Aller au contenu
  • S’inscrire
  • SILEX


    LaVieDansLesPlis
    • Scenariste: Stéphane Sénégas Dessinateur: Stéphane Sénégas Editeur: L'école des loisirs Note :
      Résumé:

      Sur la planète Homo-Dino,

      Les petits sont mangés

      Par les gros.

      Alors comment devenir chasseur

      Quand on est haut

      Comme trois pommes ?

      Pour faire taire les moqueries,

      Silex lance un dangereux pari :

      Dans moins de sept lunes,

      Il viendra à bout…

      Du terrible Mange-Tout.

      Type: Livre pour enfants L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie
     Share

    Il était une fois où les hommes et les dinosaures auraient vécu ensemble ; la vocation de l’album n’est pas d’être un documentaire sur l’ère préhistorique, malgré quelques informations absolument vraies sur ces vieux animaux préhistoriques. Et Stéphane Sénégas, déjà connu et reconnu -notamment- pour ses Pirateries, choisit de nous plonger ici dans un tout autre univers. L’auteur détourne donc les noms des dinosaures dans un récit plaisant, plein d’humour et de tendresse, où Silex, un jeune petit homme habillé en peau de bête, prend son courage à deux mains et part chasser les plus gros des dinosaures pour prouver à sa famille sa valeur et gagner ainsi quelques centimètres dans l’estime des siens…

    Et comme toutes ces graines d’homme en devenir, Silex passera trois épreuves, affrontera trois méga dino et fera montre, trois fois, de sagesse. Un « Little Big Man » avant l’heure. Le récit est efficace, usant pertinemment de la répétition, et souvent drôle.

    Un petit regret peut être simplement sur l’articulation entre les trois péripéties de Silex et les trois citations d’Horace, de Plutarque et d’Esope, qui, me semble-t-il, aurait pu être plus cohérente ou plus resserrée. L’idée de ponctuer « la quête » de Silex par des proverbes d’un poète, d’un philosophe et d’un fabuliste de l’antiquité et de mettre ces sages mots dans la bouche des oncles bienveillants et expérimentés de notre petit « Trois pommes », reste très intéressante parce qu’elle apporte au récit sa caution d’autorité morale dont Silex -et nos jeunes lecteurs- peuvent ensuite s’emparer à leur façon. C’est à travers les yeux d’un enfant que nous entrons dans cette « quête », que nous suivons cette aventure initiatique et ce court récit fonctionne ainsi très bien et tout simplement pour nos petits lecteurs.

    L’album est aussi remarquable par ses belles illustrations parfaitement équilibrées, dont le trait est fin et précis, dans une alternance de dessins pleinement et justement colorisés et d’autres, plus simplement crayonnés. L’expressivité des personnages leur donne presque la vie. Alors quand il s’agit de gros dino pleine page qui sont représentés par notre illustrateur, les yeux de nos jeunes lecteurs s’écarquillent indubitablement très grand, dans un mélange de surprise, de fascination et de frisson. 

    Certaines pages sont des planches de bande dessinée sans paroles, dont le style, différent du reste qui illustre le récit, fleurte avec le trait de Masashi Tanaka dans son fameux manga, Gon. Et là encore dans ce récit d’images, l’on peut être fasciné par la façon dont Stéphane Sénégas rend les mouvements et les émotions pourtant sans réalisme aucun. Un très beau travail d’illustrations ! 

    Un album pour les 3-6 ans.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 19 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • Noir Burlesque t1
      Note :
      Ce qui est bien avec Marini c'est que lorsqu'il choisit un thème, il le prend à bras le corps. IL prend son temps et le développe à sa sauce. Il nous l'a montré avec son Batman. IL le montre encore plus avec ce Noir Burlesque. 

      Il y a tout ce que l'on attend d'un polar des années 50 dans ce noir Burlesque. Un peu de prohibition, beaucoup de mafiosos, des clubs de danse sous terrains, des filles aguicheuses, un héros au passé sombre et au regard ténébreux et bien sûr de l'action, des courses poursuites et des fusillades. Comme je vous la disais en introduction, Marini ne fait pas les choses à moitié. Malgré une sensation de déjà vu, on prit au trippes par cet amour impossible et par nos deux personnages qui aiment jouer avec le feu.

      Graphiquement, dire que c'est du Marini serait trop réducteur. Car si c'est bien du Marini, c'est du Marini sublimé par  une mise en couleur à la "Liste de Schindler" qui fait ressortir les parties intenses du dessin et rehausse les grande planches de façon assez magique ! C'est vraiment très beau ! 

      Vivement la fin du diptyque !!!
        • Like
      • 5 réponses
    • 6 décembre 1953 naissance de Masami KURUMADA
      Masami Kurumada commence sa carrière de mangaka à 21 ans. Son premier succès, un manga sur la boxe Ring ni kakero est inconnu en France. Mais c’est avec sa série Saint Seiya – les chevaliers du Zodiaque qu’il se fera une renommée mondiale.

