Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'mythologie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


18 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Lore olympus tome 6

    Pfff je pense que depuis le temps tous les amoureux de romance auront déjà craqué, mais si jamais vous n'avez pas encore franchi le pas, ce tome 6 vous le fera faire. En effet, il contient ce que l'on que trop peu dans des romances contrariées : le passage à l'acte. Pas l'acte "charnel" mais le passage au niveau de couple. Un couple toujours très timide et qui n'ose pas plus s'engager de peur de se faire du mal réciproquement. C'est hyper mignon !!! l'amour se dévoile et s'assume tout doucement, avec les secrets et les histoires qui vont avec et qui leur font s'ouvrir leur cœurs. Avec le procès qui arrive, et les rebondissements qui ne manqueront pas d'arriver avec, l'entente entre notre héroïne et Hades qui augmente nous promet un procès haut en couleur. Vivement la suite !!
  2. Titre de l'album : Lore olympus tome 6 Scenariste de l'album : Rachel Smythe Dessinateur de l'album : Rachel Smythe Coloriste : Editeur de l'album : Hugo bd Note : Résumé de l'album : Cache-cache mortel aux Enfers... Zeus est en chasse et sa proie n'est autre que Perséphone... Heureusement Hadès a une longueur d'avance sur lui et la retrouve avant ! Ce temps passé seul à seul, cachés des autres les rapproche. Perséphone lui raconte enfin la vérité sur ce qui s'est passé au Royaume des mortels et Hadès lui en apprend davantage sur son passé avec Chronos. Mais même Hadès ne peut arrêter la course folle de Zeus, appuyé par Appolon, Menthé et Thétis en sous-marin. Héra, elle, choisit son camp suite à la confirmation de Perséphone sur son intuition et décide à son tour de faire sa chasse au dieu, Apollon étant sa cible. Mari et femme se font face, et la guerre ne fait que commencer. Car le secret que cache Perséphone sur Apollon est sur le point d'être lui aussi, bientôt révélé aux yeux de tous... Critique : Pfff je pense que depuis le temps tous les amoureux de romance auront déjà craqué, mais si jamais vous n'avez pas encore franchi le pas, ce tome 6 vous le fera faire. En effet, il contient ce que l'on que trop peu dans des romances contrariées : le passage à l'acte. Pas l'acte "charnel" mais le passage au niveau de couple. Un couple toujours très timide et qui n'ose pas plus s'engager de peur de se faire du mal réciproquement. C'est hyper mignon !!! l'amour se dévoile et s'assume tout doucement, avec les secrets et les histoires qui vont avec et qui leur font s'ouvrir leur cœurs. Avec le procès qui arrive, et les rebondissements qui ne manqueront pas d'arriver avec, l'entente entre notre héroïne et Hades qui augmente nous promet un procès haut en couleur. Vivement la suite !! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lore-olympus-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : La saga Prométhée Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Quel rôle peut jouer le sous-marin USS Scorpion au coeur de la terrible invasion alien ?Un sacrifice sur un lieu sacré du Pérou il y a plus de 10000 ans pourrait-il stopper cette attaque ?Quel message pour l'Humanité contiennent les 716 disques découverts près du Tibet ?Un fascinant récit prolongeant et approfondissant l'une des plus ambitieuses séries fantastiques jamais produites. Critique : A l'occasion de la sortie du 24ème tome de la saga Prométhée de Cristophe Bec , je souhaitais effectuer un retour sur l'ensemble de cette histoire , qui représente la plus longue aventure éditoriale de l'aveyronnais . Sachez aussi qu'un 25ème tome , nommé "tome 0" arrivera en février - mars , dessiné par un collectif d'artistes anglophones . Il est absolument essentiel de posséder les 23 tomes et de les lire à la suite pour une immersion profonde et surtout une compréhension globale de ce scénario dantesque . Des tiroirs , vous en aurez , et ce que vous découvrirez et ne comprendrez pas dans les premiers tomes , sera élucidé (pour la plupart) dans les suivants ! La galerie de personnages est telle qu'un suivi assidu est impératif , faute d'être largué . Les protagonistes qui n'ont aucun lien entre eux , vont au fil de leurs péripéties et autres voyages dans le temps , se retrouver interconnectés . Un scénario avec cette ambition et les attentes qu'il suscite au lecteur se doit de répondre à toutes les interrogations , surtout en 23 tomes ! Et si les 3/4 sont dévoilés , il demeure des questions sans réponses au terme de la saga . J'espérais trouver ces réponses dans ce tome 24 , mais il nous présente des histoires avec de nouveaux personnages évoluant en parallèle des "têtes connues" du fil narratif principal . Il offre un complément assez bien réalisé , mais pas vraiment indispensable selon moi . Après ces considérations scénaristiques , attardons-nous sur le dessin , autre pierre de voûte