Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manga'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


792 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Jardin secret t8

    Titre de l'album : Jardin secret t8 Scenariste de l'album : Ammitsu Dessinateur de l'album : Ammitsu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Ran est une fille assez parfaite que beaucoup considèrent comme un modèle à suivre : sérieuse, sportive, intelligente, soucieuse de sa santé, etc. Mais il n'est pas facile de rencontrer un garçon quand ces derniers la considèrent, à son grand dam, comme « l'inaccessible étoile » ! Un jour, elle fait fortuitement la connaissance de Akira, un garçon solaire, naturel, franc et amical et elle découvre également son "secret": il est fils de fleuristes, apprécie beaucoup travailler au magasin de ses parents et sait déjà qu'il deviendra lui aussi fleuriste. Mais il n'ose l'avouer à personne de peur que l'on se moque de lui. Critique : Critique de @TheOtaku : Ce tome 8 de Jardin secret est vraiment bien, avec Megumu qui a honte de sa passion pour les fleurs mais qui aime toujours autant Ran. Ce tome est aussi très bien car Akira se dévoile un peu plus à ses camarades et à Ran. Ran, de son coté, prépare les vacances d'été et , après une conversation avec son ami, elle se demande combien de "marche" (ndlr : étape) il y a pour qu'elle et Akira atteignent l'age adulte. Ce tome 8 est meilleur que le précédent avec une histoire qui avance plus. Jardin secret est toujours une histoire d'amour pure et sincère. Les dessins sont toujours aussi mignons et cette histoire mérite d'etre lue. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jardin-secret-tome-8?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. poseidon2

    Jardin secret t8

    Critique de @TheOtaku : Ce tome 8 de Jardin secret est vraiment bien, avec Megumu qui a honte de sa passion pour les fleurs mais qui aime toujours autant Ran. Ce tome est aussi très bien car Akira se dévoile un peu plus à ses camarades et à Ran. Ran, de son coté, prépare les vacances d'été et , après une conversation avec son ami, elle se demande combien de "marche" (ndlr : étape) il y a pour qu'elle et Akira atteignent l'age adulte. Ce tome 8 est meilleur que le précédent avec une histoire qui avance plus. Jardin secret est toujours une histoire d'amour pure et sincère. Les dessins sont toujours aussi mignons et cette histoire mérite d'etre lue.
  3. Titre de l'album : Laisse-moi t'embrasser tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : NAKASHIMA Vega Dessinateur de l'album : NAKASHIMA Vega Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Cela fait déjà presque un an que Sakura est entrée au lycée. Dans la petite ville côtière où elle habite, rien ne vient jamais perturber son quotidien. Et tandis que les jours passent, ses rêves de jeunesse semblent devoir s'envoler... jusqu'à ce qu'elle rencontre Ao, un jeune garçon d'un an son cadet, au caractère pétillant et énergique. Et si l'avenir lui réservait de belles surprises ? Critique : Laisse-moi t’embrasser est un court shojo en 2 tomes. C’est l’histoire d’un premier amour entre 2 lycéens, l’amour de leur vie ! C’est du bon sentiment, du positif, un vrai conte de fée : tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Côté histoire rien de très original, un shojo classique avec des héros sympathiques. Il n’y a pas vraiment de rebondissements, à peine, une petite jalousie et des doutes quant à la brève séparation due aux études, et encore, comme c’est dans la même ville, l’éloignement est relatif ! C’est le shojo des vacances, un cadre idyllique en bord de mer, une petite ville, un amour pur qui ne va pas rencontrer d’obstacle. C’est une petite bouffée de fraicheur pour se détendre, pas exceptionnel mais plutôt bien fait et relaxant, et surtout qui met de bonne humeur. lire un extrait : Laisse-moi t'embrasser - T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/laisse-moi-t-embrasser-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Laisse-moi t'embrasser tomes 1 et 2

    Laisse-moi t’embrasser est un court shojo en 2 tomes. C’est l’histoire d’un premier amour entre 2 lycéens, l’amour de leur vie ! C’est du bon sentiment, du positif, un vrai conte de fée : tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Côté histoire rien de très original, un shojo classique avec des héros sympathiques. Il n’y a pas vraiment de rebondissements, à peine, une petite jalousie et des doutes quant à la brève séparation due aux études, et encore, comme c’est dans la même ville, l’éloignement est relatif ! C’est le shojo des vacances, un cadre idyllique en bord de mer, une petite ville, un amour pur qui ne va pas rencontrer d’obstacle. C’est une petite bouffée de fraicheur pour se détendre, pas exceptionnel mais plutôt bien fait et relaxant, et surtout qui met de bonne humeur. lire un extrait : Laisse-moi t'embrasser - T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  5. Nickad

    Raw Hero tome 1

    Delcourt sort en parallèle la fin de Prison School et le début de Raw Hero de l’auteur Akira Hiramoto. On retrouve un univers original, un contexte singulier, et puis un penchant très net vers des comportements sexuels démonstratifs, pervers. Chiaki cherche en vain du travail, sa situation familiale est tendue, il doit s’occuper seul de ses deux petits frères. Il enchaine les entretiens, sans succès, et l’argent commence à manquer. Devant l’urgence, il va accepter de travailler pour un homme plutôt louche, au comportement pervers. Il ne sait pas ce qu’il doit faire exactement et va se retrouver embarqué dans une drôle d’aventure où tous les personnages semblent être un peu spéciaux. Côté contexte, l’histoire prend place dans une époque où certains humains possèdent des pouvoirs et où s’opposent bons et mauvais « héros ». Ce manga, comme le précédent d’ailleurs, ne fera pas l’unanimité. Il y a indéniablement un côté WTF, des situations absurdes et un humour graveleux. Le dessin de Hiramoto est toujours généreux : des femmes callipyges, des décors travaillés, mais frôle parfois l’obscénité. Pour information, le manga est conseillé au plus de 16 ans. L’histoire est intéressante, le scénario bien ficelé et ne manque pas de rebondissements, parfois lourds il faut bien l’avouer. Série finie en 6 tomes.
  6. Nickad

