Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


828 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Yasmina t2

    Bon alors la c'est étonnant... on se croirait dans un manga. Un vrai bon tome de transition comme les mangas en ont le secret. Un tome pour faire patienter ou il ne se passe pas grand chose au final. Yasmina subit énormément les événements sans pouvoir réagir. Cela va vite et est gloablement vite lu. Cet album pèche donc par manque d'ambition je trouve. Apres un super one shot et un bon premier tome, j'espère que Wauter Mannaert ne manque pas d'inspiration et qu'il nous livrera un tome 3 ou l'on verra une Yasmina pro-active et ou l'on se recentrera sur son combat pour éduquer les masses.
  2. Titre de l'album : Gunblast girls - Tome 2 - Koyaanisqatsi Scenariste de l'album : Crisse Dessinateur de l'album : Crisse Coloriste : Besson - Nino Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Zdenka avait reformé les Gunblast Girls pour un plan simple : escorter discrètement une gamine à l'autre bout du système sidéral, prendre l'oseille et se mettre au vert. Et puis ladite gamine s'est révélée être le réceptacle d'une entité cosmique convoitée par la moitié de la galaxie, et sujette à des crises de panique qui téléportent tout le monde à travers l'espace... et maintenant, le temps ! Et là, forcément, le plan a légèrement dérapé... Critique : En voilà un ouvrage étonnant... Ce GunblastGirls tome 2 clôture un diptyque de sf hyper ambitieux démarré en... 2017. Crisse est donc totalement aux commandes de cet ouvrage d'action survitaminé nous présentant des héroïnes mercenaires combattant pour accomplir une mission qui les a emmené beaucoup plus loin que prévu. Ce qui est étonnant c'est que l'univers, l'intrigue et ses implications sont hyper riches, et qu'on ne fait finalement qu'effleurer le tout, sans avoir toutes les réponses. Cela m'a donné l'impression d'une série qu'on finit en catastrophe car elle n'a pas rencontré son public. Sympa pour les acheteurs du premier tome puisqu'une série non terminée est la terreur de tout lecteur de BD. Cependant cela ne suffit pas en faire une BD de science fiction qui sort du lot. L'action avance très vite, bien servie par les illustrations de Crisse dans son style habituel. Gunblast Girls 2 est donc pour vous si vous avez aimé le premier tome, si vous aimez la sf qui défouraille à tout va, et si vous n'aimez pas les series à rallonge. Pour les purs amateurs de SF par contre cela risque d'être un peu juste. Autres infos : Dyptique de science fiction survitaminée par Crisse Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gunblast-girls-tome-2-koyaanisqatsi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. The_PoP

    Klaw - Tome 13 - Amours

    Voici le tome 13 de la série jeunesse fleuve pour les ados chez le Lombard. Klaw et ses Dhizis continue de plus belle avec des alliances qui se sont dénouées d'autres qui se sont reformés et de nouveaux ennemis qui apparaissent. Les amateurs de la série retrouveront avec plaisir leurs personnages préférés, avec ce renouveau bienvenu dans les intrigues. Graphiquement le dessin de Joël Jurion est toujours aussi soyeux et soigné et ne pourra que plaire aux ados. Ce n'est décidément pas avec ce tome 13 que les aficionados de la série se lasseront tant les recettes qui ont fait son succès sont toujours appliqués avec soin.
  4. Titre de l'album : Klaw - Tome 13 - Amours Scenariste de l'album : Ozanam Dessinateur de l'album : Joël Jurion Coloriste : Yoann Guillé Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Il paraît qu'on ne revient jamais chez soi, mais on peut revenir chez les autres. C'est ce qu'ont fait Paula et Tiago, qui ont reconstitué une famille dans la maison où a grandi Ange. Quant à ce dernier, il se ressource là où il a appris à maîtriser son dhizi, au coeur de la forêt, dans la cabane d'Horatio. Mais, pour tous, le répit est de courte durée. Les dhizis changent de propriétaire et les menaces de nom, mais certaines choses ne changent jamais vraiment... Critique : Voici le tome 13 de la série jeunesse fleuve pour les ados chez le Lombard. Klaw et ses Dhizis continue de plus belle avec des alliances qui se sont dénouées d'autres qui se sont reformés et de nouveaux ennemis qui apparaissent. Les amateurs de la série retrouveront avec plaisir leurs personnages préférés, avec ce renouveau bienvenu dans les intrigues. Graphiquement le dessin de Joël Jurion est toujours aussi soyeux et soigné et ne pourra que plaire aux ados. Ce n'est décidément pas avec ce tome 13 que les aficionados de la série se lasseront tant les recettes qui ont fait son succès sont toujours appliqués avec soin. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/klaw-tome-13-amour-s?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. En voilà un ouvrage étonnant... Ce GunblastGirls tome 2 clôture un diptyque de sf hyper ambitieux démarré en... 2017. Crisse est donc totalement aux commandes de cet ouvrage d'action survitaminé nous présentant des héroïnes mercenaires combattant pour accomplir une mission qui les a emmené beaucoup plus loin que prévu. Ce qui est étonnant c'est que l'univers, l'intrigue et ses implications sont hyper riches, et qu'on ne fait finalement qu'effleurer le tout, sans avoir toutes les réponses. Cela m'a donné l'impression d'une série qu'on finit en catastrophe car elle n'a pas rencontré son public. Sympa pour les acheteurs du premier tome puisqu'une série non terminée est la terreur de tout lecteur de BD. Cependant cela ne suffit pas en faire une BD de science fiction qui sort du lot. L'action avance très vite, bien servie par les illustrations de Crisse dans son style habituel. Gunblast Girls 2 est donc pour vous si vous avez aimé le premier tome, si vous aimez la sf qui défouraille à tout va, et si vous n'aimez pas les series à rallonge. Pour les purs amateurs de SF par contre cela risque d'être un peu juste.
  6. The_PoP

