Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Blake et Mortimer - L'art de la guerre


    VladNirky
    • Scenariste: José-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental Dessinateur: Floc'h Coloriste: Floc'h Editeur: Dargaud Note :
      Résumé:

      À New York, le capitaine Francis Blake doit prononcer à l'ONU un discours en faveur de la paix devant huit cents délégués venus du monde entier. Au même moment, dans la section des antiquités égyptiennes du Metropolitan Museum, un homme vandalise la stèle d'Horus avant d'être arrêté par la police. Francis Blake et Philip Mortimer, informés de l'incident par le FBI, connaissent bien cet homme. Il s'agit d'un certain Olrik. Mais celui-ci, plongé dans un état catatonique, a perdu la mémoire. Alors que nous sommes à la veille de l'ouverture de la conférence pour la paix, Blake et Mortimer mènent l'enquête. Le temps presse, car tout incite à penser qu'une grave menace pèse sur l'ONU...

      Autres informations: Il ne faut pas bouder une petit plaisir différent
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Aventure Prix: 23 Nb de pages: 128
     Share

    Que retenir de ce nouvel album de reprise de Black et Mortimer ? Et bien pas mal de choses quand même.

    Aux premiers abords, ce qui choque (littéralement) le plus, c'est le dessin et les planches. Nous ne sommes plus dans un album de reprise qui adopte le style de Jacobs pour le dessin et les planches mais sur une autre interprétation des auteurs. Et ce n'est pas plus mal que cette vision "Vu par..." un peu comme pour les reprises de Lucky Luke soit désormais presque assumée complètement. Presque assumée mais pas tout à fait, car ce n'est pas encore indiqué sur la couverture. Le cadre est ainsi moins rigide, le dessin est donc très différent, les planches aussi par rapport aux habituelles reprises. il y beaucoup moins de détails et la ligne claire à encrage épais est adoptée pour cet épisode. Les planches sont en 3 bandes (alors là, c'est merci pour mes yeux vieillissants à la limite).

    Ensuite à la lecture, la différence de ressenti se fait sur surtout sur le rythme de lecture, les planches (d'une bande plus courte) sont ainsi plus facile à lire et l'album est ainsi beaucoup plus fluide dans sa lecture (et personnellement je l'ai ressenti comme un gros plus, j'avoue que dans mon enfance je zappais les encadrés interminables). Notons pour les grognons que du coup la pagination de 128 pages permet de compenser le côté "quantité". C'est un gros album.

    Pour l'histoire on est sur une aventure classique et on retrouvera nos 2 compères en voyage à New York pour un passage à l'ONU. Ils recroiseront notre méchant favori et les enjeux de l'époque (des russes et des magouilleurs pour les nommer clairement, avec chacun leur objectif) dans toute une série de péipétie. D'un point de vue construction de l'histoire, Alfred Hitcock n'aurait pas renié l'album il me semble, certains passages m'ayant fait penser nettement à la mort aux trousses (film que j'aime beaucoup par ailleurs, il ne manquait que la musique lors de la lecture) 🙂

    Donc au final, une aventure classique et réussie, une mise en scène différente et plus personnelle de l'interprétation de Blake et Mortimer de Jacobs par les auteurs. Personnellement je valide.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   1 membre, 1 anonyme, 21 invités (Afficher la liste complète)

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Le combat d'Henry Fleming
      Note :
      Alors sur le site, on n'est pas d'accord sur cet album, je dois donc dire que c'est uniquement mon avis et que @Kevin Nivek n'est pas d'accord avec moi.
      Pas d'accord sur quoi ? pas sur la qualité graphique. Rien à dire sur celle-ci. Les dessins sont sublimes et la mise en couleur bien adaptée au différent passage de l'histoire.

      Non, nous ne sommes pas d'accord sur le scenario. On ne l'a pas vécu de la même façon. Pas du tout. Pour tout vous dire, moi cette adaptation m'a laissé froide. J'ai trouvé qu'il manquait des scènes de transition, ce qui faisait que les changements psychologiques de notre héros étaient trop brutaux.

      Le personnage principal m'a paru froid au possible et pleins de décision plus irrationnelles les unes que les autres. Je ne saurais juger si cela vient de la nouvelle de Stephen Crane ou de l'adaptation, mais j'ai eu, tout le long de l'album, l'impression de lire l'histoire d'un mec bipolaire.

