Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Kevin Nivek

    Une histoire du Débarquement

    A l'occasion des nombreuses commémorations liées aux 80 ans du Débarquement en France des troupes américaines , les éditions Petitàpetit sortent un remarquable ouvrage sur cet événement . Le modèle de cette série "Docu-BD" est bien connu des lecteurs , des pages BD entrecoupées de double-pages enrichies d'annexes , documents et autres images d'archives . Mais ici , le duo de scénaristes construit cette aventure documentée sur une ligne chronologique bien établie et empreinte de suspens . Tout commence donc par l'opération Dynamo et cette fuite du territoire français à Dunkerque . Puis ils relatent les premiers débarquements d'alliés en Afrique du nord et en Italie . Est abordée ensuite cette formidable organisation du grand Débarquement , avec ce choix des plages de Normandie et dans quelles conditions il a été réalisé . Les grands personnages historiques se succèdent dans une farandoles d'anecdotes et de conversations secrètes . De la tension à tous les étages , où l'Histoire est relatée avec talent . Le D-day arrive enfin avec son cortège de blindés , d'avions et d'hommes , avec ces avancées inéluctables sur l'ennemi , de plus en plus acculé . La libération arrive enfin , le lecteur pourra reprendre son souffle 😉 ! Le collectif de dessinateurs réalise des planches dans un style semi-réaliste de grande qualité . Les détails sont nombreux , le découpage est immersif , on revivrait presque les films sur cette période , tels Dunkirk ou Saving private Ryan . Après Oradour sur Glane , c'est un nouveau documentaire réussi par l'éditeur nantais qui s'impose de plus en plus dans ce domaine sur la scène littéraire .
  2. Qu'il est difficile de parler de ces tomes. En effet il est impossible de ne pas voir la réussite qu'ils constituent, tant la communauté de fan des terres d'arran attends cette mini série cross over. Et effectivement on est plus que ravi de retrouver toutes nos stars, ces personnages qu'on a appris à aimer et connaître venir se mettre sur le paletot juste pour nos beaux yeux. Une histoire d'une telle ampleur c'est extrêmement rare, même en fantasy. Hors là, on retrouve le souffle épique de la guerre des goules, et c'est plutôt bienvenue dans l'univers ronronnait. Mais une fois que l'on a dit cela, une fois qu'on a salué l'aboutissement de cette immense fresque il nous reste quoi. Cette bd est elle vraiment remarquable a elle seule ? Et là je vais me faire taper dessus par l'ensemble de la communauté mais pour moi non. Elle est trop figée, elle manque de dynamisme, la faute à l'omniprésence de narrateur externe, et la faible part de dialogues vivants. On finit par être plus proche d'un livre mis en image que d'une bd. Et cela se ressent aussi sur le dessin, qui est plus une succession de plan, qu'un récit qui s'écoule. Ce n'est que mon avis, et c'est un défaut que je trouve de plus en plus présent sur cet univers, car pour moi il était bien moins marqué sur les premiers tomes. Certes cela a toujours été un peu le concept du narrateur personnage principal en voix off, mais là, c'est particulièrement marquant puisqu'on se retrouve avec une palanquée d'anciens personnages principaux... Qui finalement n'interagisse pas beaucoup entre eux. Ajoutez à cela des grands méchants un peu monolithique et binaires et le tout manque un brin de subtilité et d'élégance pour moi. Certes on prend du plaisir, mais c'est probablement plus du à cet univers qu'on a appris à aimer qu'à l'histoire elle même. Un peu comme House of the Dragon quoi... A noter que j'avais dit qu'il serait bon de casser cette impression des personnages importants quasi immortels et.... là il faut reconnaitre que ça calanche un peu. Cela remet de l'enjeu. Tant mieux (enfin.... pour ceux qui restent et les lecteurs) Bon voilà j'ai dit un peu les limites que je trouve à cette série, mais reconnaissons que le dessin est superbe, la colorisation toujours aussi pertinentes et collant à merveille à cet univers Fantasy, que les personnages et leurs caractères sont top surtout qu'ils disposent désormais d'une sacrée galerie de caractères, et que les possibilités que leur offre cet univers détaillé et fouillé est exceptionnel. Les amateurs de la série ne passeront certainement pas à côté de cette confrontation.
  3. Deuxième tome très attendu que celui-ci, 2 ans après un premier tome bien accueillis pour ce spin off d'Orbital. Et second tome dans la lignée du premier avec l'histoire de la petite soeur Kristina, la petite soeur de Caleb. Une histoire un tout petit peu trop "facile" qui se retrouve, étonnamment, assez rapidement dans l'ombre de celle de son frère...alors même que ce n'est censé être qu'un clin d'œil et un lien avec la série mère. En effet cette histoire de vol de vaisseaux spatiaux pour la revente tire trop en longueur et même si elle fait le lien avec l'histoire du premier tome, elle peine à faire plus que nous divertir.
