Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Labyrinthus t1/2


    poseidon2
    • Scenariste: Bec Dessinateur: Neaud Editeur: Glenat Note :
      Résumé:

      Et si nous n'étions que des cobayes ? 2057. La Terre est sous la menace d'un phénomène sans précédent. Depuis quelque temps, de mystérieuses cendres tombées du ciel recouvrent les paysages et villes d'une couche uniforme. Et partout dans le monde, de nombreux cas de maladies respiratoires sont recensés. Très vite, les autorités scientifiques et politiques sont unanimes : la « cendre » est en réalité une arme de destruction massive envoyée pour décimer l'humanité ! Pour comprendre les origines de ce fléau et tenter d'y mettre fin, une équipe est alors envoyée vers Phobos, satellite de Mars duquel proviendrait l'épidémie... Christophe Bec, scénariste de Carthago et de Siberia 56, revient à son genre de prédilection dans un captivant thriller de SF aux accents lovecraftien, mené par une équipe de héros aussi bigarrée que charismatique. Mystères, aventure et angoisse sont au menu de ce diptyque duquel émergent de véritables questions sur notre rapport à l'écologie.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Science Fiction

    Efficace. C'est le terme qui correspond surement le mieux à notre amis Christophe Bec. Car sans ne rien vous dévoiler du scénario... j'ai eu comme une grosse impression de déjà-vu.

    On retrouve des vaisseaux extraterrestres, la fin du monde, une team de scientifique et de barbouze, une mission qui tient la fin du monde dans ses mains...  Mais comme souvent (sur les premiers tomes en tout cas) c'est efficace. Un dessin un peu dur pour nous montrer la difficulté de la tâche et représenter la fin du monde. La coloration est sombre parce que l'ambiance est la tension est en à son comble.... du 100% Bec.

    Les seules vraies surprises sont :

    • l'éditeur
    • les deux tomes (annoncés .....)

    Donc je ne saurais trop quoi vous dire : Si vous adorez le genre Bec et que vous n’êtes pas lassé, vous pouvez y aller. Si vous ne connaissez pas Bec, allez y à (100%) car vous aurez une histoire clôturée en 2 tomes. Si vous n'aimez pas Bec... vous êtes déjà partit de toute façon 🙂 .

    Pour ma part je demande à voir une histoire qui finit en 2 tomes.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Purée j’irais bien voir aussi ^^ 2 tomes c’est pas trop engageant pour commencer. C’est pas comme cinq par exemple.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Une histoire de Bec en deux tomes, c'est très intéressant mais à voir si c'est pas prévu en plusieurs cycles 😄

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Le 11/09/2020 à 05:59, poseidon2 a dit :

    Et si nous n'étions que des cobayes ?

    Les lecteurs de Bec, en fait. Non ?

    Le 11/09/2020 à 05:59, poseidon2 a dit :

    Si vous n'aimez pas Bec... vous êtes déjà partit de toute façon 🙂 .

    Mince, je viens justement de me rappeler que j'ai un train à prendre.
    Je sors.

    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, Phileas a dit :

    Mince, je viens justement de me rappeler que j'ai un train à prendre.
    Je sors.

    Ahaha.... tu viens d'échouer à mon test machiavelique 😄 😄😄😄 😄 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    En plus, j'ai raté mon train avec tes bêtises 😞
    Et devine quoi ? Sur un banc du quai de la gare, quelqu'un avait laissé... un album de Bec.
    (Avoue que c'est toi ! J'ai reconnu ta "griffe") 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ahahahah je savais que je t'aurais !!!! Tu n'échappera pas à un Bec cette année !!! Nairknairknairk !!!!

    Pire tu va voir que je vais finir par te recommander.... un Arleston 👺👺👺

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Le plus drôle, c'est que j'aime beaucoup le chanteur Beck.
    (Midnite Vultures, album génial !)

