Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'josei'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Witch family tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : PIROYA Dessinateur de l'album : PIROYA Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Alyssa, une jeune sorcière, vivait seule dans la forêt jusqu'au jour où elle découvrit un bébé humain abandonné. Après un moment de panique, elle décida de l'élever et lui donnera le nom de Viola... Seize ans plus tard, Viola est devenue une vraie fille à maman et elle a bien grandi... tellement grandi, en fait, qu'on pourrait croire que c'est elle la mère et Alyssa sa fille !! Critique : Une critique de Y_Kanzaki Witch Family, c’est l’histoire d’une sorcière -Alyssa- et de sa fille adoptive de 16 ans -Viola. On y suit leur vie quotidienne, les gens du village qu’elles rencontrent, les autres ethnies (elfe, orc …) avec qui elles tissent des liens. Globalement, l’histoire est sympathique à lire, on s’amuse, on ne se prend pas la tête. Les situations sont drôles et amusantes. Le seul bémol serait que Viola est extrêmement possessive vis-à-vis de sa maman et cela devient un peu lourd et redondant. Mais les personnages secondaires sont là pour redonner de la gaieté à l’intrigue. Personnellement, j’ai adoré le personnage du phénix, je ne m’en lasse pas !!! Un manga qui met de bonne humeur, avec du suspens. Vivement le prochain tome !!! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/witch-family-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : La pomme prisonnière Scenariste de l'album : TSURATA Kenji Dessinateur de l'album : TSURATA Kenji Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Mariel Imari aime manger, boire et dormir. Elle aime aussi les chats. D'ailleurs, elles et les félins se ressemblent un peu, et se côtoient souvent. Au rythme nonchalant de journées oisives, découvrez l'intimité de Mariel Imari Critique : Si je devais noter ce livre en tant que manga, je dirais qu’il n’a que peu d’intérêt, il est composé d’une succession de saynètes de jeunes filles nues avec un chat plus ou moins au milieu de ruines. Les histoires sont parfois drôles, le comportement des chats réaliste mais l’œuvre prise en son entier reste une succession d’histoires sans lien les unes avec les autres. Si je prends le livre d’un point de vue artistique, comme un artbook, je le trouve très intéressant, il est graphiquement très réussi et Kenji Tsuruta excelle dans la représentation de ces jeunes filles nues et ces situations inédites, originales et parfois étranges. Et je pense que c’est vraiment de cette façon qu’il faut aborder l’ouvrage, comme un bon vin dont on savoure chaque verre sans se presser, de la même façon, il faut prendre une histoire, l’observer, profiter des détails, savourer l’audace et le trait et puis y revenir plus tard, car ce qui est sûr, c’est que l’envie d’y retourner est bien présente. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-pomme-prisonniere?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    La pomme prisonnière

    Si je devais noter ce livre en tant que manga, je dirais qu’il n’a que peu d’intérêt, il est composé d’une succession de saynètes de jeunes filles nues avec un chat plus ou moins au milieu de ruines. Les histoires sont parfois drôles, le comportement des chats réaliste mais l’œuvre prise en son entier reste une succession d’histoires sans lien les unes avec les autres. Si je prends le livre d’un point de vue artistique, comme un artbook, je le trouve très intéressant, il est graphiquement très réussi et Kenji Tsuruta excelle dans la représentation de ces jeunes filles nues et ces situations inédites, originales et parfois étranges. Et je pense que c’est vraiment de cette façon qu’il faut aborder l’ouvrage, comme un bon vin dont on savoure chaque verre sans se presser, de la même façon, il faut prendre une histoire, l’observer, profiter des détails, savourer l’audace et le trait et puis y revenir plus tard, car ce qui est sûr, c’est que l’envie d’y retourner est bien présente.
  4. Nickad

