Aller au contenu
  • S’inscrire

The_PoP

Les gardiens du post
  • Compteur de contenus

    4 018
  • Inscription

  • Jours gagnés

    72

Messages posté(e)s par The_PoP


  1. Titre de l'album : Sacha et Tomcrouz - Tome 4 - Cambriolage sur le nil
    Scenariste de l'album : Anaïs Halard
    Dessinateur de l'album : Bastien Quignon
    Coloriste : Bastien Quignon
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    Jade, Tomcrouz et Sacha sont coincés en Chine. Seule solution : créer une boucle temporelle afin de repartir vers le passé et retrouver le parchemin égaré. Pour cela, direction l'Égypte au XIXe siècle. Leur objectif ? Cambrioler un dangereux collectionneur et lui voler un éventail datant de la période dans laquelle ils sont bloqués. Parviendront-ils à leurs fins ?...

    Critique :

    Le tome 4 de Sasha et Tomcrouz nous emmène toujours plus loin dans les voyages dans le temps pour Sasha à la recherche de son papa. Evidemment c'est aussi un prétexte pour de belles aventures et la découvertes de périodes historiques intéressantes. 

    Toujours éducative sans trop forcer le trait, intéressante même pour un adulte, avec une bonne gestion des boucles temporelles et une vraie densité dans l'histoire, ce Sasha & Tomcrouz est toujours une belle réussite pour initier les plus jeunes à l'aventure en BD. Cette intelligence du scénario, souvent subtil, est mise au service d'un trait certes à destination des enfants, mais qui ne manque pas de finesse et de raffinement.

     

    Pour les plus jeunes, c'est du tout bon.

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sacha-et-tomcrouz-tome-4-cambriolage-sur-le-nil?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement


  2. Titre de l'album : Les tortues ninja - TMNT tome 15 - L'invasion des tricératons
    Scenariste de l'album : Kevin Eastman & Tom Waltz & Bobby Curnow
    Dessinateur de l'album : Damien Couceiro & Bram Revel
    Coloriste : Ronda Pattison
    Editeur de l'album : Hi-Comics
    Note :
    Résumé de l'album :

    La dimension X s'invite sur Terre et le chaos est imminent ! Les Tortues sont de retour chez elles... mais elles ne sont pas seules.Arrachés à la Terre il y a des milliers d'années, les Tricératons sont enfin libres de regagner leur planète-mère. Et s'ils viennent en paix, la Force de Protection de la Terre leur réserve un accueil des plus hostiles. Le conflit gronde et menace de tout dévaster sur son passage... Face à cette invasion intergalactique en plein coeur de New York, les fils de Splinter parviendront-ils à apaiser les tensions avant que le monde ne soit plongé dans le chaos d'une guerre totale ?

    Critique :

    Ce 15ème opus de TMNT est une grosse déception pour moi et marque mon décrochage sur la série dont les débuts m'avaient pourtant bien plut.

    Graphiquement tout d'abord, je trouve que le boulot réalisé par les deux dessinateurs (Damien Couceiro sur les chapitres 1 et 3 & Bram Revel sur les chapitres 4 et 5) est très largement un cran en dessous des productions actuelles en comics et même des dessins du début de la série. 

    Mais finalement ce qu'il s'est passé sur l'évolution graphique de la série est sensiblement identique du côté du scénario d'ailleurs puisque, là aussi, on a basculé définitivement sur une cible jeunesse au niveau du contenu, de la complexité ou des enjeux. 

    Ce Teenage Mutant Ninja Turtles est désormais à réserver aux fans des tortues, aux nostalgiques ou aux plus jeunes. 