de toute saga BD qui se respecte . Bec réalise les 3 premiers albums , puis passe le relais à son fidèle acolyte Raffaele du 4 au 17 , Diaz fini jusqu'au 23 . Comme illustré dans les planches ci-dessous par ordre chronologique , le trait se veut réaliste et pourvu d'une coloration réussie . Les changements de dessinateurs ne choqueront pas le lecteur car ils ont des propriétés similaires . Le tome 24 est composé d'un collectif d'artistes avec du bon et du moins bon , la planche proposée figure dans le haut du panier de l'ouvrage . Dans l'ensemble on est sur un graphisme assez "mainstream" mais qui convient parfaitement au propos et aux lecteurs grand public . Au terme de cette lecture massive , je suis partagé . D'un côté , on se régale de ce scénario d'une ambition folle , avec une utilisation des voyages temporels assez cohérente . Mais il subsiste des questions sans réponses au terme de l'aventure et c'est assez regrettable . Certes des interrogations ne présentant pas un intérêt supérieur à la compréhension globale du sujet , mais sur une saga de 24 tomes , pourquoi ne pas y répondre ? Mon autre impression générale tient aux albums eux-mêmes : sur les 24 , je n'en retiens aucun de mémorable , MAIS , aucun non plus de "filaire" , c'est à dire n'apportant rien à l'histoire et d'un ennui profond . On feuillette les BD avec frénésie , encaissant les nombreux rebondissements et cliffhangers de fin de tome , et on est tenu en haleine jusqu'au 23ème . Maintenir ce degré de qualité reste un excellent point pour cette aventure qui vaut le coup d'oeil et vous tiendra en haleine . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/promethee-tome-24-invasion-finale/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Kevin Nivek

    La saga Prométhée

    A l'occasion de la sortie du 24ème tome de la saga Prométhée de Cristophe Bec , je souhaitais effectuer un retour sur l'ensemble de cette histoire , qui représente la plus longue aventure éditoriale de l'aveyronnais . Sachez aussi qu'un 25ème tome , nommé "tome 0" arrivera en février - mars , dessiné par un collectif d'artistes anglophones . Il est absolument essentiel de posséder les 23 tomes et de les lire à la suite pour une immersion profonde et surtout une compréhension globale de ce scénario dantesque . Des tiroirs , vous en aurez , et ce que vous découvrirez et ne comprendrez pas dans les premiers tomes , sera élucidé (pour la plupart) dans les suivants ! La galerie de personnages est telle qu'un suivi assidu est impératif , faute d'être largué . Les protagonistes qui n'ont aucun lien entre eux , vont au fil de leurs péripéties et autres voyages dans le temps , se retrouver interconnectés . Un scénario avec cette ambition et les attentes qu'il suscite au lecteur se doit de répondre à toutes les interrogations , surtout en 23 tomes ! Et si les 3/4 sont dévoilés , il demeure des questions sans réponses au terme de la saga . J'espérais trouver ces réponses dans ce tome 24 , mais il nous présente des histoires avec de nouveaux personnages évoluant en parallèle des "têtes connues" du fil narratif principal . Il offre un complément assez bien réalisé , mais pas vraiment indispensable selon moi . Après ces considérations scénaristiques , attardons-nous sur le dessin , autre pierre de voûte de toute saga BD qui se respecte . Bec réalise les 3 premiers albums , puis passe le relais à son fidèle acolyte Raffaele du 4 au 17 , Diaz fini jusqu'au 23 . Comme illustré dans les planches ci-dessous par ordre chronologique , le trait se veut réaliste et pourvu d'une coloration réussie . Les changements de dessinateurs ne choqueront pas le lecteur car ils ont des propriétés similaires . Le tome 24 est composé d'un collectif d'artistes avec du bon et du moins bon , la planche proposée figure dans le haut du panier de l'ouvrage . Dans l'ensemble on est sur un graphisme assez "mainstream" mais qui convient parfaitement au propos et aux lecteurs grand public . Au terme de cette lecture massive , je suis partagé . D'un côté , on se régale de ce scénario d'une ambition folle , avec une utilisation des voyages temporels assez cohérente . Mais il subsiste des questions sans réponses au terme de l'aventure et c'est assez regrettable . Certes des interrogations ne présentant pas un intérêt supérieur à la compréhension globale du sujet , mais sur une saga de 24 tomes , pourquoi ne pas y répondre ? Mon autre impression générale tient aux albums eux-mêmes : sur les 24 , je n'en retiens aucun de mémorable , MAIS , aucun non plus de "filaire" , c'est à dire n'apportant rien à l'histoire et d'un ennui profond . On feuillette les BD avec frénésie , encaissant les nombreux rebondissements et cliffhangers de fin de tome , et on est tenu en haleine jusqu'au 23ème . Maintenir ce degré de qualité reste un excellent point pour cette aventure qui vaut le coup d'oeil et vous tiendra en haleine .