  4. Le nouveau Sfar aux éditions Dargaud et un one shot qui lui ressemble bien. Il reprend les poncifs du genre du conte et leur tord le cou avec humour et... un peu de sauvagerie. Avec un vrai penchant du côté de ses albums chez Donjon, Johann Sfar nous livre un album décapant ou notre héroïne est aussi bête que pleines de volonté et où notre dragon est tout sauf une grosse bête immonde sans pour autant être vraiment gentil. L'alternance entre les scènes "gores" et humoristique (je vous laisserais savourer les passages avec le vélo) est super bien pensée et nous offre un bon moment de détente pour un one shot très agréable (si on aime le style de dessin de Sfar)
  5. The_PoP

    La seconde guerre mondiale en BD

    Les commémorations de cette année ont donné l'occasion à nos éditeurs de faire la part belle aux sorties traitant de cette seconde guerre mondiale. Pour les amateurs de cette période, c'est du pain béni. Le Lombard a su saisir l'occasion avec la sortie de cet immense pavé traitant de la seconde guerre mondiale. On sent que le succès de La Bombe a donné des idées, puisqu'ici on retrouve un petit peu les mêmes recettes : un travail documentaire sérieux, fourni et etayé et une illustration de superbe qualité, loin de ce que les standards de la bd documentaire historique nous réservent habituellement. Bravo aux deux auteurs donc, j'ai été passionné par cette lecture, alors même que j'ai déjà beaucoup lu sur le sujet. Attention toutefois, j'apporterai quelques précisions pour les acheteurs et lecteurs intéressés. Sachez tout d'abord que l'angle d'attaque de cet ouvrage de 296 pages est d'abord politique. Pas dans le sens militant, mais c'est avant tout une histoire politique de la seconde guerre mondiale. Ne vous attendez pas à y retrouver une liste de bataille et de faits d'armes, ou les histoires dans l'histoire sur enigma, l'holocauste, la bombe ou la résistance française. On est sur une histoire mondiale politique de la seconde guerre mondiale, avant tout centrée sur les meta protagonistes que sont l'Angleterre, l'Allemagne, l'URSS, les Etats Unis et dans une moindre mesure le Japon. Le livre s'attarde avant tout sur les décisions politiques qui ont représenté des tournants dans cette guerre. Car oui, en fait 296 pages pour cette période cela laisse un goût de trop peu, avec pleins d'aspects finalement peu abordés. Mais le choix des auteurs s'avère à mon sens payant car ils arrivent à mettre en évidence une forme de continuité et de logique expliquant ses évènements parfois irrationnels sans cela. De plus les passionnés d'histoire ont déjà lu beaucoup sur la plupart des histoires dans l'histoire de cette seconde guerre mondiale qui ne sont pas plus développés ici. En bref, c'est un ouvrage passionnant qui nous met encore une fois une immense claque dans la gueule en nous rappelant un déroulé chronologique des évènements politiques qui entrainent cet immense massacre mondial. Je ne peux que vous le recommander même s'il s'avère moins pointu et exhaustif que La Bombe, car on lui pardonnera aisément, vu l'ampleur de son sujet. Je pense que même les passionnés y apprendront ou y redécouvriront des passages un peu oubliés mais néanmoins significatif de cette période.
  6. Titre de l'album : Donjon Bonus tome 3 - Dynasties et magiciens Scenariste de l'album : Arnaud Moragues, Pierre Chabosy Dessinateur de l'album : Joann Sfar, Lewis Trondheim Coloriste : Pierre Chabosy, Enki Dupaquier Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Feuille de personnages, lieux, bestiaire, lexique, création de personnage, gestion des bagarres, mais aussi pouvoirs et magie... à travers plus de 280 pages illustrées en couleur par Sfar et Trondheim, retrouvez tous les éléments nécessaires à la réalisation d'une campagne et plongez-vous dans l'univers passionnant de "Donjon". Critique : Le premier tome de Donjon bonus proposait les bases du jeu de rôles découlant directement de la grande saga Donjon. Un second album revenait sur les origines de la série avec des storyboards et illustrations. Aujourd'hui, ce troisième album bonus propose un jeu de rôle indépendant du premier volume mais aussi complémentaire pour les rôlistes de Donjon. Il faut se rappeler que maintenant l'univers de Donjon ne cesse de grandir avec sept séries et spin-off, Antipodes, Potron-Minet, Zénith, Crépuscule, Antipodes +, Parade et Monsters. Cet univers est très développé et un monde parfait pour mettre en place des parties de jeu de role. Ce volume imposant de Donjon est composé de seize chapitres, pour établir son personnage, les techniques de jeux, les pouvoirs, les différents lieux ou encore le bestiaire. Les chapitres sont très détaillés pour expliquer comment organiser une partie, avec des nombreuses illustrations de Joann Sfar et Lewis Trondheim. Dynasties et magiciens représente une bible pour les rôlistes voulant s'essayer à Donjon mais aussi les joueurs connaissant le premier volume et voulant découvrir d'autres informations. On comprend très vite que les auteurs se font plaisir en proposant ce nouveau livre jeu de rôle vingt ans après le premier opus. