Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Alors une fois n'est pas coutume, avant d lire cet album de Lucky Luke il FAUT lire le bandeau de pub qu'il y a par-dessus. En effet il y est écrit pour tout lecteur de 17 à 77 ans. Mon fils n'a pas lu ca et s'est jeté sur un nouveau lucky luke et.... il me l'a rendu en me disant : il est nul celui-là ! Forcement qui n'a pas vu le film Le Secret de Brokeback Mountain et qui ne s'est jamais intéressé au rapport de Lucky Luke avec les femmes ne pourra pas comprendre l'humour et l'intérêt de la BD de Ralf Konig. Car Ralf Konig nous livre un Lucky Luke très ambivalent plongé dans Brokeback Mountain transposé au far west. Le propos de Konig, en plus de livrer une BD globalement marrante, est de souligner que contrairement au puritanisme américain actuel, l'époque du grand ouest était une terre de tous les possibles pour tous les couples de tous types. SI la première lecture est très sympa (merci Calamity Jane), j'avoue par conter ne pas forcement avoir envoie de le relire, surement du au trait trop caricaturaux (de mon point de vue) de Konig.
  2. Titre de l'album : Luky luke vu par Ralf Konig : Choco-Boys Scenariste de l'album : Ralf Konig Dessinateur de l'album : Ralf Konig Coloriste : Ralf Konig Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Même un héros du Far West a besoin de vacances. Garder quelques vaches helvétiques semble être l'occasion rêvée pour Lucky Luke. Ces vaches laitières délivrent le précieux lait indispensable à la fabrication des authentiques chocolats suisses. L'Ouest découvre le cacao, et le chocolat doit être bientôt dans toutes les bouches. Mais entre les chasseurs d'autographes, le chef de la tribu des Chicorées et deux cow-boys qui préfèrent se taper dessus à force d'amour impossible, il en viendrait presque à regretter les Dalton... Critique : Alors une fois n'est pas coutume, avant d lire cet album de Lucky Luke il FAUT lire le bandeau de pub qu'il y a par-dessus. En effet il y est écrit pour tout lecteur de 17 à 77 ans. Mon fils n'a pas lu ca et s'est jeté sur un nouveau lucky luke et.... il me l'a rendu en me disant : il est nul celui-là ! Forcement qui n'a pas vu le film Le Secret de Brokeback Mountain et qui ne s'est jamais intéressé au rapport de Lucky Luke avec les femmes ne pourra pas comprendre l'humour et l'intérêt de la BD de Ralf Konig. Car Ralf Konig nous livre un Lucky Luke très ambivalent plongé dans Brokeback Mountain transposé au far west. Le propos de Konig, en plus de livrer une BD globalement marrante, est de souligner que contrairement au puritanisme américain actuel, l'époque du grand ouest était une terre de tous les possibles pour tous les couples de tous types. SI la première lecture est très sympa (merci Calamity Jane), j'avoue par conter ne pas forcement avoir envoie de le relire, surement du au trait trop caricaturaux (de mon point de vue) de Konig. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lucky-luke-vu-par-ralf-konig-choco-boys?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Tarzan - Seigneur de la jungle Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Stevan Subic Coloriste : Hugo Sebastian Facio Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : XIXe siècle. Partis en bateau depuis l'Angleterre, Lord John et Lady Alice Greystoke s'échouent sur les côtes de l'Afrique équatoriale. Alice donne peu après naissance à un fils. A la mort de ses parents, il sera élevé par les grands singes et deviendra Tarzan. Le jeune homme sera partagé entre la vie brutale de la jungle et les codes stricts de l'aristocratie anglaise... Critique : Ah que j'ai aimé ma semaine de lecture. Après les chimères de Vénus que je n'attendais pas, voici que ce Tarzan dont je me méfiais me replonge également dans de doux souvenirs. Oui il y a dans cette adaptation un écho qui m'a renvoyé à des samedis