage. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sigrid-tome-1-sur-cette-terre-inconnue?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Cotton Tales tome 1

    Titre de l'album : Cotton Tales tome 1 Scenariste de l'album : LOPUTYN Dessinateur de l'album : LOPUTYN Coloriste : Editeur de l'album : Shockdom Note : Résumé de l'album : Après un accident de cheval, Nicolas se réveille dans une énorme villa, sans aucun souvenir. Il ne reconnaît plus personne, ni le comte Moran, son père, ni Christopher, le serviteur qui semble le détester. Entouré par des lapins bizarres et inquiétants, qu'il semble être le seul à voir, pendant une promenade nocturne dans les grandes pièces vides de la maison, Nicolas rencontre une mystérieuse jeune fille, peut-être la seule qui partage ses étranges visions. La jeune fille, est-elle un fantôme ? Critique : Ce qui marque d’abord dans cette bande dessinée, c’est le trait très fin et très délicat de l’auteure, ajoutez à cela le choix de la palette couleur dans les tons de beige et crème, on obtient un dessin très doux où ressort poésie et mélancolie. Pourtant l’histoire est loin de ce côté mielleux, un jeune garçon se réveille amnésique dans un manoir où tout lui semble étrange, il se met à voir des choses inhabituelles, ne pouvant se confier à personne, il navigue entre réalité et hallucinations, entre amour et haine. Le lieu et les habitants sont remplis de mystère, un fantôme semble faire la loi la nuit… Le livre est très beau et envoûtant, une belle réussite. Loputyn est le pseudo de Jessica Cioffi, auteure italienne inspiré par l’époque victorienne et le style japonais Lolita. Cotton tales est sa première BD, mais la 2eme parue chez Shockdom après Francis qui a été salué par la critique. Le livre est un format souple avec une couverture papier assez fragile qui n’apprécie guère les étiquettes magasin. Série finie en 2 tomes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cotton-tales-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. alx23

    La guerre

    Titre de l'album : La guerre Scenariste de l'album : Thomas Cadene Dessinateur de l'album : Loic Secheresse Coloriste : Loic Secheresse Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Après avoir provoqué un accident mortel, Alice et Alex s'engagent sur le chemin qui est prévu pour eux, au-dessus du commun des mortels. Pourtant, l'accident a tout changé. Il a révélé leur impunité et ouvert leur appétit de pouvoir et de mort. Leur milieu leur offre le cadre idéal de domination et d'impunité pour mener leur guerre contre la vie. Critique : Ce titre est vraiment très fort et intense mais surtout très sombre. Suite à un accident, un couple va subir un drame trop important pour poursuivre une vie normale et paisible. Leur avenir était tout tracé mais leur choix va tout détruire. Thomas Cadene propose donc de suivre la déchéance de ce couple brisé sans apporter d'explication pour le lecteur qui subit le mal être des deux héros. L'homme et la femme vont sombrer chacun de leur côté sans jamais trouver de solution. Il est très difficile de bien comprendre les choix et l'histoire que l'on lit. Les dessins de Loic Secheresse sont très orignaux avec des personnages tout déformés qui donnent une impression de mouvement. J'avais découvert cet artiste sur des histoires courtes de Doggybags et de Midngiht tales. Son style est très étrange surtout pour un drame qui se veut réel. On ne ressort pas indemne à la fin de cette lecture qui ne laissera pas indifférent les lecteurs. La guerre propose de suivre la destruction d'un couple. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-guerre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. alx23