    Raw Hero tome 1

    Titre de l'album : Raw Hero tome 1 Scenariste de l'album : HIRAMOTO Akira Dessinateur de l'album : HIRAMOTO Akira Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Chiaki enchaîne les entretiens d'embauche infructueux, mais un jour, n'écoutant que son sens de la justice et son courage, il interrompt une agression sexuelle dans le métro. Grâce à cette prouesse, il parvient à décrocher un nouveau job : devenir la taupe au sein de la SALF, une organisation visant à décrédibiliser les super héros, pour pouvoir les mettre hors d'état de nuire. Critique : Delcourt sort en parallèle la fin de Prison School et le début de Raw Hero de l’auteur Akira Hiramoto. On retrouve un univers original, un contexte singulier, et puis un penchant très net vers des comportements sexuels démonstratifs, pervers. Chiaki cherche en vain du travail, sa situation familiale est tendue, il doit s’occuper seul de ses deux petits frères. Il enchaine les entretiens, sans succès, et l’argent commence à manquer. Devant l’urgence, il va accepter de travailler pour un homme plutôt louche, au comportement pervers. Il ne sait pas ce qu’il doit faire exactement et va se retrouver embarqué dans une drôle d’aventure où tous les personnages semblent être un peu spéciaux. Côté contexte, l’histoire prend place dans une époque où certains humains possèdent des pouvoirs et où s’opposent bons et mauvais « héros ». Ce manga, comme le précédent d’ailleurs, ne fera pas l’unanimité. Il y a indéniablement un côté WTF, des situations absurdes et un humour graveleux. Le dessin de Hiramoto est toujours généreux : des femmes callipyges, des décors travaillés, mais frôle parfois l’obscénité. Pour information, le manga est conseillé au plus de 16 ans. L’histoire est intéressante, le scénario bien ficelé et ne manque pas de rebondissements, parfois lourds il faut bien l’avouer. Série finie en 6 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/raw-hero-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Black board tome 1

    Voici la dernière nouveauté de chez Omaké, une courte série finie en 3 tomes. Black board (littéralement tableau noir) est un immense tableau d’affichage de petites annonces, on y trouve de tout : des demandes insolites, des recherches d’animaux… mais aussi des demandes immorales telles que des enlèvements ou des assassinats. Pour se faire de l’argent, il suffit de prendre l’annonce qui vous inspire, l’honorer et aller toucher la récompense. C’est comme ça que vit Tama, une jeune fille, agile, débrouillarde et court vêtue ! Un jour, un attroupement devant le panneau l’intrigue et elle découvre que l’annonce la concerne : qui peut bien lui en vouloir ? et comment va-t-elle faire pour échapper à ses chasseurs ? C’est là qu’elle rencontrera Basco, le costaud de l’histoire, muet, avec qui elle fera équipe. Des duos gros dur-fillette, on en a déjà vu dans les mangas, mais celui-là est plutôt plaisant. Tama n’a pas sa langue dans sa poche, elle est futée et a plus d’un tour dans sa poche. Basco, sous ses allures de gorille, est très organisé et plus malin qu’il n’y paraît. Tous les deux vont devoir affronter la pègre locale. Le manga est rempli d’actions et d’humour, le trait est dynamique et l’auteur sait bien rendre les différentes expressions des personnages même quand ceux-ci sont complétement à l’ouest. Les petites parodies entre les chapitres sont également appréciables. Et un rebondissement en fin de tome énervant car il faudra attendre septembre pour avoir la suite !
  8. Nickad

    Black board tome 1

    Titre de l'album : Black board tome 1 Scenariste de l'album : IZUMIDA Fuyuki Dessinateur de l'album : IZUMIDA Fuyuki Coloriste : Editeur de l'album : Omaké Note : Résumé de l'album : Le Black Board est un panneau d'annonces de plus d'un kilomètre sur lequel sont affichées des milliers d'offres d'emplois. Des petits boulots du plus anodin au plus sordide... Mais comment réagir quand sur une de ces annonces, vous découvrez que quelqu'un offre de l'argent pour vous assassiner ? Et que le plus grand chasseur de primes en ville est déjà à vos trousses ? Critique : Voici la dernière nouveauté de chez Omaké, une courte série finie en 3 tomes. Black board (littéralement tableau noir) est un immense tableau d’affichage de petites annonces, on y trouve de tout : des demandes insolites, des recherches d’animaux… mais aussi des demandes immorales telles que des enlèvements ou des assassinats. Pour se faire de l’argent, il suffit de prendre l’annonce qui vous inspire, l’honorer et aller toucher la récompense. C’est comme ça que vit Tama, une jeune fille, agile, débrouillarde et court vêtue ! Un jour, un attroupement devant le panneau l’intrigue et elle découvre que l’annonce la concerne : qui peut bien lui en vouloir ? et comment va-t-elle faire pour échapper à ses chasseurs ? C’est là qu’elle rencontrera Basco, le costaud de l’histoire, muet, avec qui elle fera équipe. Des duos gros dur-fillette, on en a déjà vu dans les mangas, mais celui-là est plutôt plaisant. Tama n’a pas sa langue dans sa poche, elle est futée et a plus d’un tour dans sa poche. Basco, sous ses allures de gorille, est très organisé et plus malin qu’il n’y paraît. Tous les deux vont devoir affronter la pègre locale. Le manga est rempli d’actions et d’humour, le trait est dynamique et l’auteur sait bien rendre les différentes expressions des personnages même quand ceux-ci sont complétement à l’ouest. Les petites parodies entre les chapitres sont également appréciables. Et un rebondissement en fin de tome énervant car il faudra attendre septembre pour avoir la suite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/black-board-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Nickad

