Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manga'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : La gameuse et son chat tome 6 Scenariste de l'album : NADATANI Wataru Dessinateur de l'album : NADATANI Wataru Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Comment survivre à l'arrivée d'un chat quand on ne vit que pour les jeux vidéo ? Avec eux deux, même le plus banal des quotidiens peut devenir une véritable aventure ! La vie avec un chat quand on est passionnée de jeux... 6e opus de l'aventure ! Critique : Kozakura a maintenant deux jeunes chats, elle continue à découvrir leurs comportements individuels et collectifs, et fidèle à elle-même, à comparer avec ses jeux vidéo. Elle découvre ainsi que les chats se reconnaissent à l’odeur, qu’ils ne voient pas très bien, que les accessoires qu’elle trouve utiles ne sont pas vus de la même manière par les chats, que leur pelage est plus épais en hiver et qu’ils dorment n’importe comment. Si le manga n’est pas déplaisant et que les histoires de chats rigolos et mignons attirent toujours les foule (pour preuve, la multitude de vidéos de chats sur le web), le côté jeu vidéo à des limites. Voir Kozakura jouer n’est pas particulièrement passionnant et son parallèle entre ses personnages de jeux et ses animaux n’intéressera que les joueurs. Le manga plaira encore plus à ceux qui ont un chat chez eux en se disant que le leur fait aussi ce genre de choses et pourront peut-être en apprendre un peu plus sur certains comportements. Le livre reste sympathique dans l’ensemble et comme les chats grandissent, leurs manières d’être évoluant, l’auteur a encore de quoi écrire de nombreux chapitres. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-gameuse-et-son-chat-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    La gameuse et son chat tome 6

    Kozakura a maintenant deux jeunes chats, elle continue à découvrir leurs comportements individuels et collectifs, et fidèle à elle-même, à comparer avec ses jeux vidéo. Elle découvre ainsi que les chats se reconnaissent à l’odeur, qu’ils ne voient pas très bien, que les accessoires qu’elle trouve utiles ne sont pas vus de la même manière par les chats, que leur pelage est plus épais en hiver et qu’ils dorment n’importe comment. Si le manga n’est pas déplaisant et que les histoires de chats rigolos et mignons attirent toujours les foule (pour preuve, la multitude de vidéos de chats sur le web), le côté jeu vidéo à des limites. Voir Kozakura jouer n’est pas particulièrement passionnant et son parallèle entre ses personnages de jeux et ses animaux n’intéressera que les joueurs. Le manga plaira encore plus à ceux qui ont un chat chez eux en se disant que le leur fait aussi ce genre de choses et pourront peut-être en apprendre un peu plus sur certains comportements. Le livre reste sympathique dans l’ensemble et comme les chats grandissent, leurs manières d’être évoluant, l’auteur a encore de quoi écrire de nombreux chapitres.
  3. Nickad