    Entre les lignes

    Titre de l'album : Entre les lignes Scenariste de l'album : Dominique Mermoux Dessinateur de l'album : Dominique Mermoux Coloriste : Dominique Mermoux Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Lorsqu'il découvre dans une vieille malle trois carnets renfermant des lettres d'amour, le père de Baptiste sombre dans une profonde mélancolie. Baptiste, lui, tombe des nues : Moïse, son grand-père, y raconte toute l'histoire de sa vie. Plus incroyable encore, Moïse adresse son récit à une inconnue : Anne-Lise Schmidt. Naviguant entre les grands drames du xxe siècle et des témoignages d'aujourd'hui glanés dans une tentative éperdue de faire passer un message à son père, Baptiste devra percer le lourd secret d'un homme et lever le voile sur un mystère qui va chambouler toute une famille... Critique : Et voici encore une nouvelle adaptation plus que réussie d'un super livre par les éditions Rue de Sèvres. Je n'avais pas lu le roman dont est tiré cette adaptation mais on est d'emblée saisi par la finesse et la douceur des illustrations de Dominique Mermoux qui tranche parfois avec le monde rude de cette europe du début du vingtième siècle. L'histoire elle est belle et nous invite à revoir la grande Histoire à travers les petits destins parfois tragiques des personnages. C'est beau, c'est humain, c'est parfois merveilleux et dur en même temps. Une belle histoire, magnifiquement mise en image par le talent de Dominique Mermoux. La construction de l'intrigue sur les deux époques est également très réussie et rythme très bien l'avancée du scénario. Je ne peux que vous conseiller de lire "Entre les lignes". Autres infos : Adaptation du roman de Baptiste Beaulieu Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/entre-les-lignes-207288?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. The_PoP

    Entre les lignes

    Et voici encore une nouvelle adaptation plus que réussie d'un super livre par les éditions Rue de Sèvres. Je n'avais pas lu le roman dont est tiré cette adaptation mais on est d'emblée saisi par la finesse et la douceur des illustrations de Dominique Mermoux qui tranche parfois avec le monde rude de cette europe du début du vingtième siècle. L'histoire elle est belle et nous invite à revoir la grande Histoire à travers les petits destins parfois tragiques des personnages. C'est beau, c'est humain, c'est parfois merveilleux et dur en même temps. Une belle histoire, magnifiquement mise en image par le talent de Dominique Mermoux. La construction de l'intrigue sur les deux époques est également très réussie et rythme très bien l'avancée du scénario. Je ne peux que vous conseiller de lire "Entre les lignes".
  8. poseidon2

    Nuit couleur larme

    Etrange lecture. Va définitivement falloir que je relise cet album. Parce qu'en fait j'ai l'impression d'avoir raté un truc. En effet j'ai été charmé par le graphisme, par l'ambiance et les choix de l'auteur... mais j'ai l'impression de ne pas avoir tout saisi en ce qui concerne l'histoire C'est vraiment bizarre car au fond de moi je sens que j'ai compris mais je n'arrive pas à formaliser mes idées. Je ne sais pas si ca vous est déja arrivé mais c'est assez troublant de se dire qu'on aime ce qu'on à lu sans vraiment savoir pourquoi. Bref une lecture envoutante, des choix graphiques forts et une histoire qui mérite plusieurs lectures pour etre bien apprivoisée. En gros je ne saurais dire si je conseille ou non. Ah si quand même : si vous n'accrochez pas au style graphique, passez votre chemin.
  9. poseidon2

