Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'post apo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


22 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Phenomena tome 1

    Le retour de Bendis chez DC et dans le comics indépendant avec une série ambitieuse et ... fichtrement compliquée. Porté par un dessin de haute volée avec un noir et blanc bien travaillé, ce nouvel un univers très super dense, très innovant et suffisamment compliqué pour que l'on ne comprenne quasiment rien avant le milieu du tome, donc après 75 pages. Une histoire qui devient vraiment intéressante si on a réussi à passer le milieu. En effet, on se met, dans la dernière partie, à approfondir l'univers et le background sur ce qu'il a bien pu se passer pour en arriver là. Un univers qui mérite de s'y pencher, de faire l'effort de passer la première partie un peu trop dense. À noter que le graphisme noir et blanc convient très bien au récit et le format souple n'est pas vraiment dérangeant car permet une lecture aisé et permet de baisser le coup de ce genre d'album.
  2. Titre de l'album : Phenomena tome 1 Scenariste de l'album : Brian Michael Bendis Dessinateur de l'album : André Araújo Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Boldon, jeune garçon en soif d'aventure, débarque dans la grande ville, le rêve ! Toutes ces nouvelles odeurs, ces nouvelles saveurs, tant de créatures à rencontrer ! La découverte de son nouvel environnement est rapidement interrompue lorsqu'il croise le chemin de Spike, fier combattant du peuple Cyper, et de Matilde, jeune voleuse dont les pas la mèneront à la mystérieuse Cité des Yeux d'Or, un lieu à l'origine du Phénomène qui toucha la Terre il y a quelques années... Contenu vo : Phenomena vol. 1 : The Golden City of Eyes Critique : Le retour de Bendis chez DC et dans le comics indépendant avec une série ambitieuse et ... fichtrement compliquée. Porté par un dessin de haute volée avec un noir et blanc bien travaillé, ce nouvel un univers très super dense, très innovant et suffisamment compliqué pour que l'on ne comprenne quasiment rien avant le milieu du tome, donc après 75 pages. Une histoire qui devient vraiment intéressante si on a réussi à passer le milieu. En effet, on se met, dans la dernière partie, à approfondir l'univers et le background sur ce qu'il a bien pu se passer pour en arriver là. Un univers qui mérite de s'y pencher, de faire l'effort de passer la première partie un peu trop dense. À noter que le graphisme noir et blanc convient très bien au récit et le format souple n'est pas vraiment dérangeant car permet une lecture aisé et permet de baisser le coup de ce genre d'album. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/phenomena-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nouvelle série de Jason Aaron qui avait quitté le monde du comics indépendant depuis Sea of Stars si je ne m'abuse. Le genre d'album que tout fan de l'auteur attendant avec impatience. Encore plus quand on imagine la fin du monde qu'il pourrait nous livrer. Et bien j'avoue être mi-figue mi-raisin sur ce premier tome. Le scenario de Aaron est plutôt sympa, même si très orienté ado/jeunes adultes, avec un road trip entre deux personnages dont on sait dès le début qu'ils tomberont amoureux (un gars une fille...) et des poursuivants assez mystérieux. S'il est un peu trop classique dans la partie "présent", Aaron titille notre curiosité avec des planches de notre héros "dans le futur" avec un futur radicalement différent de tout ce que l'on pourrait imaginer arriver à nos deux héros. Des excellents hameçons pour nous laisser imaginer un scenario plus complexe qu'il n'y parait. Coté dessin le trait de Tefenkgi est globalement bien adapté à la partie "ado de l'histoire" mais pas vraiment à la partie plus "hard" dans le futur ou elle est un peu trop brouillonne. En bref un premier intriguant, mais surtout sauvé par l'habileté de Aaron à nous laisser envisager le futur de l'album
