Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'aventure'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Décidément l'un des mangas d'aventures que j'aime le plus. Les personnages sont recherchés et denses et l'histoire prend le temps de bien nous les faire connaître. Et ce tome 10 est excellent pour cela, car il nous présente le passé de Lendt et le pourquoi un jeune homme pas forcément très doué a toujours voulu être un aventurier peu importe ce qui lui arrive. Une partie de l'histoire émouvante et intéressante. Le tome 11 est lui un peu plus standard, mais il continue à en apprendre beaucoup sur le mystère qui entoure la force vitale de Lendt et sur son passé qui se trouve être différent de celui d'un simple villageois. Une histoire toujours dont on espère quand même que le chapitre du passé finisse bientôt.
  2. Titre de l'album : The unwanted undead adventurer tome 10 & 11 Scenariste de l'album : Yû Okano Dessinateur de l'album : Haiji Nakasone Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Désireux d'en apprendre plus sur sa force spirituelle, Lendt retourne dans son village natal, Hat-Haller. Devant le tombeau familial, il commence soudainement à raconter son passé à Lorraine. Tout remonte à vingt ans plus tôt, dans les souvenirs qu'il partageait alors avec une jeune fille prénommée Jin-Lin, et qui rêvait de devenir aventurière... Le tumulte du marché de la ville voisine, qu'ils visitaient ensemble pour la première fois... La découverte de paysages inconnus, aperçus lors d'escapades secrètes, rien que tous les deux... Et leur rencontre anodine avec une mystérieuse fée... Tandis que Jin-Lin tirait sur sa manche, ce qu'il ressentit alors, lui qui était si introverti, aurait dû suffire à le changer à jamais, pour le meilleur. Si seulement cette sombre tragédie ne leur était pas tombée dessus, sur le chemin du retour... Les origines de celui qui tente à tout prix d'atteindre le rang mithril, même après la mort, sont enfin révélées ! Retrouvez des planches bonus et une nouvelle inédite en fin de tome ! Critique : Décidément l'un des mangas d'aventures que j'aime le plus. Les personnages sont recherchés et denses et l'histoire prend le temps de bien nous les faire connaître. Et ce tome 10 est excellent pour cela, car il nous présente le passé de Lendt et le pourquoi un jeune homme pas forcément très doué a toujours voulu être un aventurier peu importe ce qui lui arrive. Une partie de l'histoire émouvante et intéressante. Le tome 11 est lui un peu plus standard, mais il continue à en apprendre beaucoup sur le mystère qui entoure la force vitale de Lendt et sur son passé qui se trouve être différent de celui d'un simple villageois. Une histoire toujours dont on espère quand même que le chapitre du passé finisse bientôt. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-unwanted-undead-adventurer-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Quand on aime le dessin "moderne" et les couleurs vives comme moi, on guette les trop rare parution de Krystel. De Magda Ikklepotts à Ash, ces dessins m'ont toujours marqué et ses albums sont toujours bien rangé dans ma bibliothèque. Alors quand en plus, elle sort un album avec Matthieu Salva, auteur de deux des scenarios les plus innovants des dernières années (Vermines et In memoriam chez Dupuis), j'ai n'ai pas résisté… et j'ai diablement bien fait. Graphiquement déjà, c'est superbe. Krystel a même progressé sur les effets de mouvements et la gestion des émotions. Rien à redire, c'est beau. Au niveau du scenario, Matthieu Salva nous livre une histoire un poil moins original que ces précédentes parutions mais surtout beaucoup plus posée et émouvante. La narration est prenante, les personnages touchants et ce premier tome assez envoutant. Un superbe hommage à l'histoire sans fin pour ceux qui connaissent encore ! PS: en plus Dargaud n'abuse pas sur le prix avec un album de 56 pages à 11.95....
  4. Titre de l'album : Petits dieux tome 1 - Le dragon blanc Scenariste de l'album : Mathieu Salvia Dessinateur de l'album : Krystel Coloriste : Krystel Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Certaines histoires sont spéciales, celle-ci est l'une d'entre elles. Elle parle d'un rat et d'une fée sur le point de disparaître, d'un raton laveur au grand coeur et d'une guerrière prête à tout pour sauver le monde. Elle parle d'un monde qui se déchire sous les crocs d'un monstre invincible. Elle parle de la fin et de ce qui vient ensuite, lorsque tout s'arrête. Plus qu'un grand récit d'aventure fantastique en trois tomes, Petits Dieux est une histoire dans laquelle l'imagination, la mémoire et la filiation s'invitent en tant que personnages à part entière, abordant une thématique inattendue qui se dévoile petit à petit, au fil des pages. Critique : Quand on aime le dessin "moderne" et les couleurs vives comme moi, on guette les trop rare parution de Krystel. De Magda Ikklepotts à Ash, ces dessins m'ont toujours marqué et ses albums sont toujours bien rangé dans ma bibliothèque. Alors quand en plus, elle sort un album avec Matthieu Salva, auteur de deux des scenarios les plus innovants des dernières années (Vermines et In memoriam chez Dupuis), j'ai n'ai pas résisté… et j'ai diablement bien fait. Graphiquement déjà, c'est superbe. Krystel a même progressé sur les effets de mouvements et la gestion des émotions. Rien à redire, c'est beau. Au niveau du scenario, Matthieu Salva nous livre une histoire un poil moins original que ces précédentes parutions mais surtout beaucoup plus posée et émouvante. La narration est prenante, les personnages touchants et ce premier tome assez envoutant. Un superbe hommage à l'histoire sans fin pour ceux qui connaissent encore ! PS: en plus Dargaud n'abuse pas sur le prix avec un album de 56 pages à 11.95.... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/petits-dieux-tome-1-le-dragon-blanc?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Ce tome 1 de la quête est une oeuvre assez sympa destinée à la jeunesse. L'histoire est plutôt bien vue, et va nous proposer à travers son côté décalé des petits sujets de réflexion. On comprend vite que la quête est en fait la quête de soi, et que le prétexte à l'imaginaire dans cette aventure va plus nous amener vers don quichotte que vers les chevaliers de la table ronde. Les dessins eux sont malheureusement dans un style que l'on a beaucoup vu ses dernières années, et je ne suis pas sur que cela soit le plus adapté au public jeunesse visé. Mais c'est peut être simplement moi qui ai fait un peu la fine bouche. Pourtant ils sont bien réussis dans leur genre et largement au niveau de romans graphiques qui ont cartonné ces dernières années, mais comme souvent dans ce style pour ma part, ils ne m'ont pas vraiment permis d'entrer en empathie avec les personnages. Ceci étant dit, la lecture de ce tome 1 reste très agréable, et assez intelligente.