    Autres infos :

    Type de l'album : Comic
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tortues-ninja-tmnt-tome-15-l-invasion-des-triceratons?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement


  3. Titre de l'album : Rahan - Intégrale noir et blanc - tome 1
    Scenariste de l'album : R. Lecureux
    Dessinateur de l'album : A. Chéret
    Coloriste :
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    L'intégrale en 5 volumes de 600 pages chacun des aventures de Rahan par Roger Lécureux et André Chéret. Des classiques éternels dans leur version noir et blanc, permettant d'apprécier au mieux le dessin dynamique et exceptionnel de Chéret. Un chef d'oeuvre de la bande dessinée française dans une édition d'exception.

    Critique :

    Je ne vais pas vous faire l'injure de vous présenter Rahan, le fils des âges farouches car il s'agit tout simplement d'un incontournable de mes découvertes de bd quand j'étais enfant. 

    Ici, cette intégrale vous propose 543 pages de lecture pour moins de 40€ regroupant les 27 premières histoires courtes parues de Rahan dans Pif Gadget dès le début de l'année 1969. Autant je trouve souvent les noir et blanc et les grosses intégrales un peu superflus, autant là sur les dessins de Rahan il faut bien reconnaitre que pour mettre en valeur le travail de Chéret c'est très réussi. 

    Le format un peu encombrant est aussi bien choisi puisque dus à leur format de parutions, les premières histoires sont assez courtes. Il est donc intéressant de les voir gagner en complexité et en profondeur au fil des pages et de ne pas rester frustré par une nouvelle trop vite lue.

     

    Bref si vous n'avez pas déjà de Rahan dans vos bibliothèques ou que vos enfants ne connaissent pas, foncez. Au pire, vous au moins vous passerez un très beau moment 🙂

     

     

    Autres infos : Le fils des âges farouches

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rahan-edition-nb-tome-1?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement


  4. Titre de l'album : Les mantes religieuses - Tome 1 - L'évasion de l'araignée
    Scenariste de l'album : Bernard Swysen & Sophie Flamand
    Dessinateur de l'album : Christian Paty
    Coloriste : Christian Paty
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    Pour délivrer le roi emprisonné par un vil conspirateur, Blanche et Arnaud, héros malgré eux, seront intégrés à leur insu à un couvent des plus atypiques, abritant une communauté religieuse aux spécificités surprenantes. Forts de leurs pouvoirs respectifs, chacun contribuera à sa manière à venir en aide à un Louis XI résigné, n'ayant plus pour seul atout que sa maîtrise du monde animal.

    Critique :

    Qu'il est difficile de faire de l'humour en bd. En plus moi je suis bien fatigué en ce moment donc probablement mauvais public. 

    Vous l'avez compris, je suis passé complètement à côté de ce tome bien que j'ai toujours beaucoup aimé le travail de Christian Paty que j'ai toujours trouvé inspiré et plein d'âme. Et là cette fois-ci, et bien je n'ai pas accroché. L'histoire et les personnages m'ont laissé de marbre, les vannes ne m'ont pas décroché un sourire et au final je me suis ennuyé. Dommage.

    C'est très dur comme avis, probablement trop. J'en ai conscience, et ce d'autant plus que la bd reste de qualité, et qu'on sent que les auteurs ne se sont pas moqués du lecteur ou du 9ème art. Je leur souhaite trouver leur public, mais pour un communiqué de presse évoquant des dialogues dignes de Goscinny je trouve que c'était viser trop haut. Cependant mon rôle est bien de vous donner un ressenti personnel et c'est ce que j'ai fait. 

     

     

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-mantes-religieuses-tome-1-l-evasion-de-l-araignee?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement


  5. Titre de l'album : Le château des millions d'années - Tome 2 - Depuis la nuit des temps
    Scenariste de l'album : Richard D. Nolane
    Dessinateur de l'album : Zeljko Vladetic
    Coloriste : Hugo Sebastian Facio
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    Été 1939, derniers jours de la paix. De plus en plus mal à l'aise face au régime nazi qu'il sert, traqué par des entités non-humaines et les services secrets britanniques depuis son départ en bateau du Liban, Friedrich Saxhäuser s'efforce de ramener à temps en Allemagne la stupéfiante technologie du Château des Millions d'Années. Mais une poursuite à mort s'engage bientôt avec la Royal Navy...

