Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Jeremiah Johnson - Chapitre 2


    The_PoP
    • Scenariste: Fred Duval & Jean Pierre Pecau Dessinateur: Jack Jadson Coloriste: Nurya Sayago Editeur: Soleil Note :
      Résumé:

      La guerre est déclarée entre Jeremiah et les Crows. Chez les indiens après l'incompréhension c'est la consternation : c'est la première fois que leurs guerriers sont chassés comme de vulgaires animaux. À la suite d'un conseil des chefs, il est décidé d'envoyer 20 guerriers parmi les plus braves sur la piste de Jeremiah; ils ne devront pas revenir tant que Jeremiah sera encore de ce monde.

      Autres informations: Biographie
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Western

    Le tome 1 de cette biographie de Jeremiah Johnson m'avait laissé sur une déception et ne tournons pas autour du pot trop longtemps ce second tome confirme malheureusement mon impression sur cette série. 

    Entendons nous tout de suite, c'est très loin d'être mauvais et globalement la note reflète celle d'une série correcte de western sous forme de biographie. Et c'est probablement déjà bien. 

     

    Mais il y avait matière à faire tellement mieux que je ne peux m'empêcher de penser que Soleil est passé à côté de son sujet car les auteurs sont tout de même loin d'être des inconnus. Jean Pierre Pecau et Fred Duval au scénario c'est quand même sensé être du très haut niveau, de même Jack Jadson qui nous vient de l'univers comics et notamment de la galaxy Marvel ce n'est pas un nouveau venu. Hors il y a je trouve plusieurs carences problématiques sur cette série. Tout d'abord le dessin n'a pas vraiment fonctionné sur moi, parfois beau, parfois anecdotique, parfois dur à appréhender, le traitement des émotions sur les visages m'a laissé de marbre. Et il faut dire à sa décharge que le scénario concocté sur la base de l'histoire réelle de Jeremiah Johnson n'a pas aidé le dessinateur. C'est simple : le personnage de Jeremiah n'existe pas à travers toute la bd qu'il traverse comme une ombre vengeresse. Seuls les trop rares personnages secondaires apportent un peu d'intérêt mais c'est bien trop peu. Cette histoire ou bd nous laisse indifférent, et c'est bien ça le drame, vu la matière première extraordinaire que nos auteurs avaient sous la main.

     

    Dommage. Jeremiah Johnson est loin d'être une mauvaise BD, mais au cinéma, là où beaucoup se rappellent du Jeremiah Johnson  de Sydney Pollack, en BD ce western là ne nous laissera guère de souvenirs. 



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 50 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La lucha
      Note :
      Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo est une réédition d'un album depuis quelques temps indisponibles en librairie. Justine Bradant est journaliste de métier et a déjà publié plusieurs titres sur le Congo avant de s'attaquer au scénario de cette bande dessinée documentaire et historique sur la Lucha. Ce témoignage retrace cinq années de lutte sans violence et sans arme des membres de la Lucha pour se faire entendre face à la répression armée et fatale du gouvernement. Les membres de la Lucha demande seulement l'accès à l'eau courante, l'éducation gratuite pour tous et interdire au président de faire un troisième mandat. Ce combat pacifique reçoit beaucoup de violence de la part du gouvernement, violence, maltraitance, enfermement des membres de la Lucha et autres partisans. Les dessins de Annick Kamgang sont en noir et blanc pour dépeindre la réalité que connait ce pays dans un style semi-réaliste.
      Lucha est une œuvre forte par le sujet traité pour faire avancer les choses au Congo et pour la population qui vit dans la misère. Cette bande dessinée a reçu le prix ambassadeur de Conscience, attribué par Amnesty international en 2016.
      • 0 réponse
    • Nos corps alchimiques
      Note :
      En voila une BD qui n'est pas pour tout le monde. Et une BD que, j'en suis sur, certains vont adorer et d'autres passer completement à coté. Moi  je fait parti d'une catégorie intermediaire. Enfin non je fais parti de la deuxième catégorie. Enfin je devrais. A force de lire des BDs de tous les types j'ai pris l'habitude de persévérer et je suis passé outre la première moitié de l'albumalors même que... j'étais perdu. Et cela m'a permis de découvrir ce qui se cachait sous cette overdose de metaphores. Et une fois qu'on a gratté on se retrouve avec une intéressante histoire de combat contre des souvenirs refoulés. Des souvenirs qui nous pourrissent notre existence sans meme que l'on ne se les rappelle.

