Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'érotique'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


8 résultats trouvés

  1. Nickad

    Fanaticism

    Titre de l'album : Fanaticism Scenariste de l'album : SHIOKONBU Dessinateur de l'album : SHIOKONBU Coloriste : Editeur de l'album : NihoNiba Note : Résumé de l'album : Tout juste embauchée en tant que servante par un jeune aristocrate, Alyssa s'occupe la journée des tâches ménagères du manoir... et de la formation sexuelle et torride de son maître le soir ! Toutefois, alors que ses sentiments envers le garçon évoluent, les autres serviteurs ne voient pas cette relation d'un bon œil... Critique : Alissa est une nouvelle domestique dans un grand domaine d’aristocrates, plutôt maladroite mais mignonne, on lui confie rapidement la tâche d’éducatrice auprès du fils de famille, le jeune homme en âge de se marier doit acquérir un peu d’expérience auprès des femmes. Mais les deux jeunes gens se rapprochent plus qu’ils ne le devraient vu leurs rangs respectifs, certains ne voient pas cette relation d’un bon œil et Alissa va en faire les frais. L’ambition de l’auteur était de dessiner des scènes érotiques avec des vêtements européens et des soubrettes victoriennes. L’habit ne faisant pas le moine, une fois nus, les relations ne sont pas différentes qu’à une autre époque sauf qu’ici la femme est clairement au service de l’homme et semble bien l’accepter !! L’objectif du manga étant l’érotisme, de ce côté-là, le lecteur est servi. L’histoire principale est suivie de deux courtes histoires, pas inintéressantes : la première est une histoire d’amour entre une jeune aristocrate et sa suivante après son mariage arrangé et la deuxième celle d’un jeune homme qui va aider la femme qu’il aime traumatisée par les horreurs de la guerre. Chacune de ces histoires a un vrai scenario et n’est pas qu’une accumulation de scènes coquines. Certains développements sont inattendus et c’est appréciable, dommage que ces demoiselles soient toutes sur le même gabarit, on peut se lasser des grosses poitrines… Certaines scènes pouvant être choquantes, il est à réserver à un public averti Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/fanaticism?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Fanaticism

    Alissa est une nouvelle domestique dans un grand domaine d’aristocrates, plutôt maladroite mais mignonne, on lui confie rapidement la tâche d’éducatrice auprès du fils de famille, le jeune homme en âge de se marier doit acquérir un peu d’expérience auprès des femmes. Mais les deux jeunes gens se rapprochent plus qu’ils ne le devraient vu leurs rangs respectifs, certains ne voient pas cette relation d’un bon œil et Alissa va en faire les frais. L’ambition de l’auteur était de dessiner des scènes érotiques avec des vêtements européens et des soubrettes victoriennes. L’habit ne faisant pas le moine, une fois nus, les relations ne sont pas différentes qu’à une autre époque sauf qu’ici la femme est clairement au service de l’homme et semble bien l’accepter !! L’objectif du manga étant l’érotisme, de ce côté-là, le lecteur est servi. L’histoire principale est suivie de deux courtes histoires, pas inintéressantes : la première est une histoire d’amour entre une jeune aristocrate et sa suivante après son mariage arrangé et la deuxième celle d’un jeune homme qui va aider la femme qu’il aime traumatisée par les horreurs de la guerre. Chacune de ces histoires a un vrai scenario et n’est pas qu’une accumulation de scènes coquines. Certains développements sont inattendus et c’est appréciable, dommage que ces demoiselles soient toutes sur le même gabarit, on peut se lasser des grosses poitrines… Certaines scènes pouvant être choquantes, il est à réserver à un public averti
  3. Titre de l'album : Interspecies reviewers tome 1 Scenariste de l'album : AMAHARA Dessinateur de l'album : MASHA Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Dans un monde où cohabitent humains et démons, géants et centaures, fées et sirènes, l'aventure tend les bras à tout un chacun. Mais que vous soyez sensible ou non à l'attrait des épées et des boules de feu magiques, un tout autre genre d'aventures s'offre également à vous. Des établissements spécialisés pour les personnes en quête de belle compagnie ont éclos à travers tout le continent, et les « succubes » qui y officient ont autant de tours dans leur sac qu'il y a d'espèces en ce bas monde. Que vous souhaitiez draguer la dragonne, monter la minotaure ou harponner la harpie, il existe un cabaret de succubes pour vous ! Et pour vous permettre de savoir à l'avance si votre route vous-même à un lupanar de luxe ou dans un bordel crasseux, n'hésitez pas à consulter les critiques de Stunk et de ses joyeux compagnons : ils sauront vous renseigner ! Critique : Je me suis laissée un peu de temps avant de faire cette chronique car je ne savais vraiment pas par quel bout la prendre, difficile de dire si j’ai aimé le livre ou non : il est bourré de défauts et en même temps il y a un certain intérêt. L’histoire se déroule dans un monde de fantasy où cohabitent toutes les espèces possibles. Il y a des aventuriers et des quêtes à réaliser mais ici, l’argent gagné sert principalement à aller assouvir ses envies dans des lupanars (maisons closes). Il y en a autant de différents que d’espèces. Suite à une dispute entre deux amis (un humain et un elfe) qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur l’intérêt d’avoir une relation avec une femme elfe, ils décident d’écrire des articles sur les lupanars qu’ils auront expérimentés. Pour cela, ils se font accompagné de deux autres espèces (entre un ange, un bestian, un liliputien et un démon pour ce 1er tome) ; chacun décrit alors son expérience et attribue une note sur 10. Le livre est clairement une porte ouverte aux fantasmes, l’auteur a vraiment bien réfléchit aux caractéristiques des espèces si elles existaient réellement et il s’est aussi creusé la tête pour que le manga reste dans l’érotique et ne tombe pas dans le hentai. Après ça parle de sexe, c’est cru, plus que suggestif et destiné à un public masculin ! Donc oui, le manga est une accumulation d’expériences sexuelles et vu l’imagination de l’auteur, il peut encore écrire un certain nombre de tomes, la série en est d’ailleurs au tome 6. Quant à l’intérêt il se situe à deux niveaux : d’abord, le manga est très ouvert, il ne juge aucune race, il montre clairement que le regard que l’on porte sur les autres vient de notre culture, de la société dans laquelle on a grandi ; je trouve qu’il a un message de tolérance. Et puis, si vivre des fantasmes par procuration peut entrainer une baisse d’agressions sexuelles, ce sera toujours ça de gagné. Par contre, il est dommage que les expériences ne soient que du point de vue masculin, il aurait été intéressant d’avoir aussi l’avis de femmes qui iraient dans des lupanars et qu’on voit aussi l’homme en tant qu’objet ! Un peu d’égalité bon sang !! Autres infos : Pour public averti Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/interspecies-reviewers-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Interspecies reviewers tome 1