    Comme quoi, il suffit d'une lettre en plus...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 3 anonymes, 46 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • Rages t1
      Les BD anthropomorphes sont à la mode. Entre 5 terres ou sa majesté des ours, on est servi. Alors pour qu'une petite maison d'édition se lance dans le genre, il faut qu'il y ait quelque chose de différent. Et bien radicalement oui ! Car Rages c'est globalement une adaptation de Suiciders (Urban Comics) en mode anthropomorphe. Enfin un mix entre Suiciders et Gladiator. Je cite particulièrement ce film car un des scènes dans l'arène est clairement un hommage/source d'inspiration.

      Et donc cela change des récits anthropomorphes habituellement cantonné à des périodes passés. Là on est dans de l'anticipation pure. Les dessins de Dan font mouches même si les grandes cases donnent un peu une impression de vide sur certains décors. Ils font mouches par le rendu dynamique des combats mais aussi par l'attention toute particulière apportée aux visages. L’adaptation animaux/Anticipation est bien faite avec juste ce qu'il faut d'équipement high tech mais pas une transformation complète pour laisser place au caractère de chaque animal.

      Si l'histoire n'est pas, pour le moment, super innovante, le twist de fin est bien amené (même si un peu prévisible) et nous promet un second tome encore plus intense et surement plus surprenant.

       
      Note :
      • 0 réponse
    • 17 ans - une chronique du mal tome 1
      Plus qu’une critique du tome c’est plutôt une mise en garde que j’ai à faire car il faut l’aborder avec précautions : pas pour son contenu mais plutôt pour ce que cela implique.

      Ce n’est pas tant le volume en lui-même qui est choquant car l’auteur a su garder, pour l’instant,  une certaine retenue mais comment ne pas aller se renseigner sur l’histoire vraie dont est tirée l’œuvre quand le nom de la victime est clairement indiqué sur le livre ? C’est bien sûr ce que j’ai fait et je me suis sentie mal, car hélas, la réalité dépasse la fiction et cela peut-être traumatisant.

      Car le malaise est indéniable, il y a une incompréhension totale : mais comment la situation a-t-elle pu dégénérer à ce point ? Comment l’être humain peut en arriver à de telles extrémités ?

      Est-ce pour tenter d’expliquer cela que nous suivons la narration au travers des yeux d’un des coupables ?

      J’espère vraiment que cette approche permettra une critique de la société japonaise car entre l’indifférence des policiers, l’engrenage dans lequel se retrouve les jeunes, l’influence des clans liés aux yakuzas, la non implication des témoins, la peur d’agir, il y a de quoi se révolter.

      Alors oui, si c’est une critique qui pointe à l’horizon pour que les choses bougent, pour que cela ne se reproduise plus jamais alors lisons ce manga car sinon, ce ne sera que du voyeurisme sordide.
      Note :
      • 0 réponse
    • Servitude - Tome 6 - Shalin Partie 2
      Voilà ma claque de cette rentrée. Et c'est sans surprise tant les tomes précédents étaient tous excellents. C'était donc ma plus grosse attente, et elle ne fut pas déçue. 

      Je profite donc de cette chronique pour remercier auteurs et éditeur d'avoir pris le risque de prendre le temps pour développer une série de qualité, avec de vraies prises de risques narratives, graphiquement proche du sublime, et qui nous livre un imaginaire riche, puissant, et résonnant d'échos de nos propres histoires. Vous avez su combler mes attentes, toujours plus hautes après chaque épisode et conclure en beauté cette série de haute volée.  Et pour cela bravo !

      Le dessin de Bourgier me coupe toujours autant le souffle, avec cette colorisation qui le sublime. J'aime cette galerie de gueules cassées, qui semblent naturelles et pas forcément héroïques. J'aime ces scènes d'actions bien découpées, ces plans quasi cinématographiques, ces décors grandioses mais détaillés. Bref, je suis un fan absolu du travail de Bourgier. 