    Anti romance tome 1

    Ryô et Suô vivent ensemble depuis 6 ans, cohabitent plutôt car ils n’ont pas de relations intimes. Ils sont amis depuis l’école et ont choisi de partager un appartement par commodité. Mais leur entourage leur fait comprendre qu’une cohabitation aussi longue est inhabituelle et se pose des questions sur la vraie nature de leur relation. Le défaut et la qualité de ce manga sont les mêmes : l’auteur prend son temps dans le développement de l’intrigue. Défaut, car on peut y ressentir quelques longueurs avec le risque de rester spectateur. Qualité, car on apprend à connaître les personnages, leur quotidien, leurs pensées et leurs sentiments. Anti-romance est une œuvre intimiste, introspective même, les personnages sont à un tournant de leurs relations sans s’en rendre compte au début, ce sont les remarques de leur entourage qui leur font comprendre que leur situation n’est pas courante et les poussent à y réfléchir. Le manga bénéficie d’un graphisme élégant, précis, le sujet est original. On voit que l’auteur prend son temps pour l’écrire (il a fallu 5 ans pour que ce tome soit achevé !). Espérons que la suite ne tombe pas dans le yaoi classique et garde cette approche particulière.
  4. Titre de l'album : Anti romance tome 1 Scenariste de l'album : HIDAKA Shoko Dessinateur de l'album : HIDAKA Shoko Coloriste : Editeur de l'album : Hana Note : Résumé de l'album : Ryô et Suô ont toujours été amis. Depuis six ans, ils vivent en colocation dans un appartement de Tôkyô, un peu par convention, semble-t-il, bien que leur entourage se pose de nombreuses questions sur leur relation. Toujours vissés l'un à l'autre, ils n'ont pourtant pas l'intention de démêler leurs sentiments. Mais les non-dits et la jalousie maladive ne peuvent pas s'accumuler sans qu'un jour, tout finisse par exploser... Critique : Ryô et Suô vivent ensemble depuis 6 ans, cohabitent plutôt car ils n’ont pas de relations intimes. Ils sont amis depuis l’école et ont choisi de partager un appartement par commodité. Mais leur entourage leur fait comprendre qu’une cohabitation aussi longue est inhabituelle et se pose des questions sur la vraie nature de leur relation. Le défaut et la qualité de ce manga sont les mêmes : l’auteur prend son temps dans le développement de l’intrigue. Défaut, car on peut y ressentir quelques longueurs avec le risque de rester spectateur. Qualité, car on apprend à connaître les personnages, leur quotidien, leurs pensées et leurs sentiments. Anti-romance est une œuvre intimiste, introspective même, les personnages sont à un tournant de leurs relations sans s’en rendre compte au début, ce sont les remarques de leur entourage qui leur font comprendre que leur situation n’est pas courante et les poussent à y réfléchir. Le manga bénéficie d’un graphisme élégant, précis, le sujet est original. On voit que l’auteur prend son temps pour l’écrire (il a fallu 5 ans pour que ce tome soit achevé !). Espérons que la suite ne tombe pas dans le yaoi classique et garde cette approche particulière. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/anti-romance-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Imaginez un magicien doué de notre époque être transporté au Moyen-Age, en pleine période de la chasse aux sorcières. Nous, qui pouvons déjà être époustouflés devant leurs tours en sachant qu’il y a un « truc », imaginez ce que ces tours provoqueraient sur des habitants de cette époque, ancrés en plus dans la croyance que les sorcières existent. Voilà le concept de Harry Makito ! Le manga joue sur deux tableaux : le premier parler de prestidigitation et au passage expliquer quelques techniques de magicien. Le deuxième montrer des aspects de la vie moyenâgeuse, sordides il faut bien le dire entre l’inquisition, les croyances, les bas quartiers..., il y a de quoi faire. Makito et sa nouvelle amie Mia vont donc essayer de mettre fin à cette chasse aux sorcières et quand on peut faire des tours aussi réalistes, on passe facilement pour un démon ou le diable lui-même. Le livre ne tombe pas dans le dramatique et mêle habilement histoire et aventures avec une certaine pointe d’amusement comme tout bon spectacle de magie. Le dessin a à la fois ce côté rond des mangas et des graphismes plus recherchés sur le côté historique. Un bon début de série, finie en 4 tomes. Extrait ici L'auteur WATANABE Shizumu est déjà connu en France pour ses séries my girlfriend is a fiction et surtout Real account qui s'est finie en juin dernier.
  6. Titre de l'album : Harry Makito, magicien & sauveur de sorcières tome 1 Scenariste de l'album : WATANABE Shizumu Dessinateur de l'album : WATANABE Shizumu Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : En 2021, Harry Makito, magicien de génie, donne son dernier spectacle à Tokyo. C'est alors qu'il meurt brûlé vif accidentellement lors de son tour final et se retrouve propulsé dans l'Europe médiévale, en pleine chasse aux sorcières ! À l'aide de sa magie, il va choisir de se battre contre l'église afin de sauver toutes ces femmes injustement persécutées. Critique : Imaginez un magicien doué de notre époque être transporté au Moyen-Age, en pleine période de la chasse aux sorcières. Nous, qui pouvons déjà être époustouflés devant leurs tours en sachant qu’il y a un « truc », imaginez ce que ces tours provoqueraient sur des habitants de cette époque, ancrés en plus dans la croyance que les sorcières existent. Voilà le concept de Harry Makito ! Le manga joue sur deux tableaux : le premier parler de prestidigitation et au passage expliquer quelques techniques de magicien. Le deuxième montrer des aspects de la vie moyenâgeuse, sordides il faut bien le dire entre l’inquisition, les croyances, les bas quartiers..., il y a de quoi faire. Makito et sa nouvelle amie Mia vont donc essayer de mettre fin à cette chasse aux sorcières et quand on peut faire des tours aussi réalistes, on passe facilement pour un démon ou le diable lui-même. Le livre ne tombe pas dans le dramatique et mêle habilement histoire et aventures avec une certaine pointe d’amusement comme tout bon spectacle de magie. Le dessin a à la fois ce côté rond des mangas et des graphismes plus recherchés sur le côté historique. Un bon début de série, finie en 4 tomes. Extrait ici L'auteur WATANABE Shizumu est déjà connu en France pour ses séries my girlfriend is a fiction et surtout Real account qui s'est finie en juin dernier. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harry-makito-magicien-et-sauveur-de-sorcieres-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Sans complexe tome 1

