Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'seinen'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


114 résultats trouvés

  1. Nickad

    Bâtard tome 1

    Titre de l'album : Bâtard tome 1 Scenariste de l'album : KIM Carnby Dessinateur de l'album : HWANG Youngchan Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Autour du lycée de Jin, les disparitions de femmes se multiplient... Le jeune garçon vit pourtant dans un quartier huppé grâce à la réussite de son père, P.-D.G. d'une grande entreprise. On pourrait croire qu'il a tout pour être heureux, mais l'adolescent souffre de l'absence de sa mère et d'une vie solitaire. Son seul repère est son père : toujours prêt à aider son prochain, il est connu pour ses actions caritatives. Pourtant, ses airs avenants dissimulent un tueur en série à la cruauté sans limites... C'est lui qui se cache derrière les disparitions ! Et Jin est bien placé pour le savoir, puisqu'il joue depuis des années le rôle d'appât afin d'assurer sa propre survie ! Sa mission ? Attirer les victimes et les assommer à coups de masse avant de les livrer à leur bourreau... Mais quand la prochaine cible désignée est la nouvelle élève de sa classe, la seule à lui avoir jamais porté de l'intérêt, c'est le déclic. Pour la première fois, il décide de se rebeller : qui sortira vivant de cet implacable duel père-fils ? Plongez dans un thriller psychologique sans concession ! De page en page, le suspense se fait toujours plus haletant au fil d'une intrigue déroulée de main de maître. Critique : Depuis peu et devant le succès des webtoon, les éditeurs français se lancent dans la sortie papier de ces œuvres. Après killing stalking et avant la sortie de solo levelling, Ki-oon nous propose ici sa nouvelle collection nommée toon. L’édition est donc toute en couleur pour respecter l’œuvre originale et dans un format un peu plus grand (15x21 cm), ce manga coréen comportera 5 tomes au total. Bâtard c’est une ambiance très sombre, c’est l’histoire de Jin un adolescent coincé dans sa vie. Coincé par la peur de ce père psychopathe, coincé dans ses actions qui font de lui le complice forcé de son paternel pour pouvoir survivre. Coincé par les apparences aussi, comment demander de l’aide quand son père est en extérieur bien sous tous rapports, trop bien même car il peaufine son image en jouant les bons samaritains. Il y a une tension constante, Jin est sans cesse sur le qui-vive, tout le temps observé par son père, et ne semble pas avoir de marge de manœuvre. On sent que la confrontation se prépare et que l’histoire va monter en puissance. Un très bon début pour ce thriller. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batard-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Alma tome 1

    Titre de l'album : Alma tome 1 Scenariste de l'album : MITO Shinji Dessinateur de l'album : MITO Shinji Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Dans un monde en ruine d'où l'humanité semble avoir été éradiquée, Ray cherche désespérément d'autres survivants sous le regard inquiet de son amie Trice. Lorsqu'un attaquant venu du ciel tente de tuer Ray, Trice s'interpose et révèle au grand jour un secret caché depuis quinze ans... Commence alors pour le jeune homme un long voyage, guidé par les paroles de son amie. Critique : Alma est un bon et beau manga post-apocalyptique. Il commence avec Ray, un garçon perdu au milieu des ruines d’une ville moderne. Les décors sont magnifiques, les bâtiments effondrés, les voitures à l’abandon, les vitres cassées… tout nous permet de nous plonger dans l’ambiance de fin du monde. L’auteur a pris soin des détails et propose des points de vue sous plusieurs angles qui donnent un vrai relief au dessin. Ray recherche chaque jour d’autres humains, tout en cartographiant la zone. Tout comme lui, on apprend au fur et à mesure le contexte, on découvre que ce monde était technologiquement très avancé (son animal de compagnie est en partie mécanisé), on sent qu’il y a eu un conflit avec les robots, un peu comme dans le film A.I. (il y a d’ailleurs certains points communs) Le personnage de Ray, tout en rondeur, symbolise l’espoir, un regard nouveau sur la situation, son innocence permet à l’auteur d’apporter de la douceur, une certaine forme de poésie et surtout d’entamer une réflexion sur l’humanité. Ce 1er tome n’est que le début du voyage, on sent qu’il y a des secrets à découvrir et on a envie d’y aller. Un très bon début pour un récit fini en 4 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/alma-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Alma tome 1

    Alma est un bon et beau manga post-apocalyptique. Il commence avec Ray, un garçon perdu au milieu des ruines d’une ville moderne. Les décors sont magnifiques, les bâtiments effondrés, les voitures à l’abandon, les vitres cassées… tout nous permet de nous plonger dans l’ambiance de fin du monde. L’auteur a pris soin des détails et propose des points de vue sous plusieurs angles qui donnent un vrai relief au dessin. Ray recherche chaque jour d’autres humains, tout en cartographiant la zone. Tout comme lui, on apprend au fur et à mesure le contexte, on découvre que ce monde était technologiquement très avancé (son animal de compagnie est en partie mécanisé), on sent qu’il y a eu un conflit avec les robots, un peu comme dans le film A.I. (il y a d’ailleurs certains points communs) Le personnage de Ray, tout en rondeur, symbolise l’espoir, un regard nouveau sur la situation, son innocence permet à l’auteur d’apporter de la douceur, une certaine forme de poésie et surtout d’entamer une réflexion sur l’humanité. Ce 1er tome n’est que le début du voyage, on sent qu’il y a des secrets à découvrir et on a envie d’y aller. Un très bon début pour un récit fini en 4 tomes.
  4. Nickad

