Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Legende - Tome 8 - De mains de femmes


    The_PoP
    • Scenariste: Ange Dessinateur: Stéphane Collignon Coloriste: Natalia Marques Editeur: Soleil Note :
      Résumé:

      Tristan de Halsbourg a disparu... et sa disparition a fait de lui une légende. Une légende qui pèse sur ceux qu'il a laissé derrière lui : sa soeur Ombeline, devenue duchesse, ainsi que son mari, Alexandre de Hauteterre mais aussi sur Judith qui s'est exilée et rejette l'idée d'un compagnon - tant est forte, dans sa mémoire, l'image de celui qu'elle aurait pu aimer.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Fantasy

    Cette chronique a été réalisée à partir du pdf de lecture. Des différences de ressentis et de perception peuvent donc se révéler avec l'édition papier. 

    Décidément depuis la reprise de la série de Swolf  par un nouveau cycle avec un nouveau duo d'auteur, le rythme de parution s'accélère. Si le dernier tome était un bon tome de relance, il ne m'avait pas non plus totalement convaincu. Ce tome-ci, une nouvelle fois de qualité ne va pas nécessairement lever tous mes doutes, mais il a le mérite de proposer une vraie consistance dans ses récits. En effet, même si je ne comprends toujours pas le fait d'avoir scindé en deux les personnages et leurs aventures, ce Tome 8 de Légende nous propose enfin une vraie réflexion sur l'usage du pouvoir et de la violence pour une fois peu manichéenne. Et tant mieux, car si Légende sous Swolf avait consacré la lutte des justes contre les maudits, il convenait de donner un second souffle à tout cela. Et surtout de donner un peu d'ampleur au personnage de Tristan. Reste que les aventures narrées dans son fiefs avec ses anciens personnages secondaires se révèlent finalement aussi intéressantes que celle de notre mystérieux héros, même si plus classiques. 

    La grosse claque de ce tome 8 c'est que je me suis demandé si les planches n'étaient pas presque plus belles que sur la série originale. Et quand on sait en quelle estime je tiens le travail de Maitre Swolf, c'est un vrai compliment. C'est souvent très réussi et fin, et en série d'aventure/action se déroulant au moyen âge, c'est vraiment dans le haut du panier des productions actuelles. Bravo donc à Stéphane Collignon et à Natalya Marques pour leur travail sur le dessin et la colorisation. Chapeau bas. On sent qu'une fois le tome d'adaptation passé, et l'héritage des personnages de Swolf assimilé, les auteurs ont su faire évoluer l'ensemble. J'espère que sur le prochain tome les auteurs auront le temps d'améliorer un petit peu les détails sur certaines cases secondaires, mais c'est vraiment histoire de pinailler. Pour tout vous dire graphiquement, cela m'a beaucoup fait penser au travail réalisé sur la série Samouraï et notamment sur sa reprise après le départ de M. Genêt. 

     

    A noter que c'est bien Yves Swolfs qui a réalisé la couverture.

     



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Les couvertures sont toujours aussi belles en tout cas. J'ai les 2 premiers tomes, mais je ne me souviens plus de l'histoire.... ni de pourquoi j'avais arrêté.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 38 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Ennemis t2 (fin)
      Note :
      J'attendais avec impatience ce tome deux tellement il conditionnait l'ensemble de l'histoire. 

      Et pour tout vous avouer je suis mi-figue mi-raisin... En effet il y a un coté que j'ai adoré, celui ou l'on apprend tous les passifs des differents protagonistes, et surtout ou l'on découvre un lien entre eux tissé de facon très maligne par Kid Tousssaint. Il y a aussi un fin surprenante très loin d'un tuniques bleues qui montre une certaine audace.

      Par contre il y a un coté un peu simpliste dans la gestion de ce traitre.  Et c'est tellement dommage je trouve. On aurait aimé une solution un poil plus complexe .... tout comme on aurait aimé un épilogue qui fasse plus d'une page. En effet le lien ténu entre les histoires est à peine à peine effleuré la ou cela aurait permi de créer encore plus d'histoire au sein du groupe.

