Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Durango la jeunesse - Tome 1 - Le premier homme que tu tueras


    The_PoP
    • Scenariste: Yves Swolfs Dessinateur: Roman Surzenkho Coloriste: Jackie de Gennaro Editeur: Soleil Note :
      Résumé:

      Texas 1882. Témoin de l'assassinat de trois cowboys , un jeune vagabond échappe lui-même de justesse au tueur, un professionnel armé d'une carabine équipée d'une lunette.Le jeune homme est bientôt engagé comme apprenti par le propriétaire du plus grand ranch de la région et pour qui travaillaient les trois victime mais ignore qu'en acceptant cet emploi, il deviendra témoin actif d'une sanglante guerre entre éleveurs.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Western Prix: -- Nb de pages: --
     Share

    Yves Swolfs relance Durango, l'une des séries qui l'a fait connaître en démarrant une trilogie centrée sur la jeunesse de Durango. Où comment un jeune cow-boy est devenu la plus fine gâchette de l'Ouest Américain. Roman Surzenkho assure sur cette trilogie la partie graphique, et ce paris là est clairement réussi puisqu'on retrouve enfin à mon avis un dessinateur capable de poursuivre l'héritage colossal laissé par Yves Swolfs. S'il lui manque encore un soupçon de maestria sur les personnages, l'ensemble est cohérent et intéressant et l'on retrouve le style et les gueules Swolfs qui raviront les amateurs du genre. Il lui faudra toutefois confirmer l'essai sur les deux prochains tomes pour nous conquérir définitivement. Faisons toutefois confiance à cet auteur, qui a déjà fait plus que ses preuves sur ses séries dérivées dans l'univers de Thorgal.

    Côté scénario, Yves Swolfs nous livre une guerre entre éleveurs qui semble de prime abord assez classique mais dont les protagonistes et enjeux risquent vite d'enrichir le drame qui se noue. 

    C'est enfin avec plaisir que j'ai retrouvé Durango, après quelques tomes de la série mère qui m'avaient déçus assez fortement. On reste assez loin de la qualité de l'origine de la série mais c'est déjà bien !

    • Like 1
     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il y a 2 heures, VladNirky a dit :

    C’est clair ^^ j’aimerais bien que le prince de la nuit reparte en fait, la j’hésiterais pas ^^

    Ce n'était pas reparti a un moment ?

     

    Apres verif si : t7 en 215, t8 en 2017 et t9 en 2019

     

    Et si tu aime les vampires en mode vampire classique il faut avoir lu le prince de la nuit. Moi je m'etais arrété au 6

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Si c'était bien reparti à un moment en effet.

     

    il y a 58 minutes, The_PoP a dit :

    étonnament c'est l'une de ses séries que je n'ai jamais lue. Toujours feuilletée, mais jamais franchi le pas. ça vaut vraiment le coup ?

    Bah perso j'avais bien accroché. J'ai eu une période vampire dans les années 2005 et autour. Plusieurs titres en bibliothèque étaient super chouette.

    Il faudrait que je les relise pour voir si ca a tenu au temps qui passe... (je les ais ceux de cette série là) ^^ Et il y a avait un côté actu car les personnages sont des caricatures de célébrités (de l'époque), c'est plus ou moins flagrant sur certains tomes

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    il y a 25 minutes, VladNirky a dit :

    Si c'était bien reparti à un moment en effet.

     

    Bah perso j'avais bien accroché. J'ai eu une période vampire dans les années 2005 et autour. Plusieurs titres en bibliothèque étaient super chouette.

    Il faudrait que je les relise pour voir si ca a tenu au temps qui passe... (je les ais ceux de cette série là) ^^ Et il y a avait un côté actu car les personnages sont des caricatures de célébrités (de l'époque), c'est plus ou moins flagrant sur certains tomes

    L’habitude de Swolfs de s’inspirer du cinema est encore plus hallucinante dans Durango. Surtout sur les personnages 🙂

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah ah le tome 1 est directement inspiré du scénario du western (assez surprenant d’ailleurs) Le Grand silence avec Trintignant. Mais heureusement en mieux. 🙂


     

    et après Durango c’est Clint Eastwood assez clairement 🙂

     

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 30 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Vivre à en mourir
      Note :
      Avec les cérémonies au panthéon de la semaine dernière, Le Lombard remet en avant "Vivre à en mourir", leur BD historique traitant du destin de Marcel Rayman, l'un des membres juifs de la résistance communiste étrangère à l'occupation à Paris pendant la seconde guerre mondiale. Son destin tragique sera partie intégrante de la fameuse affiche rouge dont on a tant parlé.