    Noblesse tome 1

    Titre de l'album : Noblesse tome 1 Scenariste de l'album : SON Jeho Dessinateur de l'album : LEE Kwangsu Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Cadis Etrama Di Raizel est un noble extrêmement puissant. Il sort d'une hibernation de 820 ans et découvre un monde moderne qu'il ne comprend pas. Pour s'intégrer au mieux , il va recommencer sa vie en tant que lycéen. Mais son quotidien paisible est vite troublé par une organisation secrète s'intéressant à ses pouvoirs... Critique : Noblesse est un webtoon issu d’un roman de Jeho Son, qui signe aussi son adaptation en manga accompagné du dessinateur Kwangsu Lee. Il y a plus de 10 ans que je l’ai découvert et il me trottait régulièrement dans la tête, j’avais vraiment envie de le relire et je n’ai pas été déçue de sa relecture. Noblesse c’est d’abord du mystère, un personnage qui se réveille en sortant d’un cercueil et qui découvre un nouveau monde. C’est un début d’histoire presque silencieux où le personnage observe le monde qui l’entoure. Puis ce sont des rencontres avec des situations et des réflexions assez amusantes dues à des différences de culture et à la méconnaissance totale de Rai (diminutif de Raizel) par rapport au monde moderne vu qu’il aurait dormi plus de 800 ans ! C’est aussi du fantastique car on voit très vite que certains ont des pouvoirs, qu’il serait questions de vampires, d’humains améliorés, d’organisations secrètes pas toujours bienveillantes, du polar car il y a des explications à trouver et enfin c’est de l’action, car il va y avoir des affrontements. J’aime bien le décalage qui existe entre Rai et le monde actuel, c’est un peu comme de la sagesse au milieu du tumulte, un regard posé sur le monde… Il y a du charme et de l’action, on est intrigué, on veut en apprendre plus. Concernant l’édition, Delcourt a fait du beau travail, le livre est de belle qualité et l’œuvre est plus respectée que pour solo leveling (moins d’entassement d’images dans une seule page !). Il y a juste eu un assemblage des chapitres du webtoon, qui est plutôt judicieux : le 1er tome comprend 3 chapitres correspondants au 28 premiers chapitres numériques. Après, il faut savoir que le webtoon a 545 chapitres, l’histoire est finie et se décompose en 8 saisons, les 3 tomes annoncés par l’éditeur ne couvrent que la 1ere saison, reste à savoir si Delcourt sortira l’intégralité de la série… Un petit mot sur l’anime pour finir : l’anime est disponible sur crunchyroll, personnellement je n’ai regardé que le 1er épisode, il est plutôt bien réalisé mais il commence assez loin dans l’histoire par rapport au manga et de ce que j’ai pu lire, il y a eu beaucoup de coupes dans l’intrigue ! Je vous conseille donc de lire le livre avant de le regarder au risque de passer à côté d’un certain nombre d’informations ! Je ne vais pas spoiler mais sachez que comme dans toute série longue, il y a des passages plus ou moins bien, ma note vaut pour ce 1er tome ! Ceci dit, relire le début m’a donné envie d’aller plus loin, je me suis arrêté au 270 car sinon, je ne ferais rien d’autre pendant un moment, comme quoi, la série est addictive ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/noblesse-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Agent of my heart tome 1

    Agent of my heart signe le retour de Maki Enjoji dans une courte série en 4 tomes. Les mangas de l’auteure c’est du shojo dans un univers plus mature, elle met en scène de jeunes adultes avec du caractère dans un contexte professionnel. Le tout avec une pointe d’humour et de la romance, c’est un peu comme les téléfilms de Noël : c’est de la comédie sentimentale avec du piquant où l’on sait que cela se finit bien ! Malgré une trame assez classique, on aime l’ambiance du manga, d’abord parce que le trait est très agréable et soigné, les personnages ont de fortes personnalités, ne se laissent pas faire et puis, lire des histoires d’amour pétillantes ne fait jamais de mal. Oui, je sais, le prince charmant n’existe pas, mais on peut rêver parfois ! Le charme du manga se trouve aussi ici, car nos héros ne sont pas parfaits : il y a Chitose, jeune femme autoritaire qui a bien l’intention de se défendre en toute circonstance et Sena, acteur en vogue qui cache sa vraie personnalité derrière l’image de l’acteur parfait. Agent of my heart est une histoire amusante et romantique, à savourer sans modération !
  11. Titre de l'album : Agent of my heart tome 1 Scenariste de l'album : ENJOJI Maki Dessinateur de l'album : ENJOJI Maki Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Autrefois persécutée à l'école, Chitose Saejima s'est aujourd'hui transformée en une femme forte, effrayante et autoritaire. Et de l'autorité, il va lui en falloir pour assurer sa nouvelle mission ! Manager dans une agence artistique, elle est subitement chargée de s'occuper de la super star du moment : Sena Fujishiro. Mais si les talents d'acteur de ce dernier sont indiscutables, sa tendance à draguer et mentir compulsivement va donner du fil à retordre à Chitose... D'autant qu'il semblerait que leurs routes se soient déjà croisées ! Critique : Agent of my heart signe le retour de Maki Enjoji dans une courte série en 4 tomes. Les mangas de l’auteure c’est du shojo dans un univers plus mature, elle met en scène de jeunes adultes avec du caractère dans un contexte professionnel. Le tout avec une pointe d’humour et de la romance, c’est un peu comme les téléfilms de Noël : c’est de la comédie sentimentale avec du piquant où l’on sait que cela se finit bien ! Malgré une trame assez classique, on aime l’ambiance du manga, d’abord parce que le trait est très agréable et soigné, les personnages ont de fortes personnalités, ne se laissent pas faire et puis, lire des histoires d’amour pétillantes ne fait jamais de mal. Oui, je sais, le prince charmant n’existe pas, mais on peut rêver parfois ! Le charme du manga se trouve aussi ici, car nos héros ne sont pas parfaits : il y a Chitose, jeune femme autoritaire qui a bien l’intention de se défendre en toute circonstance et Sena, acteur en vogue qui cache sa vraie personnalité derrière l’image de l’acteur parfait. Agent of my heart est une histoire amusante et romantique, à savourer sans modération ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/agent-of-my-heart-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Saotome t1