après midi passé sous la garde attentive et bienveillante de mon grand-père à regarder les films de Tarzan joué par Johnny Weissmuller. Les paysages de cette Afrique sauvage et envoutante, de cette époque d'explorateur et d'aventuriers me revenaient au fil des pages. Les affrontements dantesques également. L'adaptation de Christophe Bec est juste parfaite. En refermant le livre j'ai eu envie que les auteurs aient pris encore plus leur temps pour nous livrer cette histoire mais il faut reconnaitre que non, le propos est très bien ainsi là où des longueurs auraient pu sinon apparaitre. Une belle maitrise narrative donc dans l'exercice délicat de l'adaptation littéraire. Les dessins de Stevan Subic sont eux parfaits. Pleins de fureur, de rage, d'émotions, et de noirceur quand le besoin s'en fait ressentir, les scènes d'actions sont maitrisées et l'ambiance tellement réussie qu'on finit comme Tarzan par n'attendre que son retour dans la jungle. Petit bémol ceci dit, je trouve que Tarzan et notamment son visage est représenté de manière bien trop impersonnelle. En conclusion vous m'aurez compris, cette BD est idéale pour faire découvrir à vos ados Tarzan, et en profiter pour vous pour le redécouvrir dans une adaptation qui me semble aussi sérieuse et fidèle qu'enthousiasmante et réussie ! Vivement que ce duo se penche sur le prochain Conan ! A noter que pour ne rien gâcher, la couverture, que je trouve très réussie est l'œuvre de l'immense Eric Bourgier (Servitude). OooOOoooo0000ooooh ooooohhhhOOOOhhhhh ooooooooOOOOOOoooooo (c'est mieux avec le son : écoutez ça à 33'20) Autres infos : Adaptation du premier roman de Tarzan de Edgar Rice Burroughs Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tarzan-tome-1-origines?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Titre de l'album : Pinard de guerre Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Francis Porcel Coloriste : Francis Porcel Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Rien ne grise comme le vin du malheur." Ferdinand est un tire-au-flanc, un planqué qui simule une infirmité pour échapper à la guerre et éviter de se retrouver en première ligne, dans les tranchées face aux Allemands. Profiteur sans scrupules, il a fait fortune dans le commerce d'un pinard douteux et frelaté qu'il vend à l'armée, allant même jusqu'à nuire à la concurrence pour être le seul fournisseur des poilus. Alors qu'il écoule son vin près de la ligne de front, Ferdinand se retrouve malgré lui engagé dans le conflit et devient, avec ses compagnons d'infortune, prisonnier d'une tranchée prise entre deux feux. Critique : La grande guerre est finie il y a plus de 100 ans et pourtant il y a toujours certaines parties de cette guerre dont l'on parle peu. Comme par exemple la nécessité d'aviner les troupes pour leur donner du courage. C'est vraiment bête à dire mais avant cette intéressante lecture, je me demandais bien comment les soldats trouvaient le courage de foncer sur l'ennemi quand on leur ordonnait, sachant bien que la plupart ne reviendraient pas. Philippe Pelaez gère intelligemment son récit en réussissant à nous présenter la situation sans pour autant nous fournir un documentaire. En racontant cette histoire par l'œil cynique d'un planqué, il couple la vérité historique sur une belle histoire d'homme. Homme qui, sous couvert d'être un pleutre de base, se retrouve à avoir une histoire bien plus complexe que celle d'un planqué de l'arrière. Cette BD est à ranger dans les BDs instructives et intéressantes qui, si elles ne sont pas non plus LES BDs du siècle, permettent de montrer au monde que la BD est aussi un vrai média de culture générale. Un média de culture divertissante. Bien plus que beaucoup de médias actuels. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pinard-de-guerre-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Pinard de guerre