    Banquiz

    Titre de l'album : Banquiz Scenariste de l'album : Nikola Witko Dessinateur de l'album : Jorge Bernstein Coloriste : Jorge Bernstein Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Pour faire taire une climatologue de renom qui alerte sur la fonte des glaces, le président américain l'envoie en Antarctique. Faute de budget, elle écope d'une équipe de bras cassés : un militaire sénile, un ado en stage de 3e, deux candidats de télé-réalité... Car, pour rentabiliser l'opération, cette mission sera diffusée à la télé. Encore faudra-t-il réussir à cohabiter avec les manchots... Critique : Je ne connaissais pas encore la collection Pataquès avec des éditions Delcourt avec des bandes dessinées en petit format avec une pagination importante. Dans Banquiz, Nikola Witko s'attaque avec humour aux problèmes climatiques en mettant en scène un groupe de manchot de l'Antarctique et le président abruti d'une grande nation. Evidemment l'auteur ajoute plusieurs éléments complétement improbables à l'histoire avec des stars de téléréalités pour partir en expédition climatique. L'humour est bien entendu présent du début à la fin de l'album et ça part dans tous les sens. Les amateurs de l'humour de cet auteur seront bien servis avec ce nouveau titre. Pour la partie, Jorge Bernstein réalise des planches caricaturales pour les personnages et exagère les traits et mimiques de l'équipe de choc. Banquiz devrait ravir les lecteurs et de plus son petit prix est attractif. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banquiz?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. David Chauvel tente de savoir si les vikings auraient découvert la Terre-Neuve des siècles bien avant Christophe Colomb. Ce premier épisode du dytique met en place tous les personnages principaux durant la traversée mais aussi sur les terres nouvelles d’Amérique. L'auteur utilise les flashbacks pour revenir sur la traversée alors que l'on suite aussi les personnages arrivés à destination. De cette manière, on comprend comment s'est déroulé le voyage et le mal qui a frappé l'équipage. Le scénario se focalise sur Sigrid une jeune femme en quête d'aventure et un jeune amérindien qui voit des étrangers venir dans son monde. David Chauvel insère une histoire de vengeance en plus pour corser le voyage en Drakkar, déjà bien dangereux. On prend plaisir à découvrir ce monde sauvage en attendant d'apprendre le mystérieux secret que Sigrid possède. Les dessins de Patrick Pion sont très détaillés avec beaucoup de crayonnés encore visible par-dessus les couleurs de Lou. Patrick Pion gère les ambiances ainsi que les scènes d’action dynamiques. Ce premier tome donne envie de poursuivre l’aventure. Je recommande ce titre aux lecteurs d’aventures de vikings et de monde sauvage.
  12. alx23

    Banquiz

    Je ne connaissais pas encore la collection Pataquès avec des éditions Delcourt avec des bandes dessinées en petit format avec une pagination importante. Dans Banquiz, Nikola Witko s'attaque avec humour aux problèmes climatiques en mettant en scène un groupe de manchot de l'Antarctique et le président abruti d'une grande nation. Evidemment l'auteur ajoute plusieurs éléments complétement improbables à l'histoire avec des stars de téléréalités pour partir en expédition climatique. L'humour est bien entendu présent du début à la fin de l'album et ça part dans tous les sens. Les amateurs de l'humour de cet auteur seront bien servis avec ce nouveau titre. Pour la partie, Jorge Bernstein réalise des planches caricaturales pour les personnages et exagère les traits et mimiques de l'équipe de choc. Banquiz devrait ravir les lecteurs et de plus son petit prix est attractif.
  13. poseidon2

    Prend soin de toi

    Le métier de dessinateur de BDs est un metier que l'on fait par passion. Et à quelques exceptions de super star, la plupart des auteurs vivent des minima sociaux. Alors quand les commandes ne rentrent plus, il faut maheureusement faire autre chose. C'est le douloureux bilan qu'a du faire Geoffray.... à 42 ans. C'est le premier intérêt de cette BD : nous montrer que, dans la BD, l'age ne fait pas forcement l'assurance de travail. L'experience n'est pas rétribuée comme elle peut l'etre dans d'autres métiers. Seul l'enchainement de succès compte. On peut donc avoir réussi à vivre de sa passion durant 20 ans et se prendre une grosse baffe à 42 ans. Une baffe qui nous montre que notre société ne prévoit rien pour quelqu'un de 42 ans sans experience.... rien sauf les metiers que les autres ne veulent pas faire. L'autre interet de cette BD est que Rudo nous montre qu'avec de la motivation tout est possible. Lui s'est formé sur le tas à aider des personnes agées en EPHAD.Entre lien sociale, difficultés des horaires jusqu'à la pression de rentabilité sur le dos des personnes âgées, Rudo ne nous cache rien de ces 2 années en temps qu'aide aux personnes agées. Il nous fait un bilan honnête aussi bien sur sa vie que sur la vie en EPHAD, n'occultant pas les points poistifs avec de très belles rencontres. Un bel album à faire lire à tout ceux qui se posent des questions sur leur avenir.
  14. poseidon2