    Nouvelle série de romantique Doki Doki. Car oui n'en déplaise à la couverture, on est bien dans un gentil et tout mignon manga de romance. Un manga qui détend et nous ramène à nos premières amours. Celles qui nous font nous sentir tout penaud, tout gêné de ressentir des sentiments tout nouveaux. Mais plus qu'une unique romance, Naoki Mizuguchi tiens à ajouter un coté préjugé et gestion des différences quand on est ados. Et cela marche. On se met rapidement dans la tête de Saotome et on comprend très facilement à quelle point être rangée dans la case "sportive" aux gros muscles, pour une fille qui cherche à se faire un petit copain, c'est difficile tout comme le dit copain qui se retrouve à vouloir sortir avec la star sportive du lycée. Le point en plus de ce Saotome, à contrario des Yawara et autre héroïne malgré moi, c'est que le personnage de Saotome est vraiment représenté comme une boxeuse à la féminité "sommaire" dira-t-on. Cela fait sortir le manga du cliché "fille trop belle mais qui ne s'en est pas rendu compte". Là on a vraiment un "couple" complétement mal associé, ce qui n'enlève rien à leur sentiment. Une lecture mignonne, sympathique et pleine de bon sentiment. Parfait pour les vacances !
  13. poseidon2

    Saotome t1

    Titre de l'album : Saotome t1 Scenariste de l'album : Naoki Mizuguchi Dessinateur de l'album : Naoki Mizuguchi Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Yae Saotome est une lycéenne au regard froid, une athlète au physique atypique, et une boxeuse qui porte les espoirs de tout un lycée. Mais en réalité, c'est surtout une jeune fille réservée, gauche et fleur bleue... Et cette force la nature est tombée amoureuse d'un garçon maigrichon et empoté ! Parviendront-ils à vivre leur amour malgré les contraintes et leurs différences ? Critique : Nouvelle série de romantique Doki Doki. Car oui n'en déplaise à la couverture, on est bien dans un gentil et tout mignon manga de romance. Un manga qui détend et nous ramène à nos premières amours. Celles qui nous font nous sentir tout penaud, tout gêné de ressentir des sentiments tout nouveaux. Mais plus qu'une unique romance, Naoki Mizuguchi tiens à ajouter un coté préjugé et gestion des différences quand on est ados. Et cela marche. On se met rapidement dans la tête de Saotome et on comprend très facilement à quelle point être rangée dans la case "sportive" aux gros muscles, pour une fille qui cherche à se faire un petit copain, c'est difficile tout comme le dit copain qui se retrouve à vouloir sortir avec la star sportive du lycée. Le point en plus de ce Saotome, à contrario des Yawara et autre héroïne malgré moi, c'est que le personnage de Saotome est vraiment représenté comme une boxeuse à la féminité "sommaire" dira-t-on. Cela fait sortir le manga du cliché "fille trop belle mais qui ne s'en est pas rendu compte". Là on a vraiment un "couple" complétement mal associé, ce qui n'enlève rien à leur sentiment. Une lecture mignonne, sympathique et pleine de bon sentiment. Parfait pour les vacances ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/saotome-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Le 9 août, tu me dévoreras tome 1