    Ce printemps rémanent tome 1

    C’est toujours avec plaisir que l’on accueille un manga de Shiki KAWABATA, après le fantastique Rouge éclipse et l’émouvant le cadeau de l’ange, la voici qui nous propose une nouvelle série en 5 tomes en partie fantastique avec beaucoup de sentiments et d’émotions. Haruta vient de finir sa première série manga qui a rencontré beaucoup de succès, à présent elle doit en faire une nouvelle mais bloque sur le scenario, elle finit par avouer que les idées venaient de quelqu’un d’autre : un camarade de lycée décédé prématurément qui lui avait léguer ses notes. Elle a toujours souffert d’avoir eu du succès à sa place. Un jour, elle retourne dans le passé et se retrouve dans une boucle temporelle située quelques mois avant la mort du garçon, elle va tout faire pour qu’il puisse réaliser son rêve avant son décès. Ce qui est intéressant c’est que ses retours en arrière ne sont pas là pour sauver son camarade mais pour qu’il ait l’occasion de faire connaître son œuvre et qu’il puisse savourer ce bonheur. L’histoire met en valeur l’amitié et les relations sociales sans jamais tomber dans l’apitoiement, bien que l’on ait des passages sentimentaux, le manga garde une certaine légèreté qui rend la lecture très agréable. Extrait
  5. Titre de l'album : Ce printemps rémanent tome 1 Scenariste de l'album : KAWABATA Shiki Dessinateur de l'album : KAWABATA Shiki Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Haruta est une autrice de mangas dont la première série est devenue un énorme best-seller. Comme son titre phare touche à sa fin, son éditeur s'attend à ce qu'elle se lance rapidement dans un nouveau titre. Il y a juste un petit problème : elle se sent totalement incapable d'y arriver, et pour cause ! La jeune femme n'est pas à l'origine de son propre succès, elle a volé le scénario de son manga à un camarade de lycée, aujourd'hui décédé. Mais le destin va lui donner une opportunité de se racheter... En remontant le temps, pourra-t-elle réécrire l'histoire et effacer ses regrets ? Critique : C’est toujours avec plaisir que l’on accueille un manga de Shiki KAWABATA, après le fantastique Rouge éclipse et l’émouvant le cadeau de l’ange, la voici qui nous propose une nouvelle série en 5 tomes en partie fantastique avec beaucoup de sentiments et d’émotions. Haruta vient de finir sa première série manga qui a rencontré beaucoup de succès, à présent elle doit en faire une nouvelle mais bloque sur le scenario, elle finit par avouer que les idées venaient de quelqu’un d’autre : un camarade de lycée décédé prématurément qui lui avait léguer ses notes. Elle a toujours souffert d’avoir eu du succès à sa place. Un jour, elle retourne dans le passé et se retrouve dans une boucle temporelle située quelques mois avant la mort du garçon, elle va tout faire pour qu’il puisse réaliser son rêve avant son décès. Ce qui est intéressant c’est que ses retours en arrière ne sont pas là pour sauver son camarade mais pour qu’il ait l’occasion de faire connaître son œuvre et qu’il puisse savourer ce bonheur. L’histoire met en valeur l’amitié et les relations sociales sans jamais tomber dans l’apitoiement, bien que l’on ait des passages sentimentaux, le manga garde une certaine légèreté qui rend la lecture très agréable. Extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ce-printemps-remanent-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Entre deux T2

    Ca se complique encore pour notre "couple" et le titre entre deux prend encore plus son sens. Ce deuxième tome fait la part belle à la troisième personne de notre histoire : la chef de Kohei et femme qu'il a mise enceinte. La ou ce manga est toujours aussi bon. Plutôt que de chercher à faire dans le "trop" sentimentale, il nous livre des vraies réflexions sur la femme japonaise, sa place dans la société, mais aussi les adultes et leurs illusions. Entre le changement de point vu de la chef de Kohei sur le fait d'élever un bébé toute seul et Kohei qui ne sait plus du tout comment il doit réagir, pris entre son obligation de futur père et son amour pour Atsuko, ce manga parait vraiment super réaliste. Et la fin en ajoute une couche et nous promet un tome trois du plus compliqué pour Kohei !
  7. poseidon2