    Prend soin de toi

    Titre de l'album : Prend soin de toi Scenariste de l'album : Rudo Dessinateur de l'album : Rudo Coloriste : Rudo Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : La vie n'est pas forcément plus simple de l'autre côté des cases. Après vingt ans de carrière dans le dessin et l'illustration, Geoffroy doit changer de profession. Sans argent, au bord de la séparation, pour vivre, on lui conseille de trouver un « vrai » métier. Mais quoi faire quand on a 42 ans et qu'on a tenu un crayon toute sa vie ? De déconvenue en refus pur et simple, Geoffroy saisit la chance qui se présente quand on lui propose un remplacement dans un EHPAD. Lui qui passait ses journées seul à sa table à dessin, se retrouve à faire la toilette à des malades d'Alzheimer, à aider des employés débordés et à faire face à une direction qui n'a pour objectif que de réaliser des profits pour le bien-être des actionnaires aux dépens de celui des pensionnaires. Critique : Le métier de dessinateur de BDs est un metier que l'on fait par passion. Et à quelques exceptions de super star, la plupart des auteurs vivent des minima sociaux. Alors quand les commandes ne rentrent plus, il faut maheureusement faire autre chose. C'est le douloureux bilan qu'a du faire Geoffray.... à 42 ans. C'est le premier intérêt de cette BD : nous montrer que, dans la BD, l'age ne fait pas forcement l'assurance de travail. L'experience n'est pas rétribuée comme elle peut l'etre dans d'autres métiers. Seul l'enchainement de succès compte. On peut donc avoir réussi à vivre de sa passion durant 20 ans et se prendre une grosse baffe à 42 ans. Une baffe qui nous montre que notre société ne prévoit rien pour quelqu'un de 42 ans sans experience.... rien sauf les metiers que les autres ne veulent pas faire. L'autre interet de cette BD est que Rudo nous montre qu'avec de la motivation tout est possible. Lui s'est formé sur le tas à aider des personnes agées en EPHAD.Entre lien sociale, difficultés des horaires jusqu'à la pression de rentabilité sur le dos des personnes âgées, Rudo ne nous cache rien de ces 2 années en temps qu'aide aux personnes agées. Il nous fait un bilan honnête aussi bien sur sa vie que sur la vie en EPHAD, n'occultant pas les points poistifs avec de très belles rencontres. Un bel album à faire lire à tout ceux qui se posent des questions sur leur avenir. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/prends-soin-de-toi-203194?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. The_PoP