      Non pas que cela ne puisse pas être intéressant, mais il aurait été nécessaire, de mon point de vue, ne prendre plus de temps pour faire comprendre aux lecteurs ces changements, pour créer un minimum d'empathie envers un personnage principal froid au possible.
      • 3 réponses

    • My dear detective tome 1
      Note :
      Ah, je vais commencer par la partie qui m’a un peu frustrée : l’autrice prend la peine de faire un personnage féminin fort dans un Japon où les femmes ne travaillaient quasiment pas et encore moins dans un domaine policier. On a une femme qui s’est affranchie des préjugés, qui a tenue tête à sa famille pour devenir détective puisqu’entrer dans la police était impossible et on lui affuble un « fils de » touche à touche qui lui permet de résoudre des enquêtes ! Pourquoi ? Certes, notre héroïne, Mitsuko, reste douée, elle est d’ailleurs la meilleure détective de son agence mais on a un peu l’impression qu’elle passe au second plan avec l’arrivée de Saku.

      Bien sûr le duo fonctionne, cela permet aussi de mettre en avant certaines caractéristiques sociales de l’époque (début du XXe siècle) comme la place de la femme dans la société et à montrer le combat de Mitsuko contre les préjugés. De son côté le personnage de Saku, un jeune qui va aussi à l’encontre de sa famille et qui cherche à découvrir le monde par ses propres moyens (dans la mesure du possible), apporte d’autres visions sur cette société nippone.

      My dear detective est une histoire à plusieurs niveaux, au travers d’enquêtes policières intéressantes et plutôt bien menées, on découvre aussi un aspect historique et social et surtout on a un duo complice, un peu comme Sherlock Holmes et Watson, qui navigue entre humour et séduction. C’est un début de série prometteur, agréable à lire et à regarder. A suivre.
      • 0 réponse
    • Le secret de la souris tome 1
      Note :
      L’histoire se déroule dans un monde anthropomorphe où la souris est l’espèce la plus basse de l’échelle sociale. Parmi elles, il y a Iroha, une jeune fille qui semble avoir des problèmes de santé et qui ne peut pas vivre sans ses médicaments. Elle finit par être achetée par Yakumo, un renard élégant qui a une bonne position sociale. Ce dernier semble vouloir faire d’Iroha son épouse alors même qu’il batifole allégrement avec le sexe opposé.

      Pour le moment, nos deux personnages jouent au chat et à la souris, ou plutôt au renard et à la souris J ! Yakumo tire les ficelles et s’amuse des réactions d’Iroha. Cette dernière n’a pas encore compris les raisons de sa présence, elle pense être une esclave et cherche donc à s’enfuir. Le seul élément qui attise notre curiosité c’est son état physique, à quoi servent exactement ses médicaments et que se passera-t-il si elle ne les prend pas ?

      En dehors de ça et du séduisant renard, ce premier tome n’est pas exceptionnel, il est bien dessiné mais je crains que l’on se dirige vers une histoire d’amour un peu banale. La lecture du prochain tome permettra de mieux définir l’orientation du récit. (Série en cours avec 6 volumes)
      • 0 réponse
    • Host club - perfect edition tome 1
      Note :
      Host club est un manga qui est sorti entre 2006 et 2012 en 18 petits volumes. Aujourd’hui, il est réédité en version perfect (format A5) et en tome double ; heureusement car le manga était devenu introuvable. La série a également été déclinée en anime, drama et il existe même un jeu vidéo !

      La série se déroule dans un lycée pour jeunes gens riches où va arriver un élève boursier Haruhi, ce dernier ne s’intéresse qu’à ses cours, vit très loin de ce monde mondain et ne se préoccupe pas de son apparence. Circonstances obliges, le voilà obligé de travailler dans le « Host club » du lycée : un endroit où 6 adolescents de bon pedigree s’amusent à jouer de la séduction pour le plus grand bonheur des demoiselles. C’est une façon comme une autre de passer le temps car ces jeunes qui ne manquent de rien ont tendance à s’ennuyer facilement !
      • 0 réponse
    • Mushoku Tensei - Les aventures de Roxy tome 10
      Note :
      Les aventures de Roxy se suivent et... se ressemblent. Elle continue de progresser que ce soit à l'académie de magie ou dans son rôle d'aventurier.
      Ce tome-ci marque la fin de l'aventure dans l'université de magie et.... le rapprochement avec notre histoire principale.

      Si la fin de la partie à l'académie est un peu brutale (surtout au vu d'une série de 19 tomes + 10 de spin off), le début du rôle d'éducatrice et le rapprochement avec la série mère est une bonne nouvelle, car on pourrait avoir la chance de ne pas avoir un spin off aussi long que la série mère et surtout globalement cohérent.

      On garde espoir !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...