    Wombs tome 1

    Titre de l'album : Wombs tome 1 Scenariste de l'album : SHIRAI Yumiko Dessinateur de l'album : SHIRAI Yumiko Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Quelque part, dans l'univers... Les Firsts se sont installés sur la planète Jasperia et l'ont terraformée. Ils ont cru pouvoir y vivre en paix. Mais à l'arrivée des Seconds, une terrible guerre est enclenchée. Vingt ans plus tard, et tandis que le conflit n'a pas faibli, Mana Oga est choisie pour intégrer une section spéciale de l'armée : « les forces spéciales de transfert ». Cette unité d'élite est composée exclusivement de femmes, dont l'utérus a été implanté par des foetus parasites. Ces dernières développent alors une capacité unique, la téléportation, conférant à leur armée un avantage stratégique notable. Arrachée de son quotidien, Oga va devoir s'entraîner, se former puis prendre part à une guerre dont elle ignore tous les enjeux et implications... Critique : Wombs est un vrai manga de science-fiction avec un univers très riche. Je vous conseille de lire le résumé avant d’entamer la lecture, cela aidera à la compréhension. L’histoire se déroule sur une autre planète où les premiers colons ont pu s’installer et faire des cultures après terraformation. L’arrivée de la seconde vague de colons entraina une guerre qui dure depuis 20 ans. C’est dans ce contexte que l’on va suivre de jeunes recrues féminines et surtout Oga, on va découvrir son entrainement, ses sentiments, ses interrogations et le cadre militaire dans lequel elle évolue. L’unité qu’elle a rejoint est spéciale : en acceptant de porter un parasite, ces femmes obtiennent des capacités qui peuvent leur donner un avantage dans cette guerre. Le contexte est un peu confus au départ, de nombreuses questions restent en suspens : pourquoi les hommes sont arrivés là, pourquoi les différents colons n’ont pas pu collaborer, d’où viennent-ils exactement, que sont ces parasites… ?? Les réponses viendront peut-être au fur et à mesure qu’Oga va se confronter aux combats et à la dure réalité. Il y a donc 2 points importants dans l’histoire : ce conflit « spatial » et la symbiose avec un élément extra-terrestre. Car on ne sait pas vraiment les risques qu’elle encourt, les conséquences sur son corps, sur son esprit. On ne sait pas encore quels sont les enjeux. On arrive un peu comme au milieu d’un combat où tout explose de partout et où il faut tenter de survivre en essayant de comprendre avec le peu que l’on a. L’histoire est assez déroutante mais très intéressante. Le graphisme aussi est déroutant, loin du trait habituel des mangas, Yumiko SHIRAI a un style particulier : on a l’impression parfois, que l’on se trouve entre aquarelle et encre de chine. La mangaka a reçu pour Wombs le « grand prix japonais de la science-fiction » en 2016, récompensant une œuvre tous médias confondus. Pour lire un extrait, c’est ici : Wombs T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wombs-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit.
  6. Titre de l'album : Baltzar - la guerre dans le sang tomes 8 et 9 Scenariste de l'album : Nakajima Michitsune Dessinateur de l'album : Nakajima Michitsune Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Depuis le ballon d'observation, Baltzar guide les cadets de l'artillerie pour qu'ils effectuent des tirs de précision sur l'artillerie ennemie. Parvenu à la mettre en déroute, il atterrit dans l'école où il est accueilli en sauveur par ses élèves. Au lieu d'évacuer aussitôt le prince August comme il était prévu, Baltzar est décidé à mener d'abord cette bataille pour défendre l'école assiégée. Critique : L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/baltzar-tome-9-la-guerre-dans-le-sang?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Looking up to magical girls tome 1