    Tsubomi est une jeune fille qui vient de finir le lycée, elle ne poursuit pas ses études et se lance dans la vie active, comme « freeters » : un jeune renonçant aux études et vivant de petits boulots. Elle n’a pas d’ambition, fuit devant les difficultés, se laisse aller : ni envie et ni objectif. Elle pense d’elle-même qu’elle est mal barrée mais ne fait rien pour changer les choses. Les rencontres qu’elle va faire dans le cadre de son boulot vont-elles lui ouvrir de nouvelles perspectives ? Dans ce livre, on nous montre une arrivée à l’âge adulte sans vraiment savoir où aller, comme beaucoup de jeunes Tsubomi finit le lycée sans avoir de projet bien défini et prend les choses comme elle viennent. Elle va faire des rencontres dans le cadre de son travail : des collègues, des clients, qui peu à peu vont lui permettre d’avancer. Parfois, il suffit d’un petit rien pour que le déclic se fasse ! Sans complexe est un manga particulièrement humain, qui met en scène des personnages du quotidien, des gens quelconques qui vont apprendre à faire de leur mieux et prendre leur vie en main. Il y a une grande diversité de visages et de caractères, sans cliché, une certaine justesse dans les choix graphiques. Un premier tome intéressant sans pour autant être captivant. Il faudra attendre la suite pour ce faire une idée plus précise. Série finie en 3 tomes. Extrait ici
  8. Titre de l'album : Sans complexe tome 1 Scenariste de l'album : IKUEMI Ryo Dessinateur de l'album : IKUEMI Ryo Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Tsubomi vient de finir le lycée, mais contrairement à la plupart de ses camarades, pour elle, les études s'achèvent ici ! Sans passer par la case université, elle commence à travailler à temps partiel dans un vidéoclub de quartier... tout en squattant chez ses parents. Sans avenir, sans rêve, elle prend le quotidien comme il vient, tandis que sa cousine, de son côté, commence une carrière dans l’entertainment. En comparaison, Tsubomi se trouve bien ordinaire. Mais quand, au travail, elle rencontre Shiro et Nasukawa, le propriétaire d’un petit restaurant, la jeune femme complexée décide de se prendre en main. Cependant, la route est longue pour s'accepter... Critique : Tsubomi est une jeune fille qui vient de finir le lycée, elle ne poursuit pas ses études et se lance dans la vie active, comme « freeters » : un jeune renonçant aux études et vivant de petits boulots. Elle n’a pas d’ambition, fuit devant les difficultés, se laisse aller : ni envie et ni objectif. Elle pense d’elle-même qu’elle est mal barrée mais ne fait rien pour changer les choses. Les rencontres qu’elle va faire dans le cadre de son boulot vont-elles lui ouvrir de nouvelles perspectives ? Dans ce livre, on nous montre une arrivée à l’âge adulte sans vraiment savoir où aller, comme beaucoup de jeunes Tsubomi finit le lycée sans avoir de projet bien défini et prend les choses comme elle viennent. Elle va faire des rencontres dans le cadre de son travail : des collègues, des clients, qui peu à peu vont lui permettre d’avancer. Parfois, il suffit d’un petit rien pour que le déclic se fasse ! Sans complexe est un manga particulièrement humain, qui met en scène des personnages du quotidien, des gens quelconques qui vont apprendre à faire de leur mieux et prendre leur vie en main. Il y a une grande diversité de visages et de caractères, sans cliché, une certaine justesse dans les choix graphiques. Un premier tome intéressant sans pour autant être captivant. Il faudra attendre la suite pour ce faire une idée plus précise. Série finie en 3 tomes. Extrait ici Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sans-complexe-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Titre de l'album : Badass cop & Dolphin tome 1 Scenariste de l'album : TAMURA Ryuhei Dessinateur de l'album : TAMURA Ryuhei Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Boyle Samejima est un flic qui aime l'action en mode badass . Seul problème : ses méthodes sont rarement approuvées par ses supérieurs ! Suite à un énième dérapage, cet énervé de la gâchette est mis au placard dans un archipel perdu au milieu de l'océan Pacifique. Lui qui pensait se dorer tranquillement la pilule au soleil se retrouve chargé d'enquêter sur le mystérieux culte de la mer : une secte guidée par une jeune oracle de cinq ans... Et ce n'est pas tout, pour résoudre l'enquête, il doit faire équipe avec... un dauphin ! Critique : L’auteur de Beelzebub revient ici avec sa nouvelle comédie déjantée, finie en 5 volumes. Boyle Samejima, un flic badass se retrouve mis à pied après avoir employé des méthodes discutables. Il est envoyé sur une ile au milieu de nulle part et se retrouve à collaborer avec un dauphin dans une enquête fantastique. Inutile d’en dire plus car il vaut mieux le découvrir par soi-même. Dans le même esprit que ses œuvres précédentes, Ryuhei TAMURA mêle le côté action et WTF, c’est du grand n’importe quoi organisé (car il y a quand même un fil conducteur), des situations rocambolesques et beaucoup d’humour. On appréciera notamment la traduction de Manon Debienne & Sayaka Okada qui permet de mieux apprécier l’humour en utilisant des références propres au public français. Ce manga est un pur moment de divertissement, drôle et sans prise de tête, parfait pour se détendre ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/badass-cop-dolphin-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    The breaker Ultime édition t5

