Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'fantaisy'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


8 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Une histoire de trolls et de voleurs t2 : Muroc Scenariste de l'album : Ken Broeders Dessinateur de l'album : Ken Broeders Coloriste : Ken Broeders Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : À Muroc, le sorcier rouge aide Ysabeau à retrouver ses souvenirs dans l'espoir de retrouver sa soeur et de vaincre la sorcière. En parallèle, la ville est agitée : tandis que Delric s'arme en prévision de la confrontation à venir, des pourparlers tendus s'organisent entre l'armée de Durys et le peuple Trolls, représenté par Mère Knosser. Mais alors que le travail de la jeune humaine et du sorcier rouge porte enfin ses fruits, une brèche s'ouvre et permet à la terrible sorcière de retrouver la trace de nos héros. C'est le début d'un combat difficile dont l'issue est plus qu'incertaine. Critique : J'ai déjà dis tout le bien que je pensais du premier tome de cette série. Et bien sans grande surprise, ce tome deux est dans la ligne droite du premier : de la vraie fantasy de conte. Vous savez celle sans trop humour, avec des méchants très méchants, des causes désespérées, des quêtes tout ça tout ça. Toujours porté par un graphisme superbe "a la Civiello", ce deuxième tome nous en apprend plus sur les elfes mais surtout sur Ysabeau et le monde des humains. Notre méchante devient encore plus méchante et les différentes races se retrouvent face au mur. Je n'en dirais pas plus de peur de trop vous en révéler. Mais gardez bien à l'esprit que l'on retrouve dans cette histoire de la Fantasy d'avant. Un coté Dark Crystal, un coté Willow, un petit côté Bilbon le Hobbit ou d'autre récits fondateurs qui ne s'obligeaient pas à rendre l'histoire marrante pour plaire à tout le monde. Un vrai délice et une vraie belle trouvaille pour Drakoo. Une trouvaille qui, après la parution du forcement bon troisième tome, montera tout en haut des meilleures parutions de cette jeune collection. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/une-histoire-de-voleurs-et-de-trolls-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. J'ai déjà dis tout le bien que je pensais du premier tome de cette série. Et bien sans grande surprise, ce tome deux est dans la ligne droite du premier : de la vraie fantasy de conte. Vous savez celle sans trop humour, avec des méchants très méchants, des causes désespérées, des quêtes tout ça tout ça. Toujours porté par un graphisme superbe "a la Civiello", ce deuxième tome nous en apprend plus sur les elfes mais surtout sur Ysabeau et le monde des humains. Notre méchante devient encore plus méchante et les différentes races se retrouvent face au mur. Je n'en dirais pas plus de peur de trop vous en révéler. Mais gardez bien à l'esprit que l'on retrouve dans cette histoire de la Fantasy d'avant. Un coté Dark Crystal, un coté Willow, un petit côté Bilbon le Hobbit ou d'autre récits fondateurs qui ne s'obligeaient pas à rendre l'histoire marrante pour plaire à tout le monde. Un vrai délice et une vraie belle trouvaille pour Drakoo. Une trouvaille qui, après la parution du forcement bon troisième tome, montera tout en haut des meilleures parutions de cette jeune collection.
  3. Titre de l'album : Donjon Antipodes +10 000 : Rubeus Khan Scenariste de l'album : Joann Sfar et Lewis Trondheim Dessinateur de l'album : Vince Coloriste : Walter Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Pour lutter contre l'invasion des démons géants surgis des entrailles de Terra Amata, l'oncle de Rubéus a créé une usine de robots géants prêts à les affronter. Rubéus, lui, est gardien de nuit dans cette usine. Un travail plutôt tranquille jusqu'au jour où il est accusé de sabotage. Mais le jeune homme est bien décidé à faire la lumière sur son innocence. Critique : Alors quand on est un tome de Donjon, dernier sorti d'une longue lignée, on est un peu comme le dernier petit frère d'une très très grande famille. Mais quand en plus on est le 1er du bout du bout (du bout positif: +10 000!), c'est à dire sur la chronologie, le 1er tome de l'ère moderne de Donjon. La pression sur ses petites épaules doit être très grande. Surtout