    La grande guerre est finie il y a plus de 100 ans et pourtant il y a toujours certaines parties de cette guerre dont l'on parle peu. Comme par exemple la nécessité d'aviner les troupes pour leur donner du courage. C'est vraiment bête à dire mais avant cette intéressante lecture, je me demandais bien comment les soldats trouvaient le courage de foncer sur l'ennemi quand on leur ordonnait, sachant bien que la plupart ne reviendraient pas. Philippe Pelaez gère intelligemment son récit en réussissant à nous présenter la situation sans pour autant nous fournir un documentaire. En racontant cette histoire par l'œil cynique d'un planqué, il couple la vérité historique sur une belle histoire d'homme. Homme qui, sous couvert d'être un pleutre de base, se retrouve à avoir une histoire bien plus complexe que celle d'un planqué de l'arrière. Cette BD est à ranger dans les BDs instructives et intéressantes qui, si elles ne sont pas non plus LES BDs du siècle, permettent de montrer au monde que la BD est aussi un vrai média de culture générale. Un média de culture divertissante. Bien plus que beaucoup de médias actuels.
  6. alx23

    Lanceurs d'alerte

    Titre de l'album : Lanceurs d'alerte Scenariste de l'album : Flore Talamon Dessinateur de l'album : Bruno Loth Coloriste : Corentin Loth Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Encadrée par la loi Sapin 2, la protection du Lanceur d'alerte va bientôt évoluer pour se conformer à de nouvelles règlementations européennes. C'est un sujet majeur de notre société, avide de transparence et de justice. À travers 9 exemples, les auteurs soulignent les règles à respecter pour réussir l'alerte et se protéger. Avec un conseil ultime : tout faire pour préserver son anonymat... Critique : Cette bande dessinée documentaire revient sur neuf histoires dévoilées par des lanceurs d'alertes sans que l'on connaisse ensuite les conséquences pour ces personnes. Avec ce titre, Flore Talamon revient sur les protections et droits juridiques pour protéger les lanceurs d'alertes ainsi que les différents dispositifs mis en place pour eux et pour qu'ils conservent leur anonymat. Ce recueil reprend des histoires réelles sur la pollution industrielle, sur les pesticides nocifs pour les travailleurs, les conditions de travail et celles des animaux dans les abattoirs et quelques autres encore que vous pourrez découvrir à la lecture de ce titre. Flore Talamon a réalisé les interviews avec les différents lanceurs d'alertes et comment ils ont vécu suite à la divulgation d'informations. En effet, tout leur vie personnelles ou professionnelle peut-être anéantie suite à la révélation de leur alerte. Les dessins sont efficaces et l'auteur différencie le moment présent avec des couleurs naturelles et le passé en bichromie. Lanceurs d'alerte est une lecture choc avec des personnes qui risquent tout pour le bien de tous. Les témoignages sont poignants et touchants. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lanceurs-d-alerte/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. alx23

    Lanceurs d'alerte

    Cette bande dessinée documentaire revient sur neuf histoires dévoilées par des lanceurs d'alertes sans que l'on connaisse ensuite les conséquences pour ces personnes. Avec ce titre, Flore Talamon revient sur les protections et droits juridiques pour protéger les lanceurs d'alertes ainsi que les différents dispositifs mis en place pour eux et pour qu'ils conservent leur anonymat. Ce recueil reprend des histoires réelles sur la pollution industrielle, sur les pesticides nocifs pour les travailleurs, les conditions de travail et celles des animaux dans les abattoirs et quelques autres encore que vous pourrez découvrir à la lecture de ce titre. Flore Talamon a réalisé les interviews avec les différents lanceurs d'alertes et comment ils ont vécu suite à la divulgation d'informations. En effet, tout leur vie personnelles ou professionnelle peut-être anéantie suite à la révélation de leur alerte. Les dessins sont efficaces et l'auteur différencie le moment présent avec des couleurs naturelles et le passé en bichromie. Lanceurs d'alerte est une lecture choc avec des personnes qui risquent tout pour le bien de tous. Les témoignages sont poignants et touchants.
  8. poseidon2

    Harmony t7 (fin)