  4. Titre de l'album : Once upon a time at the end of the world tome 1 Scenariste de l'album : Jason Aaron Dessinateur de l'album : Nick Dragotta | Alex Tefenkgi Coloriste : Nick Dragotta | Alex Tefenkgi Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Voilà des jours que Mezzy navigue sur sa barque de fortune, traversant des continents de plastique fondu, évitant des abysses infernaux et des geysers de feu noir. Elle n'a pas croisé âme qui vive depuis des lunes, et ses vivres sont à présent épuisés. Elle n'a maintenant d'autre choix que d'errer dans une jungle urbaine hostile où elle espère trouver de quoi se nourrir. Mais une rencontre inattendue va tout changer. Le jeune Maceo, avec lequel elle n'a rien en commun, entre soudain dans sa vie. Vaut-il mieux parcourir une planète ravagée seule, ou accompagnée ? Critique : Nouvelle série de Jason Aaron qui avait quitté le monde du comics indépendant depuis Sea of Stars si je ne m'abuse. Le genre d'album que tout fan de l'auteur attendant avec impatience. Encore plus quand on imagine la fin du monde qu'il pourrait nous livrer. Et bien j'avoue être mi-figue mi-raisin sur ce premier tome. Le scenario de Aaron est plutôt sympa, même si très orienté ado/jeunes adultes, avec un road trip entre deux personnages dont on sait dès le début qu'ils tomberont amoureux (un gars une fille...) et des poursuivants assez mystérieux. S'il est un peu trop classique dans la partie "présent", Aaron titille notre curiosité avec des planches de notre héros "dans le futur" avec un futur radicalement différent de tout ce que l'on pourrait imaginer arriver à nos deux héros. Des excellents hameçons pour nous laisser imaginer un scenario plus complexe qu'il n'y parait. Coté dessin le trait de Tefenkgi est globalement bien adapté à la partie "ado de l'histoire" mais pas vraiment à la partie plus "hard" dans le futur ou elle est un peu trop brouillonne. En bref un premier intriguant, mais surtout sauvé par l'habileté de Aaron à nous laisser envisager le futur de l'album Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/once-upon-a-time-at-the-end-of-the-world-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Solo - Tome 6 - La fin d'un cercle infini Scenariste de l'album : Oscar Martin Dessinateur de l'album : Oscar Martin Coloriste : Oscar Martin Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Les humains ont décidé de frapper fort. Sans relâche, soldats et mercenaires attaquent et déciment les factions herbivores les plus proches. Alors que le conflit entre espèces se répand, Legatus et son peuple n'ont plus d'autre choix que de prendre position. Vont-ils rejoindre la bataille finale ? Ce tome 6 est une nouvelle preuve du talent de conteur et de dessinateur hors pair d'Oscar Martin. Critique : Parlons peu parlons bien, ce tome 6 vient boucler le second cycle "Legatus" de Solo. Et il le fait de manière admirable. Grandes épopées, énormes batailles, fond philosophique, on a tout dedans. En plus le tome est plus que touffu, et l'ensemble qualité / prix / temps de lecture est assez incroyable. En gros vous allez vous régaler, les dessins d'Osacr Martin sont toujours aussi emballants, et les doubles pages de batailles vont en ravir plus d'un. Seul bémol ? On a déjà lu un truc un chouïa encore meilleur. Dans le premier cycle de Solo. Parce que les enjeux de famille et d'attachements, de sentiments me manquent un peu dans ce cycle, aux enjeux pourtant peut être plus épiques et importants, mais qui ont suscité moins d'émotions que le premier cycle de Solo. Bref, une déception d'enfant gâté, courrez l'acheter cette conclusion est épique, assez logique et terrible et ouvre encore de nouveaux horizons. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-tome-6/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. The_PoP

