Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'amitié'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


12 résultats trouvés

  1. Kevin Nivek

    Ulysse et Cyrano

    Le monde du 9ème art peut s'enorgueillir de compter dans ses rangs Xavier Dorison , LE scénariste du moment dont l'éclectisme ne cesse de m'impressionner ! Aucune fausse note dans ses oeuvres et ce n'est pas avec ce formidable Ulysse et Cyrano qu'il va déroger à la règle ! Une histoire somme toute assez simple de transmission , mais insérée dans un contexte historique riche et passionnant , avec en plus la grande cuisine à la française et des personnages toujours aussi attachants . Une recette fonctionnant à merveille qui vous fera dévorer les 176 pages avec gourmandise , d'autant que des recettes en annexes s'ajoutent en fin de récit 😉 . Un scénario millimétré avec son lot de suspens et de surprises qui vous transportera ! Pour illustrer cette aventure culinaire , l'auteur de Holly Ann (Casterman) et L'histoire de Siloë ( Delcourt) , Stéphane Servain se met au diapason de l'histoire . Les visages sont expressifs , la campagne bourguignonne et ses villages donnent de la grandeur au monde rural , et son découpage est des plus immersif ; la symbiose bulles/dessin est idoine . Cette alchimie ne peut se faire qu'avec une empathie profonde envers les deux protagonistes principaux et il est difficile d'y résister ! Prenez une dose de jeunesse , un vieux aigri au grand coeur , de la cuisine étoilée , de l'amitié , une pincée d'amour , vous aurez une histoire remarquable , que vous relirez avec autant de plaisir dans 6 mois 🙂 Bon appétit !
  2. Titre de l'album : Ulysse et Cyrano Scenariste de l'album : Xavier Dorison , Antoine Cristau Dessinateur de l'album : Stéphane Servain Coloriste : Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Ulysse Ducerf va passer le bac. Les maths ne le passionnent guère, mais impossible de se défiler quand on est promis à un brillant avenir : l'École polytechnique puis la reprise, un jour, des cimenteries familiales. Telle est la volonté du père d'Ulysse, mais ce dernier est rattrapé par de graves accusations : 10 ans plus tôt, son entreprise aurait participé à l'effort de guerre allemand. La famille s'installe en Bourgogne, où Ulysse fait la connaissance d'un homme bourru et secret. Le choc est immédiat : Cyrano et la grande cuisine vont bouleverser à jamais la vie d'Ulysse... Ce récit culinaire dans la France des Trente Glorieuses mettra en appétit ses lecteurs tout en posant des questions aussi nécessaires qu'universelles : qu'est-ce que le plaisir ? Où se trouve l'épanouissement... et comment l'atteindre ? Critique : Le monde du 9ème art peut s'enorgueillir de compter dans ses rangs Xavier Dorison , LE scénariste du moment dont l'éclectisme ne cesse de m'impressionner ! Aucune fausse note dans ses oeuvres et ce n'est pas avec ce formidable Ulysse et Cyrano qu'il va déroger à la règle ! Une histoire somme toute assez simple de transmission , mais insérée dans un contexte historique riche et passionnant , avec en plus la grande cuisine à la française et des personnages toujours aussi attachants . Une recette fonctionnant à merveille qui vous fera dévorer les 176 pages avec gourmandise , d'autant que des recettes en annexes s'ajoutent en fin de récit 😉 . Un scénario millimétré avec son lot de suspens et de surprises qui vous transportera ! Pour illustrer cette aventure culinaire , l'auteur de Holly Ann (Casterman) et L'histoire de Siloë ( Delcourt) , Stéphane Servain se met au diapason de l'histoire . Les visages sont expressifs , la campagne bourguignonne et ses villages donnent de la grandeur au monde rural , et son découpage est des plus immersif ; la symbiose bulles/dessin est idoine . Cette alchimie ne peut se faire qu'avec une empathie profonde envers les deux protagonistes principaux et il est difficile d'y résister ! Prenez une dose de jeunesse , un vieux aigri au grand coeur , de la cuisine étoilée , de l'amitié , une pincée d'amour , vous aurez une histoire remarquable , que vous relirez avec autant de plaisir dans 6 mois 🙂 Bon appétit ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ulysse-et-cyrano/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Kevin Nivek

    Adorable démone

