Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'kodomo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


10 résultats trouvés

  1. Nickad

    Coco l'île magique tome 3

    Terio, le « chat » extraterrestre poursuit son exploration de l’ile pour comprendre la magie utilisée par les humains, c’est grâce à Mimi, une autre petite fille, qu’il peut avancer dans ses recherches. De son côté, l’entrainement de Coco commence à porter ses fruits et elle manipule mieux sa magie, il y a encore du chemin pour qu’elle puisse s’en servir correctement. Le côté graphique de Keisuke KOTOBUKI est très particulier, pas forcément très détaillé, il préfère utiliser la peinture et/ou aquarelle, cela peut laisser une impression de vide parfois. Concernant l’histoire, elle avance lentement voire trop lentement, on a plus l’impression de se la couler douce plutôt que d’avancer dans la trame principale. Même si ce manga est plus destiné à un jeune public, il manque d’action pour être captivant et les personnages ne sont pas très charismatiques.
  2. Titre de l'album : Coco l'île magique tome 3 Scenariste de l'album : KOTOBUKI Keisuke Dessinateur de l'album : KOTOBUKI Keisuke Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Sur l'île de la jeune Coco, tous les habitants possèdent des pouvoirs magiques. Ils s'en servent comme source d'énergie pour faire fonctionner les machines, gonfler les voiles des bateaux, éclairer les rues... Les enfants apprennent à maîtriser cette force à l'école, mais Coco a un problème : dès qu'elle essaie d'utiliser ses capacités, elle provoque des catastrophes ! Pourtant, sous ses airs détachés, elle cache le rêve de devenir une magicienne digne de ce nom... Le professeur, un inventeur de génie, sent son potentiel et la fait participer à ses expériences... qui finissent toujours en explosions ! Cependant, l'énergie dégagée par l'enfant ne passe pas inaperçue : un étrange personnage encapuchonné est à sa recherche... Quel est donc son but ? Critique : Terio, le « chat » extraterrestre poursuit son exploration de l’ile pour comprendre la magie utilisée par les humains, c’est grâce à Mimi, une autre petite fille, qu’il peut avancer dans ses recherches. De son côté, l’entrainement de Coco commence à porter ses fruits et elle manipule mieux sa magie, il y a encore du chemin pour qu’elle puisse s’en servir correctement. Le côté graphique de Keisuke KOTOBUKI est très particulier, pas forcément très détaillé, il préfère utiliser la peinture et/ou aquarelle, cela peut laisser une impression de vide parfois. Concernant l’histoire, elle avance lentement voire trop lentement, on a plus l’impression de se la couler douce plutôt que d’avancer dans la trame principale. Même si ce manga est plus destiné à un jeune public, il manque d’action pour être captivant et les personnages ne sont pas très charismatiques. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/coco-l-ile-magique-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Coco, l'île magique tomes 1 et 2

