Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Le combat d'Henry Fleming


    poseidon2
    • Scenariste: Steve Cuzor Dessinateur: Steve Cuzor Coloriste: Steve Cuzor Editeur: Dupuis - Air Libre Note :
      Résumé:

      « Et vous ? Quel genre de types êtes-vous pour foncer têtes baissées vers votre propre tombeau ? Des surhommes magnifiques ou des abrutis inconscients ? ». Printemps 1863. Sur les rives du Rappahanock, État de Virginie, 190 000 soldats américains s'affrontent dans le chaos mortifère d'une guerre civile fratricide. Les uns portent l'uniforme gris, les autres sont en uniforme bleu. Parmi ces derniers, le jeune Henry Fleming monte sur la ligne de front pour la première fois. Désormais, la frontière entre la vie et la mort ne tient qu'à la trajectoire d'une balle de fusil ou d'un éclat d'obus. Dans la foule anonyme d'hommes transformés en guerriers d'occasion, Henry sait-il vraiment pour quelle raison il doit se battre ? Contre qui ? Pour qui ? Et le premier de ses combats n?est-il pas celui à mener contre son propre ennemi intérieur ? Entre le son du canon et le chant du colibri, entre la folie des hommes et la sagesse de la nature, entre l'exaltation et la terreur, entre le courage et la lâcheté, Henry doit trouver sa place sur l'échiquier. Avec Le combat d'Henry Fleming, Steve Cuzor s'empare du roman qui fonda la littérature américaine moderne, The Red badge of Courage, écrit en 1894 par Stephen Crane. Avec puissance et sensibilité, l'art narratif de Steve Cuzor réinterprète ce récit d'apprentissage sur fond d'apocalypse où se mêlent la poussière et le sang, la rage et la peur.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Historique Prix: 26 Nb de pages: 152
     Share

    Alors sur le site, on n'est pas d'accord sur cet album, je dois donc dire que c'est uniquement mon avis et que @Kevin Nivek n'est pas d'accord avec moi.
    Pas d'accord sur quoi ? pas sur la qualité graphique. Rien à dire sur celle-ci. Les dessins sont sublimes et la mise en couleur bien adaptée au différent passage de l'histoire.

    Non, nous ne sommes pas d'accord sur le scenario. On ne l'a pas vécu de la même façon. Pas du tout. Pour tout vous dire, moi cette adaptation m'a laissé froide. J'ai trouvé qu'il manquait des scènes de transition, ce qui faisait que les changements psychologiques de notre héros étaient trop brutaux.

    Le personnage principal m'a paru froid au possible et pleins de décision plus irrationnelles les unes que les autres. Je ne saurais juger si cela vient de la nouvelle de Stephen Crane ou de l'adaptation, mais j'ai eu, tout le long de l'album, l'impression de lire l'histoire d'un mec bipolaire.

    Non pas que cela ne puisse pas être intéressant, mais il aurait été nécessaire, de mon point de vue, ne prendre plus de temps pour faire comprendre aux lecteurs ces changements, pour créer un minimum d'empathie envers un personnage principal froid au possible.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Allez hop, enfin lu ce matin…

     

    j’ai lu toute la bd en attendant le moment inévitable de la désertion et puis… bon vous l’avez lu alors vous savez.


    je comprends le reproche de Pos’ et en même temps, les décisions qu’il prend sont quand même pas parachutées. C’est juste que les raisons derrière semblent légères par rapport au poids de la guerre.

    mais faut pas oublier qu’on parle d’un jeune paysan qui part en quête de gloire. 

    Du coup c’est clairement pas un 5* pour moi car il manque un petit quelque chose, mais du 4 ou 4,5* sans problème.

    l’atrocite et l’absurdité de la guerre y sont très bien retranscris je trouve. Graphiquement c’est sublime. Et si le héros ne nous déclenche pas de sympathie cela reste des questionnements passionnants je trouve. 
     

    bref ca reste dans ma bibliotheque et vous concernant ce sera un 1 partout 🙂

    • Like 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a 2 heures, The_PoP a dit :

    sont quand même pas parachutées

    Même ressenti 😉 

    Ma lecture de ce début d'année perso , ce dessin est une dinguerie et que dire du propos . Tellement bien fait que tu pourrais adapter ces pensées et questionnements du "héros" à la sauce de toutes les guerres , même les récentes , amha .

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   5 membres, 0 anonyme, 19 invités (Afficher la liste complète)

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Le fantôme de Canterville
      Note :
      Je connaissais comme tout le monde Le portrait de Dorian Gray , et j'ai découvert avec plaisir une autre facette de l'immense talent du romancier britannique dans ces deux contes . Tout d'abord , Le fantôme de Canterville , où comment un américain ayant fait fortune se cherche un patronyme prestigieux en achetant les yeux fermés un vieux manoir anglais . La critique des "self made men" du nouveau continent est aisée , le "yankee" n'a assurément pas le flegme britannique , ni cette éducation stricte so british . Il en va de même pour sa famille qui découvre ce château avec plaisir et se moque éperdument des turpitudes d'un fantôme hantant les lieux . On savoure les échecs patents de pauvre hère , incapable d'effrayer les membres de la famille . La situation prendra une autre tournure , vous le saurez en vous plongeant dans ce récit aux notes humoristiques .