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/donjon-bonus-tome-3-dynasties-et-magiciens/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Nota Bene - Tome 6 - La vie au Moyen Âge Scenariste de l'album : Mathieu Mariolle & Benjamin Brillaud Dessinateur de l'album : Phil Castaza Coloriste : Joël Odone Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Quand on songe au Moyen Âge, on pense immédiatement châteaux forts, chevaliers, joutes équestres, mais aussi saleté, ignorance et barbarie ! Découvrez la réalité de cette passionnante période souffrant de nombreux clichés, le tout avec sérieux et humour. Critique : Déjà le tome 6 de cette série documentaire inspirée par le youtubeur Benjamin Brillaud et sa chaine nota bene aux 2 millions d'abonnés. Pas grand chose à vous dire de plus sur le traitement graphique, le travail de Phil Castaza est dans la lignée des précédents opus. On est sur de la bd documentaire / humour, et honnêtement on n'ouvre pas ce genre là pour la beauté des dessins. Les anecdotes de ce tome 6 sont plutôt bien et instructives, allant à l'encontre de pas mal d'idées reçues. Elles ne surprendront guère les férus d'histoire mais raviront ceux qui sont curieux simplement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nota-bene-tome-6-la-vie-au-moyen-age?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Déjà le tome 6 de cette série documentaire inspirée par le youtubeur Benjamin Brillaud et sa chaine nota bene aux 2 millions d'abonnés. Pas grand chose à vous dire de plus sur le traitement graphique, le travail de Phil Castaza est dans la lignée des précédents opus. On est sur de la bd documentaire / humour, et honnêtement on n'ouvre pas ce genre là pour la beauté des dessins. Les anecdotes de ce tome 6 sont plutôt bien et instructives, allant à l'encontre de pas mal d'idées reçues. Elles ne surprendront guère les férus d'histoire mais raviront ceux qui sont curieux simplement.
  9. Roooooooh, mais que c'est bien. C'est bien fait, bien amené, c'est cohérent et en plus on en profite pour réviser notre mythologie. Ajoutez à cela que l'on se rapproche d'un dénouement, le tout en 48 pages à chaque fois et c'est parfait. Ma seule inquiétude est l'âge des jeunes lecteurs car l'intrigue temporelle n'est pas si simple à appréhender. Sans être celle d'Universal War one, elle est suffisamment riche pour que vous ayez besoin de relire la série, et la série est tellement bonne que ça reste un plaisir. Non vraiment en sérieu jeunesse, il m'est difficile de vous citer quelque chose de plus emballant, l'intelligence du scénario étant en plus magnifiée par le travail de Mateo Guerrero au dessin et les couleurs dynamiques mais subtiles d'Amparo Crespo Cardenete. Si je vous dis que le tome 1 est vendu en ce moment à 3,9€ ? ça ne vous suffit pas ? FONCEZ !
  10. Titre de l'album : La forêt du temps - Tome 4 - La vengeance de Bahamuth Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Mateo Guerrero Coloriste : Amparo Crespo Cardenete Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les enfants ont réveillé le titan vengeur Bahamuth ! Fuyant par la rivière, ils découvrent Uru, la cité des Dieux, souvenir d'un temps lointain où ils vivaient parmi les hommes. Mais passé et présent se mêlent à nouveau, tandis qu'ailleurs l'esprit du Vénérable devient la page blanche sur laquelle s'écrit notre futur. Alors que gronde une nouvelle guerre fratricide entre les titans et les dieux, les enfants parviendront-ils à briser le cycle de la destruction ? Critique : Roooooooh, mais que c'est bien. C'est bien fait, bien amené, c'est cohérent et en plus on en profite pour réviser notre mythologie. Ajoutez à cela que l'on se rapproche d'un dénouement, le tout en 48 pages à chaque fois et c'est parfait. Ma seule inquiétude est l'âge des jeunes lecteurs car l'intrigue temporelle n'est pas si simple à appréhender. Sans être celle d'Universal War one, elle est suffisamment riche pour que vous ayez besoin de relire la série, et la série est tellement bonne que ça reste un plaisir. Non vraiment en sérieu jeunesse, il m'est difficile de vous citer quelque chose de plus emballant, l'intelligence du scénario étant en plus magnifiée par le travail de Mateo Guerrero au dessin et les couleurs dynamiques mais subtiles d'Amparo Crespo Cardenete. Si je vous dis que le tome 1 est vendu en ce moment à 3,9€ ? ça ne vous suffit pas ? FONCEZ ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-foret-du-temps-tome-4-la-vengeance-de-bahamuth?