    Comment aborder la critique de ce manga… Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne peux pas dire que je l’ai aimé non plus, disons que je ne l’ai pas trouvé désagréable. Le problème c’est ce qui vient à la fin, après la lecture. Car voilà, la seule chose qui reste c’est « and so what ? », car ce manga ne défend aucun thème important, il ne donne pas de leçon, il ne touche pas la corde sensible, et le développement de l’histoire semble assez limité. Pour faire court, ici le personnage principal est une jeune fille fan de magical girls qui va devenir contre son gré une méchante et se découvrir des penchants BDSM. Les seuls développement possibles (pour le moment) sont les techniques qu’elle va utiliser, l’acceptation de son côté sado et peut-être le fait qu’une des magical girls va se découvrir un penchant maso. Assez limité donc. Alors oui, on sort du cadre « normal » des magical girls qui pour ceux qui ne sont pas adeptes, sont les super héroïnes des petites filles, très girly, avec pleins d’accessoires choupinous et des baguettes magiques : un univers rose et sucré pourrait-on dire. Il est possible que l’auteur est choisi cette dérive car il ne les aimait pas ou alors, il les aime tellement qu’il fantasme à fond, l’amour vache en quelque sorte ! Finalement, on obtient une revisite un peu perverse mais pas trop car les scènes coquines ne sont pas trop voyeuristes, légèrement comique, et pas hyper travaillé graphiquement (il y a de grandes cases sans arrière plan). Un manga qui se lit vite, qui peut être distrayant mais qui ne mène pas loin pour le moment, j’attends d’être surprise par l’auteur, on se sait jamais !
  8. Titre de l'album : Looking up to magical girls tome 1 Scenariste de l'album : ONONAKA Akihiro Dessinateur de l'album : ONONAKA Akihiro Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Je fais des choses tellement horribles à mes Magical Girls préférées ! Moi, c'est Utena Hiiragi, et comme toutes les filles de mon âge, j'adore les magical girls ! Un jour, une étrange créature aux allures de mascotte m'a lancé un sort, et je suis devenue capable de me transformer, moi aussi ! Je vais pouvoir me battre aux côtés de mes héroïnes préférées ! Enfin, c'est ce que je croyais... C'est quoi, cette tenue scandaleuse ? Et comment ça, je suis au service du Mal ?! Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire ?! La comédie BDSM dans laquelle s'affrontent des Magical Girls !! Critique : Comment aborder la critique de ce manga… Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne peux pas dire que je l’ai aimé non plus, disons que je ne l’ai pas trouvé désagréable. Le problème c’est ce qui vient à la fin, après la lecture. Car voilà, la seule chose qui reste c’est « and so what ? », car ce manga ne défend aucun thème important, il ne donne pas de leçon, il ne touche pas la corde sensible, et le développement de l’histoire semble assez limité. Pour faire court, ici le personnage principal est une jeune fille fan de magical girls qui va devenir contre son gré une méchante et se découvrir des penchants BDSM. Les seuls développement possibles (pour le moment) sont les techniques qu’elle va utiliser, l’acceptation de son côté sado et peut-être le fait qu’une des magical girls va se découvrir un penchant maso. Assez limité donc. Alors oui, on sort du cadre « normal » des magical girls qui pour ceux qui ne sont pas adeptes, sont les super héroïnes des petites filles, très girly, avec pleins d’accessoires choupinous et des baguettes magiques : un univers rose et sucré pourrait-on dire. Il est possible que l’auteur est choisi cette dérive car il ne les aimait pas ou alors, il les aime tellement qu’il fantasme à fond, l’amour vache en quelque sorte ! Finalement, on obtient une revisite un peu perverse mais pas trop car les scènes coquines ne sont pas trop voyeuristes, légèrement comique, et pas hyper travaillé graphiquement (il y a de grandes cases sans arrière plan). Un manga qui se lit vite, qui peut être distrayant mais qui ne mène pas loin pour le moment, j’attends d’être surprise par l’auteur, on se sait jamais ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/looking-up-to-magical-girls-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Nickad

    Chacun ses goûts tome 2

    Haru et Ao poursuivent leur cohabitation, ils en apprennent un peu plus l’un sur l’autre et aussi sur eux-mêmes. Comme ils ont des caractères plutôt opposés : Haru fait passer sa passion des jeux vidéo et ses envies avant tout et Ao pense d’abord aux autres au point de ne pas tenir compte de ses désirs, cela va leur permettre de se confronter à une autre réalité et d’évoluer. Si je trouvais que dans le 1er tome la cuisine était aussi importante que l’histoire, celui-ci est plutôt axé sur les personnages avec une tranche du passé de Ao, l’arrivée de la maman de Haru. Les bentos, toujours présents et avec leurs recettes pour ceux qui voudraient se lancer, permettent de provoquer des situations (rencontres) ou des retours sur souvenirs. Toujours avec beaucoup de finesse et une touche de légèreté, l’auteur aborde les thèmes de la communication et de l’acceptation de soi. Il y a beaucoup de bienveillance dans ce manga, la bonne humeur de Haru est contagieuse et rend le tout très agréable à lire.
  10. Titre de l'album : Chacun ses goûts tome 2 Scenariste de l'album : MACHITA Dessinateur de l'album : MACHITA Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Haru est une jeune fille otaku qui n'a aucun intérêt pour les relations humaines. Elle travaille et consacre son temps libre et son argent à sa passion. Un soir, dans un café et après une soirée arrosée, elle rencontre une très belle femme, Ao. Elle se révèle être un homme travesti. Ao va lui qui fait prendre conscience à la fois qu'elle n'a pas à avoir honte de son côté otaku et qu'elle peut vivre comme elle en a envie mais aussi que cela ne doit pas l'empêcher de faire attention à elle ! Ao aide Haru à changer son point de vue sur elle-même et sur les autres. Ils s'entendent si bien qu'ils décident de vivre en collocation. L'une des règles de leur coloc' : chaque semaine, ils doivent préparer un bento l'un pour l'autre. Critique : Haru et Ao poursuivent leur cohabitation, ils en apprennent un peu plus l’un sur l’autre et aussi sur eux-mêmes. Comme ils ont des caractères plutôt opposés : Haru fait passer sa passion des jeux vidéo et ses envies avant tout et Ao pense d’abord aux autres au point de ne pas tenir compte de ses désirs, cela va leur permettre de se confronter à une autre réalité et d’évoluer. Si je trouvais que dans le 1er tome la cuisine était aussi importante que l’histoire, celui-ci est plutôt axé sur les personnages avec une tranche du passé de Ao, l’arrivée de la maman de Haru. Les bentos, toujours présents et avec leurs recettes pour ceux qui voudraient se lancer, permettent de provoquer des situations (rencontres) ou des retours sur souvenirs. Toujours avec beaucoup de finesse et une touche de légèreté, l’auteur aborde les thèmes de la communication et de l’acceptation de soi. Il y a beaucoup de bienveillance dans ce manga, la bonne humeur de Haru est contagieuse et rend le tout très agréable à lire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chacun-ses-gouts-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    Brisée par ton amour tome 3