    Nuit couleur larme

    Titre de l'album : Nuit couleur larme Scenariste de l'album : Borja Gonzalez Dessinateur de l'album : Borja Gonzalez Coloriste : Borja Gonzalez Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Dans une ville théâtre d'une vague de disparitions soudaines et inexpliquées, Teresa est libraire spécialisée en fantastique, occultisme, horreur. Une de ses clientes régulières est Matilde, jeune fille timide habillée comme une otaku. Une nuit, dans la forêt, Teresa lance une incantation trouvée dans un livre et fait apparaître Laura, une démone dont le pouvoir est de réaliser le voeu de qui l'a appelée. Mais Teresa ne sait pas quoi demander ! Or, Laura ne peut repartir sans réaliser sa mission. Commence alors une cohabitation des plus étranges, souvent drôle, toujours décalée... Critique : Etrange lecture. Va définitivement falloir que je relise cet album. Parce qu'en fait j'ai l'impression d'avoir raté un truc. En effet j'ai été charmé par le graphisme, par l'ambiance et les choix de l'auteur... mais j'ai l'impression de ne pas avoir tout saisi en ce qui concerne l'histoire C'est vraiment bizarre car au fond de moi je sens que j'ai compris mais je n'arrive pas à formaliser mes idées. Je ne sais pas si ca vous est déja arrivé mais c'est assez troublant de se dire qu'on aime ce qu'on à lu sans vraiment savoir pourquoi. Bref une lecture envoutante, des choix graphiques forts et une histoire qui mérite plusieurs lectures pour etre bien apprivoisée. En gros je ne saurais dire si je conseille ou non. Ah si quand même : si vous n'accrochez pas au style graphique, passez votre chemin. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nuit-couleur-larme?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    Gung Ho t5 (fin)

    Titre de l'album : Gung Ho t5 (fin) Scenariste de l'album : Benjamin Von Eckartsberg Dessinateur de l'album : Thomas Von Kummant Coloriste : Thomas Von Kummant Editeur de l'album : Paquet Note : Résumé de l'album : Fort Apache est en grande difficulté. La tension est à son comble. La mort de Pauline a déchainé la colère des jeunes, qui se retournent contre les dirigeants de la colonie. Zack, Archer et Yuki sont prisonniers des bannis. Et les rippers se rapprochent de plus en plus. Plus rien ne semble pouvoir sauver les habitants. Comment sortir de tout cela en vie...La série a été récompensée par le Prix Diagonale-Le Soir 2015 (Belgique), le Prix Meilleure Série 2017 (Solliès-Ville) et a reçu de nombreux Prix dans plusieurs pays, dont l'Allemagne. Critique : Dur dur de finir une série acclamée de toute part. Encore plus quand il s'agit de Gung Ho. En effet cette série, en plus d'être reconnue pour ses qualités graphiques, elle est connue pour être longue à sortir mais connaitre un succès à chaque tome. C'est aussi LA série phare des éditions Paquet. Alors ce cinquième et dernier tome devait être la cerise sur le gâteau. Mais un gâteau dont chacun e faisait sa propre idée de la forme. Pourquoi dis-je cela ? Et bien tout bonnement parce que je pensais, moi, que la fin serait vraiment différente. Alors attention, je n'ai pas trouvé cette fin non réussi. Elle est vraiment bonne. Elle est juste différentes de ce que j'imaginais.. Sans trop vous en dire, la fin se rapproche plus d'une fin à la walking dead plus qu'une fin claire et explicative. Bref on se concentre sur essentiellement sur la colonie et sur nos héros plus que l'univers lui-même. Ceux qui comme moi auraient souhaité en savoir plus sur les Rippers seront surement déçu. Ce n'est donc ni une bonne ni une mauvaise nouvelle. C'est juste à savoir . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gung-ho-tome-5-mort-blanche?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Gung Ho t5 (fin)