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : La forêt du temps - Tome 3 - Le voyage vers le sud Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Mateo Guerrero Coloriste : Amparo Crespo Cardenete Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Au coeur de la Forêt du temps, les enfants du village pensaient passer l'éternité à étudier sous la houlette du Vénérable. Mais l'impensable s'est produit : une voleuse s'est introduite au village, le cristal a été brisé et... Pour Théo, cette histoire a comme un goût de déjà-vu ! S'il parvenait à se souvenir de ce qu'il a déjà vécu, il pourrait changer le cours des choses. Un accident. Un détail. Cette fois, c'est Max qui reste au village et Miléva qui prend la tête de la troupe. Et tout redevient possible... Critique : Allez, pour une fois je vais dire un peu de mal de cette série que j'adore : je n'aime pas trop la couverture, trop enfantine et gentillette pour une série qui contient l'une des meilleure histoire de boucle temporelle que j'ai lue depuis.... probablement UW one... Oui Oui, c'est dit. Servie par les dessins toujours aussi propres et à mon goût de Matteo Guerrero, cette série est toujours aussi savoureuse. On aurait presque aimé que les auteurs nous offrent un peu plus de pages par tomes pour s'attacher un peu plus aux personnages. Pour ceux qui n'ont pas encore eu la chance de découvrir cette série, qui ne devrait je pense pas dépasser les 5-6 tomes max, je ne peux que vous conseiller de ne pas passer à côté, vos enfants se régaleront et vous aussi. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-foret-du-temps-tome-3-le-voyage-vers-le-sud?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Le premier tome de Donjon bonus proposait les bases du jeu de rôles découlant directement de la grande saga Donjon. Un second album revenait sur les origines de la série avec des storyboards et illustrations. Aujourd'hui, ce troisième album bonus propose un jeu de rôle indépendant du premier volume mais aussi complémentaire pour les rôlistes de Donjon. Il faut se rappeler que maintenant l'univers de Donjon ne cesse de grandir avec sept séries et spin-off, Antipodes, Potron-Minet, Zénith, Crépuscule, Antipodes +, Parade et Monsters. Cet univers est très développé et un monde parfait pour mettre en place des parties de jeu de role. Ce volume imposant de Donjon est composé de seize chapitres, pour établir son personnage, les techniques de jeux, les pouvoirs, les différents lieux ou encore le bestiaire. Les chapitres sont très détaillés pour expliquer comment organiser une partie, avec des nombreuses illustrations de Joann Sfar et Lewis Trondheim. Dynasties et magiciens représente une bible pour les rôlistes voulant s'essayer à Donjon mais aussi les joueurs connaissant le premier volume et voulant découvrir d'autres informations. On comprend très vite que les auteurs se font plaisir en proposant ce nouveau livre jeu de rôle vingt ans après le premier opus.
  13. Titre de l'album : Barcelona, âme noire Scenariste de l'album : Denis Lapière | Gani Jakupi | Martín Pardo Dessinateur de l'album : Eduard Torrents | Rubén Pellejero Coloriste : Eduard Torrents | Rubén Pellejero Editeur de l'album : Dupuis - Air Libre Note : Résumé de l'album : Orphelin, industriel en vue, mafieux, amoureux sincère ou baron de la drogue : difficile de définir Carlitos, devenu le puissant Don Carlos. Peut-être parce qu'il est tout cela à la fois... Dans une Barcelone prise dans l'étau de la dictature franquiste, venez assister à un destin riche en aventures, en amours et en couleurs, porté par des auteurs au summum de leur talent respectif : Denis Lapière et Gani Jakupi, accompagnés d'un trio barcelonais : Ruben Pellejero, Eduard Torrents et Martín Pardo. Don Carlos est un personnage que vous n'oublierez pas. Critique : Nouveau Air Libre sur la guerre civile espagnole, après la réédition du "Convoi" de Lapierre et Torrents. Cette fois-ci on ne parle pas de personnes ayant fui le conflit, mais bien de personnes en ayant profité. Profitant tout le temps, quoi qu'il arrive, en fait : les mafieux. On suit un enfant que la vie guide invariablement vers un destin qui se devait être exceptionnel. Un Destin qui le mène de quasiment rien au niveau de grand patron de la pègre de Barcelone. Nos auteurs nous livrent une fresque nous présentant l'ensemble de la vie de Carlitos. On s'attache au personnage malgré ses exactions, notre jeune homme surfant essentiellement sur les maigres possibilités offertes par le régime de Franco. L'évolution du personnage de Carlitos à Don Carlos est vraiment bien pensée, avec un excellent mis entre les "réalités" du milieu et l'attachement de l'enfant Carlitos à certains personnages. Une histoire qui n'a rien, sauf sa longueur, à envier aux parrains et autres films de gangster amériains. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/barcelona-ame-noire/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nouvelle déclinaison de Spirou et Fantasio avec une série nommée Classique et qui s'inspire des albums d'années 70-80 Nos auteurs nous livrent un album honnête et qui remplit son contrat. On retrouve de l'humour, de la caricature et une participation, par la bande, de Spirou et Fantasio à l'un des moments d'histoire du XXieme siècle. Fantasio est toujours aussi horripilant, mais très humain, et Spirou toujours héroïque et candide. Le style graphique se reproche vraiment de ce qui se faisait à l'époque, au point de croire à une réédition. On notera une plus grande importance du personnage de Secotine qui donne un petit coté féministe incongru à cette époque et donc sympathique.