    Kanae a réussi à éloigner Ichika par un sombre stratagème, elle récupère ainsi sa place dans le groupe. Et c’est justement sur cet environnement que l’auteur va s’attarder : sur le comportement de ces soi-disant amies. Pour renter dans le moule, se faire accepter par les autres chacune d’entre elles se plient à ce que leur entourage attend d’elles, sous couvert de plaisanteries chacune en prend pour son grade « rien ne vaut une grosse qui sait faire rire ». Tout se joue sur les apparences, toute relation ne tient qu’à un fil et quand le fil se rompt c’est là qu’arrive le drame. Seulement voilà, l’une d’elle ne cherche plus à plaire, elle commence à dire ce qu’elle pense, ce qui va pousser Kanae à se poser encore plus de questions. C’est incroyable comme l’auteur nous fait ressentir que tout est pourri, que tout est superficiel, qu’elles sont seules. Et quelle progression dans la folie de Kanae ! Et quand le lecteur apprend dans la postface que Shiruka Bakaudon a vécu une situation similaire, on comprend que ce manga est à la fois un exutoire, un témoignage et un appel.
  12. Titre de l'album : Brisée par ton amour tome 3 Scenariste de l'album : Shiruka Bakaudon Dessinateur de l'album : Shiruka Bakaudon Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Ichika, traumatisée après son agression par plusieurs hommes, prend son courage à deux mains et retourne sur les bancs du lycée après plusieurs semaines d'absence. Mais ce qu'elle y découvre l'étonne : une Kanae toute souriante semble avoir pris la place qu'elle occupait auparavant. En effet, cette dernière nage dans le bonheur grâce à l'amour qu'elle porte à Hiroshi... Un amour qui pourrait mener à la folie... Critique : Kanae a réussi à éloigner Ichika par un sombre stratagème, elle récupère ainsi sa place dans le groupe. Et c’est justement sur cet environnement que l’auteur va s’attarder : sur le comportement de ces soi-disant amies. Pour renter dans le moule, se faire accepter par les autres chacune d’entre elles se plient à ce que leur entourage attend d’elles, sous couvert de plaisanteries chacune en prend pour son grade « rien ne vaut une grosse qui sait faire rire ». Tout se joue sur les apparences, toute relation ne tient qu’à un fil et quand le fil se rompt c’est là qu’arrive le drame. Seulement voilà, l’une d’elle ne cherche plus à plaire, elle commence à dire ce qu’elle pense, ce qui va pousser Kanae à se poser encore plus de questions. C’est incroyable comme l’auteur nous fait ressentir que tout est pourri, que tout est superficiel, qu’elles sont seules. Et quelle progression dans la folie de Kanae ! Et quand le lecteur apprend dans la postface que Shiruka Bakaudon a vécu une situation similaire, on comprend que ce manga est à la fois un exutoire, un témoignage et un appel. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/brisee-par-ton-amour-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Purgatory girl tome 1

    Voici la nouvelle série de Omaké après Children et Many reasons why, Puragtory girl est un mélange entre thriller et horreur. Si on pense d’abord se trouver dans un contexte de harcèlement scolaire qui a mal tourné, le manga prend vite une autre tournure. En effet, l’arrivée de la nouvelle élève Kirié apporte non seulement son lot de mystères mais aussi d’incidents étranges. Si l’on comprend assez vite qu’elle est au cœur de ces événements et qu’il ne faut surtout pas la sous-estimer, on ignore encore ses motivations et jusqu’où elle peut aller. Ce qui est sûr c’est que la tension que Kirié dégage est bien présente, à la fois pour ceux qui s’en prenne à son amie Shion mais aussi pour cette dernière. On ne sait pas vraiment sur quel pied danser, Kirié est-elle sincère dans cette amitié ou se sert-elle juste de Shion ? Dans ce 1er tome, l’ambiance est en train de se mettre en place, on sent que la série peut encore gagner en puissance. C’est un bon début mais on espère que la tension va encore monter jusqu’à devenir vraiment angoissante. (Série finie en 4 tomes)
  14. Nickad