      Cette bd est illustrée dans le style de la ligne claire par Jeanne Puchol, qui retranscris assez bien le sérieux du propos. L'histoire elle, désormais très connue est toujours aussi bouleversante. Pour les amoureux de la France, comme de ceux de l'Histoire, ces destins tragiques mêlés à cette période trouble sont fascinants. Cette bd est un excellent moyen pour ceux étant passé à côté de cette petite histoire dans la grande de rattraper leur retard. Avec sérieux et émotion on se plonge dans leurs vécus d'après notamment le témoignage qu'a pu en livrer l'un des rescapés à la fin de la guerre.

      Impressionnant, et édifiant, à lire tout simplement.
      • 0 réponse

    • L'hôtel de tous les plaisirs
      Note :
      Dans cet hôtel de luxe, certains employés portent un badge spécial qui permet au client de la suite Whittaker de demander n’importe quelle faveur. Ryûsen est venu faire passer des entretiens d’embauche, devant le manque de personnel, le concierge en chef Kashiro l’aide. Ryûsen décide de le débaucher et devant le refus de ce dernier, utilise l’avantage du badge.

      Dans ce one shot, vous aurez deux histoires de couple qui se déroule dans le même hôtel et qui s’entrecroisent. Celui de Ryûsen et Kashiro, le premier étant prêt à tout pour conquérir Kashiro, y compris venir travailler à l’hôtel. Le second, celui du directeur de l’établissement, Ron, un célèbre acteur avec un mystérieux prince arabe. Si l’histoire n’est pas déplaisante, elle souffre parfois d’un manque de développement, notamment concernant l’enquête de police sur les affaires de prostitution. Le graphisme est agréable mais on aurait aimé s’étendre un peu sur le fonctionnement de cette suite très spéciale !
      • 0 réponse
    • Game of familia tome 8
      Note :
      Toujours dans leur quête de rechercher des alliés pour combattre les Dead Mells, Sasae et sa familia entendent parler de « dragon », des êtres surpuissants qui se seraient réincarner dans ce monde. Hélas ces dragons ne sont pas toujours bienveillants et certains ont même causé de grandes guerres par le passé. Il est temps d’envoyer une équipe de reconnaissance pour savoir ce qu’il en est mais cette mission réserve une surprise de taille.

      Début d’un nouvel « arc » dans Game of Familia avec un tome qui met en place de nouveaux personnages. Si ce tome de transition n’est pas exceptionnel, il permet de donner un aperçu de la suite, une suite qui risque fort d’entrainer notre Familia dans une situation extrême et un conflit interne. Voilà qui changera un peu des combats habituels et qui permettra de pimenter un peu l’histoire.
      • 0 réponse
    • Confidences nostalgiques tome 1
      Note :
      Confidences nostalgiques est un recueil de petites histoires autour d’une même thématique : des histoires d’amour perdues. C’est la nostalgie du premier amour, le récit de rencontres, de séparations, l’ambition de la nouveauté et des premiers émois qui donnent des ailes et qui font penser que tout est possible.

      Des jeunes femmes reviennent sur leur passé et nous dévoilent des amours perdues qu’elles chérissent encore. Il y a les relations qui s’étiolent avec le temps ou avec la distance, celles qui finissent car les amants n’ont pas les mêmes objectifs, celle où parfois l’amitié dérape…

      Chaque histoire est agréable à lire, différente, belle dans sa narration et son graphisme. Ce sont des pages de vies qui se tournent sans lendemain et qui nous laisse un peu dans le même état : c’était bien tant qu’on était dans l’histoire mais maintenant que le livre est fini, il faut passer à autre chose. Je doute un peu du potentiel de relecture.
      • 0 réponse
    • Arena tome 4
      Note :
      Les 6 derniers élèves ont réussi à utiliser la résonnance et forment à présent l’équipe de combattants « les 666 ». Ils doivent arriver au sommet des arènes pour pouvoir un jour gagner leur liberté. Avec le temps qui passe, ils ont fini par abandonner l’espoir de retourner sur Terre et pour certains, comme Gabriel, cette nouvelle vie lui convient bien lui qui réfrénait ses envies meurtrières. Après 18 mois, les voilà en demi-finale pour atteindre la ligue A et quelques surprises vont venir perturber leur parcours.

      Si cette première partie du webtoon se concentre sur le développement des capacités de Gabriel et de ses compagnons en enchainant les entrainements et les combats, on sent qu’il y a une autre problématique derrière : peut-être une guerre à plus grande échelle (genre inter planétaire). Les arènes ne seraient pas qu’un moyen de se divertir mais auraient pour objectif de former des guerriers puissants. La suite nous le dira.

      On aurait aimé cependant un peu plus de teneur concernant le quotidien des personnages, certes il y a des passages un peu plus axés sur eux comme un aperçu de la véritable personnalité de Mélissa ou des problèmes de couples de Fiona et Kevin qui montrent que les personnages ont vieilli mais on a l’impression par moment de survoler un peu le sujet. Reste une fin de volume très intéressante qui nous motive bien pour aller lire la suite.

      Arena est un bon shonen d’action avec un scénario qui tient la route qui se laisse facilement lire. A suivre.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...