  6. Titre de l'album : La quête - Tome 1 - La dame du lac perdu Scenariste de l'album : Frédéric Maupomé Dessinateur de l'album : Wauter Mannaert Coloriste : Wauter Mannaert Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Depuis mille ans, le roi Pellinor et ses descendants traquent la Bête... et échouent lamentablement. Du coup, c'est au tour de Pelli de se lancer dans la quête familiale. Ça tombe bien, parce qu'il est présentement sans véritable emploi - et puis ça fait super plaisir à son grand-père qu'il reprenne le flambeau. Après, on ne va pas se mentir... Pelli n'a pas les capacités physiques dignes des chevaliers de légende et son acolyte, la Dame du lac, a perdu sa magie. Dans un monde qui change, où le merveilleux laisse la place à la banalité, leur quête s'annonce un vrai défi. Mais après tout, l'important, dans une quête, n'est-ce pas le chemin plutôt que la destination...? Critique : Ce tome 1 de la quête est une oeuvre assez sympa destinée à la jeunesse. L'histoire est plutôt bien vue, et va nous proposer à travers son côté décalé des petits sujets de réflexion. On comprend vite que la quête est en fait la quête de soi, et que le prétexte à l'imaginaire dans cette aventure va plus nous amener vers don quichotte que vers les chevaliers de la table ronde. Les dessins eux sont malheureusement dans un style que l'on a beaucoup vu ses dernières années, et je ne suis pas sur que cela soit le plus adapté au public jeunesse visé. Mais c'est peut être simplement moi qui ai fait un peu la fine bouche. Pourtant ils sont bien réussis dans leur genre et largement au niveau de romans graphiques qui ont cartonné ces dernières années, mais comme souvent dans ce style pour ma part, ils ne m'ont pas vraiment permis d'entrer en empathie avec les personnages. Ceci étant dit, la lecture de ce tome 1 reste très agréable, et assez intelligente. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-quete-tome-1-la-dame-du-lac-perdu?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. L'histoire commence par un enfant plongeant du haut d'un falaise sous l'oeil admiratif de ses camarades . Le problème étant qu'il ne remonte plus à la surface une fois le saut effectué ! Puis l'on passe à Ophélia emménageant avec sa nouvelle famille d'accueil dans cette petite ville côtière typique norvégienne . Passionnée de créatures sous-marines "imaginaires" , elle va faire la rencontre d'un vieux pêcheur local et nouer une amitié qui va les mener vers bien des dangers , mais aussi des découvertes ! Pour une première oeuvre dans ce média , l'auteur prend son temps et installe le contexte peu à peu avec la galerie de personnages entourant Ophélia . Pour l'instant il s'attarde sur les événements nouveaux et inexpliqués touchant la ville , et ne rentre pas dans les détails du passé de notre jeune héroïne . C'est une lecture agréable , avec une histoire assez commune mais qui gagnerait à s'épaissir dans les tomes suivants . La série est finie en 5 tomes dans le royaume scandinave . Ayant par ailleurs touché au cinéma d'animation , l'auteur propose un style "cartoon" frais et enjolivé par de jolies couleurs et dégradés de verts . Une première aventure qui ravira les plus jeunes , en attendant la suite 🙂
  8. Titre de l'album : Ophélia et les abysses - tome 1 Scenariste de l'album : Hans Jorgen Sandnes Dessinateur de l'album : Hans Jorgen Sandnes Coloriste : Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Ophélia emménage dans la petite ville côtière de Saltvik. Elle va y vivre avec sa nouvelle famille d'accueil, joyeuse et sportive. Mais la jeune fifille se lie d'amitié avec son voisin, Bernard, un pêcheur avec qui elle partage une fascination pour les créatures sous-marines. Ophélia préfère discuter de cryptozoologie plutôt que de se suspendre à un mur d'escalade. Un soir, par la fenêtre, Ophélia aperçoit une forme étrange. Quelle est donc cette créature qui se dissimule dans la mer ? Aurait-elle un rapport avec le garçon ayant récemment disparu après avoir plongé à l'eau ? Critique : L'histoire commence par un enfant plongeant du haut d'un falaise sous l'oeil admiratif de ses camarades . Le problème étant qu'il ne remonte plus à la surface une fois le saut effectué ! Puis l'on passe à Ophélia emménageant avec sa nouvelle famille d'accueil dans cette petite ville côtière typique norvégienne . Passionnée de créatures sous-marines "imaginaires" , elle va faire la rencontre d'un vieux pêcheur local et nouer une amitié qui va les mener vers bien des dangers , mais aussi des découvertes ! Pour une première oeuvre dans ce média , l'auteur prend son temps et installe le contexte peu à peu avec la galerie de personnages entourant Ophélia . Pour l'instant il s'attarde sur les événements nouveaux et inexpliqués touchant la ville , et ne rentre pas dans les détails du passé de notre jeune héroïne . C'est une lecture agréable , avec une histoire assez commune mais qui gagnerait à s'épaissir dans les tomes suivants . La série est finie en 5 tomes dans le royaume scandinave . Ayant par ailleurs touché au cinéma d'animation , l'auteur propose un style "cartoon" frais et enjolivé par de jolies couleurs et dégradés de verts . Une première aventure qui ravira les plus jeunes , en attendant la suite 🙂 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ophelia-et-les-abysses-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. The_PoP