    Inexistences

    Titre de l'album : Inexistences Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Christophe Bec Coloriste : Sebastien Gerard Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Dans les montagnes perdues, tout n'est que désolation. Les survivants errent dans un paysage désolé où ne subsistent que des ruines prises dans les glaces. De grands cataclysmes ont soumis la planète à d'interminables hivers. Il existerait pourtant un sanctuaire où vivrait un enfant bleu, qui aurait conservé la mémoire des temps anciens. Une légende que va tenter de vérifier le sniper nommé Sol. Critique : Ouf, celle là je l'avais pas vue venir. La préface de Bec explique bien que cet Inexistence est son Oeuvre. Celle qu'il voulait faire depuis longtemps, celle qu'il a mis 5 ans à peaufiner, avec à l'esprit ce qu'on pu apporter Enki Bilal, Moebius ou Druillet à la bd. Bon forcément avec cette ambition là, ce temps là, et le talent que l'on ne peut que reconnaitre à Christophe Bec, on sait que l'on va avoir quelque chose de remarquable entre les mains. C'est le cas, pas de doutes, Inexistences va marquer. Par contre attention, je le dis rapidement pour lever le doute, il ne faut pas s'attendre à lire de la bd classique. Non pas à cause des mélanges de narrations, du passage de la prose à la bd, ou à l'illustration pure et simple, non. Mais plutôt car Christophe Bec ne va pas vraiment s'attacher à nous livrer une histoire, ou des personnages. Il nous livre plutôt ses craintes ou sa vision d'un monde futur désastreux pour l'humanité. Son final est d'ailleurs plus philosophique qu'autre chose, et nous pose une question qui me semble essentielle. Il voulait marquer de son empreinte la bd, je ne sais pas dire si c'est fait car son oeuvre est à la fois plus que de la bd, tout en n'en perdant quelques qualités au passage. Si l'univers graphique et les doubles planches et autres plans extra larges, mis en avant par une édition remarquable, sont époustouflants et portent la marque d'un grand maître, j'ai pour ma part trouvé dommage que Christophe Bec n'en profite pas pour nous raconter une sacrée histoire. Comme s'il avait fallut quelque part s'extirper de son côté populaire et romanesque pour pouvoir rentrer dans l'histoire de l'art. Dommage donc tant il nous a déjà prouvé ses talents de narrateur hors pair. Mais ne vous y trompez pas, si je fais un peu la fine bouche c'est pour vous avertir, pour vous éviter une éventuelle déception sur la nature de ce livre, qui tient plus du roman graphique finalement que de la bd franco belge. Ceci étant dit, foncez, ouvrez le en librairies, laissez vous emporter, allez découvrir ce joyau. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/inexistences?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. The_PoP

    Inexistences

    Ouf, celle là je l'avais pas vue venir. La préface de Bec explique bien que cet Inexistence est son Oeuvre. Celle qu'il voulait faire depuis longtemps, celle qu'il a mis 5 ans à peaufiner, avec à l'esprit ce qu'on pu apporter Enki Bilal, Moebius ou Druillet à la bd. Bon forcément avec cette ambition là, ce temps là, et le talent que l'on ne peut que reconnaitre à Christophe Bec, on sait que l'on va avoir quelque chose de remarquable entre les mains. C'est le cas, pas de doutes, Inexistences va marquer. Par contre attention, je le dis rapidement pour lever le doute, il ne faut pas s'attendre à lire de la bd classique. Non pas à cause des mélanges de narrations, du passage de la prose à la bd, ou à l'illustration pure et simple, non. Mais plutôt car Christophe Bec ne va pas vraiment s'attacher à nous livrer une histoire, ou des personnages. Il nous livre plutôt ses craintes ou sa vision d'un monde futur désastreux pour l'humanité. Son final est d'ailleurs plus philosophique qu'autre chose, et nous pose une question qui me semble essentielle. Il voulait marquer de son empreinte la bd, je ne sais pas dire si c'est fait car son oeuvre est à la fois plus que de la bd, tout en n'en perdant quelques qualités au passage. Si l'univers graphique et les doubles planches et autres plans extra larges, mis en avant par une édition remarquable, sont époustouflants et portent la marque d'un grand maître, j'ai pour ma part trouvé dommage que Christophe Bec n'en profite pas pour nous raconter une sacrée histoire. Comme s'il avait fallut quelque part s'extirper de son côté populaire et romanesque pour pouvoir rentrer dans l'histoire de l'art. Dommage donc tant il nous a déjà prouvé ses talents de narrateur hors pair. Mais ne vous y trompez pas, si je fais un peu la fine bouche c'est pour vous avertir, pour vous éviter une éventuelle déception sur la nature de ce livre, qui tient plus du roman graphique finalement que de la bd franco belge. Ceci étant dit, foncez, ouvrez le en librairies, laissez vous emporter, allez découvrir ce joyau.
  8. Parlons peu parlons bien, ce tome 6 vient boucler le second cycle "Legatus" de Solo. Et il le fait de manière admirable. Grandes épopées, énormes batailles, fond philosophique, on a tout dedans. En plus le tome est plus que touffu, et l'ensemble qualité / prix / temps de lecture est assez incroyable. En gros vous allez vous régaler, les dessins d'Osacr Martin sont toujours aussi emballants, et les doubles pages de batailles vont en ravir plus d'un. Seul bémol ? On a déjà lu un truc un chouïa encore meilleur. Dans le premier cycle de Solo. Parce que les enjeux de famille et d'attachements, de sentiments me manquent un peu dans ce cycle, aux enjeux pourtant peut être plus épiques et importants, mais qui ont suscité moins d'émotions que le premier cycle de Solo. Bref, une déception d'enfant gâté, courrez l'acheter cette conclusion est épique, assez logique et terrible et ouvre encore de nouveaux horizons.
  9. The_PoP

