Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Americana


    poseidon2
    • Scenariste: Luke Healy Dessinateur: Luke Healy Coloriste: Luke Healy Editeur: Casterman Note :
      Résumé:

      Un Irlandais bercé pendant toute sa jeunesse du rêve américain, se voit pour la énième fois expulsé des USA pour non renouvellement de sa carte de séjour. Il va s'imposer, en guise d'exorcisme, le Pacific Crest Trail, un trail de 4 240 km qui coure de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, du désert à la glace en traversant 25 parc nationaux. La manière la plus radicale de se confronter à soi et à l'Amérique loin de tous les fantasmes et les rêves d'enfance. Une sorte d'Into the Wild "secure" , mais qui n'en égratigne pas moins tous les paradoxes et les zones d'ombre de la société américaine contemporaine avant l'élection de Trump.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie

    J'ai ouvert cet album car je n'avais jamais entendu parler de ce PCT. Pour un coureur à tendance trailer ça la foutait mal. J'ai donc voulu en savoir plus. Et la première douche froide : cela concerne un gars pas entraîné pour deux sous. Le genre de gars qui, quand tu cours, se plaint tout le temps parce qu'il a choisi un truc sans réfléchir et qu'il a pris un truc trop dur pour lui. Sincèrement les premières pages j'ai eu pitié... En plus cette adoration d'un pays comme les états unis m'a toujours étonné. Entre racisme ambiant, élection de Trump et foutage de gueule écologique, plus ça va plus le pays me repousse.

    Alors j'ai eu du mal au début et puis... et puis au final l'obstination de notre "héros" eu raison de la mienne. Son abnégation à continuer mixé avec la sympathie des différents marcheurs qu'ils rencontrent ainsi que la variété des espaces traversés m'ont fait plonger ! Et j'ai ensuite gober ce parcours initiatique. J'ai retrouvé ce qui m'avait plus précédemment dans ce pays : il y a de sublimes paysage et une nature magnifique derrière ses habitants. 

    On se retrouve de plus en plus dans la quête de sens de notre héros et on se met à rêver ce voyage impossible. Et une fois qu'on prit dedans impossible de s’arrêter malgré la routine du quotidien de marcheur.

    Et tout moqueur que j'ai pu être au début, j'ai fini ce gros volume avec un énorme respect pour Monsieur Luke Healy.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il me semble avoir vu un film avec Reese Witherspoon où elle emprunte ce trail . Et c'était pas mal du tout . Cette histoire a l'air bien sympa , au niveau dessin et relecture ça donne quoi ?

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    niveau dessin c'est assez minimaliste quand meme. On sent que le dessinateur n'est pas un dessinateur de base.

    Niveau relecture.... je pense que ca peut se relire. Bon faut deja arriver au bout du pavé une fois 😉

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 33 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • Battle game in 5 seconds tome 12
      Au beau milieu de leurs recherches des membres des autres équipes, une partie des camarades d'Akira se retrouve piégée dans le désastre, il n'a d'autre choix que de les rejoindre, à la fois pour les aider mais aussi parce que seul, son pouvoir n'est pas très utile.

      Nous voici enfin plongés en plein cœur du désastre, un événement qui était encore obscur jusqu’à présent et qui a pour objectif la réduction drastique du nombre de joueurs.

      La lutte contre les zombies mais aussi entre les joueurs piégés fait rage. Et même si on suppose que nos « héros » vont s’en sortir, la question est de savoir qui d’autre va y survivre.

      En même temps, on en apprend plus sur le caractère de Tôya, le père d’Akira qui semble être un manipulateur de première, mais son pouvoir comme ses motivations restent mystérieux.

      Les combats s’enchainent sans longueur et nous offre un volume pleins d’actions. De nouveaux personnages font leur apparition mais qui, vu les règles du jeu, risquent de ne pas rester trop longtemps (il y en a déjà beaucoup !).


      En dehors de l'aspect purement combats, qui sont plutôt bien menés, j'apprécie la façon dont l'auteur dissémine les informations sur nos héros, cela entretient le suspense et donne l'envie d'en savoir plus. A suivre donc.
      Note :
      • 0 réponse
    • Time shadow t7
      J'avais TRES peur à la fin du précédent volume. En effet un autre retour en arrière si loin dans l'histoire me faisait craindre rien de moins qu'un reboot de plusieurs tomes. Après avoir été si près de l'explication ça aurait été trop frustrant.

      Et bien   Yasuki Tanaka m'a agréablement surpris sur ce volume 7. En effet elle réussit ce dangereux passage du reboot en surprenant le lecteur avec non pas un retour directement dans l'action mais un retour orienté sur un tout autre personnage. Un personnage qui est beaucoup plus centrale qu'on ne pouvait l'imagine. Mais surtout un personnage sur lequel on avait beaucoup de question et qui n'avait pas eu son lot de réponses.