    Entre deux T2

    Titre de l'album : Entre deux T2 Scenariste de l'album : Peko Watanabe Dessinateur de l'album : Peko Watanabe Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Atsuko et Kôhei sont en couple depuis 10 ans. Tout semble parfait entre eux, même si le classique schéma mariage + enfant ne les attire pas. Mais une seule erreur commise va définitivement trouver l'équilibre entre eux : une autre femme est tombée enceinte de Kôhei. Critique : Ca se complique encore pour notre "couple" et le titre entre deux prend encore plus son sens. Ce deuxième tome fait la part belle à la troisième personne de notre histoire : la chef de Kohei et femme qu'il a mise enceinte. La ou ce manga est toujours aussi bon. Plutôt que de chercher à faire dans le "trop" sentimentale, il nous livre des vraies réflexions sur la femme japonaise, sa place dans la société, mais aussi les adultes et leurs illusions. Entre le changement de point vu de la chef de Kohei sur le fait d'élever un bébé toute seul et Kohei qui ne sait plus du tout comment il doit réagir, pris entre son obligation de futur père et son amour pour Atsuko, ce manga parait vraiment super réaliste. Et la fin en ajoute une couche et nous promet un tome trois du plus compliqué pour Kohei ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/entre-deux-tome-2-231169?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Tsuneo est un jeune étudiant qui rêve de partir au Mexique pour aller faire de la plongée, pour cela il doit mettre de l’argent de côté. Il rencontre un jour une vielle dame qui lui propose de s’occuper de sa petite-fille paraplégique Josée. Cette dernière est sauvage, un peu braquée contre le monde d’autant plus que sa grand-mère l’empêche de sortir. Un jour Tsuneo découvre que Josée partage son amour de la mer, leur relation va pouvoir alors évoluer. A l’origine, Josée le tigre et les poissons est une nouvelle datant de 1984 qui a ensuite connue une adaptation live et un film d’animation, le manga, fini en 2 tomes, est donc le dernier média à être sorti. L’histoire est touchante et poétique, à cause de son handicap, Josée vit un peu dans sa bulle, comme elle en veut au monde entier, elle n’hésite pas à être capricieuse et n’est pas de compagnie facile. Si au départ Tsuneo prend sur lui car il a besoin d’argent, il va changer quand il va découvrir les aspirations cachées de la jeune fille, cette dernière va enfin s’ouvrir au monde. On parle de connaissance de l’autre, de rêves et surtout de liberté. Le dessin est beau et harmonieux, les personnages attachants, une œuvre à découvrir. extrait
  9. Titre de l'album : Josée, le tigre et les poissons tome 1 Scenariste de l'album : TANABE Seiko Dessinateur de l'album : EMOTO Nao Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Josée, jeune paraplégique, vit recluse. Pour s'évader, elle n'a que la lecture et son admiration pour la mer. Tsuneo, étudiant fasciné par les fonds marins, rêve d'aller plonger au Mexique. Quand ce dernier est embauché pour s'occuper de Josée, leur relation est pour le moins glaciale. Mais les cœurs des deux personnages battent au même rythme, celui que les vagues imposent à quiconque les admire. Critique : Tsuneo est un jeune étudiant qui rêve de partir au Mexique pour aller faire de la plongée, pour cela il doit mettre de l’argent de côté. Il rencontre un jour une vielle dame qui lui propose de s’occuper de sa petite-fille paraplégique Josée. Cette dernière est sauvage, un peu braquée contre le monde d’autant plus que sa grand-mère l’empêche de sortir. Un jour Tsuneo découvre que Josée partage son amour de la mer, leur relation va pouvoir alors évoluer. A l’origine, Josée le tigre et les poissons est une nouvelle datant de 1984 qui a ensuite connue une adaptation live et un film d’animation, le manga, fini en 2 tomes, est donc le dernier média à être sorti. L’histoire est touchante et poétique, à cause de son handicap, Josée vit un peu dans sa bulle, comme elle en veut au monde entier, elle n’hésite pas à être capricieuse et n’est pas de compagnie facile. Si au départ Tsuneo prend sur lui car il a besoin d’argent, il va changer quand il va découvrir les aspirations cachées de la jeune fille, cette dernière va enfin s’ouvrir au monde. On parle de connaissance de l’autre, de rêves et surtout de liberté. Le dessin est beau et harmonieux, les personnages attachants, une œuvre à découvrir. extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/josee-le-tigre-et-les-poissons-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Le goût des retrouvailles tome 3

    Les vacances finissent, il va être temps pour Rutsubo de prendre sa décision, retourner avec sa grand-mère ou vivre avec son père. C’est à ce moment qu’elle apprend que son père pourrait avoir un poste en Angleterre. Il y a beaucoup de délicatesse dans cette histoire qui aurait pu être larmoyante : il y a cette petite fille qui n’a jamais connu sa mère autrement que par les souvenirs qu’elle en a quand elle était dans son ventre, cet homme qui savait qu’il avait un enfant et auquel la belle-famille lui en a interdit l’accès et qui s’est toujours senti incapable d’aimer, cette femme amoureuse désespérément et cherchant à se faire remarquer pendant des années qui a fini par avoir un enfant. Il y a beaucoup d’amour perdu ou espéré, beaucoup de maladresse dans les relations. Sans jamais juger les uns ou les autres, l’auteure assemble les pièces jusqu’au dernier moment. C’est une œuvre sensible, un dessin fin, épuré par moment pour laisser la place aux sentiments et aller à l’essentiel.
  11. Titre de l'album : Le goût des retrouvailles tome 3 Scenariste de l'album : ITOI Nozo Dessinateur de l'album : ITOI Nozo Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Dans Le Goût des retrouvailles, Nozo Itoi croque le quotidien de deux êtres meurtris par la vie qui vont devoir, au fil des pages, apprendre à se connaître et à pardonner. Cette oeuvre précieuse ne manquera pas de vous charmer grâce à son style graphique tout en rondeur et sa poésie. Petit à petit, la fin de l'été approche et il va être temps pour Rutsubo et son père de prendre des décisions importantes. Maintenant qu'ils ont appris à se connaître, doivent-ils vivre ensemble ? En ont-ils réellement envie ? Les réponses à ces questions ne sont pas évidentes, surtout pour une petite fille de neuf ans... Critique : Les vacances finissent, il va être temps pour Rutsubo de prendre sa décision, retourner avec sa grand-mère ou vivre avec son père. C’est à ce moment qu’elle apprend que son père pourrait avoir un poste en Angleterre. Il y a beaucoup de délicatesse dans cette histoire qui aurait pu être larmoyante : il y a cette petite fille qui n’a jamais connu sa mère autrement que par les souvenirs qu’elle en a quand elle était dans son ventre, cet homme qui savait qu’il avait un enfant et auquel la belle-famille lui en a interdit l’accès et qui s’est toujours senti incapable d’aimer, cette femme amoureuse désespérément et cherchant à se faire remarquer pendant des années qui a fini par avoir un enfant. Il y a beaucoup d’amour perdu ou espéré, beaucoup de maladresse dans les relations. Sans jamais juger les uns ou les autres, l’auteure assemble les pièces jusqu’au dernier moment. C’est une œuvre sensible, un dessin fin, épuré par moment pour laisser la place aux sentiments et aller à l’essentiel. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-gout-des-retrouvailles-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Nickad