  5. Kevin Nivek

    Les filles de Sapphô

    Auteure complète , Ariana Melone a déjà sorti des oeuvres comme Gianna et Le bal des folles , avec à chaque fois une présence féminine forte . Elle continue son chemin en remontant le temps au VII et VI èmes siècles avant JC , en proposant un pan de la vie de Sapphô . Avec le peu d'écrits restants sur elle , Ariana Melone imagine la vie de cette femme , poétesse aux idées tellement contemporaines ! Sur l'île de Lesbos ( n'imaginez pas que le terme lesbien vient de là , il s'agit d'autre chose en lien avec cette île , à découvrir dans les annexes de fin d'album) , Sapphô est éducatrice pour les jeunes filles nobles . Elle les initie aux arts , le chant , la délicatesse , l'amour , les devoirs féminins au sein d'un couple , bref , tout le nécessaire devenir une épouse modèle . Mais ces formations peuvent prendre un caractère plus personnel lorsque Sapphô se met à dévoiler ses envies sentimentales voire plus ,envers des élèves ! Imaginez le contexte historique dans une Athènes toute puissante faisant la part belle aux couples hétéros . Toute promotion du féminisme voire d'homosexualité féminine est très vite mal perçue lorsqu'elle touche des nobles . Sapphô aura bien du mal à naviguer dans ces eaux troubles , d'autant qu'elle a sa propre famille avec d'autres sources d'ennuis ! De son trait doux crayonné , aux couleurs passées , "antiques" , Arian Melone expose la vie de cette femme tellement précurseure d'un idéal féminin et féministe , dans une reconstruction historique plutôt fidèle . Il subsiste cependant un manque de liant parfois , elle use d'ellipse fréquemment et cela peut nuire au déroulé de l'histoire , d'autant qu'elle est riche en personnages (pas toujours reconnaissables) . Cela reste néanmoins un vibrant hommage à cette poétesse incarnant par ses écrits une manière différente et plus libre de concevoir l'amour , en tant que femme . A noter une annexe particulièrement bien détaillée et explicative en fin d'album , très enrichissante d'un point de vue culturel .
  6. Titre de l'album : Les filles de Sapphô Scenariste de l'album : Arianna Melone Dessinateur de l'album : Arianna Melone Coloriste : Arianna Melone Editeur de l'album : Graph Zeppelin Note : Résumé de l'album : Que diront-ils de moi ? Que la beauté ne m'a jamais effleurée et que j'ai trouvé refuge dans la mort ? Qu'est-ce qui me rappelait l'apparence de la divine Aphrodite ? Que je fus l'icône de l'amour entre femmes, défenseur d'une justice féminine ? Ou que je fus si pudique que je ne pouvais écrire quelconque obscénités dans mes oeuvres ? Qui suis-je ? Qui est Sappho ?". Originaire de l'île de Lesbos, Sappho est éducatrice à la Maison des Muses, une confrérie de jeunes filles nobles, où l'on enseigne les arts, la délicatesse,... Critique : Auteure complète , Ariana Melone a déjà sorti des oeuvres comme Gianna et Le bal des folles , avec à chaque fois une présence féminine forte . Elle continue son chemin en remontant le temps au VII et VI èmes siècles avant JC , en proposant un pan de la vie de Sapphô . Avec le peu d'écrits restants sur elle , Ariana Melone imagine la vie de cette femme , poétesse aux idées tellement contemporaines ! Sur l'île de Lesbos ( n'imaginez pas que le terme lesbien vient de là , il s'agit d'autre chose en lien avec cette île , à découvrir dans les annexes de fin d'album) , Sapphô est éducatrice pour les jeunes filles nobles . Elle les initie aux arts , le chant , la délicatesse , l'amour , les devoirs féminins au sein d'un couple , bref , tout le nécessaire devenir une épouse modèle . Mais ces formations peuvent prendre un caractère plus personnel lorsque Sapphô se met à dévoiler ses envies sentimentales voire plus ,envers des élèves ! Imaginez le contexte historique dans une Athènes toute puissante faisant la part belle aux couples hétéros . Toute promotion du féminisme voire d'homosexualité féminine est très vite mal perçue lorsqu'elle touche des nobles . Sapphô aura bien du mal à naviguer dans ces eaux troubles , d'autant qu'elle a sa propre famille avec d'autres sources d'ennuis ! De son trait doux crayonné , aux couleurs passées , "antiques" , Arian Melone expose la vie de cette femme tellement précurseure d'un idéal féminin et féministe , dans une reconstruction historique plutôt fidèle . Il subsiste cependant un manque de liant parfois , elle use d'ellipse fréquemment et cela peut nuire au déroulé de l'histoire , d'autant qu'elle est riche en personnages (pas toujours reconnaissables) . Cela reste néanmoins un vibrant hommage à cette poétesse incarnant par ses écrits une manière différente et plus libre de concevoir l'amour , en tant que femme . A noter une annexe particulièrement bien détaillée et explicative en fin d'album , très enrichissante d'un point de vue culturel . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://graphzeppelin.com/mythologie-grecque/305-achille-3-la-chute-des-legendes.html/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Kevin Nivek