      Vient ensuite Le crime de Lord Arthur Saville ! Au cours d'une soirée mondaine , ce Lord vient à se faire lire les lignes de la main et le pire lui est prédit . S'en suit une quête ubuesque pour tenter d'échapper à cette malédiction . Je ne vous dévoile pas l'intrigue mais sachez que l'on s'amuse aussi en lisant les aventures de ce Lord !

      Pour illustrer tout ceci , l'octogénaire Marcelé use de son trait charbonneux , tout en noir et blanc . C'est un style particulier qui peut rebuter de prime abord , j'en conviens . Mais plus on avance dans le récit de son compère Rodolphe , et plus cette vague crayonnée prend son sens en imageant parfaitement l'époque et les lieux .

      Détail amusant sur Oscar Wilde : avant que son homosexualité soit révélée avec pertes et fracas en 1895  , il avait fréquenté Florence Balcombe , qui fut ensuite l'épouse d'un autre grand auteur : Bram Stoker . Un petit monde 😉 
      • 0 réponse
    • Toubab
      Note :
      Toubab est une réédition d'un album déjà paru en 2021 chez les aventuriers de l'étrange. Et j'avoue que je salue cette remise en avant d'un album qui le mérite.  Cette histoire d'une jeune fille qui suit sa mère et découvre un pays africain ou les gens ne sont pas des clichés, mais où c'est plus elle, le cliché, est une très belle lecture.

      Si le graphisme est engageant et ne plaira peut-être pas à tous, l'histoire est elle marquante dès lors que, comme moi, ont une ado à la maison. En effet, le changement de philosophie de Mar se fait petit à petit et intelligemment… un peu comme un chemin de désintoxication de son éducation européenne de la vie qui amené notre héroïne à une remise en question sur sa propre vie.

      On peut juste regretter de ne pas avoir une suite sur le retour à son ancienne vie pour voir l'impact de ce séjour dans un "autre monde".

      Mention spéciale à une phrase de notre héroïne : En arrivant ici, j'étais stressé de ne pas être stressée.
      • 0 réponse

    • Helck tome 2
      Note :
      Et oui c'est la journée des bonnes surprises 🙂 Enfin pas vraiment une surprise car j'avais trouvé le tome 1 de Helck super rafraichissant et très rigolo. Une bonne suite car si le premier était rigolo il laissait planer un doute sur le sérieux et l’intérêt de l'histoire qui se déroulait en tache de fond.

      Et bien ce tome deux est venu me rassurer car il affiche une histoire qui se trouve être vraiment plus complexe qu'un simple tournoi pour le trône de roi des démons : Qu'est il arrivé aux humains ? Qui sont ces personnages ailés ? Pourquoi Helck est tout seul ?

      Tout plein de questions de fond qui trouvent un début de réponses dans ce tome 2 et qui sont... de très bonnes réponses. L'histoire s’épaissit autant que les muscles de Helck quand il s’énerve et ce n'est pas pour me déplaire. Helck quitte donc le centre de l'attention au profit d'un conflit bien plus important et d'une mission de plus grande envergure que devenir le roi des démons.

      Un excellent deuxième tome pour une série que je vous encourage a poursuivre et pour laquelle il faut dépasser l'aspect "rigolo" du début.
      • 0 réponse
    • Ma vie en 24 images par seconde
      Note :
      Voici un album qu'il faut absolument lire si on veut prétendre avoir une vraie connaissance de l'histoire des animés au Japon. 

      On nous raconte en effet ici la naissance de l'animation japonaise, mais aussi son industrialisation et son développement international. Pour ce faire, on ne suit rien de moins que Rintaro, l'animateur qui a réalisé Albator, Galaxy Express 99 ou encore le reconnu Metropolis.

      Et bien cette histoire est édifiante ! L'aventure de Rintaro est assez démentielle. Entre son enfance dans le Japon d'après-guerre, l'histoire de sa famille, toute sauf simple, et sa motivation jamais en berne, notre auteur nous livre une véritable traversée d'un siècle où l'animation s'est imposée comme l'un des phénomènes les populaires chez les 15-45 ans.

      À lire par tout fan d'animation Japonaises.
      • 0 réponse
    • Les allumés du conseil tomes 1 et 2
      Note :
      Ume est un lycéen qui excelle en littérature, il aime les lettres, les mots, et se sent tel un écrivain talentueux. Hélas, il est nul en science et risque de redoubler ! Afin de remonter sa moyenne, sa professeure principale lui fait intégrer le conseil des élèves. Il y fait la rencontre des autres membres qui ont tous un grain plus ou moins important.

      Ce manga humoristique est sous forme de yonkoma (4 cases verticales). En général, ce format raconte sur une colonne une petite histoire ; ici, même si l’on garde une chute à chaque fin de colonne, il y a un lien entre les saynètes et donc une progression dans les relations entre les personnages. Concernant le partie humoristique, les gags tournent souvent autour de quiproquos ou plutôt comme l’on dit par chez moi de ceux qui ont l’esprit « mal tourné » et qui pensent tout de suite à des choses coquines. On aura par exemple une méprise autour d’un bilboquet… Cependant, le manga ne va jamais trop loin, il n’est pas vulgaire et il est facile à lire. Je crains cependant une lassitude si les gags ne se renouvellent pas assez mais c’est le lot de tous les mangas humoristiques ! En attendant, c’est un manga assez distrayant pour un moment de pure détente.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...