    Pour résumer le manga je dirais qu’on ne sait pas trop d’où l’on vient et on ne sait pas où l’on va… Pour être plus claire, c’est comme si on prenait un film en cours de route : il y a déjà eu des événements que l’on voit très brièvement au début du livre qui ont provoqué le déménagement et le changement d’école de Ao Sakurai, jeune lycéen. C’est là, que commence l’histoire. Ao commence donc sa nouvelle vie, fuyant son passé tragique et pensant être à l’abri de sa stalkeuse, seulement, elle le retrouve. Mais elle n’est pas la seule à le chercher, car de nombreuses créatures guettent Ao. Pourquoi ? et bien pour le moment, on n’en sait rien. Ces créatures sont en réalité des Yôkais (monstres ou créatures surnaturelles du folklore japonais) et la stalkeuse principale Miyako aide aussi Ao à se débarrasser des autres. Certainement pas par bonté d’âme… on voit bien qu’elle veut Ao pour elle toute seule et qu’elle se retient jusqu’à la date du 9 août Beaucoup d’inconnu dans ce 1er tome, la seule chose sûre c’est qua Ao Sakurai est un aimant à problèmes, qu’il y a un côté mystique dans l’histoire, comme si le moment venu, Ao sera le sacrifice permettant d’obtenir quelque chose. En attendant, on a un enchainement de créatures monstrueuses, des conflits, et un avenir bien sombre pour notre lycéen. Le graphisme est bien travaillé et le rendu du paranormal parfait, ce 1er tome intrigue beaucoup et on aimerait bien en savoir plus.
  15. Titre de l'album : Le 9 août, tu me dévoreras tome 1 Scenariste de l'album : TOMOMI Dessinateur de l'album : TOMOMI Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Le terrifiant quotidien d'un adolescent poursuivi par des femmes monstrueuses, dans une histoire d'amour où se mêlent passions, désirs et horreur. Ao Sakurai est un lycéen, victime, depuis l'enfance, de harcèlement de la part de plusieurs stalkeuses. Un jour Ueda, sa camarade de classe, se transforme en monstre et lui avoue être l'une d'elles. Miyako intervient alors pour le sauver et lui révèle que ses oppresseuses sont en fait des yôkais en quête de son amour. Qu'adviendra-t-il de notre héros, victime des passions de centaines de jeunes filles monstrueuses ? Je ne peux pas résister, il est vraiment... À croquer ! Mélange détonnant d'horreur et de surnaturel, "Le 9 août, tu me dévoreras" nous plonge dans un quotidien cauchemardesque où la survie est un combat de chaque instant. La terreur liée au surnaturelle s'y mêle à d'autres peurs bien plus réalistes et fondamentales, par la mise en scène de stalkeuses omniprésentes et violentes, mais aussi à travers la relation aussi toxique que mystérieuse qui lie Sakurai à Miyako... Critique : Pour résumer le manga je dirais qu’on ne sait pas trop d’où l’on vient et on ne sait pas où l’on va… Pour être plus claire, c’est comme si on prenait un film en cours de route : il y a déjà eu des événements que l’on voit très brièvement au début du livre qui ont provoqué le déménagement et le changement d’école de Ao Sakurai, jeune lycéen. C’est là, que commence l’histoire. Ao commence donc sa nouvelle vie, fuyant son passé tragique et pensant être à l’abri de sa stalkeuse, seulement, elle le retrouve. Mais elle n’est pas la seule à le chercher, car de nombreuses créatures guettent Ao. Pourquoi ? et bien pour le moment, on n’en sait rien. Ces créatures sont en réalité des Yôkais (monstres ou créatures surnaturelles du folklore japonais) et la stalkeuse principale Miyako aide aussi Ao à se débarrasser des autres. Certainement pas par bonté d’âme… on voit bien qu’elle veut Ao pour elle toute seule et qu’elle se retient jusqu’à la date du 9 août Beaucoup d’inconnu dans ce 1er tome, la seule chose sûre c’est qua Ao Sakurai est un aimant à problèmes, qu’il y a un côté mystique dans l’histoire, comme si le moment venu, Ao sera le sacrifice permettant d’obtenir quelque chose. En attendant, on a un enchainement de créatures monstrueuses, des conflits, et un avenir bien sombre pour notre lycéen. Le graphisme est bien travaillé et le rendu du paranormal parfait, ce 1er tome intrigue beaucoup et on aimerait bien en savoir plus. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-9-aout-tu-me-devoreras-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Solo Leveling tome 2

    Jinwoo a maintenant accédé à un système différent, en plus d’être un chasseur, il devient aussi un joueur bien qu’il ne sache pas dans quoi exactement. Il va apprendre qu’il est tenu de se plier à ces nouvelles règles sans quoi sa vie peut s’arrêter mais qu’il peut aussi en tirer parti : comment augmenter ses capacités et surtout comment s’en servir. Si la 1ere moitié du tome se concentre sur l’évolution de ses nouvelles capacités et la compréhension du fonctionnement de ce nouveau système. La 2eme est la conquête d’un nouveau donjon, avec une nouvelle équipe. Jinwoo va ainsi entrer dans son premier donjon de niveau C et affronter de nouvelles épreuves. Côté mise en page, on a toujours quelques petits défauts : la réduction des vignettes pour en mettre un maximum, fait que certaines informations sont difficiles à lire : par exemple les fenêtres d’informations sur les capacités de Jinwoo sont tellement écrites petites qu’il m’a presque fallu prendre une loupe ! Le sens de lecture des images n’est pas toujours intuitif : parfois on doit d’abord lire la page de gauche puis celle de droite, parfois c’est en partie sur les 2 pages, et certaines images à cheval ne sont pas toujours très lisibles. Solo leveling reste un très bon webtoon, toujours servi par de superbes illustrations. L’action bat son plein; l’histoire est fluide et prend parfois des chemins inattendus (surtout à la fin de ce tome, mais ça, il vous faudra le lire pour le découvrir !).
  17. Nickad