    Le goût des retrouvailles tome 2

    La grand-mère de Rutsubo vient leur rendre visite pour voir comment se passe les relations entre le père et la fille. C’est au cours de cette visite que le père (Shima) se rend compte que Rutsubo peut parfaitement parler mais qu’elle ne souhaite pas le faire. De son côté, la petite fille est partagée, elle ne comprend pas comment un mot de son père peut l’ébranler autant. Dans ce tome on en apprend plus sur la mère de Rutsubo et la relation qui existait entre ses parents. On sent aussi tout le poids qui pèse sur les épaules de la petite fille face aux attentes de sa mère et son désespoir de ne pas pouvoir accomplir ces dernières volontés. Finalement, on voit que les 3 personnages (père, fille et grand-mère) subissent une situation que la mère (Eri) a provoquée. Cette dernière était particulièrement mystérieuse, chacun cherche à comprendre et en savoir plus pour savoir où trouver sa place. Si le lecteur, lui en apprend plus, ce n’est pas encore le cas de Shima. On comprend alors, qu’en plus de nouer des relations quand on ne se connaît pas, le passé a une influence forte sur les liens qui peuvent unir les êtres et qu’il suffit parfois d’un petit pas pour débloquer la situation. Le manga est subtil, aborde des sujets importants sans être pesant. La lecture peut donc se faire à deux niveaux : juste regarder l’évolution de la relation père-fille et la façon dont chacun apprivoise l’autre ou bien aller au-delà, et se pencher sur ce qui crée les liens et les sentiments entre les gens. Une lecture fluide et agréable en tout cas, fin au prochain tome.
  13. Titre de l'album : Le goût des retrouvailles tome 2 Scenariste de l'album : ITOI Nozo Dessinateur de l'album : ITOI Nozo Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Rutsubo s'habitue, bien malgré elle, à vivre aux côtés de son père... Mais tandis qu'une tempête s'approche, c'est une toute autre chose qui inquiète Shima : l'annonce de l'arrivée impromptue de la grand-mère de sa fille. Tandis que certains secrets sont encours enfouis, pourra-t-il gagner la confiance de cette femme qui l'a toujours détesté ? Critique : La grand-mère de Rutsubo vient leur rendre visite pour voir comment se passe les relations entre le père et la fille. C’est au cours de cette visite que le père (Shima) se rend compte que Rutsubo peut parfaitement parler mais qu’elle ne souhaite pas le faire. De son côté, la petite fille est partagée, elle ne comprend pas comment un mot de son père peut l’ébranler autant. Dans ce tome on en apprend plus sur la mère de Rutsubo et la relation qui existait entre ses parents. On sent aussi tout le poids qui pèse sur les épaules de la petite fille face aux attentes de sa mère et son désespoir de ne pas pouvoir accomplir ces dernières volontés. Finalement, on voit que les 3 personnages (père, fille et grand-mère) subissent une situation que la mère (Eri) a provoquée. Cette dernière était particulièrement mystérieuse, chacun cherche à comprendre et en savoir plus pour savoir où trouver sa place. Si le lecteur, lui en apprend plus, ce n’est pas encore le cas de Shima. On comprend alors, qu’en plus de nouer des relations quand on ne se connaît pas, le passé a une influence forte sur les liens qui peuvent unir les êtres et qu’il suffit parfois d’un petit pas pour débloquer la situation. Le manga est subtil, aborde des sujets importants sans être pesant. La lecture peut donc se faire à deux niveaux : juste regarder l’évolution de la relation père-fille et la façon dont chacun apprivoise l’autre ou bien aller au-delà, et se pencher sur ce qui crée les liens et les sentiments entre les gens. Une lecture fluide et agréable en tout cas, fin au prochain tome. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-gout-des-retrouvailles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Si nous étions adultes... tome 1