    Pppffff... Et oui encore un pfff aujourd'hui. Mais c'est peut être un pfff plus important que l'autre. Car il faut dire ce qui est : ce dernier tome de The Breaker Ultimate "clôt" notre histoire de façon brillante et termine un premier cycle magistral et qui sera culte pour moi. Il monte tout en haut de la pyramide des histoires de combats, tout support confondu. Oui c'est beaucoup dire mais non ce n'est pas trop. Car il n'y a pas de défaut à ces 5 tomes de Breaker Ultimate. L'édition est sublime, les dessins magnifiques et l'histoire, qui se termine" dans ce tome 5, est tout bonnement géniale du début à la fin. Pas trop longue comme beaucoup de manga de combat, pas incohérente avec des combattants fort mais non surhumains et surtout très touchante et humaine. Il se passe quelque chose au milieu de ce tome qui m'a fait sortir un : Mais non !!! Tellement j'étais dedans. C'est beau, c'est intéressant, c'est dynamique.... c'est le must du manga de "combat"/Yakuza. Je comprends mieux les notes impressionnantes que pouvait avoir ce manga. Vivement la version Ultimate de The Breaker, New wave qui Meian vient d'annoncer
  11. Titre de l'album : The breaker Ultime édition t5 Scenariste de l'album : Jin-hwan Park Dessinateur de l'album : Geuk-jin Jeon Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Massacre aveugle et explosion de rage ! Tous les acteurs sont réunis sur le toit de la tour Core Business. Gumunryong fait face au chef de l'Alliance lui-même, numéro 1 du Murim, alors que ses membres sont présents pour assister à l'affrontement. Le dénouement est proche et Chunwoo pourra compter sur les siens. Que le terrible dernier acte commence... Critique : Pppffff... Et oui encore un pfff aujourd'hui. Mais c'est peut être un pfff plus important que l'autre. Car il faut dire ce qui est : ce dernier tome de The Breaker Ultimate "clôt" notre histoire de façon brillante et termine un premier cycle magistral et qui sera culte pour moi. Il monte tout en haut de la pyramide des histoires de combats, tout support confondu. Oui c'est beaucoup dire mais non ce n'est pas trop. Car il n'y a pas de défaut à ces 5 tomes de Breaker Ultimate. L'édition est sublime, les dessins magnifiques et l'histoire, qui se termine" dans ce tome 5, est tout bonnement géniale du début à la fin. Pas trop longue comme beaucoup de manga de combat, pas incohérente avec des combattants fort mais non surhumains et surtout très touchante et humaine. Il se passe quelque chose au milieu de ce tome qui m'a fait sortir un : Mais non !!! Tellement j'étais dedans. C'est beau, c'est intéressant, c'est dynamique.... c'est le must du manga de "combat"/Yakuza. Je comprends mieux les notes impressionnantes que pouvait avoir ce manga. Vivement la version Ultimate de The Breaker, New wave qui Meian vient d'annoncer Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-breaker-ultimate-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Cinema : Belle

    Titre de l'album : Cinema : Belle Scenariste de l'album : Mamoru Hosoda Dessinateur de l'album : Mamoru Hosoda Coloriste : Mamoru Hosoda Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Dans la vie réelle, Suzu est une adolescente complexée, coincée dans sa petite ville de montagne avec son père. Mais dans le monde virtuel de U, Suzu devient Belle, une icône musicale suivie par plus de 5 milliards de followers. Une double vie difficile pour la timide Suzu, qui va prendre une envolée inattendue lorsque Belle rencontre la Bête, une créature aussi fascinante qu’effrayante. S’engage alors un chassé-croisé virtuel entre Belle et la Bête, au terme duquel Suzu va découvrir qui elle est. Critique : Pfffff énorme coup de cœur pour le nouveau film de Mamoru Hosoda. Nous sommes allez le voir en VOST avec mes enfants samedi après-midi et on a tous adoré. Si graphiquement c'est sublime, surtout les parties dans U, ce sont surtout les musiques qui sont éblouissantes. Dans toutes les histoires d'amour au cinéma, la mise en musique est vraiment cruciale car se doit de supporter l'image et happer le spectateur pour lui faire comprendre la dramaturgie de ce qu'il se passe. Et bien là c'est magique. D'es qu'une musique commence, on est pris aux tripes et scotché à son fauteuil. C'est émouvant, beaux et magnifiquement réalisé. L'histoire est intelligemment inspirée de la belle et la bête avec certains passages vraiment tirés de l'histoire mais une trame globale qui suit son propre chemin. C'est tellement bien qu'on s'interroge vraiment sur l'adaptation en VF. En effet pour cette adaptation c'est rien de moins que Louane qui chante et interprète le rôle principal. Si Louane s'est prêtée au jeu, cela peut donner quelque chose de bien. Ici on st preneur d'avis sur la VF, car on s'est dit qu'on guetterait le DVD dès sa sortie pour pouvoir comparer les deux versions. Car la bande annonce de la VF ci-dessous est pleine de belles promesses Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. jusqu’à
    C’est le 3 février prochain que la talentueuse Daruma MATSUURA (Kasane – La Voleuse de visage) reviendra enchanter vos lectures avec la sortie du volume 1 de La Danse du soleil et de la lune ! En attendant de plonger dans cette magnifique histoire d’amour, Ki-oon vous propose une première immersion avec un bel extrait ainsi qu'un trailer de ce conte surnaturel fascinant… L’autrice y trace le destin d’un samouraï sans sabre dans un monde où légendes et réalité s’entremêlent à merveille.
  14. poseidon2