    Psykoparis

    Bon. J'ai vérifié je n'avais pas souvenir du tome 1 de ce Psykoparis qui sort aujourd'hui en version complète intégrale. Pas anormal, le premier tome étant sorti il y a désormais plus de dix ans. J'imagine que les possesseurs du tome 1 avaient abandonné espoir. Alors je vous avoue que d'un point de vue respect du client je trouve ça un peu moyen. Certes ce genre de BD est bien plus dans l'air du temps en ce moment et promet de plus belles ventes, mais sortir seulement une intégrale comprenant la fin de ce diptyque c'est faire un très très joli pied de nez aux possesseurs du premier tome. Qui ont attendu la suite depuis dix ans. Deuxième accroc : cette série est bonne. Ce diptyque est excellent et j'y reviendrais plus tard. Alors je comprends que les éditeurs aient pu pour pleins de raisons attendre le bon moment pour sortir le second tome, mais dix ans c'est trop d'attente pour un diptyque plein de qualités. Car ce Psychoparis c'est la réponse parfaite au succès récent de Il faut flinguer Ramirez, un récit survitaminé, complètement déjanté, mais finalement très cohérent, rempli d'action, de punch lines, et de personnages plus hors du commun les uns que les autres. Dur de vous parler du scénario, tant il peut paraitre loufoque au premier abord, mais force est de constater que l'on se régale. Point commun, l'un des twist scénaristique est proche de celui utilisé dans le second tome du convoyeur, bientôt à paraitre. Les dessins eux sont fluides, les scènes d'actions super bien découpées, les personnages sont plus que réussis, et l'ambiance déjantée est parfaitement rendue avec ce dessin rond et gentil au service d'un propos sanguinaire et sans pitié. L'intrigue elle est efficace, et plutôt bien amenée ce qui m'a fait pensé un peu à la construction du film Snatch. Bref, si ce que je raconte vous semble bien décousu et difficile à appréhender, allez découvrir Psykoparis, les scènes d'actions sont fluides, les persos sont sympas, c'est foufou et original, ça se lit avec très grand plaisir, et je ne peux que vous le recommander. A mon avis c'est de la très bonne bd de détente, qu'on relira quelques fois avec toujours autant de plaisir.
  16. The_PoP

    Psykoparis

    Titre de l'album : Psykoparis Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Corentin Martinage Coloriste : Jean-Noël Le Moal & Julie Poupart & Mikl Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Paris. Pas de bagnoles, pas de police, et une seule justice : l'épée ! Dans la capitale mise à feu et à sang, des triades s'affrontent pour mettre la main sur un carnet au contenu stratégique. Un carnet dont se sont emparés deux jeunes cambrioleurs qui ignorent son importance. Or, s'en emparer, c'est contrôler la capitale. Mais tous craignent de croiser la route du terrifiant Prospecteur... Critique : Bon. J'ai vérifié je n'avais pas souvenir du tome 1 de ce Psykoparis qui sort aujourd'hui en version complète intégrale. Pas anormal, le premier tome étant sorti il y a désormais plus de dix ans. J'imagine que les possesseurs du tome 1 avaient abandonné espoir. Alors je vous avoue que d'un point de vue respect du client je trouve ça un peu moyen. Certes ce genre de BD est bien plus dans l'air du temps en ce moment et promet de plus belles ventes, mais sortir seulement une intégrale comprenant la fin de ce diptyque c'est faire un très très joli pied de nez aux possesseurs du premier tome. Qui ont attendu la suite depuis dix ans. Deuxième accroc : cette série est bonne. Ce diptyque est excellent et j'y reviendrais plus tard. Alors je comprends que les éditeurs aient pu pour pleins de raisons attendre le bon moment pour sortir le second tome, mais dix ans c'est trop d'attente pour un diptyque plein de qualités. Car ce Psychoparis c'est la réponse parfaite au succès récent de Il faut flinguer Ramirez, un récit survitaminé, complètement déjanté, mais finalement très cohérent, rempli d'action, de punch lines, et de personnages plus hors du commun les uns que les autres. Dur de vous parler du scénario, tant il peut paraitre loufoque au premier abord, mais force est de constater que l'on se régale. Point commun, l'un des twist scénaristique est proche de celui utilisé dans le second tome du convoyeur, bientôt à paraitre. Les dessins eux sont fluides, les scènes d'actions super bien découpées, les personnages sont plus que réussis, et l'ambiance déjantée est parfaitement rendue avec ce dessin rond et gentil au service d'un propos sanguinaire et sans pitié. L'intrigue elle est efficace, et plutôt bien amenée ce qui m'a fait pensé un peu à la construction du film Snatch. Bref, si ce que je raconte vous semble bien décousu et difficile à appréhender, allez découvrir Psykoparis, les scènes d'actions sont fluides, les persos sont sympas, c'est foufou et original, ça se lit avec très grand plaisir, et je ne peux que vous le recommander. A mon avis c'est de la très bonne bd de détente, qu'on relira quelques fois avec toujours autant de plaisir. Autres infos : Paris déjanté Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/psykoparis-integrale?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. alx23