    Suite et fin de LA série pour ado de chez Dupuis. Je dis LA série car c'est vraiment le très haut du panier des séries pour ado. Pour tout dire il n'y a rien à redire sur cette série, d'un point de vue BD pour ado. Et ce tome 7 ne trahit pas ses prédécesseurs. On avait pris un peu peur, lors du deuxième cycle, de l'aspect mystique que prenait la série avec les réincarnations des anciens, mais ce tome 7 cloture bien toutes les ramifications de la série et ce de très belle façon. Bourré d'action et de combat, cet album n'en reste pas moins un tome réfléchit qui prend le temps de bien nous expliquer les étapes amenant à la fin de cette histoire tout en preservant important c'est à dire les relations entre les enfants. Graphiquement toujours aussi beau, Harmony est LA série qui est sur de plaire à tout lecteur de 10 à 16 ans !
  9. Titre de l'album : Harmony t7 (fin) Scenariste de l'album : Reynes Dessinateur de l'album : Reynes Coloriste : Reynes Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Alors qu'Harmony et ses amis prennent ce repos particulier que seul autorise le prélude aux grandes batailles, la terrible divinité Azhel se constitue une armée en éveillant à leurs dangereux pouvoirs de nombreux adolescents... Conscients que l'apocalypse approche, Harmony, Payne et Karl partent pour la Jordanie, à la recherche du tombeau de Nememtoth, frère et ennemi d'Azhel. Mais les stupéfiants pouvoirs d'Harmony seront-ils suffisants pour surmonter les dangers de la Cité sous le sable et vaincre Azhel ? La Jordanie sera le théâtre de l'ultime affrontement. Qui, du dieu Azhel ou de la jeune Harmony, l'emportera ? Impossible de le deviner, tant traîtrises et retournements de situation semblent tapis dans l'ombre... Le grand final d'Harmony, une lecture inoubliable ! Critique : Suite et fin de LA série pour ado de chez Dupuis. Je dis LA série car c'est vraiment le très haut du panier des séries pour ado. Pour tout dire il n'y a rien à redire sur cette série, d'un point de vue BD pour ado. Et ce tome 7 ne trahit pas ses prédécesseurs. On avait pris un peu peur, lors du deuxième cycle, de l'aspect mystique que prenait la série avec les réincarnations des anciens, mais ce tome 7 cloture bien toutes les ramifications de la série et ce de très belle façon. Bourré d'action et de combat, cet album n'en reste pas moins un tome réfléchit qui prend le temps de bien nous expliquer les étapes amenant à la fin de cette histoire tout en preservant important c'est à dire les relations entre les enfants. Graphiquement toujours aussi beau, Harmony est LA série qui est sur de plaire à tout lecteur de 10 à 16 ans ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harmony-tome-7-in-fine?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Titre de l'album : Jour J tome 45 - L'affaire Ravaillac Scenariste de l'album : Fred Duval, Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Marco Bianchini Coloriste : Scarlett Smulkowski Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Mai 1610, le carrosse royal s'engage dans la rue de la Ferronnerie lorsque Ravaillac saute sur le marchepied et poignarde... un mannequin de paille. Un autre attentat contre Henri IV vient d'être déjoué. Ravaillac a-t-il agi seul ? Sinon qui sont les comploteurs ? Le roi, en route pour la guerre contre les espagnols, charge monsieur de Serres de l'enquête qui va lui révéler bien des surprises... Critique : Les deux scénaristes Fred Duval et Jean-Pierre Pécau poursuivent les uchronies sur l'histoire de monde avec ce tome 45 de la saga Jour J. Pour ce nouvel épisode, les auteurs ont imaginé si Ravaillac n'avait pas réussi à assassiner Henri IV le 14 mai 1610. A partir de ce constat, les deux auteurs se sont inspirés des tensions religieuses entre les catholiques et protestants de cette époque pour construire une intrigue crédible. Rapine et l'abbé sont deux personnages fictifs qui jouent un rôle dans l'échec de l'assassinat et seront au centre de l'histoire. Les dessins de Marco Bianchini sont de qualité pour mettre en image cet fiction et enquête d'époque. Les lecteurs de Jour J trouveront leur compte avec l'affaire Ravaillac et une fois de plus les autres lecteurs pourront lire ce one shot par intérêt cet évènement historique modifié pour cet album. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jour-j-tome-45-l-affaire-ravaillac?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Les deux scénaristes Fred Duval et Jean-Pierre Pécau poursuivent les uchronies sur l'histoire de monde avec ce tome 45 de la saga Jour J. Pour ce nouvel épisode, les auteurs ont imaginé si Ravaillac n'avait pas réussi à assassiner Henri IV le 14 mai 1610. A partir de ce constat, les deux auteurs se sont inspirés des tensions religieuses entre les catholiques et protestants de cette époque pour construire une intrigue crédible. Rapine et l'abbé sont deux personnages fictifs qui jouent un rôle dans l'échec de l'assassinat et seront au centre de l'histoire. Les dessins de Marco Bianchini sont de qualité pour mettre en image cet fiction et enquête d'époque. Les lecteurs de Jour J trouveront leur compte avec l'affaire Ravaillac et une fois de plus les autres lecteurs pourront lire ce one shot par intérêt cet évènement historique modifié pour cet album.
  12. Titre de l'album : Hercule Agent intergalactique - Tome 3 - Les rebelles Scenariste de l'album : Vincent Zabus Dessinateur de l'album : Antonello Dalena Coloriste : Cecilia Giumento Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Hercule et Marlon, les apprentis agents intergalactiques, échouent sur une nouvelle planète. Sur cette dernière, une ville tentaculaire, énergivore et aseptisée endort ses habitants pour faire régner l'ordre. Heureusement, ils font la connaissance d'Ariane et de son petit groupe de rebelles bien décidés à vivre en harmonie avec la nature. Mais le combat est loin d'être gagné... En effet, tous ne sont pas prêts à renoncer au confort, même s'il dérègle la planète. Critique : Hercule est la série qui parait chez le Lombard qui lorgne assez ouvertement sur l'objectif de créer une série reprenant les codes de Sillage mais adapté pour les plus jeunes. Forcément je ne suis pas vraiment le public cible et j'ai trouvé que ce tome 3 manquait un peu de relief et d'épaisseur. L'univers graphique est assez sympa et bien pensé, les personnages et les décors sont très imaginatifs avec une planète juste assez originale pour ne pas trop dépaysé les plus jeunes. Par contre j'ai trouvé le scénario un peu lourd dans les leçons qu'il donne, alors même que globalement je les partage. Un peu dommage puisqu'on perd quand même en fun dans ... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hercule-agent-intergalactique-tome-3-les-rebelles?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Hercule est la série qui parait chez le Lombard qui lorgne assez ouvertement sur l'objectif de créer une série reprenant les codes de Sillage mais adapté pour les plus jeunes. Forcément je ne suis pas vraiment le public cible et j'ai trouvé que ce tome 3 manquait un peu de relief et d'épaisseur. L'univers graphique est assez sympa et bien pensé, les personnages et les décors sont très imaginatifs avec une planète juste assez originale pour ne pas trop dépaysé les plus jeunes. Par contre j'ai trouvé le scénario un peu lourd dans les leçons qu'il donne, alors même que globalement je les partage. Un peu dommage puisqu'on perd quand même en fun dans ...
  14. alx23