    Sur l’ile du croissant de lune, tous les habitants peuvent faire de la magie, une magie simple qui sert pour la vie de tous les jours, avec les siècles, la grande magie et les sorts importants ont été oubliés. Coco est une petite fille pas très douée dans cette pratique, elle ne manque pas d’énergie, c’est juste qu’elle ne sait pas la contrôler et provoque régulièrement des accidents. Dépitée, elle n’est plus motivée pour rien et ne veut plus faire d’efforts jusqu’au jour où elle va héberger Terio, un chat qui parle, vêtu d’une cape, qui dit être venu d’une ile dans le ciel ! Pour retourner chez lui, il a besoin de l’aide de Coco. Mais attention car une autre « chat », lui a d’autres intentions concernant le pouvoir de Coco. Le manga est un kodomo, c’est-à-dire un manga destiné aux plus jeunes. Le dessin est agréable, tout en rondeur et en couleur et les méchants ne sont pas très méchants. On reprochera peut-être un manque d’entrain dans ce début de série, un peu de longueur parfois. L’auteur est déjà connu en France pour ses séries Kamisama et Roji, destinées elles-aussi aux enfants. Coco l’île magique est un manga sympathique et mignon.
  4. Titre de l'album : Coco, l'île magique tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : KOTOBUKI Keisuke Dessinateur de l'album : KOTOBUKI Keisuke Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Sur l'île de la jeune Coco, tous les habitants possèdent des pouvoirs magiques. Ils s'en servent comme source d'énergie pour faire fonctionner les machines, gonfler les voiles des bateaux, éclairer les rues... Les enfants apprennent à maîtriser cette force à l'école, mais Coco a un problème : dès qu'elle essaie d'utiliser ses capacités, elle provoque des catastrophes ! Pourtant, sous ses airs détachés, elle cache le rêve de devenir une magicienne digne de ce nom... Le professeur, un inventeur de génie, sent son potentiel et la fait participer à ses expériences... qui finissent toujours en explosions ! Cependant, l'énergie dégagée par l'enfant ne passe pas inaperçue : un étrange personnage encapuchonné est à sa recherche... Quel est donc son but ? Critique : Sur l’ile du croissant de lune, tous les habitants peuvent faire de la magie, une magie simple qui sert pour la vie de tous les jours, avec les siècles, la grande magie et les sorts importants ont été oubliés. Coco est une petite fille pas très douée dans cette pratique, elle ne manque pas d’énergie, c’est juste qu’elle ne sait pas la contrôler et provoque régulièrement des accidents. Dépitée, elle n’est plus motivée pour rien et ne veut plus faire d’efforts jusqu’au jour où elle va héberger Terio, un chat qui parle, vêtu d’une cape, qui dit être venu d’une ile dans le ciel ! Pour retourner chez lui, il a besoin de l’aide de Coco. Mais attention car une autre « chat », lui a d’autres intentions concernant le pouvoir de Coco. Le manga est un kodomo, c’est-à-dire un manga destiné aux plus jeunes. Le dessin est agréable, tout en rondeur et en couleur et les méchants ne sont pas très méchants. On reprochera peut-être un manque d’entrain dans ce début de série, un peu de longueur parfois. L’auteur est déjà connu en France pour ses séries Kamisama et Roji, destinées elles-aussi aux enfants. Coco l’île magique est un manga sympathique et mignon. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/coco-l-ile-magique-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Rilakkuma tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : KONDO Aki Dessinateur de l'album : KONDO Aki Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Un jour, un mystérieux costume d'ours nommé Rilakkuma visite la maison de Kaoru... et s'y installe. Rilakkuma est paresseux, détendu, jamais stressé ni fâché. Il fait les choses à son rythme. Même si Kiiroitori, l'oiseau jaune, lui reproche souvent de rester sans rien faire, les jours s'écoulent paisiblement. Impossible d'en vouloir à Rilakkuma, il est bien trop paisible. Vous pouvez bien remettre à plus tard vos occupations, non ? Et si vous vous laissiez tenter par un peu de paresse ? Critique : Rilakkuma est un mignon ours brun, enfin a priori vu qu’il peut enlever son costume d’ours et en a plusieurs de rechange. Il vit dans une maison accompagnée d’un petit oiseau jaune qui fait un peu toutes les taches ménagères et d’un petit ours blanc plutôt dynamique et farceur. Le manga est destiné à toute la famille et est décliné sous le format de gag en 4 cases verticales appelé yonkoma. On suit le quotidien de cette petite troupe entre plaisanteries, culture et fainéantise. Car il faut bien le dire, si les histoires s’articulent autour de Rilakkuma, ce dernier est le roi des paresseux. Mais il participe aussi, à sa manière, à la vie de la maison et aux traditions culturelles japonaises ; on découvre ainsi au fil de l’année les différentes fêtes et célébrations de la culture nippone. Le manga peut être lu par les plus jeunes car les personnages sont mignons et le dessin facilement compréhensible, mais les adultes peuvent aussi y trouver leur compte par l’apport culturel ou l’humour qui se cache parfois dans certaines pages. Le manga est sympathique mais plaira tout de même plus aux enfants, j’avoue m’y être légèrement ennuyée. L’auteure Aki KONDO est designer et a commencé à travailler dans le célèbre studio San-X, spécialisé dans le développement de personnages kawaii. Elle a créé le personnage de Rilakkuma (contraction de relax et du mot japonais pour dire ours) en 2003. Le manga est toujours en cours, il y a pour le moment 12 tomes, le personnage de Rilakkuma est aussi devenu très populaire dans le monde grâce à toute une gamme de produits dérivés et bénéficie aussi d’une série animée en stop-motion. Ci-dessous, des images du manga, un exemple de produits trop kawaii et une image de l’anime. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rilakkuma-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Rilakkuma tomes 1 et 2