      Je ne ferais guère plus long même si ça l'aurait mérité. Les choix forts opérés scénaristiquement dans cette série se révèlent tous payants. Oui certains opus nous ont laissé perplexes, et sur certains la difficulté de différenciation entre certains personnages rajoutait à la difficulté de saisir cette intrigue dans sa globalité. D'autant plus que les auteurs nous la présentait chaque fois par un angle de vue différent. Et j'ai beaucoup de respect pour cette démarche intransigeante dans leur créativité. Quels magnifiques conteurs d'histoire ce duo forme. 

      Si vous aimez la BD, vous ne pouvez pas ne pas lire Servitude. Oui cette série est aussi exigeante, avec sa narration toute en subtilité et son graphisme ultra détaillé. Mais elle vous marquera durablement et pose enfin un nouveau jalon remarquable dans le monde de la Fantasy. 
      Note :
        • Thanks
      • 7 réponses
    • Legion of super hereos t1
      Nouveau lancement de monsieur Bendis (oui oui encore un) avec cette fois un relaunch de la Légion des super héros du XXXI siècle. Un relaunch pour intégrer le Super Boy actuel dans la continuité de la légion. 

      Mais ce premier tome ne nous présente pas que cela. Il nous présente aussi un personnage au parcours étrange : Rose / Ecarlate. Et ce qui choque dans ce tome 1 c'est la différence entre les deux présentations. Pour être transparent, la première partie sur Rose est tellement bonne que celle qui suit sur l'arrivée de Jon ne tient pas la comparaison.

      Cette deuxième partie est quand même sympa surtout porté par le personnage de Jon Kent (grand pote de Damian)  mais n'a sinon rien de très original. Un bon reboot pour ceux qui commenceraient la légion ici. Alors que la première partie est pour moi assez magistrale. On suit notre Rose écarlate, immortelle, au travers de son parcours temporelle durant plus 1000 ans. On suit le parcours de cette femme blasé au travers des évolutions majeures du monde. Le traitement par scénette à chaque grande évolution de l'humanité est super bien pensé surtout que le caractère de Rose évolue avec le temps. On passe par de retour à des âges sombres, des guerres, des disparitions de civilisations... mais un homme reproduisant toujours les mêmes erreurs. 

      Cette "introduction" est super dense et super intéressante mais.... et bien elle n'a aucun impact sur le reste du tome qui se perds en présentation des différents membres de la légion (qui sont.... légions 😄 😄 😄 ).

      Bref une excellente intro qui aurait mérité un tome sur la Rose Ecarlate pour elle toute seule. Et au final un tome à deux niveaux un peu déroutants qui serait peut-être mieux passé en mode «Super sons» pour ados sans l'intro.
      Note :
      • 0 réponse
    • Les nouvelles aventures de lucky luke t9 : un cowboy dans le coton
      C'est fou le plaisir que j'ai pris à lire ce Lucky Luke. Il faut dire que comme beaucoup j'avais rangé cette série dans la case "souvenir d'enfance" et avait pris ce tome pour mes enfants plus que pour moi. Le l'ai lu par acquis de conscience et pour vous en faire un retour. Et au final j'ai vraiment aimé.

      Le scénario de Jul est tout d'abord très sympa avec cette "découverte" du sud des états unis par Luke. Un univers que, on l'oublie souvent, a en effet côtoyé celui des cowboys. Le faste des grandes maisons des cotonniers du Sud tranche avec les Saloon et Jul se sert de cette dichotomie à merveille.  

      Cela lui permet de nous livrer un Lucky Luke outré par le comportement des blancs du sud. Pour ne pas tomber dans la critique pure et simple et rester dans le divertissement, il nous amène..... Nos potes les Daltons bien sûr! Daltons toujours aussi bête mais toujours aussi drôle avec des moments d'anthologie dans le Bayou ou encore quand ils confondent le rassemblement du KKK avec un groupe d'indien.

      Bref une excellente surprise pour moi et un tome qui ravira, je l'espère, mes enfants !!!
      Note :
      • 2 réponses
×
×
  • Créer...