Aller au contenu
  • S’inscrire

  • Nickad
    • Scenariste: VIVENZIO Salvatore Dessinateur: LAMARTINO Fabio Coloriste: LAMARTINO Fabio Editeur: Shockdom Note :
      Résumé:

      Dalí, détective privé sans talent, accepte une mission qui l'amène à Nouvelle Ville pour retrouver une personne disparue. Cependant, à chaque fois que Dalí commence ses recherches, des événements absurdes et inexplicables l'interrompent brusquement. Résigné, il est sur le point de baisser les bras, mais une étrange rencontre lui redonne espoir...

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Fantastique

    Sachez tout d’abord que je ne vais pas noter cette bande dessinée, je n’ai pas assez de recul sur ce genre d’œuvre pour me permettre de donner un avis objectif. La seule chose que je peux faire, c’est vous dire comment je l’ai perçue.

    Au premier abord, Le train de Dali est une œuvre peu attrayante, je n’ai pas du tout accroché au graphisme, aux couleurs. La composition n'est pas sans rappeler certaines œuvres du peintre, et les auteurs ne cachent pas la référence, prenant ouvertement le parti du surréalisme.

    Et puis vint la lecture, et il y a ce décalage permanent entre le texte et les images, cette incompréhension, cette difficulté à lier les deux. Dali est détective privé, il part faire un voyage pour trouver quelqu’un, on ne sait pas qui, on ne sait pas pourquoi. Pendant qu’il est dans le train, les arrières plans sont variés, on dirait des bribes d’histoires, des images du passé, du fantastique, du futur, tout est très métaphorique, allégorique…

    Il court après le temps et dit qu’on ne peut pas revenir en arrière alors ne serait-ce pas son propre voyage qu’il effectue, le retour sur sa vie, son introspection ?

    Pour ceux qui en aurait le temps et l’envie, il y a sans doute une analyse à faire, comprendre les métaphores… car je pense qu’il y a beaucoup à découvrir. L’œuvre est complexe et difficile d’accès.

    dali 2.jpg



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 3 anonymes, 48 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Tu ne tueras point
      Note :
      Qu'on soit bien d'accord, j'ai beaucoup aimé lire cette BD. Même si c'est plus un documentaire qu'autre chose. Même si je n'ai pas trouvé la réalisation graphique à la hauteur de la couv' ni répondant à mes goûts. 

      Il faut reconnaitre à Jean Louis Tripp le don de savoir raconter une histoire, et celles-ci même si elles ont défrayées la chronique en leurs temps, restent pas moins intéressantes. Evidemment pour cela il faut avoir cet intérêt un peu morbide, un peu malsain pour les faits divers. Ces histoire mêlant horreur, drames, malheurs et vies quotidiennes. 

      Je me connais ce penchant, et habituellement j'essaye de rester loin de tout cela. Mais quand une BD reprenant quelques unes des meilleures enquêtes sur des faits divers plus ou moins élucidés me passe sous le nez, dur dur de résister. Et je pense que vous serez quelques uns à vous laisser aller à ce plaisir régressif tant ces histoires nous parlent de l'homme dans toute sa tragédie. 

      Reste que, sans faire offense au talent ou au travail de M. Doisneau, j'ai trouvé la partie graphique peu intéressante. Elle n'apporte pas assez je trouve, que ce soit sur les décors, ou sur les personnages. Dommage car j'avais trouvé la couverture bien réussie.

       

      Pour les amateurs de faits divers, foncez. Pour ceux qui cherchent de l'optimisme et du bonheur, passez tranquillement votre chemin.

       
      • 0 réponse

    • Tower of God tome 1
      Note :
      Avec Noblesse, Tower of God fait partie de mes premiers webtoon et de mes webtoon préférés !!. Commencé en 2010, la série est toujours en cours (494 chapitres à ce jour). Le 1er tome comprend les 7 premiers, ce qui va faire beaucoup de tomes au final… mais après tout one piece va sortir le 100eme à la fin de l’année donc ce n’est pas un obstacle !

      Tower of God c’est un manga fantastique dans un univers complétement inédit : il existe une tour avec plein d’étages, ceux qui arrivent en haut de cette tour peuvent obtenir tout ce qu’ils désirent ! Seulement voilà, la concurrence est rude, à chaque étage il y a des épreuves à réussir, seule une poignée progresse. Mais n’importe qui ne peut pas accéder à la tour, elle choisit ses élus ! Et de temps en temps, un être y accède par ses propres moyens, il devient alors un « irrégulier », c’est le cas de Bam, notre personnage principal, que l’on va suivre tout au long de son ascension.

