Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


828 résultats trouvés

  1. Le sexisme ordinaire, voilà un sujet intéressant et important, si de tels comportements étaient courants il y a quelques années et que la majorité des gens ne disaient rien car c’était la norme, l’heure actuelle est à la prise de conscience que ce soit pour ceux qui commettent les actes ou pour les victimes, car il faut comprendre que le sexisme est partout et quand on a grandi avec ces agissements dans une société patriarcale, il est difficile de se dire que ce n’est pas normal. J’ai eu l’occasion de suivre une formation en situation virtuelle et il est intéressant de voir à quel point le sexisme est présent dans la vie courante et bien que la majorité des victimes soient des femmes, certains hommes le subissent aussi et d’ailleurs, il n’y avait pas une seule personne à cette formation qui n’y avait pas déjà été confronté. J’attendais tellement de ce livre ! Et bien qu’il décrit très bien des situations inadmissibles à l’école et dans le milieu du mannequinat, bien qu’il montre à quel point la peur d’intervenir est présente (surtout pour les jeunes), il aurait pu être tellement plus fort ! J’aurais aimé que l’histoire se déroule dans une situation plus ordinaire (une situation familiale plus classique, un monde professionnel moins élitiste), montrer que le sexisme est omniprésent, cela aurait eu tellement plus d’impact ! Et puis, je regrette que la majorité du livre tourne autour des règles, car non seulement, c’est restrictif et il est dommage de se dire que c’est le seul aspect de la féminité avec lequel on peut lutter (c’est un peu le message qui reste de cette lecture).
  2. Titre de l'album : Notre guerre contre le sexisme ordinaire Scenariste de l'album : SHERRY Kev & MULLANE Mullane Dessinateur de l'album : VECCHIO Katia Coloriste : Editeur de l'album : Les humanoides associés Note : Résumé de l'album : À seize ans, Sélène est une féministe militante admirée de ses amis. Elle ne craint pas les petits caïds, ni même les professeurs, et n'hésite pas à leur tenir tête. Mais un jour la provocation va trop loin, et Sélène est humiliée publiquement. Désormais l'adolescente n'a plus qu'une idée en tête : dénoncer les comportements sexistes au lycée, à la manière forte s'il le faut. Critique : Le sexisme ordinaire, voilà un sujet intéressant et important, si de tels comportements étaient courants il y a quelques années et que la majorité des gens ne disaient rien car c’était la norme, l’heure actuelle est à la prise de conscience que ce soit pour ceux qui commettent les actes ou pour les victimes, car il faut comprendre que le sexisme est partout et quand on a grandi avec ces agissements dans une société patriarcale, il est difficile de se dire que ce n’est pas normal. J’ai eu l’occasion de suivre une formation en situation virtuelle et il est intéressant de voir à quel point le sexisme est présent dans la vie courante et bien que la majorité des victimes soient des femmes, certains hommes le subissent aussi et d’ailleurs, il n’y avait pas une seule personne à cette formation qui n’y avait pas déjà été confronté. J’attendais tellement de ce livre ! Et bien qu’il décrit très bien des situations inadmissibles à l’école et dans le milieu du mannequinat, bien qu’il montre à quel point la peur d’intervenir est présente (surtout pour les jeunes), il aurait pu être tellement plus fort ! J’aurais aimé que l’histoire se déroule dans une situation plus ordinaire (une situation familiale plus classique, un monde professionnel moins élitiste), montrer que le sexisme est omniprésent, cela aurait eu tellement plus d’impact ! Et puis, je regrette que la majorité du livre tourne autour des règles, car non seulement, c’est restrictif et il est dommage de se dire que c’est le seul aspect de la féminité avec lequel on peut lutter (c’est un peu le message qui reste de cette lecture). Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/notre-guerre-contre-le-sexisme-ordinaire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Redsun - Tome 1 - Mon frère Scenariste de l'album : Stéphane Louis Dessinateur de l'album : Alessandra de Bernardis Coloriste : Alessandra de Bernardis Editeur de l'album : Kamiti Note : Résumé de l'album : Au XXVIIe siècle, dans le système planétaire Red sun, les hommes sont en voie d'extinction. Contrôlés par une race supérieure grâce à un implant génétique, ils ne peuvent pas se rebeller. Mais un incident redonnera l'espoir d'une rébellion. Critique : Pffff, moi qui est découvert les éditions Kamiti avec l'excellent 300 grammes je vous avoue que ce RedSun m'a également conquis. 