    Rebis

    Oh que c'est bien Rebis. Une belle histoire de sorcières, de différence, et de quête de soi dans un moyen âge tenté par l'obscurantisme. Parfois dramatique, souvent positif, c'est une magnifique histoire portée par un dessin sublime et élégant. Les influences du dessins sont riches, on se croit parfois dans un Myasaki, les images semblent en mouvement, les personnages semblent vivre et les paysages sortir du livre. On en prend plein les mirettes, surtout qu'il ne s'agit que d'une influence, bien digérée, et intégrée à un dessin plus européen. Un régal. La colorisation est au diapason du trait, et apporte un gros plus avec ces couleurs lumineuses mais douces. L'histoire aurait pu être plus marquante, ou plus dramatique, mais finalement, on en ressort presque apaisé, et c'est une belle lecture, de celles qui enrichissent un peu l'âme mais aussi les réflexions. Bref, je vous le recommande, ce n'est peut être pas la bd la plus marquante de cette année, mais vous passerez un moment de lecture d'une grande douceur.
  10. The_PoP

    Rebis

    Titre de l'album : Rebis Scenariste de l'album : Irène Marchesini Dessinateur de l'album : Carlotta Dicataldo Coloriste : Claudia Migliaccio Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : En plein Moyen-Âge, Martino a eu le malheur de naître atteint d'albinisme au beau milieu d'une communauté prompte à purifier toute différence par le feu. Rejeté par son père, harcelé par les autres enfants du village, il va devoir prendre les chemins de traverse. En plein coeur de la forêt, Martino fait la connaissance de Viviana, une « sorcière ». Entre exclus, on se reconnaît. Au sein d'une sororité de femmes mis au ban de la société, le jeune garçon va grandir et se révéler à lui-même pour tenter d'accepter sa différence face à l'intolérance de la société. Critique : Oh que c'est bien Rebis. Une belle histoire de sorcières, de différence, et de quête de soi dans un moyen âge tenté par l'obscurantisme. Parfois dramatique, souvent positif, c'est une magnifique histoire portée par un dessin sublime et élégant. Les influences du dessins sont riches, on se croit parfois dans un Myasaki, les images semblent en mouvement, les personnages semblent vivre et les paysages sortir du livre. On en prend plein les mirettes, surtout qu'il ne s'agit que d'une influence, bien digérée, et intégrée à un dessin plus européen. Un régal. La colorisation est au diapason du trait, et apporte un gros plus avec ces couleurs lumineuses mais douces. L'histoire aurait pu être plus marquante, ou plus dramatique, mais finalement, on en ressort presque apaisé, et c'est une belle lecture, de celles qui enrichissent un peu l'âme mais aussi les réflexions. Bref, je vous le recommande, ce n'est peut être pas la bd la plus marquante de cette année, mais vous passerez un moment de lecture d'une grande douceur. Autres infos : A noter qu'un petit making of est édité en fin d'album. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rebis?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Rhoooo la bonne trouvaille de chez Drakoo. Une trouvaille jeunesse qui a dû rendre jaloux les dénicheurs de trouvaille de Dupuis. Cette belle fable, ode à l'entente et la compréhension entre les peuples, est aussi dynamique que bien dessinée. Sous couvert d'aventure médiévale sur fond d'animaux humanisés, nos auteurs nous livrent une histoire très humaine, bien rythmée avec un personnage principal haut en couleur. Porté par un dessin très joli, avec une pagination importante (80 pages) ce one shot est sans nul doute l'un des tomes jeunesses de l'année !
  12. Titre de l'album : Léonarde tome 1 - La barbe du Houéran Scenariste de l'album : Isabelle Bauthian Dessinateur de l'album : Anne-Catherine Ott Coloriste : Anne-Catherine Ott Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Une aventure médiévale animalière drôle et trépidante, inspirée d'une légende vosgienne, portée par des personnages forts culbutant les clichés ! Intrépide, gaffeuse mais guerrière prometteuse, Léonarde rêve d'aventures dans lesquelles elle entraîne la princesse Eldorise, sa meilleure amie.Changée en Goupile par une formule magique trompeuse, elle est chassée du château et, pour retrouver son apparence, doit s'improviser émissaire auprès d'ennemis tous plus butés les uns que les autres !C'est alors qu'apparaît le Houéran, géant au fessier cornu, qui aime réchauffer sa barbe au coin du feu mais apprécie peu que sa forêt se transforme en champ de bataille.Comment la jeune fille - ou la jeune renarde - parviendra-t-elle à éviter une guerre entre toutes ces têtes de mules ? Critique : Rhoooo la bonne trouvaille de chez Drakoo. Une trouvaille jeunesse qui a dû rendre jaloux les dénicheurs de trouvaille de Dupuis. Cette belle fable, ode à l'entente et la compréhension entre les peuples, est aussi dynamique que bien dessinée. Sous couvert d'aventure médiévale sur fond d'animaux humanisés, nos auteurs nous livrent une histoire très humaine, bien rythmée avec un personnage principal haut en couleur. Porté par un dessin très joli, avec une pagination importante (80 pages) ce one shot est sans nul doute l'un des tomes jeunesses de l'année ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/leonarde-tome-1-la-barbe-du-houeran?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    Gueule de cuir

    Premier tome d'une trilogie qui s'annonce pleine de promesse pour tant que l'on aime l'ésotérisme. J'ai vraiment bien aimé ce premier tome. Le choix de l'époque est particulièrement bien trouvé et le côté mystique bien amené. On sent la pâte de l'écrivain avec un univers bien réfléchit et qui semble dense à souhait. Cette histoire d'horloge du diable et dès ses différentes factions qui s'affrontent, n'en déplaise au roi et au Cardinal, est bien pensé et globalement innovant. Le dessin est très adulte et reprend l'ambiance lourde d'une époque où l'épée régnait en maitre. Le scenario enchaine avec brillo les scènes d'actions, les scènes d'explication et les rebondissements. Vivement la suite !
  14. poseidon2

    Gueule de cuir

    Titre de l'album : Gueule de cuir Scenariste de l'album : Pierre Pevel Dessinateur de l'album : Stephane Crety Coloriste : Stephane Crety Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Gueule-de-cuir, c'est une histoire de cape et d'épée sombre et fantastique, c'est aussi un justicier de la nuit, oeuvrant sous Louis XIII, bien avant un certain "Chevalier Noir" ! 1633. Dans la France de Louis XIII et de Richelieu, magie noire et alchimie sont à l'oeuvre. Tandis que de mystérieuses factions s'affrontent en secret autour du Zodiaque du Diable, un redoutable nécromant étend son règne sur les bas-fonds de Paris et rêve de vengeance. Contre lui, un seul homme peut encore se dresser. Un duelliste que le destin a maudit et qui n'aura d'autre choix que d'accepter le masque et la destinée de Gueule-de-cuir. Critique : Premier tome d'une trilogie qui s'annonce pleine de promesse pour tant que l'on aime l'ésotérisme. J'ai vraiment bien aimé ce premier tome. Le choix de l'époque est particulièrement bien trouvé et le côté mystique bien amené. On sent la pâte de l'écrivain avec un univers bien réfléchit et qui semble dense à souhait. Cette histoire d'horloge du diable et dès ses différentes factions qui s'affrontent, n'en déplaise au roi et au Cardinal, est bien pensé et globalement innovant. Le dessin est très adulte et reprend l'ambiance lourde d'une époque où l'épée régnait en maitre. Le scenario enchaine avec brillo les scènes d'actions, les scènes d'explication et les rebondissements. Vivement la suite ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gueule-de-cuir?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Helck tome 1