    Solo Leveling tome 2

    Titre de l'album : Solo Leveling tome 2 Scenariste de l'album : CHUGONG Dessinateur de l'album : DUBU (REDICE STUDIO) Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent. Critique : Jinwoo a maintenant accédé à un système différent, en plus d’être un chasseur, il devient aussi un joueur bien qu’il ne sache pas dans quoi exactement. Il va apprendre qu’il est tenu de se plier à ces nouvelles règles sans quoi sa vie peut s’arrêter mais qu’il peut aussi en tirer parti : comment augmenter ses capacités et surtout comment s’en servir. Si la 1ere moitié du tome se concentre sur l’évolution de ses nouvelles capacités et la compréhension du fonctionnement de ce nouveau système. La 2eme est la conquête d’un nouveau donjon, avec une nouvelle équipe. Jinwoo va ainsi entrer dans son premier donjon de niveau C et affronter de nouvelles épreuves. Côté mise en page, on a toujours quelques petits défauts : la réduction des vignettes pour en mettre un maximum, fait que certaines informations sont difficiles à lire : par exemple les fenêtres d’informations sur les capacités de Jinwoo sont tellement écrites petites qu’il m’a presque fallu prendre une loupe ! Le sens de lecture des images n’est pas toujours intuitif : parfois on doit d’abord lire la page de gauche puis celle de droite, parfois c’est en partie sur les 2 pages, et certaines images à cheval ne sont pas toujours très lisibles. Solo leveling reste un très bon webtoon, toujours servi par de superbes illustrations. L’action bat son plein; l’histoire est fluide et prend parfois des chemins inattendus (surtout à la fin de ce tome, mais ça, il vous faudra le lire pour le découvrir !). Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-leveling-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. poseidon2

    Levius Est t8

    Ca y est, on sort de l'œuvre d'art pure et dure !! En effet les 2 tomes précédents étaient de superbes épreuves de style de combats dantesques sans vraiment d'avancée dans l'histoire. La on passe au niveau du dessus avec, il est vrai, la fin du combat de Levius mais surtout beaucoup de pistes données sur le père de Levius, sa mère, leurs passés et ce que Levius cache lui même au plus profond de son être. Entre une fin de combat somptueuse et une histoire qui avance et surtout qui n'épargne pas nos héros, l'intrigue est relancée et le futur encore pus incertain qu'avant. On se demande vraiment comment nos héros pourraient s'en sortir et cette incertitude fait tout le charme de ce manga, avec son dessin somptueux bien sur. Le prochain tome devrait quitter les combats pour nous expliquer plus ce qu'est "Est" et, je l'espère, nous rapprocher de l'a fin de l'histoire. J'ai vraiment hâte.
  19. poseidon2