    Mister cerveau

    Titre de l'album : Mister cerveau Scenariste de l'album : Jean-Yves Duhoo Dessinateur de l'album : Jean-Yves Duhoo Coloriste : Jean-Yves Duhoo Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Un voyage fascinant, instructif et drôle au coeur de notre cerveau ! Jean-Yves Duhoo mène l'enquête pour nous expliquer de manière imagée et drôle les mystères de notre système nerveux central : est-il composé d'une seule cellule, ou de plusieurs milliards ? Ne sert-il qu'à refroidir le sang, comme le croyaient les anciens Égyptiens ? Savez-vous que si on mettait tous nos neurones bout à bout, on obtiendrait la distance de la Terre à la Lune, que c'est lorsque vous rêvassez que votre cerveau travaille le plus, que les chauffeurs de taxi peuvent se muscler la mémoire ou que le cerveau d'Albert Einstein était plus petit que la moyenne ? Pour en savoir plus, il n'y a pas 36 solutions : il faut parcourir les zones de Mister Cerveau, à pied, en voiture ou en vaisseau spatial ! Critique : Après le secret des labos et toute la science, Jean-Yves Duhoo s'attaque au domaine médical avec le cerveau. Duhoo utilise la même méthode mais avec une seule histoire autour du cerveau à la place des histoires courtes sur des explications scientifiques de son dernier album. Le cerveau est en effet l'organe essentielle au bon fonctionnement du corps humain avec toutes les réflexions, la pensée mais aussi toutes les émotions et beaucoup d'autres choses à découvrir dans ce recueil. L'auteur vulgarise au mieux pour être pédagogue et enfin transmettre des informations bien documentées mais tout en gardant une partie importante pour l'humour. Par ce procédé, Duhoo motive les lecteurs à poursuivre tout en apprenant. Le média de la bande dessinée permet de décrire et mettre en image avec plus d'aisance des choses importante et difficile à expliquer. Le trait de l'auteur est assez minimaliste et caricatural avec ce personnage dans le nanomonde pour explorer l'immensité du cerveau et comprendre toutes les connexions neuronales. Les informations sont nombreuses mais intéressante et bientôt vous connaitrez le poids d'un cerveau pour un homme et pleins d'autres détails. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mister-cerveau?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. alx23

    Mister cerveau

    Après le secret des labos et toute la science, Jean-Yves Duhoo s'attaque au domaine médical avec le cerveau. Duhoo utilise la même méthode mais avec une seule histoire autour du cerveau à la place des histoires courtes sur des explications scientifiques de son dernier album. Le cerveau est en effet l'organe essentielle au bon fonctionnement du corps humain avec toutes les réflexions, la pensée mais aussi toutes les émotions et beaucoup d'autres choses à découvrir dans ce recueil. L'auteur vulgarise au mieux pour être pédagogue et enfin transmettre des informations bien documentées mais tout en gardant une partie importante pour l'humour. Par ce procédé, Duhoo motive les lecteurs à poursuivre tout en apprenant. Le média de la bande dessinée permet de décrire et mettre en image avec plus d'aisance des choses importante et difficile à expliquer. Le trait de l'auteur est assez minimaliste et caricatural avec ce personnage dans le nanomonde pour explorer l'immensité du cerveau et comprendre toutes les connexions neuronales. Les informations sont nombreuses mais intéressante et bientôt vous connaitrez le poids d'un cerveau pour un homme et pleins d'autres détails.
  19. alx23