    Mais qu'est-ce que c'est con ! Franchement. Très con ! Mais qu'est-ce que c'est bon ! et au final malin. Helck est un héros humain qui vient faire le tournoi pour être élu.... roi des démons. Oui oui. Mais il clame partout qu'il hait les humains ! Mais la chef du tournoi ne le croit pas et veut le faire perdre, mais Helck se trouve être bon… en TOUT ! même en château de carte ou en cuisine ! (oui oui le tournoi, c'est n'importe quoi). Les démons dans la publique l'adorent tout comme les autres concurrents. Du grand n'importe quoi je vous dis. Mais en parallèle de cela, il semble se passer des choses étranges dans le monde des humains qui nous font penser que la venue de Helck est tout sauf un hasard. Bref une lecture très drôle mais aussi intéressante. Une belle réussite en somme !
  16. poseidon2

    Helck tome 1

    Titre de l'album : Helck tome 1 Scenariste de l'album : Nanaki Nanao Dessinateur de l'album : Nanaki Nanao Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Un mystérieux héros qui dit vouloir exterminer tous ses semblables ?! Attention, voici l'incroyable Helck ! Alors que les humains viennent de battre le terrible Roi démon, le peuple des forces du mal s'affronte maintenant dans un tournoi dont le vainqueur sera reconnu comme prochain roi.Jusque-là, rien de bien étrange. Mais l'un des participants les plus puissants, le plus à même de gagner et accéder au trône, n'est autre qu'un héros humain... Un certain Helck aux allures d'Hercule du pauvre, qui affirme détester ses semblables et vouloir rallier les démons pour vaincre la race humaine ! Ce qui n'est pas du tout du goût d'une des organisatrices, Vermilio la Rouge, qui va tout faire pour éliminer cet intrus humain.Mais qui est cet étrange énergumène et quelles sont ses véritables intentions ? Critique : Mais qu'est-ce que c'est con ! Franchement. Très con ! Mais qu'est-ce que c'est bon ! et au final malin. Helck est un héros humain qui vient faire le tournoi pour être élu.... roi des démons. Oui oui. Mais il clame partout qu'il hait les humains ! Mais la chef du tournoi ne le croit pas et veut le faire perdre, mais Helck se trouve être bon… en TOUT ! même en château de carte ou en cuisine ! (oui oui le tournoi, c'est n'importe quoi). Les démons dans la publique l'adorent tout comme les autres concurrents. Du grand n'importe quoi je vous dis. Mais en parallèle de cela, il semble se passer des choses étranges dans le monde des humains qui nous font penser que la venue de Helck est tout sauf un hasard. Bref une lecture très drôle mais aussi intéressante. Une belle réussite en somme ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/helck-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. poseidon2

    Wakhan

    En voilà une bd qui m'a fait énormément envie : Un dessin dynamique, un univers steampunk et un one shot ! Tout pour me plaire et.... c'est peut-être pour ça que j'ai été un poil déçu. Attention ! Cette BD est un bon one shot qui ravira les 12-17 ans. On y retrouve une aventure dynamique, deux personnages haut en couleurs et qui flirtent mais surtout une aventure très "cinématographique" et pleine de rebondissements. Alors qu'est-ce qui m'a déçu ? Et bien je trouve que ce one shot est trop "superficiel" pour un adulte. Par superficiel, je ne veux pas dire que l'histoire est bâclée. Juste que nos auteurs n'ont pas le volume de page nécessaire pour développer suffisamment les petites lignes de l'histoire. L'exemple typique est la fin qui clôt l'histoire mais le fait trop vite, laissant l'action prendre le pas sur les relations entre les différents protagonistes. Et c'est un peu dommage, car cela laisse cette histoire au niveau des "histoires pour ado" la ou elle pourrait être bien plus au vu de l'univers inventé.
  18. poseidon2