    Première oeuvre dans le monde du 9ème art pour l'artiste sino-américaine Michelle Lam avec ce Adorable démone . Dès les premières pages , on sent immédiatement les influences mangas et autres productions télévisuelles , il faut dire qu'elle travaille aussi pour des studios d'animations ! Une artiste aux multiples talents donc ,avec une histoire qui emprunte aux codes connus mais en y amenant une dose d'originalité . Elle dépeint en effet un monde imaginaire peuplé de démons , de fées , et autres créatures fantastiques . Chacun ayant ses caractéristiques propres , ainsi les démons apprennent à façonner la lave comme de la pâte à modeler , ils vivent la nuit et dorment le jour , ils ont des cornes qu'il faut aiguiser ; en somme toute une vie à l'opposée des fées . Ces dernières rentrent dans les canons habituels maintes fois abordés dans des tas d'autres oeuvres de ce type . Le talent de l'auteure est de parvenir à rendre cet univers riche crédible et typique . Partez donc à l'aventure Meesh et ses nouveaux amis dans une quête de vérité aux multiples rebondissements , avec en prime , une fin laissant la porte ouverte pour une suite 😉 La,pagination est importante , mais les pages sont aérées avec des dialogues ciselés , adaptés au lectorat jeune . Il en va de même pour la partie graphique avec de grandes cases , des personnages facilement reconnaissables et un trait "manga" coloré qui séduira son public .
  4. Titre de l'album : Adorable démone Scenariste de l'album : Michelle Lam Dessinateur de l'album : Michelle lam Coloriste : Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Jusqu'où iriez-vous pour sauver votre foyer et trouver votre voie ? Martyrisée par les autres démons, Meesh, douze ans, trouve du réconfort en regardant sa série préférée, Princesse Nouna, et en admirant les exploits de son héroïne, une fée si différente d'elle. Quand un désastre frappe le mont Magma et menace l'existence des démons, Meesh part chercher de l'aide à Plumeria. Mais au royaume des fées, tout ne se passe pas comme elle l'imaginait... Meesh entame alors un long voyage pour sauver les siens. Critique : Première oeuvre dans le monde du 9ème art pour l'artiste sino-américaine Michelle Lam avec ce Adorable démone . Dès les premières pages , on sent immédiatement les influences mangas et autres productions télévisuelles , il faut dire qu'elle travaille aussi pour des studios d'animations ! Une artiste aux multiples talents donc ,avec une histoire qui emprunte aux codes connus mais en y amenant une dose d'originalité . Elle dépeint en effet un monde imaginaire peuplé de démons , de fées , et autres créatures fantastiques . Chacun ayant ses caractéristiques propres , ainsi les démons apprennent à façonner la lave comme de la pâte à modeler , ils vivent la nuit et dorment le jour , ils ont des cornes qu'il faut aiguiser ; en somme toute une vie à l'opposée des fées . Ces dernières rentrent dans les canons habituels maintes fois abordés dans des tas d'autres oeuvres de ce type . Le talent de l'auteure est de parvenir à rendre cet univers riche crédible et typique . Partez donc à l'aventure Meesh et ses nouveaux amis dans une quête de vérité aux multiples rebondissements , avec en prime , une fin laissant la porte ouverte pour une suite 😉 La,pagination est importante , mais les pages sont aérées avec des dialogues ciselés , adaptés au lectorat jeune . Il en va de même pour la partie graphique avec de grandes cases , des personnages facilement reconnaissables et un trait "manga" coloré qui séduira son public . Autres infos : Type de l'album : Livre pour enfants Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/adorable-demone/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Kevin Nivek

    Ivo a mis les voiles