    Rain

    Titre de l'album : Rain Scenariste de l'album : Jo Hill & David M. Booher Dessinateur de l'album : Zoé Thorogood Coloriste : Chris O'Halloran Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : À Boulder dans le Colorado, le ciel est dégagé et Honeysuckle Speck ne pourrait pas être plus heureuse. En cette journée d'aout ensoleillée, elle emménage enfin avec sa petite amie Yolanda. Mais quand le rêve tourne au cauchemar et que des nuages sombres s'accumulent libérant une pluie de clous qui déchiquettent la peau de ceux qui ne sont pas protégés, leur monde vole littéralement en éclat.RAIN donne de la vie à la progression de cet événement apocalyptique, alors que le déluge de clous se répand à travers le pays et le monde, menaçant tout ce que les jeunes amoureuses Honeysuckle et Yolanda chérissent.L'adaptation captivante de la novella de Joe Hill, acclamée par la critique et best-seller du New York Times, par le scénariste David M. Booher (Canto), la dessinatrice Zoe Thorogood (The Impending Blindness of Billie Scott), et le coloriste Chris O'Halloran (Ha-Ha). Critique : Qu'est ce que j'aime le travail éditorial sur le comics indépendant de Hi Comics. Certes quand il s'agit d'une partie du travail de Joe Hill on ne prends pas de gros risques d'un point de vue qualitatifs, mais quand même. Ce Rain en est le parfait exemple. Graphiquement c'est très particulier pour un public européens, on est vraiment sur du comics indé et pour être honnête il m'a fallut un petit temps d'adaptation avant de vraiment en apprécier le style et la finesse. Au niveau de l'histoire cela démarre sur les chapeaux de roue, et si la conclusion parait un peu facile, elle n'en reste pas moins assez bien menée vu l'ambition et le côté one shot/nouvelle. L'auteur nous livre à travers son histoire presque post apo sa vision de l'Amérique actuelle, avec ses craintes et ses moqueries. Cela a déjà été fait certes, mais l'exercice, parfois jouissif, n'en reste pas moins intéressant quand l'auteur s'appelle Joe Hill. Je ne peux que vous encourager à découvrir Rain, surtout si vous arrivez à vous adapter au style graphique très Comics. Autres infos : D'après la novella de Joe Hill Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rain?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. The_PoP