  15. Titre de l'album : Spirou et Fantasio classique tome 1 - La baie des cochons Scenariste de l'album : Michaël Baril | Clément Lemoine Dessinateur de l'album : Elric Coloriste : Elric Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Fidel Castro est complètement furioso ! Car tout autour de lui, ça papote et ça complote, afin de l'éliminer du jeu politique. Même ses propres hommes, infiltrés par la CIA, lui offrent des cigares piégés ! En voyage à New York pour un discours historique à l'ONU, le leader cubain est sur ses gardes, totalement paranoïaque. Tout l'inverse de Spirou, venu en tant que simple reporter pour couvrir l'événement. Mais notre groom ignore encore qu'il va se retrouver accusé d'attentat contre Castro puis emmené de force à Cuba ! Ses seuls espoirs : Fantasio, qui s'envole aussitôt vers l'Amérique du Sud, ainsi que Seccotine, déjà à Cuba pour un reportage. À moins que cette dernière ne se laisse séduire par les idéaux communistes du charismatique Che Guevara... Quand les aventures de Spirou se la jouent crossover avec les péripéties de l'Histoire, cela donne un album forcément explosif : La Baie des Cochons ! Critique : Nouvelle déclinaison de Spirou et Fantasio avec une série nommée Classique et qui s'inspire des albums d'années 70-80 Nos auteurs nous livrent un album honnête et qui remplit son contrat. On retrouve de l'humour, de la caricature et une participation, par la bande, de Spirou et Fantasio à l'un des moments d'histoire du XXieme siècle. Fantasio est toujours aussi horripilant, mais très humain, et Spirou toujours héroïque et candide. Le style graphique se reproche vraiment de ce qui se faisait à l'époque, au point de croire à une réédition. On notera une plus grande importance du personnage de Secotine qui donne un petit coté féministe incongru à cette époque et donc sympathique. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/spirou-et-fantasio-classique-la-baie-des-cochons?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. En voici une super découverte et une BD aussi dense que bien réalisée et sur un sujet innovant : un cirque et la légende qui le poursuit et le dirige. D'un simple fait divers, on arrive à une vraie légende envoutante en passant par une véritable enquête porté par un lieutenant au caractère bien trempé. Un enquêteur qui ne lâche pas l'affaire et qui nous emmène avec lui dans le tréfonds d'une légende aux ramifications multicentenaires. C'est dense, c'est prenant, parfois stressant, mais c'est surtout très bon. Et, au vu de la fin, j'avoue être en plus très intrigué par la suite annoncée...
  17. Titre de l'album : Lieutenant Bertillon tome 1 - Amotken Scenariste de l'album : Carine Barth Dessinateur de l'album : Cyrille Pomès Coloriste : Cyrille Pomès Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Les forains ne sont pas à la fête. Car l'un d'entre eux, Dylan, vient de mourir dans l'incendie de sa caravane. Joshua, patriarche de la communauté, père de la victime et patron de la grande roue, ne voit toutefois pas arriver d'un bon oeil le jeune et discret lieutenant Bertillon. Car chez les forains, on gère ses problèmes entre soi... Sauf que Bertillon est comme un coquillage : discret mais bien accroché. Malgré l'hostilité des forains, y compris celle de Wanda, la propre fiancée de Dylan, il va donc tenter d'éclairer les nombreuses zones d'ombre autour de la mort du jeune homme, qu'il s'agisse de secrets de famille, d'ardoises mal réglées ou du recours à d'étranges pratiques ésotériques... Un dessin et des scénarios toniques pour un personnage unique ! Véritable Columbo des temps modernes, le jeune lieutenant Bertillon va vous étonner au gré d'enquêtes picaresques et surprenantes ! Après le très remarqué Moon (auquel avait collaboré Carine Barth), Cyrille Pomès installe chez Dupuis un flic dessiné d'un genre nouveau, avec des dialogues truculents et un trait absolument sensationnel ! Critique : En voici une super découverte et une BD aussi dense que bien réalisée et sur un sujet innovant : un cirque et la légende qui le poursuit et le dirige. D'un simple fait divers, on arrive à une vraie légende envoutante en passant par une véritable enquête porté par un lieutenant au caractère bien trempé. Un enquêteur qui ne lâche pas l'affaire et qui nous emmène avec lui dans le tréfonds d'une légende aux ramifications multicentenaires. C'est dense, c'est prenant, parfois stressant, mais c'est surtout très bon. Et, au vu de la fin, j'avoue être en plus très intrigué par la suite annoncée... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lieutenant-bertillon-tome-1-amotken?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. poseidon2

    Wilderman tome 1 - Adam Wilder

    Ahhh ca j'aime 🙂 J'aime quand les auteurs se creusent la tête pour mélanger les genres, les références et en sortir des histoires bien rafraîchissantes et innovantes. Pour trouver la petite bête, j'ai trouvé le héros trop exubérant et que son "caractère design" (comme on dit) est un peu too much. Mais l'univers... il est lui à croquer tout autant que notre petit golem aussi trognon que balaise ! On mélange de la sorcellerie, des créatures magiques, des inquisiteurs sûr de leur foi et un cliffhanger de malade ! C'est super dynamique, à peine brouillon dans le scenario, plein de bonnes idées et de couleurs vivent. Pas la lecture de l'année mais un super premier tome et un deuxième tome qui s'annonce encore meilleur au vu de la fin du premier.