    Purgatory girl tome 1

    Titre de l'album : Purgatory girl tome 1 Scenariste de l'album : MUROI Masane Dessinateur de l'album : MUROI Masane Coloriste : Editeur de l'album : Omaké Note : Résumé de l'album : Un lycée tranquille en apparence, une amitié récente mais forte entre deux amies et une série de meurtres aussi épouvantables que sanglants : voilà les bases de cette aventure horrifique en quatre volumes ! Shion poursuit sa scolarité sans histoire, jusqu'au jour où elle devient amie avec Kirie, une mystérieuse jeune fille nouvellement arrivée dans son lycée. Dès lors, d'étranges phénomènes se produisent dans l'entourage de Shion. Rapidement, elle découvre que Kirie vient d'un collège où l'un des meurtres les plus sordides de l'histoire du Japon a été commis... Critique : Voici la nouvelle série de Omaké après Children et Many reasons why, Puragtory girl est un mélange entre thriller et horreur. Si on pense d’abord se trouver dans un contexte de harcèlement scolaire qui a mal tourné, le manga prend vite une autre tournure. En effet, l’arrivée de la nouvelle élève Kirié apporte non seulement son lot de mystères mais aussi d’incidents étranges. Si l’on comprend assez vite qu’elle est au cœur de ces événements et qu’il ne faut surtout pas la sous-estimer, on ignore encore ses motivations et jusqu’où elle peut aller. Ce qui est sûr c’est que la tension que Kirié dégage est bien présente, à la fois pour ceux qui s’en prenne à son amie Shion mais aussi pour cette dernière. On ne sait pas vraiment sur quel pied danser, Kirié est-elle sincère dans cette amitié ou se sert-elle juste de Shion ? Dans ce 1er tome, l’ambiance est en train de se mettre en place, on sent que la série peut encore gagner en puissance. C’est un bon début mais on espère que la tension va encore monter jusqu’à devenir vraiment angoissante. (Série finie en 4 tomes) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/purgatory-girl-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Peleliu tome 8

    Titre de l'album : Peleliu tome 8 Scenariste de l'album : TAKEDA Kazuyoshi Dessinateur de l'album : TAKEDA Kazuyoshi Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Le soldat Tamaru et quelques-uns de ses camarades sont en plein doute. Ayant récupéré des magazines américains dans les poubelles de ces derniers, ils sont tombés sur des articles célébrant la fin de la guerre et la reddition du Japon. Mais est-ce la vérité ? Ou un mensonge de propagande pour les faire sortir de leur cachette ? Le Japon ne peut pas perdre. Le Japon ne se rend pas. Le Japon disparaîtra et les Japonais se sacrifieront plutôt que se couvrir du déshonneur de la reddition. Ainsi ont été élevés les soldats japonais depuis le début de la guerre. Ainsi les officiers supérieurs motivent-ils leurs troupes au plus fort des combats. Critique : C’est l’histoire de soldats japonais durant la seconde guerre mondiale pendant la bataille contre les américains sur l’ile de Peleliu. Le manga est une fiction inspirée de faits réels ; l’objectif de l’auteur est de montrer le quotidien de ces soldats au moment des bombardements et ensuite pendant l’occupation américaine. Les soldats coupés de toute communication et ayant perdus leurs supérieurs doivent se débrouiller tant bien que mal pour survivre et maintenir la ligne de défense. Dans ce 8ème volume et avec le retour des insulaires, les soldats se demandent si la guerre est finie, n’ayant d’autres informations que ce qu’ils trouvent dans le camp américain, le doute est omniprésent. Peleliu est à la fois un manga historique et un manga de guerre, le graphisme est assez enfantin avec des personnages tous ronds. Cela permet aux lecteurs de se concentrer sur les évènements (trouver de la nourriture, des abris, se cacher des ennemis, lutter contre les maladies…) et ne pas se focaliser sur les horreurs. Une très bonne approche pour apprendre l’histoire sans la subir, au travers de ces simples soldats, on comprend la mentalité japonaise et l’acharnement à ne pas vouloir capituler même quand tout espoir semble perdu. Une très bonne série. Autres infos : Edition VEGA Dupuis Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/peleliu-tome-8?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Wombs tome 1