    Je me suis laissée un peu de temps avant de faire cette chronique car je ne savais vraiment pas par quel bout la prendre, difficile de dire si j’ai aimé le livre ou non : il est bourré de défauts et en même temps il y a un certain intérêt. L’histoire se déroule dans un monde de fantasy où cohabitent toutes les espèces possibles. Il y a des aventuriers et des quêtes à réaliser mais ici, l’argent gagné sert principalement à aller assouvir ses envies dans des lupanars (maisons closes). Il y en a autant de différents que d’espèces. Suite à une dispute entre deux amis (un humain et un elfe) qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur l’intérêt d’avoir une relation avec une femme elfe, ils décident d’écrire des articles sur les lupanars qu’ils auront expérimentés. Pour cela, ils se font accompagné de deux autres espèces (entre un ange, un bestian, un liliputien et un démon pour ce 1er tome) ; chacun décrit alors son expérience et attribue une note sur 10. Le livre est clairement une porte ouverte aux fantasmes, l’auteur a vraiment bien réfléchit aux caractéristiques des espèces si elles existaient réellement et il s’est aussi creusé la tête pour que le manga reste dans l’érotique et ne tombe pas dans le hentai. Après ça parle de sexe, c’est cru, plus que suggestif et destiné à un public masculin ! Donc oui, le manga est une accumulation d’expériences sexuelles et vu l’imagination de l’auteur, il peut encore écrire un certain nombre de tomes, la série en est d’ailleurs au tome 6. Quant à l’intérêt il se situe à deux niveaux : d’abord, le manga est très ouvert, il ne juge aucune race, il montre clairement que le regard que l’on porte sur les autres vient de notre culture, de la société dans laquelle on a grandi ; je trouve qu’il a un message de tolérance. Et puis, si vivre des fantasmes par procuration peut entrainer une baisse d’agressions sexuelles, ce sera toujours ça de gagné. Par contre, il est dommage que les expériences ne soient que du point de vue masculin, il aurait été intéressant d’avoir aussi l’avis de femmes qui iraient dans des lupanars et qu’on voit aussi l’homme en tant qu’objet ! Un peu d’égalité bon sang !!
  5. Titre de l'album : Hana et la bête tome 1 Scenariste de l'album : YUZUKI Chihiro Dessinateur de l'album : YUZUKI Chihiro Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Les thérianthropes et les humains... Un grand mur se dresse à l'infini entre ces deux espèces. La jeune Hana pénètre malgré elle dans leur monde et rencontre Sanathi, l'une de ces créatures mi-hommes mi-animales. Alors qu'il la questionne tout en la fixant de son regard perçant, Hana, tremblante, sent son corps se presser contre le sien... Elle ne peut plus fuir ! Alors qu'elle aurait dû être arrêtée, Sanathi choisit de ne pas la dénoncer et de la cacher ! Mais pourquoi ?! Elle est gentille, chaleureuse, mais aussi très sexy ! Ainsi débute une magnifique histoire d'amour qui transcende les espèces ! Critique : Avec la couverture et le titre vous pensez à une revisite du petit chaperon rouge ? Eh bien, de très loin alors ! Il y a bien un loup, enfin un thérianthrope, il y a aussi une jeune fille innocente, avec un grand cœur, perdue dans un endroit où elle ne devrait pas être. Il va y avoir une rencontre et le loup va vouloir la manger, au sens figuré… car il y a de l’érotisme, proche du hentai, des scènes crues pour lecteur avisé ! Enfin, il n’y a pas que ça, car Hana et la bête c’est avant tout une rencontre entre deux espèces, de la discrimination, de l’incompréhension. C’est apprendre à aller au-delà des on-dit et autres préjugés, c’est apprendre à se connaître et à se faire confiance. La lecture est fluide, le graphisme soigné, les scènes explicites, le tout n’est pas désagréable. Un titre érotique réussi, fini en 2 tomes. Remarque : sur le bandeau de l'éditeur, le pitch indique "isekai", je tiens à préciser que ce n'en ai pas un, Hana ne change pas de monde, elle va juste dans une partie de son monde réservé au thérianthrope, comme si elle entrait dans une réserve naturelle. Ce n'est pas parce que c'est la mode des isekai qu'il faut en voir partout. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-et-la-bete-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Hana et la bête tome 1