2 tomes de Science Fiction ambitieuse, et superbement illustrée et mis en couleur par Alessandra de Bernardis. les planches sont superbes, on est projeté dans un Space opéra dantesque avec des personnage forts et bien dessinés. Seul bémol pour ma part, l'histoire est presque trop ambitieuse pour être traitée en 2 tomes. Il y a effectivement beaucoup d'évènements entre les deux tomes que j'aurais souhaité voir développés. Néanmoins, le tout se tient bien, et les réponses aux questions soulevées sont suffisantes pour ne pas nous laisser avec un sentiment d'incompréhension. Si vous aimez la science fiction et que vous souhaitez lire une histoire originale et magnifiquement illustrée, ce RedSun est pour vous. L'histoire se finit en deux tomes, et je publierais ma chronique du second tome prochainement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/red-sun-tome-1-mon-frere?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Titre de l'album : Phobos - Tome 1 - L'envol des éphémères Scenariste de l'album : Victor Dixen Dessinateur de l'album : Eduardo Francisco Coloriste : Chiara di Francia & Natalia Lim Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Six filles. Six garçons. Six minutes pour se rencontrer. L'éternité pour s'aimer. Dans un futur proche, la conquête spatiale est relancée par le biais de la téléréalité la plus ambitieuse de tous les temps : le programme Genesis. Six filles et six garçons âgés de 17 à 20 ans ont été sélectionnés parmi des milliers de candidats de tous les pays pour établir la première colonie humaine sur Mars. Ils sont tous orphelins, sans attache, sans promesse d'avenir... sans famille pour intenter un procès si les choses tournent mal. Ils effectuent les six mois de voyage en aller simple dans deux compartiments séparés du vaisseau Cupido, à destination de Phobos, la lune de Mars. Ils ont un objectif : trouver le partenaire avec qui enfanter sur la base d'un rendez-vous de 6 minutes hebdomadaire et tout ça, sous l'oeil inquisiteur des caméras qui filment le vaisseau 24 heures sur 24. Léonor, la candidate française, a signé pour la gloire davantage que pour l'amour, mais il y a une chose qu'elle ne pouvait pas prévoir : une fois embarqués dans le vaisseau, les candidats et candidates sont tous condamnés à une mort certaine... Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour faire demi-tour. Saga best-seller traduite dans plusieurs langues dont l'anglais, ce thriller de SF haletant allie speed-dating spatial et course pour la survie, tout en offrant une satire piquante de la société du spectacle. Phobos est aujourd'hui adapté en bande dessinée par son maître d'oeuvre, Victor Dixen, lauréat de deux Grand Prix de l'imaginaire. Critique : M note est très sévère. Phobos est indubitablement une bd de qualité qui saura facilement trouver son public. Mais j'ai été déçu. Déçu car j'ai eu l'impression de lire le début d'une saga façon Hunger Games très tournée vers un public ado-jeunes adultes. Les thèmes abordés, les personnages, leurs motivations et leur niveau de complexité m'ont laissé un petit goût de manque de maturité. Dur à expliquer. Mais j'en attendais beaucoup plus. Dommage pour moi donc, puisque les dessins sont bien réussis (même si légèrement un cran en dessous de la sublime couverture) et que l'histoire reste intéressante, assez originale et plutôt bien maitrisée. On verra sur le second tome si mon impression se confirme ou non, mais n'ayant pas lu les livres, je reste pour le moment un brin sceptique. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/phobos-tome-1-l-envol-des-ephemeres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Le pouvoir des innocents cycle 3, les enfants de jessica, t4 Scenariste de l'album : Brunschwig Dessinateur de l'album : Hirn Coloriste : Hirn Editeur de l'album : Futuropolis Note : Résumé de l'album : A travers les personnages emblématiques du Pouvoir des innocents (Jessica Ruppert, Joshua Logan)... , Luc Brunschwig et Laurent Hirn posent la question de savoir si les Etats-Unis (et le monde) sont capables de sortir de la logique de l'économie de marché et de la mondialisation, pour créer une société plus juste... et à quel prix ? Les enfants de Jessica est le dernier cycle de la série culte de Brunschwig et Hirn. A l'occasion de la parution de la nouveauté, les deux premiers tomes de la série font peau neuve et sont réédités sous une nouvelle couverture. Critique : Plus qu'un tome. Un tome pour que Luc Brunschwig et Laurent Hirn termine la plus grande fresque politique de l'histoire de la bd franco-belge. Oui oui je vais loin dans le superlatif. Mais c'est vrai. Fichtrement vrai. Que ce soit pour les 15 tomes que formeront cette histoire ou sur la cohérence d'=une histoire écrite sur 30 ans, c'est sans conteste la plus grande fresque politique écrite à ce jour. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Il manque le tome final. Parlons donc de ce tome 4. Pour dire qu'il est forcément tout aussi bon que les précédents. La tension monte encore d'un cran à mesure que l'on s'approche du tome finale. Les différents protagonistes sont de plus en plus tendu et nos "héros" se retrouvent de plus en plus être les marionnettes des mouvements qu'il ne maitrise pas. On sent que le pays est au bord de l'explosion mais on est surtout encore une fois impressionner par l'écho que peut avoir cette histoire sur certains évènements récents aux états unis (émeutes, problèmes avec les force de l'ordre etc....)* Cette dystopie est plus actuelle que jamais et ce tome quatre une superbe rampe de lancement à un tome cinq qui devrait nous réserver bien des surprises. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-pouvoir-des-innocents-cycle-3-les-enfants-de-jessica-201323?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Bons Plans

    On avait parlé de faire un topic sur le sujet alors voilà : Opération Comics à 4.90 euros chez Urban à partir du 16 Juin 2021 sur les Vilains de l'univers de DC comics Voici la liste (édition souple) : Le Joker de Brian Azzarello et Lee Bermejo Batman - L'Asile d'Arkham de Dan Slott et Ryan Sook Les Sirènes de Gotham, de Paul Dini Suicide Squad Rebirth, la relance de 2016 de l'équipe avec Rob Williams à l'écriture et Jim Lee sur une partie des dessins Justice League vs Suicide Squad, un premier crossover de l'époque Rebirth Justice League : Forever Evil, le grand premier event de l'époque DC Renaissance Batman vs Bane, soit le troisième arc du Batman de Tom King, avec David Finch aux dessins. Batman vs Deathstroke, qui est bien l'arc éponyme du run de Christopher Priest sur Deathstroke Batman vs Pingouin, sous lequel se cache en fait La Splendeur du Pingouin, piloté par Gregg Hurwitz et dessiné par Szymon Kudranski. Harley Quinn Rebirth, d'Amanda Conner et Jimmy Palmiotti,
  7. Plus qu'un tome. Un tome pour que Luc Brunschwig et Laurent Hirn termine la plus grande fresque politique de l'histoire de la bd franco-belge. Oui oui je vais loin dans le superlatif. Mais c'est vrai. Fichtrement vrai. Que ce soit pour les 15 tomes que formeront cette histoire ou sur la cohérence d'=une histoire écrite sur 30 ans, c'est sans conteste la plus grande fresque politique écrite à ce jour. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Il manque le tome final. Parlons donc de ce tome 4. Pour dire qu'il est forcément tout aussi bon que les précédents. La tension monte encore d'un cran à mesure que l'on s'approche du tome finale. Les différents protagonistes sont de plus en plus tendu et nos "héros" se retrouvent de plus en plus être les marionnettes des mouvements qu'il ne maitrise pas. On sent que le pays est au bord de l'explosion mais on est surtout encore une fois impressionner par l'écho que peut avoir cette histoire sur certains évènements récents aux états unis (émeutes, problèmes avec les force de l'ordre etc....)* Cette dystopie est plus actuelle que jamais et ce tome quatre une superbe rampe de lancement à un tome cinq qui devrait nous réserver bien des surprises.
  8. Les éditions Delcourt éditent une intégrale d’une trilogie dans la saga Jour J autour des attentats du world trade center dans une uchronie bien évidement. Cette intégrale propose un cahier historique de 8 pages en introduction pour nous remettre dans le contexte et nous présenter deux personnalités importantes ayant réellement existées dont John Patrick O’Neil le second du FBI et Robert Booker Baer un agent de la CIA. Cette intégrale regroupe les tomes 29, 30 et 31 de la série Jour J, pour 200 pages d’histoire. Le travail de documentation des deux scénaristes est une fois de plus très pointu pour pouvoir construire et crédibiliser leur intrigue. La réalité relatée est différente dès le début avec un président américain inconnu de l'histoire. Deux autres agents secondent O’Neil dit le Prince des ténèbres pour enquêter sur cette armée secrète présente dans le monde et surtout sur le sol américain. Les membres de cette organisation commencent à passer à l’action en commettant des attentats. Igor Kordrey est un habitué de la série avec sa participation à de nombreux tomes de la série Jour J. Ce dessinateur est très tendance actuellement aux éditions Delcourt avec plusieurs séries historiques et fantastiques à succès. L’auteur gère très bien la mise en scène de façon cinématographique pour captiver la lecture. Cette édition spéciale des Jour J est une excellence raison de découvrir cette saga mais aussi de lire une trilogie passionnante.