    La guerre

    Ce titre est vraiment très fort et intense mais surtout très sombre. Suite à un accident, un couple va subir un drame trop important pour poursuivre une vie normale et paisible. Leur avenir était tout tracé mais leur choix va tout détruire. Thomas Cadene propose donc de suivre la déchéance de ce couple brisé sans apporter d'explication pour le lecteur qui subit le mal être des deux héros. L'homme et la femme vont sombrer chacun de leur côté sans jamais trouver de solution. Il est très difficile de bien comprendre les choix et l'histoire que l'on lit. Les dessins de Loic Secheresse sont très orignaux avec des personnages tout déformés qui donnent une impression de mouvement. J'avais découvert cet artiste sur des histoires courtes de Doggybags et de Midngiht tales. Son style est très étrange surtout pour un drame qui se veut réel. On ne ressort pas indemne à la fin de cette lecture qui ne laissera pas indifférent les lecteurs. La guerre propose de suivre la destruction d'un couple.
  20. Nickad

    Cotton Tales tome 1

    Ce qui marque d’abord dans cette bande dessinée, c’est le trait très fin et très délicat de l’auteure, ajoutez à cela le choix de la palette couleur dans les tons de beige et crème, on obtient un dessin très doux où ressort poésie et mélancolie. Pourtant l’histoire est loin de ce côté mielleux, un jeune garçon se réveille amnésique dans un manoir où tout lui semble étrange, il se met à voir des choses inhabituelles, ne pouvant se confier à personne, il navigue entre réalité et hallucinations, entre amour et haine. Le lieu et les habitants sont remplis de mystère, un fantôme semble faire la loi la nuit… Le livre est très beau et envoûtant, une belle réussite. Loputyn est le pseudo de Jessica Cioffi, auteure italienne inspiré par l’époque victorienne et le style japonais Lolita. Cotton tales est sa première BD, mais la 2eme parue chez Shockdom après Francis qui a été salué par la critique. Le livre est un format souple avec une couverture papier assez fragile qui n’apprécie guère les étiquettes magasin. Série finie en 2 tomes.
  21. poseidon2

    Gun Crazy t1

    Titre de l'album : Gun Crazy t1 Scenariste de l'album : Steve D Dessinateur de l'album : Jef Coloriste : Jef Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Vices et préjugés. La balade sauvage de Dolly Sanchez & Lanoya O'Brien, deux filles prêtes à tout pour réaliser leur rêve d'une vie meilleure et qui n'hésitent pas à dégommer à tout va quand elles sont face à des bouseux white trash racistes et méchants. Ce « road BD » déjanté, ultra violent et bourré d'humour nous plonge au coeur d'une Amérique redneck rongée par des super héros néonazis et des tueurs en série qui s'adonnent sans retenue à leurs pulsions de vie et de mort. Àla croisée des films de Tarantino, des k7 VHS et des années 80, ce western moderne plein de surprises et de bonus est mis en images par un duo d'auteurs survoltés ! Critique : Porté par le succès retentissant de "il faut Flinguer Ramirez", Glénât continue sur sa lancée avec un nouveau titre fracassant pour sa Collection Pulp : Gun Crazy. Un vrai titre aux accents des années 80. Mais cette fois ci l'hommage ne se contente pas d'un hommage cinématographique. ll y a clairement un hommage à Preacher et aux comics anglais des années 80. On y retrouve toute la folie et la liberté de penser et d’écrire des histoires comme les auteurs les souhaites, peu importe que cela plaise à la bienséance. Ici nos auteurs tapent sur les racistes blancs, les prêtres pédophiles, les lesbiennes ou les super héros et leader autoproclamés. Et ce qui rend cette BD excellente, c'est que justement ils tapent sur tout le monde. Pas de barrières. Juste une grosse dose d'action, de flingues aucune recherche de morale quelle qu'elle soit. Comme dans un bon vieux Tarantino, ici on vie par les flingues et on assume qu'avoir le plus gros est un énorme avantage ! Bref c'est Pulp, il y a des hommages à la pelle, c'est coloré, et globalement bien dessiné (même si certains visages sont un peu étranges d'où la demi étoiles ne moins). Bref c'est pour les enfants des années 70-80 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gun-crazy-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Gun Crazy t1