    Dur dur de finir une série acclamée de toute part. Encore plus quand il s'agit de Gung Ho. En effet cette série, en plus d'être reconnue pour ses qualités graphiques, elle est connue pour être longue à sortir mais connaitre un succès à chaque tome. C'est aussi LA série phare des éditions Paquet. Alors ce cinquième et dernier tome devait être la cerise sur le gâteau. Mais un gâteau dont chacun e faisait sa propre idée de la forme. Pourquoi dis-je cela ? Et bien tout bonnement parce que je pensais, moi, que la fin serait vraiment différente. Alors attention, je n'ai pas trouvé cette fin non réussi. Elle est vraiment bonne. Elle est juste différentes de ce que j'imaginais.. Sans trop vous en dire, la fin se rapproche plus d'une fin à la walking dead plus qu'une fin claire et explicative. Bref on se concentre sur essentiellement sur la colonie et sur nos héros plus que l'univers lui-même. Ceux qui comme moi auraient souhaité en savoir plus sur les Rippers seront surement déçu. Ce n'est donc ni une bonne ni une mauvaise nouvelle. C'est juste à savoir .
  12. Titre de l'album : Léonard - Tome 52 - Vacances de génie Scenariste de l'album : Zidrou Dessinateur de l'album : Turk Coloriste : Kaël Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Si vous ne savez pas quoi faire pour vos prochaines vacances, pas d'inquiétude : Léonard a quelques idées géniales ! À commencer par son pont invisible au coeur des Dolomites, imprimé en Pléoxiglas par une Vinci 3D. Puis le Genius Rock Festival, dont il est concepteur et organisateur. Et même l'espace, grâce à l'agence Space Léoliday ?!? Autant dire que Basile n'est pas près de prendre congé. Du coup, il tente de devenir héros de BD réaliste en compagnie d'un certain... Ric Hochet ! Critique : Une fois n'est pas coutume me voici à chroniquer une sortie humour. Il faut dire que j'ai souvent eu du mal avec le genre sur les parutions récentes, alors même qu'ado j'ai adoré découvrir les Lagaffes et les Achille Talon paternels. Rappelons donc que Turk est le dessinateur d'origine de la série, ce qui permettra aux habitués d'y retrouver tous leurs codes. Quand à Zidrou, les amateurs de BD récentes ont forcément lu l'une ou l'autre de ces récentes production tant le lascar multiplie les projets, bien aidé il est vrai par son indéniable talent. Qu'attendre donc de ce 52ème léonard ? Et bien malheureusement il n'y a que peu de surprises tant la plupart des gags tiennent sur la façon dont le dévoué Disciple va en prendre plein la figure. Heureusement Zidrou s'autorise quelques escapades lors de gags plutôt bien pensés et originaux mais ils sont hélas trop peu nombreux à mon goût. Les plus jeunes y trouveront sans aucun doute leur compte, les amateurs de la série également, mais personnellement j'en attends plus de M. Zidrou. Mais peut être suis-je juste un public difficile pour les bd d'humour après tout. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/leonard-tome-52-vacances-de-genie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    La promesse de la tortue t2