  9. Titre de l'album : Jour J 9/11 - intégrale édition spéciale Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pecau, Fred Duval Dessinateur de l'album : Igor Kordey Coloriste : Jérôme Maffre Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : L'histoire suit l'enquête d'un personnage ayant existé, John O'Neill, alias le Prince des ténèbres, agent du FBI ayant eu l'intuition que Ben Laden préparait une attaque d'envergure contre les USA et qui trouva la mort dans la destruction des tours du World Trade Center. Que se serait-il passé s'il avait eu l'occasion de traquer Ben Laden et s'il avait pu empêcher l'attaque du 11 septembre 2001 ? Critique : Les éditions Delcourt éditent une intégrale d’une trilogie dans la saga Jour J autour des attentats du world trade center dans une uchronie bien évidement. Cette intégrale propose un cahier historique de 8 pages en introduction pour nous remettre dans le contexte et nous présenter deux personnalités importantes ayant réellement existées dont John Patrick O’Neil le second du FBI et Robert Booker Baer un agent de la CIA. Cette intégrale regroupe les tomes 29, 30 et 31 de la série Jour J, pour 200 pages d’histoire. Le travail de documentation des deux scénaristes est une fois de plus très pointu pour pouvoir construire et crédibiliser leur intrigue. La réalité relatée est différente dès le début avec un président américain inconnu de l'histoire. Deux autres agents secondent O’Neil dit le Prince des ténèbres pour enquêter sur cette armée secrète présente dans le monde et surtout sur le sol américain. Les membres de cette organisation commencent à passer à l’action en commettant des attentats. Igor Kordrey est un habitué de la série avec sa participation à de nombreux tomes de la série Jour J. Ce dessinateur est très tendance actuellement aux éditions Delcourt avec plusieurs séries historiques et fantastiques à succès. L’auteur gère très bien la mise en scène de façon cinématographique pour captiver la lecture. Cette édition spéciale des Jour J est une excellence raison de découvrir cette saga mais aussi de lire une trilogie passionnante. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jour-j-9-11-edition-speciale-integrale?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Le premier tome des sœurs Gremillet avait été un de mes coups de cœur de l'année dernière. Graphiquement somptueux, on en avait pris plein les mirettes. Ce tome est loin de faire honte au premier. SI la surprise n'est plus là, la qualité graphique est, elle, toujours au rendez-vous. Apres la grande sœur, nous passons cette fois à la petite sœur beaucoup plus dans l'émotion que dans l'action. Et l'album se retrouve être à l'image de Cassiopée. Ce tome deux est en effet vraiment tourné autour de la découverte du sentiment amoureux de la part d'une jeune fille au détriment de l'aspect enquête qui était la partie la plus mise en avant sur le tome précèdent. Sans forcément être une déception je trouve cette histoire un poil moins original que la première. Mais bon on se délecte tellement des nuances de couleurs, des visages expressifs et des ambiances graphiques que ce n'est pas si grave. Je me demande par contre, si on suit la logique, si le prochain tome sur la petite sœur ne risque pas d'être trop enfantin. Mais pour l'instant profitons de cette super belle série pour enfant sans nous poser trop de question.
  11. Titre de l'album : Les soeurs Gremillet T2 : les amours de Cassiopée Scenariste de l'album : Giovanni Di Gregorio Dessinateur de l'album : Alessandro Barbucci Coloriste : Alessandro Barbucci Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Haut les coeurs! Comme tous les étés, les soeurs Grémillet vont passer les vacances à la campagne chez leur grand-mère, sauf que cette année Cassiopée, la cadette, a le coeur brisé: Ulysse, son amoureux, est resté en ville. Elle ne peut même pas confier sa peine à ses soeurs qui ne comprendraient pas. Mais à leur arrivée dans le village, un autre prétendant l'attend: le bel Olivier. Il leur apprend qu'un mystérieux fantôme sonne les cloches de l'ancienne église pendant la nuit. Critique : Le premier tome des sœurs Gremillet avait été un de mes coups de cœur de l'année dernière. Graphiquement somptueux, on en avait pris plein les mirettes. Ce tome est loin de faire honte au premier. SI la surprise n'est plus là, la qualité graphique est, elle, toujours au rendez-vous. Apres la grande sœur, nous passons cette fois à la petite sœur beaucoup plus dans l'émotion que dans l'action. Et l'album se retrouve être à l'image de Cassiopée. Ce tome deux est en effet vraiment tourné autour de la découverte du sentiment amoureux de la part d'une jeune fille au détriment de l'aspect enquête qui était la partie la plus mise en avant sur le tome précèdent. Sans forcément être une déception je trouve cette histoire un poil moins original que la première. Mais bon on se délecte tellement des nuances de couleurs, des visages expressifs et des ambiances graphiques que ce n'est pas si grave. Je me demande par contre, si on suit la logique, si le prochain tome sur la petite sœur ne risque pas d'être trop enfantin. Mais pour l'instant profitons de cette super belle série pour enfant sans nous poser trop de question. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/soeurs-gremillet-tome-2-les-amours-de-cassiopee?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Décidément cette Léa a bien des soucis.... des vrais soucis d'ado ! Je comprends vraiment pourquoi ma fille et ses copines sont fans de Léa Olivier. Cuba laissé derrière elle, Léa retrouve des vraies problématique de jeunes filles de 16 ans : trop de Crush, trop de Chum et surtout trop de possibilité. Une vie amoureuse pleine de rebondissements assez rigolos d'un point de vue d'adulte. Surtout d'un point de vue de papa je dois vous avouer. J'imagine totalement ma fille avec ce genre de préoccupation dans quelques années. La lecture de ce tome 9 est encore une fois très sympa, bien aidé par les petites touches de Québécois qui parsème la BD. Les Crush, Chum et autre 'Blonde" que l'on trouve à toute les pages ajoute un coté dépaysant fort sympathique. A conseiller/offrir à toutes les ados de France et de Navarre.