    Porté par le succès retentissant de "il faut Flinguer Ramirez", Glénât continue sur sa lancée avec un nouveau titre fracassant pour sa Collection Pulp : Gun Crazy. Un vrai titre aux accents des années 80. Mais cette fois ci l'hommage ne se contente pas d'un hommage cinématographique. ll y a clairement un hommage à Preacher et aux comics anglais des années 80. On y retrouve toute la folie et la liberté de penser et d’écrire des histoires comme les auteurs les souhaites, peu importe que cela plaise à la bienséance. Ici nos auteurs tapent sur les racistes blancs, les prêtres pédophiles, les lesbiennes ou les super héros et leader autoproclamés. Et ce qui rend cette BD excellente, c'est que justement ils tapent sur tout le monde. Pas de barrières. Juste une grosse dose d'action, de flingues aucune recherche de morale quelle qu'elle soit. Comme dans un bon vieux Tarantino, ici on vie par les flingues et on assume qu'avoir le plus gros est un énorme avantage ! Bref c'est Pulp, il y a des hommages à la pelle, c'est coloré, et globalement bien dessiné (même si certains visages sont un peu étranges d'où la demi étoiles ne moins). Bref c'est pour les enfants des années 70-80
  23. Titre de l'album : Le spirou de Christophe Durieux Scenariste de l'album : Christian Durieux Dessinateur de l'album : Christian Durieux Coloriste : Christian Durieux Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Pacific Palace, un hôtel paisible au bord d'un lac qui l'est tout autant. Spirou regrette déjà d'y avoir fait engager à ses côtés Fantasio, viré comme un malpropre du Moustique. Car l'ex-journaliste reconverti en groom n'a vraiment pas la vocation et ne rate pas une occasion de fâcher M. Paul, leur supérieur hiérarchique. Mais trop tard pour faire machine arrière : un véritable huis clos est décrété et l'hôtel se retrouve sans clientèle et avec un personnel réduit pour accueillir discrètement Iliex Korda, dictateur déchu du Karajan, petit pays des Balkans. Dans ses bagages, d'imposants gardes du corps mais aussi Elena, fille du "Grand Guide" au regard envoûtant, dont Spirou tombe instantanément amoureux. Alors que Fantasio ne rate pas une occasion de provoquer l'entourage du tyran, Spirou essaie de comprendre l'étrange ballet politicien qui se joue presque sous ses yeux. Critique : J'aime bien les "Spirou de". Globalement les auteurs ont toutes libertés pour vraiment montrer une aventure spéciale du héros Belge. Au tour cette fois de Christian Durieux et c'est encore une fois une réussite. Une réussite car Christian Durioeux nous montre quelque chose que l'on avait jamais vu : un huit clos dans un hôtel, entre thirller politique et romance impossible. Le Spirou que nous montre Durieux est tous sauf un aventurier. C'est un Groom. Rien qu'un Groom. Un Groom qui se trouve être au mauvais endroit au mauvais moment. Ou au bon endroit au bon moment je vous laisserais juge. Et le parti pris de faire de Spirou un observateur et non pas un acteur du récit pour se concentrer sur l'ambiance de cet hotel désert marche à fond. Tout comme Spirou on à l'impression de déambuler dans cet hotel à la recherche des fantomes du passé et cherchant une perche (ou une jeune fille) qui nous raccorche à la vraie vie. Mais Durieux ne perd pas de vue l'objectif de nous montrer un album de Spirou. Il choisit donc de trancher dans cet ambiance rêveuse en donnant , encore une fois, le role du troublion à un Fantasio au sommet de sa forme. Entre dynamisme et gros sabots, il est la bouée qui nous ramène aux faits et permet à Spirou de garder les pieds sur terre. Une histoire romantico-historique qui ne ressemble à aucune autre des adaptations de Spirou et qui n'est pas sans rappeler "un enchantement" du même Durieux. Et c'est bien pour cela ue l'on lit les "Spirou de"... PS: Je n'ai pas compris pourquoi Durieux avait deplacé toute cette affaire en France par contre... loin de chez lui notre Groom... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-spirou-de-christian-durieux-pacific-palace?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. alx23