    Plus ça va et plus cette histoire devient une vraie histoire de flibustier. Dans ce tome on est agréablement surpris par la tournure des évènements. En effet nos trois femmes qui s'étaient faite la promesse d'$être solidaire se retrouve à toutes avoir des envies différentes et, pour certaines, un gout prononcé pour la flibuste. D'esclave elles ont évolué en maitresses femmes et en vrai pirates, que ce soit dans les actes aussi bien que dans la façon de penser. Piatzszek nous livre donc un second tome digne des films de flibustes des années 70. Des pirates qui étaient pirates dans l'âme plus que dans la méchanceté. Une vraie belle histoire de pirates classique.
  14. Titre de l'album : La promesse de la tortue t2 Scenariste de l'album : Stéphane Piatzszek Dessinateur de l'album : TieKo Coloriste : TieKo Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : 1642, le destin de trois filles de rien exilées de France vers l'île de la tortue pour devenir femmes de flibustiers Critique : Plus ça va et plus cette histoire devient une vraie histoire de flibustier. Dans ce tome on est agréablement surpris par la tournure des évènements. En effet nos trois femmes qui s'étaient faite la promesse d'$être solidaire se retrouve à toutes avoir des envies différentes et, pour certaines, un gout prononcé pour la flibuste. D'esclave elles ont évolué en maitresses femmes et en vrai pirates, que ce soit dans les actes aussi bien que dans la façon de penser. Piatzszek nous livre donc un second tome digne des films de flibustes des années 70. Des pirates qui étaient pirates dans l'âme plus que dans la méchanceté. Une vraie belle histoire de pirates classique. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-promesse-de-la-tortue-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Titre de l'album : Necromants t1 - le reveil de l'archimage Scenariste de l'album : Olivier gay Dessinateur de l'album : Tina Valentino Coloriste : Tina Valentino Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Dans un monde où les Nécromants peuvent utiliser les compétences des morts, chacun cherche à se lier aux fantômes les plus puissants : le meilleur sorcier, le combattant le plus doué, le marchand le plus rusé... Mais lorsque la jeune Morla se fait posséder par un ancien archimage, c'est son frère qui devra trouver un moyen de l'aider - et accessoirement, de sauver le monde. Son frère, qui ne sait invoquer qu'un érudit tête-en-l'air, un guerrier maladroit... et une danseuse du ventre. Critique : En voilà une BD qui sent bon les années 90/00. Vous pouvez mes traiter de vieux cons, je ne le prendrais pas mal. Mais ce premier tome à tout ce qui faisait les caractéristiques des bonnes BD détentes de ces années-là. Des lanfeusteries on appelait ca à l'époque. Ce sont des histoires avec un héros un poil nigaud mais au grand cœur pris dans une aventure qui le dépasse. Une aventure pleine de magie, avec un méchant très méchants et des fantômes très sympa. Ce qui ressort de cette deuxième BD avec Olivier gay au scenario, c'est qu'encore une fois l'univers est très travaillé. On est rapidement immergé dans ce monde fantastique ou la Nécromancie est la norme et ou les aventuriers sont légions. Sans jamais chercher à se raccrocher à notre univers, olivier gay trace la route de ses nécromanciens qui ne cherchent rien de moins qu'à sauver le monde. C'est de la grande aventure. De l'aventure détente et plaisir. De l'aventure comme on aime, à mi-chemin entre les royaumes oubliés et Lanfeust. Tout ce que j'aime Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/necromants-tome-1-le-reveil-de-l-archimage?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Titre de l'album : I.S.S. Snipers - Tome 1 - Reid Eckart Scenariste de l'album : Jean Luc Istin Dessinateur de l'album : Erwan Seure-Le-Bihan Coloriste : Erwan Seure-Le-Bihan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Je suis le I.S.S. Sniper Reid Eckart, on me surnomme Stock parce que je moissonne la mort et fais un stock de cadavres là où je colle mes bottes. Comme on arrive, on repart. On enchaîne les missions parce que le vent de révolte sur des planètes aussi éloignées, ça souffle plus vite que l'ordre. Ça, c'était avant ! Car depuis qu'on nous a envoyés sur Okeelia, faut bien l'avouer, la donne a changé ! Critique : Et voici le dernier né dans les sorties récentes de chez Soleil en Science Fiction. Pour ceux qui ont raté la bande annonce de cette nouvelle série, je vous laisse avec le lien pour la découvrir. https://www.editions-soleil.fr/videos/iss-snipers-la-nouvelle-serie-de-jean-luc-istin Alors ce Tome 1 il a quoi dans le ventre ? D'abord de l'action survitaminée, ensuite un personnage fort, foncièrement badass et pas vraiment gentil, et enfin une science fiction où l'on retrouve quand même nos humains et leurs relations au centre de tout. Oui la réflexion sur l'avenir métaphysique de la trans humanité n'est pas vraiment au coeur de ISS Snipers. Ici c'est la guerre, et en version sale. Côté scénario donc des clins d'oeils appuyés à quelques cadors du genre, une histoire relativement courte pour coller au format et une fin ou le Deus Ex Machina intervient un peu rapidement pour ne pas nous faire hausser un sourcil à mon avis. C'est d'ailleurs l'un des défauts de cette BD : ce Background mérite d'être traité sur une série et non en multiples One-Shot. A voir ce que les prochains tomes nous réserveront, mais j'ai un doute sur l'intérêt à long terme de cette série si l'on se contente comme pour Conquêtes de One shot. Reste que comme pour Conquêtes justement, cela nous fait toujours une lecture divertissante de SF survitaminée sans trop avoir besoin de ses neurones. Graphiquement cependant je dis chapeau bas. On sort clairement des standards habituels de chez Soleil, mais on le fait en douceur avec le trait splendide et assez fin de Erwan Seure-Le-Bihan. Sa mise en couleur renforce d'ailleurs l'originalité de son traitement de la SF chez Soleil, et c'est Tant mieux tant cela donne un résultat très frais. Seul bémol, ce que l'on gagne sur les personnages on le perd un peu sur les plans larges façon Space Opéra qui sont un peu moins mis en valeur qu'habituellement sur ce genre de parutions. Mais personnellement je ne m'en plaindrais pas. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-s-s-snipers-tome-1-reid-eckart?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Une fois n'est pas coutume me voici à chroniquer une sortie humour. Il faut dire que j'ai souvent eu du mal avec le genre sur les parutions récentes, alors même qu'ado j'ai adoré découvrir les Lagaffes et les Achille Talon paternels. Rappelons donc que Turk est le dessinateur d'origine de la série, ce qui permettra aux habitués d'y retrouver tous leurs codes. Quand à Zidrou, les amateurs de BD récentes ont forcément lu l'une ou l'autre de ces récentes production tant le lascar multiplie les projets, bien aidé il est vrai par son indéniable talent. Qu'attendre donc de ce 52ème léonard ? Et bien malheureusement il n'y a que peu de surprises tant la plupart des gags tiennent sur la façon dont le dévoué Disciple va en prendre plein la figure. Heureusement Zidrou s'autorise quelques escapades lors de gags plutôt bien pensés et originaux mais ils sont hélas trop peu nombreux à mon goût. Les plus jeunes y trouveront sans aucun doute leur compte, les amateurs de la série également, mais personnellement j'en attends plus de M. Zidrou. Mais peut être suis-je juste un public difficile pour les bd d'humour après tout.
  18. Et voici le dernier né dans les sorties récentes de chez Soleil en Science Fiction. Pour ceux qui ont raté la bande annonce de cette nouvelle série, je vous laisse avec le lien pour la découvrir. https://www.editions-soleil.fr/videos/iss-snipers-la-nouvelle-serie-de-jean-luc-istin Alors ce Tome 1 il a quoi dans le ventre ? D'abord de l'action survitaminée, ensuite un personnage fort, foncièrement badass et pas vraiment gentil, et enfin une science fiction où l'on retrouve quand même nos humains et leurs relations au centre de tout. Oui la réflexion sur l'avenir métaphysique de la trans humanité n'est pas vraiment au coeur de ISS Snipers. Ici c'est la guerre, et en version sale. Côté scénario donc des clins d'oeils appuyés à quelques cadors du genre, une histoire relativement courte pour coller au format et une fin ou le Deus Ex Machina intervient un peu rapidement pour ne pas nous faire hausser un sourcil à mon avis. C'est d'ailleurs l'un des défauts de cette BD : ce Background mérite d'être traité sur une série et non en multiples One-Shot. A voir ce que les prochains tomes nous réserveront, mais j'ai un doute sur l'intérêt à long terme de cette série si l'on se contente comme pour Conquêtes de One shot. Reste que comme pour Conquêtes justement, cela nous fait toujours une lecture divertissante de SF survitaminée sans trop avoir besoin de ses neurones. Graphiquement cependant je dis chapeau bas. On sort clairement des standards habituels de chez Soleil, mais on le fait en douceur avec le trait splendide et assez fin de Erwan Seure-Le-Bihan. Sa mise en couleur renforce d'ailleurs l'originalité de son traitement de la SF chez Soleil, et c'est Tant mieux tant cela donne un résultat très frais. Seul bémol, ce que l'on gagne sur les personnages on le perd un peu sur les plans larges façon Space Opéra qui sont un peu moins mis en valeur qu'habituellement sur ce genre de parutions. Mais personnellement je ne m'en plaindrais pas.
  19. En voilà une BD qui sent bon les années 90/00. Vous pouvez mes traiter de vieux cons, je ne le prendrais pas mal. Mais ce premier tome à tout ce qui faisait les caractéristiques des bonnes BD détentes de ces années-là. Des lanfeusteries on appelait ca à l'époque. Ce sont des histoires avec un héros un poil nigaud mais au grand cœur pris dans une aventure qui le dépasse. Une aventure pleine de magie, avec un méchant très méchants et des fantômes très sympa. Ce qui ressort de cette deuxième BD avec Olivier gay au scenario, c'est qu'encore une fois l'univers est très travaillé. On est rapidement immergé dans ce monde fantastique ou la Nécromancie est la norme et ou les aventuriers sont légions. Sans jamais chercher à se raccrocher à notre univers, olivier gay trace la route de ses nécromanciens qui ne cherchent rien de moins qu'à sauver le monde. C'est de la grande aventure. De l'aventure détente et plaisir. De l'aventure comme on aime, à mi-chemin entre les royaumes oubliés et Lanfeust. Tout ce que j'aime
  20. Titre de l'album : Crusaders - Tome 3 - Spectre Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Leno Carvalho Coloriste : Simon Champelovier Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : La colonie humaine de Titan reçoit les plans de constructions de fabuleux vaisseaux spatiaux et les coordonnées d'une galaxie lointaine. Plusieurs mois plus tard, le Crusader 1 prend la tête d'une armada prête à rejoindre les créateurs du signal. Propulsés à travers des trous de ver, les vaisseaux arrivent en vue d'une gigantesque structure extraterrestre tendue entre deux astres ! Dans quel but ? Critique : Crusaders continue sur son rythme de parution effréné puisqu'il s'agit déjà du troisième tome de cette série de SF façon Space opéra, mettant en scène une humanité au bord du gouffre, confrontée à des Aliens ayant des millénaires d'avance technologique sur eux, et englués dans un conflits dont les racines et les implications les dépasse. A la manière d'un Universal War One, Crusaders nous embarque dans le sillage d'une science omniprésente, ou les concepts se bousculent et nous bousculent au service d'une épopée aux enjeux colossaux pour l'humanité. Pour les allergiques à la science, inutile même d'ouvrir ce tome tant l'intrigue est centrée en grande partie là dessus. Le rythme effréné de l'avancée de l'histoire ne permet souvent que de survoler ces sujets, et si cela arrange parfois le scénariste de SF, cela ne laisse au lecteur que peu de temps pour assimiler et réagir aux informations balancées coups sur coups. Les dessins de Leno Carvalho pour les grandes scènes de Space Opéra sont très réussis, et le seul bémol que je pourrais amener sur le traitement graphique de Crusaders ce serait une légère difficulté à appréhender les différents personnages. Mais c'est à la marge, tant les personnages ne sont finalement pas au centre de l'histoire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/crusaders-tome-3-spectre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. The_PoP