    C'est un road-trip délicieux et prenant que nous livre ce jeune auteur franco-brésilien de grand talent ! Nous suivons en parallèle tout au long du récit , Ivo le mécanicien et Pedro un jeune homme, sur les voies côtières brésiliennes du sud au nord . L'un chasse le temps , pendant que l'autre le remonte . Le certificat de décès d'Ivo en main , Pedro va parcourir le même chemin que le défunt sur fond de quête initiatique . Un véritable pèlerinage jalonné de surprises , de personnages en fuite ou en recherche de passé , ou de futur . Cette galerie de rencontres est à la fois émouvante et rafraichissante tant les histoires de chacun nous prennent aux tripes . L'empathie fonctionne à merveille et il faut féliciter l'auteur pour cela . Les pages se tournent et passent d'un protagoniste à l'autre sans que le lecteur ne se perde en route . Il faut dire que le dessin aide énormément , son trait semi-réaliste aux couleurs chatoyantes est un régal pour les pupilles . La couverture donne le ton , on y aperçoit 4 jeunes gens marchant sur le fil de l'eau entre ciel et mer ,une ligne séparant le passé et les promesses d'un futur . L'auteur insiste sur le "jeu des acteurs" , on s'attarde parfois sur une seule personne dans 2 ou 3 cases afin de mieux cerner ses réactions et suivre cette histoire comme un film . Je mettrais un léger bémol sur la grande quantité de personnages , pas toujours évidente à ingérer , mais cela peut inviter à une seconde lecture des plus agréable , tant l'histoire est belle et graphiquement de grande qualité . Une aventure humaine émouvante et prenante à la façon d'un polar . On en redemande monsieur Pinheiro , et merci pour le voyage 🙂
  6. Titre de l'album : Ivo a mis les voiles Scenariste de l'album : Nicolaï Pinheiro Dessinateur de l'album : Nicolaï Pinheiro Coloriste : Nicolaï Pinheiro Editeur de l'album : Sarbacane Note : Résumé de l'album : Fin des années 80. Un quinquagénaire qui porte sur son visage brun les stigmates d'une vie sans concession, gare sa vieille coccinelle sur le bord d'une route poussiéreuse. Il pousse la porte d'un bar miteux et commande une cachaça. On entend à peine ce qu'il dit : Ivo, mécanicien de métier, fumeur invétéré et alcoolique, souffre d'un cancer de la gorge. Mais son plus grand vice, c'est la route : sa vie durant, il n'a jamais pu se poser, toujours en perpétuel mouvement. Que quitte-il ? Où va-t-il ? Cette fois, plus que toutes les autres, seul Ivo le sait. Pedro, un jeune Carioca, beau garçon taiseux, apprend la mort d'Ivo et se lance alors sur la trace de son dernier périple, sur les routes du Nordeste. Allant d'indice en indice, l'amour et l'amitié s'invitent bientôt au voyage. Pedro embarque dans sa voiture des compagnons improvisés, pour quelques kilomètres, parfois quelques jours : la jolie Vania qui a fui sa famille, Valdo, un surfeur à la recherche de son fils, ou encore Gabriel et Kadu, jeunes chercheurs scientifiques à l'âme poétique. Mais qui est Ivo pour Pedro ? Et qui est Pedro pour Ivo ? Le savent-ils eux-mêmes ? Critique : C'est un road-trip délicieux et prenant que nous livre ce jeune auteur franco-brésilien de grand talent ! Nous suivons en parallèle tout au long du récit , Ivo le mécanicien et Pedro un jeune homme, sur les voies côtières brésiliennes du sud au nord . L'un chasse le temps , pendant que l'autre le remonte . Le certificat de décès d'Ivo en main , Pedro va parcourir le même chemin que le défunt sur fond de quête initiatique . Un véritable pèlerinage jalonné de surprises , de personnages en fuite ou en recherche de passé , ou de futur . Cette galerie de rencontres est à la fois émouvante et rafraichissante tant les histoires de chacun nous prennent aux tripes . L'empathie fonctionne à merveille et il faut féliciter l'auteur pour cela . Les pages se tournent et passent d'un protagoniste à l'autre sans que le lecteur ne se perde en route . Il faut dire que le dessin aide énormément , son trait semi-réaliste aux couleurs chatoyantes est un régal pour les pupilles . La couverture donne le ton , on y aperçoit 4 jeunes gens marchant sur le fil de l'eau entre ciel et mer ,une ligne séparant le passé et les promesses d'un futur . L'auteur insiste sur le "jeu des acteurs" , on s'attarde parfois sur une seule personne dans 2 ou 3 cases afin de mieux cerner ses réactions et suivre cette histoire comme un film . Je mettrais un léger bémol sur la grande quantité de personnages , pas toujours évidente à ingérer , mais cela peut inviter à une seconde lecture des plus agréable , tant l'histoire est belle et graphiquement de grande qualité . Une aventure humaine émouvante et prenante à la façon d'un polar . On en redemande monsieur Pinheiro , et merci pour le voyage 🙂 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ivo-a-mis-les-voiles/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Le démon de