    Critique :

    Et voici le second tome de cette trilogie d'aventure teintée de fantastique sur fond de montée du nazisme et du début de la seconde guerre mondiale avec en toile de fond évidemment le penchant pour les théories mystiques et les recherches archéologiques menées par l'Ahnenerbe pour le compte des Nazis. 

    Ma première chronique n'avait pas montré un grand enthousiasme pour cette série, inspirée d'un ouvrage que je ne connaissais pas. Il faut cependant bien reconnaitre que comme sur Arkham Mysteries parut récemment Richard D Nolane fait des merveilles au scénario en nous livrant une aventure fantastique réussie dont le rythme maitrisé et l'ambiance sont un point fort. Il faudra toutefois faire attention à nous livrer une conclusion propre dans le dernier tome pour ne pas nous laisser sur une déception.

    Côté graphique c'est très chouette et relativement inspiré, et cela colle plutôt bien à l'histoire tout en restant dans le style un peu universel des productions estampillées Soleil. A noter quand même l'irrégularité de certaines cases, dont des visages parfois un peu figés. 

    Amateurs de fantastique, d'aventure et de seconde guerre mondiale, je ne peux que vous le recommander.

    Autres infos : Adaptation du roman de Stéphane Przybylski

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-chateau-des-millions-d-annees-tome-2-depuis-la-nuit-des-temps?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement

  6. J’étais pas fan du tout à la base notamment sur Une histoire de France. 
     

    la j’ai trouvé ça plus « propre » que d’habitude… et y a notamment une double planche très très sympa 🙂

    • Like 1

  7. Titre de l'album : Mezkal
    Scenariste de l'album : Kevan Stevens
    Dessinateur de l'album : Jef
    Coloriste :
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    Un jeune américain part à l'aventure après la mort de sa mère. Il va croiser une jeune femme au sang indien sur laquelle veille un chaman aux étranges pouvoirs. Mais aussi l'un des plus grands cartels mexicains pour qui il va être forcé de travailler. Vananka n'aura qu'une idée en tête : retrouver sa bien-aimée, détenue par une famille de Hell's Angels...

    Critique :

    Ahah après deux première chroniques de bd classique, voici la chronique du premiuer ovni de cette rentrée, et on le doit à l'éditeur Soleil, une fois n'est pas coutume, surtout qu'il ne s'agit pas de la collection métamorphose. 

    Mezkal est une quête initiatique, envoyant un jeune américain sur les traces de son âme, puis de sa bien aimée, puis de son père au Mexique. Et pas n'importe quel Mexique, mais bien celui des gangs, des narcos mais aussi des chamans. Entre réflexions blasées, rares messages d'espoirs, et défouloir souvent gratuit, Mezkal est définitivement à part. Sans surprise je ne vous cache pas que sexe, violence, et drogues seront au programme de cette BD qui n'est définitivement pas à mettre entre toutes les mains.

    Le style graphique se devant d'être à la hauteur d'une telle créativité débridée du scénariste, le dessin de Jef, dont je ne suis pas toujours friand colle ici comme un gant au propos avec ses planches parfois sublimes, toujours très inégales, et flirtant souvent avec l'absurde. Une fois Mezkal refermé, vous n'aurez probablement pas passé un mauvais moment de lecture. Reste à savoir ce que vous en retirerez in fine, et là c'est je crois bien plus aléatoire tant le message porté reste brumeux et opaque. Une façon finalement de ne pas répondre aux questions soulevées ?

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mezkal?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement

    • Like 1

  8. Titre de l'album : Sangre - Tome 3 - Hovanne l'irrésolue
    Scenariste de l'album : Christophe Arleston
    Dessinateur de l'album : Adrien Floch
    Coloriste : Claude Guth
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    Introduite au manoir de Mermillade, Sangre enquête pour savoir laquelle des jeunes nobles a eu un passé secret de pirate sous l'identité d'Hovanne. Un exercice difficile dans cette société d'oisifs où tout est basé sur le prestige personnel.