quand l'écart (qui se compte en niveau dans Donjon, soit 1 album) est dans les +10 000.... Wha wha ou... Beaucoup de questions peuvent se poser. Suis je encore un Donjon ? Qu'est ce que je peux encore amener dans l'histoire alors que je suis si loin de ma base de départ ? Et à la série ? Est ce que je vais être aussi drôle et fin que les 1ers Donjon de la période Zénith et conquérir le monde ? Ou triste comme un crépuscule ? Et ou sont les objets du destin ? Ah bah non, cette question, on ne va pas y répondre pour l'instant. Donjon +10 000 ou Donjon et demi ? Alors est ce qu'on est encore dans Donjon ? Incontestablement oui. On retrouve dans ce tome du Donjon. Le héros s'appelle Rubéus Khan. Rien que ce grand nom devrait faire frémir des tas de fantômes et démon encore vivants. Pourtant dans ce 1er tome, la filiation est lointaine même si on peut retrouver ici un trait de caractère, là un nom ou une apparence physique qui n'est pas forcément sans rappeler quelques ancêtres potentiels ou encore mieux, des références. Et cet album en fait pas mal, sans toutefois être très clair sur les références. Un peu comme dans un Donjon de la grande époque en fait. Ce qui prouve qu'on est encore dans du Donjon. Mais alors l'album il est bien ou pas ? Bah il est pas mal. Faudrait être difficile quand même. C'est de la bonne aventure. Il y a de la bagarre par exemple. Et Rubéus est un peu le roi de la bagarre dans cet album. Ça va castagner au fil des cases en effet. Après on est aussi dans les temps modernes. Avec critique de la société actuelle en arrière plan sur fond de voitures, de petites magouilles, de grands patrons, d'économie de la vie moderne... La vie quoi. Du coup, on est quand même loin des Donjons de l'époque du milieu tout en y étant clairement affilié (maintenant j'appelle comme ça les albums qui sont entre deux antipodes). Et ça, ça peut-être compliqué pour le lecteur que je suis. Pour tous je suppose. Et du coup qu'en penser ? Du coup, à titre personnel, je me pose encore la question. Est ce que j'ai aimé l'album ou est ce que j'ai aimé la nostalgie de la lecture des anciens albums qui sont rappelés ici ? Pour l'instant difficile à dire... J'hésite. J'hésite tellement que je verrais par la suite en fait. Les albums s’imbriquent les uns dans les autres pour former un grand tout, et parmi tous les Donjons parus à ce jour, il y a forcément des albums que vous allez aimer plus que d'autres. En tout cas, les auteurs sont toujours là avec des choses à faire passer. L'album est très réussi sur le plan visuel, les couleurs, les dessins, la galerie de personnages, les situations croquignolesques. Le scénario. Les dialogues percutants. Ça le fait grave en fait!!! Sur tous ces points on est bien dans du Donjon! Et c'est du plaisir. Donc c'est génial ? Donjon est de retour ? Et pourtant.... Je n'y retrouve pas la joie de mes lectures des tomes du milieu (période Zénith ou Potron minet, Crépuscule était tout de même bien sombre). Bref, dans le Donjon tout est-il toujours aussi bon ? A chacun de juger aussi avec sa propre expérience du Donjon. Certains vont beaucoup aimer, d'autres moins. C'est en tout cas un bon divertissement Donjonesque, aucun doute la dessus. Pour info les auteurs semblent à nouveau en période de croisière Donjonesque et des tas de Donjons sont annoncés pour les mois qui viennent! Et Ça c'est quand même très très cool! Autres infos : Je me demande si le gardien à eu des descendants. Je crois que non. Mince j'ai oublié. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/donjon-antipodes-10000-rubeus-khan?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Alors quand on est un tome de Donjon, dernier sorti d'une longue lignée, on est un peu comme le dernier petit frère d'une très très grande famille. Mais quand en plus on est le 1er du bout du bout (du bout positif: +10 000!), c'est à dire sur la chronologie, le 1er tome de l'ère moderne de Donjon. La pression sur ses petites épaules doit être très grande. Surtout quand l'écart (qui se compte en niveau dans Donjon, soit 1 album) est dans les +10 000.... Wha wha ou... Beaucoup de questions peuvent se poser. Suis je encore un Donjon ? Qu'est ce que je peux encore amener dans l'histoire alors que je suis si loin de