  19. Titre de l'album : Wilderman tome 1 - Adam Wilder Scenariste de l'album : Bertrand Gatignol Dessinateur de l'album : Bertrand Gatignol Coloriste : Bertrand Gatignol Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Tous les cinq ans, la guilde des demonios de la Cocagne, des lycanthropes, organise un tournoi afin de désigner leur chef : le Wilderman jusqu'alors toujours gagné par le terrible Ysengrin. Adam Wilder, un jeune demonio, compte bien être le nouveau roi ! Mais en fuyant la redoutable Inquisition et son chef Tankred, il trouve refuge dans une étrange cabane au fond des bois, l'antre de la redoutable sorcière Yaya Yaga. Ignorant le danger et ne pouvant résister à ses pulsions animales, il dévore l'énorme banquet qui s'y trouve, pomme d'or sacrée comprise ! Pour réparer sa faute, Yaya Yaga exige de Wilder réparation. Il aura pour mission de récupérer une nouvelle pomme d'or dans le château du terrible Ogre sans visage... Critique : Ahhh ca j'aime 🙂 J'aime quand les auteurs se creusent la tête pour mélanger les genres, les références et en sortir des histoires bien rafraîchissantes et innovantes. Pour trouver la petite bête, j'ai trouvé le héros trop exubérant et que son "caractère design" (comme on dit) est un peu too much. Mais l'univers... il est lui à croquer tout autant que notre petit golem aussi trognon que balaise ! On mélange de la sorcellerie, des créatures magiques, des inquisiteurs sûr de leur foi et un cliffhanger de malade ! C'est super dynamique, à peine brouillon dans le scenario, plein de bonnes idées et de couleurs vivent. Pas la lecture de l'année mais un super premier tome et un deuxième tome qui s'annonce encore meilleur au vu de la fin du premier. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wilderman-tome-1-adam-wilder?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Titre de l'album : Vingt-décembre, chroniques de l'abolition Scenariste de l'album : Appollo Dessinateur de l'album : Téhem Coloriste : Téhem Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Edmond Albius est un jeune esclave génial : il a découvert le procédé de fécondation de la vanille, et son propriétaire exploite ce savoir-faire qui le rend riche sur l'île Bourbon. Mais voici que l'Histoire frémit en cette année 1848, on entend qu'en France, il y aurait une révolution, et sur l'île Maurice voisine, ils auraient libéré tous les noirs. Et si l'abolition de l'esclavage était sur le point d'arriver sur l'île de La Réunion ? Très documenté, ce récit romanesque relève à la fois de la chronique de l'époque (relaté du strict point de vue des esclaves et des affranchis) et de l'histoire d'amour, à un moment où l'histoire bascule. Critique : En voilà une bd intéressante. Une BD historique qui nous montre comment s'est mis en place l'abolition de l'esclavage qui a suivi la révolution française. Une abolition qui a changé radicalement le visage des colonies. Encore plus que le nom des iles, comme notre ile de la réunion qui se nommait l'ile Bourbon, cette abolition a changé les rapports de force sur l'ile... sauf pour les plus riches qui le sont restés bien sûr. La vie de notre héros, personnage historique, est aussi intéressante que bien remplie. Le découpage en 5 époques, qui nous montre 5 passages de la vie d'Edmond, nous présente aussi 5 évolutions de l'ile dans sa transformation d'ile esclavagiste en ile... capitaliste. Un long cours d'histoire comme on les aime qui marque la différence de points de vue entre les français d'outre-mer et de Métropole. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/vingt-decembre-chroniques-de-l-abolition?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : West fantasy - Tome 2 Scenariste de l'album : Jean-Luc Istin Dessinateur de l'album : Marco Itri Coloriste : Olivier Héban Editeur de l'album : Oxymore Note : Résumé de l'album : L'elfe Ishaa découvre le cadavre de sa fille parmi les ruines de son village. En invoquant le totem, elle revit l'horreur du massacre infligé à sa tribu par ceux que l'on appelle le borgne, Deadface, et le manchot. Ishaa doit retrouver le Wendigo, seule créature apte à l'aider. De son côté, le gobelin Shiinkel Ac'nite suit désormais le marshal Douglas Reeves. Un être dénué de conscience, qui nourrit la bête intérieure qui le hante depuis des lustres. Son mantra de vie est un équilibre entre les besoins de la bête et une façade de « mec bien ». Lorsque Ishaa implore son aide, Reeves la rejette avec mépris. Tuer trois militaires dont un foutu gradé, c'est de la folie. Mais la bête en lui, ce fichu Wendigo, se met à lui causer. Pas le choix ! Il va falloir les tuer, ces trois enfoirés... Critique : Après un premier tome introductif de ce nouvel univers créé par JL Istin , nous commençons à y entrer un peu plus en découvrant de nouvelles races . Les indiens/elfes représentent le peuple vivant depuis la nuit des temps sur ce "Nouveau monde" , et à la manière de notre histoire bien à nous , ils souffrent