    Avec la couverture et le titre vous pensez à une revisite du petit chaperon rouge ? Eh bien, de très loin alors ! Il y a bien un loup, enfin un thérianthrope, il y a aussi une jeune fille innocente, avec un grand cœur, perdue dans un endroit où elle ne devrait pas être. Il va y avoir une rencontre et le loup va vouloir la manger, au sens figuré… car il y a de l’érotisme, proche du hentai, des scènes crues pour lecteur avisé ! Enfin, il n’y a pas que ça, car Hana et la bête c’est avant tout une rencontre entre deux espèces, de la discrimination, de l’incompréhension. C’est apprendre à aller au-delà des on-dit et autres préjugés, c’est apprendre à se connaître et à se faire confiance. La lecture est fluide, le graphisme soigné, les scènes explicites, le tout n’est pas désagréable. Un titre érotique réussi, fini en 2 tomes. Remarque : sur le bandeau de l'éditeur, le pitch indique "isekai", je tiens à préciser que ce n'en ai pas un, Hana ne change pas de monde, elle va juste dans une partie de son monde réservé au thérianthrope, comme si elle entrait dans une réserve naturelle. Ce n'est pas parce que c'est la mode des isekai qu'il faut en voir partout.
  7. C'est marrant quand même. Dans les mœurs actuelles on bascule tout de suite de la catégorie BD à la catégorie Érotique avec un gros X qui marque l'emplacement. Alors que la présente BD est, à l'instar du reste du catalogue Joker de la maison d'édition Kennes (qui ont récupéré les parutions de Dany), plus une BD sexy qu’érotique ou pornographique. En effet l’érotisme induit de la sensualité et la pornographie des scènes réelles et explicites. Là c'est rigolo, bien dessiné et sexy. Au fur et à mesure de la lecture on oublie même quelque peu le coté sexy "je m'envoie en l'air à tous va" pour bien rigoler sur les dérivations de l'histoire pour mettre Marie et ses rondeurs en avant sur toutes les grandes découvertes du monde. C'est joli, c'est marrant, c'est pour adulte.... mais ce n'est rien qui choquera les bonnes mœurs non plus
  8. Titre de l'album : Le petit derrière de l'histoire Scenariste de l'album : Katia Even Dessinateur de l'album : Katia Even Coloriste : Katia Even Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Marie, jeune femme ouverte sous tous rapports, se retrouve catapultée aux temps préhistoriques dans le lit malodorant d'un homme des cavernes. Elle comprend vite qu'elle est victime d'un mauvais tour : la voilà assimilée à un cobaye pour la machine à remonter le temps que son amant d'un soir se vantait d'avoir inventée. Comment se sortir de là ? Critique : C'est marrant quand même. Dans les mœurs actuelles on bascule tout de suite de la catégorie BD à la catégorie Érotique avec un gros X qui marque l'emplacement. Alors que la présente BD est, à l'instar du reste du catalogue Joker de la maison d'édition Kennes (qui ont récupéré les parutions de Dany), plus une BD sexy qu’érotique ou pornographique. En effet l’érotisme induit de la sensualité et la pornographie des scènes réelles et explicites. Là c'est rigolo, bien dessiné et sexy. Au fur et à mesure de la lecture on oublie même quelque peu le coté sexy "je m'envoie en l'air à tous va" pour bien rigoler sur les dérivations de l'histoire pour mettre Marie et ses rondeurs en avant sur toutes les grandes découvertes du monde. C'est joli, c'est marrant, c'est pour adulte.... mais ce n'est rien qui choquera les bonnes mœurs non plus Autres infos : Humour sexy pour adulte Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-petit-derriere-de-l-histoire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...