  13. Titre de l'album : la vie compliquée de Léa Olivier t9 : Blizzard Scenariste de l'album : Alcante / Catherine Girard-Audet (Adapté de) Dessinateur de l'album : Ludo Borecki Coloriste : Drac Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : De retour de Cuba, Léa retrouve ses amis, dont Olivier qui a bien changé... Il se montre désormais très avenant avec elle ! Il se pourrait d'ailleurs que la nouvelle version d'Olivier ne laisse pas totalement indifférente la jolie Léa. Alex, lui, ne voit pas cette situation d'un très bon oeil, tandis qu'il a lui-même une nouvelle conquête en vue. Félix, quant à lui, s'est fait un nouvel ami, plutôt envahissant et un peu trop écolo sur les bords au goût des Olivier. Pendant ce temps-là, Marilou apprend que ses parents vont se séparer. Léa arrivera-t-elle à remonter le moral de sa meilleure amie ? Critique : Décidément cette Léa a bien des soucis.... des vrais soucis d'ado ! Je comprends vraiment pourquoi ma fille et ses copines sont fans de Léa Olivier. Cuba laissé derrière elle, Léa retrouve des vraies problématique de jeunes filles de 16 ans : trop de Crush, trop de Chum et surtout trop de possibilité. Une vie amoureuse pleine de rebondissements assez rigolos d'un point de vue d'adulte. Surtout d'un point de vue de papa je dois vous avouer. J'imagine totalement ma fille avec ce genre de préoccupation dans quelques années. La lecture de ce tome 9 est encore une fois très sympa, bien aidé par les petites touches de Québécois qui parsème la BD. Les Crush, Chum et autre 'Blonde" que l'on trouve à toute les pages ajoute un coté dépaysant fort sympathique. A conseiller/offrir à toutes les ados de France et de Navarre. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-vie-compliquee-de-lea-olivier-bd-tome-9-blizzard?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Titre de l'album : Une histoire de trolls et de voleurs t2 : Muroc Scenariste de l'album : Ken Broeders Dessinateur de l'album : Ken Broeders Coloriste : Ken Broeders Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : À Muroc, le sorcier rouge aide Ysabeau à retrouver ses souvenirs dans l'espoir de retrouver sa soeur et de vaincre la sorcière. En parallèle, la ville est agitée : tandis que Delric s'arme en prévision de la confrontation à venir, des pourparlers tendus s'organisent entre l'armée de Durys et le peuple Trolls, représenté par Mère Knosser. Mais alors que le travail de la jeune humaine et du sorcier rouge porte enfin ses fruits, une brèche s'ouvre et permet à la terrible sorcière de retrouver la trace de nos héros. C'est le début d'un combat difficile dont l'issue est plus qu'incertaine. Critique : J'ai déjà dis tout le bien que je pensais du premier tome de cette série. Et bien sans grande surprise, ce tome deux est dans la ligne droite du premier : de la vraie fantasy de conte. Vous savez celle sans trop humour, avec des méchants très méchants, des causes désespérées, des quêtes tout ça tout ça. Toujours porté par un graphisme superbe "a la Civiello", ce deuxième tome nous en apprend plus sur les elfes mais surtout sur Ysabeau et le monde des humains. Notre méchante devient encore plus méchante et les différentes races se retrouvent face au mur. Je n'en dirais pas plus de peur de trop vous en révéler. Mais gardez bien à l'esprit que l'on retrouve dans cette histoire de la Fantasy d'avant. Un coté Dark Crystal, un coté Willow, un petit côté Bilbon le Hobbit ou d'autre récits fondateurs qui ne s'obligeaient pas à rendre l'histoire marrante pour plaire à tout le monde. Un vrai délice et une vraie belle trouvaille pour Drakoo. Une trouvaille qui, après la parution du forcement bon troisième tome, montera tout en haut des meilleures parutions de cette jeune collection. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/une-histoire-de-voleurs-et-de-trolls-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. J'ai déjà dis tout le bien que je pensais du premier tome de cette série. Et bien sans grande surprise, ce tome deux est dans la ligne droite du premier : de la vraie fantasy de conte. Vous savez celle sans trop humour, avec des méchants très méchants, des causes désespérées, des quêtes tout ça tout ça. Toujours porté par un graphisme superbe "a la Civiello", ce deuxième tome nous en apprend plus sur les elfes mais surtout sur Ysabeau et le monde des humains. Notre méchante devient encore plus méchante et les différentes races se retrouvent face au mur. Je n'en dirais pas plus de peur de trop vous en révéler. Mais gardez bien à l'esprit que l'on retrouve dans cette histoire de la Fantasy d'avant. Un coté Dark Crystal, un coté Willow, un petit côté Bilbon le Hobbit ou d'autre récits fondateurs qui ne s'obligeaient pas à rendre l'histoire marrante pour plaire à tout le monde. Un vrai délice et une vraie belle trouvaille pour Drakoo. Une trouvaille qui, après la parution du forcement bon troisième tome, montera tout en haut des meilleures parutions de cette jeune collection.