    Ayano est maitresse d’école, de temps en temps pour décompresser, elle se rend dans un bar restaurant un peu éloigné de chez elle, pour être sûre de ne pas croiser d’élèves. C’est là, qu’elle rencontre Akari, entre elles le courant passe tout de suite et elles finissent par se rapprocher. Leurs sentiments semblent réciproques, tout aurait pu être facile mais Ayano est mariée et elle ne sait plus où elle en est. L’intérêt principal de l’histoire c’est le fait qu’une femme mariée va s’éprendre d’une autre femme. Un scenario plutôt moderne et ouvert d’esprit. Pas une seule seconde, il n’y a de jugement sur les personnages, c’est juste une situation qui se présente avec les interrogations que cela engendre. L’histoire est fluide, la lecture agréable et on se demande bien comment tout cela va évoluer. Le seul bémol c’est le dessin : c’est un peu simple, ça manque d’arrière-plan, les expressions des personnages sont parfois dérangeantes (peut-être liées aux proportions). 5 tomes en cours Extrait ici
  15. Titre de l'album : Si nous étions adultes... tome 1 Scenariste de l'album : SHIMURA Takako Dessinateur de l'album : SHIMURA Takako Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Ayano est professeure d'école primaire. Un soir, après une longue journée de rencontres avec les parents des élèves, elle décide de faire un détour avant de rentrer chez elle. Dans le petit bar-restaurant qu'elle aime fréquenter, elle rencontre Akari. Entre elles, le courant passe très vite... Sous l'effet de l'alcool, les deux femmes finissent par s'embrasser. Mais Ayano n'est pas aussi libre qu'elle le laisse paraître... Critique : Ayano est maitresse d’école, de temps en temps pour décompresser, elle se rend dans un bar restaurant un peu éloigné de chez elle, pour être sûre de ne pas croiser d’élèves. C’est là, qu’elle rencontre Akari, entre elles le courant passe tout de suite et elles finissent par se rapprocher. Leurs sentiments semblent réciproques, tout aurait pu être facile mais Ayano est mariée et elle ne sait plus où elle en est. L’intérêt principal de l’histoire c’est le fait qu’une femme mariée va s’éprendre d’une autre femme. Un scenario plutôt moderne et ouvert d’esprit. Pas une seule seconde, il n’y a de jugement sur les personnages, c’est juste une situation qui se présente avec les interrogations que cela engendre. L’histoire est fluide, la lecture agréable et on se demande bien comment tout cela va évoluer. Le seul bémol c’est le dessin : c’est un peu simple, ça manque d’arrière-plan, les expressions des personnages sont parfois dérangeantes (peut-être liées aux proportions). 5 tomes en cours Extrait ici Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/si-nous-etions-adultes-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Esprits d'ailleurs

    Esprits d’ailleurs est un recueil de trois nouvelles mêlant tranche de vie et fantastique. C’est le dernier ouvrage de l’autrice Maki Kôda, qui a plus de 10 ans e carrière mais encore méconnue en France. La 1ere histoire suit une lycéenne qui par moment peut se rendre dans le monde des invisibles, elle voit les autres mais ne les entend pas et reste transparente à leurs yeux. Elle va y faire une rencontre qui va l’aider à mieux s’intégrer. La 2eme, raconte l’histoire d’un jeune homme qui semble protégée par un ange gardien. La 3eme, un homme dans la vie active qui va recueillir un chat qui parle, ce dernier va le pousser à prendre sa vie en main. Ces 3 histoires, assez courtes, sont écrites sur le même principe : une personne qui a des difficultés dans la vie (intégration à l’école, recherche d’emploi, instabilité…) va être en contact avec un « esprit » qui va l’aider à aller de l’avant. Chaque récit est positif, raconté avec douceur, peut-être pas assez poussé mais vu le nombre de pages, difficile d’en faire plus. Un manga sympathique globalement mais qui a un potentiel de relecture limité.
  17. Nickad