      Bref l'interlude qu'il fallait avant de repartir de plus belle. Ajouter à cela une révélation tardive qui relance bien le jeu de retour en arrière et vous aurez un tome 7 qui redonne espoir quant à la teneur des (au moins) 4 prochains volumes.
      Note :
      • 0 réponse
    • Batman - Curse of the White Knight - Edition N&B
      Cette chronique a été faite à partir de l'édition en N&B. 

       

      J'ai pour habitude d'user souvent du poncif selon lequel peu d'auteurs BD arrivent à conjuguer magnifiquement scénario & dessin. Mais je garde toujours en tête que Sean Murphy fait partie de ceux là et son run sur Batman dans le premier White Knight était aussi remarquable au dessin qu'original et sympa au scénario. 

      C'est donc peu dire que j'attendais avec impatience ce second run. 

      Le trait de Sean Murphy fait toujours mouche chez moi, et ce second tome est dans la lignée directe du premier, excellent. Raison pour laquelle j'ai privilégié la version en noir et blanc comme pour le premier tome. Je trouve en plus que cela convient merveilleusement bien au sombre et sérieux univers de Batman. Les amateurs du dessin de Sean Murphy seront comblés comme d'habitude, les autres le découvriront avec intérêt je pense.

      L'histoire nous prend par contre à contre pied, en effet là où le premier tome nous scotchait par une inversion des rôles saisissante doublée d'une remise en cause des acquis des fans de Batman, ce Curse of the White Knight se révèle presque plus classique, avec un scénario se rapprochant parfois de ce que Nolan a pu faire au cinéma dans sa trilogie. Au menu donc un super méchant en tête d'affiche pourtant pas forcément star habituellement de l'univers Batman, un Joker toujours trouble et maniant quelques ficelles, une Harley Queen Omniprésente dans un rôle à contre emploi également, une Catwoman absente des débats et des grosses prises de risques sur le destin de personnages emblématiques de Batman. Les fans absolu crieront peut être au scandale. Moi non. En vrai j'ai retrouvé cette sensation propre aux lectures de Game of Throne ou le lecteur se rend compte que l'auteur ne s'est donné aucune limite quand au destin de certains personnages que l'on adore pourtant. Ce qui rend la lecture d'autant plus stressante et passionnante. 

      Alors oui, l'effet whaou est moindre sur ce tome-ci, et le méchant mis en avant n'est probablement pas à la hauteur d'un Batman pourtant dans les cordes, l'intrigue est moins originale que dans le premier tome et Sean Murphy utilise probablement un peu trop parfois des ficelles scénaristiques un peu grosses. Ceci dit je l'ai tout de même dévoré en une seule fois, avec ce côté addictif ou l'on a un peu plus envie de tourner la prochaine page. 

      Et à la fin je crois que ça compte aussi. Si Curse of the White Knight est comme son illustre ainé pas exempt de défauts, il n'en reste pas moins remarquable par ses nombreuses qualités.
      Note :
      • 11 réponses
    • Fausse garde
      Suite au succès des derniers albums de Merwan (La mécanique céleste, jeu d'ombre, la bel Age, l'or et le sang), la maison Glenat a décidé de ressortir une intégrale d'un de ces premiers titres, parus dans la collection vent d’Ouest en 2004. 

      Et c'est une... idée. Bonne ou mauvaise je ne saurais trop dire au final. Car d'un côté c'est une bonne idée car l'histoire est vraiment sympa avec ce garçon perdu qui pense se trouver au travers du Pankat pour lequel il a toujours vécu mais qui se retrouve très vite pris part dans un engrenage qui ne maîtrise pas du tout.  D'un autre coté les gens comme moi qui sont fan du dessin de Merwan vont être déçu. Déçu car ces albums sont les premiers de Merwan et que graphiquement on est un vrai cran en dessous de la mécanique céleste par exemple. 

      Un album intéressant qui mérite d’être lu mais qui ne tiens quand même pas la comparaison avec celui de l'année dernière...
      Note :
      • 0 réponse
    • Yawara ! T1
      De son propre aveu, Naoki Urasawa nous livre ici son premier récit "grand public". Après des thrillers et des séries compliquées au possible, il s'essaye cette fois au manga "de base". Un manga sur une lycéenne super forte au Judo mais qui ne rêve que de n'être qu'une fille comme les autres.

      Un peu comme dans Jeanne et Serge, Naoki Urasawa s'amuse ici avec les codes du mangas de sports en les adaptants à une jeune fille qui veut faire tout SAUF du sport. Ses exploits sportifs sont donc uniquement un résultante de son envie de retrouver au plus vite ses copines ou de se débarrasser d'un entraînement épuisant pour passer à autre chose.

      On se retrouve donc avec un manga plus humoristique qu'autre chose avec des aspect sportifs très sympathiques. 

      Un vrai bon moment de détente qui change effectivement de ce que le maitre à l'habitude de faire.

      A voir si cela tient dans le temps mais pour l'instant c'est un bon manga de vacances. 
      Note :
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...