    Crusaders - Tome 3 - Spectre

    Crusaders continue sur son rythme de parution effréné puisqu'il s'agit déjà du troisième tome de cette série de SF façon Space opéra, mettant en scène une humanité au bord du gouffre, confrontée à des Aliens ayant des millénaires d'avance technologique sur eux, et englués dans un conflits dont les racines et les implications les dépasse. A la manière d'un Universal War One, Crusaders nous embarque dans le sillage d'une science omniprésente, ou les concepts se bousculent et nous bousculent au service d'une épopée aux enjeux colossaux pour l'humanité. Pour les allergiques à la science, inutile même d'ouvrir ce tome tant l'intrigue est centrée en grande partie là dessus. Le rythme effréné de l'avancée de l'histoire ne permet souvent que de survoler ces sujets, et si cela arrange parfois le scénariste de SF, cela ne laisse au lecteur que peu de temps pour assimiler et réagir aux informations balancées coups sur coups. Les dessins de Leno Carvalho pour les grandes scènes de Space Opéra sont très réussis, et le seul bémol que je pourrais amener sur le traitement graphique de Crusaders ce serait une légère difficulté à appréhender les différents personnages. Mais c'est à la marge, tant les personnages ne sont finalement pas au centre de l'histoire.
  22. Titre de l'album : Jim Hawkins tome 3 - À crocs et à sang Scenariste de l'album : Sébastien Vastra Dessinateur de l'album : Sébastien Vastra Coloriste : Sébastien Vastra Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Le trésor de Flint ne semble plus très loin pour Jim Hawkins. Mais Kong John Silver n'a qu'un seul objectif : récupérer la carte. Une carte convoitée qui n'a pourtant pas révélé tous ses secrets. À mesure que progressent les deux camps, les phénomènes étranges se multiplient : et si un esprit habitait l'île ? Et si le fantôme de Flint protégeait encore son or ? Et après tout, y a -t-il réellement un magot ? Si trésor il y a, reste à savoir lequel de Silver ou Jim le découvrirait le premier... Critique : La conclusion tant attendue de Jim Hawkins est enfin disponible et si l'attente a été longue, la qualité est au rendez-vous. Cette adaptation de l’île au trésor de Sébastien Vastra est fidèle à l'œuvre d'origine avec pour originalité d'utiliser des animaux pour remplacer les personnages humains. L'auteur réussie avec talent cette prouesse artistique pour humaniser les animaux avec des émotions comme dans la série Blacksad qui est la référence dans le genre zoomorphe en bande dessinée. L'histoire s'accélère avec le décodage de la carte qui mène au trésor de Flint. La relation tendue entre Jim Hawkins et le capitaine Kong John Silver est bien mise en avant comme les deux personnages s'apprécient malgré leurs différences évidentes. Les dessins de Vastra sont absolument fantastiques sur cette trilogie. Les scènes d'action sont nombreuses dans cet épisode et très dynamiques entre l'affrontement des pirates et des hommes du capitaine Smollet. Ce troisième épisode termine avec beaucoup de talent cette aventure et cette course au trésor. Un coffret avec une cale sera disponible pour les lecteurs qui apprécient les objets de collection. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jim-hawkins-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Ecoline