    Esprits d'ailleurs

    Titre de l'album : Esprits d'ailleurs Scenariste de l'album : KODA Maki Dessinateur de l'album : KODA Maki Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Une jeune fille si effacée devant les autres qu'elle en est devenue transparente et muette, un mystérieux appartement qui semble protéger ses occupants et un chat autoritaire qui va changer la vie d'un homme indécis. Trois histoires singulières et touchantes sur les esprits qui nous entourent. Une œuvre fascinante. Critique : Esprits d’ailleurs est un recueil de trois nouvelles mêlant tranche de vie et fantastique. C’est le dernier ouvrage de l’autrice Maki Kôda, qui a plus de 10 ans e carrière mais encore méconnue en France. La 1ere histoire suit une lycéenne qui par moment peut se rendre dans le monde des invisibles, elle voit les autres mais ne les entend pas et reste transparente à leurs yeux. Elle va y faire une rencontre qui va l’aider à mieux s’intégrer. La 2eme, raconte l’histoire d’un jeune homme qui semble protégée par un ange gardien. La 3eme, un homme dans la vie active qui va recueillir un chat qui parle, ce dernier va le pousser à prendre sa vie en main. Ces 3 histoires, assez courtes, sont écrites sur le même principe : une personne qui a des difficultés dans la vie (intégration à l’école, recherche d’emploi, instabilité…) va être en contact avec un « esprit » qui va l’aider à aller de l’avant. Chaque récit est positif, raconté avec douceur, peut-être pas assez poussé mais vu le nombre de pages, difficile d’en faire plus. Un manga sympathique globalement mais qui a un potentiel de relecture limité. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/esprits-d-ailleurs?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Le goût des retrouvailles tome 1 Scenariste de l'album : ITOI Nozo Dessinateur de l'album : ITOI Nozo Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Rutsubo, à neuf ans seulement, porte déjà un regard cynique sur les adultes. Elevée par ses grands-parents, elle n'a jamais pardonné à son père de l'avoir abandonnée dès la naissance. Sa mère, quant à elle, est décédé lors de l'accouchement. Elle ne comprend pas ce qu'elle fait dans ce monde... Et le temps d'un été, pourtant, c'est auprès de son père qu'elle va vivre. Ce dernier, plutôt tombeur de femmes, devra adapter son quotidien pour accueillir chez lui cette fillette qu'il n'a jamais connue. La communication s'annonce compliquée car Rutsubo, elle, n'a jamais parlé. Entre non-dits, souffrances et secrets de famille, la cohabitation ne sera pas aisée... Critique : Rutsubo est une petite fille de 9 ans qui n’a pas subi le phénomène d’amnésie infantile, elle se rappelle de tout ce qui s’est passé à partir du moment où elle a été conçue (y compris ce qu’elle a entendue quand elle était dans le ventre de sa mère). Sa mère décède en couche et elle se rappelle que son père, qui a abandonné sa mère, a demandé aux médecins de tout faire pour sauver l’enfant. Elle naît avec un fort ressentiment à l’encontre de son père et du monde dans lequel elle ne voulait pas naitre. Par signe de rébellion, elle a grandi sans parler à son entourage ; entourage peu sympathique au demeurant. Après 9 ans élevée par sa grand-mère, son oncle et sa tante, elle va devoir habiter avec son père pour les deux mois de grandes vacances, chacun étant un inconnu pour l’autre. Les éditions Akata nous propose une nouvelle fois une histoire de famille, inédite et touchante. On évoque dans cette série l’abandon, les secrets de famille, le pardon. Tout y est décrit à travers le regard de Rutsubo : les paroles blessantes des adultes qui font comme si elle n’existait pas ou était trop bête pour comprendre, le comportement parfois frivole de son père, sa maladresse. Le dessin est à la hauteur du texte, il est fin et délicat. Il y a beaucoup de sensibilité, une description de la situation familiale intelligente sans être larmoyante. Pris dans l’histoire, la fin du tome arrive beaucoup trop vite, on a envie de voir l’évolution de la relation père/fille tout en s’amusant du regard d’enfant porté sur le monde adulte. série finie en 3 tomes extrait : Le goût des retrouvailles T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-gout-des-retrouvailles-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Nickad

