Aller au contenu
  • S’inscrire

  • Kevin Nivek
    • Scenariste: Blaise Pruvost Dessinateur: Blaise Pruvost Editeur: Steinkis Note :
      Résumé:

      Un hiver et un printemps à marcher sur le chemin de Compostelle. À 19 ans, Blaise tourne le dos à son histoire d'amour, à son conflit avec ses parents, à son adolescence confuse et enfumée... et part avec son sac et 400 euros en poche. Cette expérience de la marche le confronte à des rencontres, des émotions et des réflexions qui le changeront peu à peu. Un hiver et un printemps à marcher sur le chemin de Compostelle... Six mois et un autre pour voir le monde et se trouver soi.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie Prix: 25 Nb de pages: 312
     Share

    On découvre en Blaise Pruvost et ses 19 ans un peu de chacun de nous . Dans cette première oeuvre très personnelle , il expose sa vie à livre ouvert : ses échecs , ses vices , ses colères , ses envies ( il y en a peu, comme ses joies) , ses doutes et pour finir son talent de dessinateur ET de conteur . Car au delà d'un graphisme élégant et soigné il faut noter le remarquable travail d'écriture de ce jeune talent écorché vif . Prenez le titre par exemple , si énigmatique :

    Six mois et un autre (mois) , atteste de la durée nécessaire à son projet de marche vers l'Espagne , en empruntant le chemin de Compostelle (812 km) qui débute dans les environs du Lot en France . Six mois d'efforts physiques et un plus axé sur la réflexion et un certain bilan de cette aventure . 

    Phonétiquement maintenant : "si moi et un autre" ! Ici , ce serait plus ses rapports à l'autre qui serait mis en exergue , et l'on découvre tout au long du récit et au grès de ses rencontres sa facilité à se rapprocher de l'autre , mais ses difficultés à garder le lien , notamment avec ses proches qu'il quitte en tout début d'aventure .

    Enfin , un aspect plus psychanalytique avec "six mois et un autre" où le "moi" est freudien et représente la partie de personnalité assurant les fonctions conscientes . Car il effectue un véritable éveil à sa conscience lors de ce pèlerinage , plus spirituel que religieux .

    Pour ne rien vous cacher , ces 312 pages sont passées comme une lettre à la poste . Le choix du noir et blanc sans cases délimitant les pages est des plus judicieux . On ne veut pas de "gaufrier" lors d'une telle aventure ancrée dans un désir profond de liberté et de grands espaces . L'absence de couleurs nous permet d'imaginer et ressentir comme l'auteur , les paysages ainsi que les fragrances l'entourant . Ses questionnements , ses rêves très bien illustrés à travers des pages oniriques , résonnent encore en moi . On ne sort pas indemne d'une telle lecture !

    Maintenant que nous découvrons ce diamant brut , qui a réalisé une première oeuvre , attendons et surtout , espérons qu'il confirme avec un second ouvrage . Le plus dur arrive pour ce jeune artiste 🙂 . Mais quel coup d'éclat !

    1.jpg

    2.jpg

    3.jpg

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 18 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Void rivals tome 1
      Note :
      Ca y est, le premier tome de Energon Universe débarque chez Urban Comics et ce n'est pas par un Transformers que l'on commence mais bien par la nouvelle série de Monsieur Kirkman, j'ai nommé Void Rivals. Une série pour l'instant très à la marge de l'Ergonverse parlant de deux nations habitants sur deux planètes qui se fond face et en guerre perpétuelle. Guerre qui voit deux ennemis se retrouver sur une planète perdue et obligés de collaborer pour s'en sortir.

      Sincèrement c'est très sympa. Cela ne réinvente rien avec le mystère entre les deux peuples qui est presque trop évident (et certaines surprises tout sauf surprenantes), mais c'est bien foutu. Les clins d'oeil aux Transfomers sont bien trouvés et le duo est assez percutant, offrant de tirades intéressantes.

      L'ensemble est agréable à lire et permet de rentrer un tout petit peu dans un univers bien plus grand. 

      Une bonne lecture d'été.

       
      • 0 réponse
    • Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet - Tome 7 - Crimes-sur-mer
      Note :
      J'aime bien la tournure que prenne ces nouvelles aventures de ric hochet, l'humour y est plus présent que dans mes souvenirs de jeunesse sur la série originale. Pourtant les thèmes de fond restent durs, il y a des morts, du sang et du crime, mais Zidrou y mêle son humour et ses dialogues pleins de jeux de mots qui donnent finalement un certain flegme à notre Ric même face aux pires dangers. On y perd en drame ce qu'on y gagne en plaisir de lecture, et cet album ravira probablement autant les plus jeunes que les plus vieux. Cependant il ne restera pas non plus beaucoup dans nos mémoires, la grande course poursuite pleine d'action et de jeux de mots n'invitant guère aux mystères et enquêtes habituelles. 