    Rilakkuma est un mignon ours brun, enfin a priori vu qu’il peut enlever son costume d’ours et en a plusieurs de rechange. Il vit dans une maison accompagnée d’un petit oiseau jaune qui fait un peu toutes les taches ménagères et d’un petit ours blanc plutôt dynamique et farceur. Le manga est destiné à toute la famille et est décliné sous le format de gag en 4 cases verticales appelé yonkoma. On suit le quotidien de cette petite troupe entre plaisanteries, culture et fainéantise. Car il faut bien le dire, si les histoires s’articulent autour de Rilakkuma, ce dernier est le roi des paresseux. Mais il participe aussi, à sa manière, à la vie de la maison et aux traditions culturelles japonaises ; on découvre ainsi au fil de l’année les différentes fêtes et célébrations de la culture nippone. Le manga peut être lu par les plus jeunes car les personnages sont mignons et le dessin facilement compréhensible, mais les adultes peuvent aussi y trouver leur compte par l’apport culturel ou l’humour qui se cache parfois dans certaines pages. Le manga est sympathique mais plaira tout de même plus aux enfants, j’avoue m’y être légèrement ennuyée. L’auteure Aki KONDO est designer et a commencé à travailler dans le célèbre studio San-X, spécialisé dans le développement de personnages kawaii. Elle a créé le personnage de Rilakkuma (contraction de relax et du mot japonais pour dire ours) en 2003. Le manga est toujours en cours, il y a pour le moment 12 tomes, le personnage de Rilakkuma est aussi devenu très populaire dans le monde grâce à toute une gamme de produits dérivés et bénéficie aussi d’une série animée en stop-motion. Ci-dessous, des images du manga, un exemple de produits trop kawaii et une image de l’anime.
  7. Dans la ville de Fukuneko, il y a des chats porte bonheur, ils seraient là pour aider ceux à qui il manque quelque chose. Les élus les verraient alors sous une forme humanoïde : des enfants avec des oreilles et une queue de chat. Pour les autres, ce sont juste des chats normaux. Ako, dont les parents ont disparu et la grand-mère vient de décéder, emménage dans la maison de cette dernière avec sa grand-sœur et son petit frère. Elle a beaucoup de mal à s’adapter, c’est ainsi que le chat de sa grand-mère, Fuku, va décider de s’occuper d’elle. Fukuneko est le nom donné à ces chats particuliers, ils ont donné leur nom à la ville. Comme ils descendraient du dieu du bonheur, ils ont certains pouvoirs et vivent très longtemps. C’est un manga jeunesse qui est rempli de bons sentiments, les Fukuneko sont trop mignons et ont une danse du bonheur absolument adorable. Il n’y a pas une grande intrique mais plutôt tout un tas de petites histoires autour d’Ako et sa famille et surtout sur le quotidien des Fukuneko. Un manga plein de tendresse à lire par toute la famille !
  8. Titre de l'album : Fukuneko, les chats du bonheur tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : MATSUZAWA Mari Dessinateur de l'album : MATSUZAWA Mari Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Dans la ville de Fukuneko, les chats sont loin d'être des félins ordinaires. En effet, si vous êtes chanceux, l'un d'eux vous choisira peut-être pour vous rendre heureux ! Dénommés les «fukuneko», ces serviteurs du dieu des chats ont le pouvoir d'apporter le bonheur à l'humain de leur choix. C'est ainsi que la jeune Ako, fraîchement débarquée à la campagne, se voit adoptée par Fuku, la chatte de sa défunte arrière-grand-mère. À ses yeux seulement, l'animal a l'apparence d'une fillette aux oreilles de félin... Critique : Dans la ville de Fukuneko, il y a des chats porte bonheur, ils seraient là pour aider ceux à qui il manque quelque chose. Les élus les verraient alors sous une forme humanoïde : des enfants avec des oreilles et une queue de chat. Pour les autres, ce sont juste des chats normaux. Ako, dont les parents ont disparu et la grand-mère vient de décéder, emménage dans la maison de cette dernière avec sa grand-sœur et son petit frère. Elle a beaucoup de mal à s’adapter, c’est ainsi que le chat de sa grand-mère, Fuku, va décider de s’occuper d’elle. Fukuneko est le nom donné à ces chats particuliers, ils ont donné leur nom à la ville. Comme ils descendraient du dieu du bonheur, ils ont certains pouvoirs et vivent très longtemps. C’est un manga jeunesse qui est rempli de bons sentiments, les Fukuneko sont trop mignons et ont une danse du bonheur absolument adorable. Il n’y a pas une grande intrique mais plutôt tout un tas de petites histoires autour d’Ako et sa famille et surtout sur le quotidien des Fukuneko. Un manga plein de tendresse à lire par toute la famille ! Autres infos : Edition Nobi Nobi! Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/fukuneko-les-chats-du-bonheur-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Nickad

