Aller au contenu
  • S’inscrire

  • Nickad
    • Scenariste: OYAMADA Mimu Dessinateur: OYAMADA Mimu Editeur: Komikku Note :
      Résumé:

      Kirika est désespérée. Son grand frère Teruo est un otaku fini et surtout un Hikikomori : il n'a pas quitté sa chambre depuis des années. Elle souhaite plus que tout qu'il réintègre le monde extérieur, mais ça semble être mission impossible. Un jour, Kirika découvre à sa plus grande surprise que Teruo écrit en secret des mangas boy's love et qu'il excelle tellement dans ce domaine qu'il est devenu une vraie star auprès des fans du genre. Kirika a peut-être trouvé la clé qui permettra de le faire enfin sortir des murs de sa chambre ! MON FRÈRE, CET OTAKU est un one shot absolument drôle et touchant sur l'amour fraternel et le monde des otakus et des hikikomoris. L'opposition entre Teruo et ses oeuvres boy's love et le sérieux de sa soeur Kirika donne lieu à des gags hilarants. Mais on est aussi touché par la détermination de la jeune fille qui veut à tout prix que son frère renoue avec le monde extérieur. Teruo vit dans un monde plein d'imagination absurde et de dessins à ne pas mettre entre toutes les mains, mais il est émouvant et on comprend pourquoi sa soeur refuse de l'abandonner.

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Comédie

    Nouveauté Komikku pour ce mois de juin, mon frère cet otaku parle d’un jeune homme de 20 ans, Teruo, qui est un hikikomori depuis 4 ans, fan de boys love spécialisés dans les muscles, il dessine des dôjinshis et est plutôt célèbre dans ce domaine. Je suis sûre d’en avoir perdu certains là….

    Un hikikomori est une personne qui vit coupée du monde, souvent dans sa chambre, repliée sur elle-même, se sent accablée par la société et pense souvent qu’elle n’a pas de valeur. Le boys love (BL) ou yaoi est un manga mettant en scène des histoires d’amour entre hommes, ils sont plus ou moins crus. Un dôjinshi c’est une histoire dessinée par les fans mettant en scène de façon osée (le plus souvent) les personnages de leurs mangas : vous prenez vos personnages préférés (du même manga ou non) et vous leur inventer une histoire d’amour. « spécialisé dans les muscles » signifie que les personnages sont des hommes baraqués, genre body builder.

    Teruo fait donc des mangas mais comme il vit reclus, il ne peut se rendre aux conventions spécialisées, il demande donc de l’aide à sa sœur Kirika qui est totalement étrangère à cet univers. Petit à petit, il va affronter le monde extérieur, sa passion étant la plus forte, il faut bien se rendre dans certains magasins pour obtenir les goodies désirés !

    L’originalité de l’histoire, c’est que le fan de BL est un homme : déjà que dans la société japonaise les femmes amatrices du genre sont appelées fujoshi (terme péjoratif signifiant « femme pourrie »), les hommes appelés « fudanshi », sont encore plus mal vus. L’autre aspect intéressant, c’est de montrer l’otaku « extrême », de voir le nombre de goodies qui existent, les événements spéciaux, la folie des comickets…

    Le manga enchaine des petites scènes du quotidien entre le frère et la sœur et s’articulant toutes autour du BL ; on esquisse un sourire de temps en temps mais c’est à peu près tout. Il n’est pas déplaisant et passées les quelques informations sociétales que l’on ne connaîtrait pas, il n’y a pas grand-chose. L’auteure ne se penche pas sur le problème des hikikomori, son personnage étant assez peu réaliste. Un seul tome est bien suffisant.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 66 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Les 5 terres tome 6 - Pas la force
      Note :
      Et bien on peut considérer les 5 terres comme la série de référence avec des animaux dans une époque médiévale. En effet, tous les albums s'enchainent en gardant une excellente qualité d'écrire mais aussi des dessins magnifiques. Ce sixième tome clôture le premier cycle. Mederion le nouveau roi de d'Angleon commence à mettre en place une politique différente, basée sur la paix pour unifier tous les peuples et oublier les guerres sans fin. On suit la destinée de plusieurs personnages importants, comme le chien Kirill, les étudiants ou même une délégation qui arrive à Angleton.
      Les dessins Jérôme Lereculey sont de qualité et l'on peut s'en apercevoir sur une scène d'action assez musclés et dynamique. On peut reprocher justement le manque d'action et les longs passages de discussions politiques. Les 5 terres est comparable à la série Tv Game of thrones en tout point avec la politique, les complots, les trahisons et changement de roi.
      Un sixième tome très intense comme les tomes précédents, il est toujours préférable de tout relire pour se remettre dans l’histoire avec les nombreux personnages et leurs rôles. Pour les retardataires, un coffret réunissant les six premiers tomes sortira en fin d'année. 
      • 1 réponse
    • Cheese
      Note :
      Cheese propose de suivre le quotidien de trois jeunes un peu glandeurs et paumés par la même occasion. Les trois personnages sont Riccà, Dario et Zuzu qui est aussi l'autrice de cette bande dessinée indépendante. L'histoire est séparée en de nombreux chapitres qui capturent des tranches de vies souvent anecdotiques ou sans rapport entre elle. Le fil conducteur de toutes les histoires serait la fameuse course de fromage qui se déroule dans quelques villes d'Italie mais aussi en Angleterre. Le jeu est assez simple, une meule de fromage dévale une pente et les participants doivent le rattraper, les accidents sont nombreux dans cette compétition très étrange. 
      Les dessins de Zuzu sont très déstabilisants car les proportions des personnages souvent déformés. Les dessins sont en noir et blanc et accentuent cette impression étrange. De plus, les chapitres sont souvent introduits par une illustration de Zuzu dont le corps se transforme de façon assez horrible. La représentation des personnages ne facilite pas le lecteur à s'attacher aux héros pour les suivre.
      Ce roman graphique se penche sur les relations humaines de trois amis dans leur quotidien, c'est très intimiste et conviendra aux lecteurs appréciant ce genre. Les dessins sont très ou trop orignaux.
       