    Les filles sages vont en enfer

    Ce roman graphique est une autobiographie de Tohar Sherman-Friedman séparée en petites histoires courtes dans des chapitres qui représentent les moments forts de sa vie. On suit donc son évolution depuis son plus âge et ce dont elle se souvient jusqu'à sa rencontre avec son futur mari. L'aspect le plus surprenant de ce titre provient que cette jeune fille Israélienne qui vit dans une colonie en Cisjordanie qui est très portée sur la religion. La jeune femme remet vite en cause ses convictions qu'elle avaient depuis son enfance, la croyance en dieu, les directives imposées, le changement de corps lors de l'adolescence et son émancipation. Tous ces questionnements feront l'objet d'un chapitre ou resteront toujours en trame de fond de ce titre. Les dessins sont dans un style semi-réaliste mais retranscrivent très bien le moral ou les pensées de Tohar. Ce roman graphique est très intimiste pour mettre en avant les craintes dans des passages intenses de sa vie surtout dans ce contexte particulier.
  15. Titre de l'album : Les filles sages vont en enfer Scenariste de l'album : Tohar Sherman-Friedman Dessinateur de l'album : Tohar Sherman-Friedman Coloriste : Tohar Sherman-Friedman Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Construit sous la forme de plusieurs petites histoires, cet ouvrage autobiographique au trait coloré et expressif raconte la vie d'une jeune fille ayant grandi dans les colonies en Israël au sein d'une famille religieuse. Tohar dévoile avec beaucoup de sincérité ses moments de vie et la difficulté de grandir dans cette communauté alors qu'elle a choisi de prendre ses distances avec la religion. Critique : Ce roman graphique est une autobiographie de Tohar Sherman-Friedman séparée en petites histoires courtes dans des chapitres qui représentent les moments forts de sa vie. On suit donc son évolution depuis son plus âge et ce dont elle se souvient jusqu'à sa rencontre avec son futur mari. L'aspect le plus surprenant de ce titre provient que cette jeune fille Israélienne qui vit dans une colonie en Cisjordanie qui est très portée sur la religion. La jeune femme remet vite en cause ses convictions qu'elle avaient depuis son enfance, la croyance en dieu, les directives imposées, le changement de corps lors de l'adolescence et son émancipation. Tous ces questionnements feront l'objet d'un chapitre ou resteront toujours en trame de fond de ce titre. Les dessins sont dans un style semi-réaliste mais retranscrivent très bien le moral ou les pensées de Tohar. Ce roman graphique est très intimiste pour mettre en avant les craintes dans des passages intenses de sa vie surtout dans ce contexte particulier. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-filles-sages-vont-en-enfer?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. alx23

    Un monde d'art brut

    Ce roman graphique nous permet de comprendre cette catégorie peu ou pas connu comme forme d'art, l'art brut. Le spécialiste du genre Christian Berst accompagné du scénariste Oriol Malet nous exposent sept des plus grands artistes dans le domaine. L'album nous présente une jeune étudiante en art qui choisit de visiter le musée de l'art contemporain Kunsthallede Berne en Suisse pour nous expliquer l'histoire de l'art brut. La jeune femme se voit offrir une visite guidée par trois fantômes qui ont joué un rôle important dans la reconnaissance de cet art. Au fur et à mesure de l'album on peut découvrir la vie de ces artistes de l'art brut qui ne cherchent aucune reconnaissance et ne veulent pas exposer leur art. On s'aperçoit alors de l'étendue des œuvres qui ne rentrent pas les codes de l'art contemporain en général. D'ailleurs de nombreux chanteurs, musiciens et autres qui se sont inspirée de cet art brut, comme pour exemple David Bowie et Brian Eno. Les dessins d'Oriol Malet sont parfaits pour mettre en place une histoire mais aussi retranscrire les œuvres d'art brut dans chaque petite biographie des auteurs cités dans ce recueil. L'album se termine avec plusieurs photos d'art brut. Un monde d'art brut est un album très instructif et bien réalisé qui m'a fait découvrir cet art que je ne connaissais pas du tout.
  17. alx23