    Critique :

    Voici déjà le troisième tome de la saga Sangre imaginée par l'inépuisable Christophe Arleston dont on reconnait immédiatement les habitudes : mondes imaginaires foisonnants et nouveaux, scénario d'aventure assez classique, humour, action et héroïnes débridées. Pour les habitués, il n'y aura pas de révolution sur ce tome là d'autant que la partie graphique est dans la ligne directe des productions soleil qui ont fait le succès de l'éditeur : dessins fluides, scènes bien travaillées quoique relativement simples et sans chichis et visages et personnage universels. C'est bien, c'est propre, c'est efficace, du scénario au dessin. On aime ou on n'aime pas. Personnellement je lis toujours ça avec plaisir bien que la lecture reste rapide, peu réellement marquante et un peu chiche sur l'envie donnée d'en découvrir plus. 

    Du coup j'ai quand même du mal à vous dire quelles seraient les spécificités de ce Sangre par rapport à un Ythaq ou un Lanfeust des Etoiles si ce n'est le thème de la Vengeance ou la solitude relative de notre héroïne. 

    Cette série est je crois prévue en 7 tomes. 

     

     

     

     

     

     

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sangre-tome-3-hovanne-l-irresolue?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement

  9. Pas sur que ce soit aussi qualitatif que les adaptations manga, vu qu'il ne me semble pas qu'il s'agisse là d'une adaptation. Par contre il y a de la couleur, du grand format, une narration sympa et une histoire originale 🙂

     

    Ceci dit je n'ai pas encore trouvé l'info sur le nombre de tomes prévus, mais vu la densité de la narration, cela m'étonnerait beaucoup que cela dure plus de 3 albums.

    • Like 1

  10. Titre de l'album : Arkham Mysteries - Tome 1 - Le ciel des grands anciens
    Scenariste de l'album : Richard D. Nolane
    Dessinateur de l'album : Manuel Garcia
    Coloriste : Dijjo Lima
    Editeur de l'album : Soleil
    Note :
    Résumé de l'album :

    1919. En Mongolie, Seth Armitage ouvre une boîte de Pandore plus ancienne que l'humanité. 1921. Revenu avec une sorte d'horoscope tatoué dans le dos, il est engagé par l'Université de Miskatonic à Arkham pour y remplacer un professeur mort de manière suspecte. Et ce qu'il va découvrir, avec Skylark Duquesne, de l'Arkham Sentinel, et un nommé H. P. Lovecraft, a de quoi donner la chair de poule...

    Critique :

    Pop pop pop pop pop. Phileas l'ami, si tu nous lis encore parfois, ceci est fait pour toi. Oui on sait que tu voues un culte au "culte".

    Mais je m'égare. Je n'attendais strictement rien de cet Arkham Mystéries : je ne connaissais absolument pas le travail de Manuel Garcia, et si j'avais apprécié le monde mis en place dans Millénaire par Richard D. Nolane, cela faisait quelques années que ses dernières productions n'avaient pas déclenché d'enthousiasme particulier chez moi. Ajoutez à cela que je ne suis pas très friand de pur Fantastique à la sauce horrifique façon lovecraft, et vous comprendrez aisément dans quel état d'esprit j'étais avant d'ouvrir ce tome. 

    Et là, paf, une calotte. Cette BD c'est du tout bon. De l'aventure, du suspens, du mystère qui s'épaissit avec une angoisse qui monte, un traitement graphique parfois très proche du remarquable même si l'on peut noter quelques cases mois réussies et une belle maitrise du tempo de la narration. Je me suis régalé et j'ai hâte de lire la suite. Pour les fans de Lovecraft, ne boudez surtout pas votre plaisir, cet Arkham Mysteries est fait pour vous.