    Wakhan

    Titre de l'album : Wakhan Scenariste de l'album : Maxe L'Hermenier Dessinateur de l'album : Brice Cossu | Alexis Sentenac Coloriste : Brice Cossu | Alexis Sentenac Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Paris, 1889, alors que l'exposition universelle bat son plein, un mystérieux tueur en série sévit dans les hauteurs de la tour Eiffel, joyau de la capitale française. Le gouvernement tente d'étouffer l'affaire pour ne pas perturber les célébrations, nuire aux affaires en cours ou pire encore, fermer définitivement le monument qui ne fait déjà pas l'unanimité du gotha parisien. La jeune inspectrice Éléonore Kowalski va devoir compter sur l'aide de Jules Castignac, une nouvelle recrue fraîchement diplômée et un tantinet excentrique si elle veut débusquer le coupable avant que la malédiction de la grande dame de Paris ne fasse les choux gras de la presse à scandale. Plutôt que de suivre les recommandations de son irascible supérieur hiérarchique, Éléonore va suivre son instinct et embarquer son nouveau collègue dans une traque à mille à l'heure au coeur de la ville lumière. Des sombres ruelles au Jardin d'Éden, un claque* tout ce qu'il y a de plus distingué, en passant par Notre-Dame, nos valeureux policiers vont découvrir un lien étrange entre les meurtres et une créature divine. Une créature baptisée... Wahkan. Un récit d'aventure et de genre mené tambour battant par Brice Cossu et Alexis Sentenac, deux auteurs vedettes de Dupuis et co-dessinateurs de Goldorak, associés au prolifique scénariste Maxe L'Hermenier. * maison close. Critique : En voilà une bd qui m'a fait énormément envie : Un dessin dynamique, un univers steampunk et un one shot ! Tout pour me plaire et.... c'est peut-être pour ça que j'ai été un poil déçu. Attention ! Cette BD est un bon one shot qui ravira les 12-17 ans. On y retrouve une aventure dynamique, deux personnages haut en couleurs et qui flirtent mais surtout une aventure très "cinématographique" et pleine de rebondissements. Alors qu'est-ce qui m'a déçu ? Et bien je trouve que ce one shot est trop "superficiel" pour un adulte. Par superficiel, je ne veux pas dire que l'histoire est bâclée. Juste que nos auteurs n'ont pas le volume de page nécessaire pour développer suffisamment les petites lignes de l'histoire. L'exemple typique est la fin qui clôt l'histoire mais le fait trop vite, laissant l'action prendre le pas sur les relations entre les différents protagonistes. Et c'est un peu dommage, car cela laisse cette histoire au niveau des "histoires pour ado" la ou elle pourrait être bien plus au vu de l'univers inventé. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wahkan?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Kevin Nivek