    Un monde d'art brut

    Titre de l'album : Un monde d'art brut Scenariste de l'album : Christian Berst & Oriol Malet Dessinateur de l'album : Oriol Malet Coloriste : Oriol Malet Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Au-delà de l'art des fous, bien plus que l'outsider art (l'art des marges), les artistes bruts sont avant tout de fabuleux créateurs. Plongez dans les mythologies individuelles de 7 artistes emblématiques, Henry Darger, Carlo Zinelli, Madge Gill, Aloïse Corbaz, Adolf Wölffli, Jean Perdrizet, Mary T. Smith et découvrez leur influence majeure dans la pop culture contemporaine. Critique : Ce roman graphique nous permet de comprendre cette catégorie peu ou pas connu comme forme d'art, l'art brut. Le spécialiste du genre Christian Berst accompagné du scénariste Oriol Malet nous exposent sept des plus grands artistes dans le domaine. L'album nous présente une jeune étudiante en art qui choisit de visiter le musée de l'art contemporain Kunsthallede Berne en Suisse pour nous expliquer l'histoire de l'art brut. La jeune femme se voit offrir une visite guidée par trois fantômes qui ont joué un rôle important dans la reconnaissance de cet art. Au fur et à mesure de l'album on peut découvrir la vie de ces artistes de l'art brut qui ne cherchent aucune reconnaissance et ne veulent pas exposer leur art. On s'aperçoit alors de l'étendue des œuvres qui ne rentrent pas les codes de l'art contemporain en général. D'ailleurs de nombreux chanteurs, musiciens et autres qui se sont inspirée de cet art brut, comme pour exemple David Bowie et Brian Eno. Les dessins d'Oriol Malet sont parfaits pour mettre en place une histoire mais aussi retranscrire les œuvres d'art brut dans chaque petite biographie des auteurs cités dans ce recueil. L'album se termine avec plusieurs photos d'art brut. Un monde d'art brut est un album très instructif et bien réalisé qui m'a fait découvrir cet art que je ne connaissais pas du tout. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/un-monde-d-art-brut?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Blacksad T6 Alors tout tombe (partie1) Scenariste de l'album : Juan Díaz Canalès Dessinateur de l'album : Juanjo Guarnido Coloriste : Juanjo Guarnido Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Chargé de protéger le président d'un syndicat infiltré par la mafia à New York, John Blacksad va mener une enquête qui s'avèrera particulièrement délicate... et riche en surprises. Dans cette histoire pour la première fois conçue en deux albums, nous découvrons à la fois le quotidien des travailleurs chargés de la construction du métro dans les entrailles de la ville, mais également la pègre et le milieu du théâtre, contraste absolu entre l'ombre et la lumière, le monde d'en bas et celui d'en haut incarné par l'ambitieux Solomon, maître bâtisseur de New York. Le grand retour de la série star de la bande dessinée ! Critique : Ah ce Guarnido. Apres toutes ces années d'attentes (8 ans quand meme) c'est toujours un régal de retrouver un tel niveau de dessin. Du detail dans tout les sens qui donne envie de zoomer sur la page et de passer des heures sur les dessins. Et c'est un peu trop ce qui ressort de ce tome 6. Au risque de me faire crier dessus (car on en touche pas à Blacksad) je trouve cette premiere partie trop introductive. Surtout si cette histoire est un dyptique. Les bases d'une histoire mafieuse habituelle sont posées et il est fort possible que le prochain tome soit une réussite. Mais ce tome ci est, scenaristiquement, loin des trois premiers volets. On est loin de la dramaturgie du premier tome. Loin de la dureté du second . Loin du cynisme du trosième. Blacksad est, quelque part, sorti des ombres et rentré dans le rang. Juan Díaz Canalès nous livre une bonne intrigue de polar. Mais juste bonne. Qui irait tout juste dans le collection polar de Berthet. Les recettes qui marchent sont reprises avec un Weekly omni présent et un Blacksad très détaché. Mais il manque l'étincelle pour passionner. Peut etre que j'en attend trop de Blacksad. Surement même. Peut etre que je suis trop pressé et que le deuxième tome sera excellent. Ca je l'espère sincèrement. En attendant ceci est une critique du premier..... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/blacksad-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. ce Wild Bill Hickok est le 5ème one shot dédié aux grands personnages du Western édité aux éditions soleil sous le nom West Legends. Et c'est peu dire que j'ai été dubitatif sur les débuts de cette série, les premiers tomes ne m'ayant guère emballés par leurs traitements graphiques ou leurs personnages. J'avais donc un peu décroché après le second. Force est de constater que ce tome 5 est plus conséquent que les précédents que j'avais pu lire. Le scénario y est ici implacable et simple. Les motivations des personnages sont tout aussi évidentes et logiques. Et le semi huis clos présenté dans la grande nature sauvage ne manque pas de charme. Rajoutez à ça un personnage principal aussi imbuvable que sa légende et vous obtenez un cocktail sympathique et inattendu pour un bon fan de Western. Seul bémol, le traitement graphique gagnerait à être plus poussé je pense si la série veut franhcir un cap, certains visages semblent toujours aussi figés et rigides.