      Tower of God a un univers riche, dans ses décors, dans les capacités des personnages, dans la diversité des peuples de la tour. Mais c’est surtout une ambiance particulière, énigmatique et captivante, parfois sombre. C’est de l’aventure et de l’action, mais aussi l’histoire de relations, de liens qui se tissent et se défont. Une série originale et prenante !

      L’édition respecte bien le webtoon, dans un petit format, tout en couleur, sens coréen donc pareil qu’en France ! Pour information, le début est disponible en anime sur crunchyroll et respecte bien le déroulé de l’histoire.
      • 1 réponse
    • A sign of affection tome 1
      Note :
      Après « a silent voice » ou « comme les autres » voici un nouveau manga abordant le thème de la surdité. Mais contrairement aux deux autres, le narrateur ici, est la personne malentendante : Yuki, une jeune étudiante.

      L’auteure s’est beaucoup renseignée avant de l’écrire, afin de le rendre le plus réaliste possible, tant sur la représentation de la langue des signes que sur les émotions de l’héroïne et sa perception du monde.

      Yuki est une jeune fille, plutôt positive, qui vit plutôt bien sa surdité, l’ambiance du manga est à son image, il y a beaucoup de douceur, tant par le graphisme que par les attitudes et réactions des personnages. Un jour elle rencontre un garçon, elle va découvrir pour la 1ere fois l’amour, si faire le premier pas est déjà difficile, pour elle, ça risque d’être encore plus compliqué. Itsuomi, lui, est un adepte des voyages, toujours à la recherche de rencontres, il va se rendre compte que parfois, il ne faut pas aller très loin pour faire de nouvelles expériences.

      Moi qui pensait que la langue des signes était universelle, j’ai au mois découvert qu’il y en avait plusieurs, rien qu’au Japon, il y en a déjà 2 !!

      En tout cas, cette romance s’annonce agréable à découvrir, avec beaucoup de générosité et de douceur. Le manga a reçu le grand prix An An du meilleur manga 2020. 4 tomes en cours.

      Pour lire un extrait : A Sign of Affection T.1 - AKATA (akazoom.fr)
      • 0 réponse
    • Shadow of the batgirl
      Note :
      Nouveau reboot made in Urban Link avec la belle histoire de Cassandra Cain. Belle non pas pdans le fond mais belle car bien raconté. On a la, encore une fois, une belle histoire sur fond de super héroïsme. La prise de partie de présenter une Cassandra Cain quasiment muette et analphabète est intéressant. Cela demande au lecteur de vraiment se plonger dans le personnage mais une fois ceci fait on se retrouve à mieux comprendre les doutes et les hésitations de Cassandra.

      L'aspect Batgirl est presenté avec finesse et la rencontre avec Barbara en fauteil est bien amenée. Ce dernier personnage est aussi bien traité, ne prenant pas trop de place et étant surtout la en tant que conseillère dans son role d'Oracle .

      Le choix de ne pas du tout mettre cet histoire dans l'univers de batman, au point de ne même pas parler de Batman lui meme dans Gotham, pourra paraitre étrange aux lecteurs assidus de la franchise mais cela permet aussi de se concentrer sur l'histoire de Cassandra. C'est donc plutot positif de mon point de vue.

      Urban Link nous propose donc, encore une fois, un bien beau reboot et une très belle histoire.
      • 0 réponse
    • Talentless t7
      Note :
      Ah ben voila. Apres un tome 6 décevant on repart de l'avant avec ce tome 7. Le 6 a vraiment vraiment prit son temps pour faire changer Nana de bord et lui faire se douter qu'elle n'était qu'un jouet entre les mains de l'armée. Ce tome 7 est lui a fond dans l'avancée avec la réapparition d'un personnage disparu (bon il est sur la couverture) et une inversion des roles très intellignente. 

      En effet ce tome nous propose juste une inversion du coté pour lequel Nana souhaite se battre et pour se faire reproduit les schémas du début. Un mort arrive et nana est acccusée et doit se defendre alors mêle que, pour cette fois, ce n'est pas elle qu a commit ce meurtre.

      Une intelligente gestion qui permet de nous recentrer sur les prodiges tout en faisant avancer l'histoire. 
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...