Aller au contenu
  • S’inscrire
  • La guerre invisible - Tome 1 - L'agence


    The_PoP
    • Scenariste: Franck Giroud Dessinateur: Olivier Martin Coloriste: Gaetan Georges Editeur: Rue de sevres Note :
      Résumé:

      1951, EGYPTE. Manfred Fürbringer, un ancien ingénieur nazi spécialisé dans les systèmes de guidage des fusées V2, a été repéré vivant au Caire sous une fausse identité. En pleine guerre froide, son savoir-faire et son expertise sont des atouts inestimables pour les Etats-Unis. La CIA envoie donc deux de ses meilleurs agents pour "recruter" Fürbringer, de gré ou de force... ... car bien d'autres nations semblent intéressées par les services de l'ingénieur.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Polar
     Share

    Il n'y a pas à dire, le trait d'Olivier Martin nous rappelle dès les premières pages les belles heures de la ligne claire. Ce trait dénote clairement dans la production actuelle, mais nul doute que beaucoup y trouveront leur compte. Les planches sont très travaillées et la mise en couleur est soignée pour coller à l'ambiance de l'Egypte dans laquelle se déroule l'histoire. 

    L'histoire elle est également originale puisqu'elle se déroule à l'aube de l'histoire des services secrets modernes, juste après la seconde guerre mondiale. L'enjeu de cette guerre secrète est claire, s'approprier les savoirs des savants allemands en fuite après l'armistice. Coups bas et manipulations vont alors se succéder jusqu'au twist final qui nous donnera  plutôt envie de découvrir le tome 2.

    Au final la guerre invisible est une bonne BD d'espionnage, peut être un peu trop sage et classique dans sa forme et qui risque de gagner en audace dans le prochain tome au vu de la fin de ce tome.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    J'ai bien ce premier tome, on se prend vite dans le jeu des espions et l'on souhaite connaitre la suite de l'aventure. J'aurais mis 4 étoiles pour cette introduction efficace. 

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 19 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Grott & Brott.
      Je poste ce projet auquel je vais participer dans la journée sur Ulule 🙂 : https://fr.ulule.com/grott-brott/


       

       



      https://fr.ulule.com/grott-brott/
      • 9 réponses
    • Harlem t1
      Note :
      Apres Bootblack et Giant, Mikael revient  à ses histoires New-Yorkaises, en nous présentant cette fois la reine d'Harlem : Queenie, de son vrai nom Stéphanie St. Clair.

      Comme d'habitude Mikael nous livre une prestation graphique de toute beauté. Apres un traitement des Irlandais, des Italiens, le voici qui met ses pinceaux aux services de la communauté noir d'Harlem. Toujours très à l'aise dans cette période de début du XX ieme sicle qu'il apprécie particulièrement, Mickael nous livre un premier tome donc le seul défaut est ... d'arriver 6 mois après le Queenie de Cerise Heurteur. 

      Pour ceux qui ne l'aurait pas lu, c'est une biographie de  Stéphanie St. Clair alias Queenie... Le problème que cela amène pour Harlem c'est que la vie de Queenie est le centre du récit et donc tout personne qui ont lu la version de Cerise Heurteur savent ce qu'il va se passer. Si c'est une preuve que Mikael a bien travaillé son sujet, c'est aussi un point négatif pour ceux qui ont déjà lu le premier, car on ne découvre rien dans ce tome d'Harlem et on est obligé de se contenter de la beauté graphique de Mikael.

      Par contre si jamais vous n'avez pas lu Queenie, je vous encourage à découvrir cette femme hors du commun qui a su s'imposer à une époque où le droit des femmes était à peine évoqué.
      • 0 réponse
    • Talion - Tome 1 - Opus Racines
      Note :
      Bon j'avais cru comprendre que les avis étaient mitigés sur Talion avant d'en entamer la lecture, mais je n'en avais lu aucun afin de ne pas me gâcher le plaisir. 

      Très clairement je vais défendre ce Talion, car bien qu'ayant beaucoup de mal avec les lectures BD trop complexes j'ai refermé ce tome avec la simple envie de le rouvrir, mais aussi de lire la suite.

      Bien sûr je ne peux m'empêcher de penser que Sylvain Ferret aurait probablement pu gagner en fluidité en évitant quelques complexités parfois un peu gourmandes. C'est vrai. Mais cela n'enlève rien à l'oeuvre, à la fable ecologique tout autant que récit de post apo intriguant, intéressant et nous montrant un monde qui s'il n'est pas nécessairement des plus original, reste abouti dans sa cohérence globale. On rentre dans cet univers par une petite porte mais finalement les choses se mettent en place progressivement, portées par un dessin inspirant et visuellement marquant, et une construction des cases au service du récit. 

       

      A mon avis ce Talion est à lire, et les 2 prochains tomes de cette trilogie nous diront vite si l'on bascule du côté incontournable, ou si l'on en reste à une bonne lecture.
      • 9 réponses

    • De nous il ne restera que des cendres t1
      Note :
      Nouvelle histoire de Yakuzas chez Kana avec une série en 4 tomes qui nous présente un jeune se grimant en jolie fille pour réussir ses assassinats.

      Si l'histoire est graphiquement assez sympa, je trouve qu'elle manque cruellement d'empathie pour que l'on s'attache à nos personnages. Notre héros est autant un méchant qu'un gentil et si son passé est censé nous attendrir, le comportement du personnage et son affiliation a des Yakuzas pas lus recommandable que d'autre rendent ce "héros" quasiment aussi antipathique que ses ennemis.

      On se retrouve avec une histoire de Yakuzas bien faite mais que l'on lit sans vraiment impliquer son lecteur.  On peut espérer que le prochain tome adoucisse notre héros mais sur une histoire en 4 tomes j'ai peu d'espoir.
      • 1 réponse
    • My Hero Academia Smash tome 1
      Note :
      Vous connaissez les gags en 4 cases, appelés yonkoma, que l’on trouve parfois à la fin d’un chapitre ou à la fin d’un tome ? C’est le principe ici : Hirofumi NEDA reprend le déroulé de My Hero Academia et le décline en yonkoma en proposant une variante humoristique. Il signe d’ailleurs avec ce titre son 1er manga qui est fini en 5 tomes.

      Si le manga original ne manque pas d’humour, cette déclinaison n’en manque pas non plus, on s’amuse à retrouver les personnages dans des situations variées avec des réflexions un peu plus cash parfois. Côté graphisme, l’auteur s’est appliqué on reconnait bien les héros et chaque case est travaillée avec décor et arrière-plan (ce n’est pas toujours le cas dans ce format).

      Le manga peut être lu par ceux qui ne connaitraient pas encore la série, cela permet de découvrir l’univers, les personnages, suivre globalement l’intrigue par contre, il ne faut pas s’attacher aux détails car cela reste une variante. Pour les fans de la 1ere heure, c’est le petit plus humoristique agréable et bien fait qui permet de prolonger le plaisir. En plus, comme ce sont des gags, on n’est pas obligé de lire le livre en 1 fois.

      Pour information, le film My Hero Academia : World Heroes’ Missions est sorti le 26 janvier au cinéma.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...