  20. Titre de l'album : West Legends - Wild Bill Hickok Forty Bastards Scenariste de l'album : Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Laci Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le train de Wild Bill Hickok déraille quelques heures après son départ. Isolés, les survivants ignorent que la plus grande menace n'est ni les Indiens ni les loups ni le froid, mais la cavalerie des États-Unis, avec à sa tête le pire des fils de putes que l'ouest ait connu, bien décidé à reprendre ce que Hickok lui a volé, quitte à tuer tous ceux qui se mettront en travers de son chemin. Critique : ce Wild Bill Hickok est le 5ème one shot dédié aux grands personnages du Western édité aux éditions soleil sous le nom West Legends. Et c'est peu dire que j'ai été dubitatif sur les débuts de cette série, les premiers tomes ne m'ayant guère emballés par leurs traitements graphiques ou leurs personnages. J'avais donc un peu décroché après le second. Force est de constater que ce tome 5 est plus conséquent que les précédents que j'avais pu lire. Le scénario y est ici implacable et simple. Les motivations des personnages sont tout aussi évidentes et logiques. Et le semi huis clos présenté dans la grande nature sauvage ne manque pas de charme. Rajoutez à ça un personnage principal aussi imbuvable que sa légende et vous obtenez un cocktail sympathique et inattendu pour un bon fan de Western. Seul bémol, le traitement graphique gagnerait à être plus poussé je pense si la série veut franhcir un cap, certains visages semblent toujours aussi figés et rigides. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/west-legends-tome-5-wild-bill-hickok-forty-bastards?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : Astra saga tome 1 - L'or des dieux Scenariste de l'album : Philippe Ogaki Dessinateur de l'album : Philippe Ogaki Coloriste : Philippe Ogaki Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Un cargo spatial traverse l'espace profond. A son bord une cargaison des plus précieuses qui ne doit surtout pas tomber entre de mauvaises mains car les forces politiques qui régissent la galaxie pourraient changer drastiquement de camps et ainsi le cours de l'histoire. Une escouade de soldats dragons mandatée par l'empire aborde le cargo et perce sa coque épaisse en quête de l'Or Sacré. Critique : Avec Astra saga, Philippe Ogaki démarre une nouvelle série de science-fiction alimenté par les croyances vikings pour poser le décor et le contexte. D’ailleurs, il est très important de lire les textes sur les gardes de la couverture pour comprendre tous les thermes employés dans l’histoire. Tous le jargon est tiré de la mythologie viking. Le démarrage est très prenant puisque l'on commence avec une bataille dans l'espace avec un enjeu de la plus grande importance. On est projeté dans le vif du sujet avec de l'action lors de la présentation des héros et tout cela durant l'introduction musclée avant de revenir sur la jeunesse des héros ensuite. Cette méthode nous permet de découvrir les membres de la troupe d'élite de l'empire mais aussi les enjeux politiques et conflits. La partie graphique est certainement l'atout majeur de ce titre face à un scénario assez convenu dans le monde de la bande dessinée. Philippe Ogaki montre tout son talent et l'évolution de son style depuis sa dernière réalisation Terra Prime. Les troupes d’élites avec leurs épées laser sont assez impressionnantes lors des phases d’action. Les lecteurs de science-fiction qui apprécient le genre space opéra seront comblés par ce premier tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/astra-saga-tome-1-l-or-des-dieux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Obie Koul t3 : Résurrection Scenariste de l'album : Makyo Dessinateur de l'album : Buffolo Coloriste : Buffolo Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Suite à son altercation avec le Ragginazor, Obie a enfin découvert son incroyable pouvoir. Mais il doit absolument le garder secret car il ne sait pas encore à qui il peut faire confiance. Pendant ce temps, une sombre machination met à mal la relation politique entre Nagams et Tétrakols sur la planète Oxythol. Une guerre s'annonce et la vie du père d'Obie est en danger... Critique : Obie vient de découvrir quel est son pouvoir et... se rend vite compte que ce pouvoir pourrait faire énormément d'envieux et lui rendre la vie impossible et mettre en danger sa famille. Mais comment garder une information aussi importante juste pour soit quand on n'est qu'un ado ? C'est la question bien traité de ce tome trois. Faire confiance ou ne pas faire confiance ? Et à qui accorder cette confiance ? On suit encore une fois avec plaisir les aventures de notre ado pas comme les autres qui voit son importance au sein des Nagams progresser encore d'un cran. Si l'histoire se densifie encore un peu avec l'histoire de l'élu qui se concrétise, nos auteurs n'en oublie pas non plus de nous livrer un vrai tome d'aventure avec le père d'Obi en danger et une opération sauvetage qui va a 200 à l'heure. On regrettera peut être que la gestion des ombrages de la couverture ne soient pas appliquée à l'intérieur car cela créé une petite déception en ouvrant la BD. Déception vite passé cela dit. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/obie-koul-tome-3-resurrection?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Obie Koul t3 : Résurrection