    Ulysse , tome 2

    Fort de ces adaptations de récit "homériques" , Cosimo Ferri aborde à la suite d' Achille , l'odyssée d'Ulysse . Il établit deux travaux différents sur le principe des éditions Tabou et Graph zeppelin , à savoir une version érotique et une pouvant être lue par tout le monde . Nous sommes ici dans un registre grand public pour qui désire s'aventurer en mer Egée et découvrir cette épopée mondialement connue et grande source d'inspiration . Cette odyssée contée par Homère a été à maintes reprises adaptées , chaque artiste y amenant sa fraîcheur et son point de vue . Cosimo Ferri de son trait délicat aux couleurs chaudes , dépeint cette aventure en suivant à la lettre Homère , il incorpore même (en grec ancien) des citations du philosophe . On peut lui reprocher un certain académisme dénué de prise de risque , mais la qualité graphique gomme ce potentiel défaut . Les hommes sont beaux et bien bâtis , les femmes superbes aux chevelures enivrantes . On imagine aisément tout ce petit monde en tenue d'Adam animé d'une certaine lascivité dans la version Tabou 🙂 . Nous sommes à mi-chemin des aventures d'Ulysse avec ce tome 2 , il devrait rester en principe son retour à Ithaque avec les manigances politiques perpétrées durant son absence . Nous découvrirons aussi Pénélope sa femme qui sera je l'imagine sans peine , d'une beauté divine . Souquez ferme et si vous rencontrez des sirènes , attachez-vous à un mât ou bouchez-vous les oreilles 😉
  8. Titre de l'album : Ulysse , tome 2 Scenariste de l'album : Cosimo ferri Dessinateur de l'album : Cosimo ferri Coloriste : Cosimo ferri Editeur de l'album : Graph Zeppelin Note : Résumé de l'album : Poursuivant son voyage dans la Grèce Antique, Cosimo Ferri entame un nouveau cycle avec Ulysse. Suivant à la lettre le célèbre livre d'Homère (L'Odyssée), l'auteur relate le retour chez lui du héros, qui, après l'épopée de la guerre de Troie, rencontrera sur les flots maintes aventures envoûtantes et périlleuses. Dans ce second volume aux rebondissements multiples, Ulysse relate son périple entre Troie et l'île de la nymphe Calypso. Parti avec une flotte de douze navires, des vents contraires le poussent sur la côte Thrace des Cicones, puis vers l'île des Lotophages mangeurs de fleurs psychotropes. Il se rendra sur la terre des Cyclopes dont il s'échappera grâce à une ruse ingénieuse, puis il rencontrera le gardien des vents, Éole, et l'enchanteresse Circé qui transforme ses hôtes en pourceaux, avant de s'évader du pays des Lestrygons, des géants cannibales. Le récit du navigateur se termine au pays des Cimmériens, aux portes de l'océan, qui s'ouvre sur le monde des morts... Critique : Fort de ces adaptations de récit "homériques" , Cosimo Ferri aborde à la suite d' Achille , l'odyssée d'Ulysse . Il établit deux travaux différents sur le principe des éditions Tabou et Graph zeppelin , à savoir une version érotique et une pouvant être lue par tout le monde . Nous sommes ici dans un registre grand public pour qui désire s'aventurer en mer Egée et découvrir cette épopée mondialement connue et grande source d'inspiration . Cette odyssée contée par Homère a été à maintes reprises adaptées , chaque artiste y amenant sa fraîcheur et son point de vue . Cosimo Ferri de son trait délicat aux couleurs chaudes , dépeint cette aventure en suivant à la lettre Homère , il incorpore même (en grec ancien) des citations du philosophe . On peut lui reprocher un certain académisme dénué de prise de risque , mais la qualité graphique gomme ce potentiel défaut . Les hommes sont beaux et bien bâtis , les femmes superbes aux chevelures enivrantes . On imagine aisément tout ce petit monde en tenue d'Adam animé d'une certaine lascivité dans la version Tabou 🙂 . Nous sommes à mi-chemin des aventures d'Ulysse avec ce tome 2 , il devrait rester en principe son retour à Ithaque avec les manigances politiques perpétrées durant son absence . Nous découvrirons aussi Pénélope sa femme qui sera je l'imagine sans peine , d'une beauté divine . Souquez ferme et si vous rencontrez des sirènes , attachez-vous à un mât ou bouchez-vous les oreilles 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ulysse-2-l-ile-aux-cyclopes/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    Kleos