    La brute et le divin

    Le dessinateur de l'excellentissime La bibliomule de Cordoue , que je vous invite fortement à lire si ce n'est déjà fait , se lance dans le roman graphique aux tonalités écologiques . D'emblée il annonce la couleur avec en première page les informations sur l'élaboration de l'ouvrage , très soucieuse du respect de l'environnement . Un papier recyclé bien entendu pour une couverture souple , un détail important . L'histoire quant à elle , nous fait suivre Eva , une jeune ingénieure en proie à de nombreux doutes sur son travail et le monde qui l'entoure . Sur un coup de tête , elle saisit l'opportunité offerte par le gouvernement français de réaliser une mission sur une petite île du Pacifique sud , isolée et sans ressources , afin de démontrer ou pas , l'importance de la préservation de ces écosystèmes . On la suit , telle une Robinson Crusoé des temps modernes dans son quotidien , à la recherche de nourritures , d'eau , et autres bricolages pour établir un campement correct . Lorsqu'elle parvient à trouver un équilibre , un navire missionné par la France fait son apparition à quelques encablures de son petit paradis , et les ennuis commencent ... En effet , ces derniers sont à la recherche de terres rares et autres métaux servant à améliorer l'industrie verte . C'est là tout le problème soulevé par Chemineau : Doit on sacrifier sur l'autel d'une légitimité écologique des biotopes sains ? Il semblerait qu'un gisement de terres rares soit enfoui non loin de majestueux coraux et autres merveilles naturelles sous-marines . Eva troque son rôle de Robinson pour endosser une tunique de combattante et l'histoire prend des airs de tonnerre sous les tropiques . Son dessin à l'aquarelle est superbe et nous offre des planches sous-marines du plus bel effet . Les couleurs directes vous sautent aux yeux et l'immersion est totale dans la jungle que Eva parcourt . On entendrait presque le chant des oiseaux et le ressac des vagues mourant sur les récifs . C'est une histoire terriblement attachante , qui semblerait réelle , tout en posant de nombreuses questions . En somme , une petite cousine Au monde sans fin de Jancovici , qui prépare d'ailleurs un second tome 😉
  20. Titre de l'album : La brute et le divin Scenariste de l'album : Léonard Chemineau Dessinateur de l'album : Léonard Chemineau Coloriste : Léonard Chemineau Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Eva, ingénieure dans une grande société, s'interroge sur le sens de son activité. Elle répond à une annonce concernant un poste sur une petite île déserte, perdue au milieu du Pacifique Sud. Sur place, elle devra réparer une station météorologique et tester la vie en autarcie avec pour seul compagnon, sa chienne, Puce. Une fois arrivée, elle découvre un endroit à la beauté époustouflante. Son désir de nature est comblé, elle s'attelle à sa tâche et découvre une nature foisonnante et des fonds marins plein de vie. Sur l'île, en plus de ses travaux quotidiens, elle arpente son environnement et en explore tous les recoins. Mais la vie en autonomie, sans aide, est-elle réellement possible ? Et un tel endroit, encore préservé, peut-il échapper à la convoitise de la société de consommation ? Va t-elle rester seule sur son île ? Jusqu'où Eva sera t-elle prête à aller pour défendre ses convictions, et sa propre vie ? Critique : Le dessinateur de l'excellentissime La bibliomule de Cordoue , que je vous invite fortement à lire si ce n'est déjà fait , se lance dans le roman graphique aux tonalités écologiques . D'emblée il annonce la couleur avec en première page les informations sur l'élaboration de l'ouvrage , très soucieuse du respect de l'environnement . Un papier recyclé bien entendu pour une couverture souple , un détail important . L'histoire quant à elle , nous fait suivre Eva , une jeune ingénieure en proie à de nombreux doutes sur son travail et le monde qui l'entoure . Sur un coup de tête , elle saisit l'opportunité offerte par le gouvernement français de réaliser une mission sur une petite île du Pacifique sud , isolée et sans ressources , afin de démontrer ou pas , l'importance de la préservation de ces écosystèmes . On la suit , telle une Robinson Crusoé des temps modernes dans son quotidien , à la recherche de nourritures , d'eau , et autres bricolages pour établir un campement correct . Lorsqu'elle parvient à trouver un équilibre , un navire missionné par la France fait son apparition à quelques encablures de son petit paradis , et les ennuis