    Wombs est un vrai manga de science-fiction avec un univers très riche. Je vous conseille de lire le résumé avant d’entamer la lecture, cela aidera à la compréhension. L’histoire se déroule sur une autre planète où les premiers colons ont pu s’installer et faire des cultures après terraformation. L’arrivée de la seconde vague de colons entraina une guerre qui dure depuis 20 ans. C’est dans ce contexte que l’on va suivre de jeunes recrues féminines et surtout Oga, on va découvrir son entrainement, ses sentiments, ses interrogations et le cadre militaire dans lequel elle évolue. L’unité qu’elle a rejoint est spéciale : en acceptant de porter un parasite, ces femmes obtiennent des capacités qui peuvent leur donner un avantage dans cette guerre. Le contexte est un peu confus au départ, de nombreuses questions restent en suspens : pourquoi les hommes sont arrivés là, pourquoi les différents colons n’ont pas pu collaborer, d’où viennent-ils exactement, que sont ces parasites… ?? Les réponses viendront peut-être au fur et à mesure qu’Oga va se confronter aux combats et à la dure réalité. Il y a donc 2 points importants dans l’histoire : ce conflit « spatial » et la symbiose avec un élément extra-terrestre. Car on ne sait pas vraiment les risques qu’elle encourt, les conséquences sur son corps, sur son esprit. On ne sait pas encore quels sont les enjeux. On arrive un peu comme au milieu d’un combat où tout explose de partout et où il faut tenter de survivre en essayant de comprendre avec le peu que l’on a. L’histoire est assez déroutante mais très intéressante. Le graphisme aussi est déroutant, loin du trait habituel des mangas, Yumiko SHIRAI a un style particulier : on a l’impression parfois, que l’on se trouve entre aquarelle et encre de chine. La mangaka a reçu pour Wombs le « grand prix japonais de la science-fiction » en 2016, récompensant une œuvre tous médias confondus. Pour lire un extrait, c’est ici : Wombs T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  17. Nickad

    Peleliu tome 8

    C’est l’histoire de soldats japonais durant la seconde guerre mondiale pendant la bataille contre les américains sur l’ile de Peleliu. Le manga est une fiction inspirée de faits réels ; l’objectif de l’auteur est de montrer le quotidien de ces soldats au moment des bombardements et ensuite pendant l’occupation américaine. Les soldats coupés de toute communication et ayant perdus leurs supérieurs doivent se débrouiller tant bien que mal pour survivre et maintenir la ligne de défense. Dans ce 8ème volume et avec le retour des insulaires, les soldats se demandent si la guerre est finie, n’ayant d’autres informations que ce qu’ils trouvent dans le camp américain, le doute est omniprésent. Peleliu est à la fois un manga historique et un manga de guerre, le graphisme est assez enfantin avec des personnages tous ronds. Cela permet aux lecteurs de se concentrer sur les évènements (trouver de la nourriture, des abris, se cacher des ennemis, lutter contre les maladies…) et ne pas se focaliser sur les horreurs. Une très bonne approche pour apprendre l’histoire sans la subir, au travers de ces simples soldats, on comprend la mentalité japonaise et l’acharnement à ne pas vouloir capituler même quand tout espoir semble perdu. Une très bonne série.
  18. Nickad

    Bâtard tome 1

    Depuis peu et devant le succès des webtoon, les éditeurs français se lancent dans la sortie papier de ces œuvres. Après killing stalking et avant la sortie de solo levelling, Ki-oon nous propose ici sa nouvelle collection nommée toon. L’édition est donc toute en couleur pour respecter l’œuvre originale et dans un format un peu plus grand (15x21 cm), ce manga coréen comportera 5 tomes au total. Bâtard c’est une ambiance très sombre, c’est l’histoire de Jin un adolescent coincé dans sa vie. Coincé par la peur de ce père psychopathe, coincé dans ses actions qui font de lui le complice forcé de son paternel pour pouvoir survivre. Coincé par les apparences aussi, comment demander de l’aide quand son père est en extérieur bien sous tous rapports, trop bien même car il peaufine son image en jouant les bons samaritains. Il y a une tension constante, Jin est sans cesse sur le qui-vive, tout le temps observé par son père, et ne semble pas avoir de marge de manœuvre. On sent que la confrontation se prépare et que l’histoire va monter en puissance. Un très bon début pour ce thriller.
  19. Nickad

    Aime ton prochain tome 6 (fin)