    Cinema : Belle

    Pfffff énorme coup de cœur pour le nouveau film de Mamoru Hosoda. Nous sommes allez le voir en VOST avec mes enfants samedi après-midi et on a tous adoré. Si graphiquement c'est sublime, surtout les parties dans U, ce sont surtout les musiques qui sont éblouissantes. Dans toutes les histoires d'amour au cinéma, la mise en musique est vraiment cruciale car se doit de supporter l'image et happer le spectateur pour lui faire comprendre la dramaturgie de ce qu'il se passe. Et bien là c'est magique. D'es qu'une musique commence, on est pris aux tripes et scotché à son fauteuil. C'est émouvant, beaux et magnifiquement réalisé. L'histoire est intelligemment inspirée de la belle et la bête avec certains passages vraiment tirés de l'histoire mais une trame globale qui suit son propre chemin. C'est tellement bien qu'on s'interroge vraiment sur l'adaptation en VF. En effet pour cette adaptation c'est rien de moins que Louane qui chante et interprète le rôle principal. Si Louane s'est prêtée au jeu, cela peut donner quelque chose de bien. Ici on st preneur d'avis sur la VF, car on s'est dit qu'on guetterait le DVD dès sa sortie pour pouvoir comparer les deux versions. Car la bande annonce de la VF ci-dessous est pleine de belles promesses
  15. Nickad

    Chastity reverse world tome 2

    Ichikawa continue de découvrir les valeurs de ce monde inversé, plus méfiante qu’avant sur ce qui pourrait arriver et essayant de s’adapter au mieux, elle se retrouve quand même devant des situations qu’elle n’avait pas prévues : comme l’achat de nouveaux sous-vêtement, la gêne des autres filles dans les bains publics, une exhibitionniste qui s’incruste à compétition d’athlétisme… Mais à présent, elle a un peu plus de recul pour analyser la situation par rapport aux comportements des filles et garçons de son monde. L’excellente surprise du 1er tome passée, le début du livre continue sur le même ton : transposer des comportements typiques masculins de notre monde aux femmes du manga. C’est sympathique et ne manque pas d’idées, cela permet aussi de mettre l’accent sur des comportements qui à force d’être vus chez nous, nous semble normaux. L’autre intérêt est de voir comment Ichikawa va devoir s’adapter pour se fondre dans la masse et ne pas passer pour une anormale dans ce monde. On aurait pu trouver des longueurs, heureusement, l’auteur apporte un nouvel élément à la fin qui promet un développement coquin (enfin pour ceux qui n’auraient pas lu Chasteté inversée du même auteur). Le manga reste digne d’intérêt, entre humour et consternation (par rapport aux comportement sexistes !)
  16. Titre de l'album : Chastity reverse world tome 2 Scenariste de l'album : AMAHARA Dessinateur de l'album : MANTARO Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Plus elle vit dans ce monde, moins elle pense pouvoir rester saine d'esprit. À son réveil l'héroïne a découvert un monde où les hommes et les femmes avaient échangé leur chasteté. Les bains publics, les harems, les magasins de sous-vêtements, la façon de passer ses vacances, tout est contraire à ce qu'elle connaît et est prétexte à la rigolade. Et dans ce monde va apparaître une nouvelle source de problèmes... Critique : Ichikawa continue de découvrir les valeurs de ce monde inversé, plus méfiante qu’avant sur ce qui pourrait arriver et essayant de s’adapter au mieux, elle se retrouve quand même devant des situations qu’elle n’avait pas prévues : comme l’achat de nouveaux sous-vêtement, la gêne des autres filles dans les bains publics, une exhibitionniste qui s’incruste à compétition d’athlétisme… Mais à présent, elle a un peu plus de recul pour analyser la situation par rapport aux comportements des filles et garçons de son monde. L’excellente surprise du 1er tome passée, le début du livre continue sur le même ton : transposer des comportements typiques masculins de notre monde aux femmes du manga. C’est sympathique et ne manque pas d’idées, cela permet aussi de mettre l’accent sur des comportements qui à force d’être vus chez nous, nous semble normaux. L’autre intérêt est de voir comment Ichikawa va devoir s’adapter pour se fondre dans la masse et ne pas passer pour une anormale dans ce monde. On aurait pu trouver des longueurs, heureusement, l’auteur apporte un nouvel élément à la fin qui promet un développement coquin (enfin pour ceux qui n’auraient pas lu Chasteté inversée du même auteur). Le manga reste digne d’intérêt, entre humour et consternation (par rapport aux comportement sexistes !) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chastity-reverse-world-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Badass cop & Dolphin tome 1