    Rain

    Qu'est ce que j'aime le travail éditorial sur le comics indépendant de Hi Comics. Certes quand il s'agit d'une partie du travail de Joe Hill on ne prends pas de gros risques d'un point de vue qualitatifs, mais quand même. Ce Rain en est le parfait exemple. Graphiquement c'est très particulier pour un public européens, on est vraiment sur du comics indé et pour être honnête il m'a fallut un petit temps d'adaptation avant de vraiment en apprécier le style et la finesse. Au niveau de l'histoire cela démarre sur les chapeaux de roue, et si la conclusion parait un peu facile, elle n'en reste pas moins assez bien menée vu l'ambition et le côté one shot/nouvelle. L'auteur nous livre à travers son histoire presque post apo sa vision de l'Amérique actuelle, avec ses craintes et ses moqueries. Cela a déjà été fait certes, mais l'exercice, parfois jouissif, n'en reste pas moins intéressant quand l'auteur s'appelle Joe Hill. Je ne peux que vous encourager à découvrir Rain, surtout si vous arrivez à vous adapter au style graphique très Comics.
  11. Après un tome 1 qaui avait marqué les esprit en prenant le pari de nous montrer un effondrement de notre société plutôt doux et tourné vers le positif, le tome 2 nous prend cette fois-ci à rebrousse poil. Les vieilles habitudes ressortent, et l'homme redevient un loup pour l'homme. La sagesse des jeunes et des plus tranquilles va être mise à rude épreuve. Avec un style graphique toujours un peu débonnaire, et collant bien à l'ambiance peu dramatique de Happy End, les auteurs parviennent à aborder la question des conflits nés de la peur engendrés par cette situation inédite et imprévue. Quand l'homme s'inquiète pour sa survie, les différences entre les hommes deviennent vite plus critique. Ce tome 2 va donc parcourir cette perspective, laissant je l'espère le champ un peu plus libre aux idées constructives entrevues dans le tome 1. Ceci dit, le cliffhanger final peut aussi nous orienter dans une toute autre direction, alors attendons sagement le tome 3 de cette série toujours aussi intéressante à suivre.
  12. Titre de l'album : Happy End - Tome 2 - L'enfer c'est les autres Scenariste de l'album : Olivier Jouvray Dessinateur de l'album : Benjamin Jurdic Coloriste : Juliette Laude Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Au terme de leur périple dans une France en proie à l'abrupte fin du pétrole, Mollie, Oscar et leurs proches organisent leur survie, tous ensemble. Mais planter les graines du monde de demain ne suffit malheureusement pas à faire disparaître les rancoeurs d'hier. Les villageois du cru n'ont jamais aimé la noble famille d'Oscar, et c'est réciproque. Et comme personne ne se parle, Mollie aura fort à faire pour éviter que ce retour à la terre ne devienne un mauvais remake de la Révolution française... Critique : Après un tome 1 qaui avait marqué les esprit en prenant le pari de nous montrer un effondrement de notre société plutôt doux et tourné vers le positif, le tome 2 nous prend cette fois-ci à rebrousse poil. Les vieilles habitudes ressortent, et l'homme redevient un loup pour l'homme. La sagesse des jeunes et des plus tranquilles va être mise à rude épreuve. Avec un style graphique toujours un peu débonnaire, et collant bien à l'ambiance peu dramatique de Happy End, les auteurs parviennent à aborder la question des conflits nés de la peur engendrés par cette situation inédite et imprévue. Quand l'homme s'inquiète pour sa survie, les différences entre les hommes deviennent vite plus critique. Ce tome 2 va donc parcourir cette perspective, laissant je l'espère le champ un peu plus libre aux idées constructives entrevues dans le tome 1. Ceci dit, le cliffhanger final peut aussi nous orienter dans une toute autre direction, alors attendons sagement le tome 3 de cette série toujours aussi intéressante à suivre. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/happy-end-tome-2-l-enfer-c-est-les-autres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. The_PoP

    The Frontier - Tome 1

    Oui vous avez bien lu, aujourd'hui je vais vous parler d'un manga, paru aux éditions du Lombard, à l'européenne donc ! Bon le pitch était plus qu'alléchant. Je ne sais pas vous mais il y avait pour moi un parfum de La tour sombre qui flottait agréablement sur ce The Frontier. Et pourtant j'ai été un peu désappointé. Attention ce n'est pas mauvais loin de là, mais j'ai trouvé le rythme un peu délicat à suivre, surtout au niveau des révélations et de l'avancement de l'histoire. Côté dessin, reconnaissons tout d'abord que je ne suis pas un grand habitué des mangas, mais j'ai quand même trouvé que le format était un peu bancal avec le dessin et que cela nuisait globalement à la lisibilité de l'action. Reste que si je parais dur comme ça, il faut bien préciser que The Frontier reste pour autant une lecture assez agréable, on sent clairement le potentiel derrière, certains dessins sont vraiment sympas, et les personnages ont été travaillés. Quand à l'ambition de l'éditeur de nous proposer un manga à l'européenne, je dis oui ! Il faut oser et essayer !
  14. Titre de l'album : The Frontier - Tome 1 Scenariste de l'album : Jacopo Paliagra Dessinateur de l'album : Alessio Fioriniello Coloriste : Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Ouest Américain, 1870. Sauvés de la potence par un étrange homme en blanc, cinq criminels aux pouvoirs surnaturels ont accepté de rejoindre la Frontière. Cette organisation a été créée dans un seul but : stopper la Tempête, un amas de nuages noirs et d'éclairs dont s'échappent des gémissements inhumains et qui sème la mort partout où il passe. Nos cinq salopards sont envoyés dans la ville de Caldwell avec une mission : sacrifier les habitants pour accomplir un rituel de sang et arrêter le cataclysme. Mais nos « héros » sont-ils prêts à sacrifier le peu d'humanité qu'il leur reste ? Critique : Oui vous avez bien lu, aujourd'hui je vais vous parler d'un manga, paru aux éditions du Lombard, à l'européenne donc ! Bon le pitch était plus qu'alléchant. Je ne sais pas vous mais il y avait pour moi un parfum de La tour sombre qui flottait agréablement sur ce The Frontier. Et pourtant j'ai été un peu désappointé. Attention ce n'est pas mauvais loin de là, mais j'ai trouvé le rythme un peu délicat à suivre, surtout au niveau des révélations et de l'avancement de l'histoire. Côté dessin, reconnaissons tout d'abord que je ne suis pas un grand habitué des mangas, mais j'ai quand même trouvé que le format était un peu bancal avec le dessin et que cela nuisait globalement à la lisibilité de l'action. Reste que si je parais dur comme ça, il faut bien préciser que The Frontier reste pour autant une lecture assez agréable, on sent clairement le potentiel derrière, certains dessins sont vraiment sympas, et les personnages ont été travaillés. Quand à l'ambition de l'éditeur de nous proposer un manga à l'européenne, je dis oui ! Il faut oser et essayer ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-frontier-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Elecboy t2 : révélations