    Titre de l'album : Kleos Scenariste de l'album : Mark Eacersall Dessinateur de l'album : Latapy Coloriste : Causse Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Une puissante aventure initiatique, un hommage aux conteurs et aux récits fondateurs. 499 av. J.-C.-Jeune Grec idéaliste, Philoklès est bercé par les récits de L'Iliade et L'Odyssée dont il connaît chaque vers. Lorsque des pirates pillent son île, Philoklès s'indigne du manque de courage des hommes de sa communauté et décide de prendre seul la mer afin de se venger des agresseurs. Parti pour connaître une gloire éternelle (kleos aphthiton), le jeune héros comprend vite que tout ne se passe pas comme dans les récits homériques... Critique : Kleos c'est une histoire qui a fait parler aussi bien pour son histoire que pour son édition. En effet, l'histoire était initialement prévue en 2 tomes, le premier tome étant paru le 11 janvier. Si l'accueil sur l'histoire fut plutôt bon, beaucoup de gens se sont plaints d'une histoire coupée en deux la ou une grande histoire serait plus intéressante. Revirement coté Grand Angle suite à ces remarques pour ne pas sortir le tome 2 mais bien un seul et unique one shot...Quid de ceux qui avaient acheté le tome 1 ? Et bien pour ne fâcher personne, ils peuvent, a l'achat du one shot, ramener leur t1. Le one shot étant moins cher que deux fois un tome, tout le monde est gagnant. Surtout que l'histoire est vraiment sympathique. L'aventure de marin est intelligente, car ne tourne pas au récit héroïque ou au combat spartiate. Notre héros combat avec ce qu'il a et se fraie un chemin dans un univers violent malgré son absence de qualité au combat. Un beau récit à une époque qui à moins le vent en poupe dans la bd actuelle. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kleos-histoire-complete?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    Kleos

    Kleos c'est une histoire qui a fait parler aussi bien pour son histoire que pour son édition. En effet, l'histoire était initialement prévue en 2 tomes, le premier tome étant paru le 11 janvier. Si l'accueil sur l'histoire fut plutôt bon, beaucoup de gens se sont plaints d'une histoire coupée en deux la ou une grande histoire serait plus intéressante. Revirement coté Grand Angle suite à ces remarques pour ne pas sortir le tome 2 mais bien un seul et unique one shot...Quid de ceux qui avaient acheté le tome 1 ? Et bien pour ne fâcher personne, ils peuvent, a l'achat du one shot, ramener leur t1. Le one shot étant moins cher que deux fois un tome, tout le monde est gagnant. Surtout que l'histoire est vraiment sympathique. L'aventure de marin est intelligente, car ne tourne pas au récit héroïque ou au combat spartiate. Notre héros combat avec ce qu'il a et se fraie un chemin dans un univers violent malgré son absence de qualité au combat. Un beau récit à une époque qui à moins le vent en poupe dans la bd actuelle.
  11. The_PoP

    Abaddon - Tome 1 - Sinaï

    Bon, Christophe Bec au scénario d'une nouvelle série chez Soleil qui va nous parler de l'humanité face à un challenge extraterrestre/divin, c'est pas vraiment d'une rare fraicheur. Et ceux qui me connaissent savent que finalement je n'en suis pas vraiment friand, les séries trainant bien trop à mon goût et les univers graphiques étant rarement marquants. Du coup ma note de 4 est plutôt remarquable quand on part avec ces à priori là. Mais je peux tout vous expliquer. Petit 1 : le dessin de Robert Carey est très bon. Les personnages ont de l'allure, certains de leurs visages sont bien travaillés, on n'est pas dans la non personnification que je reproche souvent aux bd d'anticipation/science fiction. Les doubles pages ont des plans super sympas, il y a quand même du détail et la colorisation est réussie en nous rendant bien les différentes atmosphères où se déroule le récit. Secundo : C'est annoncé en 3 tomes. Et il faut dire qu'il se passe déjà beaucoup beaucoup de choses dans ce tome 1, sans pour autant que cela parte dans tous les sens. Le mystère n'est probablement pas aussi épais que sur ses séries habituelles. Bon point, on a l'impression donc que l'auteur sait où il va et qu'on y sera aussi très vite. Ce qui profite aussi au plaisir de lecture et à la fluidité du récit, ça avance, et c'est bien construit, c'est donc très agréable. Tertio : La narration sur deux périodes est bien dosée, on imagine assez vite ce qui a pu se passer entre les deux, nous laissant suffisamment de questions pour conserver notre intérêt, mais pas trop pour ne pas nous noyer. Bref, je vous conseille cet Abaddon qui m'a l'air bien partit pour mettre d'accord les fans du travail de M. Christophe Bec avec les amateurs de BD en tous genre.