    Hey un Desberg qui n'ai pas un polar ? L'auteur d'IRS, de Cassio et autre Sherman, nous revient avec une BD pour laquelle il s'essaye à un nouveau style : la BD pour enfant. Le conte devrait on dire. Et il faut bien avouer que le maitre du polar d'aventure grand public réussit son affaire avec Ecoline. En effet il nous livre ici une vraie belle histoire pour enfant. Une histoire d'une petite chienne qui cherche à sortir de ce pourquoi la société, et sa nature, est censé lui ordonner comme vie. Pleine d'envie et de poésie, notre Ecoline ne s'arrête pas aux premiers désagréments et nous livre un hymne aux differences et offre aux parents un moment de reflexion sur ce qui est vraiment bien pour leurs enfants devenus grands. Mais un album jeunesse ne serait rien, même avec une bonne histoire, sans un vrai dessin adapté. En effet plus que sur les albums adultes, les albums pour enfants se doivent d'avoir un dessin destiné aux dits enfants. Et la ca ne pourrait mieux coller qu'avec le dessin de Martinez. Plein de belles couleurs avec une héroine au grand sourir et d'une jaune à vous éclairer une journée, ce dessin nous met du baume au coeur juste en le regardant. Un ensemble qui en fait vraiment une très belle BD jeunesse.
  24. poseidon2

    Ecoline

    Titre de l'album : Ecoline Scenariste de l'album : Stephen Desberg Dessinateur de l'album : Martinez Coloriste : Martinez Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Qui donc a jamais entendu parler d'une chienne qui peint ? Ecoline est destinée à devenir chien de garde. Mais plutôt que de protéger la ferme, elle passe son temps à peindre. Une occupation qui provoque son exil de la campagne vers un Paris en pleine effervescence. L'Exposition universelle approche à grands pas et pour accueillir les visiteurs du monde entier, la capitale se doit d'être impeccable ! Sans argent et sans collier, Ecoline doit trouver une solution, sous peine d'être à nouveau chassée. Dans la ville Lumière où tout le monde ne parle que de ces nouveaux artistes, les impressionnistes, Ecoline croit tenir sa chance et décide de vendre ses peintures. Mais le public est-il prêt à aduler une chienne-peintre ? Critique : Hey un Desberg qui n'ai pas un polar ? L'auteur d'IRS, de Cassio et autre Sherman, nous revient avec une BD pour laquelle il s'essaye à un nouveau style : la BD pour enfant. Le conte devrait on dire. Et il faut bien avouer que le maitre du polar d'aventure grand public réussit son affaire avec Ecoline. En effet il nous livre ici une vraie belle histoire pour enfant. Une histoire d'une petite chienne qui cherche à sortir de ce pourquoi la société, et sa nature, est censé lui ordonner comme vie. Pleine d'envie et de poésie, notre Ecoline ne s'arrête pas aux premiers désagréments et nous livre un hymne aux differences et offre aux parents un moment de reflexion sur ce qui est vraiment bien pour leurs enfants devenus grands. Mais un album jeunesse ne serait rien, même avec une bonne histoire, sans un vrai dessin adapté. En effet plus que sur les albums adultes, les albums pour enfants se doivent d'avoir un dessin destiné aux dits enfants. Et la ca ne pourrait mieux coller qu'avec le dessin de Martinez. Plein de belles couleurs avec une héroine au grand sourir et d'une jaune à vous éclairer une journée, ce dessin nous met du baume au coeur juste en le regardant. Un ensemble qui en fait vraiment une très belle BD jeunesse. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ecoline?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Titre de l'album : Hedge Fund - Tome 7 - Pour tout l'or du monde Scenariste de l'album : Tristan Roulot et Philippe Sabbah Dessinateur de l'album : Patrick Hénaff Coloriste : MIKL & Denis Béchu Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La mission de Frank Carvale pour la CIA a été un véritable succès : il a porté un rude coup au marché chinois de l'or. Son devoir patriotique accompli, le naturel revient au galop et Frank compte bien tirer les marrons du feu qu'il a lui-même attisé. Mais le trader oublie un petit détail : aussi audacieux qu'il soit, son Hedge Fund ne fait que jouer selon les règles du marché. Alors qu'il a face à lui un État qui n'hésitera pas à les réécrire à son gré. Plus dure risque d'être la chute... Critique : Voici le dernier tome de la série Hedge Fund qui clôture les 6 tomes précédents. La fin risque d'ailleurs de vous surprendre, le parti pris étant assumé jusqu'au bout. Cette série a toujours présenté un intérêt du fait des explications données sur l'envers des marchés financiers. Ceci étant ces explications restaient compréhensibles par le profane. Par contre j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec le personnage principal que j'ai toujours trouvé trop impersonnel et froid. Cette fin de série est donc à cette image, un peu trop froide pour moi, mais technique, terriblement réaliste et ancrée dans notre quotidien. Graphiquement, le changement de coloriste en cours d'album ne se ressent pas. Reste que globalement on est sur une BD de thriller financier et que le traitement graphique est propre sans être remarquable, comme le veut le genre finalement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hedge-fund-tome-7-pour-tout-l-or-du-monde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...