    Voilà le deuxième tome tant attendu d'Elecboy. Attendu car le premier avait été une des belles surprises de l'année dernière avec un dessin superbe et surtout une histoire envoutante mais très mystérieuse. La fin du tome un nous laissait dans l'expectative avec une ouverture pleine de promesse. Et bien autant vous dire que ce tome 2 tient toutes ses promesses. En effet Jaouen Salaun réussit à continuer à nous expliquer les "spécificités" de Joshua sans pour autant trahir le côté "post apocalyptique", clan et vie en communauté qui rendait si bien dans le premier tome. Les différents personnages prennent en épaisseur au fur et à mesure que l'on découvre leur passé et notre histoire se révèle petit à petit. Bref une histoire toujours aussi bien gérée et qui prend le temps qu'il faut pour faire les choses bien. Partie comme ça on est bien partie pour au moins 4 tomes (je parierais sur 6) mais on ne va pas s'en plaindre, loin de là.
  16. Titre de l'album : Elecboy t2 : révélations Scenariste de l'album : Jaouen Salaun Dessinateur de l'album : Jaouen Salaun Coloriste : Jaouen Salaun Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : 2122, quelque part en Amérique du Nord. Le monde d'avant n'est plus qu'un lointain souvenir. Les derniers vestiges de la civilisation, recouverts par le sable, se sont presque effacés pour laisser place au désert. Dans ce décor de fin du monde, un homme marche, accompagné par un géant. Puis il rejoint une communauté et demande à parler à son chef. Il lui annonce une prophétie : un jour, un homme sans visage viendra. Lui seul pourra mettre un terme à la souffrance humaine. Cette communauté, c'est celle du jeune Joshua. En conflit avec son père, en butte aux morsures de l'amour et à l'emprise de la violence, il tente de trouver sa place. Il s'interroge sur ses origines et sur les étranges pouvoirs qu'il détient. Pour lui, l'heure de la révélation est imminente... Dans ce deuxième volet d'une fresque de science-fiction en quatre tomes, Jaouen Salaün nous plonge au coeur d'un univers fascinant, entre rêve et cauchemar, entre Mad Max et Akira. Une fresque servie par un trait enchanteur, une imagination onirique et des couleurs éblouissantes. Critique : Voilà le deuxième tome tant attendu d'Elecboy. Attendu car le premier avait été une des belles surprises de l'année dernière avec un dessin superbe et surtout une histoire envoutante mais très mystérieuse. La fin du tome un nous laissait dans l'expectative avec une ouverture pleine de promesse. Et bien autant vous dire que ce tome 2 tient toutes ses promesses. En effet Jaouen Salaun réussit à continuer à nous expliquer les "spécificités" de Joshua sans pour autant trahir le côté "post apocalyptique", clan et vie en communauté qui rendait si bien dans le premier tome. Les différents personnages prennent en épaisseur au fur et à mesure que l'on découvre leur passé et notre histoire se révèle petit à petit. Bref une histoire toujours aussi bien gérée et qui prend le temps qu'il faut pour faire les choses bien. Partie comme ça on est bien partie pour au moins 4 tomes (je parierais sur 6) mais on ne va pas s'en plaindre, loin de là. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/elecboy-tome-2-revelations?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Et voilà il fallait s'y attendre. Le premier tome de la série du convoyeur à laquelle je ne mets pas 5 étoiles... mais seulement 4.5... Pourtant le dessin de Dimitri Armand est toujours aussi bon, et l'histoire concoctée par Tristan Roulot avance bien et nous déroule révélations et actions sur un rythme soutenu. Simplement, il est un cran légèrement dessous par rapport aux deux premiers tomes exceptionnels qui nous avaient immergés dans un monde complètement imaginaire et original avec une action omni présente et savoureuse et des révélations plus qu'ahurissantes. Le second tome notamment nous avait gratifié d'un effet table renversée époustouflant, même pour nous, lecteurs blasés ayant l'habitude de lire des bd de post apo. Bref, ce Convoyeur reste une série de très grande qualité, servis par des dessins dynamiques et puissants. Un tome 3 se retrouvant légèrement en dessous en terme de densité de narration ne me refroidit pas vraiment puisque c'est finalement plutôt un gage de qualité quand à la trame et à la cohérence de l'histoire finale. Merci messieurs, on a toujours hâte de lire la suite.