    Le goût des retrouvailles tome 1

    Rutsubo est une petite fille de 9 ans qui n’a pas subi le phénomène d’amnésie infantile, elle se rappelle de tout ce qui s’est passé à partir du moment où elle a été conçue (y compris ce qu’elle a entendue quand elle était dans le ventre de sa mère). Sa mère décède en couche et elle se rappelle que son père, qui a abandonné sa mère, a demandé aux médecins de tout faire pour sauver l’enfant. Elle naît avec un fort ressentiment à l’encontre de son père et du monde dans lequel elle ne voulait pas naitre. Par signe de rébellion, elle a grandi sans parler à son entourage ; entourage peu sympathique au demeurant. Après 9 ans élevée par sa grand-mère, son oncle et sa tante, elle va devoir habiter avec son père pour les deux mois de grandes vacances, chacun étant un inconnu pour l’autre. Les éditions Akata nous propose une nouvelle fois une histoire de famille, inédite et touchante. On évoque dans cette série l’abandon, les secrets de famille, le pardon. Tout y est décrit à travers le regard de Rutsubo : les paroles blessantes des adultes qui font comme si elle n’existait pas ou était trop bête pour comprendre, le comportement parfois frivole de son père, sa maladresse. Le dessin est à la hauteur du texte, il est fin et délicat. Il y a beaucoup de sensibilité, une description de la situation familiale intelligente sans être larmoyante. Pris dans l’histoire, la fin du tome arrive beaucoup trop vite, on a envie de voir l’évolution de la relation père/fille tout en s’amusant du regard d’enfant porté sur le monde adulte. série finie en 3 tomes extrait : Le goût des retrouvailles T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  20. Titre de l'album : Le secret de Madoka Scenariste de l'album : KINGYOBACHI Deme Dessinateur de l'album : KINGYOBACHI Deme Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Madoka est un petit garçon. Mais ce qu'il préfère, ce sont les peluches et les robes que lui confectionne sa sœur. Hélas, ses camarades n'ont pas toujours réussi à comprendre ses goûts et cela lui a parfois causé du tort. Aussi, quand suite à un déménagement, il se retrouve dans une nouvelle classe, il se promet de se comporter « comme un garçon ». Mais Itsuki, sa voisine de classe qui ne se sent pas très à l'aise avec ce qu'on attend des filles, remarque très vite Madoka... Et si c'était le début de leur histoire d'amitié ? Critique : Madoka est un jeune garçon qui aime les choses mignonnes mais dans la vie être différent c’est s’exposer aux regards et aux critiques des autres et ce n’est pas facile à vivre. Un jour, il rencontre une jeune fille qui se moque des conventions et assume ses choix, cet exemple va-t-il lui donner la force de s’affirmer ? Le manga n’est pas sans rappeler Otomen, mais ici les personnages sont plus jeunes, à un âge où faire des choix est difficile ! Les deux personnages principaux, Madoka et Itsuki, ne se reconnaissent pas dans les normes de la société, même si leur famille les soutient, les relations avec des tiers restent compliquées. Notre société actuelle commence à prendre en compte les personnes comme nos héros, ceux qui ne se sentent ni fille ni garçon, les non-binaires. Les mentalités commencent lentement à changer et si dans les pays nordiques il existe un 3eme genre, il n’en est encore rien en France ! Le pronom personnel « iel » a quand même été inventé ! Le manga est un appel à l’ouverture d’esprit, à la reconnaissance de la différence, à la tolérance, écrit avec beaucoup de finesse, il aborde ce sujet avec délicatesse sans heurter les sensibilités. A découvrir. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-secret-de-madoka?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Nickad

    Le secret de Madoka

    Madoka est un jeune garçon qui aime les choses mignonnes mais dans la vie être différent c’est s’exposer aux regards et aux critiques des autres et ce n’est pas facile à vivre. Un jour, il rencontre une jeune fille qui se moque des conventions et assume ses choix, cet exemple va-t-il lui donner la force de s’affirmer ? Le manga n’est pas sans rappeler Otomen, mais ici les personnages sont plus jeunes, à un âge où faire des choix est difficile ! Les deux personnages principaux, Madoka et Itsuki, ne se reconnaissent pas dans les normes de la société, même si leur famille les soutient, les relations avec des tiers restent compliquées. Notre société actuelle commence à prendre en compte les personnes comme nos héros, ceux qui ne se sentent ni fille ni garçon, les non-binaires. Les mentalités commencent lentement à changer et si dans les pays nordiques il existe un 3eme genre, il n’en est encore rien en France ! Le pronom personnel « iel » a quand même été inventé ! Le manga est un appel à l’ouverture d’esprit, à la reconnaissance de la différence, à la tolérance, écrit avec beaucoup de finesse, il aborde ce sujet avec délicatesse sans heurter les sensibilités. A découvrir.
  22. Titre de l'album : Hana l'inaccessible tome 3 Scenariste de l'album : MURATA Koji Dessinateur de l'album : MURATA Koji Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : La super carte maîtresse du fabricant de pâtisseries traditionnelles, Mitsubachi, se nomme Hana Takamine et a vingt-sept ans ! Une belle jeune femme aussi douée qu'une écolière de CM2 pour ce qui est de l'amour !! Grâce au projet gâteau du Cool Japan, elle et Tsuyoshi se sont rapprochés ! Hana finit finalement par lui déclarer son amour !! Quelle sera la conclusion de leur amour partagé ? ! Suite à de nouvelles affectations, ses plus grandes rivales entrent en scène !! Une femme d'affaires sujette au rougissement !! Critique : Hana a fait sa déclaration, Tsuyoshi lui a répondu, leur amour est réciproque, seulement il ne veut pas encore sortir avec elle, il souhaite devenir un homme digne d’elle avant de pouvoir le faire. Un tome particulièrement mièvre, nos deux amoureux sont gênés l’un par rapport à l’autre, rougissent pour un rien… on ne croirait vraiment pas qu’ils sont adultes ! Le manga n’est pas désagréable mais ce qui est mignon à 10 ans l’est beaucoup moins à 27 ! Il ne se passe donc pas grand-chose dans ce volume, l’auteur fait trainer en longueur les regards, met 4 pages quand 1 suffirait… Heureusement que la fin du tome apporte des changements qui provoqueront surement des rebondissements et du dynamisme pour la suite !! Un peu de piquant serait bienvenu. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-l-inaccessible-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Hana l'inaccessible tome 3