    Obie vient de découvrir quel est son pouvoir et... se rend vite compte que ce pouvoir pourrait faire énormément d'envieux et lui rendre la vie impossible et mettre en danger sa famille. Mais comment garder une information aussi importante juste pour soit quand on n'est qu'un ado ? C'est la question bien traité de ce tome trois. Faire confiance ou ne pas faire confiance ? Et à qui accorder cette confiance ? On suit encore une fois avec plaisir les aventures de notre ado pas comme les autres qui voit son importance au sein des Nagams progresser encore d'un cran. Si l'histoire se densifie encore un peu avec l'histoire de l'élu qui se concrétise, nos auteurs n'en oublie pas non plus de nous livrer un vrai tome d'aventure avec le père d'Obi en danger et une opération sauvetage qui va a 200 à l'heure. On regrettera peut être que la gestion des ombrages de la couverture ne soient pas appliquée à l'intérieur car cela créé une petite déception en ouvrant la BD. Déception vite passé cela dit.
  24. Titre de l'album : La part merveilleuse t1 Scenariste de l'album : Ruppert Dessinateur de l'album : Jerome Mulot Coloriste : Jerome Mulot Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : En France, dans un présent dystopique, des créatures étranges et effrayantes - cohabitent avec les humains. Monstre, extraterrestre, croque-mitaine, animal fabuleux, chimère, esprit, divinité, autant de dénominations qui n'ont pas réussi à expliquer l'apparition de ces « toutes » il y a quelques années. Mais devant leur caractère pacifique et leur beauté incomparable, l'enthousiasme et l'hystérie de la découverte est retombée et la population s'est habituée à la présence de ces curieuses créatures. Jusqu'au jour où les toutes deviennent agressives.. Critique : Etrange BD que cette part merveilleuse. En effet cette bd traite de l'exclusion et du rejet de la différence par le biais d'extraterrestres et de métisses extra terrestre. Mais plutôt que de traiter les ET comme des humanoïdes, nos auteurs choisissent de prendre le contre pieds de beaucoup de série de SF en nous montrant des ET aux formes très variées et ne réagissant pas à nos lois physiques. Si le scenario est bien pensé et super innovant, j'ai eu plus de mal avec le dessin qui m'a laissé très froid. Trop froid surtout sur la première partie. Malgré les aventures pourtant rocambolesque de notre "héro", je suis resté très spectateur et c'est bien dommage. Je pense que les amateurs de ce genre de dessin très figé et épuré seront beaucoup plus prits par cette histoire de SF philosophique. Une bonne BD qui plaira surement plus à d'autres personnes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-part-merveilleuse-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. poseidon2

    La part merveilleuse t1

    Etrange BD que cette part merveilleuse. En effet cette bd traite de l'exclusion et du rejet de la différence par le biais d'extraterrestres et de métisses extra terrestre. Mais plutôt que de traiter les ET comme des humanoïdes, nos auteurs choisissent de prendre le contre pieds de beaucoup de série de SF en nous montrant des ET aux formes très variées et ne réagissant pas à nos lois physiques. Si le scenario est bien pensé et super innovant, j'ai eu plus de mal avec le dessin qui m'a laissé très froid. Trop froid surtout sur la première partie. Malgré les aventures pourtant rocambolesque de notre "héro", je suis resté très spectateur et c'est bien dommage. Je pense que les amateurs de ce genre de dessin très figé et épuré seront beaucoup plus prits par cette histoire de SF philosophique. Une bonne BD qui plaira surement plus à d'autres personnes.
×
×
  • Créer...