  16. Titre de l'album : La nef des fous tome 11 - Coup de théâtre Scenariste de l'album : Turf Dessinateur de l'album : Turf Coloriste : Turf Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Pacôme Leboulet et Célestin Parfait, deux pages chargés de l'entretien du palais, se dirigent vers les lieux d'un crime pour une perquisition presque en règle. En fait, les deux pages ne sont nul autres que les inspecteurs Baltimore et Bonvoisin déguisés, et le sergent a bien pris soin de falsifier tous les documents officiels pour opérer tranquillement. Une journée comme une autre à Eauxfolles... Critique : Les deux inspecteurs Baltimore et Bonvoisin poursuivent leur enquête avec des méthodes peu orthodoxes et des raisonnements étranges mais qui semblent suivre une certaine logique. Les dialogues et les situations sont complétements farfelus mais sont les marques de fabriques de cette série. En effet, l'univers même inventé par Turf est hallucinant dans ce royaume où la reine a disparu. Turf est passé maitre pour embrouiller les lecteurs avec ses personnages qui nous emmènent dans des analyses abracadabrantes. L'auteur se joue des lecteurs depuis de nombreux albums et les retournements de situations sont multiples au point de stagner dans l'intrigue avec toujours autant d'humour. La partie graphique est intéressante avec des planches classiques fourmillants de détails et des pages étranges avec les conversations des deux inspecteurs dans des escaliers sans fin. Il est amusant d'apprendre des choses sur d'autres personnes qui ne servent à rien dans la compréhension de l'histoire. Turf s'amuse tout autant avec cette série comme les lecteurs. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-nef-des-fous-tome-11-coup-de-theatre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. alx23

    Sans âme Tome 3 : Ombre

    Le premier tome de cette série prévue en quatre volumes a commencé très fort avec des dessins très sombres et une ambiance lourde sur les champs de bataille. La violence prenait le dessus sur l’histoire basique de combats entre des mercenaires étranges. Le second tome a gagné au niveau de l’histoire avec la mise en avant de la psychologie des personnages principaux, en perdant en intensité des combats. Les dessins également évoluaient sur quelque chose de plus classique et plus coloré. Pour ce troisième tome, on va suivre un petit groupe de héros qui partent affronter des vampires dans leur repères pour mettre fin à leurs attaques de nuit. L’histoire est intéressante mais trop quelconque pour le genre. Alfio Buscaglia prend la suite des dessins dans un style plus conventionnel pour du fantastique. Au final, la série perd en intensité mais aussi en originalité au fil des albums. Il ne reste plus qu’un seul tome prévu pour milieu septembre afin de vraiment pouvoir juger dans sa globalité. Après les albums sont à petit prix pour le nombre de planches, même si le format est plus petit, le divertissement est au rendez-vous.