Bolingbroke Scenariste de l'album : Magdalene Visaggio Dessinateur de l'album : Jenn St-Onge Coloriste : Jenn St-Onge Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Faits divers, paranormal et amitié au coeur de la ville de Bolingbroke. À Bolingbroke, Val et Lanie, deux élèves de quatrième, se connaissent depuis toujours. Pour ces deux marginales, pas facile de trouver sa place, heureusement qu'elle se serrent les coudes et partagent une passion : les faits divers paranormaux. Lorsqu'un projet scolaire débouche sur l'observation d'un véritable fantôme, Val et Lanie réalisent que Bolingbroke n'est peut-être pas aussi ennuyeux qu'elles l'avaient toujours pensé. Mais après une altercation avec la reine des populaires du collège, elles décident de passer à la vitesse supérieure... et invoquent accidentellement l'Ojja-Wojja, une présence démoniaque... Critique : Il est étonnant ce one-shot des deux auteures nord-américaines ! On sent une volonté de coller aux productions "ado" actuelles , type Stranger things , tout en l'agrémentant de pièces nouvelles . Le poncif des deux copines marginales est balayé par le fait qu'une souffre de troubles autistiques , pendant que l'autre se cherche une identité sexuelle ! Certes on retrouve quand même la jolie fille populaire du collège qui est une vraie peste , un groupe de geeks sujets aux quolibets , le prof sympa et pour finir , une petite ville cachant ses secrets historiques . Durant la première partie de cet épais volume , les deux héroïnes lancent leur projet d'exposé sur des phénomènes para-normaux , tout en découvrant progressivement le passif de cette petite bourgade , elles doivent composer en plus avec la reine des populaires , littéralement odieuse avec elles . Nous découvrons assez rapidement qu'elle aussi , à l'image de la ville , cache un secret . Puis au changement de chapitre , tout s'emballe ! Le dessin, les couleurs et autres effets visuels prennent de la hauteur , le récit s'accélère dans son intensité et les surprises qu'il réserve , bref tout s'emballe . La dessinatrice parvient à créer une ambiance graphique liée aux évènements , avec un découpage agressif façon animé japonais et ses plans simultanés , ou en usant de couleurs de fond sombres ou claires selon l'histoire . Les visages aux grands yeux sont expressifs , parfois trop , mais on reste dans une influence japonisante donc , why not ! Une lecture destinée à un public ado , répondant bien aux codes actuels , et dotée de surprises bienvenues . Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-demon-de-bolingbroke/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Kevin Nivek

    Le démon de Bolingbroke

    Il est étonnant ce one-shot des deux auteures nord-américaines ! On sent une volonté de coller aux productions "ado" actuelles , type Stranger things , tout en l'agrémentant de pièces nouvelles . Le poncif des deux copines marginales est balayé par le fait qu'une souffre de troubles autistiques , pendant que l'autre se cherche une identité sexuelle ! Certes on retrouve quand même la jolie fille populaire du collège qui est une vraie peste , un groupe de geeks sujets aux quolibets , le prof sympa et pour finir , une petite ville cachant ses secrets historiques . Durant la première partie de cet épais volume , les deux héroïnes lancent leur projet d'exposé sur des phénomènes para-normaux , tout en découvrant progressivement le passif de cette petite bourgade , elles doivent composer en plus avec la reine des populaires , littéralement odieuse avec elles . Nous découvrons assez rapidement qu'elle aussi , à l'image de la ville , cache un secret . Puis au changement de chapitre , tout s'emballe ! Le dessin, les couleurs et autres effets visuels prennent de la hauteur , le récit s'accélère dans son intensité et les surprises qu'il réserve , bref tout s'emballe . La dessinatrice parvient à créer une ambiance graphique liée aux évènements , avec un découpage agressif façon animé japonais et ses plans simultanés , ou en usant de couleurs de fond sombres ou claires selon l'histoire . Les visages aux grands yeux sont expressifs , parfois trop , mais on reste dans une influence japonisante donc , why not ! Une lecture destinée à un public ado , répondant bien aux codes actuels , et dotée de surprises bienvenues .