ma base de départ ? Et à la série ? Est ce que je vais être aussi drôle et fin que les 1ers Donjon de la période Zénith et conquérir le monde ? Ou triste comme un crépuscule ? Et ou sont les objets du destin ? Ah bah non, cette question, on ne va pas y répondre pour l'instant. Donjon +10 000 ou Donjon et demi ? Alors est ce qu'on est encore dans Donjon ? Incontestablement oui. On retrouve dans ce tome du Donjon. Le héros s'appelle Rubéus Khan. Rien que ce grand nom devrait faire frémir des tas de fantômes et démon encore vivants. Pourtant dans ce 1er tome, la filiation est lointaine même si on peut retrouver ici un trait de caractère, là un nom ou une apparence physique qui n'est pas forcément sans rappeler quelques ancêtres potentiels ou encore mieux, des références. Et cet album en fait pas mal, sans toutefois être très clair sur les références. Un peu comme dans un Donjon de la grande époque en fait. Ce qui prouve qu'on est encore dans du Donjon. Mais alors l'album il est bien ou pas ? Bah il est pas mal. Faudrait être difficile quand même. C'est de la bonne aventure. Il y a de la bagarre par exemple. Et Rubéus est un peu le roi de la bagarre dans cet album. Ça va castagner au fil des cases en effet. Après on est aussi dans les temps modernes. Avec critique de la société actuelle en arrière plan sur fond de voitures, de petites magouilles, de grands patrons, d'économie de la vie moderne... La vie quoi. Du coup, on est quand même loin des Donjons de l'époque du milieu tout en y étant clairement affilié (maintenant j'appelle comme ça les albums qui sont entre deux antipodes). Et ça, ça peut-être compliqué pour le lecteur que je suis. Pour tous je suppose. Et du coup qu'en penser ? Du coup, à titre personnel, je me pose encore la question. Est ce que j'ai aimé l'album ou est ce que j'ai aimé la nostalgie de la lecture des anciens albums qui sont rappelés ici ? Pour l'instant difficile à dire... J'hésite. J'hésite tellement que je verrais par la suite en fait. Les albums s’imbriquent les uns dans les autres pour former un grand tout, et parmi tous les Donjons parus à ce jour, il y a forcément des albums que vous allez aimer plus que d'autres. En tout cas, les auteurs sont toujours là avec des choses à faire passer. L'album est très réussi sur le plan visuel, les couleurs, les dessins, la galerie de personnages, les situations croquignolesques. Le scénario. Les dialogues percutants. Ça le fait grave en fait!!! Sur tous ces points on est bien dans du Donjon! Et c'est du plaisir. Donc c'est génial ? Donjon est de retour ? Et pourtant.... Je n'y retrouve pas la joie de mes lectures des tomes du milieu (période Zénith ou Potron minet, Crépuscule était tout de même bien sombre). Bref, dans le Donjon tout est-il toujours aussi bon ? A chacun de juger aussi avec sa propre expérience du Donjon. Certains vont beaucoup aimer, d'autres moins. C'est en tout cas un bon divertissement Donjonesque, aucun doute la dessus. Pour info les auteurs semblent à nouveau en période de croisière Donjonesque et des tas de Donjons sont annoncés pour les mois qui viennent! Et Ça c'est quand même très très cool!
  5. poseidon2

    Why nobody remenber my world t4

    Decidement ce manga est vraiment surprenant par sa densité. Que d'histoire passée en 3 volumes et que de promesses à venir. Et ce tome 4 est excellent car il solidifie l'ensemble. En effet on avait eu peur, durant le tome 3, que la série soit courte avec juste un gros combat avec la reine des démons. Les 3 premiers tomes étaient tellement rapides qu'ils laissaient imaginer une série au scénario brouillon et uniquement la pour nous montrer des gros combats. Et bien se tome quatre nous montre que pas du tout. Il y a une vrai histoire. On le voit bien par le changement de région de nos héros et l'arrivée chez les "Anges". En effet le decors est completement differents. Les pouvoirs, la base de la rebellion mais surtout le bestiaires et l'environnement n'ont rien à voir, sont très thématiques et bien expliqués. On se rend compte que nos auteurs maitrisent à merveille leur univers. Et ca c'est un excellent signe pour la suite car si la série continue à ce niveau la de densité, cela nous promet de merveilleuses lectures à venir ! On en redemande !