  12. Titre de l'album : Abaddon - Tome 1 - Sinaï Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Robert Carey Coloriste : Vincent Powell Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : 2027. Partout dans le monde, des objets mythiques des 5 grandes religions sont découverts. Les pouvoirs de ces artefacts sèment la mort et la panique et les hautes instances religieuses semblent cacher un secret qui pourrait anéantir l'Humanité. Trois générations plus tard. Alors que la société s'est réorganisée, des migrants font route vers Si-Naï, où ils espèrent trouver un dernier refuge. Critique : Bon, Christophe Bec au scénario d'une nouvelle série chez Soleil qui va nous parler de l'humanité face à un challenge extraterrestre/divin, c'est pas vraiment d'une rare fraicheur. Et ceux qui me connaissent savent que finalement je n'en suis pas vraiment friand, les séries trainant bien trop à mon goût et les univers graphiques étant rarement marquants. Du coup ma note de 4 est plutôt remarquable quand on part avec ces à priori là. Mais je peux tout vous expliquer. Petit 1 : le dessin de Robert Carey est très bon. Les personnages ont de l'allure, certains de leurs visages sont bien travaillés, on n'est pas dans la non personnification que je reproche souvent aux bd d'anticipation/science fiction. Les doubles pages ont des plans super sympas, il y a quand même du détail et la colorisation est réussie en nous rendant bien les différentes atmosphères où se déroule le récit. Secundo : C'est annoncé en 3 tomes. Et il faut dire qu'il se passe déjà beaucoup beaucoup de choses dans ce tome 1, sans pour autant que cela parte dans tous les sens. Le mystère n'est probablement pas aussi épais que sur ses séries habituelles. Bon point, on a l'impression donc que l'auteur sait où il va et qu'on y sera aussi très vite. Ce qui profite aussi au plaisir de lecture et à la fluidité du récit, ça avance, et c'est bien construit, c'est donc très agréable. Tertio : La narration sur deux périodes est bien dosée, on imagine assez vite ce qui a pu se passer entre les deux, nous laissant suffisamment de questions pour conserver notre intérêt, mais pas trop pour ne pas nous noyer. Bref, je vous conseille cet Abaddon qui m'a l'air bien partit pour mettre d'accord les fans du travail de M. Christophe Bec avec les amateurs de BD en tous genre. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/abaddon-tome-1-si-nai?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. On ne compte plus les récits sur la fameuse guerre entre grecs et troyens , avec le fameux cheval de Troie , symbole ayant traversé les siècles . Dans cette histoire plutôt originale par son propos , Achille et Hector sont morts , ne restent que les grecs au pied des remparts de la cité imprenable . Nous débutons par une ville située à 900km de Troie : Hattusa . Son roi sanguinaire règne tel un despote . Aussi , lorsqu'il reçoit l'appel au secours du roi Priam , il consulte ses oracles . Si les grecs sortent vainqueurs du conflit , auraient-ils des velléités sur son territoire ? S'il aide Priam , sera t'il débarrassé des grecs ne cessant d'étendre leur emprise sur la méditerranée ? Et qu'en est-il d'éventuels complots contre lui au sein même de son royaume ? Ainsi , en parallèle de l'invasion astucieuse grecque et leur comportement atroce pendant le saccage de la ville , nous suivons les turpitudes de ce roi Hatusili III . La chute de deux empires simultanément , une par crainte des dieux ( s'ils ne font pas rentrer ce cheval cadeau de Poséidon) , l'autre par hybris de son roi ; s'offre à nous avec une palette graphique assez saisissante . Le dessinateur du western Catamount nous démontre toute l'étendue de son talent . Un découpage énergique , des plans larges , des champs contre champs , on sent l'influence cinématographique à travers son style assez réaliste . La violence est mise à nu , certains passages sont insoutenables et symbolisent bien le déchaînement de fureur des grecs après 10 ans passés aux pieds de la cité troyenne . Les scènes de batailles sont précises et fourmillent de détails . Ce n'est pas à mettre entre toutes mains , très jeunes s'abstenir ! Au final , c'est un one-shot sur un évènement mondialement connu , mais avec son lot de surprises bienvenues et la vision d'un conflit sous un autre angle . Des pages annexes en toute fin permettent de mieux appréhender la situation géographique locale ainsi que les forces en présence dans cette partie de méditerranée . Elles permettent aussi d'établir un parallèle entre la légende et l'historicité de la guerre de Troie ( ou Wiloucha en langue hittite 😉 ) .