    Aime ton prochain c’est l’histoire d’un amour extrême et non partagé. Saki Mido impose ses sentiments et la relation qui va avec à Kazumi sans tenir compte de ce qu’il ressent. Pour arriver à ses fins, elle balaye tous les obstacles sur son chemin jusqu’à en venir au meurtre. Kazumi va essayer de vivre avec cette menace constante tout en cherchant une solution définitive pour s’en débarrasser. Tout au long de la série, il y a des affrontements entre les personnages, des tromperies, des faux semblants. Le personnage de Saki est fort, elle est complétement enfermée dans une sorte de folie qu’elle trouve légitime, prête à tout surtout et ne lésinant pas sur les moyens. Les couvertures parlent d’elles-mêmes et donne un bon aperçu de l’ambiance du manga. C’est une série atypique, dérangeante mais prenante car il y a du suspense, une intrigue à la fois horrible mais fascinante qui nous plonge dans un univers dramatique. Ce ne sera pas forcément au goût de tout le monde mais cette série détonne dans le paysage, j’ai pensé naïvement que cela ne pouvait se finir qu’en tuerie, mais la fin m’a surprise en apportant plus que la folie meurtrière car il y a une véritable leçon à retenir. Une série marquante pour public averti.
  20. Titre de l'album : Aime ton prochain tome 6 (fin) Scenariste de l'album : CHIDA Daisuke Dessinateur de l'album : CHIDA Daisuke Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Kazumi Ichinose est un lycéen de seize ans. Il y a six ans, sa vie a basculé dans l'horreur lorsque Saki Mido, une camarade de classe de l'époque, s'est entichée de lui. Depuis, l'adolescent vit un véritable enfer à cause de cet amour à sens unique que lui voue la jeune fille. En effet, d'une jalousie maladive, cette dernière ne laisse derrière elle qu'un torrent de sang et de larmes, et même un cadavre... Peut-on continuer à vivre quand on est aimé par le Mal incarné sur qui la raison et la morale n'ont aucun effet ? Après six mois de silence, Mido est de retour à Tokyo, plus détraquée que jamais. Mais cette fois-ci, Kazumi pense avoir pris toutes les mesures nécessaires pour l'emporter face à elle. Il a même conçu un stratagème sophistiqué avec l'intervention d'un agent double... Cette dernière saura-t-elle tenir son rôle et par là-même se faire pardonner pour ses nombreux errements du passé ? Critique : Aime ton prochain c’est l’histoire d’un amour extrême et non partagé. Saki Mido impose ses sentiments et la relation qui va avec à Kazumi sans tenir compte de ce qu’il ressent. Pour arriver à ses fins, elle balaye tous les obstacles sur son chemin jusqu’à en venir au meurtre. Kazumi va essayer de vivre avec cette menace constante tout en cherchant une solution définitive pour s’en débarrasser. Tout au long de la série, il y a des affrontements entre les personnages, des tromperies, des faux semblants. Le personnage de Saki est fort, elle est complétement enfermée dans une sorte de folie qu’elle trouve légitime, prête à tout surtout et ne lésinant pas sur les moyens. Les couvertures parlent d’elles-mêmes et donne un bon aperçu de l’ambiance du manga. C’est une série atypique, dérangeante mais prenante car il y a du suspense, une intrigue à la fois horrible mais fascinante qui nous plonge dans un univers dramatique. Ce ne sera pas forcément au goût de tout le monde mais cette série détonne dans le paysage, j’ai pensé naïvement que cela ne pouvait se finir qu’en tuerie, mais la fin m’a surprise en apportant plus que la folie meurtrière car il y a une véritable leçon à retenir. Une série marquante pour public averti. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/aime-ton-prochain-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : La déchéance d'un homme tome 1 Scenariste de l'album : DAZAI Osamu Dessinateur de l'album : ITÔ Junji Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu'il finit par trouver pour s'en guérir : se transformer en bouffon. C'est ainsi que s'écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c'était le désespoir. » Critique : La déchéance d’un homme c’est tout d’abord un roman de Osamu Dazai sorti en 1948 où l’auteur s’inspire fortement de sa propre vie pour montrer ses désillusions du monde et surtout du genre humain. On suit la vie d’un homme qui ne sait pas s’affirmer, qui va subir la présence des autres, qui craint plus que tout leur regard et qui va finir par se perdre. Junji Itô en fait ici une adaptation en 3 volumes. Si le scénario suit le roman, Itô nous entraine bien dans son univers. D’abord par son dessin, sa façon très particulière de faire ressortir les émotions (l’effroi, le dégoût, la peur, la lassitude…) de ses personnages, ensuite par son interprétation des hallucinations que vit le personnage principal entre fantastique et horreur. Le rendu des paysages d’époque est superbe, avec le souci du détail mais c’est surtout dans les moments dramatiques que l’on ressent tout le génie de l’auteur avec sa capacité de nous entrainer avec lui. Soulignons aussi le grand retour de Junji Itô chez nos éditeurs avec la sortie des intégrales de Spirale et Gyo chez Delcourt et Tomié prévue en juillet chez Mangetsu. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-decheance-d-un-homme-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Nickad