  6. Titre de l'album : Why nobody remenber my world t4 Scenariste de l'album : Kei Sazane Dessinateur de l'album : Arikan Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Pourquoi personne ne se souvient du monde d'avant ? La Grande Guerre pour la suprématie du monde qui opposa les cinq races se solda par la victoire de l'humanité menée par le héros Sid. Mais le monde a tout à coup été "réécrit" et, dans ce nouveau monde, les humains ont perdu la Grande Guerre des cinq races. Après avoir hérité de l'épée de Sid, le héros légendaire qui a conduit l'humanité à la victoire dans le vrai monde, le jeune Kai fait soudainement la rencontre de Rinne, une mystérieuse jeune fille attachée à des chaînes. C'est alors qu'apparaît une autre étrange créature féminine ressemblant à une marionnette atrocement mutilée... Un jeune homme dont l'existence a été effacée va tenter de remettre en place le vrai monde tel qu'il était avant ! Critique : Decidement ce manga est vraiment surprenant par sa densité. Que d'histoire passée en 3 volumes et que de promesses à venir. Et ce tome 4 est excellent car il solidifie l'ensemble. En effet on avait eu peur, durant le tome 3, que la série soit courte avec juste un gros combat avec la reine des démons. Les 3 premiers tomes étaient tellement rapides qu'ils laissaient imaginer une série au scénario brouillon et uniquement la pour nous montrer des gros combats. Et bien se tome quatre nous montre que pas du tout. Il y a une vrai histoire. On le voit bien par le changement de région de nos héros et l'arrivée chez les "Anges". En effet le decors est completement differents. Les pouvoirs, la base de la rebellion mais surtout le bestiaires et l'environnement n'ont rien à voir, sont très thématiques et bien expliqués. On se rend compte que nos auteurs maitrisent à merveille leur univers. Et ca c'est un excellent signe pour la suite car si la série continue à ce niveau la de densité, cela nous promet de merveilleuses lectures à venir ! On en redemande ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/why-nobody-remembers-my-world-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Le danthrakon t2 : Lyerelei la fantasque Scenariste de l'album : Christophe Arleston Dessinateur de l'album : Olivier Boiscommun Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Nuwan, apprenti marmiton chez le mage Waïwo, a vu sa vie bouleversée depuis qu'un puissant grimoire s'est déversé en lui, le transformant et le manipulant. Avec l'étudiante Lerëh, il est à la recherche du moyen de rompre cette malédiction. L'Inquisiteur Amutu, qui suspecte une magie interdite et qui veut remettre la main sur le grimoire - le Danthrakon - les poursuit implacablement, dans sa Mygatule, une araignée géante tisseuse de sorts et d'orages. C'est auprès de la presque immortelle Lyreleï, mère de Lerëh, qu'ils vont chercher assistance. Mais cette rencontre entre mère est fille est l'occasion de découvrir de lourds secrets de famille... Naufrages, sirènes, palais merveilleux, mages avides et mesquins, aventurière manipulatrice, chouchou servile et vengeur masqué, voilà quelques-uns des ingrédients de ce second volume de la trilogie Danthrakon, un album haletant servi par le trait précis et dynamique d'Olivier Boiscommun. Critique : On a retrouvé Arleston. Enfin celui qu'on aime qui nous a fait le fameux premier cycle de Lanfeust ou encore les premiers tome d'Ekho. En effet le premier tome était assez quelconque avec une présentation des personnages pas très originale tout comme l'avancée sans surprise de l'histoire. Un premier tome sympathique mais sans réelle saveur. Ce tome deux est tout autre. Dans ce tome ci on retrouve l’espièglerie et les surprises tombant de nulle part qui ont fait le succès de Lanfeust. Notre anti héros n'évolue pas forcement beaucoup mais tous les personnages secondaires sont à la fête. Les parents de Lerëh sont tout simplement géniaux. J Tout comme le boulet de service qui trahit a tout va ses maîtres ou encore l’inquisiteur dont tous avait peur.... Bref toute une batterie de personnage qui gravite autour de notre héros et hausse considérablement le niveau d'humour et de surprise. Un très bon tome pour une série qui, au final, pourrait trouver bonne place parmi les bonnes séries d'Arleston. Autres infos : beaucoup de mieux :) Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/danthrakon-tome-2-lyrelei-la-fantasque?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. On a retrouvé Arleston. Enfin celui qu'on aime qui nous a fait le fameux premier cycle de Lanfeust ou encore les premiers tome d'Ekho. En effet le premier tome était assez quelconque avec une présentation des personnages pas très originale tout comme l'avancée sans surprise de l'histoire. Un premier tome sympathique mais sans réelle saveur. Ce tome deux est tout autre. Dans ce tome ci on retrouve l’espièglerie et les surprises tombant de nulle part qui ont fait le succès de Lanfeust. Notre anti héros n'évolue pas forcement beaucoup mais tous les personnages secondaires sont à la fête. Les parents de Lerëh sont tout simplement géniaux. J Tout comme le boulet de service qui trahit a tout va ses maîtres ou encore l’inquisiteur dont tous avait peur.... Bref toute une batterie de personnage qui gravite autour de notre héros et hausse considérablement le niveau d'humour et de surprise. Un très bon tome pour une série qui, au final, pourrait trouver bonne place parmi les bonnes séries d'Arleston.
×
×
  • Créer...