    L’auteur de Beelzebub revient ici avec sa nouvelle comédie déjantée, finie en 5 volumes. Boyle Samejima, un flic badass se retrouve mis à pied après avoir employé des méthodes discutables. Il est envoyé sur une ile au milieu de nulle part et se retrouve à collaborer avec un dauphin dans une enquête fantastique. Inutile d’en dire plus car il vaut mieux le découvrir par soi-même. Dans le même esprit que ses œuvres précédentes, Ryuhei TAMURA mêle le côté action et WTF, c’est du grand n’importe quoi organisé (car il y a quand même un fil conducteur), des situations rocambolesques et beaucoup d’humour. On appréciera notamment la traduction de Manon Debienne & Sayaka Okada qui permet de mieux apprécier l’humour en utilisant des références propres au public français. Ce manga est un pur moment de divertissement, drôle et sans prise de tête, parfait pour se détendre !
  18. jusqu’à
    Bien le bonjour à tous Merci à tous ceux qui ont participé au concours manga Vous trouverez ci-dessous la liste de nos heureux gagnants ainsi que le corrigé et le pourcentage de bonnes réponses Et encore Félicitations aux gagnants Le meilleur score est de 51 points sur 56 1er lot Angelnight 2e lot Wallenstein 3e lot DevilSky93 4e lot NoJohn19 5e lot DaviidBernard 6e lot TheOtaku 7e lot jcd8651 8e lot leslecturesdetohru Et voici les réponses : Image 1 : Mission : Yozakura family 4 72 % de bonnes réponses Image 2 : Mashle 3 83 % Image 3 : Jujutsu Kaisen 3 94 % Image 4 : Spy x Family 3 89 % Image 5 : @ellie#jenaipasdepetitami 6 89 % Image 6 : Citrus + 1 83 % Image 7 : Rendez-vous au crépuscule 2 89 % Image 8 : Karasugaoka don’t be shy 1 89 % Image 9 : Monkey peak 1 94 % Image 10 : Children 1 89 % Image 11 : Solo leveling 1 89 % Image 12 : Gannibal 6 83 % Image 13 : Country girl 2 56 % (la 3eme image la plus difficile) Image 14 : Sex education 120% 1 89 % Image 15 : Dans le sens du vent 2 83 % Image 16 : Corps solitaires 2 61 % (c’est le tome qui a été difficile à trouver) Image 17 : Why nobody remembers my world 5 89 % Image 18 : Berserk of gluttony 1 94 % Image 19 : Arifureta de zéro à héros 3 94 % Image 20 : Made in abyss 4 78 % Image 21 : Spe-Ope 2 56 % (là aussi c’est le tome) Image 22 : Search & Destroy 2 22 % (la 2eme image la plus difficle) Image 23 : Alma 1 94 % Image 24 : Wombs 2 83 % Image 25 : Vlad Draculea 2 0 % (la plus difficile) Image 26 : Keiji 2 67 % Image 27 : The alexis empire chronicles 3 89 % Image 28 : Baltzar la guerre dans le sang 5 83 % Vous avez été plutôt bons dans l'ensemble Et la question subsidiaire, qui a servi pour départager certains d'entre vous : Il y avait 312 mini chamallows dans le bocal
  19. Vous avez encore jusqu'à aujourd'hui 23H30 pour envoyer vos réponses N'hésitez pas à remplir le formulaire même si vous n'avez pas toutes les réponses Les autres participants sont peut-être comme vous... Je vous rappelle qu'il s'agit d'un décompte de points et non d'un tirage au sort parmi les bonnes réponses Bonne chance à tous et Bonne journée
  20. poseidon2

    Egregor t7

    Ah ben voila on y est ! On a enfin le tome le plus aboutit de la série. Un tome vraiment excellent ou l'on apprend énormément de choses et ou l'action passe en second plan. Premier point positif, on arrete d'introduire des nouveaux personnages. Rien que ca c'est une petite victoire Ensuite on se recentre sur les personnages principaux et l'avancée du combats de chacun. Les surprises sont légions mais bien amenées et le but des Faucheuses et consort enfin revelé pour donner (enfin) une cohérence globale à une histoire qui ne semblait, pour l'instant, ne tenir que par l'action. Un excellent tome qui m'a fait me pencher sur le journal de Foa, disponible en ligne sur le site de Meian. Et ce journal s'est revelée etre exactement ce qu'il me manquait à la lecture des premiers tomes. Un compagnion de lecture qui comble les trous d'une histoire au départ trop nébuleuse. Une vraie petite pépite qui permet de s'immerger encore plus le l'univers au final très riche et très dense d'Egregor. Allez je retourne lire la fin du journal en attendant le t8 !
  21. poseidon2