  14. Titre de l'album : Wiloucha , les dernières heures de Troie Scenariste de l'album : Mikael Coadou Dessinateur de l'album : Benjamin Blasco Martinez Coloriste : Emilie Beaud Editeur de l'album : Petit à petit Note : Résumé de l'album : 1270 av. J.-C. Le roi des Hittites, Hattusili III, fait régner la terreur dans sa capitale Hattusa. Pendant ce temps, sur la plage de Troie, Agamemnon cherche toujours un stratagème pour pénétrer les remparts de la cité mythique, après dix années de guerre. Le roi Priam, prêt à défendre Troie coûte que coûte, appelle désespérément à l'aide son allié Hattusili. Celui-ci répondra-t-il à l'appel ? Ou laissera-t-il les Grecs et les Troyens s'entretuer ? Sa décision pourrait bien renverser le cours de l'histoire... Critique : On ne compte plus les récits sur la fameuse guerre entre grecs et troyens , avec le fameux cheval de Troie , symbole ayant traversé les siècles . Dans cette histoire plutôt originale par son propos , Achille et Hector sont morts , ne restent que les grecs au pied des remparts de la cité imprenable . Nous débutons par une ville située à 900km de Troie : Hattusa . Son roi sanguinaire règne tel un despote . Aussi , lorsqu'il reçoit l'appel au secours du roi Priam , il consulte ses oracles . Si les grecs sortent vainqueurs du conflit , auraient-ils des velléités sur son territoire ? S'il aide Priam , sera t'il débarrassé des grecs ne cessant d'étendre leur emprise sur la méditerranée ? Et qu'en est-il d'éventuels complots contre lui au sein même de son royaume ? Ainsi , en parallèle de l'invasion astucieuse grecque et leur comportement atroce pendant le saccage de la ville , nous suivons les turpitudes de ce roi Hatusili III . La chute de deux empires simultanément , une par crainte des dieux ( s'ils ne font pas rentrer ce cheval cadeau de Poséidon) , l'autre par hybris de son roi ; s'offre à nous avec une palette graphique assez saisissante . Le dessinateur du western Catamount nous démontre toute l'étendue de son talent . Un découpage énergique , des plans larges , des champs contre champs , on sent l'influence cinématographique à travers son style assez réaliste . La violence est mise à nu , certains passages sont insoutenables et symbolisent bien le déchaînement de fureur des grecs après 10 ans passés aux pieds de la cité troyenne . Les scènes de batailles sont précises et fourmillent de détails . Ce n'est pas à mettre entre toutes mains , très jeunes s'abstenir ! Au final , c'est un one-shot sur un évènement mondialement connu , mais avec son lot de surprises bienvenues et la vision d'un conflit sous un autre angle . Des pages annexes en toute fin permettent de mieux appréhender la situation géographique locale ainsi que les forces en présence dans cette partie de méditerranée . Elles permettent aussi d'établir un parallèle entre la légende et l'historicité de la guerre de Troie ( ou Wiloucha en langue hittite 😉 ) . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wiloucha/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Asterios

    Titre de l'album : Asterios Scenariste de l'album : Serge Le Tendre Dessinateur de l'album : Frédéric Peynet Coloriste : Frédéric Peynet Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : À la suite d'un acte malheureux, l'architecte Dédale doit s'enfuir en Crète. Arrivé sur l'île, il découvre que le trône est convoité par trois frères dont Minos. Ce dernier en appelle à Poséidon, dieu des Océans, qui le consacre Roi en échange du sacrifice d'un taureau. Mais le nouveau souverain ne tient pas sa promesse. Furieux, Poséidon provoque un accouplement contre nature entre la Reine et la bête. Un enfant nait de cette union : Astérios, le fameux Minotaure ! Astérios est alors confié à la garde de Dédale qui n'a de cesse d'apporter toute son affection à cet enfant ho Critique : Deuxième tome de la collection Mythologie de Dargaud... en fait non quatrième… rhaa je me perds et c'est en partie pour cela que l'album n'a pas 5/5. En fait Tiresias et la gloire d'Héra qui étaient déjà sortis sous un autre format a été explosé en 2 albums pour faire 4 albums dans cette collection. Donc ce Asterios est la deuxième nouveauté, mais bien le quatrième album. Ceci dit, cet album est excellent. Graphiquement, Frederic Peynet nous livre un album d'une grande beauté avec un Minotaure superbement bien réalisé. Niveau histoire, Serge Le Tendre choisit intelligemment de placer le récit du point de vue du Minotaure et non de Thésée. Si l'histoire commence avec Thésée, il nous raconte plutôt l'histoire de Dédale, père de d'Icare, mais aussi père adoptif d'Asterios, le vrai nom du Minotaure. Une aventure très humaine qui prend le parti du Minotaure plus que de celui du héros grecque. Cette prise de partie est intelligente quand on pense à la versatilité de Thésée vis-à-vis d'Ariane et de l'oublie de changement de voile qui provoqua le suicide de son père. Un autre bon tome qui me fait dire qu'il faudra que je me mette a la recherche des deux premiers que je n'ai pas lu.... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/asterios-le-minotaure?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Asterios