      Bref on pourrait quasiment dire qu'il manque un troisième tome pour prendre qui donnerait plus de temps pour developper des personnages hauts en couleurs. 
      • 4 réponses
    • Le crépuscule rouge (Dylan Dog)
      Note :
      Suite et fin de la minisérie sur les origines de Dylan dog qui avaient commencé avec le tome l'aube noire. Roberto Recchioni choisit d'introduire tous les personnages de la série au cours d'une sombre histoire avec un virus qui transforme les gens en mort-vivant. L'intrigue prend de l'ampleur dans ce deuxième tome avec plusieurs informations et anecdotes sur Dylan dog et son passé. On découvre comment et où il a rencontré son fidèle compagnon toujours armé de sa pelle. 
      Les dessins de Corrado Roi sont absolument magnifiques dans un style très réaliste qui donne une autre dimension au récit. L'ensemble est en noir et blanc avec des dégradés de gris pour mettre en place le monde fantastique dans lequel vit uniquement le héros. Il est d'ailleurs difficile pour lui de se justifier face aux problèmes rencontrés et aux nombreux cadavres qu'il laisse derrière lui. L'auteur rend plusieurs hommages aux films de genre horrifique durant tout l'album comme Evil dead ou l'invasion des profanateurs.
      Ce diptyque est un très bon moyen de débuter Dylan dog sans avoir de connaissance des autres tomes.
      • 2 réponses
    • Sélénie
      Note :
      Dans ce one shot, les références sont nombreuses à divers auteurs de récits de science-fiction ou personnalités ayant jouées un rôle dans l'imaginaire fictif. En effet, il suffit de voir les noms des héros de l'histoire pour s'en apercevoir. Après une introduction futuriste, Farice Lebeault nous plonge dans un récit imaginaire très poussé entre les personnages croisés où le contexte même de l'histoire. Avec ce genre de récit, il est difficile de bien retomber mais cela fonctionne à merveille avec Sélénie. Les lecteurs plus avisés que d'autres comprendront la fin assez vite dans la lecture comme tout est assez étrange. 
      Il est préférable d'être scénariste et dessinateur pour dépeindre cet univers créé avec tous les personnages fantastiques croisés. La partie graphique est remarquable avec des dessins très inventifs qui nous perdent un peu après l’introduction. L'album se termine sur un cahier graphique avec plusieurs recherches graphiques des héros.
      Il est préférable de pas trop parler de cet album pour laisser le suspense aux lecteurs qui seront attirés par l'univers de Sélénie et la couverture est bien représentative de ce qui attend le lecteur.
      • 1 réponse

    • Porchery
      Note :
      Porchery est un titre vraiment étonnant qui mélange avec subtilité humour noir, fantastique et un soupçon d'horreur. L'histoire de Tyrone Finch est assez décalée avec des cochons tueurs mais le scénariste arrive à trouver une explication qui en veut bien d'autres histoires qui se veulent plus sérieuses. On rentre vite dans le vif du sujet avec un couple de héros qui part en guerre contre des cochons sataniques. Ces derniers ont pour but de massacrer les hommes ou de les asservir afin de prendre le contrôle de la planète. Les dessins de Mauricet sont de qualité et très travaillés. Mauricet réussi à rendre terrifiant les cochons en transformant avec des veines bien marquées autour de la tête ou des éclairs qui apparaissent pour montrer leur pouvoir. L’album se termine sur des bonus avec recherches graphique de l’auteur et la description de son travail.
      J'ai passé un agréable moment de lecture avec les six premiers chapitres de cette mini-série dont je vais attendre le deuxième tome avec impatience. Les histoires déjantées sont tendances mais apportent un renouveau dans le monde du comics. Dès le départ en voyant ce titre, j'ai repensé au film Black sheep pour les lecteurs qui connaissent.
      • 0 réponse
    • Le contes des parias t3
      Note :
      Après deux albums parus coup sur coup pour bien nous permettre de cerner les deux personages principaux et  la definition que fait Makoto Hoshino du terme de démons et de pacte, ce troisième tome nous plonge cette fois plus en avant dans les secrets des chasseurs de diables. En effet on en apprend beaucoup sur cette société secrète et cela densifie enormement le récit.

      On se rend compte que la distinction entre les diables méchants, d'un coté, et les tueurs de diable de l'autre sont en partie un jeu politique intéressant. Plus centré sur l'aspect historique et sur l'aspect combat, on ne voit que peu d'évolution sur notre "couple" de Wisteria et Marbas. On a par contre, en fin de tome, les prémices d'un combat à venir qui s'annonce dantesque dans le prochain tome.

      Entre le mysterieux chef de l'ordre des épée et les pouvoirs encore non dévoilés de Marbas, la suite sera explosive.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...