commencent ... En effet , ces derniers sont à la recherche de terres rares et autres métaux servant à améliorer l'industrie verte . C'est là tout le problème soulevé par Chemineau : Doit on sacrifier sur l'autel d'une légitimité écologique des biotopes sains ? Il semblerait qu'un gisement de terres rares soit enfoui non loin de majestueux coraux et autres merveilles naturelles sous-marines . Eva troque son rôle de Robinson pour endosser une tunique de combattante et l'histoire prend des airs de tonnerre sous les tropiques . Son dessin à l'aquarelle est superbe et nous offre des planches sous-marines du plus bel effet . Les couleurs directes vous sautent aux yeux et l'immersion est totale dans la jungle que Eva parcourt . On entendrait presque le chant des oiseaux et le ressac des vagues mourant sur les récifs . C'est une histoire terriblement attachante , qui semblerait réelle , tout en posant de nombreuses questions . En somme , une petite cousine Au monde sans fin de Jancovici , qui prépare d'ailleurs un second tome 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-brute-et-le-divin/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Les auteurs avaient clôturé le premier cycle au tome 5 dans un déluge de révélations , avec de nombreuses répercussions à venir . Le sixième opus démarrait sur le nouveau projet des parents : voyager non plus dans les cauchemars , mais dans les souvenirs , afin de "réparer " (ou tenter de) des traumas psychologiques . Changement de décors avec un phare en bord de mer et des sous-sols bien pratiques pour nos voyageurs psychiques . Dans ce monde des souvenirs aux règles différentes de celles qu'ils ont connues , nos héros auront fort à faire pour découvrir les raisons de la disparition, ainsi que la réapparition soudaine de Sofiane . Ariane ,vue dans l'épisode précédent , intègre l'équipe et les aide dans cette entreprise aux multiples dangers . A l'image de cette couverture magnifique , les souvenirs de Sofiane sont empreints de mystères et pourraient révéler de bien sombres desseins pour nos jeunes héros . Franck Thilliez persiste et signe dans une entreprise qualitative avec cette saga riche en rebondissements et ingéniosité . Oui on pense à Inception qui lui a probablement servi de terreau , mais il a fertilisé le principe au plus haut point ! De l'aventure , de l'amitié , de l'amour ,de la trahison aussi , tous les ingrédients sont là pour une superbe fresque d'aventure . N'oublions pas le suspens présent à tous les étages , et la capacité à rendre le récit aussi intéressant pour un adulte que pour un ado ; une vraie démonstration de force du romancier à succès . Le dessin , sous ses airs "simplistes" se veut d'autant plus immersif et propose un découpage innovant et nerveux . Tout va à 100 à l'heure , c'est un régal pour le lecteur . Je comprends tout à fait le succès rencontré par cette saga , à laquelle je souhaite le meilleur pour l'avenir , car autant vous le dire, à la fermeture de ce tome , vous l'attendrez avec impatience , la suite 😉
  22. Titre de l'album : La brigade des cauchemars tome 7 - Sofiane Scenariste de l'album : Franck Thilliez Dessinateur de l'album : Yomgui Dumont Coloriste : Drac Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Nos souvenirs sont-ils vraiment fidèles à la réalité de ce que nous avons vécus ? Alors que La Brigade des Cauchemars continue d'explorer les voyages dans les souvenirs et d'en découvrir les règles, Ariane ressent un malaise, mais sans se rappeler son passage à la clinique. Cependant, tout change pour elle lorsque Sofiane, son ami d'enfance, disparaît du jour au lendemain. Pas question de rester sans rien faire ! La jeune fille appelle Tristan à la rescousse... Critique : Les auteurs avaient clôturé le premier cycle au tome 5 dans un déluge de révélations , avec de nombreuses répercussions à venir . Le sixième opus démarrait sur le nouveau projet des parents : voyager non plus dans les cauchemars , mais dans les souvenirs , afin de "réparer " (ou tenter de) des traumas psychologiques . Changement de décors avec un phare en bord de mer et des sous-sols bien pratiques pour nos voyageurs psychiques . Dans ce monde des souvenirs aux règles différentes de celles qu'ils ont connues , nos héros auront fort à faire pour découvrir les raisons de la disparition, ainsi que la réapparition soudaine de Sofiane . Ariane ,vue dans l'épisode précédent , intègre l'équipe et les aide dans cette entreprise aux multiples dangers . A l'image de cette