    La déchéance d'un homme tome 1

    La déchéance d’un homme c’est tout d’abord un roman de Osamu Dazai sorti en 1948 où l’auteur s’inspire fortement de sa propre vie pour montrer ses désillusions du monde et surtout du genre humain. On suit la vie d’un homme qui ne sait pas s’affirmer, qui va subir la présence des autres, qui craint plus que tout leur regard et qui va finir par se perdre. Junji Itô en fait ici une adaptation en 3 volumes. Si le scénario suit le roman, Itô nous entraine bien dans son univers. D’abord par son dessin, sa façon très particulière de faire ressortir les émotions (l’effroi, le dégoût, la peur, la lassitude…) de ses personnages, ensuite par son interprétation des hallucinations que vit le personnage principal entre fantastique et horreur. Le rendu des paysages d’époque est superbe, avec le souci du détail mais c’est surtout dans les moments dramatiques que l’on ressent tout le génie de l’auteur avec sa capacité de nous entrainer avec lui. Soulignons aussi le grand retour de Junji Itô chez nos éditeurs avec la sortie des intégrales de Spirale et Gyo chez Delcourt et Tomié prévue en juillet chez Mangetsu.
  23. Titre de l'album : Search and destroy tome 1 Scenariste de l'album : KANEKO Atsushi Dessinateur de l'album : KANEKO Atsushi Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : À Hachisuka, ville qui pullule de robots, Doro, petit orphelin chapardeur, est pris en flagrant délit alors qu'il tente de cambrioler l'antre de créatures yakuzas... Une jeune fille, à première vue ni humaine ni créature, apparaît alors devant lui, les yeux injectés de colère. Dotée de quatre membres mécaniques qui cachent des armes surpuissantes, elle assaille sans hésiter Kick, le parrain du gang... Critique : Search & destroy est une revisite / hommage au manga Dororo de Tezuka dont j’ai parlé précédemment, pré-publié également dans le magazine Tezucomi. Ce qui est intéressant, c’est qu’au début de l’œuvre originale, Tezuka parle de son personnage en disant que si on était dans un manga de SF, il serait un robot ou un cyborg. C’est exactement cet aspect qu’a choisi de développer Atsushi Kaneko, on se trouve dans un monde futuriste où humains et robots cohabitent, chaque espèce étant protégée. On retrouve l’histoire de Hyaku, qui s’est vu dérobé 48 parties de son corps par des creech (robots). Là où l’auteur innove et va plus loin c’est dans les motivations des creech, il prend le temps de développer tout un univers autour d’eux, et met en valeur leurs raisons d'être. On voit aussi l’évolution de Hyaku qui peu à peu va retrouver son humanité. On se doute que l’on ne va pas voir les 48 affrontements, vu que la série est finie en 3 tomes. C’est une revisite réussie, qui a son univers propre et le trait très particulier de Kaneko renforce le côté futuriste et sombre de l’histoire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/search-and-destroy-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    Sans expérience tome 1

    Kiyoshi Sumioka travaille dans une agence immobilière, à cause de son physique un peu fort il est persuadé que l’amour n’est pas pour lui jusqu’au jour où il rencontre Sumi et en tombe amoureux. Sauf que n’ayant aucune expérience en matière de femme, il se laisse emporter, brûle les étapes et la demande en mariage la 2eme fois qu’il lui parle ! Contre toute attente, Sumi qui est encore lycéenne, accepte mais lui demande d’attendre qu’elle ait fini le lycée. Un an va s’écouler en tout bien tout honneur, le mariage a lieu et leur vie de couple va commencer sauf qu’aucun des 2 n’a jamais fréquenté auparavant. Loin de step up love story où l’on suivait aussi la vie d’un jeune couple après un mariage arrangé mais très orienté sur les relations intimes, ici, le sujet est abordé de façon simple, avec toute l’innocence des personnages, ils vont apprendre à se connaître, à découvrir les changements dans leurs vies quotidiennes. Il y a beaucoup de simplicité qui apporte un certain charme à l’histoire, beaucoup de naïveté qui va provoquer des situations amusantes sans être grossières, et puis il y a Kiyoshi , loin des standards physiques habituels, qui amène de l’espoir à ceux qui ne sont pas des top model. Une comédie romantique plutôt sympathique qui démarre gentiment mais qui a son charme.
  25. Titre de l'album : Sans expérience tome 1 Scenariste de l'album : MINASE Mayu Dessinateur de l'album : MINASE Mayu Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le sérieux et naïf Kiyoshi Sumioka n'aurait jamais cru tomber amoureux ! C'était sans compter sur sa rencontre avec Sumi, employée dans un restaurant de bentô... Un soir alors que Kiyoshi s'est blessé en aidant une vieille dame, Sumi se précipite pour le soigner et la devant tant de gentillesse il se retrouver à lui dire : « ÉPOUSE-MOI S'IL TE PLAÎT. » Critique : Kiyoshi Sumioka travaille dans une agence immobilière, à cause de son physique un peu fort il est persuadé que l’amour n’est pas pour lui jusqu’au jour où il rencontre Sumi et en tombe amoureux. Sauf que n’ayant aucune expérience en matière de femme, il se laisse emporter, brûle les étapes et la demande en mariage la 2eme fois qu’il lui parle ! Contre toute attente, Sumi qui est encore lycéenne, accepte mais lui demande d’attendre qu’elle ait fini le lycée. Un an va s’écouler en tout bien tout honneur, le mariage a lieu et leur vie de couple va commencer sauf qu’aucun des 2 n’a jamais fréquenté auparavant. Loin de step up love story où l’on suivait aussi la vie d’un jeune couple après un mariage arrangé mais très orienté sur les relations intimes, ici, le sujet est abordé de façon simple, avec toute l’innocence des personnages, ils vont apprendre à se connaître, à découvrir les changements dans leurs vies quotidiennes. Il y a beaucoup de simplicité qui apporte un certain charme à l’histoire, beaucoup de naïveté qui va provoquer des situations amusantes sans être grossières, et puis il y a Kiyoshi , loin des standards physiques habituels, qui amène de l’espoir à ceux qui ne sont pas des top model. Une comédie romantique plutôt sympathique qui démarre gentiment mais qui a son charme. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sans-experience-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...