      Des instants suffisamment dur pour que notre inconscient décide de nous les faire oublier. Mais des souvenirs qui morcellent ceux qui les refoulent en faisant d'eux des perosnnes "incomplètes". 

      C'est ce que cherche à nous dire  Thomas Gilbert. Mais de mon  point de vue il va trop loin. Franchement la première moitié j'ai vraiment eut envie de passer à autre chose. Le graphisme tentaculaire et mystique aussi bien que l'overdose de metphore et de poésie a, à mon sens, alourdi le récit à un moment on l'on est pas du tout attaché aux personnages que l'on ne connait pas. Et c'est d'autant plus marqué que l'équivalent en fin de volume est beaucoup moins pesant car, justement, on connait beaucoup mieux nos trois protagonistes. Et encore je ne parle pas de la dernière métaphore de la toute fin que je ..... n'ai pas comprise... 

      Bref une BD qui n'est pas pour tout le monde car trop travaillée. Et c'est dommage, à mon sens encore une fois, car elle aurait pu etre beaucoup plus accessible et parler à beaucoup plus de personnes.
      • 4 réponses

    • Papa est une licorne
      Note :
      Issei, lycéen, se retrouve à devoir cohabiter du jour au lendemain avec son nouveau beau-père qui est une licorne ! Cette licorne peut se transformer en humain et il prend alors l’apparence d’un bel homme blond (un étranger pour les japonais).

      Au travers de situations plus ou moins humoristiques, l’auteur parle des familles recomposées, de l’acceptation des étrangers (sujet assez sensible au Japon), des différences de cultures et d’éducation, des problèmes de voisinage…  Ici, comme on a affaire à une licorne, tout est un peu extrême : du foin au petit déjeuner, du repassage avec les sabots, une boisson préparée avec une corne…

      C’est une one shot divertissant et drôle, on peut réfléchir aux thèmes abordés ou on peut tout simplement en profiter sans se poser de questions. En tout cas, c’est une lecture rafraichissante qui vous fera passer un bon moment.
      • 2 réponses
    • Ascender t3
      Note :
      Avant de commencer, je tiens à préciser que j'en lu les tomes 2 et 3 d'un coup ce qui a surement aidé à l'immersion dans ce tome 3. Mais je pense que même sans cela je vous aurais que ce tome 3 est excellent. Peut-être même le meilleur des deux séries. 

      Le meilleur car Lemire nous sort un tome de très haute volée dramatique mais surtout un tome qui relie les deux séries. Un tome qui explique le passé pour basculer dans le futur de l'humanité. Un tome qui, de façon logique en plus,  retrouve toutes les petites graines semées sur le chemin de Descender pour planter ce qui promet de devenir un arbre flamboyant. 

      La fin est fascinante même si attendue et l'on n'a des perspectives qui font pétiller les yeux.

      Allez-y les amis on croit en vous ! 
        • Like
      • 2 réponses
    • Killing stalking tome 1
      Note :
      Si j’ai choisi de parler de killing stalking c’est d’une part, parce que c’est le 1er webtoon papier sorti en France (le 2eme tome est sorti le 16 avril) mais surtout parce que ce titre est très prisé chez les adolescents et qu’il est important d’en parler aux parents !

      Ce manwha est un thriller psychologique qui va opposer 2 jeunes hommes. Le 1er « stalking » a un comportement amoureux assez extrême : il espionne, se renseigne, colle la personne aimée jusqu’à s’introduire chez elle. Le second « killing » n’est pas aussi parfait que l’image qu’il renvoie et cache de lourds secrets.

      La relation des deux hommes est étrange, le premier oscille entre peurs et attirance et le deuxième entre violence et troubles psychologiques. Le manga est violent (scènes de tortures et sexe), ses personnages sont tous les deux malsains, on sait qu'il n’y a rien de bon dans cette histoire mais elle intrigue quand même !

      Attention, il est conseillé à partir de 16 ans et il est hélas assez facilement accessible sur internet !

      Concernant l’édition, le manhwa est publié dans le sens occidental (qui est aussi le sens coréen), c’est un format 15x21, Taifu a ré agencé les cases du webtoon sans surcharger les pages pour que la lecture reste fluide.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...