      • 0 réponse
    • Tu ne tueras point
      Note :
      Qu'on soit bien d'accord, j'ai beaucoup aimé lire cette BD. Même si c'est plus un documentaire qu'autre chose. Même si je n'ai pas trouvé la réalisation graphique à la hauteur de la couv' ni répondant à mes goûts. 

      Il faut reconnaitre à Jean Louis Tripp le don de savoir raconter une histoire, et celles-ci même si elles ont défrayées la chronique en leurs temps, restent pas moins intéressantes. Evidemment pour cela il faut avoir cet intérêt un peu morbide, un peu malsain pour les faits divers. Ces histoire mêlant horreur, drames, malheurs et vies quotidiennes. 

      Je me connais ce penchant, et habituellement j'essaye de rester loin de tout cela. Mais quand une BD reprenant quelques unes des meilleures enquêtes sur des faits divers plus ou moins élucidés me passe sous le nez, dur dur de résister. Et je pense que vous serez quelques uns à vous laisser aller à ce plaisir régressif tant ces histoires nous parlent de l'homme dans toute sa tragédie. 

      Reste que, sans faire offense au talent ou au travail de M. Doisneau, j'ai trouvé la partie graphique peu intéressante. Elle n'apporte pas assez je trouve, que ce soit sur les décors, ou sur les personnages. Dommage car j'avais trouvé la couverture bien réussie.

       

      Pour les amateurs de faits divers, foncez. Pour ceux qui cherchent de l'optimisme et du bonheur, passez tranquillement votre chemin.

       
      • 0 réponse

    • Tower of God tome 1
      Note :
      Avec Noblesse, Tower of God fait partie de mes premiers webtoon et de mes webtoon préférés !!. Commencé en 2010, la série est toujours en cours (494 chapitres à ce jour). Le 1er tome comprend les 7 premiers, ce qui va faire beaucoup de tomes au final… mais après tout one piece va sortir le 100eme à la fin de l’année donc ce n’est pas un obstacle !

      Tower of God c’est un manga fantastique dans un univers complétement inédit : il existe une tour avec plein d’étages, ceux qui arrivent en haut de cette tour peuvent obtenir tout ce qu’ils désirent ! Seulement voilà, la concurrence est rude, à chaque étage il y a des épreuves à réussir, seule une poignée progresse. Mais n’importe qui ne peut pas accéder à la tour, elle choisit ses élus ! Et de temps en temps, un être y accède par ses propres moyens, il devient alors un « irrégulier », c’est le cas de Bam, notre personnage principal, que l’on va suivre tout au long de son ascension.

      Tower of God a un univers riche, dans ses décors, dans les capacités des personnages, dans la diversité des peuples de la tour. Mais c’est surtout une ambiance particulière, énigmatique et captivante, parfois sombre. C’est de l’aventure et de l’action, mais aussi l’histoire de relations, de liens qui se tissent et se défont. Une série originale et prenante !

      L’édition respecte bien le webtoon, dans un petit format, tout en couleur, sens coréen donc pareil qu’en France ! Pour information, le début est disponible en anime sur crunchyroll et respecte bien le déroulé de l’histoire.
      • 1 réponse
    • A sign of affection tome 1
      Note :
      Après « a silent voice » ou « comme les autres » voici un nouveau manga abordant le thème de la surdité. Mais contrairement aux deux autres, le narrateur ici, est la personne malentendante : Yuki, une jeune étudiante.

      L’auteure s’est beaucoup renseignée avant de l’écrire, afin de le rendre le plus réaliste possible, tant sur la représentation de la langue des signes que sur les émotions de l’héroïne et sa perception du monde.

      Yuki est une jeune fille, plutôt positive, qui vit plutôt bien sa surdité, l’ambiance du manga est à son image, il y a beaucoup de douceur, tant par le graphisme que par les attitudes et réactions des personnages. Un jour elle rencontre un garçon, elle va découvrir pour la 1ere fois l’amour, si faire le premier pas est déjà difficile, pour elle, ça risque d’être encore plus compliqué. Itsuomi, lui, est un adepte des voyages, toujours à la recherche de rencontres, il va se rendre compte que parfois, il ne faut pas aller très loin pour faire de nouvelles expériences.

      Moi qui pensait que la langue des signes était universelle, j’ai au mois découvert qu’il y en avait plusieurs, rien qu’au Japon, il y en a déjà 2 !!

      En tout cas, cette romance s’annonce agréable à découvrir, avec beaucoup de générosité et de douceur. Le manga a reçu le grand prix An An du meilleur manga 2020. 4 tomes en cours.

      Pour lire un extrait : A Sign of Affection T.1 - AKATA (akazoom.fr)
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...