  9. Tim Probert , l'auteur du remarqué Lightfall ne s'est pas trompé en conseillant vivement ce roman graphique de Jason Pamment . Auteur et illustrateur , il réalise de l'animation ainsi que des jeux vidéos . Et cela se ressent très rapidement à travers une narration fluide et un graphisme très "animé" . Des visages ronds et expressifs , des couleurs numériques agréables et surtout un sens du découpage percutant ! On tourne les pages en suivant la progression des personnages et l'impression d'être immergé dans un dessin-animé est réelle . Un régal pour les yeux ! Nous suivons donc Ambre , vivant dans le monde des humains bien trop grands pour lui , qui est seul et pris d'un profond désir d'apprendre . Sa rencontre avec une tortue géante va le mener vers une île étrange où d'autres "enfants" comme lui fréquentent une école . Son rêve se réalise mais l'auteur ne lui rend pas la tâche facile , car être nouveau dans une école n'est pas de tout repos . On est tous passé par là ! Nouer de nouvelles amitiés devient un chemin semé d'embûches . De plus , de curieux tentacules d'eau de mer s'approchent de lui et cherchent à entrer en contact . Ami , ennemi ? Les aventures d'Ambre peuvent commencer dans cette île pas comme les autres , avec un professeur et une faune locale , assez surprenante . Vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec cette histoire complète qui se lit avec émerveillement , et à tout âge 😉
  10. Titre de l'album : Ambre et l'île des créatures perdues Scenariste de l'album : Jason Pamment Dessinateur de l'album : Jason Pamment Coloriste : Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Ambre est un tout petit garçon dans un monde immense . Escorté à travers l'océan par sa gardienne , Lua , une tortue de mer géante , Ambre peut enfin fréquenter une école à sa taille . Alors qu'il s'efforce de trouver sa place , il se retrouve au coeur d'un mystère . Un étrange monstre des profondeurs menace tout ce qui lui est cher ! Critique : Tim Probert , l'auteur du remarqué Lightfall ne s'est pas trompé en conseillant vivement ce roman graphique de Jason Pamment . Auteur et illustrateur , il réalise de l'animation ainsi que des jeux vidéos . Et cela se ressent très rapidement à travers une narration fluide et un graphisme très "animé" . Des visages ronds et expressifs , des couleurs numériques agréables et surtout un sens du découpage percutant ! On tourne les pages en suivant la progression des personnages et l'impression d'être immergé dans un dessin-animé est réelle . Un régal pour les yeux ! Nous suivons donc Ambre , vivant dans le monde des humains bien trop grands pour lui , qui est seul et pris d'un profond désir d'apprendre . Sa rencontre avec une tortue géante va le mener vers une île étrange où d'autres "enfants" comme lui fréquentent une école . Son rêve se réalise mais l'auteur ne lui rend pas la tâche facile , car être nouveau dans une école n'est pas de tout repos . On est tous passé par là ! Nouer de nouvelles amitiés devient un chemin semé d'embûches . De plus , de curieux tentacules d'eau de mer s'approchent de lui et cherchent à entrer en contact . Ami , ennemi ? Les aventures d'Ambre peuvent commencer dans cette île pas comme les autres , avec un professeur et une faune locale , assez surprenante . Vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec cette histoire complète qui se lit avec émerveillement , et à tout âge 😉 Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ambre-et-l-le-des-cr-atures-perdues/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : La contrebande society de Forest Hills Scenariste de l'album : Dave Baker Dessinateur de l'album : Nicole Goux Coloriste : Nicole Goux Editeur de l'album : Sarbacane Note : Résumé de l'album : Quand Kelly, Brooke, Maggie et Melissa achètent le DVD piraté d'un film de Miyazaki, elles ne s'attendent pas à visionner un film d'animation intitulé Super Love XL où le personnage principal plus « olé olé » que « kawaï » est une humanoïde géante qui tire des rayons laser avec ses seins. Passé le choc - et la fascination il faut bien le dire - les filles montent un plan pour revendre des copies de ce film 20 dollars pièce aux garçons de leur école chrétienne très conservatrice. Au début, tout se passe comme prévu. Mais, victimes de leur succès, les amies sont vite obligées de produire de nouveaux DVD