    Hana a fait sa déclaration, Tsuyoshi lui a répondu, leur amour est réciproque, seulement il ne veut pas encore sortir avec elle, il souhaite devenir un homme digne d’elle avant de pouvoir le faire. Un tome particulièrement mièvre, nos deux amoureux sont gênés l’un par rapport à l’autre, rougissent pour un rien… on ne croirait vraiment pas qu’ils sont adultes ! Le manga n’est pas désagréable mais ce qui est mignon à 10 ans l’est beaucoup moins à 27 ! Il ne se passe donc pas grand-chose dans ce volume, l’auteur fait trainer en longueur les regards, met 4 pages quand 1 suffirait… Heureusement que la fin du tome apporte des changements qui provoqueront surement des rebondissements et du dynamisme pour la suite !! Un peu de piquant serait bienvenu.
  24. Titre de l'album : Trait pour trait tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : HIGASHIMURA Akiko Dessinateur de l'album : HIGASHIMURA Akiko Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Akiko Hayashi est lycéenne, et elle habite dans la préfecture de Miyazaki. Très jeune, elle savait qu'elle voulait devenir dessinatrice de shôjo mangas, et avait déjà fantasmé tout son plan de carrière : l'âge auquel elle enverrait des premiers travaux aux éditeurs, l'âge auquel elle serait publiée, l'âge auquel son manga serait adapté en anime… Persuadée que son génie auto-proclamé suffirait à lui ouvrir toutes les portes, elle va pourtant être rattrapée par la réalité. Car en dernière année de lycée, sa rencontre avec un prof d'une petite classe d'arts à l'écart de tout, va violemment la ramener à la réalité. Ce professeur étrange, plutôt sévère et armé de son sabre en bambou, va profondément changer sa vie. Critique : Histoire autobiographique pour ce manga. Akiko Higashimura revient sur son passé avec humour, sa passion pour les shojos qui a motivé tout son parcours scolaire, du club d’art plastique du lycée à l’école des beaux-arts en passant surtout par une école d’art locale. Mais au travers de ces souvenirs, c’est surtout sur son professeur de dessin qu’elle s’attarde, sur cette relation étrange, sur tout ce qu’elle n’avait pas compris étant jeune et sur ses regrets. Car on sent une tristesse dans le texte, ce livre semble être un hommage à ce professeur pour lui dire tout ce qu’elle n’a jamais pu lui dire. Difficilement abordable pour la jeune génération, pas à cause de sa lecture mais de la maturité nécessaire pour l’apprécier comme il se doit, c’est une œuvre émouvante. L’idéal serait que les parents la lise et qu’ils en parlent ensuite avec leurs adolescents, car il y a quand même un message de l’auteur par rapport à son retour d’expérience. Autres infos : série finie en 5 tomes Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/trait-pour-trait-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Nickad

    Trait pour trait tomes 1 et 2

    Histoire autobiographique pour ce manga. Akiko Higashimura revient sur son passé avec humour, sa passion pour les shojos qui a motivé tout son parcours scolaire, du club d’art plastique du lycée à l’école des beaux-arts en passant surtout par une école d’art locale. Mais au travers de ces souvenirs, c’est surtout sur son professeur de dessin qu’elle s’attarde, sur cette relation étrange, sur tout ce qu’elle n’avait pas compris étant jeune et sur ses regrets. Car on sent une tristesse dans le texte, ce livre semble être un hommage à ce professeur pour lui dire tout ce qu’elle n’a jamais pu lui dire. Difficilement abordable pour la jeune génération, pas à cause de sa lecture mais de la maturité nécessaire pour l’apprécier comme il se doit, c’est une œuvre émouvante. L’idéal serait que les parents la lise et qu’ils en parlent ensuite avec leurs adolescents, car il y a quand même un message de l’auteur par rapport à son retour d’expérience.
×
×
  • Créer...