  18. Titre de l'album : Le convoyeur - Tome 3 - Ces ténèbres qui nous lient Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Dimitri Armand Coloriste : Dimitri Armand Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : La "Rouille" a peut-être fait disparaître toute trace de fer, mais pas celui qui caractérise la volonté de Minerva. Scientifique devenue sorcière aux yeux du monde, elle a juré de retrouver l'homme qu'elle aime. L'homme qui l'aima avant de répondre à l'appel et devenir le Convoyeur. Ou plutôt... un Convoyeur ! Minerva s'est adjoint les services du Renifleur pour mener à bien sa mission. Mais une femme seule peut-elle faire face à l'inexorable destin de l'humanité, cette multitude au visage unique qu'est le Convoyeur ? Critique : Et voilà il fallait s'y attendre. Le premier tome de la série du convoyeur à laquelle je ne mets pas 5 étoiles... mais seulement 4.5... Pourtant le dessin de Dimitri Armand est toujours aussi bon, et l'histoire concoctée par Tristan Roulot avance bien et nous déroule révélations et actions sur un rythme soutenu. Simplement, il est un cran légèrement dessous par rapport aux deux premiers tomes exceptionnels qui nous avaient immergés dans un monde complètement imaginaire et original avec une action omni présente et savoureuse et des révélations plus qu'ahurissantes. Le second tome notamment nous avait gratifié d'un effet table renversée époustouflant, même pour nous, lecteurs blasés ayant l'habitude de lire des bd de post apo. Bref, ce Convoyeur reste une série de très grande qualité, servis par des dessins dynamiques et puissants. Un tome 3 se retrouvant légèrement en dessous en terme de densité de narration ne me refroidit pas vraiment puisque c'est finalement plutôt un gage de qualité quand à la trame et à la cohérence de l'histoire finale. Merci messieurs, on a toujours hâte de lire la suite. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-convoyeur-tome-3-ces-tenebres-qui-nous-lient?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Toujours sur le rythme infernal des productions Soleil, voici déjà le second tome de leur remarquée série No Zombies. En effet faire du neuf avec une idée aussi éculée que l'apocalypse Zombie, c'est pas gagné. Hors l'idée d'un "vaccin" et d'un retour possible des zombies avec leur mémoire est très intéressante. Ce tome 2 reprend là où le tome 1 s'est arrêté mais en changeant de protagoniste principal. Si l'action reste présente et bien mise en valeur par le trait de Evgeniy Bornyakov et les storyboards de Benoit Dellac, l'histoire elle prend un léger coup d'arrêt puisque on se retrouve avec un tome presque one shot, centré sur un nouveau personnage et une nouvelle aventure mais ne faisant finalement que peu évoluer l'intrigue principale. C'est un tome 2 aussi le doute est permis, nous verrons bien ce que la suite nous réservera mais j'aimerais quand même que la rame évolue au risque de se lasser avec une intrigue pourtant prometteuse et pleine de potentiel. Reste que ce tome 2 est assez savoureux et intéressant et que sa lecture est des plus agréable. Finalement c'est déjà pas si mal en attendant les auteurs au tournant pour le tome 3.
  20. Titre de l'album : No Zombies - Tome 2 - Le livre de Cassandre Scenariste de l'album : Olivier Peru Dessinateur de l'album : Evgeniy Bornyakov Coloriste : Simon Champelovier Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Cassandra a été ramenée par le vaccin. Mais le zombie en elle n'a pas disparu. Ses souvenirs de mort-vivant, comme l'envie de sang, sont de plus en vivaces. Elle doit pourtant rester forte car elle découvre un camp où ne survivent que des enfants terrifiés par le monde extérieur. Ils l'accueillent sans se douter qu'ils laissent entrer dans leur abri le monstre qui dort en elle. Critique : Toujours sur le rythme infernal des productions Soleil, voici déjà le second tome de leur remarquée série No Zombies. En effet faire du neuf avec une idée aussi éculée que l'apocalypse Zombie, c'est pas gagné. Hors l'idée d'un "vaccin" et d'un retour possible des zombies avec leur mémoire est très intéressante. Ce tome 2 reprend là où le tome 1 s'est arrêté mais en changeant de protagoniste principal. Si l'action reste présente et bien mise en valeur par le trait de Evgeniy Bornyakov et les storyboards de Benoit Dellac, l'histoire elle prend un léger coup d'arrêt puisque on se retrouve avec un tome presque one shot, centré sur un nouveau personnage et une nouvelle aventure mais ne faisant finalement que peu évoluer l'intrigue principale. C'est un tome 2 aussi le doute est permis, nous verrons bien ce que la suite nous réservera mais j'aimerais quand même que la rame évolue au risque de se lasser avec une intrigue pourtant prometteuse et pleine de potentiel. Reste que ce tome 2 est assez savoureux et intéressant et que sa lecture est des plus agréable. Finalement c'est déjà pas si mal en attendant les auteurs au tournant pour le tome 3. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/no-zombies-tome-2-le-livre-de-cassandre/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. The_PoP