piratés, s'exposant toujours plus au risque de se faire pincer... Ajoutez à cela des conflits amoureux au sein de la bande de copines, et la situation ne tarde pas à devenir incontrôlable et explosive...! Critique : Le récit commence par une légère brise s'engouffrant dans une fenêtre ouverte . Puis , la "caméra" recule et nous fait découvrir où se situe cette lucarne : Une chambre d'ado , vide , désertée , sa résidente emportée par un vent de liberté , et emmenant avec elle ses complices vers l'inconnu au mépris des dangers . Le passage adolescent est une source d'inspiration tenace pour les scénaristes , et ils parviennent souvent à nous surprendre avec un regard différent . Il est question d'un lycée catholique avec un des nombreux courants qui composent la religion américaine , et de 4 filles ,amies , voire plus si affinités . Au sein d'un établissement assez prude , elles vont devoir composer avec cet enseignement (auquel elles croient) et leurs découvertes personnelles (corps , sexualité etc...) Ajoutez à cela qu'elles ne font pas parties des élèves "populaires" , bien au contraire , et qu'elles vont mettre la main sur un DVD compromettant . Au cours de leur virée nocturne , elles achètent un "animé" , mais ce dernier se révèle être plutôt coquin . Que faire avec cet enregistrement ?? De là va partir un cheminement de leurs vies aux très lourdes conséquences sur leur bande . Dans cette bichromie au trait léger , les auteurs proposent tous les poncifs de ce passage vers la vie adulte : populaire ou paumée , guerres intestines , coups vaches etc... La nouveauté vient d'un découpage immersif , avec des pages réservées aux présentations des protagonistes au moyen de bulles disséminées tout autour du visage sur un ton assez humoristique . Cela crée une ambiance de récit à tiroirs où des réponses sont divulguées bien après les interrogations sur tel ou tel fait . Le final est très bien amené et reste sur le même ton que l'introduction : énigmatique . Un seul (léger) reproche à ce beau livre à la couverture souple et à la forte pagination (224 pages) : un "potentiel relecture" amoindri . Mais cela reste une tragi-comédie ado à faire passer aux enfants de cet âge justement 🙂 Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-contrebande-society-de-forest-hills/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Le récit commence par une légère brise s'engouffrant dans une fenêtre ouverte . Puis , la "caméra" recule et nous fait découvrir où se situe cette lucarne : Une chambre d'ado , vide , désertée , sa résidente emportée par un vent de liberté , et emmenant avec elle ses complices vers l'inconnu au mépris des dangers . Le passage adolescent est une source d'inspiration tenace pour les scénaristes , et ils parviennent souvent à nous surprendre avec un regard différent . Il est question d'un lycée catholique avec un des nombreux courants qui composent la religion américaine , et de 4 filles ,amies , voire plus si affinités . Au sein d'un établissement assez prude , elles vont devoir composer avec cet enseignement (auquel elles croient) et leurs découvertes personnelles (corps , sexualité etc...) Ajoutez à cela qu'elles ne font pas parties des élèves "populaires" , bien au contraire , et qu'elles vont mettre la main sur un DVD compromettant . Au cours de leur virée nocturne , elles achètent un "animé" , mais ce dernier se révèle être plutôt coquin . Que faire avec cet enregistrement ?? De là va partir un cheminement de leurs vies aux très lourdes conséquences sur leur bande . Dans cette bichromie au trait léger , les auteurs proposent tous les poncifs de ce passage vers la vie adulte : populaire ou paumée , guerres intestines , coups vaches etc... La nouveauté vient d'un découpage immersif , avec des pages réservées aux présentations des protagonistes au moyen de bulles disséminées tout autour du visage sur un ton assez humoristique . Cela crée une ambiance de récit à tiroirs où des réponses sont divulguées bien après les interrogations sur tel ou tel fait . Le final est très bien amené et reste sur le même ton que l'introduction : énigmatique . Un seul (léger) reproche à ce beau livre à la couverture souple et à la forte pagination (224 pages) : un "potentiel relecture" amoindri . Mais cela reste une tragi-comédie ado à faire passer aux enfants de cet âge justement 🙂
×
×
  • Créer...