aussi de la colonisation humaine ! Ishaa la shaman de son village voit sa famille massacrée par une troupe de militaires dirigée par celui que l'on nomme le borgne et ses deux acolytes . L'heure de la vengeance a sonné pour l'elfe , qui se met à traquer sa proie . Elle usera de toute l'aide possible , y compris surnaturelle avec le fameux Wendigo . Vous commencez à connaître l'épine dorsale de cette collection West fantasy , 3 personnages principaux , dont un du tome précédent 😉 . Ainsi , c'est le gobelin croque-mort Shiinkel que l'on retrouve pour notre plus grand plaisir , aux côté d'un marshall semblant cacher de lourds secrets sur son passé . La réunion des trois est inévitable , pour quelle finalité ? Voilà un scénario manquant un peu d'ambition , un arc principal centré sur la vengeance , avec les monologues omniprésents du marshall . Certes , ce format de lecture avec chaque tome conclusif impose une histoire courte tenant sur 64 pages , mais je reste persuadé que ce scénariste de talent est capable de faire un peu mieux . Les personnages restent néanmoins bien charismatiques ,aussi bien gentils que méchants . Une nouvelle écrite s'insère dans le récit et met en lumière le passé du fameux "borgne" , donnant un peu plus d'épaisseur au vilain de service . L'artiste aux multiples facettes Marco Itri délivre un travail graphique de premier ordre ! Des paysages enneigés de grande beauté , avec de belles perspectives , et un travail sur les couleurs de Olivier Héban au diapason du premier tome : excellent ! Ce trait réaliste convient à merveille à l'univers et aux personnages . Il me tarde de découvrir dans le tome suivant des étendues désertiques du sud du pays , à la rencontre des "mexicorcs" Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/west-fantasy-tome-2-le-croque-mort-l-elfe-le-marshal/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Habemus Bastard tome 1 - L'être nécessaire Scenariste de l'album : Sylvain Vallée | Jacky Schwartzmann Dessinateur de l'album : Sylvain Vallée Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Un homme de main n'a pas droit à l'erreur. Lucien le sait, son patron ne lui pardonnera pas. Il aurait pu faire n'importe quoi pour sauver sa peau : prendre un avion pour l'étranger et tenter de se faire oublier, s'engager dans la Légion ou même changer de tête. Mais il a trouvé mieux : une soutane. Sylvain Vallée (Il était une fois en France, Katanga, Tananarive) et Jacky Schwartzmann (Demain c'est loin, Kasso, Shit !) associent leurs talents pour ce polar décapant, drôle et délicieusement iconoclaste. Critique : J'ai une sensation un peu étrange en terminant cet album: l'impression que les promesses n'ont pas forcement été tenues. C'est étrange parce que l'histoire est quand même très originale à une époque ou les thème sont souvent récurrents. Cet histoire de mafieux qui entre dans la peau d'un prêtre pour échapper à son patron est plutôt bonne. L'ambiance dans la petite communauté qui accueil un nouveau prêtre est bien et l'aspect Sister Act mafieux marche bien. Mais.... mais déjà ce premier tome est juste une introduction et j'ai un peu peur que le deuxième, et dernier tome du diptyque, n'aille trop vite. En plus l'ouvrage en lui même est perturbant. La BD est très grande, dans le format un poil luxueux à la mode mais par contre le nombre de case à l’intérieur est celui d'un format plus petit. Le page sont donc grandes mais font un petit peu vide. On a un peu le sentiment (et c'est surement ce qui me dérange in fine) que l'album a été "agrandit" pour pouvoir être vendu dans la gamme supérieure.... Même si j'ai une confiance assez aveugle en Sylvain Vallée, j'aurais tendance, et c'est assez rare, à vous faire patienter pour être sur que l'ensemble vaux les 40 euros... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/habemus-bastard-tome-1-l-etre-necessaire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Titre de l'album : Héritage pervers Scenariste de l'album : Erich Hartmann Dessinateur de l'album : Erich Hartmann Coloriste : Editeur de l'album : Tabou Note : Résumé de l'album : Trois orphelines ont été élevées par leur grand-mère. Le décès de la vieille dame en fait les héritières du manoir Wright. Accompagnées de leur oncle Warren, les trois jeunes femmes se rendent chez le notaire pour la succession mais rien ne laissait présager que la journée ne serait pas qu'une simple démarche administrative... Avec cet album Erich Hartmann sort de son thème de prédilection, des histoires moyenâgeuses, pour nous offrir une BD contemporaine tout aussi perverse et imaginative. Critique : Artiste multi-tâches , Erich Hartmann a travaillé sur des parutions DC comics , la saga Nicolas Eymerich (éditions Delcourt) , mais aussi un roman graphique sur l’érection de la statue de la liberté : Liberty (éditions Robinson) . Il réalise aussi 7 albums de la série Orgies barbares (éditions Tabou) avec un trait que Manara ne pourrait renier 😉 Il