  18. Titre de l'album : Sans âme Tome 3 : Ombre Scenariste de l'album : Stefano Vietti & Luca Enoch Dessinateur de l'album : Alfio Buscaglia Coloriste : Andres Mossa Editeur de l'album : Paquet Note : Résumé de l'album : Une troupe de mercenaires redoutés, vivant de pillages et de batailles sanglantes, les Sans-Âme... « Les Gospodakrùta », les « Seigneurs du sang », des êtres sans âge vénérés par les habitants de Merovie. Pour la troupe des « Sans-Âme », un adversaire redoutable que l'on dit venu du plus sombre de la nuit, des démons se nourrissant de sang et de la terreur qu'ils inspirent. La mort elle-même en aurait peur... Les sans-âme seront-ils assez puissants pour affronter cette menace venue d'un autre temps ? Critique : Le premier tome de cette série prévue en quatre volumes a commencé très fort avec des dessins très sombres et une ambiance lourde sur les champs de bataille. La violence prenait le dessus sur l’histoire basique de combats entre des mercenaires étranges. Le second tome a gagné au niveau de l’histoire avec la mise en avant de la psychologie des personnages principaux, en perdant en intensité des combats. Les dessins également évoluaient sur quelque chose de plus classique et plus coloré. Pour ce troisième tome, on va suivre un petit groupe de héros qui partent affronter des vampires dans leur repères pour mettre fin à leurs attaques de nuit. L’histoire est intéressante mais trop quelconque pour le genre. Alfio Buscaglia prend la suite des dessins dans un style plus conventionnel pour du fantastique. Au final, la série perd en intensité mais aussi en originalité au fil des albums. Il ne reste plus qu’un seul tome prévu pour milieu septembre afin de vraiment pouvoir juger dans sa globalité. Après les albums sont à petit prix pour le nombre de planches, même si le format est plus petit, le divertissement est au rendez-vous. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sans-ame-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Les deux inspecteurs Baltimore et Bonvoisin poursuivent leur enquête avec des méthodes peu orthodoxes et des raisonnements étranges mais qui semblent suivre une certaine logique. Les dialogues et les situations sont complétements farfelus mais sont les marques de fabriques de cette série. En effet, l'univers même inventé par Turf est hallucinant dans ce royaume où la reine a disparu. Turf est passé maitre pour embrouiller les lecteurs avec ses personnages qui nous emmènent dans des analyses abracadabrantes. L'auteur se joue des lecteurs depuis de nombreux albums et les retournements de situations sont multiples au point de stagner dans l'intrigue avec toujours autant d'humour. La partie graphique est intéressante avec des planches classiques fourmillants de détails et des pages étranges avec les conversations des deux inspecteurs dans des escaliers sans fin. Il est amusant d'apprendre des choses sur d'autres personnes qui ne servent à rien dans la compréhension de l'histoire. Turf s'amuse tout autant avec cette série comme les lecteurs.
  20. IL faudrait qu'Angoulème s'inspire de la sélection de Quai des bulles. La il y a de tout et j'en ai lu pas mal Plus proche du public : prix quai des bulles Prix decouverte Prix Jeunesse source : http://prix.quaidesbulles.com/
  21. Titre de l'album : Le convoyeur - Tome 2 - La cité des mille flèches Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Dimitri Armand Coloriste : Dimitri Armand Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : De retour d'une de ses missions, le Convoyeur est attaqué par surprise par la mystérieuse Chasseresse. Il sort vainqueur de l'affrontement, mais renonce à achever son adversaire. Les deux ennemis se croisent à nouveau à la cour du Duc d'Arcasso, où cruauté et dépravation règnent en maîtres. Face à un mal qui les dépasse, Convoyeur et Chasseresse seront-ils capables de s'allier ? Critique : Décidément, l'actualité du scénariste du Convoyeur est chargée en ce moment puisqu'après la conclusion de son excellent diptyque Psykoparis sortie toute récemment et que j'avais déjà adoré, voici la sortie du non moins attendu tome 2 du Convoyeur, l'une des nouvelles séries qui nous avait le plus impressionné l'année dernière. Rien que ça. Alors si je vous dis qu'en plus M. Armand, le dessinateur est aussi l'homme derrière les excellentissimes Sykes et Texas Jack, et qu'on a là une superbe aventure de post apo, encore plus ambitieuse qu'entrevue dans le tome 1, je vous avoue que je vais avoir du mal à garder ma mesure. Commençons par les bémols : la partie graphique est excellente encore une fois, mais je trouve Le Convoyeur un léger cran en dessous de Sykes en terme d'effet Waouh. Rien de gênant, cette série se plaçant de toute façon en haut des sorties du genre graphiquement. Les couleurs sont belles, l'action est fluide, les découpages soignés, et les personnages aisément identifiables. Et c'est tout pour les bémols. Oui j'ai adoré tout le reste. L'histoire m'a plu. J'ai aimé qu'elle prenne encore plus d'ampleur, et que l'on ai immédiatement envie de relire le premier tome une fois le second bouclé. J'ai aimé l'évolution des personnages. J'ai aimé que l'on soit finalement bousculés dans ce que l'on croyait avoir compris. L'univers présenté est toujours plus fascinant, et je n'ai finalement qu'une hâte : La suite vite ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoyeur-tome-2-la-cite-des-mille-fleches?