Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Les grimaciers


    Kevin Nivek
    • Scenariste: Cheero Deemartsio Dessinateur: Luca Albanese Coloriste: Luca Albanese Editeur: Sarbacane Note :
      Résumé:

      La vie de Luigi, Napolitain en pleine crise de la quarantaine, est au point mort. À la maison, les disputes s'enchaînent avec sa femme qui lui reproche d'être un père et un mari démissionnaire, tandis qu'au travail, sa boutique qui vend des santons est loin de faire florès. Sans parler des intimidations que les sales types de la Camorra font subir quotidiennement aux petits commerçants comme lui. Un jour, c'est la brimade de trop, Luigi enfile un masque de Polichinelle et sort la nuit régler leur compte à des petits voyous. Galvanisé par l'expérience, le justicier en herbe reprend contact avec Nunzia, son amour de lycée aujourd'hui actrice ratée, qui se laisse tenter par ces expéditions punitives:elle incarnera Colombine, un autre personnage de la Commedia dell'arte. Bientôt, la petite bande déguisée sera rejointe par un champion de boxe syndicaliste, un ancien militaire boiteux reconverti dans la vente d'armes de paintball, un bodybuilder videur dans une boîte gay et un policier intègre lassé de la corruption qui sévit parmi ses collègues. Mais à force de faire justice soi-même ne devient-on pas un criminel à son tour?

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Polar Prix: -- Nb de pages: --
     Share

    Une première oeuvre pour les deux auteurs italiens que ce polar napolitain à la sauce justicier(s) . Prenez un monsieur lambda à un moment charnière de sa vie , injectez une bonne dose de camorra ( la mafia locale) , de corruption , et vous aurez la naissance d'un justicier portant un masque de Polichinelle réalisé par son fils Diego (hommage au pibe de oro oblige) . Au cours des 140 pages de ce one-shot , on va suivre cette mise en abîme du néo héros de Naples , qui va peu à peu s'entourer d'une bande de bras cassés ( amis d'enfance) épris d'un fort désir de justice . Dans cette escalade , jusqu'où notre bande peut-elle aller ? D'autant que l'on découvre des flics infiltrés , des ripoux , des politiques corrompus , bref l'Italie du sud dans ce qu'elle a de pire .

    Pour illustrer ce cocktail d'actions  et rebondissements en tout genre , Albanese amène une certaine originalité graphique . Sa quadrichromie est efficace pour les venelles et autres décors urbains , mais son trait peu paraître flou sur certaines planches . Les visages des protagonistes semblent "grossiers" et il n'est pas toujours évident de bien les différencier , surtout avec une importante galeries de personnages . C'est un style à part entière que l'auteur assume , mais qui je dois bien l'avouer , ne me convient que moyennement . Le 9ème art , fort heureusement , est pour tous les goûts ! Cela ne doit pas faire injure à une histoire aux faux airs de Batman , rondement menée en proposant de nombreuses surprises et une fin presque inattendue 😉

    Les-Grimaciers.jpg

    Les-Grimaciers1.jpg

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    :) Ca al'air sympathique, même si ça fait un peu déjà-vu :) Mais bon, en ce moment, tout ce qui commence par crise de la quarantaine, me plait, allez savoir pourquoi... 😂

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Alors, pour ma part, j'ai été déçu par cet album :/ Le speech était vraiment bien, mais le fond, et bien... Je trouve le héros dénué de charisme et complètement candide (ce que ça peut m'énerver). Pour la partie graphique, hors les décors qui sont plutôt assez bien réussis, et bien le coup de crayon fuyant sur les persos ne me convient pas du tout, pourtant, j'ai bien aimé cette quadrichromie...

    Niveau histoire, j'ai trouvé ça vide, il y aurait eu matière à exploiter, mais pfff! Tout est juste pointé du doigt,un peu de cliché par ici, un peu par là... des détails sur la vie du protagoniste qui sont là juste pour étoffer le nombre de pages (amha), et cette candeur (ou devrais-je dire débilité à ce point là)...et le twist de fin, et bien, c'est du vu et revu, malheureusement... Je savais à moins de la moitié de l'histoire ce qui allait se passer :/

    Dommage, j'en attendais peut-être beaucoup au vu du speech, mais pour moi ça a fait spliiiich.... (bruit d'un pétard mouillé pour ceux qui n'aurait pas compris^^)

    • Like 2
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 18 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Void rivals tome 1
      Note :
      Ca y est, le premier tome de Energon Universe débarque chez Urban Comics et ce n'est pas par un Transformers que l'on commence mais bien par la nouvelle série de Monsieur Kirkman, j'ai nommé Void Rivals. Une série pour l'instant très à la marge de l'Ergonverse parlant de deux nations habitants sur deux planètes qui se fond face et en guerre perpétuelle. Guerre qui voit deux ennemis se retrouver sur une planète perdue et obligés de collaborer pour s'en sortir.

      Sincèrement c'est très sympa. Cela ne réinvente rien avec le mystère entre les deux peuples qui est presque trop évident (et certaines surprises tout sauf surprenantes), mais c'est bien foutu. Les clins d'oeil aux Transfomers sont bien trouvés et le duo est assez percutant, offrant de tirades intéressantes.

      L'ensemble est agréable à lire et permet de rentrer un tout petit peu dans un univers bien plus grand. 

      Une bonne lecture d'été.