    Akkad

    Que voilà un one shot de SF aussi ambitieux qu'intelligent. Servi par un scénario impeccable, le propos est intelligent, pertinent et n'oublie pas pour autant de nous questionner sur notre humanité comme toute bonne histoire de SF. Certes graphiquement le résultat est un peu austère mais cela n'en sert que mieux un scénario froid et efficace. Et forcément lorsque l'on commence à parler de capacités hors normes et de distorsions du temps ou des dimensions, mieux vaut avoir un scénario béton. On connaissait l'auteur, Clarke, d'abord pour sa série à succès Mélusine, mais aussi parce qu'il nous a plus récemment gratifié des étranges contes graphiques Réalités obliques ou du One shot Nocturnes dans la collection Signé. Il réussit ici à soigner son oeuvre pour en faire un one shot complet, clair et propre sur un thème habituellement assez casse gueule. Bravo à lui.
  22. The_PoP

    Akkad

    Titre de l'album : Akkad Scenariste de l'album : Clarke Dessinateur de l'album : Clarke Coloriste : Clarke Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Une invasion extraterrestre sème le chaos sur Terre. Les armes conventionnelles semblent inoffensives. Dans une tentative désespérée, le gouvernement américain expérimente un traitement chimique sur cinq adolescents. Objectif : augmenter leur intelligence jusqu'à un niveau surhumain. Ils pourront ensuite inventer l'arme qui nous sauvera tous. Sauf s'ils deviennent eux-mêmes incontrôlables... Critique : Que voilà un one shot de SF aussi ambitieux qu'intelligent. Servi par un scénario impeccable, le propos est intelligent, pertinent et n'oublie pas pour autant de nous questionner sur notre humanité comme toute bonne histoire de SF. Certes graphiquement le résultat est un peu austère mais cela n'en sert que mieux un scénario froid et efficace. Et forcément lorsque l'on commence à parler de capacités hors normes et de distorsions du temps ou des dimensions, mieux vaut avoir un scénario béton. On connaissait l'auteur, Clarke, d'abord pour sa série à succès Mélusine, mais aussi parce qu'il nous a plus récemment gratifié des étranges contes graphiques Réalités obliques ou du One shot Nocturnes dans la collection Signé. Il réussit ici à soigner son oeuvre pour en faire un one shot complet, clair et propre sur un thème habituellement assez casse gueule. Bravo à lui. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/akkad?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...