       

      Oui c'est bien un ric hochet de vacances 🙂
      • 0 réponse

    • Tsubaken tome 1
      Note :
      Au premier abord, Tsubaken est le genre de livre dont la couverture ne m’attire pas du tout et que je n’irai pas acheter. Pourtant, sans être un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment et je lirai la suite avec plaisir.

      Kenrick est un orphelin bagarreur avec une énorme coupe afro qui s’est déjà fait renvoyer de plusieurs lycées. C’est sa dernière chance, au prochain renvoi, le foyer ne s’occupera plus de lui et il retournera à la rue. Il essaye donc de faire profil bas en intégrant Gloves high school mais il ne peut rester sans rien faire quand il voit qu’un de ses camarades, Milo, le premier à lui avoir adressé la parole, se fait racketter par un gang.

      Si Tsubaken est un webtoon de bagarre avec des gangs ce n’est pas la partie la plus intéressante du récit. En effet, l’histoire prend place dans un monde où les médias (livres, CD, DVD, consoles…) ont disparu et font l’objet d’un trafic au marché noir. Ici, les gangs ne vendent pas de la drogue mais des objets devenus collectors ou des copies. L’autre sujet qui sera développé concerne les origines de Kenrick car contrairement aux autres orphelins, il n’y a aucune information sur sa naissance et on sent que c’est un point qui risque d’avoir de l’importance par la suite.

      Les plus de ce webtoon : les illustrations humoristiques de chaque début de chapitre autour du Courouge Gang et des objets devenus cultes et un historique en fin de tome qui reprend les différentes étapes du parcours de l’auteur et de la création de Tsubaken.

      Finalement, on a un bon shonen distrayant et agréable à lire qui devrait plaire aux adolescents.
      • 0 réponse
    • Luca, vétérinaire draconique  tome 1
      Note :
      Luca est une jeune fille qui rêve de devenir une vétérinaire draconique, il ne lui reste que l’épreuve pratique pour pouvoir accéder à Kogniel, l’institut supérieur des sciences draconiques. Le jour de l’examen pratique, elle doit d’urgence opérer un dragon avec l’aide de deux autres apprenties se mettant par la même occasion en retard pour l’épreuve.

      L’histoire prend place dans un monde où une guerre était encore en cours 3 ans auparavant, chaque personnage en a souffert. Notre héroïne, Luca, veut de venir vétérinaire pour deux raisons ; la première, c’est qu’elle a grandi avec cette passion étant donné que son père était lui aussi vétérinaire. La seconde, c’est que ce dernier est soi-disant mort en trahissant leur pays, et Luca, ne pouvant y croire, espère prouver l’innocence de son paternel.

      En plus de nous offrir un joli monde fantastique travaillé et plein de nouvelles créatures, l’histoire met en avant de beaux sentiments comme l’amitié, la persévérance, l’ouverture d’esprit… Il y a en même temps de l’aventure et du suspense car il existe une énigme autour du père de Luca qui permet de maintenir un intérêt plus accru. A découvrir.
      • 0 réponse
    • Kirin the Happy Ridder Speedway tome 1
      Note :
      Kasaï est un nouvel éditeur arrivé sur le marché en novembre dernier, je suis tombée dessus un peu par hasard sans vraiment en avoir entendu parler, il y a pour le moment deux titres à leur catalogue, celui-ci et La randonneuse que je n’ai pas encore lue. Deux séries assez longues car la première fait 11 tomes et la seconde 17 volumes.

      Donc je me lance dans la lecture, je comprends très vite que les motos et les courses de voitures sont les éléments principaux du récit. On commence par un homme nommé Kirin qui semble faire un essai de moto sur route et qui tombe en rade, il est dépanné par un autre motard en vadrouille qui s’appelle aussi Kirin. Ce dernier est un jeune qui semble voyager au gré de ses envies et qui va se retrouver bloqué dans cette ville. Une ville un peu particulière qui a ses propres lois, qui semble être dirigée à la fois par un gros caïd et en par un flic véreux semblant lui aussi obéir à quelqu’un d’autre.

      Si vous êtes perdus c’est normal, je l’étais aussi et pour cause : d’abord, on ne comprend l’organisation de la ville qu’à la fin du volume alors qu’en général, le premier chapitre est là pour établir le contexte et après quelques recherches j’ai découvert que cette série Kirin The happy ridder speedway était la suite d’une autre série Kirin (finie en 39 tomes) qui n’a jamais été publiée en France !! On peut donc supposer que tous les manques scénaristiques étaient plus ou moins expliqués dans la 1ère saison !!

      Côté graphisme, on fait un bond de quelques décennies en arrière, des dessins un peu vides, un design des années 80, rien qui ne donne vraiment envie. En conclusion, on a un scénario peu construit où une grande partie des personnages font tapisserie, un fil conducteur inexistant et un graphisme peu attrayant… Je ne peux que vous recommander de passer votre chemin.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...