    Goupil ou face

    Titre de l'album : Goupil ou face Scenariste de l'album : Lou Lubie Dessinateur de l'album : Lou Lubie Coloriste : Lou Lubie Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Certains ont un chien, un chat ou un poisson rouge. Lou a une cyclothymie : un trouble de l'humeur de la famille des maladies bipolaires, sous la forme d'un petit renard. Que faire quand on découvre un étrange animal dans son cerveau ? Peut-on l'apprivoiser, le dompter ? Et comment être heureux quand on doit cohabiter avec une nature aussi imprévisible ? Critique : A l'âge de 17 ans Lou pense déjà avoir un problème alors qu'elle ne s'explique pas ses sautes d'humeur. Elle met cela sur le compte d'une dépression comme elle s'est auto-diagnostiquée ainsi que ses proches de l'époque. Ces phases de bien être s'alternent avec des phases sombres ou plus rien ne semble allez dans sa vie. Avec Goupil ou face, Lou Lubie met en image toutes les étapes vécues par les personnes bipolaires et plus exactement atteinte de cyclothymie. Lou Lubie fournit un travail de documentation très poussé mais aussi abordable pour tous les lecteurs. Les maladies de la famille des bipolaires sont très dures à être diagnostiqués ou reconnues par les professionnels de la santé. Lou Lubie vulgarise et schématise pour expliquer tous les problèmes. Sa maladie va prendre la forme d'un goupil qui donne le titre et le jeu de mot. Lou doit faire face à sa maladie et apprendre à vivre avec son goupil. Elle utilise toujours un peu d'humour dans les situations pour alléger un peu ce roman graphique. Les dessins de Lou conviennent très bien au genre, très minimaliste. La représentation de sa maladie par le goupil lui laisse de l'espace pour sortir du schéma classique. Goupil ou face est une œuvre forte et très bien amené au format bande dessinée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/goupil-ou-face-204529?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. The_PoP

    Karolus Magnus

    Titre de l'album : Karolus Magnus Scenariste de l'album : Jean-Claude Bartoll Dessinateur de l'album : Eon Coloriste : Simona Rossi & Eon Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Karolus Magnus, connu aujourd'hui sous le nom de Charlemagne, est le fils aîné du premier roi de la dynastie des Carolingiens : Pépin le Bref. Il n'a d'autre choix que de faire la guerre à ses voisins afin d'agrandir le Royaume et pouvoir ainsi devenir l'Empereur de l'Occident à la façon des Augustes de la Rome Antique. Mais d'autres peuples, principautés et empires vont s'opposer à lui. Critique : Voici une lecture que j'attendais avec impatience tant la couverture est superbe et le sujet traité intéressant car encore peu exploité. Ce Karolus Magnus s'est révélé une lecture bien agréable grâce notamment au trait du dessinateur Eon, qui nous propose une belle diversité de personnages dont les inspirations semblent varier. Malgré quelques cases ou les visages sont un peu trop encrés pour moi, on n'est pas si loin du travail de M. Swolf sur Légende pour l'ambiance médiévale, et vous savez que cela ne peut être qu'un compliment pour moi. Côté Histoire je dois vous avertir cependant. Contrairement à ce que le titre et la couverture laisse à penser, Charlemagne ne sera pas le personnage principal de cette série j'en ai bien peur. Les auteurs ont choisi de nous raconter la révolte basque contre Charlemagne dans le cadre de l'une de ses guerres d'expansion. C'est un petit peu trompeur, et si je peux comprendre le procédé et qu'au final je ne me suis pas senti lesé, il n'en sera peut être pas de même pour tous. Ce Karolus Magnus se révèle être un bon premier tome d'une nouvelle série d'aventures "historiques" médiévales pour le plus grand plaisir des lecteurs. J'ai hâte d'en lire le second tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/karolus-magnus-l-empereur-des-barbares-tome-1-l-otage-vascon?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...