    Yoshi's new island

    Voici un nouveau manga de l’univers Mario. Comme les précédents, il s’agit d’un manga de gags, composé de courts chapitres ou les jeux de mots et situations burlesques se succèdent. Vous trouverez aussi tous les personnages habituels : Mario, Luigi, Yoshi, Bowser, Ukiki, Kamek… Dans cette histoire, bébé Mario et bébé Luigi sont séparés suite à une action malveillante de bébé Bowser, bébé Mario aidé de Yoshi et Ukiki partent à la recherche de bébé Luigi. Le livre est destiné à un jeune public (à partir de 8 ans), les gags sont donc du niveau enfant, avec quelques caca, prout chers à l’auteur mais en quantité modérée. Après comme les personnages principaux sont des bébés, il y a des situations propres à cet âge-là. L’édition est de qualité avec une planche de stickers au début et le 1er chapitre de Mario adventures à la fin. Pour les enfants adeptes de Mario, pourquoi pas mais en ce qui me concerne, j’arrête les mangas de cet univers, j’ai beaucoup trop de mal à les lire…
  10. Nickad

    Yoshi's new island

    Titre de l'album : Yoshi's new island Scenariste de l'album : SAWADA Yukio Dessinateur de l'album : SAWADA Yukio Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Alors que les Yoshis vivaient paisiblement sur l'île œuf, un petit être tombe soudainement du ciel : Bébé Mario ! Mais pourquoi est-il seul ? Où est passé son frère Bébé Luigi ?!? Hein ? Il a été enlevé par Bébé Bowser ?!? Yoshi décide alors de prendre Bébé Mario avec lui et de partir à sa recherche, pour le meilleur et pour le rire... Critique : Voici un nouveau manga de l’univers Mario. Comme les précédents, il s’agit d’un manga de gags, composé de courts chapitres ou les jeux de mots et situations burlesques se succèdent. Vous trouverez aussi tous les personnages habituels : Mario, Luigi, Yoshi, Bowser, Ukiki, Kamek… Dans cette histoire, bébé Mario et bébé Luigi sont séparés suite à une action malveillante de bébé Bowser, bébé Mario aidé de Yoshi et Ukiki partent à la recherche de bébé Luigi. Le livre est destiné à un jeune public (à partir de 8 ans), les gags sont donc du niveau enfant, avec quelques caca, prout chers à l’auteur mais en quantité modérée. Après comme les personnages principaux sont des bébés, il y a des situations propres à cet âge-là. L’édition est de qualité avec une planche de stickers au début et le 1er chapitre de Mario adventures à la fin. Pour les enfants adeptes de Mario, pourquoi pas mais en ce qui me concerne, j’arrête les mangas de cet univers, j’ai beaucoup trop de mal à les lire… Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/yoshi-new-island?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...