    Levius Est t8

    Titre de l'album : Levius Est t8 Scenariste de l'album : Haruhisa Nakata Dessinateur de l'album : Haruhisa Nakata Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Nous sommes un an après le fameux combat qui a opposé Levius et A.J. Levius se trouve toujours dans un état critique. Zack, son oncle, est lui aussi est toujours en soins intensifs, l'utilisation de son oeil gauche l'ayant mené aux portes de la mort. En outre, le retour d'Amethyst a chamboulé les rapports de force entre les pays. Sur le ring des combats mécaniques du Niveau I se livrent désormais des guerres par procuration. Etant donné que A.J. a été créée et entraînée dans les labos d'Amethyst, son cerveau recèle sans nul doute d'importantes informations qui permettraient de contrecarrer les plans des terribles machines de combat créées par Amethyst ! Mais encore faudrait-il qu'elle retrouve la mémoire. Critique : Ca y est, on sort de l'œuvre d'art pure et dure !! En effet les 2 tomes précédents étaient de superbes épreuves de style de combats dantesques sans vraiment d'avancée dans l'histoire. La on passe au niveau du dessus avec, il est vrai, la fin du combat de Levius mais surtout beaucoup de pistes données sur le père de Levius, sa mère, leurs passés et ce que Levius cache lui même au plus profond de son être. Entre une fin de combat somptueuse et une histoire qui avance et surtout qui n'épargne pas nos héros, l'intrigue est relancée et le futur encore pus incertain qu'avant. On se demande vraiment comment nos héros pourraient s'en sortir et cette incertitude fait tout le charme de ce manga, avec son dessin somptueux bien sur. Le prochain tome devrait quitter les combats pour nous expliquer plus ce qu'est "Est" et, je l'espère, nous rapprocher de l'a fin de l'histoire. J'ai vraiment hâte. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/levius-est-levius-cycle-2-tome-8?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Voici donc l’épilogue d’une série lancée en 2013. Si le rythme de parution du début était assez régulier, au fil du temps, les tomes se sont fait attendre et il s’est écoulé presque 2 ans depuis la sortie du tome 16. De quoi se perdre un peu dans la série, d’autant plus que ce n’est pas forcément une série toujours facile d’accès. Pour ceux qui viennent de découvrir Lynn Okamaoto avec la parution d’Elfen Lied, on retrouve les thèmes chers à l’auteur : des personnages principaux féminins, forts et victimes d’un destin qu’elles ne maitrisent pas; de la science-fiction, des expériences de laboratoire, des secrets et manipulations de pouvoirs politiques ou d’organisations secrètes, des réflexions sur la religion… Pour résumer la série : un adolescent Murakami a perdu son amie d’enfance dans un accident quand ils étaient petits, quelques années après, il rencontre une jeune fille qui lui ressemble. Très vite, il va découvrir que c’est bien son amie, mais qu’elle a changé : non seulement elle a perdu la mémoire mais a été victime d’expériences qui d’une part lui ont conférés des pouvoirs mais aussi mettent sa vie en danger. Il va rencontrer d’autres jeunes filles qui se sont enfuies du même centre et va décider de les aider car elles ne peuvent pas survivre sans ingérer un certain médicament. Bien entendu, la petite troupe va se retrouver aux prises avec différentes organisations, plus ou moins bienveillantes, au cœur de projets plus ou moins flous sur l’avenir de l’humanité. Avant d’aborder ces deux derniers tomes, je n’ai pas relu la série et c’est un peu ce qu’il m’en reste : une première partie où Murakami aide les jeunes filles : il cherche à reproduire le médicament (avec de l’aide bien sûr), à comprendre qui et pourquoi des personnes s’en prennent à elles et surtout à leur apporter un semblant de vie normale, une partie entre amitié, amour et action qui n’était pas déplaisante mais avec certaines longueurs parfois. Puis vint, une autre organisation, d’autres personnes avec des pouvoirs, le tout baignant dans la mythologie nordique… et je dois dire qu’avec l’espacement de parution entre les tomes, j’ai eu le temps de m’y perdre et c’est devenu un peu confus. En tout cas, la fin apporte son lot de réponses, on comprend ce qui s’est passé quand ils étaient petits, d’où viennent leurs pouvoirs, quel est l’objectif de Vingulf. Une fin un peu rapide parfois, qui aurait peut-être mérité d’un peu d’approfondissements. Une fin qui ne fait pas dans la « happy end » classique et ça c’est déjà pas mal vu l’ambiance de la série. Encore une fois on voit que Lynn Okamoto a du potentiel, il a des pleins d’idées, pleins de réflexions souvent très intéressantes mais il a tendance parfois à en mettre trop, ça part un peu dans tous les sens au détriment de la compréhension de l’histoire. On voit aussi que son trait a muri, bien que son graphisme soit reconnaissable il est moins « schématisé » qu’au début, avec une maitrise des scènes violentes, très trash parfois. En conclusion, c’est une série avec du potentiel et des idées, qui mériterait une trame un peu plus structurée mais aussi que l’on prenne un peu de temps pour bien analyser la masse d’informations que l’auteur nous envoie.
  21. Titre de l'album : Brynhildr in the darkness tomes 17 et 18 (fin) Scenariste de l'album : OKAMOTO Lynn Dessinateur de l'album : OKAMOTO Lynn Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lorsqu'il était enfant, Murakami passait son temps avec une fille nommé Kuroneko. Celle- ci croyait en l'existence des aliens et un jour, elle décida de lui prouver. Mais un accident arriva : Murakami est grièvement blessé et Kuroneko meurt. Les années passent, sans que Murakami ne puisse oublier son amie et continue de chercher des preuves quant à l'existence des aliens. Critique : Voici donc l’épilogue d’une série lancée en 2013. Si le rythme de parution du début était assez régulier, au fil du temps, les tomes se sont fait attendre et il s’est écoulé presque 2 ans depuis la sortie du tome 16. De quoi se perdre un peu dans la série, d’autant plus que ce n’est pas forcément une série toujours facile d’accès. Pour ceux qui viennent de découvrir Lynn Okamaoto avec la parution d’Elfen Lied, on retrouve les thèmes chers à l’auteur : des personnages principaux féminins, forts et victimes d’un destin qu’elles ne maitrisent pas; de la science-fiction, des expériences de laboratoire, des secrets et manipulations de pouvoirs politiques ou d’organisations secrètes, des réflexions sur la religion… Pour résumer la série : un adolescent Murakami a perdu son amie d’enfance dans un accident quand ils étaient petits, quelques années après, il rencontre une jeune fille qui lui ressemble. Très vite, il va découvrir que c’est bien son amie, mais qu’elle a changé : non seulement elle a perdu la mémoire mais a été victime d’expériences qui d’une part lui ont conférés des pouvoirs mais aussi mettent sa vie en danger. Il va rencontrer d’autres jeunes filles qui se sont enfuies du même centre et va décider de les aider car elles ne peuvent pas survivre sans ingérer un certain médicament. Bien entendu, la petite troupe va se retrouver aux prises avec différentes organisations, plus ou moins bienveillantes, au cœur de projets plus ou moins flous sur l’avenir de l’humanité. Avant d’aborder ces deux derniers tomes, je n’ai pas relu la série et c’est un peu ce qu’il m’en reste : une première partie où Murakami aide les jeunes filles : il cherche à reproduire le médicament (avec de l’aide bien sûr), à comprendre qui et pourquoi des personnes s’en prennent à elles et surtout à leur apporter un semblant de vie normale, une partie entre amitié, amour et action qui n’était pas déplaisante mais avec certaines longueurs parfois. Puis vint, une autre organisation, d’autres personnes avec des pouvoirs, le tout baignant dans la mythologie nordique… et je dois dire qu’avec l’espacement de parution entre les tomes, j’ai eu le temps de m’y perdre et c’est devenu un peu confus. En tout cas, la fin apporte son lot de réponses, on comprend ce qui s’est passé quand ils étaient petits, d’où viennent leurs pouvoirs, quel est l’objectif de Vingulf. Une fin un peu rapide parfois, qui aurait peut-être mérité d’un peu d’approfondissements. Une fin qui ne fait pas dans la « happy end » classique et ça c’est déjà pas mal vu l’ambiance de la série. Encore une fois on voit que Lynn Okamoto a du potentiel, il a des pleins d’idées, pleins de réflexions souvent très intéressantes mais il a tendance parfois à en mettre trop, ça part un peu dans tous les sens au détriment de la compréhension de l’histoire. On voit aussi que son trait a muri, bien que son graphisme soit reconnaissable il est moins « schématisé » qu’au début, avec une maitrise des scènes violentes, très trash parfois. En conclusion, c’est une série avec du potentiel et des idées, qui mériterait une trame un peu plus structurée mais aussi que l’on prenne un peu de temps pour bien analyser la masse d’informations que l’auteur nous envoie. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/brynhildr-in-the-darkness-tome-17?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. J’attendais ce 2eme tome avec impatience, pour voir s’il serait aussi tranchant que le 1er. Bien que je trouve qu’il soit un peu moins revendicatif (il prend moins le lecteur à partie notamment), il n’en demeure pas moins dénonciateur. J’y vois surtout deux points importants. Le 1er c’est une démonstration choquante du pouvoir : ceux qui ont de l’argent et une certaine position au sein de la société peuvent tout se permettre, ils sont intouchables. Le 2eme point, qui est plus positif, c’est la façon dont Haru va avoir une relation avec Sumo (le jeune homme obèse), pour aller contre la grossophobie et essayer de changer les clichés et le regard que les gens portent sur les gros. Le reste étant des passages sans trop d’intérêt, une sorte de liant pour donner le change sur le côté isekai. Même s’il perd un peu de teneur, ce tome reste néanmoins intéressant et fort dans son engagement.
  23. Titre de l'album : JK HARU sex worker in another world tome 2 Scenariste de l'album : HIRATORI Ko Dessinateur de l'album : YAMADA J-ta Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Haru Koyama, une lycéenne rien de plus banale, a été renversée par un camion... À son réveil, elle n'était plus sur Terre mais dans un monde parallèle. Travaillant désormais au Chat Bleu Nocturne, un bar qui fait aussi maison close, elle fait la connaissance de Soeur Kiyori qui semble en pincer pour Chiba. Et qui s'interroge sur la nature de sa relation avec Haru. Critique : J’attendais ce 2eme tome avec impatience, pour voir s’il serait aussi tranchant que le 1er. Bien que je trouve qu’il soit un peu moins revendicatif (il prend moins le lecteur à partie notamment), il n’en demeure pas moins dénonciateur. J’y vois surtout deux points importants. Le 1er c’est une démonstration choquante du pouvoir : ceux qui ont de l’argent et une certaine position au sein de la société peuvent tout se permettre, ils sont intouchables. Le 2eme point, qui est plus positif, c’est la façon dont Haru va avoir une relation avec Sumo (le jeune homme obèse), pour aller contre la grossophobie et essayer de changer les clichés et le regard que les gens portent sur les gros. Le reste étant des passages sans trop d’intérêt, une sorte de liant pour donner le change sur le côté isekai. Même s’il perd un peu de teneur, ce tome reste néanmoins intéressant et fort dans son engagement. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jk-haru-sex-worker-in-another-world-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    Search and destroy tome 2