    Egregor t7

    Titre de l'album : Egregor t7 Scenariste de l'album : Jay Skwar Dessinateur de l'album : Jae hwan Kim Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Le Règne de l'Âme L'ultime bataille de la Guerre de l'Éclipse éclate dès lors que les Égides sauvent les civils de justesse en se confrontant aux Faucheurs sur les navires. Foa, Fara, Wilda et Gaeron, quant à eux, se remettent en route pour la Fosse après un combat difficile contre les Spithras, mais ils vont bientôt rencontrer un nouvel obstacle de taille. Raust, de son côté, apprend le dantesque dessein du maître de l'Adoration, l'impérieux Zephyr... Critique : Ah ben voila on y est ! On a enfin le tome le plus aboutit de la série. Un tome vraiment excellent ou l'on apprend énormément de choses et ou l'action passe en second plan. Premier point positif, on arrete d'introduire des nouveaux personnages. Rien que ca c'est une petite victoire Ensuite on se recentre sur les personnages principaux et l'avancée du combats de chacun. Les surprises sont légions mais bien amenées et le but des Faucheuses et consort enfin revelé pour donner (enfin) une cohérence globale à une histoire qui ne semblait, pour l'instant, ne tenir que par l'action. Un excellent tome qui m'a fait me pencher sur le journal de Foa, disponible en ligne sur le site de Meian. Et ce journal s'est revelée etre exactement ce qu'il me manquait à la lecture des premiers tomes. Un compagnion de lecture qui comble les trous d'une histoire au départ trop nébuleuse. Une vraie petite pépite qui permet de s'immerger encore plus le l'univers au final très riche et très dense d'Egregor. Allez je retourne lire la fin du journal en attendant le t8 ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/egregor-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Darling in the FranXX tome 1 Scenariste de l'album : YABUKI Kentarô Dessinateur de l'album : YABUKI Kentarô Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dans un futur lointain, l'humanité s'est retranchée dans des villes fortifiées mobiles, les Plantations. Elles sont régulièrement menacées par les Kyôryû. De jeunes pilotes affrontent ces ennemis à bord des Franxx, des robots géants. Hiro ne s'accorde pas avec sa partenaire et échoue à devenir pilote, jusqu'à l'arrivée de Zero Two, une étrange jeune fille avec laquelle il est capable de piloter. Critique : 2ème série de Kentaro YABUKI à sortir en ce début d’année, Darling in the Franxx est certainement plus attendue que sa compagne Ayakashi triangle. A l’origine de ce manga, il y a une série d’animation de 23 épisodes qui a connue deux adaptation, celle de Kentaro Yabuki et une 2eme parodique de Mato. (série visible sur crunchyroll et disponible en dvd). Darling in the Franxx c’est à la fois de la science-fiction, puisque l’histoire se passe à une époque future où les hommes vivent dans des villes fortifiées après l’apparition des « hurleurs », créatures gigantesques prédateurs de l’humanité et une fable écologique car ces hurleurs sont apparus après que l’homme ait exploité sans scrupule les ressources naturelles de la Terre. Depuis, pour combattre les Hurleurs et protéger les dernières villes, des enfants sont élevés dans le seul but de piloter un nouveau genre de robot humanoïde appelé Franxx. Hiro est un jeune pilote qui a du mal à se synchroniser avec son Franxx, il est sur le point d’être exclus de l’académie quand sa rencontre avec une jeune fille du nom de zero-two va changer son destin. Darling in the Franxx raconte les aventures de ces jeunes et de leur combat. Kentaro YABUKI maitrise la construction de ce genre d’histoire mêlant aventures, actions, fantastique et pointe d’érotisme, son dessin est toujours aussi agréable et son découpage dynamique. Si le début du tome est un peu lent, le manga rentre assez vite dans l’action mais cela reste une introduction des personnages, des hurleurs et des franxx. Ce n’est que dans la suite que l’on verra vraiment la critique de la société technologique actuelle et l’apologie de l’écologie. Un bon début pour une série finie en 8 tomes. A suivre donc. Extrait ICI Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/darling-in-the-franxx-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Darling in the FranXX tome 1

    2ème série de Kentaro YABUKI à sortir en ce début d’année, Darling in the Franxx est certainement plus attendue que sa compagne Ayakashi triangle. A l’origine de ce manga, il y a une série d’animation de 23 épisodes qui a connue deux adaptation, celle de Kentaro Yabuki et une 2eme parodique de Mato. (série visible sur crunchyroll et disponible en dvd). Darling in the Franxx c’est à la fois de la science-fiction, puisque l’histoire se passe à une époque future où les hommes vivent dans des villes fortifiées après l’apparition des « hurleurs », créatures gigantesques prédateurs de l’humanité et une fable écologique car ces hurleurs sont apparus après que l’homme ait exploité sans scrupule les ressources naturelles de la Terre. Depuis, pour combattre les Hurleurs et protéger les dernières villes, des enfants sont élevés dans le seul but de piloter un nouveau genre de robot humanoïde appelé Franxx. Hiro est un jeune pilote qui a du mal à se synchroniser avec son Franxx, il est sur le point d’être exclus de l’académie quand sa rencontre avec une jeune fille du nom de zero-two va changer son destin. Darling in the Franxx raconte les aventures de ces jeunes et de leur combat. Kentaro YABUKI maitrise la construction de ce genre d’histoire mêlant aventures, actions, fantastique et pointe d’érotisme, son dessin est toujours aussi agréable et son découpage dynamique. Si le début du tome est un peu lent, le manga rentre assez vite dans l’action mais cela reste une introduction des personnages, des hurleurs et des franxx. Ce n’est que dans la suite que l’on verra vraiment la critique de la société technologique actuelle et l’apologie de l’écologie. Un bon début pour une série finie en 8 tomes. A suivre donc. Extrait ICI
  24. Nickad