réitère ici avec Héritage pervers , une histoire érotico-porno-SM , teintée d’humour mais surtout de scènes hardcores ! Cela commence par l’explication à une charmante jeune actrice du changement de scénario de sa prochaine production . Le directeur donne des arguments convaincants , notamment sur le plan financier pour la convaincre des bienfaits d’un tel changement de position artistique . Cette dernière devra en effet tourner dans un film porno car elle aurait des aptitudes cachées ! La toute puissance masculine bat son plein ici , à l’image de ce producteur sûr de lui et « fort occupé » . Puis sans transition , l’on passe à trois soeurs prenant possession d’un vieux manoir légué par une grand-mère assez secrète sur le sous-sol du bâtiment 😉 Une des trois effectue la visite et va pénétrer dans un monde d’orgies bestiales et fantastiques . A partir de là , les événements s’enchainent à vive allure , autant que les plans à deux , trois , voire tentaculaires . Le trait précis et réaliste de l’auteur fait des merveilles . Les corps s’embrasent , les désirs inavoués se révèlent dans une cascade de sécrétions de fluides en tous genres ! Les dialogues sont au diapason d’une pornographie crue et totalement décomplexée . Avis aux amateurs , ça dépote ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/heritage-pervers/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Titre de l'album : La querelle des arbres Scenariste de l'album : Amaya Alsumard , Renaud Farace Dessinateur de l'album : Renaud Farace Coloriste : Drac Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Années 1920. Settimo, bûcheron corse en exil, débarque dans une plantation du bord du Mékong. Petit à petit, ses préjugés d'occidental arrogant s'érodent au contact des locaux et surtout d'un garçon étrange, Chân Ly. Mais les pouvoirs de chaman de ce dernier, ainsi que son grand-frère engagé dans la dissidence politique, se heurtent rapidement à la violence intrinsèque de cette société coloniale. La tension monte, la répression policière s'intensifie et, bientôt, chacun devra choisir son camp... Critique : Cette histoire est née d'un voyage des auteurs au Vietnam , en découvrant une sombre histoire d'abatages d'arbres au bon vouloir des colons . Peut-on trouver meilleur symbole qu'un arbre en témoin de paix et d'apaisement ? S'il gênait la vue de leur fenêtre , les français exilés le faisaient couper manu militari sans aucun respect . C'est dans ce contexte que débarque Settimo , force de la nature et bûcheron de son état . Tenu par une sombre affaire du passé , il est chargé par les autorités locales de débusquer les créateurs d'un journal dissident au sein d'une plantation d'hévéas . Sa rencontre avec un jeune garçon aux pouvoirs étranges va bouleverser sa vie et sa vision du colonialisme . Sans être précis géographiquement sur les coins du Vietnam décris , les auteurs nous immergent totalement dans cet univers forestier et humide . La nature brute transpire des planches de Renaud Farace , les branches des arbres semblent vouloir sortir des cases et s'étendre tels des rhizomes porteurs d'un message de liberté ! On sent le frêle équilibre sur lequel repose ces comptoirs coloniaux , où une poignée de français dominent les locaux , une allumette peut à tout moment embraser ce biotope . Le scénario , brillant , fait monter la pression progressivement en présentant la galerie de personnages , leurs convictions et désidératas , puis en amenant la chute inévitable , LE drame mettant le feu aux poudres ! On est happé dans cette ambiance et ce n'est pas le dessin sublime qui risque de nous en détourner ! Des "gueules" de personnages , aux couleurs chamarrées mêlées à une végétation organique et envoûtante , dans un découpage cinématographique , c'est un sans faute ! Ajoutez à cela des dialogues à l'écriture noble et élégante , il ne vous restera plus qu'à embarquer sur les rives du Mékong en direction des forêts de banians majestueux et autres hévéas saignants du latex , comme un peuple saignant de l'oppression occidentale . A découvrir ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-querelle-des-arbres/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. J'aime bien la tournure que prenne ces nouvelles aventures de ric hochet, l'humour y est plus présent que dans mes souvenirs de jeunesse sur la série originale. Pourtant les thèmes de fond restent durs, il y a des morts, du sang et du crime, mais Zidrou y mêle son humour et ses dialogues pleins de jeux de mots qui donnent finalement un certain flegme à notre Ric même face aux pires dangers. On y perd en drame ce qu'on y gagne en plaisir de lecture, et cet album ravira probablement autant les plus jeunes que les plus vieux. Cependant il ne restera pas non plus beaucoup dans nos mémoires, la grande course poursuite pleine d'action et de jeux de mots n'invitant guère aux mystères et enquêtes habituelles. Oui c'est bien un ric hochet de vacances 🙂
×
×
  • Créer...