      Il y a 7 séries Saint Seiya avec un total de 135 tomes à ce jour, Saint Seiya Next Dimension étant en cours.
      • 1 réponse
    • Haruki Murakami - Le septième homme et autres récits
      Note :
      Haruki Murakami est un écrivain japonais qui a remporté de nombreux prix de littérature pour ses romans mais aussi ses nouvelles. Avec le septième homme et autres récits, l'auteur a accepté les adaptations de neufs nouvelles en bande dessinée. Jean-Christophe Deveney un scénariste de bande dessinée se charge des adaptations depuis les traductions. Avec ce recueil de plus de 400 pages, les lecteurs vont pouvoir découvrir des histoires pour le moins surprenantes déjà par le côté culturel mais aussi par les thèmes abordés. La première histoire met en place une énorme grenouille qui doit sauver le Tokyo avec l'aide d'un homme lambda sans aucune caractéristiques particulières et loin des clichés des super-héros. Les autres histoires sont moins fantastiques mais restent toujours dans un thème onirique présent et étrange en même temps. 
      Le dessinateur PMGL change de style pour mettre en image les neuf histoires de ce recueil avec évidement un trait similaire pour la représentation des personnages. Le rendu est un peu brouillon par moment et d'autre fois plus soigné. 
      Le récit Le septième homme est certainement l'histoire la plus aboutie de cet album avec une thème sur la peur et comment on la ressent ou comment la combattre pour améliorer son quotidien. Le fantastique n'est jamais très loin et se mélange au quotidien de chacun avec Haruki Murakami. On a l'impression qu'il ne se passe pas grand chose dans les histoires assez sordides mais pas prenantes pour autant. Je ne connais pas cet auteur japonais donc je ne sais pas si c'est son style ce genre d'histoire.
      • 0 réponse
    • Môbius tome 2 - La ville qui rêve
      Note :
      Dans cette suite de Môbius, on retrouve notre duo de voyageurs du temps et de monde en mourant avant de ressusciter avec un système pratique de bague pour calculer le lieu et l'époque. Le premier tome m'avait laissé un bon souvenir de lecture avec un tueur en série qui pouvait voyager dans le temps et un amnésique pour le pourchasser. Jean-Pierre Pécau nous avait donné les prémices d'une intrigue des plus prenante. L'auteur avait ajouté quelques références à la culture gitane et maintenant une énorme référence à Lovecraft avec la cité de Kadath que l'on va pouvoir découvrir dans cet épisode, ainsi que les limbes. Les problématiques du premier épisode semblent peu importantes dans cette suite, puisque les héros se contentent de survivent à toutes leurs nouvelles aventures. On ne s'ennuie à la lecture de cette série. Au niveau dessin, Igor Kordey dessine des planches plus soignées que d'habitude avec moins d'encrage pour plus de finesse et des doubles pages de qualité.
      Le prochain tome apportera la conclusion à cette série qui laissait pourtant penser plus d'album avec toutes les possibilités de voyage dans le temps et autres implications pour les héros.
       
      • 3 réponses

    • Old fashion cupcake
      Note :
      Nozue a 39 ans, il est salarié mais ne cherche pas à évoluer dans son entreprise, il se contente d’un quotidien bien monotone : métro, boulot, dodo. Au cours d’un déplacement d’affaires, il se confie à son subordonné Togawa, en disant qu’il admire les lycéennes qui croquent la vie à pleine dents. Togawa va alors inciter Nozue à se comporter de la même manière.

      Old fashion Cupcake est d’abord une tranche de vie, celle de Nozue, lassé par le temps, se voyant vieillir, pris dans la routine du boulot, se rendant compte qu’il n’y a pas grand-chose dans sa vie à part le travail. Un homme proche de la quarantaine qui ne cherche pas à changer la situation de peur de l’échec. Puis c’est Togawa, un trentenaire qui admire son chef car ce dernier a su trouver les mots qu’il fallait pour l’encourager au début de sa carrière, un jeune homme intéressé par Nozue qui ne veut pas voir ce dernier regretter sa vie. C’est leur quotidien qui change petit à petit, ce sont les relations de travail, les attentes d’adultes dans le monde du travail.

      Très bien dessiné, c’est assez rare d’ailleurs, qu’il y ait autant de cases dans une planche, l’auteur prend vraiment le temps de développer la relation entre les deux hommes, une relation de travail au départ qui va ensuite devenir de l’amitié puis de l’amour. Le manga est d’une lecture agréable, les personnages attachants et, pour ceux qui se posent la question, il n’y a pas de scènes intimes explicites, juste légèrement érotiques et encore, qu’à la toute fin du livre.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...