    Leviathan tome 1

    Titre de l'album : Leviathan tome 1 Scenariste de l'album : KUROI Shiro Dessinateur de l'album : KUROI Shiro Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Au fin fond de la galaxie, le Léviathan, un immense vaisseau spatial, flotte à la dérive. Quand des pilleurs d'épaves s'y introduisent, ils découvrent le journal intime d'un collégien, Kazuma, relatant les événements qui ont eu lieu dans les entrailles du navire... À sa lecture, l'évidence s'impose : un survivant de la catastrophe se cache quelque part dans le dédale des ruines ! Des années plus tôt, le jeune Kazuma est en plein voyage scolaire vers la Terre. La fête tourne court quand des explosions d'origine inconnue détruisent une partie de la coque du vaisseau ! Voilà les passagers immobilisés au milieu de nulle part... L'adolescent et sa camarade Futaba surprennent alors une conversation entre leur professeur et un robot de maintenance : les réserves d'oxygène sont insuffisantes pour tenir jusqu'à l'arrivée des secours... Le seul espoir de survie est un caisson de cryogénisation niché au cœur du géant de métal. Or, il ne peut contenir qu'une personne... Malheureusement pour les élèves, l'enseignant comprend vite qu'il a été entendu. C'est le début d'une lutte sanglante pour préserver le secret ! Dans un décor angoissant dépeint avec une minutie extrême, Léviathan nous emporte dans un voyage au bout de l'enfer. Comment garder son humanité dans l'étendue glacée de l'espace ? Critique : Juste avant les fêtes, l'excellent éditeur de mangas Ki-oon (adaptations de Lovecraft en cuir relié entre autres) a commencé à teaser cette couverture intrigante et ce titre : Léviathan, créature monstrueuse des profondeurs utilisée maintes et maintes fois dans des adaptations à toutes les sauces. Sauf qu'il ne s'agit pas d'océan ici, mais bien du vide spatial, et j'ai une petite idée de qui est réellement ce monstre enfoui. D’emblée, nous suivons ces trois pillards de l'espace sentant le bon filon à la découverte de cette immense épave de vaisseau spatial. Les coursives sont explorées au fil de la lecture d'un carnet trouvé sur place par l'un des « explorateurs ». Ce récit d'un des anciens passagers (adolescents en voyage scolaire) doit nous en apprendre plus sur les événements passés. Deux temporalités s'offrent donc à nous. On va suivre plus précisément la vie de cette classe vue par un enfant en particulier. La tension va monter crescendo suite à l'explosion de plusieurs parties du navire. Les portes étanches se ferment, le huis clos peut commencer ! Les réserves d'oxygène en berne avec un compte à rebours fatal, une possible voie de survie avec un seul et unique caisson de cryogénisation. Comment réagir, qui peut survivre et pourquoi ? Une véritable mis en abyme des comportements sociaux du groupe se déroule sous nos yeux. C'est bien ici que (pour moi) le monstre des profondeurs sort et pousse les acteurs à effectuer des actions qu'ils n'auraient jamais entreprises en temps normal. L'auteur s'amuse à dépeindre un effondrement total de cette micro-société . Tout ceci sous les yeux horrifiés des trois pillards se demandant bien dans quelle galère ils sont tombés ! Le dessin se veut plutôt réaliste. On peut observer d'ailleurs des similitudes avec Junji Itô dans la manière de présenter le récit : le fantastique étant un prétexte pour critiquer le comportement humain dans ses pires retranchements. Shiro Kuroi propose un trait élégant "encré », évitant les écueils de mangas type (humour, grosses larmes, caricatures dans les bulles etc.…) dont j'avoue ne pas être trop client. Son découpage est impressionnant avec des jeux d'ombres et de regards assez réalistes et vivants. Le tout dans un format plus grand, afin d'apprécier encore plus son trait. Je grille la politesse à @nickad , une fois n'est pas coutume , car je dois bien avouer avoir dévoré cette lecture et surtout, l'avoir appréciée. Critique réalisée par Kevin Pas grand-chose de plus à ajouter à la critique de Kevin à part que je suis sortie de la lecture en me disant que c’était un excellent tome !! Un manga qui a tout : un style graphique réaliste assez inhabituel (pour un manga) qui donne toutes leurs forces aux expressions des personnages, un récit bien mené qui navigue entre science-fiction, suspens et horreur. Une tension qui monte petit à petit jusqu’à nous laisser affamés : on veut la suite !! L’auteur Shiro KUROI signe ici une création originale, directement publiée en France sans passer par le Japon. S’il travaille dans ce secteur depuis une dizaine d’années, il reconnaît avoir été aussi influencé par la bande dessinée européenne et avoir essayé de faire un rendu proche des cités obscures de Schuiten. La série est prévue en 3 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/leviathan-tome-1-203910?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. alx23

    Shadow life

    Shadow life est un manga assez surprenant avec cette vieille femme en fin de vie comme personnage principal qui tient tête à la mort alors qu'elle se rapproche d'elle sans arrêt depuis son séjour en maison de retraite. On ressent beaucoup de tendresse à la lecture de cette album volumineux de plus de 350 pages au côté de Kumiko et les inconnus qui l'aident mais aussi de l'amusement quand on découvre comment Kuminko emprisonne le mauvais esprit. La scénariste Hiromi Goto est connue depuis son premier titre pour écrire des histoires avec des femmes âgées en personne principal, elle s'inspire de sa grand-mère qui l'a élevé pour mettre en scène son imagination dans les mangas. Elle explique aussi en postface que les vielles femmes sont souvent oubliées ou mises de côté dans la culture comme le cinéma. Le récit est simple mais prenant et l'on suit cette manie qui souhaite vivre libre encore ses derniers moments de vie comme elle est capable de se gérer seule. Les enfants ne vont jouer aussi un rôle important par inquiétude pour leur mère qu’ils imaginent grabataire. Les dessins sont dans un style réaliste avec une pointe de fantastique dans la représentation des esprits de façon gentille. Shadow life est une histoire originale très touchante avec cette femme attachante.
×
×
  • Créer...