couverture magnifique , les souvenirs de Sofiane sont empreints de mystères et pourraient révéler de bien sombres desseins pour nos jeunes héros . Franck Thilliez persiste et signe dans une entreprise qualitative avec cette saga riche en rebondissements et ingéniosité . Oui on pense à Inception qui lui a probablement servi de terreau , mais il a fertilisé le principe au plus haut point ! De l'aventure , de l'amitié , de l'amour ,de la trahison aussi , tous les ingrédients sont là pour une superbe fresque d'aventure . N'oublions pas le suspens présent à tous les étages , et la capacité à rendre le récit aussi intéressant pour un adulte que pour un ado ; une vraie démonstration de force du romancier à succès . Le dessin , sous ses airs "simplistes" se veut d'autant plus immersif et propose un découpage innovant et nerveux . Tout va à 100 à l'heure , c'est un régal pour le lecteur . Je comprends tout à fait le succès rencontré par cette saga , à laquelle je souhaite le meilleur pour l'avenir , car autant vous le dire, à la fermeture de ce tome , vous l'attendrez avec impatience , la suite 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-brigade-des-cauchemars-tome-7-sofiane/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Deuxième tome du pays des merveilles avec fin du premier diptyque mais surtout... une annonce de deux autres pour notre plus grand plaisir. En effet, si ce deuxième tome est vraiment très bon avec un mélange du plus réussi entre magie, aventure et charme, il est plus que cela. Ce deuxième tome ouvre l'univers et nous permet d'imaginer les belles histoires à venir. Que ce soit l'histoire des guerres en outre monde, du pays des rêves ou de la création d'une brigade spécial sur les affaires magiques, ce deuxième tome nous présente un univers toujours en mouvement et plein de possibilités, le tout toujours portés par un beau dessin dynamique et coloré. Encore !
  24. Titre de l'album : Le Paris des merveilles tome 2 - Les enchantements d'Ambremer Scenariste de l'album : Étienne Willem d'apres Pierre Pevel Dessinateur de l'album : Étienne Willem Coloriste : Étienne Willem Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Bienvenue dans le Paris des Merveilles ! Bienvenue dans le Paris des Merveilles ! Nous sommes en 1909, dans le Paris des Merveilles. Tout en enquêtant sur un trafic d'objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage et gentleman, a levé une partie du voile sur un secret d'État impliquant l'OutreMonde et la sinistre Reine Noire. En danger de mort, il lui faut tirer cette affaire au clair, aidé pour le meilleur et pour le pire par une vieille connaissance, Isabel de Saint-Gil, fée renégate, espionne et cambrioleuse de haut vol. Critique : Deuxième tome du pays des merveilles avec fin du premier diptyque mais surtout... une annonce de deux autres pour notre plus grand plaisir. En effet, si ce deuxième tome est vraiment très bon avec un mélange du plus réussi entre magie, aventure et charme, il est plus que cela. Ce deuxième tome ouvre l'univers et nous permet d'imaginer les belles histoires à venir. Que ce soit l'histoire des guerres en outre monde, du pays des rêves ou de la création d'une brigade spécial sur les affaires magiques, ce deuxième tome nous présente un univers toujours en mouvement et plein de possibilités, le tout toujours portés par un beau dessin dynamique et coloré. Encore ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-paris-des-merveilles-tome-2-les-enchantements-d-ambremer?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. The_PoP

    Uluru

    J'ai souvent du mal avec les bd d'aventures d'animaux. mais j'aime bien le travail de Christian Paty au dessin, et Crisse est un très bon conteur d'histoires. J'ai un chien, et j'ai aimé l'Australie alors forcément je suis peut être pas trop objectif. Mais globalement je n'étais pas trop enthousiaste à l'idée de lire ce one shot. Sauf que c'est bien. Genre vraiment, une bd d'aventure sympa, avec une belle part de mysticisme, une ode à la nature et à l'Australie. Pas grand chose de plus, mais finalement c'est déjà bien. Les dessins de Christian Paty sont toujours aussi réussis avec son trait très particulier et des choix de colorisations qui ici apportent un plus et rendent très bien les ambiances et la nature sauvage australienne. Ce n'est pas la bd de l'année, mais si vous aimez l'Australie, les grands espace, un peu de mysticisme et les animaux, alors vous passerez un chouette moment de lecture !
×
×
  • Créer...