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Le convoyeur tome 1 - Nymphe Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Dimitri Armand Coloriste : Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Un virus s'est répandu sur la terre. La "Rouille" s'est attaquée au fer, détruisant peu à peu les infrastructures, les véhicules, les outils,… Notre civilisation est revenue à l'âge de la pierre. Dans ce monde brutal, le légendaire Convoyeur incarne le seul espoir pour beaucoup de gens. Il accepte de remplir toutes les missions qu'on lui confie, quels qu'en soient les risques. En échange de quoi, les commanditaires doivent simplement manger un oeuf étrange… Critique : Le convoyeur débute une nouvelle trilogie post-apocalyptique dans une ambiance western où l'homme a muté. En effet, dans l'histoire de Tristan Roulot, le fer est devenu aussi friable que du papier, transformant le monde que l'on connait, en rendant obsolète la plupart des structures. Cependant, l'impact le plus important provient du fer présent dans le sang de l'homme qui provoque des mutations. Dans ce monde, on suit le convoyeur un personnage mythique qui accepte toutes les commandes sans regarder le danger. Le récit est prenant et captive dès l’introduction avec ce retournement de situation assez bien amené pour présenter le convoyeur. Après les excellents westerns Sykes ou Texas Jacket, on retrouve Dimitri Armand dans un nouveau genre avec ce récit fantastique. L'auteur gère à merveille les décors en décomposition ainsi que les pouvoirs développés par l'ensemble de la population. Une version en noir et blanc dans un format plus grand était déjà disponible en librairie depuis quelques temps pour profiter du travail de Dimitri Armand. Je recommande fortement la lecture de ce premier tome qui débute très fort. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoyeur-tome-1-nymphe?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Titre de l'album : Ah, ça ira tome 3 - L'autrichienne et les cendres Scenariste de l'album : Jean-David Morvan Dessinateur de l'album : Julen Ribas Coloriste : Julen Ribas Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : C'est au château royal que s'achèvent les péripéties du trio Lisandro, Églantine, et Frédéric. Quelques mois après la Bastille, le mercenaire bravache, la militante féministe et le journaliste épris de liberté prennent le chemin de Versailles... « Rêve et crève », leur cri de ralliement résonne dans la galerie des Glaces avant qu'un final surprenant vienne conclure (ou relancer ?) leur aventure ! Critique : Jean-David Morvan continue son intrigue historique avec ses trois personnages fictifs qui joueront un rôle important lors du 5 octobre 1789. Heure après heure, on suit le déroulement avec les femmes qui pénètrent dans Versailles pour convaincre le roi de passer des lois plus juste sur la condition des femmes. L'auteur peine à nous emmener dans son intrigue avec peut-être trop d'incohérence ou alors par manque de charisme des personnages. Toujours est-il que ce troisième tome clôture cette série uchronique et surréaliste. Au niveau des dessins, Julen Ribas livre de planches assez moyenne sur cette trilogie. Les personnages et décors manquent de finesses surtout après les couvertures qui sont en contrastes avec les planches intérieures. Les amateurs de récits historique et autre uchronie autour de la Révolution française pourront trouver leur compte avec Ah, ça ira et les autres peineront à rentrer dans l'histoire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ah-ca-ira-tome-3-l-autrichienne-et-les-cendres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Jean-David Morvan continue son intrigue historique avec ses trois personnages fictifs qui joueront un rôle important lors du 5 octobre 1789. Heure après heure, on suit le déroulement avec les femmes qui pénètrent dans Versailles pour convaincre le roi de passer des lois plus juste sur la condition des femmes. L'auteur peine à nous emmener dans son intrigue avec peut-être trop d'incohérence ou alors par manque de charisme des personnages. Toujours est-il que ce troisième tome clôture cette série uchronique et surréaliste. Au niveau des dessins, Julen Ribas livre de planches assez moyenne sur cette trilogie. Les personnages et décors manquent de finesses surtout après les couvertures qui sont en contrastes avec les planches intérieures. Les amateurs de récits historique et autre uchronie autour de la Révolution française pourront trouver leur compte avec Ah, ça ira et les autres peineront à rentrer dans l'histoire.
  25. Mon projet du moment Ca a l'air bien drôle, sexy et joliment dessiné ! C'est au format Comics en couverture souple avec une pagination qui devrait augmenter pour arriver à 144 pages. C'est en financement sur Ulule pendant encore 30 jours. Je vous met un extrait : Si a vous intéresse, ca se passe ici : https://fr.ulule.com/money-shot/ Venez par la ca promet d'être drôle ! Pos
×
×
  • Créer...