    Nota Bene : la couverture a été réalisée par Jean-Sébastien Rossbach

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/arkham-mysteries-tome-1-le-ciel-des-grands-anciens?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement


  11. Titre de l'album : La Venin - Tome 4 - Ciel d'Ether
    Scenariste de l'album : Laurent Astier
    Dessinateur de l'album : Laurent Astier
    Coloriste : Stéphane Astier
    Editeur de l'album : Rue de sevres
    Note :
    Résumé de l'album :

    New York 1900, Emily est danseuse de cabaret, elle est même la meneuse de revue dont la beauté subjugue bien des hommes et en particulier Stanley Whitman, architecte de renommée de la ville. Cet homme, elle le connaît déjà, elle l'a identifié sur une photo comme étant l'un des agresseurs désignés de sa mère et s'apprête à lui régler son sort comme aux autres. Mais rien ne se passe comme prévu...

    Critique :

    Allez hop mea culpa. Je vous avoue que La venin n'était pas une série que je suivais avec un grand intérêt. Le premier tome assez prometteur avait laissé place à deux tomes qui avaient finis par ne plus susciter une grosse attente. Alors même qu'il s'agit d'un Western. 

    Je pense que je suis simplement assez "insensible" au trait par ailleurs de grande qualité de Laurent Astier. C'est difficile d'expliquer pourquoi, mais probablement car je trouve son trait un peu lisse pour le Western. 

    Et là Bim, sans prévenir La venin prend de l'ampleur avec son scénario, s'éloignant de la gentillette vengeance trop classique esquissée dans les premiers tomes. On gagne en profondeur, on s'éloigne du genre du Western, et la BD gagne d'un coup en intérêt. Quand je dis sans prévenir c'est une façon de parler... Cette série m'avait endormi, car tous les ingrédients ont bien été avancés sous mon nez au fur et à mesure.

     

    Bref, si vous souhaitez une belle série d'aventure/western/policier fraîche et qui gagne gentiment en complexité au fil des tomes, ce La Venin est fait pour vous.

    Autres infos :

    Type de l'album : BD Europeene
    Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-venin-tome-4?ref=44

    Voir la totalité de enregistrement

  12. Bon. J’ai enfin rattrapé mon retard sur Elric. 
     

    avec le coffret pour noël.

    lu les 4 d’un coup.

     

    je ne connaissais pas le livre.

     

     

    alors me flagellez pas mais c’est trop noir et inhumain pour m’avoir vraiment intéressé finalement. C’est magnifique hein.

    mais j’en ai eu un peu rien à cirer de ce qui arrive à Elric. 

    Pas de charisme. Pas grand chose d’humain. 

    même impression à l’époque qu’avec le premier tome de Drizzt en bd. 
     

    j’aime bien les héros un peu noirs hein me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Pas besoin de chevaliers blancs. Je peux même presque avoir de l’affection pour une bande de salopards. 

     

    mais faut que ça reste « humain » un peu. Au moins au niveau des relations entre les personnages.

     

    j’ai trouvé les héros plus attachants et charismatiques dans les chroniques de la lune noire c’est dire.


     

    bref. C’est bon mais faut vraiment aimer le genre Dark fantasy quoi…

  13. 3,5 étoiles.

     

    c’est sans prétention mais franchement ce n’est pas loin d’être ce que j’ai lu de mieux chez eux en terme de scénario. 
     

    300 grammes était magnifique mais le scénario avait de belles lacunes je trouve.

    Red sun manquait clairement de maîtrise dans la narration pour moi.

    Aeka avait une narration très naïve aussi.


    A mon humble avis c’est à lire. Après pas sûr que vous aurez envie d’y revenir ou de le conserver mais vous aurez passé sans nul doute un bon moment.

    au final j’attendais plus de Red Sun et bien moins de ce Hot Space qui va je pense souffrir de son positionnement clairement métal hurlant alors que le contenu est bien plus cohérent.

    surtout si vous aimez la sf, le Pulp et les bd indé et que le graphisme vous plaît 🙂

    • Like 1
×
×
  • Créer...