       
      • 0 réponse
    • Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet - Tome 7 - Crimes-sur-mer
      Note :
      J'aime bien la tournure que prenne ces nouvelles aventures de ric hochet, l'humour y est plus présent que dans mes souvenirs de jeunesse sur la série originale. Pourtant les thèmes de fond restent durs, il y a des morts, du sang et du crime, mais Zidrou y mêle son humour et ses dialogues pleins de jeux de mots qui donnent finalement un certain flegme à notre Ric même face aux pires dangers. On y perd en drame ce qu'on y gagne en plaisir de lecture, et cet album ravira probablement autant les plus jeunes que les plus vieux. Cependant il ne restera pas non plus beaucoup dans nos mémoires, la grande course poursuite pleine d'action et de jeux de mots n'invitant guère aux mystères et enquêtes habituelles. 

       

      Oui c'est bien un ric hochet de vacances 🙂
      • 0 réponse

    • Tsubaken tome 1
      Note :
      Au premier abord, Tsubaken est le genre de livre dont la couverture ne m’attire pas du tout et que je n’irai pas acheter. Pourtant, sans être un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment et je lirai la suite avec plaisir.

      Kenrick est un orphelin bagarreur avec une énorme coupe afro qui s’est déjà fait renvoyer de plusieurs lycées. C’est sa dernière chance, au prochain renvoi, le foyer ne s’occupera plus de lui et il retournera à la rue. Il essaye donc de faire profil bas en intégrant Gloves high school mais il ne peut rester sans rien faire quand il voit qu’un de ses camarades, Milo, le premier à lui avoir adressé la parole, se fait racketter par un gang.

      Si Tsubaken est un webtoon de bagarre avec des gangs ce n’est pas la partie la plus intéressante du récit. En effet, l’histoire prend place dans un monde où les médias (livres, CD, DVD, consoles…) ont disparu et font l’objet d’un trafic au marché noir. Ici, les gangs ne vendent pas de la drogue mais des objets devenus collectors ou des copies. L’autre sujet qui sera développé concerne les origines de Kenrick car contrairement aux autres orphelins, il n’y a aucune information sur sa naissance et on sent que c’est un point qui risque d’avoir de l’importance par la suite.

      Les plus de ce webtoon : les illustrations humoristiques de chaque début de chapitre autour du Courouge Gang et des objets devenus cultes et un historique en fin de tome qui reprend les différentes étapes du parcours de l’auteur et de la création de Tsubaken.

      Finalement, on a un bon shonen distrayant et agréable à lire qui devrait plaire aux adolescents.
      • 0 réponse
    • Luca, vétérinaire draconique  tome 1
      Note :
      Luca est une jeune fille qui rêve de devenir une vétérinaire draconique, il ne lui reste que l’épreuve pratique pour pouvoir accéder à Kogniel, l’institut supérieur des sciences draconiques. Le jour de l’examen pratique, elle doit d’urgence opérer un dragon avec l’aide de deux autres apprenties se mettant par la même occasion en retard pour l’épreuve.

      L’histoire prend place dans un monde où une guerre était encore en cours 3 ans auparavant, chaque personnage en a souffert. Notre héroïne, Luca, veut de venir vétérinaire pour deux raisons ; la première, c’est qu’elle a grandi avec cette passion étant donné que son père était lui aussi vétérinaire. La seconde, c’est que ce dernier est soi-disant mort en trahissant leur pays, et Luca, ne pouvant y croire, espère prouver l’innocence de son paternel.

      En plus de nous offrir un joli monde fantastique travaillé et plein de nouvelles créatures, l’histoire met en avant de beaux sentiments comme l’amitié, la persévérance, l’ouverture d’esprit… Il y a en même temps de l’aventure et du suspense car il existe une énigme autour du père de Luca qui permet de maintenir un intérêt plus accru. A découvrir.
      • 0 réponse
    • Kirin the Happy Ridder Speedway tome 1
      Note :
      Kasaï est un nouvel éditeur arrivé sur le marché en novembre dernier, je suis tombée dessus un peu par hasard sans vraiment en avoir entendu parler, il y a pour le moment deux titres à leur catalogue, celui-ci et La randonneuse que je n’ai pas encore lue. Deux séries assez longues car la première fait 11 tomes et la seconde 17 volumes.

      Donc je me lance dans la lecture, je comprends très vite que les motos et les courses de voitures sont les éléments principaux du récit. On commence par un homme nommé Kirin qui semble faire un essai de moto sur route et qui tombe en rade, il est dépanné par un autre motard en vadrouille qui s’appelle aussi Kirin. Ce dernier est un jeune qui semble voyager au gré de ses envies et qui va se retrouver bloqué dans cette ville. Une ville un peu particulière qui a ses propres lois, qui semble être dirigée à la fois par un gros caïd et en par un flic véreux semblant lui aussi obéir à quelqu’un d’autre.

      Si vous êtes perdus c’est normal, je l’étais aussi et pour cause : d’abord, on ne comprend l’organisation de la ville qu’à la fin du volume alors qu’en général, le premier chapitre est là pour établir le contexte et après quelques recherches j’ai découvert que cette série Kirin The happy ridder speedway était la suite d’une autre série Kirin (finie en 39 tomes) qui n’a jamais été publiée en France !! On peut donc supposer que tous les manques scénaristiques étaient plus ou moins expliqués dans la 1ère saison !!

      Côté graphisme, on fait un bond de quelques décennies en arrière, des dessins un peu vides, un design des années 80, rien qui ne donne vraiment envie. En conclusion, on a un scénario peu construit où une grande partie des personnages font tapisserie, un fil conducteur inexistant et un graphisme peu attrayant… Je ne peux que vous recommander de passer votre chemin.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...