    Ce deuxième tome ne baisse pas de régime par rapport au 1er, Hyaku continue sa chasse aux creech qui lui ont dérobé des morceaux, elle est aidée par Doro, jeune orphelin débrouillard qui montre avoir certaines capacités bien utiles. Dans ce volume, on en apprend plus sur les origines de Hyaku et le lien avec l’œuvre de Tezuka se fait plus évidente. Mais les vraies questions sont ailleurs : les creech, robot crées par l’homme ont-ils aussi évolués, n’ont-ils vraiment pas de cœur ni d’âme comme les humains semblent le dire ? Pourtant puisqu’ils ont des envies et qu’ils tiennent à leurs vies, est-ce que cela ne signifie pas qu’ils sont des êtres vivants au même titre que les humains ? D’un autre côté, est-ce que récupérer les morceaux de son corps permettra à Hyaku de comprendre qui elle est ? Ne perd-elle pas son identité au fur et à mesure ? En tout cas, la cohabitation humain/creech est difficile, peut-être impossible, l’affrontement se profile… Le manga est efficace, violent, va droit au but et le dessin de Kaneko est parfait pour cette ambiance cyberpunk.
  25. Titre de l'album : Search and destroy tome 2 Scenariste de l'album : KANEKO Atsushi Dessinateur de l'album : KANEKO Atsushi Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : A Hachisuka, ville qui pullule de robots, Doro, petit orphelin chapardeur, est pris en flagrant délit alors qu'il tente de cambrioler l'antre de créatures yakuzas... Une jeune fille, à première vue ni humaine ni créature, apparaît alors devant lui, les yeux injectés de colère. Dotée de quatre membres mécaniques qui cachent des armes surpuissantes, elle assaille sans hésiter Kick, le parrain du gang... Critique : Ce deuxième tome ne baisse pas de régime par rapport au 1er, Hyaku continue sa chasse aux creech qui lui ont dérobé des morceaux, elle est aidée par Doro, jeune orphelin débrouillard qui montre avoir certaines capacités bien utiles. Dans ce volume, on en apprend plus sur les origines de Hyaku et le lien avec l’œuvre de Tezuka se fait plus évidente. Mais les vraies questions sont ailleurs : les creech, robot crées par l’homme ont-ils aussi évolués, n’ont-ils vraiment pas de cœur ni d’âme comme les humains semblent le dire ? Pourtant puisqu’ils ont des envies et qu’ils tiennent à leurs vies, est-ce que cela ne signifie pas qu’ils sont des êtres vivants au même titre que les humains ? D’un autre côté, est-ce que récupérer les morceaux de son corps permettra à Hyaku de comprendre qui elle est ? Ne perd-elle pas son identité au fur et à mesure ? En tout cas, la cohabitation humain/creech est difficile, peut-être impossible, l’affrontement se profile… Le manga est efficace, violent, va droit au but et le dessin de Kaneko est parfait pour cette ambiance cyberpunk. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/search-destroy-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...