    Deuxième tome de la collection Mythologie de Dargaud... en fait non quatrième… rhaa je me perds et c'est en partie pour cela que l'album n'a pas 5/5. En fait Tiresias et la gloire d'Héra qui étaient déjà sortis sous un autre format a été explosé en 2 albums pour faire 4 albums dans cette collection. Donc ce Asterios est la deuxième nouveauté, mais bien le quatrième album. Ceci dit, cet album est excellent. Graphiquement, Frederic Peynet nous livre un album d'une grande beauté avec un Minotaure superbement bien réalisé. Niveau histoire, Serge Le Tendre choisit intelligemment de placer le récit du point de vue du Minotaure et non de Thésée. Si l'histoire commence avec Thésée, il nous raconte plutôt l'histoire de Dédale, père de d'Icare, mais aussi père adoptif d'Asterios, le vrai nom du Minotaure. Une aventure très humaine qui prend le parti du Minotaure plus que de celui du héros grecque. Cette prise de partie est intelligente quand on pense à la versatilité de Thésée vis-à-vis d'Ariane et de l'oublie de changement de voile qui provoqua le suicide de son père. Un autre bon tome qui me fait dire qu'il faudra que je me mette a la recherche des deux premiers que je n'ai pas lu....
  17. L'odyssée de Pénélope - Deuxième chant est la seconde BD dessinée par Christian Paty aux éditions Soleil qui sort en peu de temps. Hasard du calendrier ou non, la différence de traitement graphique est ici flagrante et illustre bien ici l'importance des choix éditoriaux dans le traitement graphique d'une BD. L'odyssée de Pénélope est donc le second tome déjà de cette Odyssée Mythologique version féminisée et volontairement féministe. Qu'elle soit scénarisée et dessinée par deux hommes relèvera ou non de l'anecdote pour le lecteur suivant son angle de vision sur la question mais il faut bien reconnaitre qu'objectivement du strict point de vue du plaisir du lecteur on est à mille lieux des premiers Atalantes par exemple. Dommage car l'idée était bonne, mais elle est traitée trop rapidement et trop succinctement pour avoir un intérêt pour d'autres lecteurs que de jeunes ados. Pour ceux-ci cependant c'est une entrée sympathique et qui ne se prend pas trop au sérieux dans la mythologie grecque.
  18. Titre de l'album : L'odyssée de Pénélope - Tome 2 - Deuxième chant Scenariste de l'album : Bernard Swysen Dessinateur de l'album : Christian Paty Coloriste : Sophie David Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le temps se fait long à bord, Pénélope, Antiope, Lampédo, Marpésia, et le fidèle Argos sont complètement perdus en mer et la tension monte. C'est aux portes des enfers que Pénélope révèlera tout son potentiel héroïque. Chiron le passeur squelettique, Cerbère le chien à trois têtes, une armée de mort-vivants, rien ne l'arrête. C'est alors que lui apparait Anticlée, sa belle-mère... Critique : L'odyssée de Pénélope - Deuxième chant est la seconde BD dessinée par Christian Paty aux éditions Soleil qui sort en peu de temps. Hasard du calendrier ou non, la différence de traitement graphique est ici flagrante et illustre bien ici l'importance des choix éditoriaux dans le traitement graphique d'une BD. L'odyssée de Pénélope est donc le second tome déjà de cette Odyssée Mythologique version féminisée et volontairement féministe. Qu'elle soit scénarisée et dessinée par deux hommes relèvera ou non de l'anecdote pour le lecteur suivant son angle de vision sur la question mais il faut bien reconnaitre qu'objectivement du strict point de vue du plaisir du lecteur on est à mille lieux des premiers Atalantes par exemple. Dommage car l'idée était bonne, mais elle est traitée trop rapidement et trop succinctement pour avoir un intérêt pour d'autres lecteurs que de jeunes ados. Pour ceux-ci cependant c'est une entrée sympathique et qui ne se prend pas trop au sérieux dans la mythologie grecque. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-odyssee-de-penelope-tome-2-second-chant?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...